Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 9 : Chef de Guilde des Sorciers

Partie 2

Arilai, le pays de la chaleur infernale…

Tout ce qui s’y trouvait était brûlé par le soleil, et même une simple respiration était douloureuse pendant la journée.

Les créatures qui y vivaient avaient fondamentalement reconstruit leur mode de fonctionnement pour survivre.

Telle était la vie là-bas, mais on y passait notre temps dans le confort. 

Marie contrôlait les esprits de l’eau pour disperser la brume tout autour de nous, qui s’évaporait, absorbant la chaleur.

Elle utilisait la vaporisation pour refroidir la température, une technique qu’elle avait apprise l’autre jour.

Nous avions pu utiliser ma compétence de voyage à longue distance, Trayn, le Guide des voyageurs, pour nous transporter jusqu’à un monument dédié au voyage.

Il se trouve qu’il y avait un puits près de là, alors nous avions été jusque là et avions utilisé l’eau.

« Ah, je suis si contente d’avoir appris à faire ça. Comme ça, nous pouvons nous promener alors que c’est confortable, » déclara Marie.

« Oui, mais ça ne ressemble plus vraiment à un désert… Ah ! Mais franchement, c’est vraiment bien ! Tu es incroyable, Marie ! » déclarai-je.

J’avais changé d’avis à la mi-phrase quand Marie avait cessé de vaporiser de l’eau seulement autour de moi.

Mon malaise avait augmenté de façon dramatique, et la jeune fille s’était détournée et avait levé la tête.

Ouais, ça veut dire que ma seule option disponible était de m’excuser.

Alors que j’appréciais l’odeur de l’eau, une grande ombre s’était soudain formée autour de nous.

J’avais levé les yeux pour voir Wridra battre des ailes une fois alors qu’elle descendait à proximité.

Ses ailes avaient battu plusieurs fois de plus pour ajuster sa vitesse de chute, envoyant des débris dans les airs.

Au lieu d’y aller avec nous en utilisant Trayn, elle avait transformé son armure en forme d’ailes et avait volé toute seule. Il ne lui avait fallu qu’une trentaine de minutes pour arriver, ce qui était vraiment surprenant.

« Salut. Tu es arrivé plus vite que je ne le pensais. Désolé, ma compétence a une limite de poids si stricte, » déclarai-je.

Ses ailes de dragon faisaient de lourds bruits métalliques lorsqu’elles se transformèrent en armure.

Je n’étais pas vraiment un adepte de la transformation, mais le voir en personne m’avait fait réaliser à quel point c’était cool.

« Quoi qu’il en soit, je suis incapable d’entrer dans le domaine d’un dieu. Comme je suis un être semblable à eux, ils ne me permettront pas d’entrer, » répondit Wridra.

Hein, je ne savais pas qu’une telle limitation existait.

Peut-être que les dieux ne s’entendent-ils pas ?

Si elle ne pouvait pas nous accompagner même sans son équipement, nous n’avions pas d’autre choix que d’aller séparément pour parcourir de grandes distances, malgré les inconvénients.

« Nous ne sommes pas très loin du donjon, alors pourquoi ne pas rendre visite à Mewi avant de partir ? » demanda Marie.

« Ça a l’air bien. Oh, Mewi est un membre de la tribu des Nekos. Il peut raffiner les pierres magiques, donc nous le verrons probablement plus souvent à partir de maintenant, » je l’avais dit à Wridra afin qu’elle comprenne la situation, et elle semblait y réfléchir.

« … Je suppose que tu as la chance d’avoir eu une telle réunion. Alors, allons-y, » déclara Wridra.

Que voulait-elle dire par là ?

J’allais trouver la réponse à cette question bien assez tôt.

Notre voyage confortable s’était poursuivi jusqu’à Arilai.

***

Crack…

La porte s’était ouvert, et une pièce lumineuse nous attendait au-delà.

Il y avait plusieurs pierres disposées sur la table, qui étaient comme des pierres magiques supplémentaires prises dans le donjon.

Le Neko les tenait une par une avec ses pattes poilues, puis il se tourna vers les visiteurs.

Ses yeux ronds et bleus clignèrent plusieurs fois.

« Bon retour, miaou ! » déclara-t-il.

Il parlait dans sa langue universelle fraîchement apprise… avec l’ajout du mot clef pour les chats selon les ordres de Marie.

J’avais trouvé ça bizarre, mais je n’allais pas discuter la décision de Marie.

« Mon Dieu, quel petit chat travailleur tu es ! Viens par ici, » déclara Marie.

Bien qu’étant bipède, Mewi était fondamentalement un chat. Il se précipita vers l’elfe et sauta en l’air.

Il ressemblait à une poupée en peluche alors qu’il était tenu dans ses bras, les bras encore tendus.

« Il fait si chaud ! Tu sens comme le soleil. Je vais te masser l’arrière de la tête maintenant, » déclara Marie.

Ah, son visage avait l’air ridicule…

Marie, l’amoureuse des chats, frotta la tête du Neko jusqu’à ce qu’il bave de bonheur.

Ronronron.

J’allais demander s’il y avait eu des changements dans le donjon, mais j’avais abandonné quand je l’avais entendu ronronner comme un fou.

Je savais que Marie aimait les chats, mais j’aurais aimé qu’elle le laisse tranquille.

Mais ce moment de bonheur avait été écourté lorsque la femme aux cheveux noirs était entrée dans la pièce.

« Désolée de vous déranger. Mewi, c’est ça ? Je suppose que c’est la première fois que nous nous rencontrons face à face, » déclara Wridra.

Les yeux du Neko tournèrent en voyant Wridra, et il sortit des bras de la jeune elfe.

Puis il s’était précipité sur le sol pavé de pierre.

« Ah… Il a grimpé jusqu’en haut d’une poutre. C’est bien un Neko, » déclarai-je.

« Elle sent le dragon ! » déclara Mewi.

« Ne t’inquiète pas, Wridra est gentille. Elle ne te fera pas de mal, » déclarai-je.

« Dire que quelqu’un me considérerait comme gentille. En fait, j’aimerais voir tous ceux qui pourraient encore faire preuve de malice après vous avoir vus tous les deux, » déclara Wridra.

Je savais bien que Wridra pourrait être un peu turbulente, mais je pensais que c’était une gentille dame.

Mais il était vrai qu’elle m’avait brûlé à mort quand je l’avais rencontrée pour la première fois.

Il semblerait que Mewi ait remarqué la présence de la dragonne.

Nous lui avions donné le sang de dragon et l’écaille, il n’était donc pas surprenant qu’il connaisse l’odeur.

Alors que j’y réfléchissais, la femme aux cheveux noirs s’était placée à côté de moi et avait crié vers les poutres. « Si tu ne descends pas de là dans cinq secondes, tu n’auras pas le déjeuner de Kazuhiho. »

Fwooshosh… Plop.

Il s’était précipité et s’était posé avec grâce, et Marie et moi avions applaudi.

Nous avions donc décidé de déjeuner ensemble.

 

***

 

« Je vais maintenant vous parler de la tribu des Nekos, » déclara la dragonne, et Mewi posa sa fourchette.

Comme il n’avait pas de compagnons de son espèce, Mewi avait dû s’interroger sur le passé de ses ancêtres et pourquoi ils pouvaient raffiner des pierres magiques.

Marie et moi aussi étions intéressés, alors nous avions écouté tranquillement en mangeant du yakisoba.

Maintenant que la dragonne avait attiré l’attention de tous, et elle avait posé une main sur son menton et avait regardé dans les yeux du Neko.

« Depuis les temps anciens, les Nekos étaient connus comme une tribu qui bannissait le mal. Ils ont banni le mal et protégé le peuple dans le passé. Mais maintenant, leur nombre a considérablement diminué, » déclara Wridra.

Comme Mewi ne parlait pas encore très bien la langue universelle, la dragonne parlait la langue mi-bête pendant que je traduisais pour Marie.

Le Neko regarda la dragonne avec des yeux comme du verre clair, complètement immobile.

« Vous vous demandez peut-être pourquoi c’est ainsi. Certains disent que c’est parce qu’un groupe malveillant a été envoyé d’un pays étranger. Mais la vérité est déjà enterrée dans le sable, » continua-t-elle.

Wridra avait regardé chacun de nous, puis avait porté son attention sur Mewi.

« Il y avait des pierres magiques dans les ruines du Pic d’Ujah. Mais les cieux ne les laisseraient jamais en paix ainsi. C’était ainsi parce que les pierres magiques appartiennent aux démons, et qu’elles étaient considérées comme inutiles dans ce monde. La tribu des Nekos est née avec le pouvoir de les purifier. En raison de ça, ils ont finalement été exterminés par ceux qui avaient des intentions malveillantes, » continua la dragonne.

Après ça, Wridra avait tenu la pierre remplie de sang du dragon dans sa main.

C’était un rocher qui avait absorbé le sang du Magi-Drake et qui avait une teinte bleue.

« Ainsi, la tribu des Nekos avait le pouvoir de bannir le mal, une poignée d’entre eux pouvant changer leur nature. Voilà, je vais te donner la permission de traiter mon sang de dragon, » déclara-t-elle.

« Eh bien, je ne sais encore que raffiner les choses…, » répondit-il.

« Ne t’inquiète pas, tu ne changeras la roche que dans la forme que tu désires. Essaye-le. Ce devrait être une tâche simple, puisque la pierre a pris goût à toi, » répondit-elle.

Elle avait donné le sang du dragon à Mewi.

La pierre semblait émettre une faible lumière, clignotant à un rythme semblable à celui d’un battement de cœur.

Puis, nous avions assisté à la création d’un objet magique pour la première fois.

Je m’étais assis sur le petit escalier de l’atelier, regardant la cérémonie exécutée par la dragonne et le chat.

C’était un spectacle bizarre, et la pierre connue sous le nom de sang de dragon avait changé de forme sous mes yeux.

Wridra l’avait décrit comme un changement dans la forme qu’il désirait, et c’était exactement ce que cela semblait être.

Ce n’était pas comme s’il forgeait du métal, mais il se transformait comme s’il prenait sa vraie forme.

Tout comme pour les cache-oreilles de Marie de l’autre jour, la pierre faisait un bruit pétillant et émettait une pâle phosphorescence en changeant de forme.

« Comme c’est étrange. C’est presque comme le travail du verre, » déclarai-je.

« Oui, c’est similaire, mais… tellement plus compliqué, » chuchota Marie à mon oreille.

Nous avions essayé de ne pas distraire Mewi pendant qu’il se concentrait sur sa tâche, mais ça chatouillait quand elle chuchotait avec ses mains en coupe autour de mon oreille.

Une texture fibreuse s’était fait voir et un objet en forme de bâton avait acquis des détails plus fins.

Le chat le caressait de sa main pendant que le dragon l’aidait.

Il avait fait tourner le manche et l’avait transformé en un design plus complexe.

« Souviens-toi de ça, Mewi. Tu entends la voix de la pierre et tu l’amènes vers la forme qu’elle devait être. Mais tu seras celui qui déterminera sa forme et guidera la pierre vers elle, » déclara la dragonne.

« O-Oui… ! »

La phosphorescence finale s’était installée dans l’objet, laissant…

« Ah ! Un bâton magique !? »

Marie se leva et se dirigea vers l’objet magique qui venait d’être créé.

Le matériau était à l’origine noir, mais il était devenu un bâton qui semblait être fait avec de l’argent.

« Hahaha, un cadeau pour l’elfe qui a fait preuve de courage aux sources chaudes. J’inscris le nom de Mariabelle, donnant un nouveau souffle à ce monde, » déclara la dragonne.

Elle avait écrit le nom de Mariabelle sur le bâton, puis la fille avait tendu la main.

La lumière s’était soudain déclenchée comme de l’électricité statique lorsqu’elle l’avait touchée.

Une autre chose surprenante s’était produite au même moment.

Dès qu’elle avait touché le bâton, son bracelet avait fait un bip sonore.

« Une compétence secondaire limitée a été débloquée. Veuillez sélectionner une compétence. »

« Cela ne sera actif que tant que vous serez en possession du bâton. »

Marie et moi avions élargi les yeux face à l’annonce.

J’avais pu l’ouvrir parce que nous avions partagé nos informations de statut, mais… une compétence secondaire supplémentaire ?

Puisqu’il y avait des « compétences primaires », beaucoup se demandaient s’il y avait aussi des compétences secondaires.

Nous avions finalement obtenu la réponse à cette question.

« Je vois, donc les compétences primaires sont celles que l’on acquiert par soi-même, et les compétences secondaires sont acquises avec de l’aide. Pas étonnant que je n’aie entendu que des rumeurs, » déclarai-je.

 

 

Wridra hocha la tête avec magnanimité en réponse, ce qui me donna raison.

Qui aurait cru qu’un objet magique né d’une Magi-Drake puisse même avoir une compétence qui soit imprégnée en lui… ?

Wridra me regarda avec des yeux malicieux alors que je tremblais de surprise.

« Hm, il est trop tôt pour t’en donner un. L’épée que je t’ai donnée devrait suffire. Je t’entraînerai d’abord. Ton niveau de compétence pour ton arme est trop faible par rapport à ton niveau de classe, » déclara Wridra.

Après ça, la beauté aux cheveux noirs avait souri.

J’avais réalisé que j’étais quand même un homme.

L’idée de savoir que j’avais encore un long chemin à parcourir et qu’une dragonne me guiderait avait mis une flamme ardente dans mon cœur.

« J’ai hâte d’y être. Tu es mon supérieur dans le monde des rêves, après tout, » déclarai-je.

« Hahaha, je ne peux pas attendre. Un dragon élevant un enfant humain, c’est du jamais vu. Mais je ne pourrai pas corriger ton visage endormi, » déclara Wridra.

Oh, je ne le pense pas que cela soit possible, pensai-je.

Mais j’avais de toute façon renoncé à ça il y a longtemps.

Plus important encore, je ne pouvais m’empêcher de m’interroger sur les nouvelles compétences de Marie.

Après avoir fini de manger mon yakisoba, j’avais décidé de vérifier ce qu’on appelle cette compétence secondaire, qui était à peu près une légende urbaine, en compagnie de Mademoiselle l’Elfe.

 

***

 

Les choses maléfiques.

Cela existait partout et ne différait que par l’ampleur des dommages qu’elles causaient.

Franchement, le « mal » était un être qui causait intentionnellement du mal aux autres.

Et ceux qui rôdent dans le donjon pourraient être considérés comme des êtres qui causaient des dommages locaux.

Qui plus est, ils devraient être considérés comme une ponction sur les ressources du pays.

Par exemple, il fut un temps où l’équipe de recherche préliminaire d’un donjon s’était heurtée à eux.

Ils avaient poursuivi le groupe avec ruse, et tout ce qu’ils avaient à faire était de leur donner un petit coup de pouce pour changer radicalement leur destin.

C’était simple. Ils s’étaient glissés près de l’équipe de recherche une fois qu’ils étaient entrés dans un grand espace dégagé et avaient un peu abîmé la porte.

La porte pouvait s’ouvrir très facilement.

Mais s’ils coupaient la poignée de porte et versaient de l’huile dessus, elle ne s’ouvrirait plus jamais.

Dans l’obscurité, le groupe de recherche avait trouvé un géant qui les surplombait avec une tête de dinosaure, se tournant lentement vers eux.

Ils étaient restés abasourdis, ne sachant plus quoi faire.

La peur et la panique avaient fini par s’installer en eux, et leurs cris résonnèrent tout autour d’eux.

Oh, et encore une chose.

Ceux qui regardaient la scène avaient ri de façon hystérique.

Le bruit de leurs ongles qui se grattaient désespérément à la porte était horrible à entendre.

La plupart des gens dans cette situation prieraient leurs Dieux, mais ils n’étaient même pas capables de prononcer un mot de prière.

 

***

Entre-temps, un rapport avait été reçu au château.

Le rapport indiquait qu’ils avaient perdu le contact avec le groupe qui s’était rendu dans le donjon pour une exploration préliminaire. L’homme qui supervisait l’exploration du donjon s’était levé avec une expression sérieuse.

« Serait-ce le travail d’un agent d’un pays étranger ? » demanda-t-il.

« On n’en est pas encore sûrs, mais… si c’est le cas, j’aimerais les capturer vivant. Ils pourraient s’avérer très utiles. »

Le vieil homme à côté de lui caressa sa barbe et avait souri d’un air ironique.

Son expression était vraiment joyeuse.

Le vieil homme, qui était un Grand Sorcier, semblait être du genre à apprécier une telle situation.

Inversement, le superviseur s’était levé avec une expression de dégoût.

L’épée à la taille, il quitta la pièce dans sa tenue légère.

Le vieil homme aussi se leva et le suivit.

« Hmph, le genre sans scrupules a tendance à s’impliquer quand des incidents sans précédent se produisent. »

« Ce n’est pas surprenant si l’on considère la valeur du trésor. Maintenant, ça va bientôt commencer… Les fouilles impliquant tout le pays. »

Ce jour-là, l’exploration avait commencé un jour plus tôt que prévu.

La fierté d’Arilai, 140 soldats d’élite avaient bougé.

Leur nombre devait être multiplié si l’on tenait compte de leurs troupes de soutien et ils s’étaient dirigés vers l’ouest.

Le groupe qui se dirigeait vers les ruines infernales du Pic d’Ujah comprenait deux enfants et une belle femme portant une étrange armure.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire