Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 6 – Arc Été – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 1 : C’est l’été, mademoiselle l’Elfe

Partie 2

Des élèves de l’école primaire qui venaient de commencer leurs vacances d’été passaient à côté de moi. Leurs uniformes étaient éblouissants au soleil, et leurs voix étaient joyeuses lorsqu’ils parlaient entre eux. C’était le week-end, ils étaient donc probablement en route vers leurs clubs.

Je n’avais compris cela qu’après avoir obtenu mon diplôme, mais leurs expressions joyeuses m’avaient toujours fait envie. C’était une époque où ils n’avaient qu’un minimum de devoirs et pouvaient passer le reste de leur temps à faire ce qu’ils voulaient. Ils pouvaient jouer sans se soucier du regard critique des autres. C’était un privilège que seuls des élèves comme eux avaient.

Le soleil brûlait l’asphalte, une brume de chaleur ondulait de l’autre côté de la rue. Les rayons ultraviolets descendaient du ciel bleu, et j’avais l’impression qu’ils me perçaient la peau. L’été était officiellement arrivé dans la région de Kanto.

Je n’avais jamais beaucoup aimé l’été. En fait, je ne l’aimais pas du tout. Il n’y a pas si longtemps, j’aurais probablement évité cette chaleur et me serais faufilé dans ma chambre. J’aurais alors passé mon temps dans le confort grâce à la plus grande invention de l’histoire de l’humanité : la climatisation.

« Trop chaud ! Je n’arrive pas à y croire ! » Mais en voyant Marie lever les deux poings en signe de protestation, je m’étais dit que ce n’était peut-être pas si mal de se promener dehors en été.

Avec des colonnes de nuages géantes en arrière-plan, elle portait une robe à rubans aux épaules apparentes et les sandales tissées à semelles épaisses qu’elle avait achetées récemment. Avec ses cheveux attachés de chaque côté, les traits fantastiques de son visage, sa peau lisse et ses yeux ronds qui me regardaient droit dans les yeux, elle était si mignonne que j’aurais pu la fixer éternellement.

J’admets que j’achetais trop de vêtements. Mais Marie était belle dans n’importe quelle tenue, et elle semblait si heureuse chaque fois que je lui en achetais de nouvelles, qu’il m’était difficile de m’empêcher d’ouvrir mon portefeuille.

« C’est incroyable. Les étés japonais sont-ils toujours comme ça ? Je peux sentir la chaleur moite qui monte d’en bas. Regarde, je ne peux pas m’arrêter de transpirer. » Mariabelle avait l’air plutôt amusée en se plaignant et en attrapant l’ourlet de sa jupe, puis en le battant pour s’éventer.

Sa peau était exposée sous la lumière crue du soleil, attirant naturellement les regards de ceux qui l’entouraient. Mais il semblerait que Marie était déjà habituée aux regards des étrangers. Elle avait simplement pris son partenaire, la chatte noire, et toutes deux avaient tourné leurs regards vers moi.

Il semblerait que Marie ne bronzait pas vraiment, même si je le savais déjà depuis notre séjour dans le désert. Peut-être que les espèces qui vivent longtemps, comme les elfes, étaient fondamentalement différentes de nous, les humains. C’est ce que je pensais en lui parlant.

« Es-tu surprise ? Tu vas finir par détester le Japon si je te dis que les températures ne sont pas encore mauvaises. »

« Je n’en sais rien, mais ça fait vraiment bizarre. C’est peut-être l’humidité, mais je ne me sens pas comme d’habitude dans cette région. J’ai l’impression que je vais devenir un plat cuit à la vapeur si on me saupoudre de sel. Arilai pourrait même être plus facile à vivre, comparé à la situation actuelle. » C’était après tout beaucoup moins humide là-bas. La chaleur d’Arilai était très sèche, donc on pouvait s’en sortir tant qu’on évitait le soleil. Pendant ce temps, ici au Japon, l’humidité élevée rendait la chaleur moite comme un sauna, et se cacher sous une ombre n’apportait pas beaucoup de soulagement.

La fourrure noire de la chatte rendait la chaleur nettement plus inconfortable, et elle avait sauté des bras de Marie pour éviter son corps en sueur. Mais Wridra avait sauté avant d’atterrir sur l’asphalte chaud. Elle avait laissé échapper un glapissement mécontent avant de se cacher dans notre ombre. J’avais fait remarquer qu’il était possible de rester à la maison, mais la chatte s’était contentée de me tirer une langue rose en guise de réponse.

Il y a une raison pour laquelle Marie ne se plaignait pas beaucoup, malgré sa haine de la chaleur. Oh, elle s’était plainte plus tôt, mais cela n’était rien comparé au moment où nous étions allés dans le désert. Je pouvais clairement sentir son dégoût à ce moment-là, et Wridra serait bien rentrée à la maison immédiatement.

L’une des raisons pour lesquelles Marie avait pu s’en sortir était la glacière ouverte sur le bord de la route, qui était remplie de friandises glacées. L’elfe et la chatte noire avaient rétréci leurs yeux en souriant alors que l’air frais les apaisait, et elles ressemblaient un peu à des sœurs d’espèces différentes à mes yeux.

J’avais acheté les articles qu’elles m’avaient désignés, puis nous avions décidé de nous asseoir sur un banc ombragé pendant que je leur apprenais à profiter de l’été.

« Hmm, c’est si froid et si doux ! J’ai juré que la crème glacée molle était la seule et unique sorte de glace pour moi, mais je vais devoir reconsidérer la question maintenant. Très intéressant. » Marie avait l’air plutôt sérieuse en faisant son commentaire, puis elle utilisa sa cuillère pour s’attaquer à sa crème glacée, qui comprenait des tranches de citron. La chatte noire assise à côté d’elle était en train de grignoter sa propre friandise glacée, puis elle ferma soudainement les yeux, comme si elle était frappée par un mal de tête.

« Est-ce la bonne façon de passer l’été que tu as évoquée ? Rester sur place et trouver comment se rafraîchir tout en s’amusant ? »

« C’est vrai. Tu manges des aliments froids ou des choses de saison et tu traînes dans des endroits frais comme les bibliothèques ou les magasins. Tant que tu cherches des choses amusantes à faire, l’été n’est pas si mal. » Je ne pensais pas que ce serait moi qui dirais ça, vu que je détestais moi-même l’été.

Marie avait cessé de transpirer une fois qu’elle s’était rafraîchie, et elle était assise là, en équilibre sur ses orteils avec ses sandales à semelles épaisses. Les cigales criaient dans toute la ville, et l’elfe regarda autour d’elle pour apprécier le paysage étranger. Le quartier commerçant était quelque peu désert, mais il y avait une certaine élégance à l’observer. On pouvait voir une étendue de ciel bleu vif et une masse de nuages au-dessus de sa tête, et les carillons de vent qui sonnaient à proximité s’ajoutaient à cette scène de bon goût.

La robe aérienne à manches larges de Marie complétait exquisément son charme fantastique. Les broderies simples mettaient joliment en valeur sa belle peau, et ses yeux semblables à des pierres précieuses avaient fait bondir mon cœur lorsqu’ils avaient croisé mon regard. Je m’étais demandé si elle se rendait compte que je la fixais, mais elle m’avait ensuite demandé quelque chose qui n’avait rien à voir.

« Kazuhiro-san, est-ce vrai que tu as reçu un bonus ? »

« Hm ? Ouais. Ne le dis à personne, mais je suis un peu riche en ce moment, alors je pourrais peut-être exaucer ton vœu tant qu’il n’est pas trop fou. »

Peut-être que la façon dont je l’avais dit comme si c’était un grand secret était comique, parce qu’elle avait gloussé en réponse. Elle se faisait vraiment remarquer, mais c’était parce qu’elle était si charmante. Les étrangers souriaient en passant, appréciant un peu de son charme distinct. Pendant ce bref moment, ils avaient peut-être pu oublier la chaleur terrible.

 

 

« J’aime faire du shopping. Mais notre objectif ici est de dormir confortablement la nuit dans cette chaleur, c’est donc une sorte de mission de reconnaissance au magasin d’électronique. Je vais essayer de comprendre comment fonctionnent ces climatiseurs aujourd’hui. » Marie avait vraiment dû détester l’inconfort qu’elle avait ressenti en essayant de dormir la nuit dernière, car elle avait serré le poing avec une expression déterminée. Elle s’enflammait vraiment quand il s’agissait de résoudre ses propres problèmes, et les utilisateurs d’esprits étaient incroyablement fiables dans ces moments-là.

J’étais plutôt reconnaissant de cette proposition. Contrôler les esprits était un exploit surnaturel du point de vue d’une personne vivant à l’époque actuelle, et je savais déjà que ses capacités étaient utiles pour vivre dans le confort depuis l’époque où je vivais dans le village elfique pendant la saison des pluies. Heureusement, notre position était qu’il était possible de l’utiliser tant que les gens ne le découvraient pas.

Elle semblait satisfaite de la glace, et elle balança ses pieds en arrière pour prendre de l’élan et sauter du banc. Marie avait alors tendu la main vers moi, et je l’avais tout naturellement prise.

« Alors il est temps de commencer notre petit rendez-vous dans un magasin d’électronique, » avais-je dit.

« Hee hee, attends un peu. Je vais voler leurs machines top secrètes. » Elle afficha un sourire audacieux, et je n’avais pas pu m’empêcher d’éclater de rire. J’avais remarqué à quel point Marie était mignonne, et elle semblait plutôt satisfaite en disant « Vraiment ? » Je m’étais peut-être fait des idées, mais Marie semblait de bonne humeur alors que nous nous dirigions vers le grand magasin de la gare.

Nous avions traversé le quartier commerçant et vu le grand magasin géant devant la gare de Kinshicho. Ma prime était assez maigre pour être celle d’un employé débutant, mais j’avais décidé de l’utiliser pour réaliser le souhait de Marie.

+

Le grand magasin situé devant la gare de Kinshicho était assez spacieux, et de nombreux magasins y étaient alignés. Le magasin d’électronique était particulièrement grand, et il avait trois étages séparés, divisés par objectif. Il était rempli de clients, comme on pouvait s’y attendre un week-end, et il y avait un large éventail de personnes, des enfants et leurs parents aux jeunes gens, faisant leurs courses seul.

« Ah, ah, ah, ah, ahhh… » La jolie fille qui vibrait dans le fauteuil de massage attirait les regards de tous ceux se tenant autour de nous. La chatte noire regardait avec envie depuis le panier sur mes genoux, et Marie utilisait le fauteuil alors qu’elle s’enfonçait plus profondément au niveau de ses hanches, son dos, et même ses chevilles, comme pour se montrer.

« Hmhm, c’est dommage, Wridra. Si seulement tu étais sous forme humaine, tu aurais pu expérimenter cet incroyable fauteuil de massage… Ahh, pas question… Mes épaules aussi !? Mm, mmph ! » La jeune fille elfe se tortillait en profitant du nouveau modèle de fauteuil de massage. Je regardais et souriais depuis une chaise à côté d’elle, mais mes yeux s’étaient gonflés quand j’avais regardé l’étiquette de prix. Il coûtait tellement cher que j’aurais souhaité ne pas l’avoir vu.

C’était mauvais. Le prix était si élevé qu’il aurait anéanti ma prime. J’avais dit que je lui accorderais un petit souhait, mais la joie que j’avais ressentie en recevant mon bonus se serait évanouie dès le premier jour si elle avait vraiment voulu ce fauteuil de massage. J’avais hoché la tête, puis je lui avais parlé timidement.

« Qu’est-ce que tu en penses, Marie ? Ça ne doit pas être très agréable si tes épaules ne sont pas si raides. »

« Oh, je ne dirais pas ça. Regarde juste ces spécifications. Il calcule la structure du squelette de ton corps et le masse de la manière la plus optimale possible. C’est terrifiant. Il y a beaucoup d’autres fauteuils de massage, mais je ne pense pas qu’aucun d’entre eux puisse faire tes épaules si minutieusement… Nnf, mmph, ça me chatouille ! » Marie retient son rire alors qu’elle vibrait encore un peu plus.

Il semblerait qu’elle ait retrouvé son énergie après être restée à l’intérieur avec la climatisation à fond, et elle continua à apprécier la sensation du massage de ses hanches. L’étiquette de prix reflétait ses spécifications haut de gamme, et il continuait à faire des ajustements fins en se concentrant sur le bas de son dos. Marie semblait apprécier et, alors que le fauteuil continuait à la masser, elle prit soudainement conscience de la situation.

« Oh, wôw ! Regarde, ça parle d’étirements du tronc ! Je me demande ce que ça va faire… Ah ! Wôw, hey ! Attends, mon corps s’étire ! » L’elfe avait poussé un cri de joie en voyant son corps s’étirer. Je commençais à craindre qu’elle ne soit vaincue par cette pièce d’électronique domestique japonaise, mais tout ce que je pouvais faire était de regarder nerveusement. L’essai du massage automatique avait finalement semblé se terminer, et il était revenu en ronronnant dans sa position initiale.

« Je suis désolée, de quoi parlions-nous déjà ? » Marie semblait plutôt dans les vapes, et elle avait un regard vide en parlant. Ses joues étaient légèrement roses, et ses paupières semblaient un peu lourdes. J’avais gémi intérieurement, notant mentalement que le dernier modèle de fauteuils de massage était assez cher pour effacer mon bonus pour cette raison, considérant qu’il avait la capacité de laisser Marie dans un tel état.

En tout cas, j’avais décidé d’aider Marie dans son état de relaxation totale. Je lui avais tendu la main et elle l’avait légèrement serrée avant de la relever. Elle semblait vraiment s’être presque endormie, et elle avait lutté pour remettre ses sandales.

« Je suppose que je l’ai légèrement sous-estimé. J’ai honte de l’admettre, je pensais que ce serait bien d’en avoir un à la maison. » Marie gémit en se frottant la hanche. Elle avait l’air de ne pas pouvoir s’avouer vaincue, pour l’honneur de tous les elfes. Les mèches sur sa tête correspondaient à son expression.

« Hm, je pense que les fauteuils de massage sont originaires du Japon. J’ai entendu dire qu’ils sont particulièrement agréables après un bain chaud. Maintenant que j’y pense, il y en avait aussi aux sources thermales d’Aomori. » Les yeux violets de Marie s’étaient agrandis.

« Quoi, vraiment ? Je pensais que c’était juste de grandes chaises ! Ahh, zut ! Je veux vraiment essayer la prochaine fois ! » Même la chatte noire s’était tournée vers moi avec une expression choquée. Elles devaient être de connivence pour me faire rire. Je ne pouvais plus me contenir et j’avais éclaté de rire, puis elles m’avaient regardé, l’air confus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire