Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 5 – Épisode 9 – Partie 6

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 9 : Au pays des rêves et de la magie

Partie 6

« Fwaaah… » Marie avait émis un son étrange.

Nous n’étions pas encore arrivés à Grimland à proprement parler. C’est un parc à thème qui faisait la fierté du Kanto, et les rues qui y menaient étaient assez bien décorées.

« Nyaaa ! Les rues ! Les rues sont si mignonnes ! » s’exclama Marie.

Les lampadaires étaient ornés de jolies décorations, et il y avait des personnages de mascotte devant. La musique joyeuse que l’on pouvait entendre semblait nous pousser vers l’avant, et c’était comme une traînée de sucreries menant les enfants à son entrée. Cela m’avait rappelé un vieux livre pour enfants.

Qu’est-ce qui nous attendait à notre destination ? En voyant le profil de Marie, je pouvais dire que son esprit était rempli de telles questions et de curiosité.

« Je n’ai jamais été aussi enthousiaste. C’est comme si j’étais dans un livre d’images ! » déclara Marie.

Marie avait serré ma manche tout en pompant ses pieds sur place, les yeux pétillants d’émerveillement. Le ciel était magnifiquement dégagé, et on pouvait apercevoir au loin un hôtel ressemblant à un château. La jeune fille du monde des rêves agitait sa jupe marine et tournait sur elle-même, apparemment incapable de se contenir.

Elle n’agissait pas comme d’habitude — ou peut-être le faisait-elle ? Je m’attendais à ce qu’elle fasse au moins un regard vers moi en rougissant et en se raclant la gorge. Non seulement le paysage et la musique étaient joyeux, mais les visages de ceux qui passaient par là l’étaient aussi. Personne ne se moquait de Marie pour sa jubilation, et son sourire était aussi éclatant que le ciel bleu lorsqu’elle se tourna vers moi.

« Allez, entrons dès maintenant dans le parc. Si nous restons trop longtemps, nous finirons à l’arrière de la ligne, » annonça Marie.

« Euh, ils ont vraiment mis beaucoup d’argent dans cet endroit. Il n’y a aucune chance que le parc d’attractions d’Aomori puisse rivaliser, » déclarai-je.

« Mon Dieu, penses-tu vraiment à l’argent dans un endroit comme celui-ci ? Il est difficile de dire si tu es un romantique ou non. Tiens, dépêchons-nous d’entrer. » La jeune femme m’avait lancé un regard désespéré, puis elle m’avait naturellement tenu la main. J’étais un peu gêné que les gens nous voient avec les doigts entrelacés, mais Marie avait commencé à partir tout de suite, et je l’avais suivie comme si on me traînait. Je n’avais même pas remarqué le regard inamical de Wridra qui nous regardait. Elle s’était alors plainte auprès de la femme à côté d’elle.

« Sois forte, Eve. Maintenant que tu es venue dans ce monde, tu dois être sûre de ne pas laisser ton esprit être infecté par cet air maladif et doux qui donne envie de se frapper la poitrine. Hmph, je ne comprends pas comment ils peuvent se considérer comme de simples amis quand ils se comportent ainsi, » déclara Wridra.

Des points d’interrogation avaient surgi autour de la tête de la femme elfe noire alors qu’elle regardait Wridra soupirer en se massant les sourcils. Qui aurait pu la blâmer ? Wridra était assez puissante pour que même le candidat héros la veuille immédiatement dans son groupe, et on pensait qu’elle était la force motrice derrière la victoire dans le premier et le deuxième étage de l’ancien donjon.

Mais elle n’avait pas agi de manière particulièrement hautaine et puissante, ce qui était apparu clairement lors de la conversation dans la voiture et dans la manière dont elle avait aidé Eve à changer. Eve avait d’abord pensé que c’était une sournoiserie pour lui faire baisser sa garde, mais en voyant l’Arkdragon avec une expression si sombre qu’elle aurait pu se pelotonner en boule sur le sol à tout moment, il ne semblait pas qu’elle ait la capacité de faire une telle chose.

Cependant, Eve avait bien compris ce que Wridra essayait de dire. Ses yeux bleus suivaient le dos du couple, et elle avait écarté ses lèvres pulpeuses.

« Eh bien, oui. Il semble qu’ils ne remarquent même pas ce qu’ils font. Mais tu n’étais pas obligé de venir si tu ne voulais pas t’occuper de ce genre de choses, non ? »

« Idiote, pourquoi devrais-je rester seule à la maison ? Je me réjouissais de venir à Grimland du fond du cœur, et je compte les jours sur mes doigts ! Hah, hah, regarde bien. Je ne vais pas succomber à cette atmosphère maladivement douce, » déclara Wridra.

Son expression était remplie de détermination alors qu’elle faisait un pas audacieux en avant. Pourquoi avait-il fallu qu’elle se donne tant de mal pour arriver à ce « Grimland » ? Eve n’avait pas du tout compris, et elle avait suivi le dragon avec de la surprise encore visible sur son visage.

Aujourd’hui était une journée ensoleillée après toute la pluie que nous avions reçue, et les gens avaient donc été attirés en masse par le parc d’attractions. À en juger par l’air joyeux venant de tout le monde, il semblerait qu’ils en avaient tous marre de ce temps constamment maussade. Bien sûr, la fille qui nous précédait arborait un sourire éclatant, comme si elle représentait ce que tout le monde ressentait.

J’avais quatre billets en main. Ils présentaient chacun des personnages différents, mais les différents dessins ne signifiaient pas vraiment grand-chose. Ce n’était que des détails supplémentaires dont les clients pouvaient profiter. Il y avait des photos d’un lapin, d’une grenouille, d’un chien et d’une vache.

Je m’étais retourné avec le billet d’entrée en main pour trouver Marie qui regardait autour d’elle avec beaucoup d’intérêt. Je m’étais approché d’elle alors qu’elle regardait autour d’elle avec ses yeux violet pâle grand ouverts, et elle avait finalement rencontré mon regard.

« C’est incroyable ! Tout est conçu de façon si élaborée, comme cette impressionnante tour d’horloge. On m’a dit que c’est un endroit où les enfants jouent, alors j’ai pensé que ce serait beaucoup plus insouciant, » déclara Marie.

Non non, elle avait tout faux. Cet endroit avait été fait par des adultes qui ne plaisantaient pas. On aurait pu dire que c’était un monde plein d’espoirs et de rêves. On disait que pour tromper les enfants, il fallait d’abord pouvoir tromper les adultes. De même, cet endroit avait été conçu pour que les adultes puissent aussi s’amuser.

« C’est en tout cas ce que j’ai entendu de Kaoruko. Marie, quel billet d’entrée veux-tu ? Wridra et Eve ne l’ont pas encore remarqué, alors tu peux choisir celui que tu veux, » déclarai-je.

« Oh, de si jolies couleurs ! Hum, voyons voir… Hmm… S’il n’y a pas de différence significative entre eux, je ne me soucie pas du tout de celui que j’obtiens. Mais si je devais choisir…, » déclara Marie.

Elle m’avait regardé avec un regard sérieux, et j’avais été un peu surpris. Elle avait étendu son doigt et l’avait laissé un peu vagabonder. Elle avait fait plusieurs fois l’aller-retour entre le lapin et la grenouille, contredisant complètement ce qu’elle venait de dire. Et finalement, elle avait arraché un seul billet de la bande.

« Je choisis le lapin. Ce n’est pas parce qu’il est mignon ou quelque chose comme ça. Comme tu le sais, c’est un animal très commun dans les forêts elfiques. Il me donne juste un sentiment de familiarité, c’est tout, » expliqua-t-elle assez calmement, mais son regard n’avait jamais quitté le ticket dans sa main, et je pouvais voir un faible sourire friser le bord de ses lèvres. Elle laissa échapper une bouffée d’air par le nez, apparemment satisfaite de sa sélection.

« Je suis heureux que tu sembles l’apprécier. Mets-le dans cet étui pour pouvoir l’accrocher autour de ton cou par le cordon qui y est attaché. Maintenant, lequel dois-je choisir… ? » demandai-je.

« Oh, c’est le billet d’entrée pour Grimland ? Alors, je vais en choisir un, » Wridra tourna la tête vers moi afin de me regarder, et elle prit celui imprimé avec l’image de la grenouille hésitante, contrairement à la fille elfe. En y repensant, Wridra avait toujours été entourée d’hommes-lézards, donc peut-être que les grenouilles étaient des créatures qu’elle connaissait aussi d’une certaine manière. Alors que je réfléchissais à cela, une paire d’yeux bleus avait ensuite rencontré les miens.

« Il ne reste plus que la vache et le chien ? Ah, alors je prends le chien. De toute façon, tu as l’air plutôt endormi, donc la vache te va probablement mieux. » Eve avait souri en prenant un billet, me laissant avec le dernier. Je ne m’étais pas vraiment soucié de celui que j’allais prendre, mais je devais admettre que voir le visage de la vache à moitié endormie était un peu triste.

« N’oublie pas de mettre ton billet dans l’étui et de l’accrocher autour de ton cou. Ce serait un énorme problème si tu finissais par le perdre, » déclara Marie. Je ne pouvais pas dire si elle ne faisait que veiller sur moi ou si elle voulait rire de moi. En voyant les deux visages endormis qui se superposaient, les trois filles avaient éclaté de rire.

Je vois, donc elle voulait faire de moi la risée de tous.

J’avais fait passer le groupe par le portail et devant nous, il y avait une foule dans le quartier commerçant. En levant les yeux, il y avait un plafond transparent pour nous protéger de la pluie, et même cela avait réussi à attirer des bruits surprenants de la part des trois autres.

« Tout le plafond est recouvert de verre. Incroyable. Il en faut une quantité incroyable avec une grande durabilité pour supporter une telle chose, » déclara Wridra.

« Je ne comprends pas du tout. Pourquoi utilisent-ils autant d’argent pour cela ? » La réponse était : parce que les rendements justifieraient l’investissement. Bien sûr, le billet que j’avais payé n’en était qu’une partie. Marie avait tourné son regard vers les bâtiments environnants.

« Wooow, mignon ! Si mignon ! Tout ce qui m’entoure est adorable ! » déclara Marie.

Elle était tout sourire et s’amusait beaucoup. Les bâtiments colorés étaient tout à fait à son goût. Comme je l’avais prédit plus tôt, la grande rue avait été conçue pour être charmante, comme si vous vous étiez promené dans un livre d’images. Tout avait été construit avec un soin minutieux, et ces filles devaient vraiment avoir l’impression d’entrer dans un autre monde.

« Bon sang, j’ai totalement sous-estimé cet endroit. Ce truc bizarre de “voiture” était vraiment fatigant, mais je suis contente d’avoir pu voir cet endroit, » déclara Eve.

« Hein ? Oh, non. C’est juste un magasin de souvenirs, » déclarai-je.

« Hein ? » déclara Eve alors que ses yeux s’élargissaient, et Wridra avait eu une réaction similaire à côté d’elle.

« Ne me dis pas qu’ils ont mis en place ce plafond de verre et fait ce paysage urbain juste pour faire quelques achats ? » demanda Wridra.

« Ils l’ont fait, mais, hmm… Nous passerons plus tard si vous êtes toujours intéressées, mais continuons pour l’instant, » déclarai-je.

Sinon, les files d’attente pour les manèges allaient continuer à s’allonger. J’avais tenu la main de Marie pour que nous ne soyons pas séparés, et nous nous étions lentement frayé un chemin à travers les piétons qui circulaient dans la zone. Au centre du quartier commerçant, il y avait un gros bâton de bambou qui montrait son vert vif et frais.

« Hm, qu’est-ce que c’est ? Une sorte de tradition japonaise ? » demanda Marie.

« Hmm, c’est probablement pour Tanabata. Nous avons encore un peu de temps, et cela varie selon les régions, mais il y a un événement appelé Tanabata, le 7 juillet, où l’on écrit des souhaits sur des bandes de papier et on les accroche, » répondis-je.

J’avais aussi été un peu surpris par sa présence, bien que ce soit moi qui explique le processus. Je ne savais pas qu’ils allaient appliquer la culture japonaise à un parc avec un cadre occidental comme celui-ci. Marie, qui marchait à côté de moi, aimait les histoires et les traditions. Elle avait répondu par des sons emplis de curiosité oohs et ahhs en se retournant sans cesse entre le bambou et moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire