Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Prologue – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Prologue

Partie 1

Click, claque ! Le bruit des pieux que l’on pilonnait résonnait dans l’air. Les hommes qui frappaient les maillets transpiraient abondamment pendant qu’ils travaillaient, mais ils ne laissaient pas la chaleur implacable du désert les épuiser. Elle leur jeta des regards distants, impressionnée par leur vigueur, alors qu’elle continuait à marcher sur le chemin herbeux.

Il y avait quelque chose d’unique dans les plantes des pays désertiques. Ils étaient épais au niveau du tronc et ressemblaient à des palmiers. Ils poussaient tout autour de la zone. Tant que le désert était doté d’une oasis, cela avait le potentiel d’être plus comme une escapade agréable dans un pays du sud. Beaucoup de gens étaient cependant en train de monter leurs tentes, ce qui avait quelque peu détourné l’attention du paysage. Pourtant, au-delà des nombreux arbres qui nous attendaient, on pouvait voir un front de mer émeraude. C’était la source de bénédictions sur le désert, et sa vue scintillante était comme un beau joyau. Ces bénédictions étaient, en fait, tout aussi précieuses qu’une piscine remplie de bijoux ici à Arilai. La vue de la jeune fille plaçant sa main contre l’arbre géant recouvert d’écorce écailleuse était assez pittoresque. Ses longues oreilles frémissaient, comme si elles réagissaient au bruit des maillets qui frappaient, et sa peau pâle indiquait clairement qu’elle n’était pas de la race humaine. Ses cheveux d’un blanc nuageux coulaient dans le vent, scintillant de plus en plus sous le soleil. La jeune fille se retourna lentement, montrant un aperçu de ses dents nacrées.

« L’oasis est si belle d’ici. Cet endroit était rempli de monstres il n’y a pas si longtemps. Je suis contente qu’ils soient partis maintenant. Maintenant, je peux jouir de cette vue en paix. »

Sur ce, la jeune fille avait tendu la main dans l’expectative. Sa peau était pâle et ses doigts minces. Son bras était enveloppé dans sa robe de sorcière, tandis que son autre main tenait un bâton impressionnant. J’avais tendu la main pour rencontrer sa main, et elle l’avait tenue sans hésitation. Alors que je me demandais ce qui allait se passer ensuite, elle s’était rapprochée de plusieurs pas. J’avais trouvé ses yeux directement devant les miens et j’avais senti ma poitrine battre avec force. Les joyaux violets devant moi étaient plus éblouissants que l’oasis elle-même, et ses lèvres douces et pâles pouvaient charmer tous ceux qui les regardaient. J’avais toujours été troublé par sa beauté et sa féminité, malgré sa jeunesse presque enfantine. Elle pointa ensuite son doigt vers l’avant de l’oasis.

« Jette un coup d’œil ! La vue est magnifique. Nous allons camper ici pour la nuit. Nous devons nous dépêcher avant que ces humains aux yeux aiguisés ne prennent notre place, » déclara la jeune elfe.

« Oh, c’est vrai. Demain, nous nous attaquerons à l’ancien donjon, il nous faudra donc un emplacement pour notre camp, » déclarai-je.

« Ne me dis pas que tu pensais camper comme d’habitude en plein air sans tente. Veux-tu montrer notre style de vie brut à tout le monde ici ? » La fille m’avait regardé d’un air empli de doute et m’avait serré la joue. Je n’avais pas pu m’empêcher de me sentir chatouilleux quand elle m’avait pincé avec ses doigts doux. Quoi qu’il en soit, je pensais que les elfes étaient une espèce dont le mode de vie ne faisait qu’un avec la nature, mais peut-être que ma compréhension n’était pas tout à fait correcte. Tandis que je réfléchissais à cette pensée, une grande paire d’yeux me fixait droit dans les yeux.

« Nous sommes ici en tant que représentants de la région d’Alexei. Tu ne peux pas continuer à avoir l’air d’un dormeur pour toujours. Reprends-toi un peu, » me dit-elle.

Le fait est que j’étais né avec ce visage endormi, et ce n’était pas quelque chose que je pouvais corriger si facilement.

La fille implacable qui me pinçait sans cesse la joue était Mariabelle, surnommée Marie. C’était une demi-elfe, demi-fée, dont on disait qu’elle était une espèce si belle qu’elle apparaissait dans vos rêves une fois que vous l’aviez vue. Bien qu’elle ait l’expressivité d’une jeune fille, elle avait en fait plus de cent ans et était une sorcière spirituelle, ce qui était une classe très peu commune. On disait souvent qu’il ne fallait pas juger les autres par leur apparence, mais cette maxime s’appliquait apparemment aussi aux elfes. Sa nature mystique n’avait jamais cessé de m’étonner.

« Ton visage a l’air si têtu et endormi. N’oublie pas que c’est nous qui avons découvert ce donjon ancien. On ne peut pas abandonner ce bel endroit à quelqu’un d’autre. » La fille boudait des lèvres en se rapprochant de mon visage. L’esprit masculin était plutôt compliqué, je dois l’admettre. Tout ce à quoi je pensais, c’était à quel point elle avait l’air adorable malgré son expression malheureuse. Bien sûr, si elle était bouleversée, mon esprit ne serait pas préoccupé par de telles pensées insouciantes. Ah, mais c’était troublant. Elle était si excitée qu’elle ne faisait pas attention à la distance qui nous séparait. Ses lèvres étaient juste devant moi, se séparant et se refermant en me faisant des plaintes. Je sentais son souffle et je humais son doux parfum, ce qui m’avait presque arraché à mon expression somnolente.

« Compris, Kazuhiho ? » Marie demanda et pencha la tête en me fixant dans les yeux. Il semblait qu’elle avait finalement renoncé à me changer le visage par la force, et ses doigts doux s’étaient éloignés de moi. Je me frottais les joues en regardant autour de moi, et j’avais soudain compris pourquoi elle était si insistante.

On disait qu’il s’agissait autrefois d’une zone de fouilles où l’on cherchait des pierres magiques. Cela expliquait pourquoi les montagnes Rocheuses étaient disposées en forme d’anneau, comme si un trou avait été percé en plein milieu par le haut. Il y avait des puits de mine visibles ici et là. Il semblerait que l’eau souterraine s’infiltrait des parois rocheuses après que les gens aient trouvé une source d’eau par hasard, ce qui avait fini par rendre la température dans ce petit coin incroyablement confortable. Les arbres de cette région avaient été bénis par cet environnement bien avant notre arrivée, c’est pourquoi ils avaient pu pousser si librement. De toute façon, je n’étais pas du genre à refuser une occasion d’aider une fille adorable. J’avais posé mon sac à bandoulière sur le sol rocailleux, puis je m’étais retourné.

« Alors, dépêchons-nous d’aller louer une tente. Pourrais-tu attendre ici pour réserver notre place, Wridra ? » J’avais parlé à la femme aux cheveux noirs qui observait la vue jusqu’à maintenant, et elle s’était tournée tranquillement vers nous. La peau pâle qu’on pouvait voir entre ses pièces d’équipement était différente de celle d’un elfe, et elle semblait accentuer la couleur de ses lèvres, qui était celle d’un fruit mûr. La femme s’appelait Wridra. La corne sur son front et la queue qui vacillait derrière elle indiquaient clairement qu’elle n’était pas qu’une femme ordinaire et jolie. La plupart des gens auraient été surpris d’apprendre qu’elle était en fait une Magi-Drake dont le niveau était supérieur à 1 000, s’ils avaient pu le croire dès le départ. Nous étions devenus des compagnons de voyage dans une tournure inattendue des événements, et j’avais encore du mal à y croire moi-même. Qui aurait cru que j’aurais pu m’aventurer avec quelqu’un qui m’avait tué ? L’armure semblable à une robe qu’elle portait était de couleur noire assortie, et ses détails étonnamment complexes étaient devenus visibles à mesure qu’elle s’approchait. Elle avait d’une tête plus grande que nous, et ses lèvres devenaient souriantes après qu’elle eut balayé ses cheveux du visage d’une main.

« Non, ça ne me dérange pas. Cette pierre semble être un bon endroit pour s’asseoir. Je vais me reposer ici, alors, vous deux, allez à votre précieux rendez-vous main dans la main. » Elle parlait d’une voix séduisante, mais l’air qui l’entourait était différent de celui d’un humain. Ce sentiment qu’elle dégageait était probablement dû à son héritage draconien, mais elle semblait encore plus aimable et charmante qu’un humain quand elle souriait. C’était étrange de voir à quel point l’impression qu’elle allait donner changeait en fonction de son humeur. Comme j’étais perdu dans mes pensées, j’avais senti Marie serrer fort ma main.

« Il n’y a rien de mal à se tenir la main. Je ne sais pas comment c’est pour les draconiens, mais les enfants le font tout le temps, et cela a même l’avantage de nous empêcher d’être séparés, » déclara Marie.

« Ha, ha, ha, je ne voulais pas me moquer de toi. Bien que je trouve adorables les enfants d’hommes et d’elfes comme vous. » Wridra gloussa, clairement amusée, avec l’attitude proche de quelqu’un agissant avec ses propres enfants. La demi-elfe, demi-fée, à côté de moi avait plissé son front pour être traitée comme une petite fille, puis s’était tournée vers moi avec un regard mécontent dans les yeux.

« Oublie ses commentaires idiots. C’est parti. Allons-y. Pas à un rendez-vous, mais à une promenade, » déclara Marie.

Après ça, elle avait tiré sur ma main et s’était mise à marcher. Marie sortit la langue à Wridra pendant que je trébuchais derrière l’elfe, et la draconienne ria joyeusement à haute voix de l’audace de la fille. Maintenant, c’était l’heure de notre rendez-vous… Je veux dire, il était temps d’aller louer une tente pour y passer la nuit.

Le vent chaud nous brossait les joues, et le sol sous les pieds se transformait en sable sec à mesure que nous nous éloignions de l’oasis. Mais quand j’avais regardé le visage de Marie à côté de moi, elle avait l’air d’aller beaucoup mieux que lorsque nous traversions la région désertique auparavant. Elle n’arrêtait pas de se plaindre en chemin. Ses yeux pourpres pâles regardaient avec curiosité autour d’elle, et ses oreilles étaient dressées comme pour écouter les bruits qui nous entouraient.

« Il y a du tissu partout. Je suppose qu’il faut s’y attendre… Regarde, il y a même des plafonds en tissu entre les tentes ! » déclara Marie.

« Cela doit être destiné à fournir de l’ombre au soleil. Je ne sais pas grand-chose du camping dans les pays désertiques, mais ils ont trouvé des solutions assez créatives. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils aient déployé des contre-mesures pour le soleil avant de mettre en place des défenses. » C’est dire à quel point il pouvait être difficile de faire face aux rayons de chaleur qui rôtissaient lentement votre peau. Le tissu soufflait et dirigeait le vent de l’oasis vers nous, ce qui rafraîchissait agréablement ma peau couverte de sueur. Des hommes portant des sacs de sable étaient passés devant nous alors qu’ils se parlaient.

« Cet endroit n’a rien à voir avec les rumeurs. J’ai entendu dire qu’il grouillait de monstres et qu’il faisait si chaud que cela te ratatinait. Nous devons être bénis par le Dieu de la Terre pour avoir un si grand terrain de camp ici. »

« Tu peux le dire encore une fois. Je parie qu’on va déterrer des tas de pierres magiques en un rien de temps. » Nous avions regardé les deux rires l’un à côté de l’autre et nous nous étions remis à marcher. Le « Dieu de la Terre » qu’ils avaient mentionné faisait référence à l’un des dieux vénérés dans chaque pays. Apparemment, il y avait un dieu pour chaque pays. J’avais beaucoup voyagé, mais il me semblait que la culture ne changeait jamais, où que j’aille. Il y avait des théories sur les raisons pour lesquelles cette pratique unique avait vu le jour, mais il y en avait tellement que je ne pouvais pas dire laquelle d’entre elles était vraie. J’en avais parlé à Marie, et la fille m’avait regardé avec ses grands yeux. Pour une raison quelconque, elle semblait de bonne humeur.

« Oh, je suis surprise que tu ne le saches pas alors que tu as voyagé à travers tout le pays. Et si je te disais que nous, les sorciers très compétents de la région d’Alexei, l’avons à peu près compris ? » demanda Marie.

« Quoi ? Vraiment !? Je veux savoir ! » J’avais peut-être un problème. Je n’avais pas pu m’empêcher d’être fasciné par le monde fantastique, et c’était probablement pour cela que j’avais mis tant d’efforts pour apprendre les différentes langues. Marie sourit, me voyant si curieux quant à sa réponse, et courut sa main dans ses cheveux blancs avec un sourire satisfait.

« Le bracelet que nous portons tous les deux. Cela en fait partie. Compétences, magie et niveaux. Ne les considérerais-tu pas comme peu trop pratiques ? On dit que ce sont des pouvoirs que Dieu nous a conférés. Personne ne sait depuis combien de temps ils sont là. » J’avais acquiescé d’un signe de tête pensif en réponse. Personne dans ce monde ne doutait vraiment de l’existence d’un être divin. Tout comme moi avec mon « Sur la Route », une capacité de mouvement sur de longues distances qui empruntait les pouvoirs du dieu du voyage, il y avait beaucoup de gens qui avaient reçu des bénédictions similaires. Un animal ressemblant à un cheval passait à proximité, tirant une charrette bruyante chargée de nombreux sacs. Il semblerait que l’installation des tentes était presque terminée et qu’elles étaient passées au transport de marchandises. Marie étendit les bras vers l’extérieur comme pour faire un geste vers les passants occupés.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire