100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Chapitre 49 – Partie 1

***

Chapitre 49 : Une bonne raclée

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

Deux mois et plusieurs jours s’étaient écoulés depuis la dernière fois que j’avais vu Seryanna… je n’avais ni vu Kataryna ou Kléo, mais je savais qu’elles passaient toutes les deux à cette auberge de temps en temps et demandaient comment j’allais.

Chaque fois que j’entendais Collentra m’informer de cela, je commençais à rire de moi-même et retournai dans ma chambre. Je ne restais même pas écouter ce que la dragonne avait à dire, je l’ignorai simplement.

Je pense que c’était il y a environ une semaine lorsque Kataryna s’est arrêtée et a dit à l’aubergiste qu’elle cesserait de payer mon loyer. Aujourd’hui était le grand jour où j’allais me faire virer.

Honnêtement, je m’en fichais… j’étais dans le pétrin et je me détestais pour cela ! Je n’avais ni le désir ni l’intention de m’améliorer.

Quelle utilité de toute façon ? J’étais un humain au milieu d’un continent de dragons où tout le monde détestait mon existence même. J’avais perdu la femme que j’aimais parce que j’avais été idiot et, pour être plus précis, j’étais un idiot encore plus grand parce que, pour une raison quelconque, je croyais que je ne pourrais jamais L’AIMER VRAIMENT parce que nous étions d’espèces différentes.

En effet, j’étais le pire déchet ! J’étais un produit défectueux de l’espèce humaine ! Un échec !

Et là, j’étais assis sur mon lit, pas lavé depuis Dieu sait quand, avec un grand sourire au visage et une bouteille d’hydromel à la main. C’était uniquement pour le spectacle, j’avais essayé de me saouler une fois, mais comme prévu j’avais échoué. Je portais les mêmes vêtements qu’il y a deux mois. C’était un miracle qu’ils ne soient pas déjà désintégrés.

Dans cet état dégoûtant, j’allais accueillir dans ma chambre l’une des plus puissantes dragonnes du continent : Kataryna. Aujourd’hui était le grand jour où elle viendrait certainement me dire à quel point j’étais un échec. Pourquoi ? Parce que je le souhaitais et que ma chance ferait en sorte que ça arrive !

Alors, finalement… la clé avait tourné dans la porte et s’était ouverte. Mon cœur battait très vite et j’avais peur, mais j’avais un grand sourire sur le visage. Le sourire d’un homme désespéré… de quelqu’un croyant avoir tout perdu.

Eh bien… avec Seryanna épousant Draejan, c’était le cas, non ?

Quand la porte fut complètement ouverte, je lui jetai la bouteille d’hydromel… Elle se brisa contre le mur, projetant l’alcool sur tout, sauf elle. Un bouclier de glace empêchait le liquide de la toucher.

Je ne voulais pas faire ça… merde, avais-je pensé.

« Doooonc… Tu es ici pour me demander de te faire un œuf ? » demandai-je en étant le pire.

Je ne voulais pas dire ça ! Qu’est-ce qui m’arrive ?! pensais-je à nouveau.

À l’intérieur, j’étais dans un état de panique, de folie et au bord du gouffre. Je repoussais les limites de ce que je pouvais atteindre, me demandant si je serais capable de me briser et de tout bouleverser. C’était cette sorte de logique tordue dans laquelle mon esprit était.

Deux mois d’isolement et de dépression avaient tendance à faire ça aux personnes… malheureusement, je ne m’attendais jamais à ce que ce soit si grave au point que quelque chose d’autre que moi parle. En fait, ce qui sortait de ma bouche n’était que des déchets.

« Il semblerait que tu te débrouilles bien, Alkelios, » déclara Kataryna, puis elle fracassa le bouclier de glace avant d’entrer dans la pièce.

L’hydromel gelé était tombé au sol et je l’avais regardée de la tête aux pieds, mais j’avais forcé mes yeux au niveau de sa poitrine.

« Déshabille-toi, » avais-je ordonné en souriant.

« Hm ? » Elle sourit et inclina la tête vers la gauche.

« Déshabille-toi, » me répétais-je.

Un pic de glace avait été envoyé et avait frappé le mur à un centimètre de mon cou.

Je n’avais même pas bronché. J’avais souri à la place et laissais ces détritus s’échapper de mes lèvres.

« Déshabille-toi, » ordonnai-je une fois de plus.

Kataryna secoua la tête et poussa un soupir.

« J’ai peut-être attendu trop longtemps ? » se demanda-t-elle à voix haute.

« Qui sait ? Est-ce que tu vas déshabiller ou non ? » demandai-je, s’il te plaît non… Pensais-je.

« Dis-moi… Seryanna est-elle toujours sur ta liste ? » demanda-t-elle.

« Oui… et alors ? » demandai-je d’un ton moqueur.

« Je vois… et moi et Kléo ? » demanda-t-elle.

« Oui..., » répondis-je.

« Bien..., » elle acquiesça.

Je m’étais éloigné du lit et je l’avais approchée.

« Il n’y a que nous deux ici… je suis jeune, je peux en supporter plus, » je souriais. S’il vous plaît, que quelqu’un me frappe…, pensais-je.

Et ma prière avait été accordée, le poing de Kataryna m’avait frappé droit dans le ventre. C’était un coup si puissant que j’avais vomi tous mes repas de ce jour.

« Tu as oublié de dire “s’il te plaît”. Maintenant, je crois que je suis celle devant m’excuser. Après une semaine, j’aurais dû savoir que les choses se passeraient ainsi. Mais je te considérais comme un dragon et non comme un humain. Pour nous, il faut plus de temps pour atteindre ton état actuel, » me déclara-t-elle avec un sourire me donnant des frissons.

« Je vais... parfaitement bien… ! » rétorquai-je en toussant.

« Vraiment ? » déclara-t-elle d’un ton moqueur.

« Oui… Je n’ai pas besoin de toi, Seryanna, Kléo, Brekkar ou qui que ce soit D’AUTRE ! Laissez-moi tout seul ! Je suis un humain, n’est-ce pas ?! Juste un imbécile ! Un jouet pour vous, les dragons ! » Je la foudroyai du regard et tentai de la repousser, mais elle esquiva et je tombai au sol.

« Je peux voir ça. Tu vas si bien que tu vis comme un porc dans un endroit où le soleil ne brille pas, » répliqua-t-elle.

« Ha ! Bien joué ! » Je la pointai du doigt. « Alors, est-ce que tu vas te déshabiller ou non ? » Lui demandai-je à nouveau avec un sourire moqueur.

« D’abord tu me demandes de te laisser seul, puis de me déshabiller. » Elle inclina la tête. « Si j’étais Seryanna, j’essaierais peut-être de te réconforter comme ça, mais… je suis assez sage pour comprendre que ça n’est pas le remède dont tu as besoin. » Elle sourit.

« Et qu’est-ce que c’est ? » demandai-je en rigolant.

Je n’avais aucune idée de ce qui s’était passé, car je savais maintenant que je me trouvais à l’envers au milieu de la rue dans une bande de détritus. Je clignai des yeux surpris et regardai les dragons effrayés.

« Qu’est-ce que… argh ! Mon corps me fait mal..., » avais-je gémi.

« Je n’aurais pas pensé que tu ne peux même pas esquiver quelque chose d’aussi lent que ça. Comme le puissant est tombé bien bas~, » déclara Kataryna en secouant la tête.

En suivant la direction de sa voix… depuis la position dans laquelle je me trouvais, je la vis avancer dans un grand trou dans l’auberge où j’étais.

Cette folle m’a actuellement envoyé à travers le mur ?! Et... j’ai survécu ? pensais-je, sans savoir quelle partie m’étonnait le plus.

« Je suis juste un peu rouillé..., » commentai-je en essayant de me relever, mais j’étais tombé au sol.

En me heurtant à quelque chose, j’avais regardé en arrière et j’avais vu Kataryna debout avec sept pics de glace flottant derrière elle. J’avais dégluti en sautant hors du chemin. Un de ces pics de glace avait poignardé le sol où je me tenais un instant plus tôt.

« Essaies-tu de me tuer ?! » avais-je crié.

« OUI ! » répondit-elle en riant.

« Tu es folle ! » J’avais crié en commençant à courir.

« Je suis une éveillée supérieure ! Folle est mon petit surnom ! » Cria-t-elle en me suivant.

Comme prévu, les gardes et tous les autres se tenaient à l’écart de notre chemin. En fait, maintenant que j’avais l’air d’aller mieux, Kataryna portait un badge avec l’emblème de la troisième princesse. Peut-être l’avait-elle mise pour ne pas être dérangée par les gardes et autres personnes. S’il y avait deux aventuriers se disputant, ils auraient essayé d’intervenir, mais si quelqu’un comme moi, qui n’avais pas l’air différent d’un idiot, était poursuivi par quelqu’un représentant la royauté, ils n’auraient certainement pas osé intervenir.

Dès que je m’en étais rendu compte, j’avais essayé de courir plus vite, mais les pics qu’elle me lançait n’étaient pas une illusion. L’un d’eux était passé assez près pour m’érafler. Après celui-là, j’avais souhaité ardemment qu’aucun d’eux ne me frappe.

« Arrête de courir et meurs ! » Me cria-t-elle.

« Non ! » avais-je rétorqué en sautant sur un bâtiment.

Courir à travers la foule était difficile, alors je m’étais servi de mes statistiques pour sauter sur les toits. Au moment même où j’allais atterrir, j’avais entendu Kataryna crier derrière moi.

« Une ouverture ! »

Quand je m’étais retourné, je l’avais vue voler vers moi avec les ailes déployées. J’avais essayé de bloquer, mais avant même de pouvoir souhaiter quoi que ce soit, j’avais été frappé. Le coup de poing m’avait envoyé m’écraser sur le toit d’un immeuble à travers la fenêtre d’un autre. Plusieurs dragons hurlaient de peur, surpris par la soudaine bataille.

J’avais toussé et craché un peu de sang. Le coup m’avait ouvert la lèvre.

En la maudissant, je m’étais relevé, mais en levant la tête, j’avais vu Kataryna debout à côté de moi souriante. Elle m’avait donné un coup de pied aussi fort que possible dans la poitrine. Le coup était si puissant que j’avais de nouveau volé à travers le mur d’un bâtiment et percuté le mur entourant Drakaria.

« Ne t’inquiète pas, la troisième princesse paiera pour les dégâts ! » Annonça Kataryna peu après son attaque.

La gravité m’avait décollée du mur et j’étais tombé au sol avec un bruit sourd. Tout mon corps me faisait mal. J’avais toussé plusieurs fois avant d’essayer de me lever.

Bordel… Je ne me souviens pas qu’elle soit si puissante… Peut-être que ma chance ne fonctionne pas comme prévu ? Argh… j’espère pouvoir m’en sortir vivant..., pensais-je dans l’espoir de ne pas mourir.

C’était drôle, car je cherchais jusqu’à présent la mort ou une chose me poussant plus profondément dans ce trou de souffrance, et que maintenant j’espérais ne pas mourir.

« Alors, tu veux toujours que je me déshabille pour toi ? » demanda-t-elle avec un sourire alors qu’elle se posait à quelques mètres de moi.

Les dragons autour avaient été surpris et s’étaient enfuis, sauf un.

« Ça ne me dérangerait pas si tu déshabillais pour moi, Miss. » Répondit un idiot à moitié saoul.

Kataryna ne perdit même pas une seconde et le décapita avec un pic de glace.

« Je ne te parlais pas, » elle sourit puis brisa la pointe avec laquelle elle l’avait tué. « Maintenant, Alkelios… Où en étions-nous ? Ah oui, je te chasse ! » Acquiesça-t-elle avec satisfaction.

Est-ce qu’elle essaie réellement de me tuer ? pensais-je, horrifié.

En la voyant préparer un sort, je levai immédiatement la main devant moi et tentai de lancer une boule de feu, mais elle ne sortit pas… non, je n’avais pas le courage de l’attaquer.

Je m’étais maudit, puis j’avais esquivé au mieux avant de m’enfuir.

« Allons ! Ça devenait intéressant ! » déclara-t-elle en se dirigeant vers moi.

Elle m’avait attrapé par l’arrière de mes vêtements puis s’était envolée.

« Argh ! Lâche-moi ! » Lui avais-je crié.

« Non. Je veux que tu voies quelque chose en premier. » Me déclara-t-elle.

« Quoi ? » avais-je demandé en espérant que ce n’était pas ma vie qui brillait sous mes yeux.

Étonnamment, je n’avais pas peur d’elle. Pour une raison quelconque, j’avais l’impression qu’elle n’allait pas me tuer. Tout au plus, elle allait juste me battre à moitié mort.

« Regarde là-bas, » déclara-t-elle en s’arrêtant de monter.

Nous étions assez haut dans le ciel. Tellement haut, que je voyais un pingouin volant passer.

« Hein ? » Je clignai des yeux surpris en voyant l’oiseau en costard aux ailes gigantesques s’éloignant, sans nous déranger.

« Alkelios ! Oublie cet oiseau stupide et baisse les yeux ! » Cria Kataryna en me secouant dans les airs.

« Oui ! Oui ! » déclarai-je en regardant en bas.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

10 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre! Alkelios  vas enfin sortir de sa déprime?

  3. un pingouin en costard ? j'avoue j'ai buggué là xD
    Merci pour le chapitre ^^

  4. Merci pour le chap ^^

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire