Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 5 – Épisode 9 – Partie 11

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 9 : Au pays des rêves et de la magie

Partie 11

Une fois l’attraction terminée, j’avais été très surpris de constater que Wridra avait l’air plutôt rafraîchie lorsqu’elle marchait dans le couloir.

C’est curieux. Selon mon plan, elle était censée être incapable de résister à la peur, et se retrouver dans la même situation qu’Eve. J’avais jeté un coup d’œil sur le côté pour constater que Marie avait le même regard perplexe que moi. Un point d’interrogation planait au-dessus de sa tête alors qu’elle m’aidait à soutenir Ève sur ses pieds.

« Hm, c’était vraiment terrifiant. C’était assez complexe et tout semblait très réaliste. Mais cela ne me dérange pas de temps en temps. C’était en fait assez rafraîchissant de s’agiter ainsi. » Ses talons claquaient à chaque pas, et elle étirait ses bras et ses jambes en parlant. Avec ses membres longs et élancés, parés d’une chemise blanche et d’une jupe noire de style gothique, même ces gestes les plus simples avaient un attrait féminin.

« Je vois, donc c’est comme on dit : “Une fois sur le rivage, on ne prie plus”, » déclarai-je.

« Oh, je comprends un peu ce que tu veux dire. Mon corps se sent si léger après avoir tant tremblé, » déclara Wridra.

« Quoi ? Suis-je donc la seule à avoir été totalement effrayée par la mort ? Agh… Que vais-je faire si le reste de l’équipe Diamant le découvre… ? » Eve sanglota, mais il semblerait qu’elle avait encore du mal à se tenir debout. On aurait dit qu’elle allait pleurer tout en s’accrochant à Marie et moi.

« J’avais une idée de ce que vous complotiez, mais j’ai fini par me mettre dans l’embarras là-bas. Très bien, je vais vous dire la vérité. » Wridra s’était arrêtée devant nous, puis s’était retournée pour nous faire face. Éclairé par la lumière du soleil, l’ourlet évasé de sa jupe se mit à danser.

« Je n’aime pas les monstres énigmatiques. Bien sûr, je ne crains pas du tout les esprits et les morts. Après tout, j’ai la capacité de voir des choses que les humains normaux ne peuvent pas voir, comme les esprits, la magie et les constructions magiques. Mais je n’aime pas les choses que je ne comprends pas, comme les objets qui se déplacent d’eux-mêmes, » expliqua Wridra.

Elle nous avait montré ses dents dans un geste d’enfant. Mais quand j’avais vu cette expression authentique et mignonne, je m’étais senti heureux, pour une raison inconnue. Mais c’était peut-être grâce à ce parc à thème qui avait fait ressortir l’enfant en chacun de nous que j’avais pu voir ce regard rare présent sur son visage. Finalement, Wridra avait fait un clin d’œil et avait dit. « C’est un secret entre nous », et la porte de la sortie s’était ouverte. Les nuages de pluie de tout à l’heure avaient disparu, et nous avions été accueillis par une lumière vive.

« Hm, le temps est assez beau. Alors, Kitase, je vais entendre tes excuses, » déclara Wridra.

« Désolé de t’avoir fait peur, Wridra. Toi aussi, Eve. Au fait, je nous ai réservé des places au restaurant, et je pense que vous vous sentirez mieux après un bon repas. Tout le monde a-t-il faim ? » Les visages de tout le monde s’étaient illuminés quand j’avais posé la question.

Maintenant que tout le monde avait faim à force de dépenser toute cette énergie, il était temps pour nous d’aller manger. Bien sûr, ce n’était pas un restaurant ordinaire, mais un restaurant sombre, animé, avec des boulets de canon qui volaient dans tous les sens.

Les gens de ma génération avaient probablement compris, mais les possibilités de réserver des places dans un restaurant ne s’étaient presque jamais présentées. Les restaurants pour lesquels il valait la peine de réserver étaient généralement très chers, par rapport au goût de leur nourriture, de sorte qu’il y avait quelques barrières à l’entrée pour les salariés célibataires. C’est pourquoi je voulais pouvoir préparer moi-même de délicieux plats et j’avais donc appris à cuisiner. Pour commencer, il n’y avait pas beaucoup de restaurants autour de mon logement à Aomori, donc je n’avais pas d’autre choix que d’apprendre à me débrouiller seul.

Pourtant, j’avais fait des réservations pour me préparer à cette journée, et nous voilà devant le restaurant. Le design de cet endroit me rappelait un peu la mer. Marie avait regardé avec beaucoup de curiosité son décor fantaisiste de style occidental. Les ornements des murs et les charmantes lampes exerçaient un attrait insupportable sur la jeune fille qui aimait les contes de fées.

Mais c’était aussi insupportable pour mon portefeuille. J’avais essayé de la jouer cool, mais j’avais senti un poids qui menaçait de m’aplatir. Le billet d’entrée était déjà assez cher, et l’arrivée de notre invitée inattendue mettait vraiment un bémol à mes fonds.

… Grand-père, j’utiliserai l’argent que tu m’as donné avec gratitude.

Dans mon cœur, j’avais remercié profondément mon grand-père à Aomori. Ces endroits étaient vraiment très chers. J’aurais eu des problèmes si mon grand-père ne m’avait pas donné de l’argent. Mais je dois dire que j’avais été impressionné par le fait que j’avais obtenu plus que la valeur de mon argent en termes de plaisir.

À ce moment, un menu m’avait été proposé. J’avais levé la tête pour voir un membre du personnel en vêtements propres me sourire doucement.

« Votre réservation est prête, Monsieur Kitase. La ligne de réception est assez occupée pour le moment, alors veuillez jeter un coup d’œil au menu en attendant, » déclara-t-elle.

« Merci. Tout le monde, choisissez ce que vous voulez. »

Dès que je l’avais dit, le groupe s’était rapproché d’un seul coup pour regarder le menu. Le membre du personnel semblait un peu surpris par leurs apparences voyantes et le fait qu’elles parlaient elfique. Mais j’avais été impressionné de constater que son sourire aimable n’avait jamais faibli. Elle devait être habituée à servir les clients étrangers et à gérer la situation comme une professionnelle.

Comme Eve était avec nous cette fois-ci, je n’avais pas eu d’autre choix que de parler en elfique. À propos, les cheveux blonds ondulés d’Eve se balançaient alors qu’elle écarta ses lèvres.

« Je ne peux pas lire ce truc japonais, mais… qu’est-ce que c’est que tout ça ? Combien de nourriture va-t-on recevoir ? » demanda Eve.

« Tout comme il est dit ici. C’est ce qu’on appelle un “plat de résistance”, et c’est assez courant pour la nourriture fantaisiste de style occidental. Ça commence par l’entrée, puis…, » Mariabelle l’avait expliqué avec plaisir. Elle était déjà allée dans un restaurant chic et elle était probablement la plus informée des habitants du monde imaginaire lorsqu’il s’agissait du Japon.

« Hm, ce plat de rôti de bœuf semble assez séduisant. J’ai décidé de ce menu spécial, » déclara Wridra.

« Ça a l’air bien. Ouais, je veux ça aussi ! » dit Eve. Oui, c’était un menu uniquement disponible pendant cette saison. Son contenu était assez substantiel, et je savais déjà que le prix allait être substantiel aussi. Alors que je regardais le groupe s’enthousiasmer pour la nourriture, la membre du personnel de tout à l’heure m’avait parlé sur un ton feutré.

« Monsieur Kitase, il semble que la réservation ait été faite pour trois… »

« Oh, nous avons eu quelqu’un qui nous a rejoints à la dernière minute. Je vais m’asseoir ici, bien sûr, alors pourriez-vous montrer à ces filles venues de l’étranger un peu d’hospitalité japonaise ? » Alors que je parlais au membre du personnel, j’avais senti une traction sur mon bras. J’avais regardé en bas et j’avais trouvé Marie, les yeux écarquillés, qui avait l’air plutôt triste.

« Non, tu ne peux pas rester seul. Je me sentirais si mal que je ne pourrais pas apprécier le repas, » déclara Marie.

« Non, non, rien ne me rendrait plus heureux que de vous voir toutes vous amuser. Je suis sûr que tu le sais mieux que quiconque, Marie. » Elle acquiesça d’un signe de tête hésitant avec une expression troublée.

« Mais je veux que tu restes avec nous. Tu aimes nous voir nous amuser, n’est-ce pas ? Et regarde, tu pourrais prendre des photos pour commémorer cet événement. » Avec ça, elle avait remis dans ma main le smartphone qu’elle m’avait confisqué. Le regard triste qu’elle avait sur le visage en se tenant à ma manche m’avait fait mal au cœur.

Eve regardait le menu plus tôt, mais maintenant elle regardait notre échange. Elle était sur le point de dire quelque chose, mais les mots n’avaient pas quitté ses lèvres. Ses yeux bleus étaient remplis d’émotion, mais nous ne l’avions pas encore remarqué à ce moment-là.

« Très bien, attendez un instant, s’il vous plaît, » déclara la membre du personnel d’une voix enjouée. Elle s’était inclinée et s’était dirigée vers l’arrière du restaurant, et Marie et moi avions cligné des yeux. Elle était revenue peu de temps après, puis s’était inclinée devant nous, sa queue de cheval vacillant pendant qu’elle s’inclinait.

« Nous vous avons préparé un siège supplémentaire. Veuillez vous mettre par ici, s’il vous plaît. »

Ah, elle nous montrait déjà un peu de cette hospitalité japonaise dont j’avais parlé. Non, on aurait peut-être pu dire la même chose de tout ce parc à thème. Tout le personnel ici était concentré sur la satisfaction des clients, et je n’avais pas vu un seul d’entre eux se relâcher. Cet endroit était si agréable parce que nous pouvions sentir leur attitude et leur enthousiasme, ce qui nous permettait de nous concentrer sur le plaisir. Marie avait retrouvé son expression joyeuse, s’accrochant à mon bras. Les dégâts sur mon portefeuille avaient augmenté en conséquence, mais j’étais juste heureux de la voir sourire.

Il semble que le parc à thème soit plein de surprises. Ce n’était pas un restaurant ordinaire, et lorsque nous avions franchi la porte, l’obscurité totale nous attendait. Comme nous étions habitués à la luminosité de la salle précédente, nous nous étions arrêtés un moment à l’entrée.

Il semblerait qu’ils utilisaient très peu de lumière ici. Nous entendions l’eau couler au-delà des mains courantes et nous levions les yeux pour voir des lampes d’aspect antique accrochées à cet endroit. Un vieil arbre au tronc épais était emmêlé dans le plafond, et la vue était quelque peu effrayante. Nous pouvions entendre des voix lointaines de personnes profitant des attractions, et le groupe avait réagi avec surprise, comme prévu.

« Ah, c’est vraiment une attraction !? Regardez, regardez, il y a un drapeau de bateau pirate là-bas ! »

« Hmm, c’est une sacrée surprise. Je ne m’attendais pas à voir des humains essayer de fuir les canons ici. » La réaction d’Eve l’elfe noire était mignonne aussi, car elle regardait entre moi et le bord de mer avec une expression confuse. J’avais failli éclater de rire, mais je m’étais retenu par peur d’être impoli.

Nous nous étions assis à la table préparée pour nous et nous avions remarqué la table bien dressée et les chaises élégantes dans la faible lumière. Alors que nous examinions notre environnement, un membre du personnel était venu poser calmement quelques couteaux et fourchettes sur la table.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire