Almadianos Eiyuuden – Tome 4 – Chapitre 111

***

Chapitre 111

« … Cet imbécile est un vrai casse-pieds, mais en fin de compte, ce baron est tout ce à quoi mon moi impérial peut penser actuellement. »

Si cet homme avait été vaincu par une armée de seulement 4000 hommes, alors LE détour fait par Skuld pour venir à Strasbourg en ignorant les souhaits de Gunther n’en aurait pas valu la peine.

Lorsqu’elle entendit le rapport selon lequel Kurats avait facilement vaincu l’armée des nobles rebelles, Skuld laissa échapper un cri de joie dans son esprit.

Bien qu’elle ne fût pas heureuse des actions d’Albert, il avait tout de même réussi, sans le savoir, à confirmer sa conviction que le baron serait un ennemi convenable pour elle.

« Seigneur de Bashtar, seras-tu capable d’être à la hauteur des attentes de mon moi impérial ? »

Skuld se tourna vers la terrasse, sa vue se brouillant fébrilement comme si elle était une jeune fille amoureuse.

De nos jours, les gens l’appelaient la princesse folle de guerres.

Mais ce ne fut pas toujours le cas.

Avant la mort de son père, l’archiduc de Bewersteum, c’était en fait une fille gentille et convenable qui ne pouvait pas tuer une mouche.

Quant à savoir comment un tel changement s’était produit avec le temps, tout avait commencé lorsque son père avait élaboré un plan pour assassiner Heimdall.

Ses motivations se situaient quelque part entre l’ambition et sa suspicion à l’égard de Heimdall.

Mais en fin de compte, celui qui avait été tué était l’archiduc lui-même. Il avait été insidieusement empoisonné.

Skuld avait donc fini par devoir porter le poids de toute la famille Bewerstein à l’âge de douze ans.

Heimdall avait ensuite révélé toute la vérité sur l’affaire à la jeune fille.

De plus, il lui avait personnellement donné la permission de se venger de lui lorsqu’une occasion se présenterait.

Mais Skuld n’avait pas pu tuer Heimdall.

Elle en était bien consciente.

En tant que politiciens et guerriers, la différence entre eux était trop grande. Elle ne pouvait pas être comparée à lui.

Bien sûr, Heimdall le savait très bien quand il lui avait donné la permission de se retourner contre lui.

Comme elle ne pouvait pas le faire, elle devait trouver quelqu’un qui tuerait son oncle pour elle.

Quelqu’un qui pourrait enjamber son cadavre pour récupérer la tête de Heimdall.

Si un tel homme existait, Skuld n’hésiterait pas à mourir de son épée.

Si elle avait la chance de survivre après avoir perdu contre lui, cela ne la dérangerait même pas de devenir son esclave.

Afin de rencontrer un tel homme, un homme capable de gagner contre elle et contre le héros extraordinaire qu’était l’empereur Heimdall, Skuld s’était consacrée à ne chercher que des ennemis puissants.

Cependant, un homme comme l’épéiste diabolique Gunther ne ferait pas l’affaire.

Ce que Skuld recherchait chez cette personne hypothétique n’était pas seulement la force individuelle. Elle recherchait quelqu’un qui avait de l’ambition et le charisme de ceux qui étaient destinés à régner.

Il ne pouvait pas y avoir beaucoup de personnes de ce genre dans le monde.

Mais peut-être que Kurats répondrait à ces exigences.

Skuld avait l’intuition que c’était le cas.

« Aaaah, je ne peux pas attendre. Viens prendre tout mon pouvoir, viens prendre ma vie, seigneur de Bashtar… Ufufu… AHAHAHAHAHA ! »

La belle femme, qui avait certainement perdu contenance à ce moment-là, continuait à rire comme une folle avec un sourire pur.

◆ ◆ ◆

Il y avait une raison pour laquelle le royaume laissa Kurats charger l’ennemi de son propre chef avec son armée d’une centaine de personnes seulement.

Au nord du royaume, dans la ville de Kozun, à environ 150 kilomètres du territoire de Strasbourg, la première armée d’Asgard était apparue.

Bien sûr, ils étaient dirigés par l’épéiste diabolique, Gunther.

Cependant, le seul qui pouvait s’opposer à lui était l’épée du royaume, Rosberg, ne laissant personne d’autre pour s’occuper de Strasbourg.

Certaines voix dans le royaume avaient suggéré d’envoyer des renforts à Strasbourg, mais Kurats avait refusé.

Il pensait pouvoir se battre plus librement sans que des alliés superflus viennent s’ajouter au lot.

Après tout, la principale force de frappe de Bashtar dans cette bataille était composée de Nosferatus, et non d’humains.

« Cela fait un moment, Seigneur Rosberg. »

« J’attendais avec impatience le jour où je pourrais vous affronter à nouveau, Seigneur Gunther. »

Robserg et Gunther se regardaient tous les deux en s’approchant.

Mais quand leurs chevaux les avaient finalement amenés à mi-chemin de Kozun, ils s’étaient sentis heureux de se rencontrer.

Leur dernière rencontre remontait à une dizaine d’années.

Ce jour-là, Rosberg n’avait pas failli à sa réputation d’être inégalable dans le Royaume.

C’était aussi le jour où il avait acquis son titre d’épée du royaume.

Gunther, en revanche, n’était qu’un épéiste en devenir qui venait de se faire un nom à Asgard.

Ce jour-là, il avait accompagné l’empereur Heimdall lors d’une visite à Jormungand, tandis que Rosberg s’était occupé personnellement du roi en tant que chef de la garde royale.

C’était ainsi que se déroula leur première rencontre.

Revenons à ce jour.

Il suffisait d’un regard pour que Rosberg et Gunther se rendent compte de l’extraordinaire talent de l’autre.

Trouvant un intérêt dans la situation, Heimdall leur proposa de s’affronter.

Une bataille entre le chef de la garde royale et un simple chevalier.

Cette proposition aurait dû être inacceptable étant donné le statut respectif des deux combattants.

Cependant, puisque c’était l’empereur Heimdall qui en avait parlé, et surtout, puisque Gunther et Rosberg voulaient eux-mêmes se battre, la proposition avait été acceptée.

Le combat devait se dérouler dans un terrain d’entraînement circulaire appelé Colisée, un bâtiment qui faisait la fierté de Jormungand.

Ainsi, les participants s’étaient engagés dans un face-à-face destiné à être encore un sujet de discussion dans les deux pays jusqu’à aujourd’hui.

Contre la ruée des attaques de Rosberg, Gunther avait montré la puissance défensive d’une forteresse imprenable.

Malgré le titre trompeur et imposant de « d’épéiste diabolique » qui lui sera attribué plus tard, son véritable pouvoir était focalisé sur sa défense.

Le combat acharné leur avait permis à tous deux de montrer leurs techniques jusqu’à la limite.

Il s’agissait d’un affrontement vertigineux entre l’attaque et la défense, qui dura deux heures entières.

Le spectacle était si captivant que même les paumes de Heimdall et de Christopher étaient devenues moites à ce moment-là.

La fin du temps imparti poussa les deux combattants à reprendre leur souffle et à se préparer à porter le coup final en même temps.

Rosberg choisit de tenir son épée bien haut au-dessus de lui.

Gunther, en revanche, avait légèrement abaissé le haut de son corps, en tenant son épée en bas.

En un instant, il y eut deux éclairs simultanés. Une étincelle de lumière rapide.

Avant que le public ne puisse comprendre ce qui s’était passé, les deux concurrents avaient échangé leurs positions, et l’épée de Gunther avait été brisée en deux.

« On dirait que j’ai perdu. »

Gunther sourit en regardant son épée cassée, mais Rosberg secoua la tête.

« Non, j’ai tout mis dans ce coup, et vous avez quand même réussi à le bloquer. Je suis le perdant ici. »

Rosberg avait mis toute sa puissance dans ce coup.

Même si Rosberg avait réussi à briser son épée, Gunther s’était parfaitement protégé contre l’attaque.

Avec ses compétences de l’époque, Rosberg n’aurait pas pu percer la défense de Gunther et le blesser.

Quoi qu’en disent les autres, Rosberg avait le sentiment d’avoir complètement perdu ce jour-là.

« Je vais énoncer le résultat de ce combat ! Les deux parties se sont magnifiquement battues ! »

Heimdall leva la main droite et il déclara à haute voix, ne cachant pas son excitation.

À la suite de ses paroles, Gunther et Rosberg baissèrent poliment la tête et s’agenouillèrent.

C’était la dernière fois que Rosberg et Gunther s’étaient affrontés à l’épée.

Après cela, Gunther gagna le titre d’épéiste diabolique et devint le commandant de la plus puissante armée de l’empire Asgard.

Tout cela avait finalement conduit à la situation actuelle, à l’époque actuelle.

« Ne pensez pas que je vais être gentil avec vous cette fois. »

C’était une menace tacite. Rosberg disait qu’il utiliserait son épée magique, Gerlach.

« Je ne le ferai pas non plus. Préparez-vous à voir la quintessence de la technologie magique avancée de l’empire Asgard. »

En termes de nombres purs, Rosberg avait l’avantage. La première armée de Gunther comptait 40 000 soldats, tandis que celle de Rosberg était composée de membres de l’ordre des chevaliers et de la garde royale, soit 50 000 soldats.

Cependant, en ce qui concernait les forces spéciales, Gunther avait un net avantage, à commencer par les cavaliers magiques du Chaos.

Quant à savoir si l’ordre des mages du royaume dirigé par Mordred suffirait à compenser cette différence, ce n’était pas clair.

« Nous allons régler ce combat aujourd’hui. Pour de bon. »

« Vous ne pourrez pas compter sur la médiation de Sa Majesté cette fois-ci. »

Le combat d’il y a dix ans s’était certainement terminé par un match nul, mais Gunther avait quand même bloqué la plus puissante attaque de Rosberg. Si Gunther avait été capable d’utiliser deux épées, il aurait gagné.

C’était du moins ce qu’il insinuait.

« Humph, voici donc à quoi vous ressemblez réellement. »

« L’épéiste diabolique, prêt à tout pour gagner. C’est ma vraie nature. »

Les ennemis avaient tous deux montré un large sourire.

Malgré leur différence de caractère, ce n’était que des hommes qui se frayaient maladroitement un chemin dans la vie, les batailles étant leur seul véritable terrain d’action.

« Je vous verrai plus tard, sur le champ de bataille. »

« J’ai hâte d’y être. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire