Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 6 – Arc Été – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 2 : Mangeons des légumes d’été

Partie 4

Je n’avais pas réalisé qu’elle avait préparé de la glace après le bain. On dirait que Marie avait appris à profiter de son séjour au Japon encore plus que je ne le pensais. Cependant, je n’étais pas sûr que manger une glace après un bain soit une façon correcte de passer l’été. J’avais pris de la glace à la vanille comme demandé, puis j’avais versé du thé glacé dans un verre et je les avais apportés à Marie.

Une chatte noire amatrice de sucreries avait accouru du dressing et avait sauté sur la chaise au moment où je posais le dessert sur la table.

« Hé, même toi tu ne t’es pas séchée, Wridra ? Te rends-tu compte de l’horreur que ce serait d’attraper un rhume par cette chaleur ? » La chatte avait tiré sa langue rose vers moi, mais son expression méchante était en fait assez comique, et cela m’avait fait rire.

Marie nous avait rejoint tardivement et avait pris un siège, et leur moment de félicité avait commencé. Elle prit de la glace avec sa cuillère et la plaça dans sa bouche. Le froid était parfait, et le goût riche et sucré avait immédiatement fondu sur sa langue, lui faisant froncer les sourcils et se tortiller.

« Hmm, délicieux ! Ahh, j’ai enfin découvert le moyen de profiter pleinement de mon bain… » Tout ce qu’elle faisait, c’était manger une glace après un bain, mais elle avait l’air d’être tombée sur un ancien secret. Ou peut-être que son expression ressemblait plus à celle d’un détective qui venait de déduire qui était le criminel.

La chatte noire avait également mangé la glace sur sa propre assiette en verre. Elle lécha la glace partiellement fondue, la joie étincelant dans ses yeux.

« Meowww ! »

« Oui, il semble que tu l’aies aussi découvert. La porte du paradis, quoi, » dit Marie d’un air entendu. Est-ce de ça que les filles aiment parler ? Je n’avais pas bien compris, mais j’avais du mal à savoir où je devais regarder, alors j’avais espéré que Marie se changerait bientôt en pyjama.

Je voulais au moins l’aider à sécher ses cheveux, alors j’avais pris une serviette de bain et je m’étais approché d’elle. Elle se tortillait encore à cause de la douceur de la glace, mais elle avait redressé son dos comme si elle me donnait la permission. Elle avait l’air posé, comme une sorte de noble dame, mais j’avais du mal à détacher mes yeux d’elle. Profitant pleinement de mon privilège d’être son petit ami, je lui avais parlé sur le ton le plus décontracté que je pouvais adopter.

« Le seul problème, c’est que la glace à la vanille est pleine de sucre, donc elle pourrait te faire prendre du poids. » Je plaisantais à moitié, mais Marie avait réagi comme si elle avait reçu un coup de poing. De la sueur avait coulé sur son visage, mais elle était restée immobile pendant un certain temps. La chatte et moi, nous nous étions regardés et avions incliné la tête. Nous avions attendu un certain temps, et finalement Marie avait parlé d’une voix tremblante.

« As-tu déjà entendu le dicton… que les elfes ne grossissent pas ? »

La chatte miaula comme si elle voulait dire : « Qu’est-ce que c’est que cette histoire !? » Mais attends… à en juger par la façon dont elle n’avait toujours pas croisé mon regard, et l’expression de son visage qui me disait que c’était ce qu’elle voulait croire…

« As-tu… pris du poids ? »

« … »

Marie continuait à transpirer abondamment, malgré le rafraîchissement apporté par le ventilateur et l’esprit de glace sur sa tête. Sa réaction m’avait dit qu’elle savait déjà que c’était vrai avant que je ne le demande. Mais en y réfléchissant, elle avait l’air un peu plus ronde sur les bords. Mais je n’aurais peut-être pas dû faire de telles observations. Les épaules de Mariabelle avaient tremblé lorsqu’elle ouvrit la bouche pour parler.

« … a… pesé… »

« Hm ? Qu’est-ce que c’était ? »

« J’ai pris un peu de poids ces derniers temps ! Je peux pincer la viande sur mes bras maintenant ! » Elle pleurait à moitié et avait le visage rouge en se tournant vers moi, et elle écrasa à plusieurs reprises la viande sur ses bras. Pour être honnête, je pensais que c’était absolument adorable.

« Nooon ! Ne me fais pas le coup du sourire avec ce visage endormi ! Je ne peux pas le faire ! C’est fini ! Je n’ai jamais entendu parler d’une elfe qui a grossi parce qu’elle ne pouvait pas résister à l’envie de manger des sucreries ! » Sur ce, elle se couvrit le visage de ses deux mains.

Mais pourquoi avait-elle pris du poids en premier lieu ? Ce n’était pas comme si elle grignotait tous les jours, et je m’efforçais de lui préparer des repas nutritifs. En gardant cela à l’esprit, j’avais envisagé la possibilité que cela soit lié au changement d’environnement.

« Oh, j’ai compris. Ce doit être parce que nous n’avons pas fait d’exercice dans le monde des rêves, » avais-je commenté, et Marie s’était tournée vers moi, au bord des larmes. Elle avait cligné ses jolis yeux, puis avait réfléchi un instant.

 

 

« Maintenant que tu le dis, nous avons fait une longue pause là-bas, donc nous n’avons rien fait. »

« Oui, parce que nous avons fini de conquérir jusqu’au deuxième étage. Il n’y a pas eu de travail pour nous pendant qu’ils vérifient les piles de trésors, mais peut-être que tu n’as pas pris de poids jusqu’à maintenant parce que nous étions actifs avant ça. »

Arilai, où nous travaillions, autorisait les aventuriers à pénétrer dans les anciens labyrinthes pour le bien du pays. Les trésors, les connaissances, les artefacts et les pierres magiques qui y étaient trouvés contribuaient directement à la puissance du pays, et nous avions obtenu des montagnes de butin lorsque nous avions nettoyé le deuxième étage.

J’avais supposé qu’Arilai avait régulièrement gagné un avantage par rapport à ses pays voisins. La famille royale en était certainement heureuse, mais il fallait du temps pour évaluer tout le butin, aussi toute activité dans le labyrinthe était-elle suspendue pour le moment. Cela avait conduit à une diminution de l’effort physique… En d’autres termes, c’était simplement un manque d’exercice.

« Quelle horreur... J’ai grossi à cause d’Arilai. »

« Ah, eh bien, tu as pris du poids parce que tu as continué à manger, pas à cause de… » J’avais avalé mes mots avant de finir ma phrase. Marie avait approché son visage du mien, insistant sans mot dire sur le fait qu’elle avait raison, et je n’avais pu qu’acquiescer.

« Alors, peut-être que nous devrions aussi faire un peu d’exercice en dehors du labyrinthe. L’agriculture dont nous parlions plus tôt serait une bonne option, et aller à la piscine ou à la mer est un élément essentiel de l’exercice estival —, »

Marie, la chatte, et moi avions tout de suite compris.

Trayn, le guide du voyageur, était une compétence de voyage longue distance qui me permettait de me déplacer d’un sanctuaire du dieu du voyage à un autre une fois par jour. J’aimais tellement voyager que je traversais souvent le continent. J’avais donc naturellement fait enregistrer un paradis tropical avec ma compétence, où je pouvais emmener les filles.

« Oui, oui, allons à la mer ! Oh, mon Dieu, c’est incroyable ! Qui aurait cru que tes compétences pouvaient être utilisées de la sorte ? »

« Eh bien, je suis content de l’avoir appris. Préparons-nous à partir dès que nous serons de retour dans le monde des rêves. L’équipe Améthyste ne sera pas disponible pendant un certain temps, mais je suis sûr que nous pourrons nous en sortir avec une absence d’un jour ou deux. »

« Supppppperr ! » Marie pouvait difficilement contenir son excitation, et elle m’avait enlacé juste après avoir levé les mains pour célébrer. Son corps était chaud, car il sortait tout juste du bain, et sa peau douce et féminine contre la mienne m’avait figé sur place. Je m’étais pratiquement transformé en statue. Mais Marie n’avait même pas semblé le remarquer, et elle avait souri brillamment avec son visage juste à côté du mien. Comme elle était cruelle par inadvertance.

« Hee hee, j’ai hâte d’aller à la mer. Et te connaissant, je suis sûre que tu connais une belle plage à me montrer. Dis, qu’est-ce qu’on doit apporter ? Il faudra veiller à ne rien oublier pour ne pas avoir de regrets. »

« O-Ouais…, » je répondis maladroitement. Elle sentait le savon et son joli visage était bien trop proche. Sans compter que le fait qu’elle ne portait rien d’autre qu’une serviette de bain était trop pour moi.

Je ne pouvais pas dire si j’étais chanceux ou non. Elle avait rebondi avec tant d’excitation dans ses yeux violets pâles, et mon regard était tombé sur le nœud qui se desserrait sur sa serviette de bain. Elle n’avait pas remarqué que sa serviette était tombée juste après ça. Je transpirais à grosses gouttes pendant que Marie me parlait de faire une promenade en profitant de la vue sur la mer. Elle tapa dans ses mains et déclara : « Ça a l’air sympa, non ? » Quand elle avait enfin remarqué que je détournais délibérément le regard.

Marie s’était tue, puis son regard s’était abaissé sur son propre corps.

« Nnyaaaaaaaaa ! » C’était la réaction attendue. Marie hurla, le visage complètement rouge.

Plus tard dans la journée, il y avait eu une affiche dans le coin de la pièce qui disait : « Il est interdit de se promener avec une simple serviette de bain. » J’admirais la qualité de l’écriture de Marie en la regardant.

+

Maintenant, c’était justement l’heure de se coucher.

J’étais resté allongé dans ma chambre sombre avec seulement un éclairage indirect.

Marie posa sa tête sur ma poitrine comme un chat qui aime se blottir dans les espaces restreints. Ses cheveux étaient ébouriffés et elle respirait en rythme dans son sommeil. Bien que ce rythme soit plutôt réconfortant, j’avais du mal à dormir à la fin de cette journée agitée.

Marie s’était retournée dans son sommeil, tournant son joli visage vers moi. Sa peau était douce contre la mienne, et l’air étouffant de la nuit précédente avait complètement disparu. Elle avait rendu la chambre étouffante confortable en un seul jour, ce qui me surprenait encore chaque jour depuis.

En levant les yeux, j’avais vu un petit sac sur une étagère à côté de mon oreiller. Il contenait des graines de citrouille pour notre expérience visant à déterminer si elles pouvaient être transportées dans mes rêves. Si nous réussissions à les transporter avec nous, nous aurions peut-être pu créer une ferme de légumes.

« Nous avons aussi notre voyage à la mer. Cet été est vraiment différent des autres. » J’avais gloussé pour moi-même, et les longues oreilles devant moi avaient tressailli. Je m’étais demandé si elle avait entendu ma voix, ou le son des carillons de vent au loin.

J’avais pensé que ce serait amusant si je l’emmenais au festival des carillons éoliens. Je l’imaginais avec la bouche ouverte à la vue des montagnes de carillons éoliens devant elle. J’avais le sentiment qu’elle ferait de son mieux pour trouver le plus mignon. Dans mon esprit, je la voyais faire des gestes vers eux et dire à quel point ils étaient jolis. Même si je n’étais jamais allé au festival moi-même.

De telles pensées occupaient toujours mon esprit ces derniers temps. En imaginant toutes les façons dont je pourrais la rendre heureuse, j’avais commencé à m’assoupir. Les jours que nous avions passés ensemble étaient simples, mais je trouvais de la joie à imaginer de telles vues.

La chaleur de son corps, le ventilateur qui tournait tranquillement, et le ronronnement d’un chat sous la couverture… Notre chambre en été était pleine de conforts qui ne convenaient pas à la saison.

Bonne nuit… J’avais dit ce que j’avais en tête, et avant même de m’en rendre compte, je m’étais endormi. Dans mon rêve, je rattrapais les autres filles.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire