Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 3 : La rencontre avec le candidat héros

Partie 5

« En effet. Normalement, un dirigeant doit prendre le plus grand soin pour assurer la sécurité de son équipe. Pourtant, il a complètement abandonné sa responsabilité à cet égard. Je suis sûr que vous avez déjà été mise dans des situations où votre vie était en danger. » Étant donné qu’ils n’étaient que deux, trois lorsque cette draconienne était présente, il était impossible qu’ils n’aient pas rencontré des situations aussi périlleuses en cours de route. Quelle que soit la puissance de la sorcière spirituelle, le groupe n’avait même pas de défenseur pour tenir ses ennemis à distance.

 

 

« Si c’était moi, je pourrais vous promettre la sécurité et une vie pleine de confort et de richesses. » Le titre de Zarish semblait avoir peu de rapport avec l’elfe venue d’un pays étranger. Il avait donc décidé de lui faire découvrir un mode de vie luxueux, au-delà de ses rêves les plus fous.

Quelle que soit sa race, les femmes avaient toujours tendance à être beaucoup plus réalistes que les hommes. Lorsqu’on leur présentait deux voies différentes, elles réfléchissaient sérieusement à celle qui serait la plus bénéfique, et cette réflexion influençait d’une certaine manière leur décision. Ces négociations étaient claires et simples à comprendre. En équilibrant les choix sur une échelle, il devenait évident de savoir laquelle était la plus valable.

La jeune fille y réfléchit un instant, puis elle échangea un regard avec son animal de compagnie à l’expression troublée. Elle avait ensuite écarté ses lèvres magnifiquement bien formées.

« Non, en fait. Je n’ai pas eu une égratignure. Héhé… Bizarrement, j’ai entendu des rumeurs sur des personnes blessées dans votre équipe, » répliqua Mirabelle.

« C’était… de ma faute, pour ne pas avoir vu qu’elle ne se sentait pas bien. » Il avait senti quelque chose le transpercer. Sa réponse avait rebondi de la balance qu’il lui avait présentée, et il se demandait si elle n’avait pas senti sa valeur, bien qu’il ait été salué comme le candidat héros. La pureté qui se dégageait d’elle la faisait clairement passer pour une jeune fille innocente, mais un sentiment d’intelligence profonde contredisait cette énergie.

Zarish avait été honnêtement déconcerté.

C’est pourquoi les elfes sauvages sont si pénibles à gérer… Très bien, je vais prendre mon temps.

« Eve, combien de temps peux-tu le retenir ? »

« … Si vous l’ordonnez, je peux le conduire dans ma chambre, mais…, » répondit Eve par télépathie.

« Fais-le maintenant. »

Il avait rapidement interrompu la conversation privée et avait souri à la fille qui le regardait. Son beau visage devait lui sembler tout droit sorti d’un conte de fées. Il était peut-être trop difficile à supporter pour une fille qui avait grandi dans une forêt sans nom.

« Ah, Mariabelle, je souhaite seulement devenir votre ami. On dirait presque que je suis venu dire du mal de votre chef, » déclara-t-il.

« Ami… ? Hum, non merci… Je n’ai pas non plus besoin de ça, » répliqua Mirabelle.

Non merci ? Pense-t-elle que j’essaie de lui vendre quelque chose ? Il avait gardé le sourire, mais intérieurement, il avait eu du mal à comprendre ce qui se passait.

Il était frustré par son incapacité à contrôler le déroulement de la conversation. Il n’obtenait aucun résultat, qu’il ait poussé ou tiré, et son irritation ne faisait que s’accumuler. Comment cela était-il possible, alors qu’il avait le statut, l’apparence, le pouvoir et l’expérience du traitement des femmes ?

Il avait donc décidé d’aller droit vers son cœur morne.

Il l’avait attrapée par le bras et l’avait tirée par la taille. Son dos s’était courbé naturellement, comme s’il était entraîné dans une danse, et elle avait été laissée dans une position où ses lèvres brillantes étaient juste devant les siennes.

Mais ses hanches sveltes et sa peau lisse lui avaient donné un frisson… Ses yeux, larges et brillants d’un éclat d’améthyste, attisaient son désir de la faire entrer dans sa collection.

Oui, il voulait la faire sienne.

Il voulait la forcer à lui obéir sans poser de questions, en lui infligeant des punitions occasionnelles et en créant un lien entre le maître et le serviteur. L’excitation courait dans son corps, venant de ses hanches. C’était une sensation qu’il n’avait pas ressentie depuis très, très longtemps.

« Pardonnez-moi. J’ai été trop détournée dans mon approche. Mariabelle, je n’ai pas cessé de penser à vous depuis le moment où je vous ai vue. Vos yeux sont trop beaux pour que je les oublie. » Pendant un instant, il s’était demandé si c’était son propre cœur qui avait été pris par elle. Il avait clairement ressenti son propre désir et s’était approché pour réduire la distance entre ses lèvres et les siennes.

Il aimait la lenteur avec laquelle tout semblait bouger.

Son cœur battait comme celui d’un petit oiseau, et il appréciait la sensation de sa douce poitrine pressée contre lui. Son beau visage s’éloignait du sien, et… Attends, s’éloignait ?

Crack ! Son joli front avait été enfoncé directement dans son nez.

« Oaaargh ! » Il avait instinctivement relâché la jeune elfe et avait attrapé son nez alors qu’il était en état de choc complet. Il n’avait pas ressenti de douleur, bien sûr. Il ne pouvait pas montrer un spectacle aussi pathétique que celui d’un nez en sang.

« C’est suffisant ! J’appelle les gardes ! » L’elfe cria avec une colère évidente, son front étant rouge à cause de l’impact.

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle menace d’appeler les gardes sur l’homme qui deviendrait un jour un héros. Il avait la capacité, bien sûr, de les faire partir avec facilité si la situation s’y prêtait. Mais il était resté là, immobile, son amour-propre à toute épreuve ayant été écrasé.

Il avait regardé l’ourlet de sa manche s’agiter alors qu’elle rentrait en courant dans la salle. Après avoir regardé dans le vide pendant un certain temps, ses lèvres s’étaient courbées en un sourire tordu.

… Ah, alors, ainsi soit-il. Je vais devoir la discipliner comme un cheval sauvage. Je passerai du temps avec toi tous les soirs et je te rendrai incapable de penser à autre chose qu’à moi.

Zarish riait tranquillement, sentant les sombres flammes du désir s’allumer en lui.

Il ne l’avait pas réalisé, mais il y avait une chance que son cœur ait été pris par la fille elfique, ne serait-ce qu’un peu. C’est pourquoi son désir pour elle ne s’était jamais éteint, et il avait seulement continué à bouillir au fil des jours.

Il y a autre chose qu’il n’avait pas remarqué. La chatte noire qui était avec la fille avait fixé sa bague.

Chacune des huit bagues portées à ses doigts, à l’exception de ses pouces, présentait des différences subtiles dans leur ornementation complexe. Le familier de Wridra l’Arkdragon les observait avec beaucoup d’intérêt, une légère lueur brillante dans les yeux.

+ + + + + + + + + + + + + + +

« Je suis désolé, mais je dois retourner au travail… Je veux dire, bientôt à la maison. »

« Quoi ? Vous me dites que vous allez me laisser toute trempée comme ça ? Taisez-vous et emmenez-moi dans cette pièce là-bas, » déclara Eve.

« Je promets de vous rembourser plus tard pour les vêtements que j’ai abîmés. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser. » L’attitude du garçon avait soudainement changé, et il n’écoutait plus rien de ce qu’elle disait. Elle se demandait pourquoi son comportement avait changé si brusquement alors que la nuit commençait à peine, et il devenait rouge alors qu’elle avait montré son ample décolleté il n’y a pas si longtemps.

Ne sachant que faire, elle lui avait pris l’épaule, mais il avait fini par agir. Il s’était déplacé comme s’il venait de se téléporter quelques pas plus loin, laissant Eve derrière lui.

Elle était restée là, abasourdie, pendant que l’elfe en question apparaissait du balcon. Le garçon et l’elfe se prirent par la main et commencèrent à descendre les escaliers.

« Attendez, où est le Seigneur Zarish ? Ah, le voilà… » Son faible commentaire s’était immédiatement effacé dans la clameur de la fête.

Ce qu’elle n’avait pas compris, c’est que les heures de travail d’un salarié étaient absolues. Ils entraient dans le travail en suivant une ligne ordonnée même s’ils étaient en plein tremblement de terre, comme les samouraïs des temps modernes. Cependant, cette tendance avait changé ces derniers temps…

Quoi qu’il en soit, les deux individus étaient montés dans l’une des deux voitures qu’ils avaient prévues pour les ramener, puis ils s’étaient rapidement glissés dans leur lit pour dormir.

Si cela avait été un week-end, l’histoire aurait peut-être été complètement différente. Mais Wridra rentrerait de son congé maternel demain soir, et les choses iraient vite à partir de là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire