Almadianos Eiyuuden – Tome 2 – Chapitre 60

***

Chapitre 60

L’alliance du Nord termina sa formation. L’armée de Macbarn était positionnée à gauche, Moutbatten et Elsrid s’occupaient de la droite, et Lapland était au centre.

Leurs forces totalisaient 35 000 hommes.

Pendant ce temps, le camp de l’empire Asgard n’avait qu’à diviser son quatrième escadron en trois parties pour affronter chacune des armées de l’alliance.

Quant à l’escadron de rangers de Brigitte, il était maintenu en attente, servant de réserve à l’arrière de leur formation.

Considérant seulement leur potentiel de guerre, l’empire Asgard était toujours le côté dominant.

Leur nombre atteignit 52 000 hommes avec l’inclusion de l’escadron de rangers, et la puissance de feu de leurs unités de mages était naturellement aussi supérieure.

Le seul problème auquel Brigitte et Cabernard étaient confrontés était de savoir comment faire face à l’extraordinaire pouvoir de Kurats et de Frigga.

« Pour l’amour de Dieu, je n’arrive pas à croire qu’on nous force à utiliser ce trésor contre un si petit pays. »

Brigitte grogna avec haine en regardant les griffons blancs purs au centre de la formation de l’alliance du Nord.

Elle ne pouvait pas oublier son dernier combat contre Frigga.

Elle n’avait pas été vaincue, mais abandonner le duel et s’enfuir était presque la même chose que perdre.

Pour une personne aussi fière qu’elle, c’était inacceptable.

Cette fois, je vais régler les choses pour de bon. La vengeance arrive !

Son désir de vengeance brûlait en elle.

« Votre Excellence, les unités des mages volants sont prêtes. »

« Bien. Ils sont sur le point d’apprendre que leurs “grands” griffons ne sont rien d’autre que des bêtes. »

L’escadron de Brigitte n’avait reçu qu’un seul peloton de mages de l’empire. Mais bien qu’ils soient peu nombreux, c’était des élites méticuleusement entraînées.

Ils étaient tous équipés d’artefacts rares possédant l’attribut du vent, et avaient été entraînés à combattre dans les airs.

Si les ennemis voulaient transformer le ciel en champ de bataille, qu’il en soit ainsi. L’empire Asgard n’avait pas l’intention de regarder avec les bras croisés.

« Vérifiez que vous avez assez de puissance magique de propulsion. Personne ne veut vous voir vous écraser parce que vous n’avez plus de carburant. »

« Compris ! »

La magie de vol n’était pas nouvelle.

Cependant, il était impossible d’utiliser d’autres sorts offensifs en utilisant la magie de vol.

Pour faire face à ce problème, on avait créé des artefacts de vol avec des symboles magiques de haut niveau qui y étaient incorporés.

En utilisant de tels outils, un mage de premier ordre pouvait voler librement dans le ciel tout en utilisant simultanément d’autres sorts.

Brigitte était convaincue que si elle pouvait augmenter le nombre de mages dans ce peloton, ils pourraient devenir un atout majeur de l’empire Asgard, et peut-être même une branche clé de leur armée.

Pendant ce temps, Cabernard regardait le campement de Laponie, son esprit combatif brûlait.

Qu’il s’agisse de Macbarn, d’Elsrid ou même de l’alliance du Nord dans son ensemble, ils étaient tous sans valeur.

Il croyait personnellement qu’aucune nation du continent ne pourrait jamais vaincre l’empire Asgard dans une bataille entre soldats réguliers.

Tout ce qui comptait pour lui à ce moment-là, c’était de savoir comment il allait supprimer Kurats et Frigga.

« Si l’épéiste démoniaque était là, il aurait pu se battre lui-même… »

L’épéiste démoniaque était le chef du premier escadron, Gunther. S’il avait été mis dans la même position que Cabernard, il aurait pu personnellement défier Kurats en duel et le combattre de front.

Cabernard n’était pas faible, mais quand il s’agissait de sa force de combat personnelle, il était de loin inférieur à Gunther.

Il était impossible pour lui de défier Kurats dans un combat en un contre un.

« Eh bien, ce n’est pas la peine de demander la lune. Je vais quand même montrer à ce jeune homme que le pouvoir de l’empire n’est pas quelque chose dont il peut se moquer. »

Comme son aide, Cabernard regarda avec un sourire intrépide l’objet massif en argent qui avait été transporté ici depuis la capitale de l’empire.

C’était le cavalier magique, « Chaos ».

Il mesurait au total 6 m de haut, et avait assez de puissance pour détruire facilement un solide rempart. Il était également équipé d’un artefact très puissant.

Peu importe la puissance insensée de Kurats, Cabernard était convaincu qu’il ne serait pas à la hauteur du Chaos. Et même s’il l’était, il serait à tout le moins forcé de participer à un duel très équilibré contre lui.

Et tant que Kurats et Frigga seraient occupés, Cabernard pourrait laisser ses stratégies faire le reste.

« Sa Majesté m’a accordé une énorme faveur en me laissant prendre ce chevalier alors qu’il était encore au stade expérimental. J’ai une dette importante. »

Après l’avoir dit, Cabernard ordonna à l’infanterie en première ligne d’avancer.

Les fantassins lourds de l’empire Asgard commencèrent à avancer.

Alors qu’ils avançaient tranquillement, la pression d’affronter la nation la plus forte du continent s’était bien transmise à leurs adversaires.

Les soldats de Lapland préparèrent immédiatement leurs lances. Cette pression avait déjà été gravée dans leur esprit à ce moment-là.

« UNITÉS DE MAGES, COMMENCEZ À TIRER ! »

Rodrigo ordonna aux mages de Macbarn d’intercepter l’infanterie lourde de l’ennemi. Mais peu de temps après, les mages de l’empire Asgard commencèrent aussi à tirer.

Comme les mages de Macbarn avaient déjà commencé à tirer, ils leur étaient incapables de construire un sort défensif pour leurs alliés sur place.

Une pluie incessante de projectiles magiques s’abattit sur l’infanterie en première ligne des forces de Lapland, dont le nombre de mages était extrêmement inférieur.

Malgré les sorts défensifs qu’ils avaient préparés à la hâte, quelques petites sphères de feu avaient atteint leurs cibles et éclatèrent à l’impact, transformant les soldats voisins en tas de chair brûlée.

« Comme prévu, c’est un meilleur tacticien. »

Le moment choisi par Cabernard était si parfait qu’il donnait l’impression d’avoir tout calculé jusqu’au moindre souffle de l’ennemi.

Frigga avait une certaine confiance en ses tactiques militaires, mais elle n’avait pas cru une seconde qu’elle puisse vaincre Cabernard dans une bataille de stratèges.

« Je m’y attendais. »

Avec un sourire ironique, Kurats commença à tourner ses bras pour s’échauffer.

Non seulement le nombre de soldats du côté de l’alliance était moindre, mais leur chaîne de commandement était incohérente, leur puissance de feu était inférieure et leur expérience au combat était à un niveau ridiculement plus bas.

Il était absurde de leur part de penser qu’ils pouvaient rivaliser avec Asgard.

Malgré cela, Frigga avait quand même osé laisser l’empire Asgard faire le premier pas.

L’alliance devait montrer sa détermination à se battre ensemble et à verser leur sang ensemble.

Parce que la fin de cette bataille ne signifierait que le début d’une guerre ouverte contre Asgard.

« Ne chancelez pas ! Levez vos boucliers ! Ne cassez pas la formation ! »

La voix grave de Rodrigo avait parcouru un long chemin, retentissant sur le champ de bataille.

Connaissant les mages de feu dont le royaume Macbarn était fier, Asgard avait équipé les soldats en première ligne d’armures résistantes à la chaleur.

Au sein de l’alliance, l’armée de Macbarn fut la première à s’installer et à se remettre de leur confusion. Ils arrêtèrent d’attaquer inutilement avec leur magie, préparèrent leurs lances, puis se mirent en formation, prêts à rencontrer les fantassins de l’ennemi.

« Et bien, ce type est plus capable que je ne le pensais. »

{Penses-tu avoir le temps de regarder tranquillement la bataille ? L’autre flanc est déjà en train de s’effondrer.}

Bernst avait raison.

Le flanc droit de la formation de l’alliance, qui était tenue par un mélange des forces inférieures de Moutbatten et d’Elsrid, commençait à s’effondrer sous un intense barrage de sorts et sous la pression du progrès constant des fantassins lourds d’Asgard.

Les soldats des deux royaumes allaient être éliminés à la seconde où les fantassins lourds entreraient en contact avec eux, sans pouvoir résister.

« Maintenant, comment vais-je y aller ? »

{Pourquoi y aller ? Tu as enfin rempli ton pouvoir magique, ne peux-tu pas leur jeter un sort anti-armée !?}

Bernst avait parlé avec beaucoup de frustration.

Cependant, l’atmosphère de la bataille donnait l’impression à Kurats que son sang lui montait à la tête. Tout en se léchant les lèvres dans l’anticipation, il rejeta complètement les paroles de Bernst.

« Ce n’est pas mon style. »

{Attends ! Écoute-moi bien, tête de nœud !}

Sans se soucier de la protestation de Bernst, Kurats avait mis son pouvoir au bout de ses pieds et s’était mis à courir avec audace.

« C’EST CE TYPE ! IL EST EN MOUVEMENT ! »

Un éclaireur de l’armée de l’empire Asgard avait parfaitement aperçu un homme se précipitant hors du quartier général de Lapland comme une flèche en pleine course.

« Amateur ! Croyais-tu sérieusement que c’était l’étendue du pouvoir de nos mages !? »

En vérité, seulement 80 % des mages d’Asgard participaient au barrage de sorts qui pleuvait sur les forces de l’alliance du Nord.

Les 20 % restants s’étaient tranquillement préparés, attendant l’arrivée de Kurats.

« Avez-vous la cible à vue ? Il est temps de venger nos camarades tombés au champ d’honneur ! »

« Tous les réglages sont faits, nous sommes prêts à lancer les sorts ! C’est quand vous voulez ! »

« D’accord ! FEU ! »

Les sorts antipersonnel qu’ils s’apprêtaient à lancer étaient un nouveau type de projectile magique appelée Missile magique, qui pouvait automatiquement poursuivre une cible en mouvement.

Cependant…

« H-huh …? »

« Tu te fous de moi ? Pourquoi les sorts ne marchent-ils pas ? »

« Ce n’est pas possible ! Il fait en sorte qu’on ne puisse même pas jeter les sorts ! »

C’était la connaissance profonde des mages qui les faisait paniquer. Ils savaient que ce qui venait de se passer allait à l’encontre des fondements de leur compréhension de la magie.

Il était de notoriété publique que même les barrières magiques les plus élevées ne pouvaient pas éliminer complètement un sort.

Par exemple, un sort de boule de feu pourrait être réduit à une simple étincelle, mais il ne disparaîtrait jamais. Ils n’avaient jamais entendu parler de quoi que ce soit qui pourrait empêcher le lancement d’un sort.

Kurats regardait les mages agités d’un air joyeux.

{Doivent-ils tant paniquer parce que leurs sorts ont été annulés ?}

{En fait, c’est normal pour un mage de paniquer quand il ne peut pas utiliser ses sorts.}

Tout le monde n’avait pas des bras armés comme ceux de Kurats.

« Pas besoin de vous sentir si mal. Je me suis démené pour construire une barrière d’annulation magique afin qu’on puisse se battre honnêtement. Si vous êtes des hommes, laissez parler vos poings ! »

« Il n’y a rien de juste ou de logique là-dedans ! »

À ce moment-là, les cœurs des hommes de l’empire Asgard étaient tous unis.

Ils avaient déjà été témoins de la force physique absurde de Kurats auparavant.

Lui faire face dans un combat à coups de poing était la dernière chose qu’ils ne souhaiteraient jamais faire. Cette déclaration « juste et honnête » était clairement une arnaque.

« C’est dommage que vous le preniez comme ça. Cela a toujours été une règle d’étiquette de base pour les hommes depuis des temps immémoriaux. »

{Ce n’est pas de l’étiquette, tu pensais au mot tradition.}

Tout en ignorant Bernst, qui se sentait encore frustré, Kurats avait joyeusement serré le poing.

« Quoi qu’il en soit, l’essentiel, c’est qu’on va avoir une bonne conversation. »

Nous ne voulons pas d’une telle conversation !

Bien qu’ils aient tous partagé la même pensée, ils n’avaient pas d’autre choix que de combattre le monstre qui leur faisait face.

Boom !

La première victime fit un bruit semblable à celui d’un ballon d’eau qui éclatait.

C’était un sombre rappel qu’un tiers du corps humain n’était rien d’autre que de l’eau.

Le sang frais du soldat avait souillé le sol sous les pieds de son camarade alors que des morceaux de sa chair étaient misérablement éparpillés. Il ne restait de lui qu’un sac de viande.

Bien que les soldats d’Asgard avaient été habitués au champ de bataille, le fait de voir cette scène se dérouler les fit crier de terreur de façon réfléchie.

Leurs armures habituellement fiables s’étaient avérées aussi utiles que du papier ou de la boue.

Avaient-ils toujours été si fragiles ?

« Pouvez-vous vous écarter un peu ? J’ai des affaires à régler avec les mages là-bas. »

Après avoir entendu les paroles de Kurats, les soldats s’étaient rappelé le rôle qui leur avait été assigné.

Ils devaient empêcher ce monstre de piétiner les précieux mages.

Même si cela signifiait sacrifier leur propre vie.

« Continuez ! Nous devons l’arrêter à tout prix ! »

Ils savaient que les lances et les épées seraient inutiles contre lui.

Et s’ils visaient sa bouche et ses yeux ?

Rien n’était absolu dans ce monde.

Et c’était dans la nature humaine de toujours chercher des réponses.

« Unités d’arbalètes ! Tirez à volonté ! Peu importe si vous frappez vos alliés ! Ne le laissez pas s’approcher des mages ! »

« OOOOOOOOOOOOOOOH ! »

Je vois. Je n’en attendais pas moins de l’armée de l’empire d’Asgard. Kurats était impressionné.

L’esprit combatif des soldats d’Elsrid et de Macbarn n’était rien en comparaison.

Bien que les forces de Lapland avaient été motivées par le fait qu’elles étaient la ligne défensive qui protégeait leur lieu de naissance, même elles pouvaient à peine se mesurer à l’empire sur ce front.

Malheureusement, malgré leur combativité incomparable, les soldats d’Asgard n’avaient pu lutter qu’inutilement en ce moment.

« Frapper des marionnettes impuissantes n’est pas mon passe-temps, mais vous avez une belle volonté. »

{Réalises-tu que tu pourrais t’épargner des ennuis en les explosant avec de la magie, hein ?}

{Je sais, mais je ne peux pas m’exciter si je ne ressens pas la chair par moi-même, sais-tu ?}

Ce qui suivit ne prit que quelques minutes à Kurats.

Cependant, pour les soldats sur place, c’était un enfer éternel.

En quelques secondes, ce qui était autrefois un groupe de soldats s’était transformé en flaques d’eau pourpres.

Ils n’avaient aucun moyen de se défendre.

Le simple contact d’un doigt de Kurats les fit disparaître comme si leurs entrailles avaient été évidées par une lame tranchante.

Les armures lourdes et les formations de lances n’avaient rien fait pour arrêter ses attaques.

Ces hommes n’avaient jamais ressenti une telle impuissance auparavant.

Mais leurs nombreux sacrifices n’étaient pas sans valeur. Ils avaient réussi à gagner juste assez de temps pour protéger les mages.

Un objet massif en argent s’était approché de la scène. La terre tremblait sous le poids de son corps gigantesque et pourtant elle bougeait avec agilité.

C’était l’arme secrète ultime de l’empire, le cavalier magique, Chaos.

Bien que Kurats utilisait sa barrière d’annulation magique, elle ne fonctionnait pas sur les sorts qui étaient déjà actifs. Cela étant, l’artefact de grande puissance dont le Chaos était équipé fonctionnait encore parfaitement.

« Tu paieras pour ce que tu as fait à mes soldats ! »

Chaos manifestait un désir ardent de vengeance à mesure qu’il s’avançait.

Bien qu’il avait été conçu d’après un chevalier, il avait été construit avec un corps inférieur épais et multi articulé afin de stabiliser la conduite et de faciliter la tâche du pilote. Les soldats d’Asgard étaient excités de le voir en mouvement.

Son design moderne à angles vifs avait été étudié et créé grâce à l’expertise des ingénieurs magiciens de l’empire Asgard. Il s’agissait d’une technologie splendidement majestueuse.

Kurats était peut-être un monstre, mais Chaos s’était manifesté avec un tel sentiment de chaos que les soldats asgardiens avaient pu retrouver espoir.

« Oh allez, il fait comme si c’était moi le méchant ici. »

{Qui d’autre serait le méchant ? Regarde ce que tu as fait.}

Les cadavres répandus tout autour de Kurats étaient venus confirmer avec éloquence les paroles de Bernst.

« Le vainqueur a toujours raison ! Il n’y aura pas de problème tant que je gagne ! »

{Que quelqu’un fasse quelque chose pour cet abruti…}

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci encore pour le chapitre de cette histoire absurde et hilarante XD

Laisser un commentaire