100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 136

***

Chapitre 136 : Un pas de plus vers leur réunion

***Point de vue d’Alkelios***

C’était fait, le roi était mort, l’ambassadeur d’Akutan était également mort et le royaume était, en théorie, de retour entre les mains d’Ildea. Ou du moins, c’était ce que je voulais faire, mais quand je m’étais avancé pour être visible de tous et que j’avais commencé mon discours, j’étais principalement guidé par ma propre intuition et ma chance. D’une manière ou d’une autre, les mots qui étaient sortis de ma bouche avaient absous le roi de ses péchés et avaient placé tout le blâme sur Askarius, ce qui d’une certaine manière n’était pas complètement faux.

Une fois que les gens s’étaient calmés, j’avais sauté des tribunes et j’avais rejoint les autres. La reine et la princesse avaient récupéré leur autorité devant les chevaliers et les soldats du royaume des Dix Épées, qui avaient incliné la tête pour s’excuser. Pour l’instant, ils avaient été épargnés. Après tout, selon Kalderan, ils auraient techniquement dû être condamnés à une exécution rapide parce qu’ils avaient pointé leurs épées vers quelqu’un de sang royal. Un seul mot de la reine était tout ce qu’il fallait, mais elle était miséricordieuse.

C’était un choix judicieux, car il n’était pas nécessaire de se faire des ennemis avec une effusion de sang insensée.

Au lieu de rester à l’auberge, nous avions été accueillis au palais, la résidence officielle de la reine et de la princesse du royaume des Dix Épées. On m’avait donné l’une des plus grandes chambres d’hôtes et mes compagnons avaient également reçu un traitement somptueux.

Cette nuit-là, cependant, j’avais rencontré la reine et la princesse et leur avais raconté tout ce qui s’était passé dans cette pièce, à l’abri des regards de tous. Elles n’avaient pas été surprises d’apprendre qu’Askarius avait une capacité de contrôle mental, la reine leur en parlait même pendant que j’étais là-haut, et pendant un moment, ils avaient craint que je ne finisse sous son contrôle.

C’était proche, je devais l’admettre, mais les écailles dorées n’étaient pas censées représenter l’Autorité pour rien. Si quelqu’un comme ça pouvait facilement être contrôlé mentalement par d’autres, alors avec ou sans cette écaille, cela n’avait pas d’importance. L’affinité des écailles était comme un bonus passif puissant et écrasant pour les dragons. Ainsi, tout comme Seryanna ne pouvait pas se brûler si elle touchait directement le feu, je n’avais pas non plus été blessé par quoi que ce soit qui en théorie remette en cause mon Autorité, comme les capacités de contrôle mental, les sorts de séduction et les compétences de manipulation. Si j’étais un idiot qui ne pouvait pas lire la situation et n’avait pas fait le bon choix ou laissé les autres me manipuler par un tour de mots, alors c’était entièrement de ma faute et ma couleur d’écaille n’avait rien à voir avec cela. Cependant, on pourrait dire que mon intuition et ma chance avaient joué un rôle plus important dans cette situation.

D’une certaine manière, mes mensonges sur les derniers mots du roi avaient cependant été révélés devant la reine et la princesse, je devais mentionner que ce n’étaient peut-être pas des mensonges complets s’ils prenaient en compte son comportement et sa façon de penser avant qu’il soit contrôlé par Askarius. Le roi avait été victime dans cette histoire, mais cela ne l’avait pas absous de ses actes, du moins aux yeux des citoyens. J’étais aussi un peu inquiet du fait que j’aie menti, mais la reine m’avait mis à l’aise avec ses paroles.

« Vos mensonges sont maintenant la vérité à laquelle croient tous les citoyens de ce pays, qu’ils soient nobles ou roturiers. Votre discours était merveilleux et bien qu’il ait mis en lumière un criminel caché, il a également épargné à mon défunt mari toute honte supplémentaire. Ces mensonges ont également eu le rôle puissant d’apaiser la noblesse qui a été témoin des événements d’aujourd’hui ainsi que les roturiers dans les tribunes qui vont le faire savoir aux masses. C’était soit un coup de génie, soit un coup de chance que vous ayez dit toutes ces choses si parfaitement, mais je vous apprécie du fond du cœur pour tout ce que vous avez fait aujourd’hui… Je ne peux sincèrement pas exprimer ma gratitude avec des mots… Vous nous avez sauvés, moi et ma fille, ainsi que ce royaume d’un sort qui était probablement bien pire. » C’est ce qu’elle m’avait dit. 

Par la suite, elle avait commencé à me demander un tas de choses sur Coshun pour une raison inconnue. Ildea avait finalement réussi à l’arrêter, mais la reine était probablement sur quelque chose. Quoi qu’il en soit, si les deux étaient censés être ensemble, alors je souhaitais à Coshun et à Ildea toute la chance dont ils avaient besoin pour se marier et mener une vie heureuse avec leurs nombreux enfants.

Eh bien, je devais admettre que j’étais un peu surpris que la reine Vermida ne soit pas tellement contre l’idée que Coshun, un dragon, devienne le mari de sa fille. Soit elle était incroyablement ouverte d’esprit, soit simplement une bonne mère souhaitant soutenir sa fille et cela, quels que soient ses choix de vie. Ou peut-être était-ce une combinaison des deux ?

Jusqu’à présent, je ne pouvais pas dire si la discrimination et la haine contre les dragons étaient quelque chose qui avait été imposé au peuple par les classes supérieures, les nations environnantes ou une sorte d’initiative religieuse. Quoi qu’il en soit, il était douteux que cela s’estompe trop tôt, mais au moins maintenant, il y avait une chance.

Avant, personne n’aurait même rêvé de la possibilité d’un traité de paix officiel et encore moins d’une véritable alliance entre dragons et humains. Tout au plus, ils avaient une paix non officielle déguisée en impasse jusqu’à ce que les deux côtés récupèrent leur force d’armée.

Depuis que je m’étais proclamé le régent temporaire jusqu’à ce qu’Ildea soit capable de gouverner seule, ou du moins jusqu’à ce qu’elle soit mariée à un certain prince-dragon, j’avais dû m’occuper d’un tas de choses. Heureusement pour moi, j’avais déjà une sorte d’expérience avec la vie de la bureaucratie grâce à mon temps en tant que duc à Albeyater. Le lendemain, il y avait beaucoup de documents que je devais lire et beaucoup de réunions auxquelles je devais assister afin de stabiliser mon pouvoir ainsi que de rassurer les gens que je n’allais pas introduire de lois étranges qui pourraient potentiellement ruiner la vie de tout le monde.

Pour arranger les choses, j’avais réduit les impôts excessifs sous prétexte que la reine Vermida l’avait demandé par souci pour les classes populaires. La personne en question, cependant, était gâtée par les servantes qui lui prodiguaient un soin complet pour se remettre du temps qu’elle avait passé en tant que prisonnière sous l’ordre du roi.

Pendant environ une semaine après cela, tout ce que j’avais fait avait été d’agir comme un bon dirigeant, tout en m’assurant qu’Ildea se joigne à moi chaque fois que c’était possible, pour montrer à tout le monde que je n’avais pas l’intention de renoncer à ma promesse précédente. À vrai dire, la princesse en question n’avait pas de tels soucis et croyait que je faisais un travail incroyablement bon.

En attendant, elle m’avait aussi apporté des nouvelles de ce que tout le monde faisait en ce moment.

Tout d’abord, Risha suivait un cours spartiate complet pour devenir une vraie servante royale. Il semblerait qu’Ildea ait pris goût à la femme aventurière et ait décidé de lui offrir une place à ses côtés, ce qu’elle avait apparemment accepté de tout cœur. Elle avait avoué qu’après nous avoir vus face au roi, elle ne savait sincèrement pas quoi faire ni jusqu’où elle allait devoir s’enfuir avec nous, mais après, elle était plutôt contente que nous ayons gagné.

Roshelle était retournée aux côtés de la reine et avait pris soin de tous ses besoins et désirs, la choyant sans fin pour aider la femme à oublier la torture. Ce genre de chose, cependant, n’était pas facile à éliminer, et une nuit, alors que je passais par hasard devant sa porte, j’entendis la reine pleurer dans son sommeil, suppliant qu’on cesse de la fouetter. J’avais frappé à sa porte pour la réveiller du cauchemar, et ensuite je lui avais donné une potion qui l’avait aidée à calmer ses nerfs. Je craignais qu’elle n’ait développé un mauvais cas de PTSD, mais dans ce monde… tout le monde en avait une forme ou une autre.

Pour cette raison et aussi parce que je connaissais les effets de ma propre potion, je ne voulais pas qu’elle développe une dépendance au placebo, alors j’avais dit à la reine de parler à Ildea de son traumatisme et de se remettre lentement d’elle-même. Parfois, le simple fait d’avoir votre propre famille ou quelqu’un en qui vous avez confiance vous écoutant vraiment était plus que suffisant pour vous aider à passer à travers.

Amadeus et Drumora, à cause de leur déclaration inutile qui m’avait presque fait maudire mes jours, avaient fini en tant qu’invités estimés au Palais. Encore une fois, ils avaient été traités comme des rois, mais tout le monde savait qu’ils fuyaient Akutan, donc ils étaient, dans un sens, des réfugiés. Le fait qu’ils soient de sang impérial importait plus que je ne l’avais pensé au départ. Si nous supprimions les dirigeants actuels d’Akutan, nous pourrions, techniquement, placer l’un des deux sur le trône, mais quelque chose comme ça… était probablement dans un avenir lointain.

Quoi qu’il en soit, si leur destin était de devenir le prochain empereur ou impératrice, je leur ai souhaité bonne chance pour cela. Si le hasard voulait qu’ils aient besoin de mon aide pour y parvenir, je leur prêterais mon pouvoir. Plus Albeyater avait d’alliés à la fin, mieux c’était et si dans le processus nous arrêtions complètement la guerre entre humains et dragons, alors c’était encore mieux !

En parlant de politique et autres, Kalderan avait pris la décision surprenante d’essayer de devenir ambassadeur du royaume des Dix Épées. Il voulait un poste officiel qui, avec le temps, augmenterait son statut lorsqu’il se trouverait dans d’autres pays. Quand j’avais demandé pourquoi il voulait quelque chose comme ça, il avait répondu que c’était pour quand il visiterait le royaume d’Albeyater. Rester au Palais tout le temps n’était pas son idée de l’amusement, mais il avait sincèrement trouvé le Royaume Dragon assez intéressant d’après ce qu’on lui avait dit.

Quant au prince du royaume d’Albeyater, Coshun Seyendraugher, il était actuellement en train de traumatiser… Je veux dire « former » les chevaliers des Dix Épées. S’ils survivaient à son entraînement infernal, ces hommes finiraient par devenir certainement les combattants les plus puissants de cette nation. Peut-être que l’un d’eux finirait même Éveillé.

Sur une autre note, cela avait attiré mon attention sur le fait que les femmes et les hommes n’étaient pas exactement sur l’égalité des droits dans ce pays. Avec la reine et la princesse, j’avais décidé d’essayer de proposer de nouvelles lois qui non seulement renforceraient leur position dans le pays, mais amélioreraient également la nation dans son ensemble en permettant aux femmes de faire ce qui était auparavant interdit par la loi, comme devenir Chevaliers, posséder des entreprises, ou même avoir le droit de divorcer d’un mari illégal ou abusif.

Dans l’ensemble, j’avais beaucoup de choses à craindre et beaucoup de choses à faire avant de pouvoir faire un pas hors de cet endroit. Si c’était le prix, je devais payer pour rapprocher les deux espèces, cela ne me dérangeait pas, cependant, cela me permettait aussi de faire autre chose, qui était de passer une commande très spéciale !

En effet, ce que j’avais fait, c’est envoyer une invitation officielle à Seryanna Draketerus et à sa compagnie au Palais de Kor sous le couvert de représentants du royaume d’Albeyater. En d’autres termes, je voulais vraiment la revoir, alors j’avais utilisé mon nouveau pouvoir pour l’invoquer de l’autre côté de l’océan dans le royaume des Dix Épées. J’étais certain qu’elle finirait par voler ici en quelques semaines ! Mais, parallèlement à cet ordre, j’avais également déclaré des lois qui permettaient aux navires de commerce d’Albeyater d’accoster en toute sécurité dans les ports des Dix Épées et un tas d’autres choses qui devraient, au fil du temps, améliorer les relations entre les humains et les draconiens.

 

***Point de vue de Seryanna***

Cela fait deux semaines que nous avions accosté au port de Mondarc, et nous n’avions même pas été autorisés à mettre les pieds sur la jetée, encore moins à nous promener dans la ville. Heureusement, nos nouveaux alliés étaient plus qu’heureux de nous aider à acheter les fournitures dont nous avions besoin au port et de nous aider à les transporter jusqu’à nos navires. Les commerçants se sentaient également mieux à l’idée de prendre leur argent plutôt que le nôtre.

La discrimination contre ceux qui portaient des écailles était un peu dure, mais aucun idiot n’osait s’approcher de trop près de notre navire. Avec deux Éveillés supérieurs ici, seul un fou oserait se faufiler à bord, surtout lorsque nous nous ennuyions tous et que nous étions impatients de trouver un nouveau jouet avec lequel jouer.

Kataryna ne semblait pas trop gênée par l’interdiction, elle volait presque toute la journée. Techniquement, elle ne mettait pas un seul pied sur le terrain, malgré les plaintes du dirigeant de la ville.

D’un autre côté, je me sentais de plus en plus sous pression… ou devrais-je dire agacée ? Rester à bord de ce navire et juste recevoir ces ping d’Alkelios me rendait folle. Je voulais le rencontrer le plus tôt possible ! Je veux le tenir dans mes bras ! Je voulais l’embrasser ! Je voulais le traîner dans ma chambre et… hum. Il était là-bas… si près, mais si loin.

Un jour, alors que je déplorais devant moi le droit à la vie de ces humains qui m’empêchaient de m’enfoncer plus profondément dans ce continent, le seigneur de la ville était venu sur les quais accompagnés de ses hommes et de ses partisans les plus dignes de confiance. Il avait appelé tous les capitaines, y compris le nôtre, puis avait fait une sorte de déclaration pour que tous l’entendent.

Il y avait beaucoup de gens qui s’étaient rassemblés autour de lui, mais il semblait si occupé qu’il ne s’était même pas arrêté pour nous dire ce qui se passait, au lieu de cela, il s’était précipité dans une autre partie de la ville pour prononcer à nouveau le même discours. Pendant ce temps, un autre humain était venu avec le capitaine Matthew. Il ressemblait à tous les autres nobles pompeux qui avaient trop de temps libre et le perdaient à s’occuper de leurs perruques surdimensionnées. Un seul souffle suffisait à le brûler, mais cela ne ferait qu’éviter temporairement mon ennui.

« Madame Seryanna, cet homme dit qu’il est ici pour vous donner un ordre du régent actuel du pays…, il y a autre chose que vous devez entendre. Je vais aussi appeler la princesse, » m’avait-il dit puis il était passé devant moi.

J’avais regardé à nouveau l’humain qui était resté sur le pont du vaisseau draconien, mais au moment où tous les yeux s’étaient tournés vers lui, sa fierté s’est évanouie dans les airs et l’homme pathétique trembla dans ses bottes.

Si nos regards étaient trop puissants, menaçants ou sanguinaires, c’était uniquement parce que nous étions tous très fatigués et stressés d’avoir reçu l’ordre de rester sur ce navire pendant une période indéterminée.

Sur ce bateau, je n’étais pas la seule à perdre la tête.

Pas même dix minutes plus tard, nous nous étions tous réunis sur le pont pour écouter la déclaration de cet humain. Kataryna et Elleyzabelle étaient également là, tandis que Tanarotte était sur le côté en train de grignoter un poisson grillé sur un bâton. Elle n’avait aucun problème avec cette situation.

« Toux ! Ainsi, je vais vous faire part de la triste nouvelle du décès de notre roi Andrakuzzi Kor. À sa place, le régent provisoire Alkelios Yatagai Draketerus a été placé à la tête du pays jusqu’à ce que l’estimée princesse Ildeanussi Vermida Kor puisse en prendre les rênes. Cette décision a été prise en accord avec la reine Vermida Kor et la princesse Ildeanussi Vermida Kor ainsi qu’avec la majorité des maisons nobles représentées dans la capitale. Avec ce changement, un nouvel ensemble de règles et de réglementations a été donné et d’autres continueront d’être adoptés dans l’espoir de rendre notre pays bien-aimé plus puissant et plus prospère ! » déclara-t-il d’un ton fier.

« Qui est le régent maintenant ? » demandai-je en fronçant les sourcils, pensant que j’avais peut-être mal entendu.

« Oh mon Dieu ~ ! Pendant que nous passions notre temps à voyager ici, notre dragon a conquis tout un pays ! » Kataryna éclata de rire.

« Eh bien, je ne doute pas qu’il puisse faire quelque chose comme ça, mais… il a mentionné une princesse Ildeanussi… » dis-je. Puis je regardai Kataryna, qui me regarda aussi puis nous avions toutes deux regardé Elleyzabelle.

« Quoi ? Est-ce que j’ai quelque chose sur le visage ? » demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

« Ça ne peut pas être… », avions-nous dit toutes les deux à l’unisson.

« En outre ! Je dois délivrer un message à une certaine Seryanna Draketerus ! Elle et ses compagnons sont invités au Palais pour une audience avec l’actuel Régent Alkelios Yatagai Draketerus ! Afin de faciliter leur arrivée, plusieurs lois ont été votées pour arrêter tout comportement discriminatoire envers les dragons ! Sa Majesté la reine Vermida Kor a exprimé son désir et son souhait que les humains du royaume des Dix Épées commencent à nouer une nouvelle relation amicale avec les dragons dans l’espoir que nos griefs et notre haine passés soient oubliés, et que nous nous tournions tous vers un monde plus prospère et un avenir harmonieux ensemble ! » avait-il déclaré.

Par la suite, il avait commencé à énumérer plusieurs lois qui avaient été modifiées conformément aux récents décrets. Ses mots étaient tombés dans l’oreille d’un sourd, car mon esprit ne pouvait se concentrer que sur une seule chose et c’était le fait que je pouvais enfin revoir Alkelios et pour la peau de son dos et les cheveux sur sa tête, j’espérais qu’il n’était pas au milieu d’une liaison avec cette princesse Ildeanussi !

Le fait que je lui ai permis de se marier sans préavis à la princesse Elleyzabelle et Kataryna n’était qu’un détail mineur. Nous n’avions pas encore célébré leur mariage !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Je mise avec qui pour le pari de alkelios défoncer par seryanna pour avoir des réponses très PRÉCISE sur les relation avec les princesses ?😂

  2. "Le fait que je lui ai permis de se marier sans préavis à la princesse Elleyzabelle et Kataryna n’était qu’un détail mineur. Nous n’avions pas encore célébré leur mariage !"
    Depuis quand ? Kataryna, encore, c'était prévisible mais la princesse ? ... Ouais, je pense que je dois relire les chaps depuis le début... Ca fait trop longtemps

    • Depuis un moment, et plus exactement, pendant la grande bataille où le MC a bien démontré toute sa puissance, mais dont il ne verra jamais la fin, vu qu'il se fait téléporté par l'autre humain.

Laisser un commentaire