Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 1 : Faire des emplettes avec Mme l’Elfe

Partie 1

Lentement, je m’étais réveillé. J’étais dans la pièce habituelle, à l’endroit habituel, dans le Japon habituel. La lumière du soleil filtrait à travers les rideaux, et je pouvais entendre le faible bruit du vent à l’extérieur. Les oiseaux gazouillaient pour accueillir le matin, annonçant le début d’une nouvelle journée. J’avais jeté un coup d’œil au réveil pour voir qu’il était huit heures du matin. J’avais l’impression d’avoir dormi un peu plus tard que d’habitude. Je bâillai en pensant que j’avais fait un autre beau rêve la nuit dernière. Oui, tous les événements et toutes les conversations qui s’étaient produits plus tôt étaient contenus dans mon rêve. C’était si réaliste, et l’elfe à moitié fée était si mignonne, que j’attendais toujours avec impatience mes rêves dans un conte de fées. Mais cet endroit, le Japon, m’attendait toujours au réveil, ce qui m’avait laissé un peu de mélancolie.

« Je ne travaille pas aujourd’hui. J’aurais pu dormir un peu plus longtemps. »

J’avais déplacé les couvertures en murmurant, posant mes pieds sur le plancher qui était frais comme c’était le début du printemps. Depuis que j’étais jeune, j’avais toujours eu hâte de réaliser mes rêves. Je pouvais profiter du monde fantastique que j’aimais tant quand je le voulais, alors il était facile de comprendre pourquoi je voulais toujours quitter le travail le plus tôt possible, même si j’étais salarié. Mais, bien sûr, je ne pouvais pas dire à mon patron que c’était parce que je voulais retourner à mes rêves.

« Hm, quel beau rêve ! »

Oh, ce n’était pas moi qui viens de parler. Je m’étais retourné pour voir deux mains tendues sortir de la couverture. La silhouette s’était ensuite redressée, révélant une fille aux cheveux blancs. Ses vêtements de nuit en soie s’étaient transformés en pyjamas duveteux, ses longues oreilles sortant à travers ses cheveux légèrement ébouriffés. Mariabelle l’elfe et la demi-fée. La fille avec qui je marchais dans mes rêves s’était aussi réveillée ici à Tokyo. Elle avait repoussé la couverture sur le côté, sautillant avec légèreté sur ses pieds comme pour montrer à quel point elle était éveillée. Elle avait ensuite réajusté la couverture et son oreiller et s’était rapidement approchée de moi.

« C’était un autre rêve amusant. Et demain, nous attaquerons l’ancien donjon scellé depuis plusieurs milliers d’années. Je suis sûre qu’il regorgera de trésors. Ohh, et si je ne peux pas dormir à cause de toute cette excitation, que vais-je faire ? Héhé, c’est comme un rêve devenu réalité, » déclara Marie.

La fille qui parlait joyeusement devant moi était beaucoup plus petite que dans mes rêves. Ce n’était pas qu’elle était devenue plus petite, mais plutôt que j’étais devenu plus grand… ou, plutôt, que j’étais revenu à ma taille initiale. Pour une raison inconnue, je vieillissais plus lentement dans l’autre monde. Il était certain que tout ce qui s’était passé auparavant s’était passé dans mes rêves. Mais en cours de route, j’avais découvert que le monde du rêve existait vraiment. Je crois que tout avait commencé quand je m’étais réveillé avec cette elfe un jour. Mais je ne savais toujours pas pourquoi tout cela était possible.

« Bonjour, Marie. En parlant de rêves, tu te souviens des feuilles de thé d’Arilai ? Ceux que Zera nous a donnés, » demandai-je.

« Oh, j’avais complètement oublié. Mais nous avons prévu de manger dans ce monde, alors nous prendrons ce thé demain après avoir dormi, n’est-ce pas ? » Mariabelle inclina la tête avec une expression confuse quand elle répondit. Elle n’avait toujours pas remarqué. J’avais tourné à droite et changé de direction, puis j’avais marché vers le lit en me prélassant au soleil du matin. Puis j’avais pointé du doigt l’objet sur le support à la base de mon oreiller.

« Regarde ça. Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

« Hein… ? Oh ! Pourquoi y a-t-il des feuilles de thé d’Arilai ici ? » J’aurais aimé pouvoir jouer l’effet sonore ding ding ding ding ! en réponse à la bonne réponse qu’elle avait donnée. L’ouverture était étroite comme une bouteille de lait, et il y avait un morceau de bois mou comme du liège qui servait de bouchon. Il avait été emballé avec un morceau de ficelle enroulé. Ainsi, il n’y avait aucun besoin de s’inquiéter au sujet de renverser son contenu. Il avait une conception très inégale et grumeleuse que l’on ne trouvait pas dans les articles modernes, ce qui indiquait que quelqu’un les avait tous faits à la main. En tout cas, pourquoi quelque chose de nos rêves était-il ici ? J’avais décidé d’expliquer à la fille aux yeux violets ronds devant moi.

« Comme tu le sais, nous ne pouvons apporter que de la nourriture et des boissons, comme le bento, dans le monde du rêve. J’ai fini par expérimenter un peu et j’ai découvert que je pouvais ramener quelque chose de là-bas, » déclarai-je.

« Quoi... Quoi ? Ce n’est pas possible… ! » Marie secoua la tête, les nouvelles lui tombèrent dessus. Elle avait saisi le sommet de son pyjama, alors que ses pantoufles à oreilles de lapin se tournèrent l’une vers l’autre.

« Oh ! Mais c’est possible. Cela signifie qu’à partir de maintenant, nous pouvons apporter des produits de luxe de la plus haute qualité dans ce monde sans dépenser un seul yen ! » déclarai-je.

« Superrrrr ! » Elle avait fait un petit saut en faisant fi de toutes les bonnes manières. Mais j’avais pensé que c’était compréhensible pour elle d’être si heureuse. Arilai produisait des feuilles de thé de haute qualité, même selon les standards du monde moderne, et nous avions souvent apprécié leur parfum incroyable. Même l’elfe très disciplinée ne pouvait pas attendre l’heure du thé, et elle se mit à s’occuper des préparatifs. J’étais également ravi de penser que nous l’avions obtenu gratuitement. L’argent était aussi important à avoir dans l’autre monde, mais j’étais content d’y avoir le strict minimum. Je veux dire, je ne voudrais pas aussi devoir travailler dans mes rêves. « Hehe, je me sens chanceuse même après m’être réveillée. Viens, on va préparer du thé. Je suis sûre que ça va être délicieux. »

« Ça a l’air bien. Le parfum est très fort, donc il serait peut-être bon de faire quelques ajustements, » déclarai-je.

« Hmhm, je ne peux pas attendre ! Oh, je sais. Si on veut porter un toast avec, essayons ce truc qu’on a acheté l’autre jour. Tu sais, ces fruits mijotés dans le sucre. » Ah, elle voulait parler de la confiture. C’était quelque chose que l’on pouvait trouver dans à peu près n’importe quel magasin, mais pour elle, c’était quelque chose de complètement différent. Le sucre était probablement très cher dans le passé, et dans le monde fantastique que j’aime…

« La nourriture a un goût horrible. Je vois maintenant que les assaisonnements et les préparations sont loin d’être suffisants. Il n’y a pratiquement pas de sucre, de sel ou d’épices. » Marie avait parlé avec une expression sérieuse, comme si elle évaluait des documents. J’avais pu voir qu’elle s’était habituée à cette pièce à la façon dont elle avait ouvert le sac de pain et placé du pain dans le grille-pain. Elle avait ouvert le réfrigérateur pour trouver de la confiture de fraises qui l’attendait. Voyant la jolie petite illustration imprimée sur le pot, elle sourit et la prit dans sa main.

« Nous avons beaucoup d’assaisonnements maintenant, mais cuisiner dans l’autre monde représente beaucoup de travail. Ils pensent probablement que c’est bien tant qu’ils reçoivent les nutriments nécessaires, » déclarai-je.

« Faux. Ils ignorent tout simplement ce qu’est une nourriture délicieuse. À titre d’exemple, je ne serais jamais devenue aussi bête avec la nourriture si je ne t’avais jamais rencontrée. » La fille avait soufflé dans ses joues avec la bouteille de confiture à la main pendant qu’elle fermait le réfrigérateur. Elle avait alors remarqué que je m’apprêtais à cuisiner quelque chose et m’avait regardé avec curiosité.

« Oh, une petite… poêle à frire ? » demanda Marie.

« C’est une casserole que j’ai achetée il y a longtemps et que j’ai oubliée. J’étais un peu trop excité quand j’ai commencé à vivre seul, » répondis-je.

Il n’était pas rare pour moi d’utiliser quelque chose deux ou trois fois, puis d’oublier complètement qu’il était dans l’une de mes étagères. La petite casserole sur la cuisinière faisait bouillir de l’eau. Puis, j’avais mis une cuillerée de feuilles de thé dans la casserole, dispersant un arôme fleuri dans l’air. J’avais ensuite mis le couvercle sur le dessus pour sceller le parfum et le laisser mijoter un moment. J’avais ajouté du lait dans ça, faisant passer le liquide de l’ambre à une couleur crémeuse.

« Il ne me reste plus qu’à filtrer les feuilles de thé, et… oh, je n’ai pas de passoire. Je suppose que je pourrais juste utiliser le kyusu. » Insouciant, j’avais transféré le contenu de la casserole dans une théière de kyusu et l’avais versé dans des tasses. Cela n’avait pas affecté la saveur, donc je ne voyais aucune raison d’en faire tout un plat pour les petits détails. De plus, le mécanisme de tension d’un kyusu avait été très bien pensé. Le toast semblait prêt aussi, et la jeune fille préparait activement la table. J’avais placé les tasses que j’avais aussi préparées, et notre petit déjeuner d’une splendeur ambiguë était complet.

« C’est dommage qu’on se soit réveillés de notre rêve. On s’amusait tellement à profiter du luxe, » avais-je dit à la jeune fille alors que je m’asseyais, et elle avait cligné des yeux avec une expression perplexe, assiette à la main. Après un certain temps, elle avait finalement parlé à nouveau.

« Ne t’en rends-tu vraiment pas compte ? Eh bien, je suppose qu’il serait difficile de le remarquer quand on a l’habitude de vivre ici. En tout cas, mangeons, » déclara Marie.

« Hein ? Ok, itadakimasu, » déclarai-je.

À un moment donné, nous avions pris l’habitude de mettre nos mains ensemble et de dire ce salut avant chaque repas. Marie répéta la même phrase japonaise, puis prit sa tasse à thé. Ses lèvres étaient vives, même sans maquillage, et elles avaient une sorte d’éclat. Elle semblait un peu sensible à la chaleur. Sa peau pâle faisait ressortir ses lèvres comme des fleurs quand elle soufflait sur son thé pour essayer de le refroidir. Le contenant de sucre à côté de la table était quelque chose que nous avions acheté ensemble sur un coup de tête. Elle aimait les choses parfumées comme le thé, et nous recevions de plus en plus d’articles liés à ce genre de style de vie. J’avais trouvé ça génial. C’était amusant de la voir développer une routine quotidienne, prendre de petits bibelots qu’elle aimait, préparer du thé le matin et prendre l’habitude de dire des salutations comme itadakimasu. En y pensant, mes tâches quotidiennes avant de la rencontrer consistaient à « préparer le bento et aller au lit ». Mais je m’étais dit que manger et dormir ne seraient pas vraiment des tâches quotidiennes.

Marie avait bu une gorgée de son verre blanc laiteux, et ses lèvres se recourbèrent en un sourire. Les feuilles de thé s’étaient entièrement transférées dans l’eau chaude, et le lait avait adouci la saveur. Le lait avait également servi à adoucir le parfum, ce qui était parfait pour les feuilles de thé très odorantes d’Arilai. J’avais entendu le bruit des pantoufles qui tombaient contre le sol et j’avais entendu la voix aiguë de Marie.

« Hmm… Si sucré et délicieux ! Ça ne marchera pas. Une elfe ne devrait pas être habituée à un tel luxe. Ohh, mais je n’y peux rien. Je ne peux pas retourner à une vie modeste dans la nature maintenant. » Elle avait ridé ses sourcils comme si c’était presque trop. Elle était mignonne alors qu’elle secouait la tête dans le déni de son style de vie original. Puis, elle posa sa tasse et prit le pot qu’elle avait acheté la dernière fois. La confiture de fraises avait été mijotée dans du sucre, et il y avait encore de petits restes de graines dedans. Elle l’avait recueilli avec une cuillère et l’avait étalée sur des toasts beurrés. Ses lèvres s’étaient séparées, puis elle avait mordu le bord du toast. Elle s’était immédiatement mise à se tortiller.

« Ah, si doux ! Mmm, délicieux ! Wôw, c’est réduit en pulpe, mais ça garde toujours la saveur aigre-douce du fruit. Kazuhiho, on avait raison d’acheter ça. Je commence à réaliser que les produits qui ont beaucoup de stock sur les étagères ont tendance à être vraiment bons. Je suis sûre qu’il y a des fans très dévoués pour ça. » Ses joues étaient enflammées d’excitation, et elle expliqua qu’elle venait de découvrir un grand trésor. Puis, elle avait fait la plus grande découverte du petit déjeuner d’aujourd’hui. Lorsqu’elle prit une gorgée de thé avec du pain dans la bouche, le morceau de pain, la douceur de la confiture et la riche saveur du beurre semblaient dépasser ses papilles.

Derrière Marie se trouvait la vue de la ville pleine de béton, connue sous le nom de Koto Ward. J’avais toujours regardé la vue sans réfléchir, c’était donc intéressant de voir Mme l’Elfe là, les yeux fermés et faisant une grimace comme si elle lâchait un cri silencieux. C’était comme si le monde fantastique était venu au Japon, et même le béton inorganique semblait être plein de vie aujourd’hui.

« Quoi, hey, c’est… ! » Elle jeta un coup d’œil dans les deux sens entre le pain et le thé, le doigt pointé vers chacun d’eux d’un air agité. Je n’avais pas pu m’empêcher de sourire, puis de rire à haute voix avec des toasts encore à la main.

« Comment peux-tu regarder une fille et rire comme ça !? Hmph, je vois que tu essayes de faire oublier sa discipline à cette pauvre elfe en la gâtant avec du luxe. » J’avais eu l’impression qu’elle l’avait déjà oublié il y a longtemps…

« Désolé, ce n’était pas mon intention. Si ça ne te dérange pas, pourrais-tu me passer un peu de cette confiture approuvée par les Elfes ? » demandai-je.

« D’accord, mais fais attention. C’est très sucré, et vraiment délicieux malgré son apparence trompeuse. Si tu en utilises trop, tu risques de crier. » Elle m’avait passé la confiture, et je l’avais prise dans ma main. Mais Marie ne lâcha pas prise, et je la regardais avec des yeux ronds à tour de rôle. « C’est une bonne occasion d’en parler. Je pense que le Japon est très extravagant. C’est plein de nourriture délicieuse, d’amusement, et de choses que je ne connais toujours pas. Donc, je ne veux pas que tu t’excuses. En fait, je veux te remercier. » Elle me sourit en me demandant si je comprenais, rétroéclairée par le soleil du matin. Il y avait encore des miettes de pain sur ses lèvres, et on pouvait entendre des oiseaux gazouiller à l’extérieur de la fenêtre.

Comme c’est étrange. Cela m’avait fait penser que peut-être ce monde, que j’avais un jour considéré comme complètement inintéressant, était après tout en fait un endroit amusant et étonnant. Peut-être que j’étais en train de m’éloigner du sujet. Elle attendait apparemment une réponse, car elle m’avait poussé sous la table avec ses pantoufles lapin. J’avais hoché la tête.

« C’est bien, et je suis content. Je veux que tu en profites autant que possible, » déclarai-je.

« Ça ne me dérange pas si je le fais. Maintenant, mangeons. Le délicieux pain va refroidir, » déclara Marie.

Elle avait finalement libéré le pot de confiture, et je l’avais reçue avec précaution. J’avais ouvert le couvercle et senti l’arôme sucré des fraises, et j’avais l’impression qu’il allait être absolument délicieux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire