Almadianos Eiyuuden – Tome 1 – Chapitre 1

***

Chapitre 1

Sur la terre stérile qui avait été détruite au point où il n’y avait même plus de gravats se tenait un garçon jeune et mince aux yeux froids et sans émotion, regardant le Roi des Démons dont le corps était blessé de partout.

«---- Grand-malheur. »

Sans même chanter, le garçon murmura directement un mot comme s’il le crachait.

Au même moment, un vide total et sombre, qui pouvait même absorber la lumière apparut de la main droite du garçon.

Cette énorme énergie pourrait engloutir tout le continent, sans parler du Roi des Démons qui était tombé et qui sentait la mort approcher de lui pour la première fois de sa vie.

Cependant, il n’y avait pas d’émotion profonde dans les yeux du garçon qui lui faisait face.

Même s’il était encore très jeune et était seulement dans la première moitié de son adolescence, son expression faciale était celle d’un sage qui avait atteint une sorte d’illumination après avoir vieilli.

Cette expression donnait l’impression de tout connaître, même le résultat de ce combat, et mettait en évidence l’énorme différence de pouvoir entre lui et son adversaire.

Même le mot irrationnel semblait faible pour décrire ce garçon qui avait enragé le Roi des Démons.

« Enfoiré ! Comment oses-tu ! Tu penses que tu peux me tuer ?! Tu penses que tu peux tuer Melchior, le Roi des Démons, le souverain suprême de ce monde ?! »

« ... Quelle blague ! Ta magie pourrait aussi bien être qu’un simple tour de passe-passe. »

L’énergie sombre était si petite qu’elle pouvait tenir dans la paume du garçon.

Cependant, même le Roi des Démons lui-même savait que, bien qu’il avait la possibilité d’utiliser une barrière de défense magique capable de repousser les armées du monde, elle serait aussi efficace qu’une feuille de papier contre l’attaque de ce garçon.

Le Roi des Démons Melchior ne pouvait s’empêcher de réaliser qu’il n’y avait plus d’utilité à résister.

Le pouvoir du garçon était simplement irrationnel et irrésistible.

« Pourquoi ? Pourquoi un être humain a-t-il autant de pouvoir ? »

Melchior, qui avait réussi à devenir le Roi des Démons le plus fort de l’histoire et qui avait finalement amené l’humanité au bord de l’extinction, allait-il être tué si facilement ?

Pourquoi ? Pourquoi un enfant humain aussi insignifiant avait-il autant de mana, et pourquoi sa magie était-elle encore plus avancée que celle du Roi des Démons ?

Melchior n’avait plus la place pour être en colère ou effrayer, tout ce qui restait en lui était la confusion, le désarroi de cette situation qu’il ne pouvait pas comprendre.

Mais le garçon n’avait même pas offert un seul mot en réponse à la question du Roi des Démons.

Le vide sombre tomba instantanément sur le Roi des Démons et l’engloutit, le transformant en atomes sans laisser de poussière.

– Personne n’avait jamais été capable de vaincre ce Roi des Démons, il était censé conquérir le monde à la fin.

Que ce soit le célèbre héros, le noble chevalier ou même le mercenaire devenu le légendaire roi de l’épée, tous avaient été battus et piétinés par Melchior, il était le Roi des Démons le plus fort. Et pourtant, ce garçon avait annihilé ce même Roi des Démons en jetant un sort de manière désinvolte avec un simple mouvement de la main.

Au-delà de la friche rouge qui s’étendait à perte de vue, les seules traces laissées par le Roi des Démons le plus fort étaient la terre qu’il avait détruite et les montagnes qu’il avait écrasées.

Personne d’autre n’avait pu intervenir dans ce combat entre ces deux personnes, pas même les subordonnés du Roi des Démons qui se tenaient à distance, ni les mages de la cour royale du royaume, qui avaient utilisé l’art de la clairvoyance pour regarder le combat.

« Est-ce un rêve... ? »

En raison de la différence de pouvoir excessive, toutes les personnes qui avaient assisté à la bataille contestaient leur propre santé mentale.

À l’instant, le monde avait été poussé dans une nouvelle ère, une ère sans Roi des Démons.

***

– * clack *.

« ... Hum, quelle perte de temps ! »

Alors qu’il le disait d’une voix rauque, le vieil homme, qui jouait avec sa longue barbe qui atteignait sa poitrine, fit disparaître le jeune garçon, son propre alter ego, comme s’il brisait une marionnette inachevée.

Cette fois-ci, il ne lui avait fallu que trois jours pour exterminer les démons et le Roi des Démons. Il avait pu le faire sans même avoir à faire d’effort. Cela avait été loin d’être un dur combat.

L’ennemi avait été trop faible pour affecter l’esprit du vieil homme.

La bataille avait été complètement insignifiante, comme si tout ceci n’avait été qu’un simple scénario, préétabli, déjà gravé dans la pierre.

Le vieil homme ne pouvait plus faire appel à son train-train quotidien, consistant à soumettre les autres à son pouvoir supérieur.

– Cela faisait peut-être cent ans qu’il avait commencé à faire ce genre de jeu.

 

 

Le vieil homme, qui ne pouvait plus trouver de stimulation dans son propre monde, le cherchait dans d’autres mondes.

L’obtention d’un corps immortel avait maudit le vieil homme alors qu’il possédait un pouvoir écrasant qui s’accompagnait d’un ennui insupportable.

Cet homme était une partie des éléments du monde, il était égal à un dieu, et son nom était George Bernst Von Almadianos.

Ayant atteint le sommet de la magie, il était le plus puissant dirigeant du monde des Dormondes.

Le jeu qu’il avait inventé consistait à envoyer ses propres alter ego dans différents mondes et à les contrôler.

Ce vieil homme, était devenu une énorme existence dans son propre monde, transmigra vers d’autres mondes pour assouvir son ennui.

À certains moments, il devenait un Roi des Démons qui régnait sur le monde, d’autres fois, il devenait un héros qui vainquait le Roi des Démons.

Afin de s’amuser dans ces différents mondes, il limiterait son pouvoir au millième ou moins du pouvoir qu’il possédait dans le monde des Dormondes.

Réduire fortement son pouvoir lui permettrait d’accomplir son devoir dans ces autres mondes avec plus de difficulté, mais le vieil homme croyait que cela lui donnerait au contraire le frisson qu’il n’avait pas ressenti depuis longtemps.

« ... Cependant, le problème est que je suis trop fort. »

Même s’il l’avait nettement diminué, le pouvoir de Bernst était toujours hors-norme.

Alors que Bernst était appelé le mage élémentaire, et le roi magique, il était aussi le champion du monde quand il s’agissait d’utiliser ses pouvoirs. Il était sans égal pour faire ce genre de spectacle.

Et très rapidement, même le stimulus d’aller dans un autre monde n’était plus suffisant pour émouvoir son cœur.

Bernst se souvenait très bien de sa jeunesse, il y a des milliers d’années, lorsqu’il aspirait à devenir un mage et qu’il avait juré de se faire un jour un nom dans l’histoire du continent.

Il voulait encore goûter l’excitation de ces jours.

Cependant, en raison de la façon dont les choses étaient dans son monde, cela n’était plus possible. À la fin de sa quête de pouvoir, Bernst avait en partie fusionné son âme avec une étoile.

Au fil des années, il avait acquis un pouvoir beaucoup plus puissant que tout ce qu’il aurait pu espérer.

Révérence, foi, adoration et aspiration... Il recevait toute forme d’adoration, et il détenait le pouvoir de faire et de contrôler tout ce qu’il voulait, cependant, il y avait une chose qu’il ne pouvait pas encore contrôler complètement : ses propres émotions.

« Peut-être que je ne serai bientôt plus capable de penser comme un être humain... »

Un millier d’années s’étaient écoulées depuis qu’il avait perdu les sens de son corps et avait commencé à perdre son corps physique.

Depuis lors, il n’avait jamais ri à haute voix, pas même une fois.

Il avait déjà accepté depuis longtemps que le but de sa quête de pouvoir soit de fusionner complètement à une étoile, ou, en d’autres termes, de perdre son sens du soi.

Au contraire, le fait qu’il avait pu garder son individualité comme l’homme nommé Bernst jusqu’à présent était déjà proche d’un miracle, même s’il avait perdu ses sens et était maintenant un être de conscience seulement. S’il avait continué à être un humain normal après cela, il serait devenu fou il y a longtemps.

À cause de tout cela, il voulait goûter une dernière fois les ambitions et les rêves qu’il avait à l’époque où il avait soif de puissance.

Il voulait goûter l’amour maniaque de ces jours, si doux et pourtant si douloureux qu’il déchirait son cœur.

– Et surtout, il débordait de l’espoir d’un avenir qui n’était pas transparent, un avenir qu’il ne pouvait prédire.

Cependant, à mesure qu’il se rapprochait de devenir une divinité, ses espoirs devenaient de plus en plus lointains, au point de ressembler à de vieilles chimères.

Mais Bernst avait soudain trouvé le moyen de réaliser ce souhait.

« Mhm. Si je ne peux pas expérimenter personnellement ces choses, alors peut-être que je peux partager les sentiments d’un autre et les éprouver à travers lui... »

En dernier recours, Bernst décida de renoncer à vivre des vies temporaires à travers des alter ego.

Il avait envisagé d’abaisser encore plus le pouvoir de l’alter ego, cependant, en tant que plus haut dirigeant du monde de Dormondes, il refusait de s’affaiblir au point où il serait forcé de se soumettre aux autres.

Sa fierté ne pouvait pas se le permettre.

Mais si ce n’était pas Bernst lui-même qui devait aller dans l’autre monde ?

S’il donnait la vie dans un monde différent à un alter ego qui aurait une grande affinité avec lui-même, dans un monde différent, et s’il lui donnait alors une personnalité artificielle — alors, cet alter ego serait sûrement capable de développer divers sentiments que Bernst lui-même ne pouvait plus avoir.

Et puisque la personnalité de cet alter ego serait différente de celle de Bernst, même si sa situation devait être quelque peu honteuse, Bernst n’aurait aucun problème à fermer les yeux là-dessus.

Dans ce cas, il était essentiel d’ajuster la personnalité virtuelle de l’alter ego pour qu’il reste actif et indépendant même s’il était possédé par Bernst.

Parce que si Bernst lui-même prenait possession du corps, à la fin, il ne ferait que rester le même et resterait dans le cycle des futurs prévisibles. Pour obtenir une sorte de retour d’informations sur le partage des émotions de l’alter ego, il était essentiel que la personnalité virtuelle soit parfaitement maîtrisée.

« C’est un pari. »

Malgré tout, Bernst était toujours très anxieux de ne pas pouvoir contrôler son alter ego.

Comme il avait obtenu un pouvoir quasi ultime, il éprouvait un fort sentiment de crise en pensant à une situation où il ne pourrait pas utiliser ces pouvoirs comme il le souhaitait.

Cependant, il ne restait pas beaucoup de temps pour réfléchir à ce sujet.

« Je ne peux pas m’asseoir comme ça et attendre ma fusion inévitable avec l’étoile... »

Pour Bernst, qui avait vécu une éternité, la tentation de vivre une dernière aventure en tant qu’être humain était trop douce pour l’abandonner.

Bien que connaissant les risques, Bernst se résolut à essayer sa dernière cartouche.

Afin de ne pas réduire sa capacité de partage avec lui-même, Bernst s’était posé comme le fondement de la personnalité virtuelle de l’alter ego.

Même ainsi, si ses conditions d’éducation et de vie étaient différentes, il n’y avait aucun doute que l’alter ego développerait un caractère assez différent de Bernst. Les êtres humains sont des créatures qui s’adaptent à leur environnement.

À cause de tout cela, il était très probable qu’il vivrait une nouvelle expérience.

Quant à la puissance de l’alter ego... Puisque le pouvoir de Bernst était trop extraordinaire, il lui en donna deux millièmes.

« J’espère que tu répondras à toutes mes attentes, mon double ! »

Alors qu’il se demandait si cette idée allait réussir ou non, Bernst était comme un homme affamé, avide de nourriture, il ne pouvait pas supprimer son désir pour les sentiments forts et intenses qui accompagnaient la vie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. L'ombre sans nom

    Merci pour ce chapitre (maintenant on va attendre les autres^^)

  2. Je tourne la tête et il nous fourni un nouveau roman, que peut-on dire de plus ? Merci ^w^

Laisser un commentaire