100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 104 – Partie 1

***

Chapitre 104 : Peur et folie

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

À l’aube, j’étais sorti pour quelques étirements matinaux. Normalement, vous auriez pensé que je m’étais adapté au temps de cette planète, mais alors que mon corps était à moitié dragon et à moitié humain, mon esprit et mon âme étaient toujours attachés à la Terre. Je pensais toujours à une heure comme durant 60 minutes, pas 80 ou 96 comme d’autres. Ce n’était que pure coïncidence ou peut-être un choix supposé que les dragons pensaient qu’une journée comptait 32 heures, chacune avec 60 minutes.

Pour moi, seulement 5 heures de sommeil suffisaient, alors que 8 ou 10 heures étaient simplement en paressant ou pour me relaxer. Les dragons et dragonnes avaient tendance à dormir jusqu’à 12 ou 14 heures, en fonction de la météo et de la quantité d’énergie magique utilisée durant la journée. À Albeyater, je me levais souvent avant Seryanna ou lorsque les rayons du soleil du matin n’avaient pas encore touché la pointe du plus grand arbre du pays.

À quel point chaque civilisation de cette planète mesurait le temps un peu différemment, il y avait des noms différents pour les semaines et les mois, ainsi que des points de début et de fin pour eux. Les Relliars, par exemple, divisaient leurs années en deux en fonction de la saison des amours, tandis que les nains se concentrent sur le cycle des deux lunes dans le ciel. Les dragons en général avaient 10 mois par an, tous entrent 30 et 36 jours, pour un total de 348 jours de 32 heures chacun.

Bien sûr, il ne s’agissait que de mesures approximatives, et personne ne connaissait les valeurs astronomiques exactes. Je me souvenais vaguement que les jours de la Terre n’avaient pas exactement 24 heures, ils étaient légèrement plus longs ou peut-être plus courts ? Probablement plus court parce que nous avions toujours l’impression que nous n’avions pas assez de temps pour faire nos devoirs.

Eh bien, ce type de précision à la milliseconde ou nanoseconde importait peu sur ce monde. Après tout, la plupart des gens mesuraient le temps via le levé et le coucher du soleil. Peu importait que l’on ait un rendez-vous à 16 h 5 ou 16 h 30, car c’était la même chose pour eux.

Quant aux raisons pour lesquelles je torturais si tôt mon matin mon pauvre petit cerveau tuméfié avec des mesures de temps, c’était parce que je m’inquiétais pour Seryanna.

Que Dieu me dise que trois ans se sont écoulés depuis ma bataille avec Kronius, mais je ne pense pas qu’il se référait aux années de la Terre ... Depuis combien de temps doit-elle m’avoir attendu ? Je pensais en continuant mes exercices.

Un des gardes de la patrouille était passé près de moi et m’avait jeté un regard étrange. Il n’était probablement pas habitué à ce que des gens se réveillent si tôt le matin, juste pour bouger les bras comme un poulet sans tête.

Une heure environ plus tard, j’étais retourné dans ma chambre et j’avais envoyé une autre ping à Seryanna pour lui faire savoir que j’étais en vie et que j’allais bien. Elle me manquait et je voulais la voir bientôt. Voler en ligne droite pour cela était une option, mais je devais tenir compte des conseils de Dieu de prendre mon temps et ne pas me dépêcher. Il a dû me dire ça pour une raison, non ?

Risha et Kalderan furent les suivants à se réveiller, alors qu’Ildea dormait encore. Il était difficile pour moi d’imaginer à quel point il était difficile pour cette pauvre fille de trouver un moment de réconfort pour se détendre et reprendre son souffle en sachant que des assassins étaient derrière sa queue.

La voir dormir si paisiblement m’avait fait comprendre qu’elle avait réussi dans son cœur à nous faire confiance avec sa liberté et sa vie. Tant que nous étions ici, ces salauds n’avaient aucune chance de s’approcher d’elle. Après tout, j’étais un puissant aventurier et mes compagnons n’étaient pas faibles non plus. Eh bien, peut-être que seule Risha avait encore beaucoup à apprendre avant d’être considérée comme utile ? Quant à Kalderan, il se stabilisait bien. Un peu plus et je pourrais le jeter dans la forêt Seculiar pour un peu de formation.

Après le réveil d’Ildea, nous avions pris notre petit-déjeuner dans un restaurant voisin, puis nous étions allés lui acheter des vêtements de rechange et l’essentiel pour la longue route devant nous. Avant de pouvoir atteindre la capitale du royaume, nous devions encore passer par la ville de Mathias, de Grinjar Trade et le village d’Olfango. Pour moi, c’était tout au plus une excursion d’une journée, mais mes compagnons ne pouvaient ni voler ni courir aussi vite que moi, ce qui était une situation regrettable. Encore une fois, un peu de tourisme n’était pas si mal non plus.

Ce qui m’avait inquiété, cependant, était le fait que je retardais mes retrouvailles avec Seryanna.

Nous avions quitté la ville de Leveder aux alentours de midi et avions poursuivi notre chemin en direction de la ville de Mathias. C’était une zone boisée avec de petits arbres qui étaient dispersés à travers de petites collines. La montagne d’où venaient les citoyens de Leveder tiraient leurs minerais était un peu plus loin. Les monstres devenaient également plus faibles, ce qui voulait dire que Mathias était un endroit beaucoup plus sûr où vivre que l’autre. Après tout, les chances d’une horde de monstres qui attaque n’étaient pas aussi élevées qu’elles étaient là-bas.

À notre rythme actuel, nous atteindrions notre destination dans trois ou quatre jours environ, mais ce n’est que parce qu’Ildea marchait très lentement par rapport au reste d’entre nous. Pour résoudre ce petit problème, j’avais décidé de la prendre comme une princesse dans mes bras et de courir sur le bord de la route avec Kalderan et Risha. Cette dernière avait de la difficulté à suivre le rythme, mais comme je portais tous nos bagages, elle n’avait pas à s’inquiéter de poids supplémentaire.

Je ne voulais pas courir jusqu’à Mathias, mais quand nous étions passés devant les écuries, nous avions appris qu’il n’y avait pas de chariots qui partaient vers la ville voisine. Quant à nos chevaux, ils avaient été empruntés et avaient dû être rendus à la guilde des marchands lorsque le rapport de mission avait été soumis.

À un moment donné pendant que nous marchions, j’avais mentionné le fait qu’il aurait été formidable d’avoir un Khosinni sur lequel monter, mais quand Risha m’avait entendu, c’est ce qu’elle a dit :

« Tu parles de ce monstre légendaire avec trois paires de pieds et quatre yeux ? Cette bête qui devient plus grosse qu’un chariot et se déplace plus vite que le vent ? Ces choses ne peuvent pas être apprivoisées et écraseraient facilement sous leurs sabots tout homme ou monstre qui ose s’approcher de trop près d’eux ! »

Et Ildea avait aussi quelque chose à dire à leur sujet :

« Mon père m’a appris que notre arrière-grand-père en avait un, un cadeau du roi Relliars Masgarikan. Le Khosinni était sa monture au combat, et il était bien entraîné, mais il est mort de vieillesse cinq ans avant mon arrière-grand-père. »

« Pourquoi parles-tu de tels monstres, Alkelios ? En as-tu vu un avant ? » Demanda Kalderan avec un sourcil plissé.

« Hm ? Oui, les dragons les utilisent comme des chevaux. » Répondis-je avec un haussement d’épaules.

« Quoi ?! » Demanda Ildea avec un ton de voix élevé, une bouche bée et de grands yeux ouverts.

« Et bien, je ne vois pas ça surprenant. Les monstres du continent des dragons dépassent généralement le niveau 100. Ainsi, un cheval normal n’aurait aucune chance contre eux. Les Khosinni sont également plus rapides et beaucoup plus fidèles, mais leur régime alimentaire est également très différent, car même l’herbe du Continent des Dragons peut être considérée comme un puissant ingrédient de potion. » J’avais expliqué.

« Le continent des dragons est fou. » Commenta Kalderan.

« Heuh… oui, je ne le nie pas. Ils ont des choses assez folles là-bas. » Je lui avais fait un sourire ironique.

Un peu avant la nuit, nous avions campé dans un petit coin d’herbe au bord de la route. Les provisions que nous avions achetées à Leveder étaient de quoi faire un bon repas dont même un noble serait envieux. Le fait que je puisse avoir à l’intérieur de mon Trou noir une cuisine complète avait peut-être quelque chose à voir avec cela. Mais sérieusement, quel genre d’aventurier n’en porte pas une avec lui ?

Bien, mettant de côté les blagues, je savais que mes capacités nous permettaient beaucoup de confort. Ma force en tant que combattant avait également mis tout le monde à l’aise pendant nos voyages. Risha n’avait jamais eu le courage de voyager seule auparavant, alors que Kalderan n’osait même pas s’éloigner trop de Soldra, craignant d’être tué par un monstre quelconque.

Les choses que je voyais au cours de ce voyage n’étaient pas seulement une première pour moi, mais aussi pour mes compagnons.

J’avais été le premier à monter la garde la nuit. La princesse Ildea avait dormi avec Risha, et Kalderan avait un peu entretenu ses armes avant que le marchand de sable lui offre un voyage pour le pays des rêves. Il y avait encore une bonne quantité de bois sur le feu et le bruit de craquement associé à la douce brise du vent créait une atmosphère agréable.

Si c’était la Terre, nous aurions tous dormi comme des bébés, n’ayant plus qu’à craindre un insecte aléatoire qui viendrait nous piquer plutôt qu’un monstre attendant de dévorer nos entrailles. Dans ce monde, voyager seul et même en groupe était considéré comme dangereux pour diverses raisons, mais contrairement à mes compagnons, je ne ressentais pas cette pression, cette peur que je ressentais lorsque je campais dans la forêt Seculiar.

Quand je m’entraînais, je devais toujours être prêt à sauter et à éviter une attaque. J’avais toujours souhaité me réveiller avant qu’un dangereux monstre ne m’attaque, alors chaque fois que je me retrouvais jaillissant de mon lit pour une raison quelconque, j’étais prêt à me battre. Dans la forêt Seculiar, les branches supérieures étaient jonchées d’araignées géantes, les bois infestés de monstres et le sol de prédateurs cachés. Même les plantes étaient prêtes à vous attaquer si vous ne faisiez pas attention.

Lorsque j’étais arrivé dans ce monde et que je campais avec Seryanna, nous avions été extrêmement chanceux d’avoir des nuits aussi paisibles dans cette forêt maudite. Une fois que j’avais souhaité que cette « barrière de la chance » soit levée et permette de ressentir les véritables horreurs de cet endroit, je m’étais plus d’une fois retrouvé submergé par le nombre élevé de monstres affamés.

En parlant de ça, ça me rappelle…, pensai-je puis j’ouvris le Trou Noir.

Dans l’arbre dans lequel je m’étais mis à l’aise, j’avais sorti un œuf étrange de l’intérieur de mon inventaire infini. De couleur noirâtre, une aurore verte coulait sur sa surface brillante. En taille, il était aussi gros qu’un œuf d’autruche, mais de l’intérieur, je pouvais sentir un pouvoir incroyable et une impulsion de vie qui refusait d’abandonner.

Je me demande quand vas-tu éclore ? pensai-je en caressant doucement l’œuf.

Un doux sourire se forma sur mes lèvres alors que je le regardais avec bienveillance. Quand je l’avais vu pour la première fois à la base d’un volcan entouré d’une rivière de lave, j’avais pensé au départ qu’il s’agissait d’un œuf de dragon, mais quand je m’étais approché, j’avais vu que c’était beaucoup trop petit pour en être un. Honnêtement, je n’avais aucune idée du genre de créature qui s’y trouvait. Aucun des livres de la bibliothèque royale d’Albeyater ne contenait d’information spécifique à ce sujet, et lorsque je l’avais montré à Sa Majesté, il ne savait pas non plus.

Cet œuf est vraiment mystérieux… J’espère seulement que je ne finirai pas avec un animal de compagnie étrange comme un ancien canard psychique retardé et divin… ou un ver de terre. J’avais réfléchi et puis j’avais ri.

Parce que je pensais que c’était trop précieux pour le laisser à l’air libre, je l’avais replacé dans le Trou Noir pour le garder en sécurité.

L’heure suivante fut calme, à l’exception du moment où Ildea se réveilla paniquée pour vérifier où elle se trouvait. Une fois qu’elle m’avait vu, elle s’était calmée et était retournée dormir à côté de Risha, qui n’arrêtait pas de marmonner quelque chose à propos d’ailes de poulet croustillantes.

C’est alors que, pendant une fraction de seconde, le ciel s’éclaircit comme le jour, puis, 14 secondes plus tard, le tonnerre de l’explosion nous parvint. L’onde de choc qui avait suivi m’avait presque jeté hors de l’arbre et avait réveillé tout le monde. Nous étions loin de l’épicentre de cette explosion, de sorte que nous ne nous sentions pas terriblement choqués par les effets secondaires.

J’avais sauté hors de l’arbre et je m’étais assuré que tout le monde allait bien.

« Je vais y aller. Kalderan, surveille le camp. » Je lui avais dit.

« Bien sûr et fais attention là-bas. » Il m’avait dit.

Ildea me regarda avec des yeux inquiets, mais je répondis simplement avec un doux sourire.

L’explosion a eu lieu à quatre ou cinq kilomètres d’ici. J’avais réfléchi à ça en mesurant la distance en fonction de la vitesse du son.

C’est quelque chose que j’avais appris à l’école et avec lequel je m’étais amusé lors des orages. Chaque fois que je voyais un éclair, je comptais les secondes jusqu’à ce que j’entende le tonnerre. Le nombre de secondes multiplié par 343 mètres était la distance relative entre moi et la foudre.

En ce qui concerne la raison pour laquelle j’avais commencé à compter les secondes depuis l’apparition de l’éclair de lumière, la moitié était due à l’ennui et l’autre moitié était par réflexe. Il y avait quelques cas où connaître la distance par le son s’avérait utile, bien que ce ne soit pas exactement comme cela. Dans la forêt séculaire, j’avais fini par tomber dans une grotte sombre et humide, remplie d’araignées créant des illusions, qui se présentaient à moi comme une horde de Seryanna nues. Je m’étais bravement battu pour sortir de là et je n’avais souffert que d’un énorme saignement de nez.

Quoi qu’il en soit, il était clair que quelque chose ou quelqu’un de très puissant lançait des sorts désagréables. Si cela ressemblait à mon Itsy Bitsy BOOM !, nous serions déjà morts, alors au moins, ce n’était rien de radioactif.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire