100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 111 – Partie 3

***

Chapitre 111 : La loyauté de Sergei Ruva (Partie 1)

Partie 3

En la regardant de loin, je ne pouvais pas vraiment imaginer ce qu’elle traversait. Les émotions qui faisaient rage dans son cœur n’étaient pas quelque chose que je pouvais imaginer avec désinvolture, mais si j’essayais de le faire, je suppose qu’elle était en conflit avec le fait que son fidèle allié ait été forcé de tourner sa lame contre elle. En même temps, s’il lui était effectivement fidèle, pourquoi essayait-il de la tuer ?

Peut-être que lui-même ne comprend pas le sens de sa propre loyauté. Ce n’est pas un concept facile à saisir, mais il peut être facilement taché par des actions irréfléchies, des mots ou même des regards. Honnêtement… si je regarde cet homme pathétique allongé sur le sol sous le pied de Coshun, plutôt que de penser qu’il est un homme fidèle à la princesse, je dirais qu’il est fidèle à quiconque porte une couronne sur la tête dans ce royaume. Ce n’est pas un fidèle serviteur, c’est un pion fidèle. J’avais réfléchi puis poussé un gros soupir.

Mes pensées à ce sujet n’avaient aucune valeur pour moi, mais Amadeus et Drumora comprenaient peut-être les valeurs de Coshun à cet égard. En les regardant, je pouvais dire qu’ils étaient pour le moins d’accord avec ses actions.

« Je… » Sergei serra le poing puis regarda dans les yeux d’Ildea. « Je suis les ordres de la Couronne. J’ai juré de vous protéger, princesse, mais en ce moment, tant que vous êtes encore en vie, l’existence de la Couronne est menacée. » Déclara-t-il puis me regarda. « Vous ne pourrez pas arrêter Sa Majesté. Les pouvoirs derrière lui sont bien trop vastes pour que vous puissiez les comprendre même si vous êtes un espion d’Albeyater ! » Il avait ensuite pris un poignard et était sur le point de le poignarder dans la poitrine, mais Coshun avait saisi sa lame et l’avait jetée.

« Espèce de lâche… » grogna-t-il.

Il était sur le point de couper son autre main, mais Ildea s’avança et dit alors qu’une rivière de larmes coulait sur ses joues. « Sergei… J’ai toujours pensé à toi comme un ami et un fidèle de la Couronne, mais je pensais aussi que tu étais un homme intelligent qui savait qui suivre. Aujourd’hui… tu m’as déçue. »

Il semblait qu’Ildea comprenait comment cet homme voyait sa loyauté envers celui qui avait ordonné sa mort, elle l’acceptait tel qu’il était, mais cela ne voulait pas dire que ses actions et ses paroles d’aujourd’hui ne lui avaient pas fait de mal.

Pour être honnête, je pensais que nous pouvions simplement aller de l’avant et tuer le roi, car le forcer à démissionner ne signifierait pas que ses ambitions seraient anéanties. Le fait était qu’en tant que duc d’Albeyater, qui était techniquement un royaume ennemi, commettre un régicide lorsque j’essayais de penser à un moyen de mettre fin à cette guerre inutile entre les humains et les dragons était… eh bien, pas le plus sage des choix.

Je ne comprenais pas vraiment comment la politique fonctionnait si bien ici, et ce n’était pas comme s’il y avait quelqu’un dans notre groupe avec une vaste expérience dans le domaine. Cette affaire était assez délicate, mais je savais que si j’étais forcé sans autre choix, je le ferais. Cependant, comment pourrais-je dire quelque chose comme « Nous pouvons libérer Sergei de son ordre en tuant ton père, Ildea. »

Finalement, fou ou pas, cet homme était son père.

Mais pendant que je réfléchissais à une solution, Ildea a pris la décision.

Fermant les yeux, elle avait dit « Fais-le. »

« Je suis fidèle seulement… à la Couronne. » Sergei prononça ses derniers mots avec un sourire calme et chaleureux sur ses lèvres, puis la lame de Coshun lui coupa la tête, lui épargnant toute souffrance inutile.

Alors que le sang de ce soi-disant homme loyal tachait le sol, Ildea ouvrit les yeux et regarda son corps sans vie. Elle serra fort ses poings et essaya de retenir ses larmes, mais elle ne pouvait tout simplement pas. C’était trop dur, trop douloureux pour elle, et donc ils coulaient sur ses joues, lavant le sol. Un acte de gentillesse ou peut-être de pardon pour faire un adieu chaleureux à l’âme du défunt.

Quant aux autres âmes des autres assassins, elles pourraient devenir des fantômes ou être entraînées en enfer pour tout ce qui nous importait.

« C’est fait, et… je suis désolé… » dit Coshun en essuyant le sang de sa lame et en évitant son regard.

« Non, tu n’as pas besoin de l’être. » Ildea secoua la tête et regarda avec une douleur visible dans les yeux le corps de l’homme qu’elle pensait autrefois être l’un de ses alliés les plus fidèles. « Dans cette vie, Sergei avait ses propres valeurs. Pour lui, celui qui portait cette pièce de métal que nous appelons une couronne était celui qui se tenait au-dessus de tous. Il a juré sa fidélité à mon père. Si cet homme n’avait jamais donné l’ordre, Sergei n’aurait jamais pensé à essayer de me tuer. Cela signifie simplement que Père est peut-être au-delà de la rédemption. » Elle essuya ses larmes avec sa manche puis leva les yeux vers Coshun. « Merci de m’avoir protégée. »

Au-delà de la rédemption, mais… une chose est de donner l’ordre de tuer un disciple devenu voyou et une autre de tuer son père. Peut-elle le faire ? Je m’étais demandé cela en regardant la princesse humaine qui avait du mal à empêcher ses larmes de sortir.

« Le plaisir était pour moi. » Le dragon lui fit un sourire ironique et se gratta la joue droite.

À ce moment, Kalderan m’avait approché et m’avait demandé. « Penses-tu que c’était le bon choix ? »

J’avais baissé les yeux sur ses armes qui avaient déjà coûté la vie à tant de gens et j’avais répondu : « Ce n’est plus la Terre… Les pays sont en guerre et à l’intérieur des pays eux-mêmes, la loi de la jungle doit être respectée. La Terre ne se rend même pas compte de la chance d’avoir quelque chose comme l’ONU. »

« Les Nations Unies, hein ? Oui, cela aurait été utile, mais s’ils avaient déjà quelque chose comme ça, nous, les Héros humains, n’aurions pas été envoyés ici par cette entité semblable à Dieu. Dans l’état actuel des choses, nous sommes peut-être le seul salut et l’espoir d’un avenir meilleur, mais je suis un peu sceptique quant à savoir si nous pouvons nous adapter à ce monde qui a des croyances et des mœurs si différentes. Jusqu’à présent, nous leur avons présenté le communisme, le fascisme et la démocratie. » Il poussa un lourd soupir puis leva les yeux. « Je me demande si les bunkers nucléaires sont de bons biens immobiliers dans ce monde. » Il avait jeté cette phrase bizarre, et j’avais essayé de lui montrer un sourire ironique.

« La Terre a beaucoup à souffrir à cause des extrêmes de ces idéologies, mais… si leur existence s’avère nécessaire et est jugée comme telle par les dieux de ce monde, alors nous pourrions bientôt nous retrouver avec une guerre continentale, bien que je ne pense pas qu’un bunker nucléaire ordinaire soit assez bon quand on considère la puissance dévastatrice de la magie. »

« Quelle manière de gâcher mon rêve de devenir riche rapidement ! » Gloussa-t-il puis son expression devint sombre. « Empire Akutan, Union démocratique de Shiva, République socialiste de Majin, Royaume de Majin, Navimska Reich, Royaume fasciste de Nocturn et Royaume des dix épées, sept nations ayant des relations moins amicales entre elles sur un terrain de la taille de l’Asie. Si la guerre éclate, il n’y aura nulle part où se cacher… Peut-être qu’au lieu de nations, nous devrions commencer à les appeler les sept péchés capitaux ? » Se demanda Kalderan puis se moqua. « J’espère que non… »

« Je ne sais pas si c’est une mauvaise blague ou non, mais je n’irais pas jusqu’à les appeler péchés capitaux. » lui avais-je dit et puis j’avais marché vers l’un des assassins. J’avais retiré son masque. « Homme blanc d’environ 30 ans avec des lèvres gercées et des signes possibles d’auto-empoisonnement… Des taches jaunes sur les yeux, il pourrait donc souffrir d’une maladie hépatique. Compétences de combat… Cela ne vaut même pas la peine d’être comparé à un soldat moyen d’Albeyater, mais ils pourraient être considérés comme des assassins de haut niveau ici. Qu’est-ce que tu penses ? » avais-je demandé à Kalderan.

« Ces idiots sont des assassins, et oui, ils sont qualifiés. » Il hocha la tête en réponse après avoir envoyé un coup de pied sur le côté du corps de l’un d’eux. « Me rencontrer maintenant n’était que leur malchance. Il y a six mois, j’aurais été facile à tuer pour n’importe lequel d’entre eux. »

« Alkelios, si ça ne te dérange pas… » m’interpella Ildea. « Je voudrais enterrer Sergei. »

« Hm ? Es-tu sûre ? » lui avais-je demandé.

« Oui. Il a juste suivi les ordres… Si Coshun ne lui avais pas fait cracher la vérité, je n’aurais peut-être jamais eu la chance d’entendre parler de l’ordre de mon père ou de réaliser la lutte que Sergei traversait. C’était un homme fier, lié par ses propres principes et son code moral. »

Personnellement, je ne pensais pas qu’il était respectueux ou intelligent de simplement se lancer dans une tuerie juste parce que le fou du pays vous avait ordonné de le faire, surtout si vos objectifs et votre vision d’un meilleur pays ne s’alignaient pas avec le sien. Personnellement, j’avais du respect pour la reine et le roi d’Albeyater pour leur vision de l’avenir dans laquelle les dragons, les humains et toutes les autres espèces avaient réussi à coexister d’une manière ou d’une autre sans se nuire. Le fait qu’ils aient approuvé mon mariage avec Seryanna et m’avaient même aidé dans cette affaire était une preuve suffisante pour moi.

Au moment où j’avais proposé cet accord à Sa Majesté, il aurait pu facilement me tuer ou même me capturer pour me forcer à guérir la reine pour lui. Cette réunion aurait pu mal tourner à bien des égards, mais grâce à ma chance, une telle chose ne s’était jamais produite et, au lieu d’un ennemi, j’avais trouvé un allié dans la royauté d’Albeyater.

En pensant à mes propres expériences avec la noblesse et la royauté ainsi que ces serments qui liaient la vie à la volonté de leur maître, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Seryanna et à tous mes autres amis dragons. Contrairement à Sergei, qui gisait dans la poussière, s’il y avait un moment où le souverain d’Albeyater se révélait être un fou incompétent qui leur souhaitait du mal et plus spécifiquement de se retourner contre ceux qu’ils chérissaient, alors ils dégaineraient leurs épées et pointeraient la fin à leur soi-disant « maître ». Eh bien, à moins que sa femme lui ait d’abord donné un peu de sens, Albeyater était un matriarcat, après tout, mais il en allait de même pour elle.

La politique serait toujours compliquée puisque leurs règles étaient jugées et suivies par ceux qui les avaient faites en premier lieu. C’est pourquoi, pour moi, ces visions, ces idéaux de loyauté semblaient si différents et pourtant en même temps incroyablement similaires les uns aux autres.

Laissant échapper un soupir, j’avais alors dit « Princesse Ildea, bien que je ne sois pas d’accord avec les actes de trahison de cet homme ni avec ses principes, je peux au moins accepter le fait qu’il a un point de vue différent de ce monde par rapport au mien. Je te laisse faire ce que tu veux. Que tu lui pardonneras ou que tu essayeras de le comprendre ou même si tu souhaites transformer son corps en charbon pour nourrir les monstres, tout dépend de toi, et je respecterai cela. »

« Merci, Alkelios, j’apprécie ta gentillesse. » Dit-elle en s’abaissant légèrement et en marchant vers le corps du vieil homme. « Coshun, ça te dérangerait de me donner un coup de main ? » lui avait-elle demandé.

« Est-ce bien pour moi de le faire ? » Demanda-t-il, un peu en conflit.

« Je veux croire que Sergei n’a jamais eu l’intention de me trahir, mais les serments qu’il a faits, les paroles de promesse qu’il a prononcées, les promesses avec lesquelles il s’est enchaîné, ce sont celles qui l’ont forcé à atteindre ce point où vivre n’était plus une option pour lui. Tu ne l’as pas tué, Coshun, tu l’as libéré. » Lui dit-elle avec un doux sourire sur les lèvres.

Pendant que les deux allaient creuser un trou pour cet homme, j’avais rassemblé les corps des assassins morts, les avais pillés de leurs pièces de monnaie qu’ils avaient dans leurs poches, puis je les avais brûlé. L’enterrement du défunt s’était poursuivi sans un mot. Le tombeau de Sergei avait été laissé sans marque. Compte tenu du fait qu’il était déjà décapité, ses chances de revenir en tant que zombie étaient minces et presque nulles.

Une fois tout cela terminé, j’avais poussé un gros soupir et j’avais dit à tout le monde de commencer à bouger. Nous aurions besoin d’arriver bientôt dans un campement, nous étions tous fatigués et cette situation nous pesait lourdement, mais au moins, nous avions maintenant une meilleure idée de ce qui pouvait attendre Ildea dans la capitale… du sang, des malédictions, trahisons et larmes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire