Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Prologue – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Prologue

Partie 2

« Par exemple, prends cet endroit. On dirait qu’ils essaient de construire un nouveau pays ici. Mais ça n’arrivera jamais. Maintenant, pourquoi penses-tu que c’est le cas ? » Cette réplique devait provenir de l’influence de ce jeu-questionnaire qu’elle avait fait dernièrement. La télévision avait été un outil très utile pour les études du japonais de Marie. C’était une bonne ressource pour apprendre les normes sociétales et cela avait stimulé sa curiosité. J’entendais presque la chanson thème quand elle avait posé la question, et j’avais plissé mon front comme si j’étais un concurrent dans l’émission.

« Hmm, est-ce possible… parce qu’il n’y a pas de dieu ici ? » demandai-je.

« C’est exact. C’est un peu étrange qu’il y ait toujours un dieu dans chaque pays, n’est-ce pas ? Mais tu peux aussi y penser dans l’autre sens. Peut-être que les pays ne sont créés que là où il y a un dieu, » répondit Marie.

Je hochai la tête en réfléchissant, alors que je sentais le bracelet sur mon bras. Ce système de niveaux et de compétences ressemblait beaucoup trop aux jeux vidéo du Japon moderne. C’est pourquoi j’avais pensé que ce monde faisait partie d’un rêve. Mais il semblait qu’il y avait en fait un système légitime en place pour expliquer tout cela.

« Ce qui nous amène à nous demander pourquoi ils nous prêtent leur pouvoir, » déclarai-je.

« Je suis d’accord. Il en va de même pour le dieu du voyage auquel tu demandes souvent de l’aide, mais ce n’est pas comme si on pouvait le leur demander directement. Il n’y a pas non plus de dossiers dans les livres que nous pouvons consulter, alors nous ne savons pas quand tout cela a commencé. En tant que sorcière, je trouve un peu dommage qu’on ne puisse que spéculer. » Elle avait l’air frustrée, mais j’avais le sentiment qu’on répondrait un jour à ses questions.

Au-delà de cette base et de l’autre côté de l’oasis se trouvait un trou béant qui menait profondément sous terre. Là se trouvait l’ancien donjon, qui était, comme son nom l’indique, un grand donjon qui existait depuis des milliers d’années. On pouvait entendre le rugissement du vent depuis son entrée. Il y avait un parfum primitif au vent qui venait de là et qui donnait l’impression que c’était le souffle d’une civilisation ancienne qui se réveillait. La réponse se trouvait peut-être là-dedans. En y repensant, j’avais hâte de partir à l’aventure. Mais la préparation de la tente était la priorité immédiate, alors j’avais contenu mes sentiments et j’avais recommencé à marcher.

En tout cas, nous étions arrivés au magasin de marchandises générales. Le propriétaire et l’employé étaient là, transportant et déchargeant encore leurs marchandises en toute hâte. J’avais regardé autour de moi et j’avais vu ce qui semblait être une tente, alors j’avais appelé l’homme qui inspectait les produits.

« Excusez-moi, avez-vous des tentes de rechange ? Combien coûtent les feuilles de thé d’Arilai sur l’étagère là-bas ? » Marie me regarda comme pour me demander pourquoi je voulais des feuilles de thé, mais j’avais décidé de m’expliquer plus tard. Le propriétaire, qui était un homme costaud portant un turban autour de la tête, s’était retourné en réponse. Il avait un regard de doute sur son visage, probablement parce que nous avions l’air d’être des enfants. Sans parler de la couleur de ma peau, il était évident que je n’étais pas d’ici, et j’étais avec une elfe, qui était connue pour être difficile à traiter. Il lâcha un « Hmph » dédaigneux, et continua à regarder à nouveau à travers ses biens.

« Hmm… »

« Regardez. Comme vous pouvez le voir, je suis un marchand qui travaille avec le gouvernement Arilai. Ça veut dire que je n’ai pas de marchandise bon marché et que je suis clairement occupé. Je ne peux pas me permettre de retarder l’ouverture du magasin en perdant mon temps à parler à des enfants, » déclara le marchand.

« C’est quoi cette attitude ? On n’en a peut-être pas l’air, mais on fait partie de l’équipe de conquête. Sachez que c’est grâce à la découverte faite par nous de l’ancien donjon que vous pouvez être là. » Marie plissa ses sourcils avec colère à cause du traitement excessivement grossier. Pour commencer, c’était une elfe qui n’aimait pas les humains, et je pensais qu’elle était devenue beaucoup plus calme depuis. Elle avait eu des contacts avec des voisins au Japon ces derniers temps, donc ça avait pu aider. L’ambiance entre le marchand et la jeune elfe devint de plus en plus tendue à mesure que je considérais ces choses, et je m’installai entre eux.

« Comme elle vient de le dire, c’est nous qui avons découvert le donjon. Vous pouvez facilement confirmer avec un responsable si vous ne nous croyez pas. Pourriez-vous nous vendre une tente pour trois personnes ? » J’avais baissé la tête, et l’homme avait semblé y réfléchir. Il s’était ensuite mis à genoux et s’était levé. Mais, pour être honnêtes, c’est là que les choses étaient devenues un peu ennuyeuses. Contrairement au Japon, il n’y avait pas d’étiquettes de prix sur les articles, seulement le prix courant convenu par les marchands. Il m’avait regardé de la tête aux pieds, essayant sans doute de comprendre à quel point il pouvait me prendre de l’argent. Ce genre de négociations était très pénible. Je voulais juste m’amuser dans le monde fantastique et me détendre de mon travail. Cela aurait également dû servir à expliquer pourquoi j’avais passé mes journées à voyager au lieu d’interagir avec les autres.

« Voyons voir… Il y a une forte demande de tentes en ce moment, et elles s’envolent des étagères pour une jolie somme. C’est valable pour celle-là aussi. Je dirais que ça vous coûterait environ…, » déclara le marchand.

« N’essayez pas d’arnaquer un couple d’étrangers. C’est embarrassant ! »

Il fut soudain interrompu par une voix inconnue. Je m’étais retourné pour trouver un grand homme debout là, avec ses dents blanches bien visibles alors qu’il affichait un sourire. Ses muscles étaient bombés contre l’armure de cuir qui enveloppait son corps, et ses cheveux noirs étaient courts et bourdonnaient. Ses yeux étaient presque gris, et ils avaient clairement vu beaucoup de batailles dans le passé.

« S-Seigneur Zera de la Maison Thousand ! Mes excuses, nous ne sommes pas encore ouverts…, » l’homme n’avait pas tenu compte du marchand bégayant et avait jeté un coup d’œil à son entourage. Une fois qu’il avait scruté les terrains du camp avec ses yeux aiguisés, il avait de nouveau ouvert la bouche.

« Les tentes sont prêtes. Ce sont des restes, n’est-ce pas ? La plupart des gens ici sont venus en grands groupes, donc personne n’a besoin de plus petites tentes comme celles-ci. Dites-moi, je me trompe ? » demanda l’homme.

« Oh, non, ils n’ont tout simplement pas encore eu d’acheteur. Ce ne sont certainement pas des invendus… Haha… Je dois dire qu’en tant que marchand, j’admire votre œil vif, Seigneur Zera. » Nous avions regardé, les yeux écarquillés, le marchand semblaient rétrécir visiblement. J’avais attrapé un objet que Zera tenait dans sa main vers moi, et j’avais réalisé que c’était la bouteille de feuilles de thé de tout à l’heure. Je levai à nouveau les yeux pour voir ses lèvres s’enrouler en un sourire.

« Un cadeau pour avoir trouvé un ancien labyrinthe dans un endroit où il n’y a que du sable et de la lumière du soleil. C’est un gage de remerciement de ma part. Le champ de bataille est plein de richesses, et ces marchands avides en ont plus qu’assez. Mais dans tous les cas, ils ne transportent que des feuilles de thé de la plus haute qualité. Amusez-vous bien avec cette fille, » déclara Zera.

« Merci… Merci ! Hum, combien dois-je… » commençai-je.

« Non, ne vous en faites pas. Je n’en ai peut-être pas l’air, mais… oh, je suppose qu’on peut le voir à la réaction du marchand. Je suis décemment à l’aise et je suis l’un des trois meilleurs combattants de cette bande. » Il se vantait ouvertement, mais son attitude décontractée ne donnait pas une impression désagréable de lui. Son corps était grand et musclé et semblait contenir une chaleur intérieure, rappelant un peu celle d’une panthère noire. Zera nous fixa un moment avant de rouvrir sa bouche.

« Maintenant que j’y pense, monter la tente avec vous deux serait un travail difficile. Je sais ! Je vais demander à l’un de mes hommes de vous aider, alors il va l’installer en un rien de temps. Où est-ce que vous logez ? » déclara-t-il.

Whoa, ce gars est si gentil ! Je me demandais si je ne devais pas me méfier qu’il essaie de nous faire un coup dans le dos, mais il avait donné l’impression que quelqu’un dorlotait des touristes mal informés, et tout ce que je pouvais faire était de hocher la tête à plusieurs reprises. Il avait fini par tenir parole. Le bruit des piquets que l’on enfonçait dans le sol retentit pendant un certain temps, et la tente fut bientôt installée. J’avais été quelque peu émerveillé de découvrir qu’il y avait des gens si gentils.

 

 

Une faible lumière était allumée, et de nombreuses tentes s’étaient remplies de lumière. La vue du haut d’un plateau me rappelait la cérémonie de la lanterne flottante appelée « toro nagashi ». En levant les yeux, j’avais vu que le ciel à l’ouest avait été teinté d’un rouge plus vif, et que l’on pouvait voir au loin la silhouette floue des montagnes. La tente maintenant construite avait une structure circulaire à la base avec un plafond pointu. Il y avait de multiples couches de tissu étalées, apparemment pour aider à guider l’écoulement du vent. Elle avait l’air très asiatique dans son design, ce que j’avais trouvé intéressant sans parler du fait qu’il y avait de l’encens pour éloigner les insectes, ce qui ajoutait à la similitude.

« Il fait plutôt froid ici. C’est étrange qu’il fasse si froid la nuit dans le désert. » Marie s’était déjà changée en pyjama de soie, assise sur une chaise tout en brossant ses cheveux blancs. Notre tente était différente de ce qui était considéré comme une tente pour trois personnes dans le sens moderne du terme, et elle avait été nommée ainsi d’après les normes des résidents qui y vivaient. J’avais été surpris de constater que même avec les chaises et le matériel de couchage que nous avions placés à l’intérieur, il y avait encore de la place.

« Hmm, j’ai tellement l’habitude de camper à l’extérieur que c’est trop luxueux, » déclarai-je.

« Oh ! Mais si tu veux mon avis, je dirais que tu es trop primitif. Les gens normaux comprennent qu’un bon lit et un bon foyer sont des nécessités de base. En passant, je pense qu’une télévision et un bain sont aussi des nécessités. En fait, il y a plus. Anime, collations, cuisine japonaise… Oh, mon Dieu, il y en a peut-être plus que je ne peux compter. » La jeune fille avait compté les articles de sa liste avec ses doigts, mais elle avait sorti un « Hmph » et était retournée se brosser les cheveux. Hmm, il semblait que les standards de Mme l’Elfe devenaient de plus en plus luxueux. C’était peut-être moi, mais j’aimais bien quand les jolies filles me demandaient des choses. Certains auraient pu penser que j’étais un peu bizarre, mais beaucoup d’hommes pouvaient sûrement comprendre ce genre de sentiment.

« C’est comme ça que les gens finissent par gâter leur nièce, » murmurai-je.

« Hm ? As-tu dit quelque chose ? » demanda Marie.

La jeune fille se retourna avec une expression de doute et traversa le tapis en s’approchant de moi. Le tissu duveteux semblait un peu chatouilleux sur ses pieds nus. Peut-être qu’elle était juste ravie par la texture luxueuse, mais elle s’était penchée avec un rebond dans sa démarche. Elle s’était ensuite jetée sur le lit sans se soucier des bonnes manières.

« Ahhhh, si confortable ! Je pensais que Zera n’était qu’un beau parleur, mais on dirait qu’il est vraiment riche. Tiens, dépêche-toi de te joindre à moi. Je veux que tu ressens également à quel point c’est merveilleux. » Elle s’était écrasée sur le lit, le cul et le visage tournés vers moi, faisant de la place pour moi sur le lit. J’aurais aimé qu’elle se rende compte à quel point c’était douloureux pour moi en tant qu’homme quand elle m’avait pressé de me dépêcher pendant que je regardais cette pose.

« Il a vraiment pris soin de nous, en nous prêtant tous ces meubles. Oh, je peux dire que celle-ci est vraiment chère par sa texture, » déclarai-je.

« Ah, donc tu peux aussi le dire. Es-tu au courant ? Zera a même amené des domestiques. La plupart des gens riches ont tendance à être difficiles à traiter, mais cet homme est différent. J’ai l’impression qu’on a tellement gagné sans rien faire ! » déclara Marie.

Marie, qui avait un certain nombre de désirs mondains pour une elfe, avait une admiration pour les produits de luxe. Cela expliquerait pourquoi elle avait quitté la forêt d’où elle venait, mais je ne pouvais rien dire, car elle parlait joyeusement, et je l’avais trouvé plutôt adorable. Je m’étais couché aussi, et elle s’était retournée et s’était appuyée sur moi sans hésiter. Il semble qu’elle se sentait de plus en plus à l’aise d’être physiquement plus proche depuis quelque temps. En fait, son visage était si près que je pouvais presque l’entendre respirer de ses lèvres pigmentées. Et bien sûr, il était clair qu’elle était de bonne humeur à la vue de son visage.

« Hmm, si doux et chaud. C’est vraiment important d’avoir de l’extravagance dans sa vie. N’es-tu pas d’accord ? » demanda Marie.

Oui, il y avait certainement une juxtaposition extrême entre ce sourire brillant et fleuri et les mots qui sortaient de sa bouche bien que j’avais en quelque sorte compris d’où cela venait. L’odeur de l’encens, qui sentait un peu les épices, flottait dans l’air, et les draps et les couvertures étaient très agréables contre ma peau. La fille à côté de moi reposa sa tête sur mon épaule, et je n’avais pas pu m’empêcher d’être heureux de l’expérience.

« C’est peut-être moi qui me suis trop habitué à la parure, » déclarai-je.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Hehe, mais ça ne me dérange pas. J’en suis venue à aimer le lit et l’encens. » Avoir sa tête aux cheveux doux frottée contre moi était l’incarnation même du luxe. Ses pieds, qu’elle tapait légèrement de haut en bas, se levaient sous les couvertures. Puis elle murmura « Hup » et les plaça sur mes cuisses. Sa taille fine était juste là quand j’avais tendu ma main, et elle avait appuyé son ventre contre moi. Je pouvais sentir sa douceur et sa température corporelle, mais il me semblait que j’étais le seul à me sentir un peu gêné par elle. Elle avait mis son front sur mon épaule, puis elle avait gloussé. Puis, alors qu’elle était apparemment submergée par la chaleur des couvertures, ses paupières s’alourdirent. Elle était pleine d’énergie il y a tout juste une minute, mais nous avions fait beaucoup de chemin pour arriver à cet endroit. En tant que sorcière spirituelle à l’endurance médiocre, elle devait être épuisée.

Entre les couvertures de la tente, je pouvais voir Wridra la draconienne assise devant le feu et regardant le ciel clair et bleu. Son profil latéral accentuait son menton pointu et elle clignait des yeux avec ses longs cils. Je me demandais si la vision de ces yeux aussi clairs que le ciel était différente de ce que nous voyions. Il y avait un élément fantastique dans ce spectacle, et je ne pouvais m’empêcher de la fixer alors que la somnolence commençait à me rattraper. Sa véritable identité était celle d’une Magi-Drake, une créature hors de portée pour un humain ordinaire. Mais d’une certaine façon, j’avais l’impression de pouvoir l’atteindre si j’étendais la main. Mes pensées s’embrouillèrent et, sous l’œil bienveillant de la Magi-Drake, ma vision s’assombrissant comme si j’étais tombé profondément sous l’eau.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire