100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 121 – Partie 1

***

Chapitre 121 : La princesse Elleyzabelle fait confiance à ses chevaliers royaux

Partie 1

***Point de vue d’Elleyzabelle***

La vue de centaines de monstres hurlant alors qu’ils essayaient d’entrer dans la ville pour se régaler de ses citoyens était terrifiante. Je ne pouvais qu’imaginer ce que ceux qui ne pouvaient pas lutter contre ces créatures avaient ressenti quand ils avaient vu les portes massives trembler et se fissurer chaque fois que l’arbre cyclope les frappait avec ses bras massifs. On pourrait dire la même chose des courageux elfes qui faisaient de leur mieux pour empêcher le pire de se produire.

Si la bête réussissait à percer, il était fort probable que le fardeau de savoir qu’ils étaient impuissants contre elle, qu’ils étaient impuissants lorsqu’ils essayaient de protéger leurs amis et leur famille, allait suffire à certains d’entre eux pour les accabler, et les faire abandonner complètement le combat.

Je suis peut-être née princesse de la famille royale d’Albeyater, mais cela ne veut pas dire que j’avais choisi de fermer les yeux sur ce que pensaient et ressentaient ceux qui me servaient. Plutôt que d’ignorer les tragédies et de penser qu’elles n’avaient rien à voir avec moi, je m’étais souvent mise en quatre pour écouter et comprendre ces événements. Rares sont les moments où je m’étais retrouvée dans une situation périlleuse, mais en imaginant ce que je ressentais alors et en sachant que pour certains cela pouvait être pire, j’avais pu, au moins, faire preuve d’empathie avec les moins fortunés.

La duchesse Alve'Yahna Desterus regardait le champ de bataille avec un air horrifié sur son visage, tandis que les soldats qu’elle commandait avançaient pour former un mur entre nous et tout monstre retardataire qui passait notre chemin. La femme elfe, autant elle représentait une noblesse de pierre, inébranlable, solide, il y a eu des moments où son masque s’était effondré et s’était transformé en poussière.

« Le thé est prêt, Votre Altesse, » déclara Tanarotte en m’apportant un plateau.

« Je vous remercie, » j’avais hoché la tête et j’avais sorti une petite table de mon anneau de transport et j’avais pris place sur la chaise.

En me voyant comme ça, la duchesse fronça les sourcils et demanda : « Ne vous inquiétez-vous pas pour vos deux chevaliers ? C’est un arbre cyclope… si cette chose pénètre à l’intérieur d’Amir’Dalla… les victimes… » elle serra le poing et détourna les yeux.

J’avais remarqué que certains soldats n’aimaient pas mon attitude quant à prendre du thé en plein milieu de ce champ de bataille.

Poussant un petit soupir, puis regardant la duchesse, je lui avais fait un sourire poli, puis j’avais dit : « Le fait que je sois assise ici sans un seul souci montre à quel point je fais confiance à mes Chevaliers royaux pour s’occuper de ce désordre. Maintenant, je ne veux pas rabaisser vos troupes ou les courageux qui se battent pour défendre la ville en ce moment, mais il y a une nette différence de pouvoir entre eux. Quant à nous deux, dites-moi, que pouvons-nous faire si nous nous précipitons ? » avais-je demandé.

« Même ainsi… » la duchesse voulut répliquer mais elle s’arrêta en ravalant ses propres mots.

« Dans ce domaine, nous sommes certains que nous sommes en sécurité. Vos soldats peuvent gérer quelques monstres qui se précipitent vers nous, mais… » J’avais pris ma tasse de thé puis en avais élégamment pris une gorgée, les doigts levés, les yeux fermés, savourant pleinement l’arôme des feuilles. En reposant la tasse sur l’assiette, j’avais dit : « Et s’il y en avait plus de deux ou trois qui nous attendaient sur le chemin ? Ou… » J’avais ouvert les yeux et j’avais regardé la duchesse. « Et si une autre vague se produisait juste au moment où nous allions les aider ? »

« Ce… s’il n’y en a que quelques-uns alors… » la duchesse se retourna et regarda ses troupes.

Il semblait que mes paroles les atteignaient également et ils s’inquiétaient de ce qui pourrait arriver.

Poussant un autre soupir, la duchesse déclara alors : « Vous avez raison, Votre Altesse, je m’excuse pour mon imprudence. » Elle baissa la tête vers moi puis s’avança pour prendre place à ma table.

« C’est compréhensible. En outre, d’après ce que j’ai compris, il n’y a pas beaucoup de chances qu’un représentant politique comme moi arrive dans ce pays. Cette vague de monstres était quelque chose que personne n’aurait pu prédire. Si tel était le cas, vous auriez certainement été averti lorsque vous avez traversé Amir’Dalla la dernière fois. Mais, aussi malheureux que cela soit, duchesse Desterus, vous avez été chargé de m’escorter jusqu’à la capitale, n’est-ce pas ? »

Elle hocha la tête en silence.

« Bien que je comprenne votre amour pour votre peuple et que je souhaite lui donner un coup de main, j’espère que vous aurez confiance en la puissance de mes chevaliers royaux. Ce n’est pas sans raison que je suis escortée par si peu de gens lorsque je voyage à l’étranger dans un pays que je ne connais pas. » Je lui avais dit cela pendant que Tanarotte lui versait une tasse de thé.

La duchesse regarda dans la tasse puis laissa échapper un autre soupir. C’était une femme intelligente, elle comprenait que le fait même que je laisse mes chevaliers s’envoler et se battre n’était pas quelque chose que n’importe qui dans ma position aurait permis. Dans la plupart des cas, c’était à ce moment-là que les chevaliers formaient un périmètre autour de moi et ne laissaient même pas une seule particule de poussière m’approcher, mais j’étais là, en sirotant un délicieux thé comme si j’étais de retour dans ma propre chambre.

« Vous avez vu Seryanna s’entraîner plus tôt dans la journée, n’est-ce pas ? » lui avais-je demandé après un moment où j’avais vu qu’elle ne touchait pas son thé.

« Oui, » elle acquiesça.

« Qu’est-ce que vous en pensez ? » j’avais pris une gorgée de ma tasse.

« Compétence exceptionnelle… Je pouvais à peine suivre ses mouvements, » m’avait-elle dit.

« Et, est-ce que l’un de vos soldats ou ceux qui défendent Amir'Dalla pourraient en ce moment l’égaler d’après ce que vous savez jusqu’à présent ? » J’avais pris une autre gorgée de ma tasse.

« C’est… je… » alors qu’elle était sur le point de s’exprimer, l’un des soldats sur la ligne de front avait crié.

« L’arbre cyclope est tombé ! »

« QUOI ?! » la duchesse fut si surprise qu’elle se leva si vite qu’elle faillit heurter la table.

Heureusement que je tenais ma tasse, sinon un misérable accident aurait pu arriver à ma robe.

Sans une seconde à perdre, la femme s’était précipitée sur les lignes de front et avait regardé la scène de ses propres yeux, tandis que je continuais à prendre une gorgée de ma tasse sans me soucier du monde.

« Jette un coup d’œil et dis-moi ce qui se passe en ce moment, » avais-je dit à Tanarotte.

Avec un arc de la tête, la dragonne fit un pas en arrière, déplia ses ailes puis sauta en l’air. Quelques secondes plus tard, elle atterrit à quelques pas de moi.

« Votre Altesse, Sire Seryanna et Sire Kataryna ont vaincu l’Arbre Cyclope et maintenant elles nettoient les monstres restants sur le champ de bataille. Elles s’assurent également qu’aucun d’entre eux ne se dirige dans notre direction. » Tanarotte me fit un rapport avec un petit salut puis retourna à mes côtés.

J’avais continué à boire ma tasse de thé en paix. La tasse qui était préparée pour la duchesse Desterus commençait à refroidir, mais vu les circonstances, il était fort possible qu’elle n’ait pas eu le temps pour cela.

Avec le recul, j’aurais pu la laisser présumer tout ce qu’elle voulait, même si cela avait incité les soldats à me mépriser. Les actes de mes chevaliers royaux étaient plus que suffisants pour parler en mon nom, mais je n’étais pas du genre à laisser les malentendus se produire et se développer avec le temps. À long terme, tout ce qu’ils auraient fait était de causer des ennuis inutiles aux deux parties. Ainsi, il était préférable de le couper court avant qu’il n’ait le temps de fleurir.

Au moment où la duchesse revint à ma table et s’assit sur sa chaise, le thé dans sa tasse était devenu froid. Il y avait un air d’étonnement sur son visage, ses lèvres étaient juste un peu écartées, assez pour que son souffle s’échappe, ses yeux étaient écarquillés et une mèche de ses cheveux tombait sur son visage.

« Était-ce si choquant ? » lui avais-je demandé.

« Pardon ? » elle avait cligné des yeux deux fois et m’avait regardée.

« Était-ce si choquant ? À quel point mes chevaliers royaux sont puissants ? »

Elle baissa les yeux sur son propre reflet dans la tasse de thé.

« Oui… Au départ, je pensais que j’étais l’une des combattantes les plus fortes de cet Empire, mais après les avoir vus sur champ de bataille tout à l’heure, je ne sais pas quoi dire… » avait-elle avoué.

« Êtes-vous une Starscryer ? » lui avais-je demandé.

« Une Starscryer ? Non bien sûr que non ! Personne de si distingué, je suis loin d’atteindre un tel pouvoir et un tel prestige, mais un jour, j’espère pouvoir être sur la même scène qu’eux ! » déclara-t-elle avec une étincelle dans les yeux.

Peut-être que le choc qu’elle vient de recevoir a mis en lumière une partie de sa vraie personnalité ? Je me demandais.

« Alors, n’êtes-vous pas heureuse d’avoir eu la chance d’être témoin de deux d’entre eux en train de se battre ? » lui avais-je demandé avec un sourire.

« Pardon ? » Elle m’avait regardée avec de grands yeux remplis de surprise et de respect.

« Je crois que je l’ai déjà mentionné, mais peut-être que nos mots n’étaient pas assez convaincants ? » Je lui avais fait un petit sourire ironique puis j’avais continué « Sire Kataryna et Sire Seryanna sont l’équivalent de vos Starscryers, bien que nous les appelions Éveillés supérieurs. »

« Des Éveillés supérieurs ? »

« Vous nous avez certainement déjà entendus mentionner ce mot plusieurs fois, n’est-ce pas ? Starscryer serait la traduction équivalente dans votre langue. » Je lui avais montré un doux sourire.

« Oui, mais je ne pensais pas qu’elles étaient… en fait aussi puissantes. » Elle baissa les yeux.

« Il est compréhensible que vous ayez du mal à le croire. Dans vos histoires, les Starscryers ont un statut presque mythique, ils sont vénérés presque comme des dieux par certains, cependant, la vérité est que leur puissance est similaire à celle de ces deux-là. Certains sont plus puissants que d’autres, certains sont des Éveillés supérieurs depuis plus longtemps que d’autres, mais à la fin, vos Starscryers sont très certainement comme elles. Quant à savoir qui peut atteindre une telle force phénoménale, eh bien, j’ai le sentiment que vos historiens, inconsciemment ou sciemment, ont brouillé l’explication au fil des années, mais en vérité, quiconque avec suffisamment de persévérance, de chance, de force et de discipline peut éventuellement le devenir. Les espèces qui vivent beaucoup plus longtemps que les autres ont de meilleures chances d’atteindre cet état. Bien sûr, lutter contre les monstres et dépasser constamment ses limites est un impératif. » Je l’avais expliqué à la duchesse qui avait pris chaque mot que j’avais dit comme si c’était un trésor inestimable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire