100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 88 – Partie 1

***

Chapitre 88 : Incendie aux docks

Partie 1

Attention gore

***Point de vue de Seryanna***

Je volai tout droit vers Sagar, m’arrêtant pour rien en chemin. Tanarotte était juste derrière moi et j’avais été surprise de voir qu’elle était capable de me suivre. Je portais dans mes bras la Shelly endormie, qui était recouverte d’une couverture chaude. Ses saignements s’étaient arrêtés grâce à la potion qu’on lui avait donnée, mais elle avait toujours grand besoin de guérisseur. Mes propres sorts de guérison étaient beaucoup trop faibles et trop dangereux à utiliser quand je ne savais pas quel était son état réel.

Alors que je la portais comme ça, une pensée effrayante me traversa l’esprit : et si au lieu de Shelly, c’était mon propre enfant ? Et si à ce moment-là je n’avais aucun guérisseur autour de moi pour m’aider à soigner ses blessures ?

Rien que d’y penser, j’avais eu un frisson dans le dos. Alors que mon armure et peut-être la chance d’Alkelios nous protégeraient, cela ne signifiait pas que nous devions en dépendre pour toutes les situations. Il y a quelques années, je n’aurais pas eu besoin de penser à apprendre à lancer des sorts de soins plus puissants. Je comptais surtout sur quelqu’un qui pourrait le faire pour moi.

À l’époque, je n’étais qu’une chevalière parmi tant d’autres. Mon pouvoir était au mieux moyen. Mes relations avec les personnes au pouvoir n’étaient pas si grandes, mais elles n’existaient pas non plus. Si je n’avais pas rencontré Alkelios, j’aurais partagé un lit avec Draejan maintenant et porterais peut-être son œuf. Mon devoir de chevalier aurait disparu à l’époque où nous avions prononcé nos vœux devant Drakartus, et d’une chevalière, j’aurais été transformée en femme au foyer. Compte tenu de ce que je savais déjà de Draejan, j’aurais probablement été une matriarche de nom seulement, alors qu’il gérait tout dans l’ombre.

Si Alkelios n’était jamais apparu devant nous, dragons, ou si, par quelque malheureux destin, il était mort dans cette forêt, alors nous n’aurions pas tous connu le bonheur et l’espoir qu’il nous avait offerts.

Pour ma part, je n’aurais probablement jamais su ce que signifiait aimer et vouloir être tenue dans ses bras. Le destin de la reine aurait été scellé, le royaume serait lentement devenu un état vassal de l’empire Embryger. Mon grand-père aurait connu une mort douloureuse et ma petite sœur aurait continué à vivre comme un paria. Kataryna aurait continué à vivre dans la solitude, cachée dans sa caverne, et la princesse Elleyzabelle aurait été mariée à un noble étranger afin de renforcer les relations avec le royaume d’Albeyater.

Pourtant, le fait qu’Alkelios nous ait donné la chance de vivre mieux ne nous avait pas dispensés de continuer à nous améliorer et de nous perfectionner nous-mêmes. Pour moi aussi, c’était un fait que j’avais peut-être ignoré involontairement jusqu’à maintenant.

Lorsque Kataryna m’avait formée, je n’avais jamais vraiment réfléchi à mon propre pouvoir, à mon influence dans ce monde, à ma capacité à changer mon propre destin et celui de ceux qui m’entourent. Mon rêve avait toujours été d’être chevalier et de servir la famille royale, mais je ne pouvais plus me permettre de me limiter à un tel niveau.

Si j’avais mon propre ordre de chevalier formé comme je le souhaitais, alors peut-être que cet enlèvement n’aurait pas eu lieu ? Ou peut-être que mes chevaliers auraient remarqué quelque chose que je n’ai pas vu ? Je pensais et me souvenais des trois dragons que j’avais entraînés pendant mon temps libre.

J’avais trouvé que le fait d’entraîner mes propres troupes était plutôt agréable. Cela faisait du bien de voir leurs progrès.

Malgré tout cela… je n’ai même pas retenu leurs noms, avais-je pensé.

Poussant un soupir et regardant Shelly, j’avais posé une question à la dragonne qui m’avait suivie sur le chemin de la capitale.

« Tanarotte, penses-tu que cet enlèvement aurait été empêché s’il y avait eu plus de troupes pour garder le palais ? »

« Hm ? N’est-ce pas une question plutôt stupide ? Bien sûr, nous aurions une meilleure chance de le prévenir ! Je veux dire, c'est une chose de se faufiler dans le palais de Seyendraugher à Drakaria, c'en est une autre consiste à se faufiler dans le palais de Ruvus à Sagar. » Répondit-elle d’un ton de voix nonchalant.

« Vraiment ? »

« Oui, pourquoi est-ce que vous demandez ? »

« Je me demandais… c’est tout. » Répondis-je, mais dans mon cœur, il y avait deux plaies saignantes qui venaient de se former.

La vérité dite par cette dragonne faisait mal, et je ne pouvais m’empêcher de penser que j’étais responsable du kidnapping de la pauvre Shelly. Si seulement j’avais plus de dragons à la recherche de choses que je ne pouvais pas voir. Si seulement j’avais su guérir correctement les autres.

« Mew ~ Mama… méchant… ça fait mal… » cria Shelly dans son sommeil.

« C’est bon ma petite. Personne ne va te faire mal, » répondis-je en lui prenant le nez.

Je n’étais pas sa mère, mais mes paroles réconfortantes semblaient avoir tout aussi bien fonctionné.

Dans une demi-heure, nous serions arrivés à Sagar et atterririons juste devant le palais. Les gardes s’étaient précipités autour de nous pour voir la raison de l’agitation, mais quand ils avaient vu la petite Shelly, leur visage s’était empli de chagrin.

« Où est votre meilleur guérisseur ? » avais-je demandé à l’un d’entre eux.

« Ce serait Madame Leanna. Nous vous emmenons vers elle, » répondit-il avant de saluer.

« Je vais informer Sa Majesté de votre retour, » déclara un autre garde.

« Et j’irai dire à la Maîtresse que nous sommes de retour ! » déclara Tanarotte.

Le garde m’avait guidée à l’intérieur du palais et m’avait conduite dans une pièce située au deuxième étage à droite. La pièce était remplie de toutes sortes d’herbes et de potions, de livres éparpillés un peu partout et d’une femme nue, dormant par terre, se pelotonnant en boule et marmonnant quelque chose à propos de pancakes à base d’alcool.

D’après mes estimations, elle avait plus de vingt ans et sa fourrure était blanche et brillante. Ses cheveux étaient blonds et ses moustaches étaient légèrement contractées. Normalement, en la voyant ainsi, j’aurais voulu lui sauter dessus et commencer à la caresser, mais avec Shelly dans cet état, je ne pouvais penser à de telles choses.

Le garde qui m’avait escortée ici avait laissé échapper un lourd soupir, puis avait pris un seau d’eau stratégiquement placé à côté de la porte.

« Donnez-moi une seconde, je vais la réveiller, » déclara-t-il avant de jeter l’eau sur la pauvre femme nue.

« NYAGYA !!! » Elle laissa échapper un cri étrange puis sauta au plafond, utilisant ses griffes pour maintenir son poids là-haut.

Levant les yeux vers la Relliar trempée qui respirait rapidement et regardant autour d’elle avec de grands yeux, cherchant le danger, je ne pus m’empêcher de remarquer les innombrables autres marques de griffes.

Est-ce quelque chose de commun ici ? me demandais-je.

« Professeur Leanna, nous avons besoin de votre aide ! La princesse Eshantiel a été ramenée et son état ne semble pas être bon ! » Lui cria le garde.

« Huh? » Elle cligna des yeux surpris puis me regarda droit dans les yeux. « Eshantiel a des écailles ? » Elle inclina la tête vers la gauche, mais vu le fait qu’elle était suspendue au plafond, cela me parut bizarre.

« Est-ce que ça va vraiment ? » avais-je demandé au garde.

« Ne vous inquiétez pas pour elle. Elle est tellement concentrée sur la recherche de nouveaux remèdes et l’expérimentation de potions de guérison qu’elle oublie souvent même de changer de vêtements après avoir pris un bain. Plus d’une fois, elle avait ainsi salué la noblesse et même Sa Majesté. Tout le monde s’est déjà habitué à cette femme vierge qui ne connaît pas le mot “honte’. » Dit-il avec un soupir.

« Qu’est-ce que tu dis aux gens, nya ? » Répondit-elle, le visage rougi alors qu’elle essayait de se baisser.

« Es-tu encore coincée ? » Demanda le garde.

« N-nooon ? » Elle détourna les yeux.

« Un instant. » Répondit le garde puis ramassa ce qui ressemblait à un grand crochet en bois, placé stratégiquement à côté du seau d’eau.

À l’aide de cet outil, il décolla le professeur nu du plafond.

La femme avait atterri avec une grâce digne d’un acrobate, et j’aurais été impressionnée si elle ne l’avait pas fait nue.

« Est-ce qu’elle va vraiment bien ? » avais-je demandé au garde.

« Oui, elle va remettre sur pieds la princesse en un tour de main ! » Répondit-il avant de sortir.

« Nya ~ C’est tellement embarrassant, » déclara Leanna avec un sourire ironique.

« S’il vous plaît, laissez de côté ça et jetez un coup d’œil à la princesse, » lui avais-je dit.

« Ah ! Tout de suite, nyanya ! »

« Est-il vraiment nécessaire que vous utilisiez le terme “nya’ dans votre discours alors que même cet enfant ne le fait pas ? » avais-je demandé même si je pensais que c’était juste un peu mignon.

« Nya? Oui, nya ! Cela me rend unique, nya ! »

« Est-ce que marcher nue ne vous rend pas vraiment spéciale ? » Demandai-je alors que je lui tendais la princesse.

« Nya! Ne dis pas ça ! Je ne suis pas une femme pas facile, tu sais ? Je me concentre trop sur les choses et parfois j’oublie des choses sans importance, comme des vêtements, de la nourriture ou respirer ! » Répondit-elle.

« Ce dernier oubli est dangereux. » Remarquai-je.

« Nya! Pas de soucis, ce garde vient souvent à mon secours ! C’est mon ami d’enfance, nya ! » Dit-elle avec fierté en relevant sa poitrine nue.

« S’il vous plaît, mettez des vêtements. » Dis-je.

« Pourquoi, nya ? Nous sommes toutes des femmes ici. »

« Sa Majesté pourrait arriver à tout moment maintenant. » Je lui ai dit.

« Ah, ça serait un problème, nya. La dernière fois qu’il m’a vu comme ça, il a eu un saignement de nez pour une raison quelconque, puis un œil au beurre noir de sa femme, nya. » Dit-elle en inclinant la tête vers la gauche.

Tout cela n’est-il pas à cause de vous ? Vraiment maintenant, est-ce que Shelly est en sécurité avec ce genre de cerveau dispersé qui la guette ? me demandais-je.

Après s’être habillée, Leanna avait commencé à inspecter la princesse relliar, puis avait utilisé un puissant sort de guérison. C’était le type que je ne pouvais même pas espérer lancer pour le moment, mais c’était suffisant pour faire disparaître toutes les contusions et toutes les coupures sur le corps de l’enfant. En quelques instants, la jeune fille fut guérie et se reposait maintenant avec un drap blanc couvrant son corps.

« Nya, je ne peux rien faire au sujet de la fourrure, nya. Elle repoussera dans le temps, nya. Mais c’est affreux ce qui lui est arrivé, Nya. Quatre côtes cassées, des saignements internes, des coupures et des ecchymoses sur tout le corps, des mutilations et même plusieurs blessures infectées. » Leanna déclara en secouant la tête. « Quiconque a fait ça, j’espère qu’il est mort, nya. »

« Lui et tous ses complices ont été brûlés. » Répondis-je avec un grognement.

« C’est bien, nya ! Mais en laissant de côté la torture évidente, j’étais inquiète qu’elle ait été forcée de prendre la graine d’un homme, mais il semblerait que tu sois arrivé avant qu’ils aient fait quoi que ce soit de la sorte. » Dit-elle en me regardant.

« C’est bon. Un enfant de son âge ne devrait pas vivre de telles choses… Je ne peux même pas commencer à comprendre pourquoi ils lui feraient quelque chose comme ça, » avais-je dit.

« Nya! Ce que tu dis est vrai, mais leur esprit ne fonctionne pas comme ça. J’ai étudié de nombreux cas de nobles et de paysans qui abusent des leurs plus jeunes. Si les fantômes ressemblent à des humains, tout cela ne se produit pas parce qu’ils sont fondamentalement pervers, mais plutôt parce que certains événements de leur vie et le manque de conseils appropriés les ont amenés à croire que de tels actes définissent le plaisir. Abuser de ceux qui sont plus faibles qu’eux leur procure la satisfaction de se sentir autonome sur la vie d’une autre personne. C’est compliqué, nya, mais tout ce que tu dois savoir, c’est que la princesse est en sécurité maintenant ! » Elle me fit un sourire radieux et me caressa l’épaule.

Bien que je n’aie pas compris l’essentiel de ce qu’elle essayait de dire, ce que j’avais compris, c’est que ces sauvages n’étaient pas nés de cette façon, mais plutôt qu’ils avaient été élevés de cette façon.

À ce moment, Sa Majesté entra dans la pièce. L’expression de son visage et sa respiration saccadée me disaient qu’il avait couru jusque-là. En tant que parent de Shelly, il était sans doute très inquiet pour elle.

« Lady Draketerus, ma fille… » Dit-il.

« Par ici. La guérisseuse Leanna s’est occupée d’elle. » Dis-je alors que je m’écartais.

« Eshantiel ! » Appela-t-il et il se précipita au chevet de la petite fille.

Elle n’avait pas répondu, elle dormait encore.

Peu de temps après, la princesse Elleyzabelle était arrivée avec Kataryna.

« Bon travail, ma chevalière. » Dit-elle avec un sourire.

Pour la première fois depuis que j’avais acquis le titre, entendre ces mots me pesait sur le cœur. Une fois de plus, je m’étais souvenue de mes pensées errantes alors que je volais ici depuis la forêt de Silvertooth.

« Merci, Votre Altesse. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, et avec votre permission, je souhaite aller au port de Donmar et détruire les navires avec lesquels les humains sont arrivés. J’ai des raisons de croire qu’ils sont censés être utilisés pour transporter des esclaves dans leurs cales jusqu’à l’empire Akutan, » avais-je dit d’un ton formel.

« Votre Majesté, roi Ruvus, qu’en pensez-vous ? » Demanda Elleyzabelle après un moment de pause.

« Elle a ma permission pour traquer ces misérables humains par tous les moyens nécessaires ! » Déclara-t-il d’un ton dur.

« Comme vous le souhaitez. » Je fis un salut puis me dirigeai vers la sortie.

« Je viendrai avec toi, juste pour m’assurer que tu ne brûles pas tout le port. » Proposa Kataryna en me suivant.

« Et moi, Maîtresse ? » Demanda Tanarotte.

« Toi et les autres chevaliers restez ici et gardez la princesse Elleyzabelle avec vos vies ! » Ordonna-t-elle.

« Oui ! » Répondit joyeusement la dragonne.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire