100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 95 – Partie 2

***

Chapitre 95 : L’empereur nain

Partie 2

« Quelle est la taille d’une tribu ? » Demandai-je.

« Pour être considéré comme une tribu, vous devez posséder une maison et en employer au moins dix autres sans nom. Si la grande tribu sous laquelle vous vous trouvez vous accepte en tant que tribu, vous êtes autorisé à vous attribuer un nom de tribu. Au moment de votre acceptation, vous et les dix autres sans noms nommez le nom de la tribu. Ainsi, le plus petit possible peut avoir jusqu’à onze membres avec le patriarche inclus. Les grandes tribus, cependant, ont entre 10 000 et 100 000 membres, avec beaucoup de petites tribus qui leur ont juré fidélité. »

« Cela signifie que pendant la rébellion… » Dit la princesse et le nain continua.

« Plus d’un million de nains ont perdu la vie alors qu’ils se battaient pour arrêter ou défendre un nain idiot que nous appelions autrefois notre souverain. » Avait-il répondu.

Tant de vies…, avais-je pensé.

« Est-ce les humains qui ont provoqué la rébellion ? » Demanda la princesse.

« La rébellion nous préoccupait depuis des générations, mais les humains avaient le pouvoir que nous n’avons jamais eu. Leurs compétences et leur force étaient essentielles pour que nous puissions nous libérer du vieux tyran. Malheureusement, il y avait aussi beaucoup d’humains à ses côtés. »

« Pourquoi se battraient-ils pour lui ? N’était-il pas quelqu’un qui les détestait ? » avais-je demandé.

« L’or est le langage universel pour la plupart des humains. Quelques-uns d’entre eux ont été réduits en esclavage et plusieurs d’entre eux se sont vus promettre un grand pouvoir après la fin de la rébellion. Soupir… C’était une bataille serrée pour nous. » Il secoua la tête.

Il semblait que, quel que soit l’endroit où ces héros humains débarqueraient, ces pays subiraient de nombreux changements. Albeyater n’était pas différent. Alkelios et même ce monstre, Kronius, avaient joué un rôle déterminant dans le transfert du pouvoir politique et la prise de conscience générale à Albeyater. Même notre reine était sur le chemin de la guérison. Pourtant, en pensant aux pertes subies par les nains, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si nous avions été extrêmement chanceux.

Si l’armée de Draejan avait une force de 500 000 hommes, la quantité de sang de dragon déversée aurait été terrible… pensai-je.

Alors que notre voyage nous avait fait traverser la région, les nains l’appelaient les Plaines Rigides, nous avions fini par traverser de nombreux villages. Ils étaient bien plus nombreux que ce à quoi je m’attendais, alors que la ville d’Osza était bien plus grande que la ville d’Andromède à Albeyater. Les nains étaient nombreux et répartis dans toutes les plaines.

L’auberge dans laquelle nous avions séjourné à Osza était grande et accueillante, mais nous ne pouvions pas éviter les regards des nombreux nains curieux. Après tout, des siècles s’étaient écoulés depuis qu’un dragon avait pénétré si profondément dans ces terres. D’autre part, j’avais remarqué un ou deux humains ici et là. Kita'Milla'Nei m’avait dit qu’ils étaient tous des héros humains, mais que leurs compétences et leurs capacités étaient trop faibles pour être considérées comme un atout militaire. Pour la plupart, ils avaient des emplois liés à l’artisanat ou à d’autres activités.

Une autre chose que j’avais remarquée concernait les traces de guerre laissées depuis le moment où la rébellion et les armées de l’ancien souverain s’étaient affrontées. Quand j’avais demandé comment s’appelait ce nain, Kita'Milla'Nei m’avait dit que son nom et celui de toute sa tribu avaient été effacés de l’histoire et transformés en un mot tabou.

En d’autres termes, les nains étaient déterminés à enterrer leur tragique histoire d’avoir vécu sous le règne oppressif de toute la famille de ce nain.

Puis, alors que je restais à Osza, j’avais remarqué quelque chose d’étrange, qui me gênait depuis très longtemps. Au début, je pensais que c’était peut-être à cause de l’éducation de Kita'Milla'Nei, mais maintenant j’étais certaine que ce n’était pas le cas.

Ainsi, après notre départ d’Osza, alors que nous traversions un petit village, je le regardai et lui dis : « Kita'Milla'Nei, j’ai une question pour vous. »

« Oui, Madame ? » Il m’avait montré un sourire.

« Pourquoi puis-je parler avec vous et comment pouvez-vous me comprendre ? »

C’était une question assez étrange, mais j’étais tout à fait certaine de parler en draconien et non en langue officielle trindania. Non seulement cela, mais partout où nous nous arrêtions ou discutions, je n’entendais que du draconien.

« Oh ça ? C’est la bénédiction de notre déesse bien-aimée Ambre. On raconte qu’il y a bien longtemps, elle a jeté un sort sur notre continent pour nous aider à mieux nous comprendre. Bien sûr, cela s’appliquait également aux étrangers, et les livres d’histoire mentionnent une époque où notre continent était utilisé comme un terrain neutre pour de nombreux traités entre pays ennemis. » Répondit-il avec un sourire joyeux.

« Ambre ? » Je clignai des yeux surpris.

« Oui. Nos dieux et nos déesses revêtent la forme la plus pure de métaux et de gemmes. » Il acquiesça.

« Mais Ambre n’est pas une pierre à proprement parler. C’est le sous-produit d’un arbre, n’est-ce pas ? » Demanda Kataryna en haussant un sourcil.

« Oui, mais sous sa forme durcie, il est impossible de la distinguer d’une pierre ! C’est pourquoi la déesse Ambre est aussi notre divinité qui règne sur la nature, les animaux et les plantes. C’est grâce à cette connexion qu’elle a pu lancer ce sort sur notre continent. » Il acquiesça.

« Une telle chose est-elle possible ? » avais-je demandé en regardant Kataryna, la plus âgée d’entre nous.

« Si nous parlons d’une divinité, peut-être… mais sinon, il faudrait un effort sérieux et des connaissances pour lancer un sort ou un enchantement qui durerait si longtemps. » Répondit-elle en regardant le nain souriant.

« Je vous assure que ce n’est pas un produit de mains mortelles, c’est le travail des dieux ! » Dit-il.

Pour moi, c’était plutôt étrange de penser à une roche comme divinité, mais ces nains étaient des individus étranges. Ils étaient organisés en tribus, mais ils avaient un empereur en tant que dirigeants. Ils portaient les marques de leurs proies sous forme de colliers à dents et de manteaux de fourrure. Notre chariot n’était pas tiré par des Khosinni, mais par d’étranges monstres de chèvre qui étaient plus lents qu’eux. Même leurs maisons et leurs colonies avaient d’étranges sculptures en bois qu’ils appelaient totems. Mais avant tout, c’était une espèce connue pour sa capacité à travailler avec les métaux et à fabriquer les meilleures épées sur tous les continents connus.

Chaque fois que nous nous étions arrêtés, Kataryna et Tanarotte s’étaient éloignées de notre groupe et étaient allées parler avec les nains des environs. Elles leur avaient posé des questions simples permettant de mieux comprendre la situation au sein de l’empire Trindania.

Une des nombreuses choses qu’elles avaient apprises était la manière dont les nains étaient devenus unis sous un seul dirigeant. C’était une histoire tirée de leur histoire et trempée dans le sang des générations.

Il y a plusieurs siècles, un nain solitaire avait été béni par les dieux qu’ils vénéraient, les esprits des métaux et des bijoux. Il était plus puissant et plus sage que tous ceux qui l’entouraient, mais il avait l’étonnante capacité d’attirer tout le monde vers lui, qu’il soit ami ou ennemi. Au fil du temps, il se lassa des nations en guerre autour de lui et entreprit de les unir toutes. Beaucoup avaient refusé son offre de le rejoindre, d’autres avaient essayé de prendre ce qu’il avait amassé, mais à la fin, tous ceux qui se étaient opposés à lui se sont heurtés à sa lame, tandis que d’autres avaient été lentement persuadés de rejoindre son côté. Lorsque les tribus dispersées sur tout le continent nain lui jurèrent allégeance, le pays nouvellement formé prit son nom et il devint le premier roi des nains sous le nom de Mush'Trindania.

Les nains à qui ils avaient demandé ne savaient pas exactement ce qui rendait le premier roi si puissant, mais beaucoup pensaient qu’il possédait une sorte de capacité spéciale, tandis que d’autres pensaient qu’il portait le pouvoir des esprits dans son corps. Quoi qu’il en soit, depuis lors, les nains de Trindania s’étaient concentrés uniquement sur le culte des esprits des métaux et des gemmes. Toute leur religion se concentrait autour d’eux, mais ils n’abandonnèrent en aucun cas les autres dieux.

Dans ce monde, nous savions tous que les dieux étaient réels. Ils marchaient parfois parmi nous ou nous parlaient dans nos rêves ou nos moments d’éveil de pouvoir. Ils bénissaient nos mariages et nous accordaient des miracles avec leur pouvoir divin. Pourtant, ces êtres permettaient toujours aux mortels de choisir ceux vers qui nous priions.

Contrairement à moi, Alkelios n’avait pas encore juré allégeance à un dieu. Ainsi, je m’étais parfois demandé ce qui se passerait s’il décidait d’en suivre un. En tant qu’être humain, il était assez puissant et aurait attiré leurs faveurs. Tous les dieux l’auraient voulu, mais peu importait ce qu’ils voulaient, c’était lui qui devait les choisir.

Une autre chose qu’elles avaient apprise en entendant parler de la légende du premier roi, c’est que la raison pour laquelle Trindania avait maintenant un empereur au lieu d’un roi était que Mush’Nomv’Azer l’avait décrétée comme un signe de changement par rapport aux anciennes coutumes. Ainsi, changer le royaume de Trindania en empire de Trindania.

En entrant dans la ville de Tesva, nous avions rencontré un mariage de nain. C’était assez intéressant de voir à quel point c’était différent des nôtres. Le marié et la mariée portaient uniquement leurs seuls sous-vêtements en fourrure et en os. Ils avaient ensuite dansé autour d’un feu en se regardant dans les yeux. La musique était tribale, où deux nains jouaient de gros tambours puissants et un autre soufflait une longue pipe. J’étais abasourdie par le fait qu’ils ne semblaient pas se soucier du froid, et il s’était avéré que cela faisait partie de leur rituel. S’ils commençaient à frissonner à un moment quelconque de leur danse, cela signifierait que leur relation serait confrontée à toutes sortes de problèmes. Si la mariée attrapait un rhume, son premier-né traverserait une naissance difficile. Si le marié attrapait un rhume, il deviendrait un mari faible incapable de prendre soin de sa femme.

Il y avait beaucoup plus de ces superstitions idiotes qui remplissaient tout le rituel de leur cérémonie de mariage. Au lieu de demander à un prêtre de demander au marié et à la mariée s’ils souhaitaient se marier, le simple fait qu’ils se soient avancé pour danser en était la preuve. Arrêter un moment qu'importe la raison signifierait que le mariage était malheureux et devrait être interrompu ou mis en attente pour au moins un an.

J’avais eu le plaisir d’assister à cet événement depuis la fenêtre de la chambre de l’auberge alors que tout se déroulait dans la rue principale. Malgré la neige froide et le vent mordant, le couple avait continué à exécuter la danse rituelle sans problème jusqu’à la fin. Les nains avaient applaudi leur succès et ils avaient ensuite mangé ensemble, partageant leur nourriture avec tous ceux qui se trouvaient à proximité. Les visiteurs de l’auberge avaient également reçu une assiette de viande cuite.

Apparemment, c’était une tradition d’organiser des cérémonies devant des endroits où s’arrêtaient des voyageurs.

Après avoir quitté la ville de Tesva, nous nous étions dirigés directement vers Exaver, ne passant que par quelques villages le long du chemin. Nous nous étions arrêtés une fois pour laisser les chèvres se reposer et une seconde fois pour camper pour la nuit. Au moment où nous avions atteint la capitale, la petite tempête de neige était partie et nous avions été accueillis par un soleil souriant.

« Je prends ça comme un bon présage. » Dit la princesse Elleyzabelle en levant les yeux vers le ciel.

« En effet. » Je hochai la tête.

« Une fois que nous aurons passé les portes d’entrée, nous serons probablement dirigés par un soldat royal jusqu’au palais de Mush. Si Sa Majesté, l’empereur souhaite vous accorder une audience, vous en serez informé immédiatement. Sinon, nous devrons attendre un moment et faire appel de nouveau. » avait déclaré Kita'Milla'Nei.

« Espérons qu’il ne nous fasse pas attendre. » Dit Kataryna après avoir laissé sortir un grand bâillement.

« De toute façon, je suis surprise que cette route fatigue ces quatre-là. » Dis-je en regardant par la fenêtre Tanarotte et les trois autres, affalés sur le sol, à bout de souffle.

« Je suis surprise qu’ils soient vivants, » déclara la princesse Elleyzabelle avec un sourire ironique.

« Tu ne devrais pas être surprise, Votre Altesse ! Ce petit effort devrait être normal pour eux. » Déclarai-je avec un signe de tête.

« Une Tanarotte épuisée signifie que je peux avoir un peu de paix et de calme, alors c’est tout bon pour moi, » déclara Kataryna en souriant.

« Alors je compterai sur ta protection, Kataryna, » déclara Elleyzabelle avec un sourire.

« Mon plaisir. »

« Seryanna. »

« Oui, Votre Altesse ? » avais-je répondu.

« Si tes chevaliers semblent ne pas vouloir obéir à un ordre plus difficile, dis-leur simplement que c’est bien s’ils ne le font pas, tu les aideras simplement avec un entraînement supplémentaire à ton retour. »

« Je ne comprends pas en quoi cela pourrait les motiver, mais s’ils ne veulent pas m’écouter, alors c’est moi qui devrais en savoir plus sur ce que signifie être un leader. » Dis-je en inclinant la tête vers la gauche.

« Je plains sérieusement ces trois imbéciles, » déclara Kataryna avec un sourire ironique.

Bien que je n’aie pas compris pourquoi elle avait dit cela, je ne pouvais m’empêcher de m’interroger sur quelque chose.

Ce pourrait-il être qu’ils n’apprécient pas la formation ? Devrais-je le changer pour quelque chose de plus diversifié ? Nous pourrions toujours aller dans la forêt Seculiar et y traquer des monstres, ou explorer un donjon. Peut-être qu’un entraînement simple et facile comme celui-ci est trop peu pour des chevaliers forts et courageux comme eux ? Devrais-je demander à Alkelios d’être leur adversaire lors d’entraînement à son retour ? Je pensais à cela en regardant les quatre alors qu’ils se dirigeaient vers leur propre chariot.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire