Autoproclamé ! La vie ordinaire d'un héros démoniaque – Chapitre 30

***

Chapitre 30 : Sentiments normaux et pouvoir débordant

Au troisième étage, les murs entre les pièces s’étaient effondrés, et il y avait de nombreux endroits où elles étaient reliées comme une seule pièce, donc les perspectives étaient bonnes.

C’était peut-être l’effet de l’effondrement, mais j’étais reconnaissant qu’il soit facile d’aller dans la direction où je pouvais entendre le son. En gardant cela à l’esprit, nous avions pu courir facilement dans ce troisième étage.

Il nous avait fallu des dizaines de secondes pour nous précipiter vers le son. J’étais ainsi arrivé devant des escaliers reliant le troisième étage et le deuxième étage.

« Quelle est cette créature ? »

« C’est comme un dragon. »

Un dragon avec des écailles qui ressemblait à l’écorce d’un arbre s’y déchaînait. Il frappait sa tête contre les murs ici et là et balançait sa queue.

Je m’étais alors demandé si c’était l’héritage dont Liza et les autres avaient parlé, le « Dragon de la gourmandise ».

À ce moment-là.

« … Chrono ! Hé, les gens savent voler ! » s’exclama Sophia.

« Quoi !? » m’exclamai-je.

Une silhouette qui avait été emportée par la queue d’un dragon avait volé jusqu’ici.

J’avais immédiatement pris la silhouette qui dessinait une parabole et je l’avais secouée. Je connaissais très bien son apparence.

« … Liza, vas-tu bien ? » demandai-je.

C’était Liza qui avait été soufflée. Elle avait versé beaucoup de sang de son front et de son nez, mais elle ria en réponse à ma voix.

« Ah, Chrono. Il y a aussi Sophia… vous êtes sain et sauf. C’est une bonne chose, » déclara Liza.

« Il n’est pas bon de s’inquiéter pour les autres. C’est une blessure grave, cette…, » déclara Sophia.

L’hémorragie avait été terrible parce qu’elle avait été repoussée par ce gros dragon. Elle ne semblait pas s’être cassée d’os, mais elle devait souffrir de graves contusions.

« Non, j’ai été un peu déraisonnable. Je n’ai pas apporté d’équipement de combat, donc c’est problématique…, » déclara Liza.

« Tu peux l’imaginer rien qu’en le regardant, non ? Qu’est-il arrivé aux autres personnes ? Il devait y avoir des professeurs, » déclarai-je.

« Ils ont été un peu blessés par l’effondrement. J’ai décidé qu’ils retourneraient d’abord au château et qu’ils demanderaient de l’aide. Jusque-là, on avait eu l’impression de pouvoir tenir le coup, » déclara Liza.

Au moment où elle avait dit « nous », Liza avait tourné les yeux vers un mur voisin. Puis, dans un creux du mur, il y avait Yukino qui était couchée avec son corps contre le mur. Elle saignait également de différentes parties de son corps.

« … Yukino s’est-elle aussi battue ? » demandai-je.

« Oui. Même si je suis un Roi-Démon, je ne suis pas du genre à avoir une grande puissance de combat. C’est un peu difficile à tenir. J’ai demandé à Salamado de m’aider, » répondit-elle.

« — J’ai honte. Mais de cette façon, j’ai dû puiser dans mes forces. Je fais une pause maintenant…, » murmura Yukino.

Yukino, qui était entrée au milieu de la conversation, mais son visage et ses membres étaient affaissés. J’avais également constaté que ses jambes semblaient blessées.

« Salamado a un contrat de contrôle avec ce dragon, donc il a aspiré ses forces autant qu’il a pu. Donc, dans cet état, je n’avais pas d’autre choix que de faire de mon mieux, donc je saigne beaucoup… Il est temps que les professeurs soient déjà dehors et appellent du soutien, donc je pense que je vais être encore un peu plus utile…, » déclara Liza.

Dès que Liza m’avait dit cela, elle avait quitté mes bras et s’était tournée à nouveau vers le dragon.

« Luo — . »

Le dragon, avec sa peau en forme d’arbre, avait tourné ses yeux hostiles vers nous. Non, dans ce cas, il valait mieux l’appeler les yeux d’un prédateur. La preuve, c’est qu’il avait exposé ses crocs et avait léché sa langue.

« Après tout, il semble que nous ne puissions pas le manquer. Mais vous pouvez tous vous enfuir. Pour l’instant, je vais faire de mon mieux pour gagner du temps, » déclara Liza en essuyant le sang sur son visage, mais elle était déjà épuisée. Cependant, elle nous avait souri.

« Parce que je suis le Roi-Démon. C’est mon travail de protéger les étudiants et les gens dans le château. Allez-y en avance, Chrono, Sophia et Salamado, et je ferai de mon mieux. Je ferai de mon mieux même si je meurs… ! »

En regardant le dos de Liza alors qu’elle essayait de marcher,

« … »

Je m’étais tenu à ses côtés en silence. Et — .

« Eh… pourquoi me tiens-tu, Chrono ? » demanda Liza.

« Ne bouge pas. Tu vas manquer de sang, » déclarai-je.

Tenant le corps de Liza, je m’étais dirigé vers Sophia.

« Sophia, puis-je te demander de t’occuper de cette personne? » demandai-je.

« Oui, oui, » répondit-elle.

« Pourquoi ne puis-je pas me battre si je peux encore le faire ? » demanda Liza.

« Il y a trop de choses dont il faut s’inquiéter quand on est forcé de mourir ici. »

Cette personne s’occupait également de la direction de l’école, et je ne savais pas ce qu’il adviendra de l’école si elle disparaissait.

C’est extrêmement difficile pour moi qui étais venu dans le but d’étudier pendant un an. À part moi, mes camarades de classe et les futurs démons auront des ennuis.

… D’ailleurs, seuls cette personne et le professeur Dante sont au courant de la situation d’esclavage entre Sophia et moi. Il serait mauvais de n’avoir personne pour assurer le suivi si l’esclavage ne pouvait être levé.

Tant subjectivement qu’objectivement, c’est pourquoi elle ne pouvait pas disparaître.

Dans cette optique, j’avais remis le corps de Liza à Sophia, en disant que c’était un sauvetage.

« Je suis désolé de demander quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Non, non, ce n’est rien… Chrono ? Euh, il y a beaucoup de chaînes qui sortent de ton bras, qu’est-ce qui s’est passé… ? » demanda Sophia.

Sophia regarda mon bras d’un air surpris. Après qu’on me l’ait dit, j’avais remarqué que plusieurs chaînes faites de lumière noire jaillissaient de mon bras qui tenait Liza.

« Oh, c’est vrai. Pourquoi est-ce ainsi ? » demandai-je.

Sans le vouloir, il y avait plus de chaînes de lumière noire. Je m’étais demandé ce qui se passait.

La réponse à cette question avait été donnée par Liza, qui était dans les bras de Sophia.

« Eh bien, le pouvoir de domination est amplifié et se manifeste lorsque les émotions de la personne sont importantes. Il semble étrange que le nombre de chaînes de Chrono ait augmenté… Chrono, es-tu maintenant... Es-tu en colère ? »

Après que Liza me l’ait demandé, j’avais immédiatement hoché la tête.

« C’est exact. Je suis en colère. »

« Oh, pourquoi es-tu en colère… ? » demanda Liza.

« Eh bien, si la personne qui s’est occupée de moi était dans un sale état, je serais en colère… Oui, je suis assez en colère, » répondis-je.

Je ne pouvais pas m’empêcher de me mettre en colère si quelqu’un qui m’avait aidé était comme ça. C’est pour cette raison que les choses qui étaient restées calmes dans mon esprit pendant un certain temps avaient été libérées. C’est pour cela qu’il y avait tant de chaînes.

Je m’étais tourné vers Sophia, même si je pensais que ce serait gênant parce que je ressemblais à ça.

« Eh bien… Je vais calmer cette colère. Sophia, occupe-toi des deux personnes au sol et protège-les, » déclarai-je.

« J’ai bien compris la demande, mais vas-tu vraiment l’affronter ? » demanda Sophia.

« Oh, oui. Y a-t-il un problème ? » demandai-je.

Quand j’avais répondu, Sophia avait fait un signe de tête précipité.

« Il y a trop de problèmes ! N’est-il pas déraisonnable de défier un dragon seul !? » demanda Sophia.

« Ah… ne t’inquiète pas pour ça. Même à la campagne, si une connaissance risquait d’être frappée par un dragon, un jeune homme comme moi se devait d’agir en tant que chasseur, » répondis-je.

« Quoi… ? »

D’ailleurs, je ne lui avais jamais dit ce que je faisais dans ma ville natale. Je n’avais pas le temps de parler maintenant, alors j’allais devoir le reporter.

De toute façon, ce lieu était bien différent de ma région, mais les choses que je faisais étaient les mêmes.

« Je le faisais à la campagne. Je suis habitué à la chasse au dragon, » déclarai-je.

« Mais la bête… ? » demanda Sophia.

C’est tout. En ce moment, ce qui est devant moi n’est qu’une bête. Avec cela à l’esprit, il ne restait qu’une chose à faire.

C’est aussi ce que j’ai toujours fait à la campagne. J’avais touché la corne sur ma tête.

C’était la seule caractéristique extérieure des diables, et c’était aussi un stockage d’énergie,

« Je dois l’utiliser pour faire face à mon adversaire, ce dragon, » déclarai-je.

Quand je l’avais serrée, elle s’était brisée comme une sculpture en sucre.

C’était une caractéristique commune aux démons, mais la puissance accumulée dans le corps pouvait être exercée à volonté. Cela ne changeait pas, même si c’était un démon.

L’énergie stockée dans ma corne avait jailli comme une fumée noire et elle s’accrocha à mon corps.

« Maintenant, laisse-moi me débarrasser de toi, Glouton Lézard (Dragon de la gourmandise). Le pouvoir d’un diable normal, mange-le à ta guise… ! » déclarai-je.

Et j’avais commencé à me diriger vers le dragon. Comme d’habitude, je faisais la même chose que dans ma ville natale.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire