Une vie en prison est facile pour une Vilaine – Tome 1

***

Partie 1 : La demoiselle bouge

Chapitre 1 : La jeune demoiselle est envoyée en prison

Jusqu’à ce moment, les invités de la famille royale avaient profité d’une soirée animée. Cependant, tous les participants se turent rapidement lorsque le prince déclara brusquement qu’il rompait ses fiançailles.

Au milieu de la luxueuse salle de banquet, un jeune homme digne, avec de radieuses boucles dorées tombant en cascade sur ses épaules, se tenait debout, les bras croisés. C’était le fils aîné du roi, le prince Elliott. Derrière lui se tenait une charmante jeune femme, ses cheveux roux coiffés en nattes. Elle entoura le prince de ses bras, et tous deux fixèrent leurs yeux sur une jeune femme que les associés du prince traînèrent devant eux.

C’était une jeune fille discrète, qui gardait son calme même dans cette situation, laissant tranquillement les associés du prince la tirer en avant. Son nom était Rachel, c’était la fille aînée du duc Ferguson, et maintenant l’ex-fiancée du prince.

Elliott se déplaça pour se placer devant la jeune femme aux cheveux roux, comme pour la protéger. Elle tremblait derrière lui. Il lança un regard noir à Rachel alors que ses associés la retinrent.

« Rachel, si tu as ne serait-ce qu’une once de décence, présente tes excuses à Margaret ! », déclara Elliott d’un ton à la fois critique et tranchant.

« La partie est terminée, sorcière ! Nous savons que c’est toi qui as provoqué les autres dames de la cour ! », s’écria Sykes Abigail, le fils du capitaine chevalier, en tordant les bras de Rachel.

Même le frère de Rachel, George Ferguson, s’était joint à lui pour la dénoncer.

« S’il te plaît, ma sœur. Sois honnête et confesse tes crimes. Combien de temps encore vas-tu continuer à traîner le nom des Ferguson dans la boue ? »

Sans se laisser impressionner par leurs injures, Rachel regarda le prince d’une expression froide.

« Je n’ai rien fait de tel. Il n’y a aucune raison que je m’excuse auprès de votre petite amie. »

Rachel était une belle femme aux cheveux bruns foncés qu’elle gardait attachés et à la peau claire et pâle. Ses yeux en amande, d’un bleu cobalt profond, brillaient d’intelligence. Ses lèvres étaient d’un rose clair. La robe qu’elle portait était simple, et la couleur était discrète. C’était une démonstration de classe et non de mauvais goût. Toute son apparence dégageait un air de maturité, et bien qu’elle ait le même âge qu’Elliott, ses manières réservées et son apparence simple la faisaient paraître plus âgée que lui.

Rachel répéta son refus d’un ton calme, qui correspondait parfaitement à son image. Comparée au prince, qui avait parlé sous le coup de la colère, son attitude donnait à ses paroles une certaine gravité.

Le prince trouva cela exaspérant. En fait, l’une des choses qui irritaient le plus Elliott était qu’elle n’agissait pas différemment de la normale.

Pourquoi est-elle si défiante ?! pensa-t-il.

Rachel était réservée, et elle s’affirmait rarement, voire jamais. Elle était une dame modèle, alors qu’elle était toujours là pour soutenir les hommes. C’était probablement la raison pour laquelle elle avait été choisie comme fiancée du prince. Mais malgré son attitude peu assurée, elle réprimandait toujours Elliott pour son manque de sang-froid.

À cause de cela, le cœur d’Elliott s’était éloigné d’elle. Ou plutôt, il n’avait jamais réussi à se rapprocher d’elle à cause de son attitude envers lui. Elle le traitait toujours comme un enfant qu’il fallait réprimander. À l’inverse, la réponse d’Elliott était la preuve qu’il devait encore beaucoup mûrir.

Elliott avait toujours eu l’impression que Rachel le gênait, et maintenant elle aurait fait du mal à la jeune femme qu’il aimait par-dessus tout. Il avait une forte envie de punir son ex-fiancée qui refusait de s’excuser.

« Assez ! Rachel, il semble que j’ai eu tort de te laisser une chance de réfléchir à tes actions. », cria Elliott.

Le prince fit un geste du menton, et Sykes commença à entraîner Rachel vers le donjon.

« La vie est longue, Rachel. Profite de ton temps en prison. »

Il vit les lèvres de Rachel se tordre à son ton moqueur, ce fut sa première vraie réaction. Cependant, ce n’était pas le regard de disgrâce qu’il avait espéré, mais un sourire ironique.

« Oh, je le ferai, Votre Altesse. C’est une opportunité rare, j’ai donc l’intention d’en profiter à mon aise. »

C’était une démonstration inhabituelle d’émotion, un regard de mépris, de la part de la fille du duc qui était connue pour sa placidité. Mais avant que le prince puisse s’attarder sur ce que cela signifiait, Sykes traîna Rachel hors de la salle de banquet.

*****

Rachel regarda froidement son fiancé alors qu’il déblatérait avec arrogance sa logique erronée.

Ce type est complètement sans espoir.

On disait que les hommes étaient plus lents à se développer mentalement dans l’enfance, mais même en prenant cela en compte, Elliott était encore bien trop ennuyeux. Il était presque un adulte, alors comment pouvait-il se comporter comme ça ?

Rachel ne pouvait rien faire d’autre que soupirer. L’idée qu’elle se mette en quatre pour harceler une fille sans importance était absurde. Et le fait qu’il pense qu’elle avait autant de temps libre l’irritait. Son supposé crime était risible, et la façon dont il l’avait condamnée avec ce regard sérieux lui donnait envie de rire aux éclats. Avait-il la moindre idée de la difficulté quant à l’éducation que recevait quelqu’un qui allait se marier dans la famille royale ? Ces gens avaient-ils seulement une cervelle ?

En toute honnêteté, Rachel n’avait aucun désir particulier d’épouser le prince Elliot ni de devenir reine. Elle faisait simplement son devoir en tant que fille d’une famille ducale. Pourquoi devait-elle se battre pour ce crétin avec une femme qu’elle connaissait à peine, une femme qui avait concocté ce plan infantile ? Rachel n’avait joué le rôle de fiancée que par sens de l’obligation familiale, et elle en avait déjà assez de cette farce ridicule. En fait, elle était prête à tout jeter par pure apathie.

Une voix narquoise la sortit de ses pensées.

« La vie est longue, Rachel. Profite de ton temps en prison. »

Quand ce prince sans talent prononça ces mots peu inspirants avec son sens gonflé de la suffisance, Rachel ne pouvait plus garder son visage impassible. Elle s’était fendue d’un sourire.

« Oh, je le ferai, Votre Altesse. C’est une opportunité rare, alors j’ai l’intention d’en profiter à mon aise. »

Oh, oublions nos nobles devoirs. Qui se soucie de ce qui arrivera à ce bouffon ?

Le prince se délectait de ce qu’il pensait être une annonce soudaine, mais Rachel avait déjà entendu parler de son plan par de multiples sources. Elle ne s’attendait cependant pas à ce qu’il se déroule exactement comme ses informateurs l’avaient dit. Pourtant, il avait rompu leurs fiançailles, il semblait donc que ses préparatifs ne seraient pas vains.

Elliott était si prévisible que Rachel ne put empêcher un petit sourire de glisser sur ses lèvres. Lorsqu’elle se surprit à presque sourire, elle détendit son visage et le garda aussi inexpressif que possible tandis que Sykes l’entraînait.

Le prince avait gentiment donné l’ordre. Maintenant, elle allait oublier toutes ses leçons et s’amuser.

Rachel était en fait un peu excitée par ce nouveau style de vie, enfermée dans les donjons désaffectés sous le palais. Sans les exigences rigoureuses d’une future reine. Sans un emploi du temps planifié à la minute près. Sans femme de chambre pour se plaindre quand elle faisait la sieste, ou sans précepteur pour la frapper avec une aiguille quand elle se relâchait pour lire des livres.

Elle aurait tout le temps du monde. L’heure du thé arrivera quand elle le voudra. Si elle le voulait, elle pouvait dormir toute la journée sans que personne ne se fâche. Ce sera une vie tranquille en prison, où elle pourra s’amuser à sa guise.

Luttant contre l’envie de sautiller, Rachel sortit du couloir d’un pas lourd qui démentait ses sentiments réels.

***

Chapitre 2 : La jeune demoiselle s’enferme dans la prison

Entendant le bruit de pas dans les escaliers de pierre, le gardien de prison qui patrouillait dans le donjon leva les yeux. Dans la lumière vacillante d’une lanterne, il pouvait voir un jeune homme bien bâti tirant une fille. Ses vêtements étaient fins, mais elle était attachée avec des cordes.

Au moment où le garde pensait qu’ils formaient un drôle de couple, le jeune homme lui cria dessus.

« Es-tu le gardien de la prison ? », demanda Sykes avec arrogance.

« Oui, monsieur. Je le suis. »

Alors qu’il regardait Sykes, le gardien n’avait aucune idée de ce qui se passait. Ce dernier avait atteint le sous-sol, détacha la fille et la poussa par-derrière.

« Mets cette malheureuse dans une cellule. Le Prince Elliott l’ordonne. Nous n’avons pas encore décidé quand nous la libérerons. Je suppose que tout dépendra de la façon dont elle réfléchira à ses actions. »

« Ah, vraiment ? », dit le garde d’un ton peu enthousiaste.

Sykes se renfrogna : « Quoi ? »

« Vous voyez, euh, à propos de la prison… »

Sykes suivit la ligne de mire du garde et réalisa que la prison… avait été transformée en zone de rangement.

« Qu’est-ce que c’est ? », s’était-il exclamé, pris au dépourvu.

Des boîtes en bois de différentes tailles étaient empilées à l’intérieur de la prison. Près du fond, elles montaient presque jusqu’au plafond. Elles occupaient plus de la moitié de la cellule, bien que l’on ne sache pas exactement ce qu’elles contenaient.

« Des bureaucrates sont passés par ici cet après-midi et ont dit qu’ils avaient besoin de stocker temporairement des choses dont ils n’avaient plus besoin », expliqua le gardien.

Il se gratta maladroitement la tête tandis que Sykes le fixait d’un air stupéfait.

« Nous utilisons rarement le donjon du palais. Je ne me serais jamais attendu à ce qu’un invité y vienne si tôt. »

« Pourquoi doivent-ils maintenant l’utiliser comme un vulgaire placard ? », se lamenta Sykes.

« Eh bien, c’est aussi la première fois que je vois cela se produire. Mais nous utilisons si rarement les cellules qu’il n’y avait aucune raison de refuser. »

Sykes fit claquer sa langue. Les bureaucrates avaient donc apporté des documents ou quelque chose qui devait être stocké quelque part, n’est-ce pas ? Le moment était mal choisi, mais il pouvait voir qu’il y avait encore suffisamment d’espace entre la porte de la cellule et les toilettes. Bien. Ce sera suffisant pour que Rachel puisse s’allonger.

« Qu’il en soit ainsi. Jette juste cette sorcière là-dedans. Et je ne veux pas que tu me dises que c’est trop petit. Sois reconnaissante de ne pas partager une chambre avec un criminel. »

« Je comprends », dit Rachel docilement.

Sykes fit signe au gardien de prison avec son menton. Le garde ouvrit la porte de la cellule, qui se trouvait à une extrémité des barres de fer, avec sa clé.

Ayant compris la situation, le sourire du gardien était devenu écœurant.

« Une dame aisée comme vous peut trouver cet endroit un peu effrayant, mais bon, on dit que la maison d’un homme est son château, non ? Donnez-lui une semaine et je suis sûr que vous vous y adapterez. Essayez de voir ça comme une auberge unique et amusez-vous. Je ne sais pas combien d’années vous allez rester ici. »

Rachel écouta le baratin intimidant du garde, qu’il avait probablement tiré du manuel, et franchit la porte en silence. Le garde ferma la porte derrière elle et la verrouilla. Puis il fit claquer la porte pour s’assurer qu’elle était complètement sécurisée, comme le voulait la tradition.

Le garde lui adressa un sourire en coin alors qu’elle s’asseyait tranquillement dans la cellule.

« Si vous voulez demander de l’aide à quelqu’un d’important, vous feriez mieux de le faire tôt, pour votre propre bien. Cette prison souterraine est rarement utilisée de nos jours. Elle n’est pas facile à trouver non plus, et j’ai tendance à oublier qui se trouve ici. »

Sykes se mit à rire.

« Ha ha ha, cet homme n’a pas tort. Son Altesse veut t’oublier et passer un bon moment avec Margaret. Je te suggère de t’incliner devant lui avant qu’il n’oublie qu’on t’a jetée ici. »

Sykes et le garde s’étaient retournés pour partir, riant avec mépris au sujet de cette fille stupide et idiote. Ils laissèrent derrière eux la fille du duc, écrasée par ce qui lui était arrivé… du moins le pensaient-ils.

Au moment où Sykes et le gardien de prison étaient sur le point de monter les escaliers…

Cliquetis, cliquetis. Ka-chunk !

« Ka… chunk ? » marmonna Sykes, imitant ce qu’il avait entendu.

Lui et le garde s’étaient tournés à la suite à ces bruits étranges.

Rachel était restée assise, dépitée, mais elle enroulait maintenant une grande chaîne autour de la porte et des barres métalliques. Puis elle plaça un cadenas dessus.

C’était son moment, le moment où elle pouvait riposter et les harceler.

« Hein ? », lâcha le garde.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais ?! », balbutia Sykes.

Ce dernier couru vers les barreaux, mais Rachel avait déjà fini de les verrouiller.

« Hey, c’est quoi ça ?! »

Utilisant ses muscles bien bâtis, il secoua la porte, mais elle était solidement enchaînée et ne bougea pas d’un pouce.

De l’autre côté, Rachel l’observait avec une expression froide.

« Quoi, dites-vous ? Je me suis assurée que la porte soit verrouillée pour ma propre sécurité. »

« C’est une prison ?! Ce ne sont pas les prisonniers qui la ferment à clé ! », cria Sykes.

Rachel resta blasée en expliquant : « Je suis toujours une femme non mariée. Je ne pourrais pas supporter que quelque chose de fâcheux m’arrive. Après tout, j’ai entendu dire que les gardes s’amusent en faisant des cabrioles avec les prisonnières quand leurs supérieurs ne regardent pas. »

« Quand même, c’est sans précédent ! Où as-tu trouvé cette chaîne et ce verrou !? »

« C’est mon affaire, pas la tienne », dit Rachel tout en refusant de répondre à sa question.

Sykes et le garde restèrent sans voix. Et bien qu’ils l’aient enfermée, c’était comme si elle s’était enfermée elle-même là-dedans.

« Qu’est-ce qu’on devrait faire ? », demanda le gardien de prison.

Sykes secoua la tête : « Ne me le demande pas… »

« Eh bien, qu’est-ce que vous allez faire ? », dit Rachel en s’interposant.

« Non, ne dis pas ça ! », s’emporta Sykes.

« Non, non. Étant donné que cela me concerne directement, j’ai tout à fait le droit de parler, n’est-ce pas ? », répliqua Rachel d’un ton sérieux.

« Quand tu le dis comme ça, je suppose que tu as raison… »

« Eh bien, qu’est-ce qui m’attend ? Allez-y, dépêchez-vous. J’aimerais bien entendre votre opinion ?! »

Sykes, qui n’avait pas l’habitude de réfléchir à quelque chose de particulièrement difficile, craqua sous la pression de Rachel et commença à paniquer.

« Ne vous ai-je pas demandé ce que ça allait être la suite ?! Allez, dites-le ! Maintenant, maintenant, maintenant, maintenant, maintenant, maintenant ! », continua Rachel.

« Stop ! Ne me bouscule pas, OK ? ! Euh, qu’est-ce que je peux faire pour ça ? »

Comme il avait plus de muscles que de cervelle, Sykes ne pouvait pas suivre. Il ne pouvait penser qu’à une seule chose à faire.

« P-Premièrement, je vais rapporter ça au prince. »

Le fils du capitaine de la garde s’était pratiquement écroulé en sortant du donjon et courut jusqu’à la fête pour appeler le prince.

***

Chapitre 3 : La jeune demoiselle rénove la prison

Dans la salle bruyant du banquet, Elliott et ses acolytes se régalaient d’un énième toast bruyant en ignorant toutes les personnes autour d’eux qui parlaient à voix basse.

« Ha ha ha ha ha ! Oh, c’est délicieux ! », s’exclama Elliott.

Margaret le félicita : « Vous avez enfin réussi, Votre Altesse ! »

« Oui, enfin, j’ai amené cette horrible femme à répondre de ses crimes ! Margaret, je te remercie pour ton aide. »

« Oh, non, je n’ai rien fait. »

Les gens qui regardaient les avaient acclamés. L’ambiance était devenue romantique. Elliott et Margaret ne se souciaient plus de qui les voyait. Leurs visages se rapprochèrent, et puis…

« Votre Altesse !!! »

Un jeune homme bien bâti courut dans le hall.

« Sykes, tu aurais pu choisir un meilleur moment », se moqua Elliott en jetant un regard au fils du capitaine de la garde.

Sykes attrapa le bras d’Elliott : « Nous avons une urgence ! S’il vous plaît, venez tout de suite ! »

« Hé, de quoi s’agit-il ? »

Paniqué, Sykes commença à traîner Elliott au loin. Il tira le prince à travers la foule, ressemblant un peu à un ex éconduit enlevant la mariée au milieu de son mariage.

Avant de pouvoir réprimander Sykes pour cette indignité, Elliott devait le calmer ou il allait être blessé. Ce dernier gifla la main que Sykes utilisait pour saisir son bras et cria : « Hé, arrête de tirer ! Ta prise est trop serrée, et ça fait mal ! »

« Oh, désolé ! »

Sykes s’était empressé de lâcher prise.

Elliott pensait pouvoir enfin demander ce qui se passait, mais Sykes n’abandonnait pas.

« Maintenant, s’il vous plaît, venez par ici ! », s’écria-t-il.

« Hein ?! Hé, arrête ça ! »

Sykes prit Elliott dans ses bras, le portant comme une princesse, et s’enfuit à une vitesse qui ferait honte à un cheval.

Les personnes restées derrière commencèrent à chuchoter immédiatement.

« Sykes… vient de prendre le Prince Elliott ? Qu’est-ce que ça veut dire ? », demanda Margaret tout en penchant la tête.

« Oh, bonté divine ! Cela signifie-t-il que son véritable amour est pour le Seigneur Abigail ?! »

« Non, d’après la façon dont les choses se passaient à l’instant… Attendez, est-ce que notre prince hautain est de ce bord ?! »

« Nous devrions le faire savoir à tous ceux qui n’ont pas pu venir aujourd’hui ! »

Les jeunes femmes qui observaient à distance continuaient à diffuser des informations importantes qui pourraient affecter la position d’Elliott.

*****

Le temps que Sykes trouve Elliott et l’emmène au donjon, en utilisant des méthodes qu’il n’aurait jamais dû pratiquer en public, la situation avait progressé, c’est-à-dire qu’elle était devenue encore pire.

« Pour l’amour de Dieu, qu’est-ce que Rachel a fait ce… ? Quoi ?! »

Elliott, qui avait râlé tout le long du chemin, était abasourdi. Sykes pensait qu’il était préparé, mais même lui était sans voix face à ce qu’il voyait maintenant. C’était bien au-delà de tout ce qu’il avait imaginé. La prison s’était complètement transformée en à peine trente minutes.

*****

La prison était une grande pièce carrée divisée en deux par des barres de fer. Devant les barreaux se trouvait une pièce où les gardiens de prison se tenaient prêts à surveiller, et à une extrémité du mur, il y avait un escalier fait de la même pierre que le reste de la pièce. Le seul mobilier consistait en une simple table et une chaise. Il n’y avait pas besoin de plus, car les interrogatoires étaient menés dans le bureau du garde royal. De même, les serviteurs du palais apportaient les repas des détenus depuis les cuisines, il n’y avait donc pas non plus de matériel de cuisine.

Derrière les barreaux se trouvait l’arrière-salle, que tout le monde appelait le « donjon ». C’était là que les prisonniers étaient gardés. L’intérieur était constitué de murs en pierre, d’un sol en pierre et d’un plafond en pierre, comme dans la pièce principale. Il y avait des toilettes et une douche dans un coin, ainsi qu’un évier. Les barres de fer étaient la seule chose qui séparait la pièce du fond de la pièce de devant, c’était donc essentiellement une grande pièce.

Comme c’était une prison, il était en grande partie souterrain. Seules quelques longues et fines fenêtres en haut du mur laissaient entrer la lumière et l’air frais. Elles étaient conçues pour ressembler à des bouches d’aération qui passaient sous le plancher lorsqu’on les regardait de l’extérieur, et elles étaient, bien sûr, munies de barreaux. Elles étaient la seule source de lumière dans la pièce, si bien que sans lampe ni bougie, le cachot était lugubre même en plein jour.

La qualité de vie dans ce lieu lugubre dépendait de la position de la personne détenue, et de la magnanimité de celui qui l’avait mise ici. Si le prisonnier avait besoin d’une considération particulière, ou si la personne qui l’avait emprisonné se sentait clémente, il pouvait mener une vie raisonnablement civilisée ici. Ils pouvaient recevoir des meubles et des tapis, des tables et des chaises, et une cloison autour des toilettes et de la douche pour que personne ne puisse les voir.

S’ils étaient destinés à souffrir, ou si la personne responsable de l’emprisonnement était cruelle par nature, le prisonnier ne recevrait rien de tout cela. Ils se blottissaient sur la pierre nue, frissonnant de froid et mangeant de la nourriture sur des plateaux laissés sur le sol. Chaque fois qu’ils faisaient leurs besoins ou se baignaient, ils étaient sous les yeux du garde.

Ces conditions feraient frémir la plupart des gens, encore plus s’ils devaient être emprisonnés ici. Pourtant, tout cela n’était qu’une légende urbaine. De nos jours, il était presque impensable d’utiliser le donjon. Le traitement des prisonniers était devenu beaucoup plus humain, et ceux qui avaient droit à un peu de considération étaient plutôt enfermés dans des chambres d’hôtes incontournables où ils étaient surveillés de près. Quant aux petits criminels, il n’était pas nécessaire de les emprisonner dans le palais royal. Il y avait une excellente prison à la périphérie de la ville. Ils pouvaient y aller avec les roturiers.

Ce donjon avait été construit il y a très longtemps, à l’époque où la trahison et les conspirations étaient monnaie courante, afin de tourmenter les personnes influentes qui avaient perdu le pouvoir. Maintenant, après une si longue période de paix, seuls les nobles ou les courtisans seraient emprisonnés ici, et seulement ceux qui devaient être traités de manière bien pire que les prisonniers ordinaires, ce qui rendait l’existence de ce lieu plutôt contradictoire.

Rachel Ferguson était justement le genre de personne qui correspondait à ces conditions. Elle était la fille d’un duc, mais ayant encouru la colère du prince, on s’attendait à ce qu’elle souffre horriblement. Il n’y avait tout simplement pas de gens comme ça de nos jours. Elle était un spécimen rare.

Quant à savoir si le prince Elliott y avait pensé profondément… il ne l’avait pas fait. Il voulait juste coller Rachel dans un endroit horrible et l’intimider pour s’en être pris à sa chère Margaret. Il n’avait jamais pensé à ce que pourraient être les conditions de vie ici. Le prince avait seulement pensé que s’il emprisonnait Rachel d’une manière humiliante pour n’importe quel noble, elle se prosternerait devant Margaret et implorerait son pardon. Et il ne serait pas réticent à l’accorder. C’était tout ce qu’il avait pensé jusqu’à maintenant.

En fait, pendant qu’il flirtait avec Margaret après avoir expulsé Rachel de la société choisie, Elliott avait oublié tous ces « détails triviaux » jusqu’à ce que Sykes le traîne ici. C’était pourquoi il n’avait aucune idée de la raison pour laquelle son ami avait insisté pour qu’il vienne voir cette terrible femme.

Mais lorsque le Prince Elliott était arrivé à la prison… il ne pouvait pas comprendre la scène qui se déroulait devant lui.

*****

À l’intérieur du donjon, la fille du duc se détendait sur le sol. Elle aurait dû s’asseoir sur du carrelage en pierre, mais à la place, elle était assise sur un tapis aux motifs géométriques. Les toilettes et la douche, autrefois exposées, étaient maintenant entourées d’un rideau fleuri. Au-dessus de la moquette se trouvait un canapé confortable et rembourré qui aurait pu même entraîner un sage dans une vie de paresse. Elle s’y était installée et s’était allongée pour lire un livre. Bien sûr, à côté d’elle, il y avait une lumière assez vive pour lire.

La détenue qui venait d’arriver aujourd’hui s’était déjà changée de sa robe de soirée pour mettre quelque chose de plus simple et de plus décontracté. Elle avait été jetée là-dedans avec seulement ce qu’elle portait à ce moment-là, alors comment avait-elle pu se changer ? Où avait-elle trouvé les meubles ?

C’était impossible. Tout dans cette scène était impossible. De l’autre côté de ces barreaux se trouvait le donjon. C’était obligé. Pourtant, les murs de pierre nus abritaient maintenant un espace de vie confortable.

Alors que toutes les personnes présentes regardaient bouche bée sur cette scène incompréhensible, la jeune femme sembla remarquer quelque chose et se redressa.

« Hm ? »

Rachel ignora résolument toutes les personnes présentes de l’autre côté des barreaux tandis qu’elle soulevait la bouilloire du haut de sa lampe à alcool et versait l’eau bouillante dans une théière. L’odeur du thé noir semblait déplacée, flottant dans une cellule de prison lugubre.

« Hmm ! »

Rachel sourit de satisfaction en prenant une bouffée.

La mâchoire d’Elliott s’effondra encore plus devant l’absurdité d’un service à thé dans une prison. Sykes et le gardien de prison se regardèrent, mais ne dirent pas un mot.

Au moins cinq secondes s’écoulèrent avant que le prince ne reprenne ses esprits, saisissant les barres de fer.

« Toi ! Où as-tu eu ça ?! »

« Je me le suis procuré moi-même. Cela ne pèse pas sur le trésor public », répondit sèchement Rachel.

« Ce n’est pas le problème ! »

« Ce sont mes effets personnels. Vous n’avez pas le droit de vous en plaindre. »

« J’ai dit que ce n’était pas le problème ! », répéta le prince encore plus fort cette fois.

Il grinçait des dents, furieux qu’ils ne fassent que se parler entre eux.

« Où as-tu trouvé tous ces trucs là-dedans ?! »

Rachel regarda autour d’elle, comme s’il manquait quelque chose, puis ouvrit l’une des boîtes en bois et en sortit des biscuits à thé. C’était l’une des boîtes en bois qui étaient censées ne plus être nécessaires. Oui, c’étaient les mêmes boîtes qui étaient là avant que Rachel ne soit jetée dedans.

« C’est comme ça qu’elle l’a fait ?! », cria Sykes.

« Quoi ?! », cria Elliott.

Le gardien de prison expliqua ce qui s’était passé au prince confus. Maintenant qu’Elliott savait comment le tour avait fonctionné, il commençait à avoir le vertige en regardant son ex-fiancée grignoter joyeusement des biscuits et siroter du thé noir.

« Vous êtes en train de me dire qu’elle a vu cela venir et qu’elle a apporté les fournitures de sa famille ici ? », marmonna le prince, choqué.

« Pour être précis, mes gens les ont amenés ici pour moi. Eh bien, comme vous pouvez le voir, j’étais préparée à cette éventualité », répondit Rachel, comme si elle n’était pas concernée par tout ça.

Ignorant le prince sans voix, Rachel ouvrit son livre à l’endroit qu’elle avait marqué d’un signet et reprit sa lecture.

Tout le monde reconnaissait la beauté de Rachel Ferguson, mais elle avait un étrange manque de présence, au point que les gens oubliaient qu’elle assistait à une réception aux côtés du prince. Ses traits délicats montraient peu d’émotions, et elle ne parlait pratiquement jamais et n’exprimait jamais d’opinion. Même lorsqu’on lui demandait d’en émettre une, elle était d’accord avec ce que le prince avait dit. La façon dont elle se comportait comme l’ombre du prince faisait d’elle une cible facile, et ses rivales pour l’affection d’Elliott l’attaquaient souvent pour son manque de flair, disant qu’elle ne le méritait pas.

Elle était un accessoire discret de la beauté rayonnante du prince, une fiancée séduisante qui restait à l’écart. Sans aucun sens de l’identité, sa qualité la plus attachante était la façon dont elle soutenait le prince avec réserve. C’était pourquoi il l’avait trouvée ennuyeuse.

Elliott avait supposé que, parce qu’elle était ce genre de femme, elle n’oserait pas s’opposer à sa condamnation, c’était pourquoi il l’avait fait dans un lieu si public.

Mais maintenant, Elliott était perplexe. Qui était cette femme, faisant ce qu’elle voulait dans cet endroit ridicule ?

***

Chapitre 4 : Le duc comprend la situation

Le duc Ferguson apprit que le prince avait rompu ses fiançailles avec Rachel lors d’une fête à laquelle assistaient de nombreux jeunes membres de la cour. La situation était incroyable, et en tant que chef d’une maison ducale, il se préparait à faire une visite d’urgence au palais. Il avait envoyé ses serviteurs recueillir des informations pour l’aider à comprendre la situation.

Alors que le duc paniquait, ses hommes revinrent les uns après les autres avec de mauvaises nouvelles.

« Êtes-vous certain que le prince a rompu ses fiançailles avec Rachel lors de la fête de ce soir ? », demanda le duc.

« Oui, monsieur. Nous avons pu le confirmer auprès de plusieurs sources. Elle se trouvait au milieu de la salle lorsqu’il annonça l’annulation. »

Le duc serra sa tête.

« Cet imbécile de prince ! Je suis sûr qu’il voulait en faire un spectacle, mais ne réalise-t-il pas que ce n’était pas l’endroit pour ça ?! Il ne s’agit pas de savoir qui avait tort, c’est une question de bon sens. »

Le duc avait déjà conclu que le prince était foutu. Si l’on considérait la situation de manière logique, il était évident que la façon dont il avait rompu théâtralement leurs fiançailles, en ignorant complètement les bonnes manières et les coutumes, deviendrait problématique une fois que le roi serait intervenu pour résoudre les choses.

Naturellement, le duc était contrarié que les fiançailles de sa fille aient été rompues sans qu’il en soit d’abord informé, mais en toute honnêteté, il avait maintenant un plus gros problème.

Il fit claquer ses mains sur son bureau.

« Ce crétin finit. Il vient de marcher sur la queue du tigre ! »

*****

La fille aînée du duc, Rachel, était jolie dès son plus jeune âge, et son comportement réservé et son apparence éphémère avaient conduit les autres maisons à supposer qu’elle était une beauté introvertie et tranquille. Ne la connaissant pas mieux, le duc et la duchesse avaient été incroyablement fiers d’elle. Ils avaient cru de tout cœur que leur fille était merveilleuse.

Ils n’auraient pas pu avoir plus tort.

Alors que leur fille grandissait et qu’ils découvraient peu à peu qui elle était, les sourires du duc et de la duchesse devinrent plus tendus. Elle se comportait de manière pire que la moyenne des brutes.

Quand un groupe de brutes l’avait poursuivie dans un arbre, elle leur avait jeté une ruche. Puis, quand un garçon plus âgé était venu les soutenir, elle l’avait assommé avec un rouleau à pâtisserie qu’elle avait caché. Une fois cela fait, elle poussa le meneur dans un étang pour se venger.

Entendant le vacarme, le duc s’était précipité pour enquêter, et il la vit jeter des pierres au garçon qui essayait de rejoindre la rive. Lorsqu’il l’arrêta, elle le regarda et, d’un air tout à fait sérieux, lui dit : « Ne t’inquiète pas. Si je continue à lui jeter des pierres, il ne remontera pas à la surface avant un moment. »

Ce fut à ce moment que le duc pensa pour la première fois qu’il y avait une forte probabilité que sa fille bien-aimée soit une psychopathe.

Afin de la dissuader, le duc souligna la difficulté d’empiler des rochers sur un objet sous l’eau, et il expliqua comment la résistance de l’eau lorsqu’ils coulent et la forme irrégulière des rochers rendraient difficile de déterminer leur trajectoire. Il était évident, d’après cet échange, que le duc paniquait un peu.

Sa fille, les yeux pétillants, s’exclama : « C’est incroyable, père ! »

Mais, en toute honnêteté, c’était la première fois que ses louanges entraient par une oreille et sortaient par l’autre.

Lorsque ses parents réalisèrent à quel point Rachel était déformée, ils avaient déployé des efforts considérables pour s’assurer qu’elle développe un degré de sociabilité proportionnel à sa beauté lorsqu’elle serait adulte. Le duc pensait qu’après avoir expliqué que les manières et la morale étaient comme les règles d’un jeu, et que l’ordre existait pour que chacun ait une chance équitable de jouer, elle serait devenue leur fille idéale.

Mais le duc et la duchesse n’avaient jamais oublié. Si Rachel devait cesser de penser qu’elle devait suivre les règles, ils n’avaient aucune idée de ce que leur fille pourrait faire. C’était pourquoi ils s’étaient tant attachés à lui donner l’éducation morale nécessaire à un enfant de la noblesse.

Malgré toutes les éventualités, cette résiliation de ses fiançailles… Ils ne l’avaient jamais vu venir.

Le duc savait mieux que quiconque ce qui venait de se passer. Le prince Elliott, ce fou furieux, venait de bouleverser l’échiquier.

*****

Alors que le duc criait ses ordres, poussé par la nécessité de prendre les devants le plus rapidement possible, un serviteur se précipita dans la pièce, essoufflé.

« Nous avons reçu plus de détails ! »

« Y a-t-il eu du mouvement ?! », demanda le duc.

Le serviteur, le visage bleu, commença son rapport. Le duc, stressé au plus haut point, l’écouta attentivement.

« Je vais vous expliquer en détail. La jeune femme a accepté l’annonce de Son Altesse sans aucun changement d’expression, et elle est restée silencieuse pendant qu’elle était attachée et emmenée au donjon. »

Le duc se figea un instant avant de s’affaler dans son fauteuil comme s’il s’était effondré. Le majordome se précipita à ses côtés.

Le duc regarda distraitement dans le vide pendant un moment, puis marmonna : « Le prince… Il est fichu. »

Le majordome, qui connaissait bien l’éducation de Rachel, hocha gravement la tête et dit : « Oui, monsieur. »

Si Rachel avait déjà décidé d’agir, ce n’était plus du ressort du duc. Il n’avait pas d’autre choix que de la laisser faire ce qu’elle voulait et d’attendre qu’elle se soit défoulée.

N’étant plus pressé, le duc s’assit devant son bureau et mit lentement du tabac dans sa pipe.

Je crois que je vais fumer. Oui, c’est ce que je vais faire. Parce qu’il n’y a rien d’autre que je puisse faire, se dit-il

Et alors qu’il prenait une bouffée et expirait, le duc était rempli d’un grand nombre d’émotions. Puis, il s’était souvenu de quelque chose.

« Quand même, George doit avoir été à la fête. Que fait-il maintenant ? »

George aurait été proche du prince en tant qu’une de ses connaissances. S’il avait agi en tant que médiateur ou avait fait un rapport au duc avant que les choses n’en arrivent à ce point, ce tumulte aurait pu être réglé avant qu’il ne devienne incontrôlable.

Alors que le Duc laissait échapper un soupir épuisé, le serviteur qui avait apporté les rapports donna avec hésitation un suivi sur George.

« Eh bien, vous voyez… Il semblerait que le jeune maître soit aussi épris de la fille de la baronne, qui était au centre du drame, que Son Altesse et les autres ont provoqué. Il a participé activement à la condamnation qu’ils lui ont infligée. »

Le duc et le majordome se regardèrent l’un et l’autre.

« George… est un homme mort. »

« Oui, monsieur. »

« Comment, après avoir vécu seize ans avec sa sœur, cet imbécile n’a-t-il pas pu comprendre quelque chose d’aussi simple ? »

George avait dû voir que Rachel était déchaînée, alors à quoi pensait-il ?

Si la colère de Rachel envers son frère venait à exploser, le duc n’avait aucune intention de défendre son fils et héritier. Il pourrait être pris entre deux feux. Le duc estimait sa propre peau bien plus que celle de cet idiot de fils qui avait tout gâché.

*****

Alors que le duc regardait le plafond et tirait une bouffée de sa pipe, il y eut un vacarme dans le hall. Sa femme se précipita dans la pièce.

« Oh, Dan ! »

« Iseria ! »

Le duc se mit sur ses pieds tandis que sa femme trébuchante sautait dans ses bras.

« C’est Rachel, elle… elle est… »

« Je sais. J’écoutais les rapports. Essaie d’être forte ! »

La duchesse avait complètement perdu la tête, et elle continuait à crier, les larmes aux yeux.

« Mais, mon cher ! Si elle les laisse l’escorter… alors elle a l’intention de le tuer ! L’avenir de notre maison et la vie de Sa Majesté sont sur le point de voler en éclats ! »

« Tout va bien se passer ! Rachel a dix-sept ans maintenant. Elle n’est plus une enfant. Elle est assez grande pour prendre des décisions d’adulte. »

Le duc tenta de consoler sa femme en sanglots avec des mots auxquels il ne croyait pas. Elle n’avait pourtant pas trouvé de réconfort dans ces mots.

« Dan, tu ne comprends pas. Quand elle n’était qu’une petite fille, je l’ai surprise en train de chanter Lizzie Borden tout en balançant gaiement une hache ! »

(NdT : Lizzie Andrew Borden [1860 - 1927] était une femme américaine frappée d’infamie après avoir été jugée et acquittée pour le meurtre à la hache de son père et sa belle-mère en 1892 à Fall River dans le Massachusetts. Le cas a été commémoré dans une comptine populaire de saut à la corde :

Lizzie Borden a pris une hache

Quarante coups, elle a donné à sa mère.

Quand elle a vu le résultat de sa tâche,

Quarante et un coup elle a donné à son père.)

« Calme-toi, Iseria ! Ça va aller. Tout va bien se passer ! Rachel est devenue une vraie jeune femme au cours des dix dernières années. De nos jours, nous n’avons pas à nous inquiéter qu’elle matraque Son Altesse à mort avec un instrument contondant. Je suis sûr qu’elle utilisera des méthodes difficiles à réprimer pour détruire sa psyché ! »

« Vraiment ? Rachel va-t-elle vraiment s’en sortir ? Elle pourrait bien brûler la capitale pour le tuer. »

« Crois en ta fille, Iseria. Elle est intelligente et bien éduquée. Elle ne ferait jamais quelque chose de stupide qui la ferait tomber avec lui. Je suis sûr qu’elle emploiera des méthodes qui ne laissent aucune trace pour le démolir entièrement. »

À quoi pensait sa fille en ce moment ? Était-il sûr qu’elle n’aurait pas recours à une arme ? Le duc n’en avait aucune idée. Il ne savait même pas comment résoudre cette situation. Tout ce qu’il pouvait faire à ce stade, c’était soupirer.

Un certain nombre de serviteurs s’étaient rassemblés autour d’eux, mais ils étaient tous dans la famille depuis bien trop longtemps pour se moquer de la situation actuelle.

*****

« Pardonnez-moi. »

Alors que le duc frottait le dos de sa femme avec réconfort, une personne à la voix si calme qu’elle semblait déplacée dans cette excitation nerveuse demanda la permission d’entrer dans la pièce.

En regardant pour voir qui c’était, le duc trouva la servante personnelle de Rachel et amie d’enfance, Sofia, inclinant la tête.

« Oh, Sofia. Ton timing est parfait. As-tu entendu parler de ce qui arrive à Rachel ? »

« Oui. Bien sûr. »

« Je vais me rendre au bureau du gouvernement pour déposer une plainte immédiate. Tu vas m’accompagner, alors prépare-toi. Tu apporteras à Rachel les choses dont elle aura besoin pendant son séjour en prison. S’ils refusent, utilise mon nom pour qu’ils te laissent passer. »

Dans tous les cas, ils devaient s’assurer que Rachel, qui avait été emmenée de la fête directement au donjon, avait des vêtements de rechange et d’autres choses nécessaires. Il pensait qu’il serait plus rapide de demander à Sofia, qui connaissait le mieux Rachel, de faire les préparatifs.

Cependant, Sofia répondit : « Non, c’est déjà fait. »

« Tu es déjà préparée ? Je n’en attendais pas moins de toi. »

« Oui. Les préparatifs ont été faits, et ses affaires ont déjà été livrées. »

« Je vois. Tu travailles vite. Hein ? Déjà livrées ? »

Mais alors qu’il regardait Sofia, qui venait de dire nonchalamment quelque chose qu’il ne pouvait ignorer, la jeune fille aux cheveux cendrés et les deux autres servantes derrière elle hochèrent la tête.

« La jeune maîtresse a découvert à l’avance que ses fiançailles allaient se terminer ce soir. C’est pourquoi, sous sa direction, nous avons déjà préparé la nourriture et les produits de première nécessité dont elle aura besoin pour les trois prochains mois et les avons livrés au donjon. »

Contrairement à Rachel, qui pouvait montrer une quantité surprenante d’expression en privé, Sofia portait un masque d’acier. Elle livrait des faits choquants comme si elle ne faisait que relater des faits de bon sens, sans sourciller.

« Hein ? », murmura le duc.

Toutes sortes de doutes traversaient son esprit tandis qu’il se passait une main sur le front.

« Attends. Elle le savait à l’avance ? Pourquoi Rachel se serait-elle délibérément abstenue de l’empêcher ? Et je sais que ce n’est que pour une personne, mais comment as-tu transporté assez de provisions pour vivre pendant trois mois dans le château ? »

« Elle n’était pas sûre qu’il irait vraiment jusqu’au bout, mais lorsqu’elle apprit qu’il prévoyait d’annuler les fiançailles, la jeune maîtresse a dit : “Alors vous me dites que je peux me débarrasser de cet idiot d’une manière qui le laisse responsable, et que j’ai droit à des vacances ? Splendide !” », expliqua Sofia

Le ton de Sofia disait clairement ceci : « Pourquoi demander quelque chose d’aussi évident ? »

« Rachel… », dit le duc en soupirant.

« De plus, depuis que ses fiançailles avec le prince ont été décidées, nous, les Chats noirs de la nuit noire, nous nous insérons dans des postes clés du palais. Tant que nous savons à l’avance qu’un événement comme celui-ci va se produire, nos forces peuvent facilement faire entrer en douce des fournitures sous couvert de leurs fonctions officielles. »

« Rachel, qu’est-ce que tu essaies de faire exactement ?! »

Le duc fut soulagé d’apprendre que sa fille était dans un état d’esprit plus égal qu’il ne l’avait craint. Mais, en même temps, il frissonna de terreur en réalisant que les ténèbres de sa fille étaient plus profondes qu’il ne l’avait jamais soupçonné.

Comment une organisation de renseignements pouvait-elle opérer chez lui sans qu’il le sache ? Et comment étaient-ils si bien implantés dans le palais qu’ils avaient le champ libre pour faire entrer des chariots remplis de fournitures ? C’était plus que ce que les réseaux d’espionnage de certaines nations pouvaient gérer. Si Rachel était allée aussi loin, il lui serait facile d’assassiner un petit prince, non ?

Des pensées comme celles-ci se bousculaient dans la tête du duc. Il décida d’abandonner la réflexion.

« De toute façon, je vais aller au bureau du gouvernement et déposer cette plainte », dit-il.

« Prenez soin de vous », lui répondit Sofia.

***

Chapitre 5 : La jeune demoiselle chasse le prince

Rachel était censée être confinée, mais elle était libre de faire ce qu’elle voulait. Elle avait apporté ses meubles préférés pour se détendre en lisant des livres, et elle savourait tranquillement une tasse de thé.

Elliott, qui avait regardé cela avec incrédulité, reprit ses esprits. Il lui cria à travers les barreaux.

« Hey ! C’est une prison, ok ? ! Pourquoi te détend-tu ?! »

« Je crois que c’est toi qui m’as dit que la maison d’un homme est son château », répondit Rachel.

« C’est quand même un peu trop, non ?! Hé ! Faites quelque chose à cette idiote ! »

Le garde ne savait pas comment répondre, mais bien sûr, il ne l’avait pas fait. Il déclara avec hésitation : « Je ne suis pas sûr de ce que vous attendez de moi… »

« Je ne l’ai pas jetée en prison pour qu’elle puisse avoir de belles vacances ! Confisquez toutes les affaires qu’elle a amenées là-dedans ! »

Elliott pouvait crier tant qu’il le voulait, mais la raison pour laquelle ils l’avaient appelé ici était qu’ils ne pouvaient rien faire.

« À propos de ça, Votre Altesse… Le truc c’est que… », marmonna le garde. Il expliqua ensuite ce qu’était la serrure.

La mâchoire d’Elliott s’était encore décrochée.

« Qu… Elle s’est enfermée là-dedans ? »

Le garde pensa que la façon dont le beau prince étincelant le fixait avec des yeux vides était troublante, ou peut-être juste stupide.

« Que devons-nous faire ? », demanda-t-il, ne sachant pas comment procéder.

Elliott voulait poser la même question. Il jeta un coup d’œil à Sykes, mais ce dernier restait là, la bouche en émoi. Sykes était extrêmement peu fiable en ce moment.

Son frère est intelligent, nous aurions dû l’emmener avec nous, pensa Elliott.

Cependant, s’il appelait George maintenant, cela prouverait sa propre incompétence. Il se gratta rageusement la tête en essayant de trouver une réponse, mais même après s’être creusé la tête, tout ce qu’il trouva fut la force brute.

« Cassez la serrure ! Nous pouvons ouvrir la cellule si nous coupons les chaînes ! », hurla Elliott.

Il donna alors un coup de pied dans le derrière de Sykes.

« Hé, appelle des chevaliers ici ! Qu’ils apportent des outils ! »

« Huh… ? Oh ! Oui, monsieur ! »

Le bruit de ses pas alors qu’il courait maladroitement dans les escaliers résonnait derrière lui.

Elliott s’était moqué de Rachel en ricanant.

« Tu peux penser que tu as été très intelligente, mais sache que cela a aggravé l’opinion que j’ai de toi ! Je te ramènerai bientôt à l’état dans lequel tu étais censée être. Tu n’auras même plus une couverture. Tremble de peur en imaginant les conditions misérables qui t’attendent ! », déclara-t-il avec un sourire sinistre.

Cela ne le faisait ressembler à rien d’autre qu’à un petit méchant, ce dont il n’avait pas conscience.

Lorsque l’ancienne fiancée du prince le regarda par-dessus son épaule, les coins de sa bouche se relevèrent. Elle laissa échapper un petit rire nasal.

« Oh, cela ne serait pas bon si les choses marchaient pour toi. »

*****

Sykes revint avec quatre ou cinq chevaliers à sa suite. Le prince leur montra immédiatement la serrure en question.

« C’est ça », grogna Elliott.

« Urk… On va couper ça ? ! », s’écria l’un des chevaliers.

Les autres avaient naturellement l’air tout aussi exaspérés. La chaîne que tenait le chevalier était faite d’acier d’environ un centimètre d’épaisseur. Il ne s’agissait pas du diamètre de la chaîne, mais du métal lui-même. Des anneaux d’acier d’une circonférence de cinq ou six centimètres composaient la chaîne. Si quelqu’un disait qu’il s’agissait de la chaîne de la porte du château, vous le croiriez probablement, car elle était très résistante. Et là, elle était sur la porte d’une simple cellule de prison.

Le cadenas attaché à la chaîne était également massif. Rachel, avec sa fine carrure, ne pouvait probablement pas le soulever sans utiliser ses deux mains. Elle avait aussi soigneusement positionné le trou de serrure pour qu’il ne soit pas visible de l’extérieur des barreaux.

« On nous a dit qu’il y avait une chaîne qui devait être coupée, alors nous avons apporté des coupe-boulons », dit l’un des chevaliers en montrant une paire de ciseaux spécialisés utilisés pour couper les boulons de fer.

Ils étaient énormes, et leur force de coupe était multipliée plusieurs fois en raison de l’effet de levier de leur conception. Et pourtant…

« S’il était en plomb, nous pourrions encore être en mesure de le couper, mais… »

« Vous ne pouvez pas le couper ?! », cria Elliott.

« C’est de l’acier, non ? Et pas en acier moulé, mais en acier trempé. »

Juste pour être sûrs, deux des chevaliers essayèrent de le couper ensemble, mais quoi qu’ils fassent, ils n’avaient même pas pu l’égratigner.

« Ça ne sert à rien », admit l’un des chevaliers.

Mais Elliott n’était pas d’accord.

« Si vous ne pouvez pas le faire à deux, alors essayez à quatre ! »

« Votre Altesse, ce n’est pas parce que l’acier est deux fois plus épais que le fait de doubler le nombre de personnes le transpercera. »

« Ce n’est pas le cas ? ! Urgh. Il n’y a rien que l’on puisse faire ? ! Il n’y a… pas d’autre moyen ? »

« Nous avons apporté une scie à métaux… »

La scie avait été conçue pour couper le métal, et les chevaliers s’étaient relayés avec elle.

« Votre Altesse, nous avons fait une légère rayure. »

« Hmm… C’est tout ce que vous avez pu faire après 30 minutes, hein ? »

À ce rythme, il faudrait probablement attendre jusqu’au matin pour la découper entièrement. L’énormité de la tâche commençait à se faire sentir pour Elliott.

Le dernier chevalier à utiliser la scie montra sa lame au prince.

« Et regardez ça. La lame est plus lisse que la tête d’un homme chauve. »

« Y a-t-il une autre scie ? », demanda Elliott, l’air désespéré.

« Nous pourrions fouiller le château, mais je ne suis pas sûr qu’il y en ait une… »

Le silence s’installa dans le donjon… jusqu’à ce que le bruit d’un rire étouffé le perturba. Elliott s’était retourné pour voir les épaules de Rachel qui tremblaient en lisant son livre.

Le sang du prince beau gosse lui monta à la tête. Il donna un coup de pied dans les barreaux de la cellule.

« Hey ! D’après toi, qui est le responsable de cette perturbation ?! »

« Mais c’est toi, Votre Altesse. Si tu ne m’avais pas mise dans le donjon, cette… “perturbation”… ne serait pas arrivée. »

« Urgh ! »

Les joues d’Elliott brûlèrent quand il sentit que tout le monde le regardait. Tu me payera ça !

En fin de compte, Rachel avait raison. C’était lui qui avait commencé. Il avait annulé leurs fiançailles, l’avait condamnée, et l’avait jetée dans le donjon. Pourtant, Elliott bouillonnait, furieux qu’une femme qu’il avait considérée comme rien de plus qu’une « jolie poupée » l’ait humilié. Il ne pouvait pas simplement s’en aller.

« Hey ! Apportez une lance et empalez cette malheureuse ! », demanda Elliott.

« V-Votre Altesse ?! »

Sykes, le gardien de prison et les chevaliers étaient tous choqués. Néanmoins, Elliott continua à crier.

« Je ne vous dis pas de la tuer. Vous devez juste la blesser suffisamment pour qu’elle ne puisse pas rester enfermée là-dedans. Faites-lui ouvrir la serrure et sortir d’elle-même ! »

« Je veux dire, oui, ça pourrait marcher, mais… »

Sykes s’était tu tandis que les chevaliers et lui se regardaient les uns les autres.

Il serait difficile de prétendre que la façon dont le prince avait rompu ses fiançailles et emprisonné son ancienne fiancée avait suivi les procédures officielles. Le palais, qui comprenait le donjon, était la propriété du roi, et Elliott n’avait pas l’autorité pour y mettre Rachel. Il ne serait pas faux de dire qu’il détournait le donjon à ses propres fins. Ils ne pouvaient prendre aucune décision avant le retour du roi, qui était en voyage pour une inspection royale.

Était-il vraiment judicieux d’aggraver les choses en blessant la fiancée du prince alors que l’annulation de leurs fiançailles n’était toujours pas reconnue ? Elle n’avait commis aucun crime, à part intimider la petite amie du prince, et ce n’était clairement pas un délit passible de prison ou d’exécution. S’ils devaient suivre les ordres du prince, ils pourraient être punis pour cela. Et ils ne pensaient pas que le prince les sauverait si cela arrivait.

Alors que Sykes et les chevaliers se regardaient, essayant silencieusement de se renvoyer la balle, le prince s’impatienta.

« Hey, qu’est-ce qui prend autant de temps ? ! Vous devez juste la poignarder un peu… »

Elliott s’arrêta à mi-chemin de son cri et se figea.

Sykes pencha la tête.

« Hm ? »

Les autres s’étaient retournés pour regarder le prince, trouvant étrange le fait qu’il se soit arrêté comme ça. Cependant, quand ils virent ce qu’Elliott regardait, ils s’étaient également tous figés.

Rachel était maintenant debout, et elle pointait une arbalète sur eux dans une position impeccable.

« Tu as apporté une arme là-dedans ?! Une arme… dans une prison ?! Tu n’as aucun sens commun ! », dit Elliott en sifflant.

« Qu’est-ce que tu dis ? Ce n’est pas une arme. »

« Hein ? Ce n’en est pas une ? »

« C’est un outil pour mon autodéfense. »

« C’est la même chose, espèce d’idiote ! »

Rachel visait Elliott pour l’instant, mais elle le tenait de telle manière qu’elle pouvait facilement l’ajuster pour viser n’importe lequel d’entre eux. Les chevaliers n’avaient pas d’armes à distance pour riposter.

Quand elle vit les hommes reculer, Rachel sourit de façon ironique.

« Connaissant ton manque d’esprit et de patience, j’ai pu voir venir cette situation. Je dois ajouter que, contrairement à toi, Votre Altesse, qui es trop occupé à courir après les filles de la ville, j’avais un penchant pour la chasse avec mon père et mon oncle. J’ai abattu ma part d’oiseaux en vol. »

Rachel leur adressa un sourire qui leur fit froid dans le dos.

« C’était il y a environ trois ans. Le village où nous nous trouvions a été attaqué par des bandits. Nos soldats les ont abattus immédiatement, bien sûr, mais j’ai aidé et abattu trois de ces animaux. En d’autres termes, si quelqu’un veut me faire du mal, je n’hésiterai pas à l’abattre. Gardez cela à l’esprit avant de vous en prendre à moi, d’accord ? »

Tout ce que Sykes et les autres pouvaient penser était : « Oh, merde. »

Ces jours-ci, même les chevaliers ne voyaient pas de combat actif. Ainsi, même si eux ou les soldats pouvaient combattre l’ennemi, ils devaient se préparer mentalement avant de porter le coup final. Tuer leur adversaire d’un coup de chance était différent de savoir avec certitude que le coup tuerait. Il n’y avait qu’une poignée de chevaliers vétérans qui pouvaient abattre leur adversaire aussi facilement.

Voilà donc le genre de monde paisible dans lequel ils vivaient. Et ils se trouvaient maintenant devant une jeune femme de haute noblesse qui avait testé son courage au combat. Si elle disait « Je vais te tuer », alors c’était probablement vrai. Elliott et Sykes pouvaient le sentir.

Rachel inclina alors joliment la tête.

« Si vous n’avez pas l’intention de me faire quoi que ce soit, alors je vous autorise, bande d’idiots, à rester là et à regarder. Cependant, si vous avez l’intention de vous introduire dans la cellule et de me faire du mal, j’exercerai mon droit de me défendre. D’accord ? »

Elle fit alors un geste du menton vers les escaliers tout en gardant son sourire.

« Maintenant, si vous n’avez plus rien à faire ici, je vous demande de partir. »

Personne n’avait eu la présence d’esprit de réaliser que la prisonnière leur donnait des ordres. Les chevaliers firent ce que Rachel leur demanda, entraînant avec eux Elliott, qui était trop abasourdi pour bouger, alors qu’ils partaient. On aurait dit qu’ils protégeaient leur maître en battant en retraite, mais ils ne l’avaient fait que parce qu’ils ne pouvaient pas fuir tant qu’un officier supérieur était là. D’ailleurs, le gardien de prison avait été le premier à s’enfuir.

Alors que Sykes le poussait dans les escaliers, Elliott s’était suffisamment remis pour crier : « Si tu tiens tant à être en prison, tu peux y rester aussi longtemps que tu le souhaites ! Mais je ne te donnerai pas de nourriture, ni rien d’autre, compris ?! Je ne te laisserai pas sortir, même si tu le demandes ! Même si tu pleures et que tu me supplies ! »

Bien que son ex-fiancé lui débita du vitriol, Rachel ouvrit à nouveau son livre et bâilla.

« J’aimerais bien que tu me dises ce genre de choses en face. »

Rachel ne s’attendait pas à une réponse. Le temps qu’elle finisse de le dire, le prince au cœur tendre était déjà loin.

Rachel s’endormit en serrant son livre dans ses bras, ses pensées se dirigeant vers la vie complaisante qui l’attendait demain.

***

Chapitre 6 : La jeune demoiselle entend quelque chose de merveilleux

Partie 1

C’était arrivé quelques semaines avant que Rachel ne soit jetée dans le donjon.

Alors qu’il balayait la porte cochère le soir, le gardien de la maison ducale de Ferguson vit revenir un carrosse. Il appela à l’intérieur en disant : « La jeune demoiselle est revenue ! »

Les serviteurs s’empressèrent de l’accueillir, et le garde-barrière courut à son poste. Il ouvrit à peine les portes que le carrosse portant les armoiries de la famille passa sans ralentir. Rachel, la fiancée du prince héritier et future reine du pays, revenait tout juste de ses leçons particulières au palais.

Les serviteurs, menés par le majordome et la femme de chambre en chef, se tenaient de part et d’autre du hall, la tête baissée. Rachel marchait, souriante. Et lorsque le majordome lui demanda comment s’étaient passées ses études, elle lui donna alors une brève auto-évaluation, puis elle déclara à la femme de chambre qu’elle prendrait le dîner deux heures plus tard, comme elle en avait l’habitude.

Rachel monta le grand escalier, saluant joyeusement chacune des servantes et des domestiques qui la saluaient, et se dirigea vers sa chambre, où elle s’effondra promptement sur le lit.

« Oh… Je suis épuisée. »

Sofia et ses autres servantes personnelles la déshabillèrent sans mot dire, ignorant les plaintes de leur maîtresse. Ses leçons au palais étaient apparemment assez difficiles, comme en témoignait la façon dont elle s’effondrait toujours dès qu’elle rentrait chez elle. Pendant les deux heures qui suivirent, les préposés de Rachel s’en occupèrent, lui firent prendre un bain et la rendirent présentable pour le dîner avec le duc.

Le fait qu’elles étaient capables de rendre leur maîtresse complètement nue alors qu’elle était encore allongée sur le ventre pouvait paraître incroyable, mais ces servantes étaient effectivement capables de le faire. Depuis que Rachel avait commencé à prendre des leçons au palais, elles avaient travaillé dur pour perfectionner leurs talents afin de la soutenir. Elles pouvaient facilement enlever ses vêtements pendant qu’elle était allongée afin d’alléger le fardeau de leur maîtresse. Il n’y avait personne pour poser des questions parfaitement logiques, comme « Ne pourraient-elles pas la déshabiller quand elle est debout ? ». Ce que Rachel choisissait de faire était prioritaire.

Une fois que les servantes finirent de la déshabiller, elles étendirent un drap fin sur elle et se retirèrent. Sofia s’avança alors et utilisa ses index pour masser rapidement tout le corps de Rachel, de la tête aux pieds.

En se basant sur la tension des muscles de Rachel, Sofia demanda : « C’était quatre heures de cours assis, et deux heures de danse, suivies par… les manières de table, et une inspection des environs, correct ? »

Le visage toujours enfoui dans son oreiller, Rachel réussit habilement à secouer la tête.

« Non. C’était trois heures de conférences assises, deux de danse, une de marche, et deux sur la façon de regarder élégamment une pièce de théâtre — ainsi que l’apprentissage des bonnes manières pour un événement social auquel ne participent que des dames. Tout cela m’a laissé les épaules raides. »

« Comment regarder élégamment une pièce de théâtre ? », demanda Sofia.

« Tu te pavanes pompeusement tout en regardant attentivement la scène avec un sourire. Ou du moins, tu en donnes l’impression. Ces sorcières m’ont fait m’entraîner en regardant une scène vide pendant qu’elles me disaient que ma posture était mauvaise et que je devais montrer la dignité d’un roi. Puis elles m’ont dit que mes yeux étaient morts et qu’il fallait les faire briller d’hilarité. Il est certain que personne ne peut être passionné par une scène sans interprètes. »

« D’un point de vue extérieur, cela semble être une leçon idiote. »

« Du point de vue d’une initiée, c’est stupide. »

Au signal de Sofia, huit autres servantes entourèrent Rachel. Puis Sofia la réconforta en disant : « Oh, ma pauvre. Laissez-nous faire tout ce que nous pouvons pour soulager ton corps fatigué, jeune demoiselle. »

« Je sais que je dis toujours ça, mais allez-y doucement avec moi… »

« Certainement », dis Sofia en hochant la tête.

Elle regarda alors les autres servantes et ordonna : « Aujourd’hui, je veux que vous vous concentriez sur les épaules, et la zone allant de ses tibias à la plante de ses pieds ! Elle semble assez raide, alors soyez minutieuses ! Tout le monde, c’est parti ! »

« Je vous ai dit d’y aller doucement avec moi, n’est-ce pas ? ! Gyaaaaaah ! »

Neuf servantes, dont Sofia, s’abattirent sur Rachel à l’unisson. Elles massaient et pressaient les points vitaux avec le plus grand zèle. Leur travail était également professionnel. Elles n’utilisaient pas seulement le bout de leurs doigts, mais aussi les secondes articulations, ainsi que des bâtons d’acupression. Elles travaillèrent sur tout son corps en même temps. En tant que chef des serviteurs personnels, Sofia a eu l’honneur de masser la zone la plus raide de Rachel, la plante de ses pieds.

« Haugh ?! Gwagh ! Engyaaaah ! Oww ! Ça fait maaaaal ! »

On disait souvent qu’un massage pouvait aider à trouver un sommeil réparateur, mais celui-ci n’avait rien d’aussi apprivoisé. C’était un assaut absolu sur le corps de Rachel. Les servantes la maintenaient au sol alors qu’elle se débattait dans la douleur, décontractant ses muscles de toutes leurs forces.

« Je sais que je demande ça à chaque fois, mais pourquoi devez-vous faire tout mon corps en même temps ?! », dit Rachel.

« Et j’explique à chaque fois que nous n’avons pas le temps de nous concentrer sur chaque point individuellement. Je suis désolée, mais c’est comme ça. »

« On dirait que ça te plaît beaucoup pour quelqu’un qui est désolé ! »

« Une petite pression de ma part fait bondir ma maîtresse de douleur. Comment ne pourrais-je pas être amusée ? », plaisanta Sofia.

« Si tu as des problèmes avec ta situation professionnelle, fais la grève, d’accord ?! »

« Nous faisons tout cela pour vous, jeune maîtresse. Oh, mon Dieu. Tes reins… »

« Agaaaaaah ! »

« Tu sembles assez épuisée », remarqua Sofia.

« Gyaaaah ! »

« Hmm, si ton yongquan te fait sauter autant, alors tes jambes doivent aussi être assez tendues. Lisa, Mimosa, faites particulièrement attention à son chengshan et à son zusanli. »

(NdT : points d’acupuncture situés sur le pied et la jambe)

« Oui, m’dame. »

« Arrêteeeeeeeeeeez ! »

*****

Elles portèrent délicatement leur maîtresse à demi conscientes jusqu’à la baignoire et la laissèrent mijoter à feu doux. Une fois que sa peau blanche comme neige prit une belle teinte rosée, elles la sortirent du bain, l’enveloppèrent dans un peignoir et lui firent un massage doux pour soulager les douleurs musculaires de la séance précédente. Une fois qu’elles lui donnèrent un verre de limonade froide à siroter, Rachel reprit finalement ses esprits.

« Jour après jour, j’assiste à des cours fatigants sur la façon d’agir en tant que reine, et puis ce tourment arrive comme faisant partie d’un décor. Ma vie est un enfer. Je n’aurais jamais dû me fiancer au prince. »

« Mais grâce à cela, nous pouvons nous amuser tous les jours », remarque Sofia.

« Évacuez le stress du travail en faisant du shopping ou en mangeant, c’est ça ? »

« Ce genre de choses est dur pour le portefeuille, et je préfère éviter les passe-temps qui me font prendre du poids. De plus, penses-tu qu’il existe un divertissement plus grand que les cris d’une jeune demoiselle aisée ? »

« Oui ? Il doit y avoir beaucoup de choses. »

Alors que Rachel s’installait, regardant les servantes préparer les vêtements et le maquillage qu’elle porterait pour le dîner, Sofia sortit pour elle un résumé des rapports de la journée.

« Il y a beaucoup de choses à noter, mais l’une d’entre elles est d’une grande urgence », l’informa Sofia.

« Oh, mon Dieu. Qu’est-ce que ça peut être ? Nos voies de transmission de messages secrets à travers le palais ont-elles été compromises ? »

Rachel prit une gorgée de limonade, hochant la tête alors que Sofia lui tendait silencieusement le rapport.

« Voyons voir… “E complote pour mettre fin à ses fiançailles avec le patron.” Hein ? »

Elle fit une pause, l’air abasourdi.

« Il est même dit, “Il a déjà pris sa décision et prend des mesures concrètes pour mettre en place un plan.” »

Alors que Rachel se taisait et fixait le papier, Sofia expliqua : « Nous avons déjà rapporté que la jeune fille d’un baron s’est installée au palais récemment, et que les hommes de main du prince se sont tous entichés d’elle. Il semblerait qu’ils aient finalement décidé de la faire reine. Ils vont donc prendre des mesures pour t’écarter de l’équation. Malheureusement, le jeune maître George est l’un d’entre eux. Pour preuve, il a participé à leur réunion, il n’en a pourtant fait aucune mention à la maison. »

Ayant terminé son explication, Sofia baissa la voix et demanda : « Que devons-nous faire ? ».

Si Rachel déplaçait ceux qui lui étaient fidèles, il serait simple de faire échouer les plans du prince, voire le prince lui-même. Les agents qu’elle avait formés avaient assez de pouvoir pour le faire.

Rachel rendit le papier à Sofia.

« Eh bien… Je pense que nous devons utiliser plus de mots codés. On sait que trop bien qui est le patron dans ce message, hein ? »

« Je suis terriblement désolée. Lorsque nous avons créé notre code, nous n’avions évidemment pas prévu une situation comme celle-ci. »

Sofia mit le rapport dans sa poche, regarda sa maîtresse les yeux tournés vers le haut, et demanda : « Alors, qu’est-ce qu’on fait ? »

« Hmm. C’est vraiment un développement inattendu… »

Alors que Rachel se taisait, fixant l’air devant elle, Sofia continuait à l’observer tranquillement.

Le prince Elliott, l’homme que la maîtresse bien-aimée de Sophia devait épouser, était séduisant et populaire, surtout auprès des jeunes filles. Mais il y avait un certain nombre de rumeurs désagréables à son sujet. S’il avait une histoire sombre, ce serait une chose, mais il était simplement enclin à des gaffes incroyables.

Cela n’irait pas.

Évidemment, c’était une chance qu’il soit beau, mais si ce qui se cachait derrière cet extérieur ne pouvait pas se mesurer à l’esprit prodigieux de Rachel, leur vie de couple se détériorerait rapidement. Il n’était pas rare que des petits nobles soient dans un mariage sans amour maintenu uniquement pour les apparences, mais si le couple en question était le futur roi et la future reine du pays… Eh bien, il ne fallait pas être un des serviteurs de Rachel pour voir le danger.

S’il était un simplet qui faisait tout ce que Rachel lui disait, les choses seraient encore gérables, mais l’incompétence d’Elliott était inacceptable. Les gens disaient que, malgré son ineptie, il était exceptionnellement orgueilleux. Si Rachel lui disait de faire ceci ou cela, il s’indignerait forcément et s’opposerait à elle sur tout, et même s’il n’avait aucun talent. En fait, d’après ce que Rachel, et ses agents qui s’étaient infiltrés dans le palais lui avaient dit, ce prince débraillé ne s’entendait pas avec Rachel à cause de sa conduite irréprochable. Lorsque Rachel lui disait de se reprendre, il s’énervait et refusait d’écouter ce qu’elle disait.

Penser qu’un simple prince puisse défier la jeune demoiselle…

Sofia ressentit une rage meurtrière pour cet impertinent royal qui aurait dû savoir rester à sa place. Dès que Rachel lui en donnera la permission, elle prévoyait d’arracher un à un les membres de ce prince stupide, sans talent, tricheur, insensé et ordurier.

Sofia, d’ailleurs, n’avait jamais rencontré Elliott. Son estimation de sa valeur était entièrement basée sur des rumeurs. Et bien qu’elle essayait d’être impartiale, quand quelque chose était au désavantage de sa jeune demoiselle, Sofia avait tendance à perdre la tête, mais seulement un peu. Elle pensait que c’était un de ses petits défauts.

***

Partie 2

Rachel posa son verre vide et se tourna vers Sofia.

« Alors, qu’ont-ils l’intention de faire exactement ? »

« Ils prévoient de te condamner lors de la fête du mois prochain qui ouvre la saison des événements sociaux. Et, après avoir déclaré tes fiançailles nulles et non avenues, la fille du baron prendra ta place. »

« C’est logique. Seuls les jeunes nobles seront là. Il n’aura pas à s’inquiéter que nos parents ou des politiciens influents interviennent pour l’arrêter. Cela doit être l’idée de George. », pensa Rachel.

« Tu le penses vraiment ? »

Rachel haussa les épaules : « Le prince Elliott viendrait juste me le dire le lendemain de sa décision, sans jamais prendre la peine de préparer le terrain. »

« C’est un sacré idiot », commenta Sofia.

« On dit que tous ses gènes sont allés exclusivement à son physique, ne laissant rien pour son cerveau. Quoi qu’il en soit, le roi et la reine seront absents, car ils vont inspecter la région minière du sud et tenir une conférence de haut niveau avec les dirigeants d’une principauté. Le moment était bien choisi, du moins pour quelque chose que George a inventé. »

« Pourrait-il y avoir un autre comploteur… ? »

« Les autres assistants de Son Altesse comprennent un homme avec des muscles à la place du cerveau, qui ne s’intéresse qu’à compter les calories, et sept ou huit lèche-culs que je n’ai jamais été capable de distinguer. »

« Même si tu n’étais pas impliquée, cette liste te rendrait inquiète pour l’avenir du royaume. »

« Ce doit être pour cela que Sa Majesté ne voulait pas qu’il prenne le pouvoir. »

En se levant du canapé, Rachel laissa son peignoir tomber sur le sol. Les servantes virent que sa peau n’était plus rougie et commencèrent à l’habiller avec des vêtements frais.

« Maintenant, Sofia, si je suis condamnée à cette fête et que la jeune fille du baron prend ma place en tant que fiancée du prince… que compte faire Son Altesse de moi après cela ? Il a l’intention de me condamner en public, il ne me fera donc pas poignarder quand il n’y a personne ? »

« Ces enfants pensent que leur plan va fonctionner, je doute qu’ils aient réfléchi aussi loin. Ils ont l’intention de te forcer à admettre que tu as brutalisé la fille du baron et à t’excuser. Puis, au retour de Sa Majesté, ils vous traîneront devant lui et vous feront avouer vos crimes pour que le changement de fiancée se passe en douceur. Cela semble être leur plan. »

« Laisser à mon père et à Sa Majesté la responsabilité de s’occuper de moi. Attends, ils n’ont donc pas pensé aussi loin ? »

« Précisément », confirma Sofia.

Rachel, à présent vêtue d’une simple robe à porter dans la maison, s’était assise sur un tabouret. Les servantes chargées de la maquiller drapèrent un foulard autour de son cou et commencèrent à lui poudrer le visage. Rachel préférait un maquillage léger, aussi n’en utilisaient-elles qu’une petite quantité. Elles avaient rapidement échangé les houppes de poudre contre des pinceaux et commencèrent à appliquer du rouge à lèvres.

« Il y a environ une semaine entre la fête et le retour de Sa Majesté, non ? Il ne leur est pas venu à l’esprit que même si je m’excusais docilement, je pourrais me rétracter une fois rentrée chez moi ? », demanda Rachel.

« Je ne peux pas t’imaginer t’excuser si docilement, jeune demoiselle. Mais… ils doivent supposer que s’ils font suffisamment d’efforts pour te dénoncer devant tout le monde à la fête, il n’y aura aucun moyen de revenir sur ce fait. »

« Tu ne peux pas l’imaginer ? Je te ferai savoir que je suis célèbre à la cour pour être une jeune femme douce et modeste. »

« Un loup est un loup même s’il ne hurle pas. Je ne peux que rire de la faiblesse de tous les membres de la société distinguée. Ha ha ha ha ha. »

Se souvenant d’une information qu’elle avait jusqu’ici négligé de dire à sa maîtresse, qui semblait pour une raison quelconque contrariée, Sofia rapporta : « Oh, c’est vrai. Au cas où tu refuserais obstinément d’admettre tes crimes, ils ont l’intention de te jeter dans le donjon jusqu’à ce que tu viennes pleurer auprès d’eux. »

Rachel la regarda d’un air absent.

« Le donjon… ? »

« Oui. Ils ont l’intention de t’enfermer dans le donjon. »

« Il y en a un dans le palais ? »

La surprise de Rachel était compréhensible. Quelque chose d’aussi sombre qu’un donjon de palais ne semblait pas à sa place dans ce royaume facile et paisible. Ce n’était pas comme si les nobles ne commettaient jamais de crimes, mais on n’avait jamais entendu parler d’un noble emprisonné à l’intérieur du palais.

« Je l’ai confirmé par moi-même après avoir reçu cette information. Le bâtiment qui fait face au jardin arrière, qui est utilisé pour le stockage ainsi que pour l’hébergement d’urgence des courtisans, contient une prison à moitié souterraine. Elle semble avoir été construite par le roi il y a sept générations afin qu’il puisse tourmenter les traîtres. »

C’était une relique de l’époque des conflits sanglants à la cour. En d’autres termes…

« Cela signifie qu’il date d’environ un siècle, non ? Est-il encore utilisable ? », demanda Rachel.

« La pièce n’a que des murs de pierre et des barres de fer. Tout l’intérieur a été enlevé, mais il semble que l’eau courante ait été conservée. Ou plutôt, elle fonctionne encore toute seule. En de très rares occasions, un fonctionnaire passe pour vérifier les installations. »

À ce stade, l’homme chargé de patrouiller dans la zone devait encore jouir d’une vie heureuse et ordinaire.

« Ils ne doivent pas avoir beaucoup de monde à mettre là-dedans. Je suppose qu’ils doivent avoir beaucoup d’espace supplémentaire dans le château. », remarqua Rachel

En regardant le rapport que Sofia lui avait remis, Rachel fut choquée par la taille du donjon qui y était esquissé. Si l’on en croit les dimensions, les deux pièces réunies faisaient à peu près la taille d’un court de tennis.

« Le donjon était destiné à emprisonner les membres importants de la noblesse. Ils ont peut-être été généreux dans leurs estimations de l’espace de vie nécessaire ? », expliqua Sofia

« Peut-être que les murs et les piliers ont été construits pour se conformer à la forme des étages supérieurs. »

On ne savait pas trop ce qui avait attiré l’attention de Rachel, mais elle commença à faire les cent pas en fixant le papier. La femme de chambre en charge des accessoires la suivait, essayant de passer le collier autour de son cou.

Rachel s’était arrêtée. La servante s’était empressée de lui remettre son bijou.

« Sofia, la fête en question a lieu dans trois semaines ? »

« En effet. », dit Sofia tout en penchant la tête.

Elle était sûre que Rachel était sur le point d’écraser les plans du prince des ordures, alors qu’est-ce que cela avait à voir avec le donjon ?

« Pourrais-tu me montrer le rapport sur les marchandises de la Compagnie du Chat Noir de tout à l’heure ? »

« Huh ? Oui, jeune maîtresse. »

Sofia était de moins en moins sûre de ce dont parlait sa maîtresse.

La Compagnie du Chat Noir était une façade pour les Chats Noirs de la Nuit, un groupe d’agents que Rachel entretenait pour elle-même, séparément de ceux de la maison ducale. Utilisant les affaires liées au commerce intérieur et extérieur comme couverture, la Compagnie du Chat Noir collectait des fonds pour ses activités et maintenait le contact avec un réseau de renseignement qui opérait partout. Bien sûr, même si la compagnie était une façade, Rachel avait construit l’organisation. Ils géraient leurs affaires correctement.

Rachel regarda la liste des produits récents, s’arrêtant pour parcourir attentivement certaines pages. Elle gardait normalement une expression faciale apathique et prudente, mais elle éclata en un sourire sincère quand elle déclara : « C’est bon… »

« Hein ? Qu’est-ce que… ? »

« Sofia. »

« Oui, jeune demoiselle. »

« Si mes fiançailles prennent fin à la fête, alors je ne serai plus la prochaine reine ? »

« Oui, c’est vrai, mais… Je ne vois pas Sa Majesté l’accepter. Je n’ai jamais rencontré l’homme moi-même, mais il ne peut pas être aussi stupide que son fils. »

C’était un sérieux crime de lèse-majesté là, Mlle Sofia, pensa Rachel. Non pas que cela la dérange.

« Ce n’est pas un problème. Il ne sera après tout pas à la fête. », répondit Rachel.

Non, il n’y aura personne pour arrêter le Prince Elliott.

« Quand il rompra nos fiançailles à la fête, je démentirai ses accusations. »

Sofia hocha la tête.

« Bien… »

« Ensuite, je vais l’obliger à me jeter dans le donjon. »

« Tu vas “l’obliger à”… ? »

Rachel brandit le manifeste des marchandises et déclara fièrement : « Je pars en vacances pour une durée indéterminée ! »

Sofia et les servantes étaient toujours en parfaite synchronisation avec Rachel, mais toutes s’étaient figées. Sofia fut la première à reprendre suffisamment ses esprits pour parler.

« Jeune demoiselle, je ne suis pas sûre de ce que tu veux dire par là. »

« Oh, mon Dieu, Sofia. Si même toi tu ne comprends pas, alors personne ne peut. »

« Oui, tu peux en être certaine. »

Rachel fit gaiement glisser son doigt sur la liste.

« Une fois que mes fiançailles avec Son Altesse seront terminées, je ne serai plus sa fiancée. Tu me suis jusque-là ? »

« Oui. »

Comme Sofia et les autres servantes avaient hoché la tête, Rachel continua.

« Cela signifie que je ne serai plus la prochaine reine. Je ne serai donc plus obligée de suivre les leçons pour le devenir. »

« Oui, je suppose que c’est vrai », avait convenu Sofia.

« Par conséquent, j’aurai du temps libre. »

« C’est effectivement logique. »

Les servantes s’étaient regardées, sentant quelque chose de mauvais augure.

« Alors ! Je pense que je vais utiliser tout le temps que je n’ai pas eu à cause de ces leçons pour me la couler douce et m’adonner à mes hobbies ! »

« Je comprends maintenant ton raisonnement », reconnut Sofia.

« Qu’est-ce que tu veux dire par mon “raisonnement” ? », demanda Rachel en gonflant ses joues.

Au nom des servantes, Sofia commença à travailler sur la logique de Rachel.

« Je comprends que tu veuilles utiliser le temps libre généré par la rupture de tes fiançailles pour prendre des vacances. »

« Oui », confirma Rachel.

« Cependant, je ne vois pas le rapport entre cela et le donjon. Ne pourrais-tu pas simplement suivre le cours des choses, puis te dépêcher de retourner au manoir et de partir dans un endroit plus pittoresque ? »

« Mais non, Sofia, ça ne va pas le faire. »

Rachel donna une légère tape sur le front de Sofia, comme on le ferait à un enfant qui avait eu une mauvaise note.

« Si je ne mets pas tout en œuvre pour tenter de m’échapper, ces vieilles sorcières dégoûtantes vont me ramener ici en un rien de temps. »

Sofia, qui était restée sans voix, s’était maintenant reprise.

« En résumé, ton objectif est d’utiliser l’emprisonnement comme une excuse pour échapper aux leçons de la duchesse Somerset et de tes autres tutrices ? »

« Oui !!! »

Rachel leva les deux bras en l’air et tourna sur elle-même. Elle semblait absolument ravie.

« N’est-ce pas génial ? Non seulement mes fiançailles avec cet ignorant seront annulées, et c’est lui qui en sera responsable, mais je vais aussi pouvoir échapper à la duchesse Somerset et aux sorcières pour des vacances où je n’aurai rien à faire ! C’est merveilleux ! »

Malheureusement pour Rachel, qui était tout à fait heureuse de son plan, il y avait un trou dans celui-ci.

Sofia secoua la tête.

« Jeune maîtresse, quand Sa Majesté reviendra, les bêtises de ce prince pouilleux seront toutes balayées. Mais même avant cela, il est impossible qu’un bon à rien comme Sa Majesté puisse tenir tête à la duchesse Somerset et aux autres dames de la cour, non ? »

« Sofia, tu ne devrais vraiment pas parler de Sa Majesté comme ça en public, d’accord ? », réprimanda Rachel.

Ignorant le coup de Rachel, Sofia continua : « Ce que je dis, c’est que même si on te jette en prison, on t’en sortira le lendemain. »

Cela n’avait rien changé au sourire de Rachel.

« Eh bien, je vais donc juste devoir m’assurer qu’ils ne peuvent pas me sortir de là. »

« Pardon ?! »

Il n’y avait aucune incertitude dans les yeux de Rachel alors qu’elle expliquait : « Je dois juste verrouiller la prison de l’intérieur. »

« De l’intérieur ? »

« C’est ça. »

Est-ce que c’était encore une prison si le verrou était à l’intérieur ?

« Maintenant que c’est réglé, il est temps de se préparer pour des vacances amusantes ! »

« Des vacances… amusantes… ? », marmonna Sofia.

Il semblerait que Rachel avait une idée différente de ce qu’était la prison par rapport à la plupart des gens.

« Maintenant, si nous supposons que je serai là pendant trois mois, j’aurai besoin de conserves et d’autres choses pour tenir tout ce temps. Il y existe maintenant de différents types de conserves. Demandons à la Compagnie du Chat Noir de me trouver de bonnes choses ! Nous nous préparerons en apportant des choses petit à petit pour ne pas alerter le gardien de prison, et nous nettoierons la cellule. Nous devrons aussi chercher des moyens de rester en contact et d’échapper à la sécurité du palais ! Et comme elle est à l’intérieur, je n’aurai pas besoin de tente, mais que dois-je faire pour la literie ? Oh, on a si peu de temps, et tant de choses à préparer ! »

Le cœur de Rachel battait la chamade, comme si elle se préparait pour un voyage en camping. Sofia et les autres servantes s’étaient regardées, voyant à quel point leur maîtresse s’amusait. Mais quand elles avaient réalisé que Rachel était sérieuse, elles avaient toutes incliné la tête à l’unisson.

« Compris », déclara Sofia.

Pour Sofia et les autres servantes, Rachel passait toujours en premier. En ce qui les concernait, tout ce que la jeune maîtresse décidait, même si c’était en décalage avec le monde qui l’entourait, était juste. Si elle devait fuir la dure réalité de ses leçons de future reine, tant qu’elle s’amusait, cela leur suffisait.

« Dans ce cas, jeune demoiselle, comme le donjon est souterrain, nous devrons préparer un grand nombre de lampes et un peu de répulsif pour les insectes. »

« Je pense également que tu devrais apporter plus que la quantité minimale de nourriture. Tu voudras aussi des bonbons et du thé, non ? »

« Si tu ne peux pas te promener, alors tu devras apporter des romans et des recueils de poésie. »

« Oh, mon Dieu. Vous vous y mettez toutes aussi ! », s’exclama Rachel.

Aucune d’entre elles n’avait essayé d’arrêter Rachel alors que son plan de vacances amusant était en marche.

*****

Dans la salle à manger…

« Hé, mais que peut donc faire Rachel ? Ça fait déjà quatre heures qu’elle est rentrée », demanda le duc.

« Elle a dit que ça ne faisait que deux heures… »

« J’ai faim », grommela le duc.

***

Partie 2 : Une nouvelle vie excitante

Chapitre 7 : La jeune demoiselle se délecte de délices gastronomiques

Elliott fut fidèle à sa parole, il fit en sorte qu’aucune nourriture ne soit apportée à Rachel.

Il l’avait fait en partie parce qu’il était frustré qu’elle l’ait menacé avec une arme alors qu’il pensait avoir le dessus. Mais se venger n’était pas son but principal. Il avait décidé d’en faire une guerre d’usure. Il pensait que si Rachel était affaiblie par la faim, elle se soumettrait et s’inclinerait devant lui. Donc au lieu de lui donner la nourriture, le gardien de prison mangerait ses repas devant elle. Le plan était d’agiter sa faim en mangeant avec dépit chaque plat et en faisant comme si c’était délicieux.

Peu importe à quel point Rachel semblait calme, elle devait s’attendre à être nourrie. Mais maintenant, alors qu’elle pensait avoir gagné, elle allait être frappée par la terreur de la famine. Elliott était convaincu que cela lui servirait de leçon.

*****

Le gardien de prison était assis à une table devant les barreaux de la cellule, exposant chaque élément de nourriture qu’il avait apporté avant de le manger.

« Oh, bonté divine ! Ce pain noir que vous, les nobles, avez le droit de manger a vraiment un goût différent ! Il est doux sur la langue, et encore si frais qu’il n’a pas non plus cette odeur aigre ! C’est si bon ! »

Le menu était plutôt horrible, et le garde expliquait tout cela d’un ton monotone, il n’aurait jamais pu être critique gastronomique. Le repas n’avait pas du tout l’air appétissant, mais plutôt légèrement meilleur que l’horrible bouillie qu’il avait l’habitude de recevoir. Pourtant, cela semblait avoir un effet sur la jeune femme dans la cellule, car elle gémissait de faim.

« Je suis contente d’avoir apporté des flocons d’avoine, mais le lait en poudre n’a pas le même goût. Cependant, les raisins secs l’aident un peu. », déclara Rachel.

« C’est du blanc de poulet grillé en sauce ! Même froid, le goût s’est bien imprégné, oui, c’est vrai. Oh, mon Dieu, quand je pense qu’ils donnent ça aux prisonniers. Ça semble un peu trop généreux. », répliqua le garde.

« Quant à mon canard rôti, bien que le goût se soit bien imprégné, il est resté si longtemps dans sa sauce que la viande est devenue dure. Eh bien, je suppose que les conserves ont leurs limites. »

« Et c’est livré avec le dessert ! Quelle audace ! Oh, oui, le goût légèrement acide de cette orange est trop bon pour être décrit ! »

« Ces pêches au sirop sont très bonnes. Elles ne sont pas comme les fraîches, mais elles ont une douceur excessive qui les rend tout à fait différentes. »

Rachel, qui avait mangé ses conserves à une table ronde pliable, souriait en croisant le regard du garde. Il l’observait silencieusement maintenant.

« Je le savais. Les aliments conservés n’ont tout simplement pas le même goût. Tu sembles avoir apprécié ton repas, Monsieur le garde, alors je suis un peu jalouse. »

« Ha ! Ha ! Ha ! Prenez ça ! Si vous êtes jalouse, alors dépêchez-vous de vous excuser auprès du prince ! Oh… Bon sang ! »

Le garde renversa sa table d’un coup de pied, le plateau métallique et les plats s’entrechoquèrent sur le sol en pierre.

« Ne dites pas ça quand vous ne le pensez pas ! », cria-t-il, les larmes aux yeux.

« Et bien… Tu t’efforçais tellement à rendre cette nourriture délicieuse que j’essayais simplement d’être courtoise en jouant le jeu. »

« C’est ça le problème avec vous, les nobles ! Vous êtes doués pour prendre les gens à rebrousse-poil, à défaut d’autre chose, hein ?! »

« Sais-tu quel sera le menu du déjeuner, M. le Garde ? Il faut que je choisisse quelque chose qui corresponde au vôtre. »

« Ne vous en donnez pas la peine ! Si le harcèlement ne marche pas, pourquoi ne pas le dire !? Ce n’est pas la peine de me harceler en retour ! »

« Ciel, non ! En tant que membre de la noblesse, je dois me battre à armes égales. »

« Ne m’entraînez pas dans le genre de combat où vous prétendez vous battre à armes égales, pour ensuite me donner un coup par-derrière… »

« N’est-ce pas ton travail ? »

Le garde était de plus en plus frustré, rien de ce qu’il disait ne semblait lui passer sous le nez. Il avait pointé un doigt furieux vers elle et avait crié : « Écoutez ! Ne croyez pas que vous allez vous en tirer comme ça, d’accord ?! »

« Oh, comme c’est effrayant. »

« Les conserves que vous avez apportées finiront par s’épuiser ! Ne vous attendez pas à ce que le prince vous pardonne si vous attendez jusque-là pour baisser la tête et vous excuser ! »

Alors même qu’il criait cela, le regard du gardien de prison était attiré par les montagnes de caisses en bois empilées à l’intérieur de la prison.

Combien de mois pourrait-elle tenir ?

*****

Une fois que le garde fit son rapport au prince, le repas tape-à-l’œil fut annulé.

« Merde ! Merde ! Meeeerde ! », hurla le beau prince dans ce genre d’exhibition honteuse que personne ne devrait jamais voir.

Souhaitant être ailleurs, Sykes, le fils du capitaine de la garde, et George, le fils aîné du duc, observaient en silence cette scène embarrassante. Il y avait aussi quelques serviteurs, debout près du mur, espérant passer inaperçu.

Peu importe de quelle manière vous le prenez, Rachel semblait avoir le dessus.

Le prince Elliott était en train de piquer une colère parce qu’il ne pouvait pas suivre les réactions incroyables de Rachel. Il croyait pleinement en ses compétences, mais Rachel le frappait de toutes parts avec des moyens qu’il n’aurait jamais imaginés. Si elle avait fait une grève de la faim, ce serait une chose, mais penser qu’elle avait de telles réserves que tenté de l’affamer était totalement inefficace. Cela défiait tout bon sens.

« Maudite Rachel ! Non seulement elle ne pleure pas de faim, mais elle assaisonne ses repas de vengeance ! »

« Le gardien dit qu’elle a la possibilité de faire correspondre son menu au sien », admit Sykes.

« Vous ne pouvez pas lui couper l’eau ?! Elle n’agira sûrement pas avec autant de désinvolture si elle n’a pas d’eau ! », protesta le prince Elliott.

« Nous aurions besoin de détruire la plomberie pour le faire. Et si quelque chose se passait mal, nous pourrions finir par couper l’eau à la moitié du palais. »

« Maudite soit-elle ! », s’emporta le prince.

Il n’appréciait vraiment pas trop le fait d’être contré d’emblée.

« Que feras-tu ? », demanda Sykes.

« Je n’en ai plus rien à faire ! Il suffit de patrouiller de temps en temps ! Si on lui donne trop d’attention, ça ne fera que l’amuser ! », cracha Elliott.

Le prince réfléchit pour une fois, pensa George… mais il n’osa pas le dire à voix haute.

Elliott se tourna vers George, une veine se gonflant sur sa tempe.

« Ne peux-tu pas garder la Maison des Ferguson sous contrôle, George ?! »

George tressaillit lorsque la colère du prince se dirigea vers lui. Il l’avait prédit, bien sûr, après la façon dont sa sœur avait vexé le prince.

« Il n’y a rien que je puisse faire pour les fournitures qu’elle a déjà apportées. Cependant, peu importe ce que dit père, je ne permettrai pas à notre maison de lui prêter plus d’assistance. »

« Bien. La raison pour laquelle Rachel a pu se préparer autant est que ta famille a beaucoup d’argent et de main-d’œuvre. Quand elle apprendra qu’ils se sont retournés contre elle avec toi aux commandes, ça lui brisera le moral. Fais-le. »

« Oui, Votre Altesse ! »

Aucun d’eux ne se doutait que Rachel avait tout fait en utilisant ses propres pions, sans s’appuyer le moins du monde sur sa maison.

Il y avait encore une chose que ni Elliott ni George n’auraient imaginée : le duc et la duchesse avaient déjà renoncé à leur fils aîné.

*****

Quelques jours plus tard, alors que le gardien de la prison patrouillait dans l’après-midi, Rachel l’interpella de manière étonnante de l’intérieur de sa cellule.

« Monsieur le gardien… »

« Oh ? Quoi ? Votre tête s’est-elle un peu refroidie ? »

« Je pense que c’est Son Altesse qui a besoin de se rafraîchir la tête. »

« Quoi ? »

Le garde regarda Rachel, qui ne semblait pas affectée par tout ça. Elle ouvrit une boîte de quelque chose qui sentait bon et en mangea une cuillerée. Son dessert, apparemment.

« Ne devrais-tu pas prendre trois repas par jour ici, M. le garde ? », avait-elle demandé.

« Oh, ça. Cela a été annulé. Ça ne vous faisait pas de mal, et ça nous faisait passer pour des idiots. »

« Tu vois, c’est justement ça le problème. »

Rachel pencha adorablement la tête, un regard troublé sur son visage.

« Rien de tout cela n’est aussi bon sans compagnie. »

« Oho, c’est mignon ce que vous dites étant donné que vous êtes insolente par ailleurs. »

« J’ai réalisé que lorsque je ne peux pas te voir hurler à l’agonie, je ne suis pas capable de savourer tout ça avec le goût de la victoire. »

« Taisez-vous ! Lisez juste vos livres ou autres choses ! »

« Oui, c’est ça le truc ! »

« Voulez-vous bien arrêter de parler ?! »

***

Chapitre 8 : La jeune demoiselle passe la journée au ralenti

« Ungh… »

Rachel s’était réveillée avec le soleil matinal qui éclairait son visage. Assise sur son confortable canapé rembourré, qui aurait même pu entraîner un sage dans une vie de paresse, elle se frotta les yeux du dos de la main. Elle n’en était pas fière, mais elle n’était pas vraiment une personne matinale. De plus, elle avait été tellement absorbée par son roman qu’elle n’avait pas pu résister à l’envie de se coucher tard la veille.

« Ce n’est pas bon. Je ne peux pas me lever. »

Et ce n’était pas comme si elle avait quelque chose à faire. Rachel s’était allongée sur le canapé, s’était tournée vers l’ombre et s’était rapidement endormie profondément.

*****

Elliott s’était réveillé avec quelqu’un qui lui arracha les couvertures.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais ?! », cria-t-il au coupable.

Il leva les yeux pour voir Sykes qui se tenait là, tenant la couverture et ayant l’air honteux.

« Votre Altesse, il est plus que temps de te réveiller », lui dit Sykes.

« Quand même, n’était-ce pas un peu soudain ? ! Il doit y avoir un meilleur moyen ! »

« Eh bien, tu vois… »

Elliott suivit le regard de Sykes et vit la femme de chambre principale et plusieurs autres femmes de chambre qui se tenaient là.

« Oh… »

Elliott réalisa que les servantes avaient forcé le passage devant Sykes. S’il les ignorait, il serait confronté à la voix stridente de la servante en chef, et les servantes nettoieraient la zone immédiatement autour de lui juste pour le harceler.

Une fois qu’Elliott comprit que se rendormir n’était pas une option, il se glissa lentement hors du lit.

*****

Ayant dormi jusqu’à près de midi, Rachel s’était fait couler un thé pour refaire le plein d’énergie, puis commença à fouiller dans un certain nombre de boîtes.

« Que vais-je avoir pour le brunch aujourd’hui ? »

En regardant les boîtes, triées par type, Rachel marmonnait des choses comme « J’ai mangé du poisson hier », alors qu’elle pesait ses options. Eh bien, ce n’était pas comme s’il y avait beaucoup de variétés. Elle ne mangeait pas beaucoup en prison, peut-être à cause du manque d’exercice, alors elle faisait très attention à son menu. En fait, elle avait trop de temps à sa disposition, alors elle faisait trop attention à ses choix.

« C’est intéressant de choisir un menu pour moi-même », remarqua Rachel bien qu’elle n’ait pas eu à préparer la nourriture.

*****

Elliott s’était beaucoup dispersé la veille, il était donc surveillé de près aujourd’hui pendant le travail.

« Hé, n’est-ce pas un peu exagéré de me suivre aux toilettes comme ça ? », s’était plaint Elliott.

Le bureaucrate au visage sévère secoua la tête.

« Vous nous avez dit hier que vous alliez “aux toilettes”, et puis vous vous êtes enfui et n’êtes pas revenu dans votre chambre avant la nuit. »

« Eh bien, euh, oui, vous voyez… Les toilettes étaient toutes occupées, alors j’ai dû aller ailleurs. »

« Vos toilettes personnelles étaient-elles occupées, Votre Altesse ? »

*****

Quand Elliott revint des toilettes, des fonctionnaires de tous les départements gardaient les portes et les fenêtres, documents en main.

« Allons, Votre Altesse, vous êtes déjà en retard sur les approbations que vous devez signer ce matin. Vous n’avez pas le temps de déjeuner au réfectoire, alors j’ai apporté des sandwichs. »

« Vous voulez que je travaille sans pause ?! »

« Vous avez fait assez de pauses hier, hein ? »

*****

Rachel en avait assez de lire, elle était donc passée au tricot.

« Hmm, je suis heureuse de tricoter… mais qu’est-ce que je devrais faire ? »

Rachel avait un large éventail de compétences, mais aucune idée de ce qu’elle voulait faire.

« Maintenant que j’y pense, est-ce vraiment la saison pour faire des choses avec de la laine ? »

Elle ne s’était rendu compte de ce fait choquant qu’après avoir tout préparé.

« Eh bien, sur cette note, je pense que je vais tricoter un cache-nez à George. »

*****

Elliott était enterré sous une montagne de paperasse.

« Votre Altesse, as-tu fait des progrès ? », demanda George avec hésitation.

Elliott laissa échapper un gémissement exaspéré.

« Je n’en ai aucune idée. Combien de ces documents sont terminés ? »

Se tournant vers le secrétaire assis à côté de lui, qui lui remettait document après document, Elliott demanda : « Hé, combien de temps cela va-t-il encore prendre ? »

Le bureaucrate ajusta ses lunettes et, sans changer d’expression, il déclara : « Votre Altesse, gardez cette question pour le moment où nous aurons atteint la moitié du chemin. »

*****

Rachel posa ses aiguilles à tricoter et rétrécit ses yeux avec bonheur.

« J’adore le confort de tout ça », murmura-t-elle tout en profitant de la lumière de l’après-midi et de la légère brise.

Ce n’était cependant pas le moment de tricoter.

« Au fait, c’est le temps parfait pour une sieste d’après-midi ! »

Alors qu’elle avait fini de disposer les coussins et qu’elle s’apprêtait à se couvrir d’une couverture, elle eut une révélation.

« Attendez une seconde… Un dernier verre avant une sieste ne serait-il pas la meilleure chose qui soit ?! »

Elle ouvrit précipitamment une boîte et déboucha une bouteille de vin de prune.

« Je vais en prendre juste un peu… Oui, juste un peu. »

Rachel se versa un verre assez grand. Le soulevant avec une satisfaction évidente, elle sirota doucement le liquide rose, savourant le goût de l’alcool doux et moelleux.

*****

Lassé de ce travail de bureau interminable, Elliott piqua une colère et sortit.

« Honnêtement, rester enfermé à l’intérieur, à faire de la paperasse, par une belle journée comme celle-ci ? À quoi pensent ces bureaucrates ? »

Elliott continua à grommeler en entrant dans la cour. Derrière lui, George et Sykes se regardèrent.

« Tu dis ça, mais le temps n’affecte pas le travail de bureau », remarqua George.

« Nous, les chevaliers, sommes aussi souvent obligés de travailler par mauvais temps », ajouta Sykes.

« Imbéciles ! Ce raisonnement s’applique aux adultes ! Je ne suis encore qu’un mineur, en phase d’apprentissage, vous vous en souvenez ? Le programme scolaire devrait le refléter. »

« Bien sûr… »

Sykes était d’accord.

« Garder un mineur enfermé comme ça est contraire aux lois sur le travail des enfants ! », continua Elliott.

« Le travail… ? », se demanda George à voix haute.

Ignorant ses assistants peu convaincus pour le moment, Elliott essaya de passer à la vitesse supérieure et de réfléchir à ce qu’il fallait faire après ça.

« Maintenant, je pense que je vais tuer le temps avec une promenade dans le jardin. »

Peut-être que Margaret arrivera juste au bon moment, pensa Elliott tout en se dirigeant vers le jardin, mais il tomba sur son opposé polaire. Une bande d’hommes en sueur l’attendait, le second du capitaine de la garde ainsi que quelques chevaliers en tenue d’entraînement.

« Nous vous attendions. Maintenant, nous allons sur le terrain d’entraînement ! », dit le commandant en second.

« Hein ? De quoi parlez-vous ? », demanda Elliott.

Il n’arrivait pas à comprendre la situation.

Sykes gonfla sa poitrine et expliqua fièrement : « Tu disais que tu ne pouvais pas supporter de rester enfermé à l’intérieur par une belle journée comme celle-ci, alors je me suis arrangé pour que tu te joignes à l’entraînement d’escrime des chevaliers ! »

« Est-ce pour ça que les bureaucrates me laissent partir si facilement ?! Non, écoute, ce n’est pas ce que je voulais dire ! »

Le commandant en second le félicita : « C’est admirable de votre part de vous porter volontaire pour vous entraîner avec nous de votre propre initiative, votre Altesse ! »

« Venez, nous avons déjà tout préparé pour vous ! », l’encouragea un autre chevalier.

« Non, attendez », protesta Elliott, mais les chevaliers « ayant des muscles pour cerveaux » l’entraînèrent.

*****

Lorsque Rachel se réveilla de sa sieste, dont personne ne s’était plaint ni ne l’avait harcelée, le rouge persistant du soleil couchant était en train de disparaître. Elle s’était empressée d’allumer sa lampe, ramenant la lumière dans la pièce avant que l’obscurité totale ne l’avale.

« J’ai trop dormi… »

Même Rachel avait dû réfléchir un peu à ses actions.

« Si mon sommeil avait été un peu plus profond, j’aurais pu dormir jusqu’au matin. »

Ok, non, oublie ça. Elle n’avait rien appris du tout.

« Eh bien, ce qui est fait est fait. Je pense que je vais manger un peu. »

Après avoir réfléchi, Rachel sortit une boîte de conserve particulièrement grande. Le plat principal de ce soir était du poisson blanc bouilli dans de l’huile à l’ail. Elle ouvrit la boîte et prépara sa lampe à alcool. Puis elle éplucha habilement, du moins selon les normes des jeunes femmes aisées, quelques pommes de terre qu’elle avait apportées et les coupa en fines tranches. Retirant le poisson de sa boîte, elle déposa les pommes de terre au fond, puis remit le poisson sur le dessus.

« Hee hee, ma cuisine s’est beaucoup améliorée ! Quand je fais comme ça, les pommes de terre absorbent l’huile et ont encore meilleur goût ! Ah, si seulement je pouvais partager ça, la découverte du millénaire, avec toute l’humanité. »

Non, l’humanité n’avait pas besoin de cette jeune femme protégée pour leur enseigner. C’était déjà une technique largement connue. Rachel, cependant, ne le savait pas.

Rachel vérifiait de temps en temps l’état d’ébullition de la boîte, fredonnant pour elle-même en choisissant un vin qui se marierait bien avec le repas d’aujourd’hui. Une fois la cuisson terminée, elle souffla délicatement sur le poisson et les pommes de terre chaudes, puis les porta à sa bouche. Le goût était exactement comme elle l’avait espéré. « Mmm ! » s’exclame-t-elle en se tordant d’extase sans mot dire.

« Oh, quand je pense que j’ai appris à préparer un tel plat par moi-même. Je fais des progrès si rapides. Cette vie de prisonnier solitaire était vraiment le bon choix. »

Avec la saveur de la nourriture encore dans sa bouche, elle prit une rapide gorgée de vin blanc.

« Faire descendre le poisson et l’ail avec un vin blanc pur est incroyable ! »

Rachel semblait satisfaite de sa propre cuisine. Elle ne pouvait choisir son propre menu et cuisiner, mais était-ce vraiment cuisiner ? que parce qu’elle vivait seule dans la prison. Elle avait presque envie de remercier ce prince débile de l’avoir mise là.

Rachel pressa ses index sur ses joues blanches comme neige, qui étaient maintenant un peu rouges, et laissa échapper un soupir de détente.

« De la bonne nourriture, de la bonne boisson, et un lit matelassé sur lequel on peut retomber dès que l’alcool fait effet ! C’est parfait ! »

Elle savoura son festin alors qu’elle progressait rapidement dans une mauvaise direction.

*****

Ils n’étaient pas suffisamment cruels au point de faire travailler Elliott pendant qu’il dînait. Une petite salle à manger, qui, bien qu’elle soit appelée salle, n’avait qu’une table pouvant accueillir une dizaine de personnes, avait été préparée pour lui près de sa chambre.

Tout le corps d’Elliott était endolori alors qu’il se dirigeait en titubant vers le bout de la table.

« Aujourd’hui a été un désastre… », se plaint-il, l’air découragé.

« Tu as fait des progrès relativement décents sur l’estampillage de tous ces documents. Bon travail, Votre Altesse », dit George, en essayant de lui remonter le moral.

Sykes tenta de faire de même, en disant : « Le vice-capitaine a dit que tu avais fait un effort raisonnable, Votre Altesse ! »

« Oh, je vois… »

Elliott ramassa sa cuillère alors que le premier plat, un potage aux petits pois, était servi.

« Ils ne diront donc pas que je me suis bien débrouillé. », marmonna-t-il.

Et comme ses deux associés ne savaient pas mentir, ils n’avaient maladroitement rien dit. La table était devenue silencieuse, et seul le bruit d’Elliott en train de boire bruyamment résonna sans âme dans la pièce.

« Mais oui, je veux voir Margaret ! Quand je me sens déprimé comme ça, sa joie inépuisable est exactement ce dont j’ai besoin ! George, Margaret ne viendra pas aujourd’hui ?! », dit Elliott en levant les yeux au ciel pour finir sa soupe

Le soleil était presque couché. Que croyait dire le prince ? George et Sykes se regardèrent avec surprise tandis qu’Elliott se mit à se languir bruyamment de la fille qu’il aimait « au point de vouloir s’arracher les cheveux. »

« Votre Altesse, de quoi parles-tu ? », demanda George.

« Il doit être épuisé après avoir fait toutes ces choses auxquelles il n’est pas habitué », suggéra Sykes.

« Vous deux, pourquoi cette réaction ? »

George et Sykes échangèrent un autre regard. Non seulement c’était déjà le soir, mais il y avait une autre raison pour laquelle ils étaient confus.

« Je veux dire, tu sais… », commença George.

« Non ? », termina Sykes.

« Savoir quoi ?! »

George ajusta ses lunettes avec son majeur, une expression dubitative sur le visage.

« Margaret est absente aujourd’hui et demain pour un voyage familial. Tu disais hier qu’elle te manquait tellement que tu pouvais en mourir, tu t’en souviens ? »

« Maman a dit qu’elle voulait le voir, alors nous allons à la chute d’eau à Coldwall ! Hee hee, je vais assurément ramener des souvenirs pour vous aussi, Votre Altesse ! »

C’était ce que lui avait dit la souriante fille rousse aux nattes.

« Tu nous disais justement ça hier !? », insista Sykes.

« De quoi parles-tu maintenant ?! », insista George.

Elliott laissa tomber son couteau et sa fourchette.

« Ce n’est pas bon. Je ne pense pas que je puisse continuer à vivre. Si je n’ai pas le sourire de Margaret en ce moment, je vais mourir. »

« Après seulement deux jours sans la voir ?! Tu es bien trop dépendant d’elle, Votre Altesse ! », s’exclama George.

« Hé, Votre Altesse ? Est-ce que ça va s’éterniser ? Ça te dérange si je vais manger ? », demanda Sykes.

« Je ne l’ai pas vue depuis deux jours entiers, ok ?! J’ai l’impression que ça fait deux ans ! »

« Même si ça ressemble à deux ans, ça ne fait que deux jours en fait ! Elle ira très bien quand tu la reverras après-demain ! », déclara George.

Lorsque George tenta de le corriger, Elliott s’emporta encore plus.

« Après-demain ?! Je ne peux pas la voir avant après-demain ? Les bureaucrates m’auront tué avec la paperasse d’ici là ! »

George soupire et dit : « Laisse-moi être clair. Sa Majesté et les autres membres de la famille royale font cela tous les jours ! »

« Margareeeet ! »

« Son Altesse s’est cassée ?! Hey, Sykes, veux-tu bien arrêter de te goinfrer et m’aider à le tenir ?! »

« Puis-je finir de manger d’abord ? »

« Maintenant ! »

Cette idiotie continua jusqu’à ce que la dame d’honneur apparaisse pour leur crier dessus.

*****

Rachel ferma son livre, satisfaite de sa fin tordue.

« Alors c’est comme ça que ça se passe, hein ? Oui, je suis vraiment contente d’avoir lu jusqu’au bout. J’ai failli passer une mauvaise nuit de sommeil en m’inquiétant de la façon dont ils allaient conclure. »

Rachel baissa la lumière de sa lampe. La fin merveilleuse du livre la rendait euphorique.

« C’est vraiment agréable de pouvoir lire tard dans la nuit sans que la femme de chambre me crie dessus. Si je suis encore fatiguée au moment où je me réveille demain matin, je pense que je ferais encore la grasse matinée jusqu’à midi. »

Ce n’était pas comme si Rachel ne voulait plus jamais se promener dans les jardins. Mais n’était-il pas bon pour elle d’apprécier ce temps où elle pouvait lire à sa guise, prendre le thé quand elle le voulait, et s’essayer à quelques tâches ménagères quand l’envie lui en prenait ?

Pour être tout à fait franches, les jeunes femmes aisées comme elle se déplaçaient partout en calèche. Elle n’avait pas besoin de faire de l’exercice. D’ailleurs, elle était déjà une renfermée en puissance qui se promenait rarement dans les jardins de sa propre maison. C’était une fille égoïste qui, au fond, voulait toujours faire passer son confort en premier. Ainsi, tant qu’elle pouvait se changer elle-même, elle ne se sentait pas du tout gênée d’être confinée dans une seule pièce.

« Mes leçons royales étaient trop douloureuses à supporter, mais si je les considère comme un prélude à cette vie lente, idéale, peut-être n’étaient-elles pas si mauvaises. »

En profitant des jours de repos qu’elle s’était gagnés après tant de souffrances, Rachel s’était endormie en pensant que, oui, la vie était meilleure derrière les barreaux et qu’elle avait eu raison de les laisser la jeter ici.

*****

Après avoir été forcé à entrer dans sa chambre, Elliott ouvrit tranquillement sa fenêtre. Un vent frais soufflait depuis la cour sombre, effleurant ses joues.

« Ok… »

Alors qu’il cherchait ses chaussures d’extérieur, un des chevaliers de garde l’appela de l’extérieur.

« Votre Altesse. »

« Quoi ? »

« Les chevaliers ont tous entendu dire que la jeune Mlle Poisson est en voyage et que Votre Altesse présente des symptômes de manque. Nous allons surveiller de près les chevaux et les carrosses, d’accord ? »

« Je vois… Continuez donc à faire du bon travail. »

« Oui, Votre Altesse. »

Elliott ferma la fenêtre, les rideaux, et se glissa dans son lit.

***

Chapitre 9 : Le prince apprend ce que la jeune demoiselle pense

Prenant la bouilloire cliquetante sur la flamme, Rachel versa rapidement l’eau chaude dans une théière déjà préparée avec les feuilles de thé à l’intérieur. Puis elle retourna un sablier, recouvrit la théière d’un couvre-théière et regarda les boîtes en bois.

« Dois-je prendre des biscuits, ou un gâteau sec ? Telle est la question. »

Rachel se toucha la lèvre inférieure en réfléchissant, et alors qu’elle le faisait… les yeux froids du prince Elliott plantèrent des poignards dans le côté de son joli visage.

« Rachel, est-ce vraiment le problème ici ?! », claqua Elliott.

« Mon dieu, Votre Altesse ! Le thé est déjà en train d’infuser. Y a-t-il un problème auquel je pourrais donner plus de priorité ? »

Elliott était venu à la prison pour la première fois depuis plusieurs jours afin de voir si Rachel avait un peu refroidi sa tête, mais il fut accueilli par la vue de celle-ci se préparant élégamment pour l’heure du thé.

Elle n’a manifestement pas appris sa leçon, pensa-t-il.

« Tu ne vas tout de même pas me dire qu’il n’y en a pas ? », se moqua Elliott.

Rachel avait dû y réfléchir. Et après y avoir réfléchi, elle tapa dans ses mains.

« Oh ! Comme le fait que je n’ai pas encore choisi une tasse ? »

« Tu crois que je suis concernée par une chose aussi triviale que ça ?! »

« Oh, bonté divine. Le sablier s’est épuisé pendant que je réfléchissais. »

« Ne te désintéresse pas des questions de ton prince ! Écoute-moi, veux-tu ?! »

Ignorant le prince qui criait avec colère, Rachel sourit au parfum qui chatouillait ses narines et mit un gâteau et du thé en même temps dans sa bouche. Le gâteau au brandy rempli de fruits secs était délicieux, et elle le fit descendre avec une autre gorgée de thé.

« Oui, je crois que les “noix et baies” du restaurant Lion se marient parfaitement avec le thé. C’était le choix parfait. »

La rage d’Elliott était aussi bouillante que du magma.

« Hé, si tu es satisfaite, alors regarde par ici. Combien de temps as-tu l’intention d’ignorer ton prince ? »

Rachel le regarda d’un air absent, sa fourchette toujours dans la bouche. Une fois qu’elle avala sa bouchée de gâteau, elle arqua ses beaux sourcils et, en dirigeant sa fourchette vers Elliott, dit :

« Votre Altesse. Vous ne pouvez pas vous en sortir en tant que prince si vous laissez un de vos serviteurs vous regarder de haut ! Vous devez réprimander plus sévèrement ceux qui se comportent mal ! Est-ce que vous comprenez ? Promettez-le à votre grande sœur, d’accord ? »

Elle termina d’un air suffisant, se retourna comme si elle en avait fini avec lui, et se servit une deuxième tasse.

« Hein ?! »

Elliott s’étouffa. Sa réponse farfelue l’avait abasourdi, et lorsqu’il reprit ses esprits, une veine se forma sur son front et il serra les dents.

« Voilà un discours totalement absurde venant de la part de la personne qui m’a regardé de haut et m’a rabaissé, hein ?! »

Rachel, qui n’était jamais à court d’une réplique, dit : « Moi, jamais ! Je suis tout à fait éveillée. Je pense que celui qui a l’air de parler dans son sommeil alors qu’il est éveillé, c’est vous, Votre Altesse. »

« Ça suffit, misérable ! Non seulement tu as malmené Margaret dans les coulisses, mais maintenant que je t’ai jetée en prison, tu refuses toujours de te repentir. Et tu te moques même de moi ?! »

« Vous voyez, c’est justement ça ! Honnêtement, pourquoi devrais-je souligner tous vos défauts alors que je suis derrière les barreaux ? ! Vous mettez un fardeau sur votre prisonnier, triste excuse pour un prince. Maintenant, est-ce que je me suis fait comprendre ? Vous devez vous comporter d’une manière plus digne d’un prince, et faire plus attention à ceux qui vous entourent, ok ?! »

« Huh ?! D-Désolé… Attends, quoi ? »

Il y avait quelque chose qui clochait dans le raisonnement de Rachel…

Ce ne fut qu’au moment où Rachel termina sa troisième tasse qu’Elliott s’était finalement rendu compte qu’elle se moquait de lui.

« Argh ! Qu’est-ce que ça peut me faire que tu te sentes mal à l’aise maintenant ?! »

« Tu es un peu lent à réagir, hein ? », fit remarquer Rachel sur un ton plus familier.

« Tais-toi ! On est en train de parler de toi là ! Est-ce que ta tête a refroidi depuis que je t’ai jeté là-dedans ?! », cria Elliott en pointant un doigt dans la direction de Rachel.

« Qu’est-ce que tu en penses ? Une jeune femme de bonne famille comme toi ne peut pas supporter de vivre dans ce cachot sombre et glacial ! Cela fait dix jours maintenant. Peu importe ce que tu as pu préparer, ce n’est toujours qu’une résidence temporaire. Tu peux faire bonne figure, mais au fond, tu es sur le point de laisser tomber, non ?! »

Ayant apparemment bu assez de thé, Rachel s’enfonça dans le canapé moelleux qui aurait pu ruiner un sage, ouvrit un magazine et commença à lire. La couverture indiquait qu’il s’agissait d’une collection d’histoires illustrées qui avaient été populaires récemment. Elle ignora Elliott de manière flagrante, ne daignant même pas répondre. Et comme il faisait un peu trop sombre pour lire, elle rapprocha un peu plus la lampe sur la table.

« Hé ! », cria Elliott.

« Tu n’as aucun sang-froid. Tes éducateurs ne t’ont-ils jamais dit qu’il est impoli de faire un tel boucan à côté de quelqu’un qui lit ? », répondit Rachel.

« Personne ne t’a jamais dit de ne pas faire d’autres choses quand tu écoutes quelqu’un ?! »

« Oh, ce n’est pas grave. En fait, je ne t’écoute pas. »

« Alors, cesse ça ! »

Rachel jeta un coup d’œil à Elliott, son magazine toujours ouvert.

« Votre Altesse… Ai-je l’air d’être sur le point d’abandonner ce style de vie ? »

Elliott jeta un autre coup d’œil dans la prison. Il y avait un épais tapis aux motifs géométriques qui bloquait le froid du sol en pierre, un canapé rembourré qu’il aurait aimé essayer, mais qu’en tant que prince, il ne pouvait pas mettre dans son propre salon, du thé et des petits gâteaux de qualité, une lampe qui, malgré un usage régulier, ne semblait pas devoir s’épuiser de sitôt, et une collection de conserves qui lui donnait la possibilité de manger un certain nombre de mets étrangers. Si elle pouvait supporter le fait qu’elle ne pouvait pas sortir et que le décor était un peu fade, elle avait un meilleur style de vie ici que certains nobles mineurs.

Et maintenant, après dix jours, Elliott s’était rendu compte de la situation. Cette femme était une grabataire.

« H-Heh heh. Tu as l’air de profiter pleinement de la prison », dit Elliott en souriant.

« Vraiment ? »

« Mais quand même ! Pendant que tu es enfermée ici, le monde extérieur bouge ! Le fait de s’excuser peut braquer une femme orgueilleuse comme toi, mais peut-être devrais-tu considérer les aspects positifs et négatifs de ne pas pouvoir quitter ta cellule ? »

Rachel continua à feuilleter son magazine sans même un regard dans la direction d’Elliott et elle parla tranquillement : « Oh, je les ai considérés. »

« Oh, vraiment ? »

« C’est vrai que je ne peux pas me promener comme je veux, et que le monde me passe sous le nez. »

« Oui, oui ! »

« Cependant… »

« Hm ? »

Elliott la regarda d’un air dubitatif.

Rachel, les yeux toujours rivés sur son magazine, dit : « Tant que je reste en prison, nos fiançailles resteront rompues. Je n’aurai donc pas à suivre les leçons destinées à une future reine. Mes précepteurs ne me feront pas subir l’épreuve du feu jour après jour. Si tu reviens sur ta décision de rompre nos fiançailles, mes éducateurs me captureraient en un rien de temps. Ce n’est pas une blague. Quoi qu’il en soit, je ne peux pas m’exposer à ce risque. »

Elliott s’arrêta pour réfléchir. Il connaissait ses professeurs. Quand il était petit, ils le réprimandaient constamment parce qu’il se lassait de leurs leçons ennuyeuses et spartiates et s’enfuyait. Pouvait-on vraiment appeler les châtiments corporels qu’ils lui avaient administrés, malgré son rang de prince, de l’éducation ? Il n’avait jamais vu les leçons que Rachel suivait en tant que future reine, mais connaissant ses instructeurs, il pouvait imaginer ce que c’était.

Et bien que Rachel n’ait pas la liberté de mouvement, elle pouvait faire ce qu’elle voulait et paresser toute la journée en prison. En tant que sa fiancée, elle n’avait aucune liberté et était enchaînée à un bureau tous les jours, entourée de plusieurs tuteurs privés qui ressemblaient plus à des chiens enragés, aboyant sur elle constamment.

S’il devait choisir, quel choix Elliott ferait-il pour lui-même ?

*****

Sykes était dans les écuries pour vérifier les chevaux quand il vit Elliott qui traînait les pieds dans la cour arrière.

« Votre Altesse, es-tu allé voir Mlle Rachel ? », dit Sykes.

« Oui… »

Sykes était confus par le manque d’esprit d’Elliott et hocha la tête. Il avait maintenant fini l’entretien des chevaux et commença à nettoyer.

« Comment était-ce ? Est-ce que Mlle Rachel a un peu réfléchi à ses actions ? », demanda Sykes.

« Non, hum… Pas du tout. Et d’après ce que je vois, elle ne sortirait pas de là même si elle le pouvait. »

« Quoi ? »

Alors que Sykes s’efforçait d’assimiler ce qu’Elliott venait de lui dire, George arriva en courant du palais.

« Oh, merci, mon Dieu, je t’ai trouvé ! Votre Altesse ! »

« George », murmura le prince.

« Hé, George. Qu’est-ce qu’il y a ? » salua Sykes.

Le visage de George avait l’air affreux. Au début, ils avaient pensé qu’il était juste essoufflé d’avoir couru, mais ce n’était pas ça.

« S’est-il passé quelque chose ? », demanda Elliott tout en balançant fébrilement sa tête de haut en bas comme un pivert.

« Dans ton bureau… Votre Altesse… il y a quelqu’un qui se plaint… qu’il ne peut pas accepter l’emprisonnement… de ma sœur… », dit George entre deux respirations sifflantes avant de finalement s’abandonner à une quinte de toux.

Sykes lui frotta le dos pendant qu’il l’avait.

« Oh, encore ça ? », soupira Elliott.

Depuis un petit moment, un certain nombre de nobles et de courtisans qui voulaient se plaindre, mais manquaient de raison étaient venus crier sur Elliott au sujet de la condamnation de Rachel.

« Très bien. Je vais aller leur parler personnellement. Allons-y. »

Au moment où Elliott se préparait à se rendre au bureau, George s’éclaircit la gorge.

« Les dames responsables de l’éducation de ma sœur, menées par la duchesse Somerset, ont forcé l’entrée du bureau comme une meute de bulldogs. Elles n’arrêtaient pas de m’aboyer dessus avec ces voix stridentes, et je ne savais pas quoi faire ! »

Elliott s’arrêta et fit un tour complet. Il tapa dans le dos de Sykes et de George et il déclara : « Bon, et si on allait faire une longue balade pour changer d’air ? »

« Huh ?! Hum, et les dames qui sont venues se plaindre ? », demanda George.

« On y va maintenant ?! Le soleil est sur le point de se coucher ! », interrogea Sykes.

« Qu’est-ce que ça peut me faire ? Oublions nos soucis et allons-y ! Ne t’inquiète pas. Une fois le soleil couché, nous pourrons passer la nuit à la villa royale en dehors de la ville ! », s’exclama Elliot avec enthousiasme.

Elliott entraîna ses deux associés dans une chevauchée à travers la campagne, sous un soleil rougeoyant.

« Votre Altesse, si nous fuyons, elles reviendront juste plus tard », l’avertit George.

« Je ne fuis pas ! Je me trouve simplement, par pur hasard, par une véritable coïncidence, obligé de faire un tour et de ne penser à rien ! »

***

Chapitre 10 : Les talents artistiques de la jeune demoiselle se révèlent

Le clair de lune brillait à travers l’obscurité, projetant une étroite silhouette de la fenêtre sur le sol. Elle semblait assez lumineuse pour qu’on puisse y lire, mais juste à côté, il faisait si sombre qu’on ne pouvait pas dire si quelque chose était là.

Dans l’espace silencieux à côté de ce bassin de lumière, Rachel, qui s’était enfoncée dans les coussins, remua puis s’assit.

« Ungh… Peut-être que j’ai trop dormi pendant la journée ? »

Son esprit était trop alerte maintenant pour s’endormir. Personne n’était là pour la réprimander, alors elle finissait toujours par faire la sieste plus qu’elle ne le devait. Peut-être était-elle un peu trop heureuse de vivre seule.

Renonçant à dormir, Rachel s’était levée. La lune était tout juste visible à travers la fenêtre grillagée.

« Quelle belle lune ! Est-ce qu’elle est pleine ce soir ? »

Alors qu’elle fixait le cercle blanc brillant dans le ciel, Rachel pensa à une meilleure idée que de se mettre à nouveau sous les couvertures. Elle empila et arrangea certaines des boîtes en bois pour former un escalier sous la fenêtre.

« Nous y voilà. »

Tirant de ses bagages une mallette à l’aspect onéreux, elle commença à monter les boîtes en bois. Elle s’était assise en haut et approcha son visage de la fenêtre pour profiter de la brise nocturne.

« Il y a quelque chose de sentimental à chanter la sérénade sous la lune. »

Rachel sortit son instrument de son étui, essuya l’embouchure et le porta à ses lèvres avec une expression rêveuse sur le visage.

Un air enjoué fut joué sous un ciel étoilé.

*****

Elliott ne portait qu’une chemise de nuit par-dessus son pyjama. La saleté de ses pantoufles indiquait clairement qu’il s’était précipité directement de sa chambre au donjon.

Fixant Rachel avec toute l’irritation dont il était capable, Elliott demanda : « Rachel, y a-t-il quelque chose que tu voudrais me dire ? »

De l’autre côté des barreaux, Rachel, toujours munie de son instrument, tenait le devant de sa chemise de nuit fermé en jetant un regard timide au prince.

« Votre Altesse, se faufiler ainsi dans la chambre d’une jeune fille, tard dans la nuit… C’est indigne de toi. »

Le silence s’installa entre eux. Puis Elliott frappa les barreaux de fer de son pied glissant.

« Ce n’est pas ça ! Il y a quelque chose que tu devrais dire ! Quelque chose d’autre ! Comme, “Je suis désolé de t’avoir dérangé !”. Ne va pas jouer du cor au milieu de la nuit ! »

« Votre Altesse… c’est une trompette. Je sais que ce sont tous les deux des instruments en cuivre, mais un cor est différent. »

« Je le sais ! Je m’en fiche, ok ? ! Donc tu me dis que la raison pour laquelle tu as fait un tel vacarme au milieu de la nuit est que tu as vu la lune et que tu es devenu tout sentimental ?! », rétorqua Elliott.

« Oui. »

« Et tu as choisi de jouer Sing, Sing, Sing et Little Brown Jug ?! Quel genre de sentiment est-ce là ?! »

« Oh, mon Dieu, tu es plus cultivé que je ne l’aurais cru, Votre Altesse. »

« Ne te moque pas de moi ! Maintenant, laisse-moi être clair. Si tu recommences, je ferai venir les chevaliers pour faire de ta pauvre peau une pelote à épingles ! »

« Allons donc. Pour les apparences, tu devrais me menacer de le faire toi-même. »

Après qu’Elliott soit parti en colère, Rachel sourit, satisfaite d’elle-même. Elle remit la trompette dans son étui.

« Je donnais une chance sur deux que le son l’atteigne, mais le vent était de mon côté, alors ça valait le coup d’essayer. »

Tapotant légèrement les coussins de son canapé qui auraient pu ruiner un sage, elle s’allongea avec un air de satisfaction sur le visage.

« Aah… Je pense que je vais pouvoir bien dormir ce soir grâce à ce splendide spectacle de Son Altesse hurlant d’impuissance. »

*****

Alors qu’elle fixait le mur après le petit-déjeuner, Rachel s’était soudain souvenue qu’elle avait apporté de la peinture avec elle.

« Oh, c’est vrai. Je voulais faire quelque chose pour ces murs lugubres. »

En raison de sa performance de la veille, Rachel était d’humeur artistique. Elle se mit immédiatement à la recherche de la boîte contenant le matériel de peinture. Elle posa sur le sol une partie du papier journal qui avait servi à l’emballage et ouvrit un pot de peinture bien secoué. Elle peignit une couche de base blanche sur le mur de pierre, puis pencha la tête pour réfléchir.

« Hmm… Ce serait du gaspillage de peindre quelque chose comme du papier peint. »

Au début, Rachel avait l’intention de peindre l’ensemble en vert menthe poivrée, une couleur qu’elle affectionnait, puis d’ajouter des petites fleurs détaillées un peu partout, mais en regardant le mur vierge devant elle, elle sentit qu’elle manquerait une opportunité.

« Ok, il est temps de me mettre au défi de peindre un chef-d’œuvre ! »

L’inspiration avait frappé. Si elle ne pouvait pas aller dehors, alors peut-être qu’un paysage pittoresque conviendrait.

*****

Elliot appuyait son coude sur son bureau en regardant fixement une pile de papiers quand George demanda avec hésitation : « Quelque chose ne va pas, Votre Altesse ? N’as-tu pas dormi ? Il y a des poches sous tes yeux. »

« Oui… »

Elliott avait suspendu sa tête, posant son front sur le dos de sa main. Son visage avait l’air plutôt hagard.

« Maudite soit cette Rachel ! J’avais sa maudite mélodie dans la tête et je n’ai pas pu fermer l’œil. »

« Euh, quoi ? », demanda George.

« Non, peu importe… »

Elliott réussit tant bien que mal à se redresser au moment où Sykes entra et frappa.

« Sykes… Tu frappes avant d’entrer. »

« Oh, d’accord. »

Sykes était sur le point de partir pour pouvoir recommencer correctement, mais un Elliott irrité l’arrêta.

« Pratique tes bonnes manières à la maison ! Tu es venu ici pour une raison, non ?! »

« C’est vrai. Eh bien, tu vois, nous avons reçu des plaintes concernant une odeur bizarre provenant du donjon. »

Elliott et George se regardèrent.

« Ne me dis pas que ta sœur est déjà un cadavre en décomposition ? », dit Elliott avec surprise.

« Ce n’est qu’un vœu pieux, Votre Altesse. Tu l’as rencontrée hier soir, non ? Elle n’aurait pas commencé à puer juste une demi-journée plus tard. », répondit George.

« Oh, non, ce n’est pas ce genre d’odeur de pourriture. C’est plutôt une odeur âcre intense, ont-ils dit », expliqua Sykes.

Elliott ne put que rester bouche bée, confus.

*****

Quand ils arrivèrent tous les trois au donjon, leurs mâchoires s’étaient décrochées.

« T-Toi… Qu-Qu’est-ce que c’est ? », bégaya Elliott.

Les murs avaient été transformés. Ce qui n’était qu’un simple mur de pierre jusqu’à hier était maintenant une prairie fleurie et un magnifique ravin avec des pics blancs en arrière-plan, couverts de neige perpétuelle. L’utilisation de la perspective à un point et l’ombrage donnaient au paysage un aspect tridimensionnel et photoréaliste qui les faisait tous saliver.

Et pourtant…

« C’est censé être un donjon », murmura Elliott.

À quoi sert une telle peinture ici ?

La puanteur inhabituelle du donjon était celle de la peinture. Rachel avait peint toute la journée, et son odeur chimique avait rempli tout le sous-sol.

« Bordel, ça pue ici. L’odeur ne te dérange pas ? », demanda Sykes.

Rachel, qui mettait la touche finale à son champ de fleurs, se retourna et retira son masque.

« C’était vraiment quelque chose au début, mais après avoir travaillé pendant une demi-journée, vos sens s’habituent et vous ne le remarquez même pas. »

« N’en as-tu pas eu marre tout de suite ? »

« Une fois que j’ai commencé, je ne m’en suis plus souciée. »

Ayant terminé son travail, Rachel recula le plus possible pour bien voir le résultat.

« Attendez… »

« Quoi ? », demanda Sykes.

En penchant la tête sur le côté, elle se demandait : « N’y avait-il pas un tableau comme celui-ci dans ma chambre ? »

« Remarque ça plus tôt ! »

Alors que George regardait Rachel et Sykes se chamailler à travers les barres de fer, il se rendit compte que l’autre personne dans la pièce était terriblement silencieuse.

« Huh ? Votre Altesse ? », poussa George.

Quand il se tourna pour regarder, que vit George ?

« Votre Altesse ?! »

Elliott s’effondra sur le dos, dans un état de stupeur.

« Votre Altesse !!! »

George et Sykes s’étaient empressés de l’aider à se mettre en position assise, mais les yeux d’Elliott étaient complètement retournés dans sa tête.

« La privation de sommeil suivie de cette puanteur a dû l’atteindre », remarqua Sykes.

« On s’en fout de ce qui a fait ça ! Dépêche-toi de le faire sortir ! », cria George.

Alors que les hommes s’empressèrent de sortir de la pièce, Rachel conclut : « J’ai réussi à embêter Son Altesse, alors je suppose que ça fera l’affaire. »

***

Chapitre 11 : La jeune demoiselle vole son dîner

Alors que le prince Elliott marchait dans le couloir, il remarqua un jeune homme qui traversait les arbres des jardins arrière en direction de la porte intérieure. Il y avait un certain nombre d’hommes, mais celui-ci n’était pas habillé comme les autres courtisans.

« Hé, n’est-il pas étrange ? Il ne ressemble pas à l’un des serviteurs du palais. », demanda Elliott.

Sykes regarda l’homme, qui était presque à la porte intérieure maintenant.

« On dirait un employé d’un des restaurants du centre-ville », suggéra Sykes.

« Que ferait quelqu’un de cet acabit au château ? », demanda George avec exaspération

Il y avait quelque chose dans l’étrange suggestion de Sykes qui faisait qu’Elliott ne pouvait s’empêcher de rire.

« Qu’est-ce que c’est ? Il y a quelque chose qui cloche avec ce… Ah ?! »

Elliott réfléchit un moment… puis il partit en courant en réalisant ce que c’était.

« On va au donjon ! », cria Elliott derrière lui.

« Huh ? Qu’est-ce qui ne va pas, Votre Altesse ?! »

George et Sykes s’étaient empressés de le suivre.

Elliott désigna la porte en fer qui était maintenant en vue devant eux.

« Pensez à la direction d’où il est venu ! Rachel doit être impliquée dans cette affaire ! »

« Ah ! », s’exclama Sykes.

*****

Quand ils étaient arrivés tous les trois, essoufflés, au donjon, leurs mâchoires touchèrent le sol.

« Vous pouvez regarder tout ce que vous voulez, mais je ne vous en donne pas… », insista Rachel.

Elle était assise devant une assiette fumante, couteau et fourchette en main. Le plat était manifestement bien trop avancé pour qu’elle l’ait fait toute seule dans le donjon. L’arôme délicieux de la nourriture fraîchement cuite flottait dans la pièce.

« T-Toi ! Qu’est-ce que c’est ?! », demanda le prince d’une voix aiguë.

Rachel baissa les yeux sur la table.

« Qu’est-ce que c’est ? Votre Altesse, je suis sûre que tu as dû manger toutes ces choses toi-même. Tourte aux rognons, pigeonneaux frits aux herbes, potage au potiron et gelée de menthe. C’est un menu très commun. »

« Je ne demandais pas le menu ! Que fais-tu avec de la nourriture préparée à l’extérieur ?! »

Rachel, qui avait ignoré Elliott, commençait à manger, avala une bouchée de pigeonneau avant de demander : « Y a-t-il un problème ? »

« Bien sûr qu’il y a un problème ! J’ai dit que je ne te donnerais pas de nourriture ! »

« Oh, oui. Serait-ce le moment où tes jambes ont lâché et où le Seigneur Sykes a dû pousser ton pauvre cul hors d’ici ? »

« Urgh… »

S’essuyant dignement la bouche avec une serviette, Rachel inclina son verre de vin et en prit une gorgée.

« C’est vrai. Tu m’as dit que tu ne me donnerais pas de nourriture, et que je pouvais y aller et mourir de faim, oui. »

« Oui ! », se réjouit Elliott.

« Mais tu ne m’en as pas donné, hein ? »

« Huh ? »

Rachel prit son couteau et commença à couper la tarte en tranches.

« On m’a informée que je ne recevrais pas de nourriture en prison, mais tu n’as jamais dit que je n’aurais pas le droit de commander des repas de ma propre poche. »

« Qu… ? ! Ne sois pas ridicule ! Je n’ai jamais entendu parler d’un prisonnier commandant de la nourriture de l’extérieur avant ! »

« Dis-moi, quel article de quelle loi interdit à un prisonnier de commander de la nourriture ? Quel article, et quelle clause ? »

« J-Je ne sais pas ! Mais c’est du bon sens ! »

« Tu as rompu un engagement entériné par le roi en t’appuyant sur des preuves bancales. Es-tu vraiment du genre à parler de bon sens, Votre Altesse ? »

Elliott était sans voix.

« Mais au fait, quel est le genre de bon sens consistant à emprisonner une personne sans lui donner à manger ? »

« Urgh. Veux-tu que je te fasse accuser de lèse-majesté et exécuter pour ces déclarations ? »

« Il faudrait d’abord me traîner hors d’ici jusqu’au lieu d’exécution pour ça, non ? »

« Urgh… »

Rachel continua à déguster élégamment son déjeuner tandis que le prince gémissait, incapable de rassembler une autre réponse.

*****

« Grr, il m’a interdit de commander plus de nourriture. »

Le prince avait donné l’ordre au gardien de la prison de ne laisser passer aucun travailleur. Les livreurs devaient être refoulés à la porte.

En tant que personne qui aimait chercher les failles dans la loi, le fait qu’il ait changé les règles pour elle lui semblait injuste, mais… Eh bien, ce qui est fait est fait.

« Son Altesse est aussi idiote que jamais. Et mon stupide frère aussi. On aurait pu penser que s’il allait m’interdire de commander de la nourriture, il m’aurait d’abord fait cracher les détails sur la façon dont je contactais l’extérieur. »

Ce serait la logique normale. Mais Elliott ne pouvait pas en arriver là. Pourtant…

« Un repas fraîchement cuisiné ne peut pas être battu. J’aimerais avoir de la viande fraîche à nouveau », dit Rachel tout en repensant au repas qu’elle venait de se faire livrer.

« Oh, ça ne va pas le faire. Je ne peux pas revenir aux conserves sans avoir quelque chose pour combler le vide. »

Elle n’était pas en position d’exiger de tel luxe, mais l’impact d’un repas frais avait été grand. Elle voulait en avoir un peu plus.

Soudainement, elle eut un éclair d’inspiration.

« Oh, je sais. L’un des principes de base de la vie tranquille est de vivre de la terre. Non ? »

Rachel regarda vers l’étroite fenêtre à barreaux qui laissait entrer l’air frais.

*****

Dans les jardins arrière, qui n’étaient pas très bien entretenus, un homme âgé vêtu d’une tenue luxueuse se promenait. À côté de lui se trouvait un homme plus jeune qui semblait avoir la trentaine ou le début de la quarantaine.

« Pourtant, je ne sais pas quoi faire avec Elliott. Penser qu’il pourrait causer un incident comme celui-ci alors que Leurs Majestés sont absentes pour une longue période. », dit l’homme âgé.

« Bien que vous ayez été chargé de vous occuper du palais, vous devez demander la permission avant d’agir sur un incident causé par le prince lui-même », répondit le plus jeune homme.

Le grand-duc Vivaldi, conseiller royal et oncle du roi, et le marquis August, Premier ministre, se consultaient sur des sujets d’actualité. En fait, ils ne faisaient que se plaindre l’un à l’autre dans un endroit isolé.

Le Premier ministre August regarda autour de lui.

« Tout de même, Votre Grâce, vous avez choisi un endroit inhabituel pour notre promenade. »

Les jardins arrière n’avaient pas été entretenus et, bien qu’ils soient spacieux, ce n’était pas le genre de jardins soigneusement sculptés que les nobles aimaient voir.

Le grand-duc, gras et bon vivant, baissa la tête et sourit comme s’il avait été pris en flagrant délit de malice.

« Ha ha ha ha. Cet endroit a ses propres charmes, différents de ceux d’un jardin plus soigné. »

Le grand-duc écarta l’herbe longue de ses mains, regardant tranquillement au loin.

« Regardez, monsieur le Premier ministre. Étant plus proche de la nature que les jardins de devant, cet endroit attire beaucoup plus d’oiseaux sauvages. Regardez, mon favori récent est ce canard qui vient de se poser près de l’étang. »

Le Premier ministre, qui était également caché dans l’herbe, était impressionné.

« Oh-ho ! Il est assez grand, n’est-ce pas ? Et il a un beau plumage. »

« Oui. Je l’appelle Enrique, et c’est la chose la plus chère à mes yeux. »

Mais au moment où le grand-duc commença à parler de son oiseau préféré…

Thock !

« Squaaaaaawk ! »

« Qu’est-ce que c’était ?! »

Alors que les deux hommes l’observaient, Enrique remarqua manifestement quelque chose et essaya de s’envoler, mais il laissa échapper un grand cri et tomba au sol. Et tandis que les oiseaux s’envolaient dans la panique la plus totale, les hommes se précipitèrent sur le bord de l’étang pour voir…

Glisse

Glisse

Enrique s’agitait, agonisant, alors qu’il se déplaçait lentement dans une direction qu’il n’aurait pas pu prendre par lui-même. En y regardant de plus près, Enrique s’était pris une flèche barbelée dans la poitrine, et quelqu’un le remontait à l’aide d’une fine corde attachée au bout de celle-ci.

Le grand-duc et le Premier ministre suivirent la longue corde et atteignirent le mur décrépit d’un bâtiment voisin. Il y avait une longue fente difficile à voir, à environ dix centimètres du sol, et ils y arrivèrent au moment où Enrique était tiré à l’intérieur. Aucun des deux n’avait dit un mot.

Et alors qu’ils se regardaient en silence, la voix jubilatoire d’une jeune femme heureuse était sortie du trou.

« Wôw, j’ai fait une sacrée prise ! Superbe ! Vraiment super ! Ça va franchement être quelque chose de génial à manger ! »

Ayant plus ou moins deviné qui elle était à sa voix, le Premier ministre s’accroupit et demanda : « Excusez-moi, si vous le voulez bien, pourriez-vous nous dire ce que vous faites exactement ? »

« Qui ? Moi ? »

La jeune fille hésita un instant, puis s’expliqua.

*****

Tandis qu’Elliott et ses associés marchaient dans le hall, son grand-oncle arriva en courant, braillant comme un enfant. Le Premier ministre le suivait de près, essayant de le consoler.

« Hm ? »

Elliott s’arrêta pour regarder, incertain de ce dont il était témoin.

Le grand-duc le remarqua et l’attrapa par les revers, toujours en train de pleurer.

« Elliott, petit malheureux ! »

« Hein ? Moi ? Qu’est-ce que j’ai fait ?! »

« C’est… C’est de ta faute… »

« Quoi ? ! Grand-oncle, qu’est-ce que, excusez-moi, qu’est-ce que j’ai fait ?! »

Il aurait été facile de se libérer de l’emprise du vieil homme malsain, mais il ne pouvait pas maltraiter le plus haut rang royal pendant que le roi et la reine étaient absents. Sykes et George ne pouvaient pas non plus poser la main sur l’oncle du roi. Ils se regardèrent donc les uns les autres comme s’ils se demandaient quoi faire.

« Urrrgh… C’est de ta faute si Enrique… Enrique est… »

« E-En — Qui ?! »

« Mlle Rachel a mangé Enrique !!! »

« Racheeeel !!! »

*****

Le temps qu’Elliott se précipite au donjon, le gardien de prison était assis à l’entrée, semblant ne pas savoir quoi faire. Il s’était rapidement levé, de la fumée s’élevant à côté de lui.

« Hé ! Qu’est-ce que ça veut dire ?! », demanda Elliott.

Le garde regarda piteusement la fumée qui s’échappait de la porte : « Eh bien… La jeune demoiselle a allumé un feu de camp. »

« Un feu de camp ?! Dans le donjon ?! »

« Elle a ajusté le niveau des flammes afin de ne pas mourir asphyxiée. »

« Je m’en fous de ça ! Allumer un feu de camp dans le donjon ? ! À quoi pense-t-elle !? », cria Elliott.

Le gardien de prison se gratta la tête.

« Elle a mis la main sur du canard frais et voulait le faire griller. »

« Qu’elle soit maudite ! »

Quand Elliott atteignit les barreaux de la cellule, il put voir la fumée s’accumuler près du plafond, s’échappant par la porte qui menait aux escaliers, ce n’était donc pas vraiment si enfumé dans le sous-sol lui-même. À l’intérieur de la cellule, le sol en carreaux de pierre avait fait sa réapparition, et Rachel y avait allumé un petit feu de camp en cassant quelques boîtes vides pour s’en servir comme bois de chauffage. Il y avait une plaque de fer au-dessus du feu et de la viande grésillant dessus. Sykes, qui ne pouvait pas lire la situation, reniflait l’air avec avidité.

Ignorant les nombreuses choses qu’il aurait aimé crier, Elliott pointa un doigt vers Rachel, qui retournait la viande d’un air sérieux, et dit : « Rachel ! Pas de feux de camp, et pas de barbecues dans le donjon ! »

Sans même le regarder, Rachel répondit brièvement : « Il n’y a pas de règle de ce genre. »

« Parce que c’est évident ! Dans quel monde quelqu’un ferait-il un feu de camp dans un donjon ?! » cria Elliott tout en tapant du pied avec colère.

Trouvant un moment pour détourner le regard de la viande, Rachel le regarda et dit : « Eh bien. Tu dois évaluer ces choses au cas par cas. Puis-je suggérer que toute personne affamée et privée de nourriture ferait de même ? »

« Je n’ai jamais entendu dire que cela se produisait quelque part. »

« Eh bien, il est rare que quelqu’un ait un arc et des flèches dans une prison. »

« En d’autres termes, il n’y a que toi ! Il n’y a que toi pour faire une chose pareille ! »

Avec un regard de grand mécontentement, Elliott baissa sa voix et dit : « Je suis amené à croire que tu as dit à mon grand-oncle que je ne t’ai pas nourri. »

« Oui, je crois bien que je l’ai fait », répondit Rachel tout en mettant joyeusement un morceau de viande de canard salée dans sa bouche.

En la pointant du doigt, Elliott déclara : « Si je te donne à manger, tu vas donc arrêter ces bêtises ! »

C’est la plus grande concession que je puisse faire !

Elliott était furieux de ne pas pouvoir faire plier cette méchante femme à sa volonté, pas même le moins du monde. Mais après tous les cris hystériques de son grand-oncle, il décida qu’il allait devoir briser le siège pour éviter que cela ne se reproduise, même si cela le faisait souffrir.

Maudite sois-tu, Rachel. Tu peux dire ce que tu veux pour le moment. Mais quand papa reviendra, je t’inculperai pour tous tes crimes, y compris le radotage égoïste que tu viens de cracher.

Elliott commençait à penser qu’il serait d’accord pour que Rachel soit exécutée à ce stade. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle n’était pas encore sérieuse.

Au début, Elliott voulait simplement forcer Rachel à se soumettre à lui, mais lorsqu’elle commença à faire ce qu’elle voulait, tous les dégâts finirent par être de son côté, sur son bien-être mental en particulier.

Je vais devoir me contenter de l’isoler pour le moment. Si ça lui permet de rester tranquille, un peu de vieux pain est un petit prix à payer.

Le prince Elliott avait fait une proposition généreuse, même si elle l’irritait. Mais après avoir terminé son délicieux repas, Rachel, qui ne se souciait pas de ce qu’il ressentait, s’était tournée vers lui et dit : « De la nourriture de ta part, Votre Altesse ? Comme je n’ai aucun moyen de savoir ce que tu pourrais y mettre, je n’en aurai pas besoin. »

***

Partie 3 : Devenons proactives

Chapitre 12 : La jeune demoiselle soudoie le gardien de prison

Toute cette lecture lui faisant mal aux épaules, Rachel essaya alors de changer les choses en ajoutant la broderie pendant la journée. Après avoir cousu sans réfléchir sur un mouchoir pendant un moment, elle posa son aiguille pour voir comment son travail avançait.

En regardant les fleurs faites uniquement à partir de contours, Rachel murmura : « Hmm… Tout est un peu trop calme. »

Mais elle ne parlait pas de sa broderie. Rachel avait appris la fin imminente de ses fiançailles il y a un mois, à peu près au moment où le prince commença à comploter. Elle avait alors choisi de ne pas arrêter tous leurs préparatifs parce que cela semblait… plus « amusant ». Elle voulait aussi voir ce que ce prince stupide et ses laquais étaient capables de faire. De plus, si elle était en prison, elle pouvait sauter ses leçons, et ce jusqu’à ce que le roi exige l’annulation des fiançailles. Il y avait aussi une certaine excitation à l’idée que quelque chose auquel elle n’avait pas pensé puisse causer des problèmes inattendus.

Pour toutes ces raisons, Rachel était rentrée dans le jeu de la conspiration du prince, mais Elliott était encore plus superficiel qu’elle ne l’avait pensé. Cela faisait déjà une semaine, et il n’avait rien trouvé d’autre que d’essayer de l’affamer. Elle avait espéré qu’il essaierait des méthodes bien plus sournoises pour l’atteindre afin qu’elle puisse les lui faire exploser au visage.

« Si cela devait se passer d’une telle façon, alors je le laisse me faire honte pour rien. Comme c’est ennuyeux. »

Rachel, qui avait regardé dans le vide pendant un moment, prit une autre gorgée de sa boisson déjà froide. Le parfum persistant des feuilles de thé de grande qualité lui chatouilla les narines. Puis elle sourit.

« Oui, je crois que je vois le problème. Peut-être que toute cette attente passive ne me ressemble pas. J’avais pensé que le prince serait celui qui ferait les démarches, mais… oui, je pense que je vais me battre contre lui moi-même. »

*****

Les évasions ayant souvent lieu tard dans la nuit, le garde devait donc aussi patrouiller à ce moment-là.

« Il n’y a plus qu’une seule jeune femme dans le donjon du palais, et je ne la vois pas s’évader… », pensa le garde. Mais un travail est un travail.

Les pas du garde résonnaient alors qu’il descendait l’escalier menant au donjon. Et alors qu’il atteignit la cellule, il trouva la jeune femme assise sur le sol, les lumières baissées. Elle semblait être réveillée malgré l’heure tardive. Elle était appuyée contre un coussin et regardait par la petite fenêtre.

« Que faites-vous ? », demanda le garde par simple curiosité.

Son beau visage, illuminé par la lumière de la lune, se tourna pour lui faire face.

« Oh, Monsieur le Garde. C’est une belle nuit, non ? La lune vient juste de sortir… et je la contemplais. »

Elle renversa alors le verre à liqueur qu’elle tenait dans ses doigts.

Détectant une odeur familière, le garde la regarda avec méfiance.

« Oh, allons donc. Une jeune femme comme vous boit donc du whisky ? »

Le whisky est une boisson forte. Et comme elle le buvait dans un verre à liqueur, celui-ci devait être probablement pur. Si elle était un homme, cela se comprendrait. Il y en avait parmi la noblesse qui avaient un goût pour ça. Cependant, c’était généralement une boisson de la classe ouvrière, pas de la haute société.

« Oh, vous pouvez le dire juste à l’odeur ? Vous devez être un amateur. Voulez-vous vous joindre à moi pour un verre ? »

« Vous êtes déjà ivre. Attendez, quoi !? »

En voyant la façon dont Rachel lui tendait jovialement la bouteille, le garde réagit avec consternation… puis avec stupeur.

« Attendez ! C’est une bouteille de St Valentin de 30 ans d’âge, non ? »

« Eh bien, vous vous y connaissez », dit Rachel avec admiration.

« C’est une sacrée boisson que vous avez là. Elle coûte plus de deux mois de mon salaire. »

« J’ai simplement pris une bouteille scellée dans la cave de mon père. Ce n’est pas grand-chose. Tenez, prenez un verre. »

« Non, dans ma position, je ne peux pas. Mais c’est un Saint Valentin de trente ans d’âge… », dit le garde en hésitant.

« J’ai aussi des amuse-gueules pour l’accompagner. »

Elle lui proposa un plateau avec des tranches de corned beef, du beurre aux raisins, des cornichons, du fromage fumé et des crackers avec du pâté de foie.

« Allez-y, buvez-en. »

« Oh, c’est donc ça un whisky de trente ans d’âge ! »

Rachel l’avait mené exactement là où elle le voulait. Y avait-il un garde vivant qui pouvait dire non à un tel objet légendaire ? Non, il n’y en avait pas.

Lorsque le garda céda et vida tout le verre, Rachel tendit la bouteille brune vers lui.

« Vous l’avez bu comme un champion. Maintenant, continuez avec trois autres. »

Au moment même où le garde regrettait d’avoir si vite englouti une boisson aussi exquise, Rachel lui versa un autre verre du liquide ambré parfumé. Il en but un deuxième, un troisième et un quatrième verre. Et une fois qu’il s’était habitué à la boisson, Rachel lui proposa une autre bouteille. Ayant oublié à présent ses devoirs, le garde n’avait même pas remarqué que Rachel avait cessé de boire elle-même.

« Le whisky doit vraiment être pur. La note finale est tout simplement imbattable. », remarqua Rachel.

« Vous l’avez donc aussi sentie ?! Cet arôme à l’arrière du passage nasal est le meilleur ! Vous connaissez vraiment vos boissons, jeune fille ! »

« Oh, infiniment moins que vous, Mr. Le Garde. Voulez-vous un chocolat ? »

« Ooh ! Merci ! »

Le gardien de prison était maintenant complètement intoxiqué, et il avait baissé sa garde. Alors qu’il était plein d’alcools fins et qu’il s’amusait, Rachel commença à lui parler gentiment. Elle lui donna même une bouteille non ouverte afin qu’il l’emporte chez lui.

« Ouf, maintenant qu’on parle, c’est assez facile de s’entendre avec vous ! », s’était exclamé le garde.

« Hee hee, j’aime bien penser que je suis doué avec les gens, même si je n’en ai pas l’air. Mais le Prince Elliott est toujours en train de parler de lui-même. Ce n’est pas que nous n’avions rien à nous dire, c’est qu’il était impossible d’avoir une conversation avec lui. C’est exaspérant. »

« Oh, je comprends ça. Je comprends vraiment. Je veux dire, regardez ce type. C’est clairement un idiot. »

« Ouais, vous n’avez rien fait de mal ! », dis le garde en hoquetant.

Le plaisir qu’ils eurent à boire ensemble écrasa toute suspicion que le garde aurait pu avoir. Il ne s’était pas rendu compte qu’elle était en train de l’embobiner habilement, et si bien que tout ce que Rachel lui disait alla directement à son cerveau. Au moment où ils s’étaient séparés, il était convaincu que le prince était un crétin maléfique, tandis que Rachel était pitoyable et bonne.

« Il se fait tard. Attention aux marches sur le chemin du retour. Nous ne voudrions pas que tu fasses tomber cette bouteille. », dit Rachel en bâillant.

« Oui, je vais faire ça ! Oh, c’est vrai ! Je vais faire en sorte qu’il soit facile pour vous d’entrer en contact avec le monde extérieur, alors si vous avez d’autres choses de ce genre à partager, faites-le-moi savoir, vous voulez bien ? »

« Bien sûr. Si j’ai la liberté de rencontrer des gens et d’envoyer des lettres, je pense que je pourrai obtenir de plus en plus de friandises pour nous deux. »

« Ça ressemble à un plan. OK, je vais trouver une solution. »

« S’il te plaît, fais-le. »

*****

Une fois que le garde eut fini de monter les marches en titubant tout en tenant fermement son précieux cadeau, une silhouette ombrageuse se leva dans un coin sans lumière de la prison.

« Jeune maîtresse, vous n’avez pas besoin de faire appel à un petit fonctionnaire comme lui pour vous aider. Nous pouvons vous apporter presque tout ce dont vous avez besoin… »

Rachel, qui arrangeait ses coussins avant d’aller se coucher, grimaça.

« C’est la même chose qu’avec les gardes de la porte. Il est important que les courtisans me soutiennent plutôt que le prince. Pour mon plan, en particulier, j’aurai besoin de leur sympathie et de leur coopération afin de pouvoir me moquer du prince Elliott en face. »

« Oui, madame. Il semblerait que j’ai parlé à tort et à travers. En ce qui concerne le manoir, nous allons faire les préparatifs dont nous avons discuté l’autre jour. »

« J’attends cela avec impatience. »

Alors que la silhouette dans l’ombre disparaissait une fois de plus dans l’obscurité, Rachel tira les couvertures sur elle et éteignit les lumières.

***

Chapitre 13 : La jeune demoiselle tue le temps

Rachel regarda à travers les barreaux le ciel dégagé.

« C’est une belle journée. Les alouettes volent si haut. »

Rachel avait parfois envie de la liberté qu’elle avait connue avant d’être envoyée en prison.

« Mais ce n’est pas comme si je pouvais aller dehors… »

En fait il était plus question ici de ne pas vouloir que de ne pas pouvoir.

Soudainement, Rachel s’était dit qu’il serait amusant de lancer des avions en papier. Oh, si seulement ils pouvaient voler dans le ciel à sa place. Elle se mit à chercher et trouva du papier brouillon avec des notes dessus dont elle n’avait plus besoin.

« Je pourrais faire plus d’avion en papier que je ne l’aurais pensé. »

La forme et les plis pouvaient entièrement changer la façon dont ils volaient. Ceux qu’elle avait essayé de faire avec style ne volaient pas très loin, mais comme le papier qu’elle utilisait était fin, le vent les ramassait parfois et les emportait de l’autre côté du mur. Elle s’était alors mise à essayer différentes méthodes de pliage pour fabriquer une variété d’avions en papier. Les morceaux de papier blanc volaient dans tous les sens, et certains, qui avaient déjà touché le sol, attrapaient un coup de vent et s’envolaient à nouveau.

Les inventions de Rachel continuèrent à s’envoler dans le ciel depuis sa petite fenêtre jusqu’à ce qu’elle ait utilisé tout le papier.

*****

Le Prince Elliott regardait le ciel lorsqu’il aperçut des déchets en papier dansant à basse altitude. Ce n’était rien pour un homme de sa stature, mais les différentes formes qui passaient les unes après les autres avaient attiré son attention. Il y avait de tout, de vrais avions en papier aux simples tubes de papier. Il était clair que quelqu’un devait les fabriquer.

Lorsqu’Elliott en ramassa un qui s’était posé à proximité, il réalisa qu’il y avait quelque chose d’écrit dessus.

« Hm ? »

En l’ouvrant, il vit une note soignée, mais écrite à la hâte qui disait :

« Scoop : les cheveux longs du prince servent à cacher sa calvitie ?! »

Elliott laissa tomber la note sur le sol. Puis, avant qu’il ne puisse reprendre le vent, il la ramassa à la hâte.

« Qu’est-ce que c’est ?! », s’exclama-t-il en se précipitant pour ramasser les autres papiers.

« La guerre de dix ans du Prince Joli Garçon contre la dermatophytose : son combat sans espoir contre les champignons de pieds. »

«  De sa chambre personnelle au bordel de la ville : la vie intime du prince débauchée. »

« Le palais en émoi ! Des notes nulles dans toutes les matières ! Les ministres restent bouche bée devant l’incapacité du prince à étudier ! »

Elliott se sentit défaillir rien qu’en les lisant, mais lorsque le vent essaya de les lui arracher des mains, ce dernier s’empressa d’ajuster sa prise sur la pile de papiers.

« C’est quoi tous ces ragots inventés ?! Ne me dites pas que ça vole partout ! »

Il regarda autour de lui et vit un avion ici, et un autre là.

« Oh, pour l’amour de Dieu ! »

Pour couronner le tout, de l’autre côté du mur, il entendit les enfants de la ville du château chanter une chanson qu’il n’avait jamais entendue auparavant.

« Un jour, notre prince est monté sur un cheval.

Il fit un pas, le pied du prince glissa.

À son deuxième pas, le prince tomba.

Il ne sait plus du tout contrôler son cheval.

Oh, notre prince, il ne sait plus comment manier les chevaux.

Car la tête du pauvre Ellie ne contenait plus de cerveau ! »

*****

Les pas d’Elliott résonnaient dans la prison alors qu’il dévalait les escaliers.

« Racheeeeeel ?! »

Tenant une lance, ce dernier la poussa à travers les barreaux dans la cellule.

« Toiiiiii ! Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! Te tuer vraiment ! »

Après qu’il poussa son arme plusieurs fois, Rachel, qui était allongée sur ses coussins au fond de la prison et qui lisait un livre, jeta un regard dans sa direction.

« Votre Altesse, les lances de joute sont puissantes, mais pas très longues. Ne pourrais-tu pas t’en rendre compte sans qu’une femme te l’explique ? »

« Aie au moins un peu peur, impudente ! », s’écria Elliott.

« Ton seul atout est ton joli visage, alors je pense que tu devrais faire attention à la façon dont tu parles. C’est inconvenant de ta part. »

« Y a-t-il quelque chose de plus inconvenant que ce que tu viens de faire ?! »

Elliott jeta les papiers qu’il avait rassemblés contre les barres de fer.

« Qu’est-ce que c’est ? ! Tu répands des mensonges calomnieux sur moi ! Je ne m’attendais pas à ce que tu essaies de salir mon nom de la sorte, sale menteuse ! »

« C’est amusant d’entendre cela d’un homme qui m’a condamné sur le témoignage d’une seule personne… »

Rachel jeta un coup d’œil à la pile de mémos, puis revint vers Elliott.

« Je n’avais aucune intention particulière de te calomnier, Votre Altesse. »

« Alors qu’est-ce que c’est ?! Je veux t’entendre essayer de trouver une excuse pour diffuser ces bêtises ! »

Rachel se redressa et ferma son livre : « Où sont les calomnies contre toi ? »

« Où, me demandes-tu ? Ce sont toutes des calomnies ! »

Rachel montra du doigt l’un des morceaux de papier qui avaient atterri dans sa cellule.

« S’il te plaît, lis-le plus attentivement. Celui-ci dit seulement “le prince”, non ? Te rends-tu compte qu’il y a des centaines de princes ? Si tu as immédiatement supposé qu’il s’agissait de toi, peut-être as-tu un complexe de persécution ? Pourquoi ne pas en parler à un médecin ? »

« À ton avis, qui m’a fait subir tout ce stress ?! Les enfants de la ville chantaient une chanson extrêmement irrespectueuse sur “Ellie” ! Il y avait un vrai nom dedans ! », dit le prince en s’emportant.

« Tu penses que cette “Ellie”, c’est toi ? Ça pourrait tout aussi bien être un Ellison, ou un Ellington, ou un Ellery, n’est-ce pas ? Tu es tellement gêné, Votre Altesse. »

« Un prince ! Avec le nom Ellie ! Et dans la région ?! Je suis la seule personne qui correspond à ces critères, et tu le sais ! Ne sois pas ridicule ! »

« Tu es de plus en plus intelligent ces derniers temps… Ce n’est pas mignon. », dit Rachel en fronçant les sourcils.

« C’est quoi ce regard ? ! Tes paroles et tes actions ont déjà dépassé le stade du simple manque de respect ! »

« Il semble que je sois déjà allée trop loin, est-ce qu’un peu plus de choses pourraient ajouter à la liste des charges ? »

Elliott lança un regard noir dans la cellule : « Alors, tu l’admets ? ! Tu t’es donc bien moqué de moi ! »

Ignorant le prince chimpanzé, qui hurlait et tentait de l’intimider à l’extérieur de sa cage, Rachel ouvrit son livre.

« Je te l’ai dit, ce n’était pas mon intention. C’est vrai que j’ai fait quelques avions en papier pour tuer le temps. Mais j’ai juste utilisé du papier brouillon que j’avais sous la main. »

« Du papier brouillon ? ! Avec un tel contenu écrit dessus ?! Que peux-tu bien avoir à écrire pour laisser traîner des notes comme ça ?! »

« Il se trouve que je travaille comme rédacteur pour un éditeur clandestin. Ce sont des titres candidats pour un magazine people. »

« Quel genre de travail est-ce pour la fille d’un duc ?! »

*****

« Le prince est tellement stupide que j’en ai mal à la tête. Il ne m’a même pas fait remarquer qu’il était bizarre que je puisse travailler depuis l’intérieur d’une cellule de prison », dit Rachel en soupirant.

Le prince avait enfin réussi à lui porter un coup ! Si on pouvait appeler ça comme ça ?

Rachel grommela en sortant tous ses livres des boîtes en bois.

« Hrm… Je le savais. J’ai lu tout ce que j’ai apporté ici. »

Elle avait emporté tous les livres à l’aspect intéressant sur lesquels elle pouvait mettre la main, mais avec le temps libre excessif qu’elle avait, elle les avait lus jusqu’au dernier. Il y avait un intérêt à relire les choses, mais il était encore trop tôt pour cela.

« Et je viens aussi de finir ma broderie. »

La meilleure tenue de George, qu’elle avait apportée, sans le demander, avait maintenant un motif dynamique brodé dessus. Et tout ceci sans sa permission.

Le mantelet noir représentait une bataille entre dragon et phénix en fil d’or et d’argent. Cela irait parfaitement avec sa fausse intelligence et son image d’homme à lunettes renfrogné. Ils ne manqueraient pas de le complimenter avec des commentaires tels que « Whoa, voilà un type ivre de l’idée qu’il est omnipotent » et « Quel âge a-t-il ? Est-ce qu’il pense encore “J’ai été choisi par Dieu”, ou quelque chose comme ça ? »

« George sera sûrement populaire dans cette affaire. J’ai travaillé dur pour mon petit frère. »

Et comme il allait certainement verser des larmes de gratitude, elle devra donc demander à quelqu’un de les remettre en douce dans son placard.

Ses passe-temps étant épuisés, Rachel n’avait plus rien pour l’occuper la nuit.

« On m’a aussi interdit la musique et la chasse. »

Il serait divertissant de briser délibérément ces interdictions, mais elle en avait assez du prince en ce moment et ne voulait pas le faire se précipiter ici au milieu de la nuit.

« Honnêtement, faire du tapage dans la chambre d’une jeune femme au milieu de la nuit. Son Altesse manque de discrétion », murmura Rachel, une critique qui aurait pu être plus valable si elle n’était pas la cause directe de son comportement.

Rachel commença à chercher quelque chose à faire. Soudainement, ses yeux tombèrent sur du papier à lettres. Elle avait transformé ses chutes de papier en avion en papier, mais il lui restait encore beaucoup de papier vierge.

« Je sais… Si je n’ai pas de romans, je peux essayer d’écrire les miens. »

Elle ne s’en vanterait pas elle-même, mais Rachel était une personne créative. Elle avait même déjà écrit des livres auparavant. Bien qu’elle n’ait jamais rien écrit de long, elle avait la chance d’avoir beaucoup de temps et de matière ici.

« Hmm, mon protagoniste sera le prince Vermouth, le prince d’un petit pays. Un idiot, fidèle à ses désirs et détestant réfléchir à quelque chose de difficile. Il tombe dans des pièges et court après toutes les filles qu’il voit, toujours accompagné par son propre cheval. »

Au fur et à mesure qu’elle notait les antécédents du personnage, des idées d’histoires et de personnages secondaires surgissaient dans sa tête les unes après les autres. Le simple fait de regarder la liste des points lui donnait l’impression qu’elle avait un travail assez long sur les bras.

« Oui, j’aime ça ! Si je n’ai pas de romans, je vais devoir écrire les miens ! »

Rachel rassembla tout le papier et l’encre qu’elle avait, rapprochant la lumière et prenant la plume en main.

*****

Quelques jours plus tard, dans la nuit, une femme sortit de l’ombre devant les barreaux de la cellule. Elle appela discrètement Rachel, qui écrivait quelque chose, et dit : « Jeune maîtresse, j’ai apporté les choses que vous avez demandées parce que vous avez dit que c’était urgent, mais… à quoi pensez-vous utiliser ces choses ? »

Elle s’approcha des barreaux et glissa les objets qu’elle avait apportés à l’intérieur de la cellule. Il y avait quatre ou cinq piles de papier à lettres enveloppées dans du papier ciré brun, et deux ou trois boîtes en carton contenant chacune une douzaine de bouteilles d’encre. En tout, cela représentait quelques milliers de feuilles de papier et beaucoup d’encre. C’était plus que ce qu’un individu pouvait normalement consommer.

« J’espère que cela ne vient pas de la maison ducale ? », demanda Rachel.

« Non, je les ai achetés en ville. Peu importe à qui vous les donnez, personne ne pourra remonter jusqu’à vous. », répondit la femme en secouant la tête.

Rachel tendit à la femme une grande pile de papiers, ce qu’elle avait terminé jusqu’à présent. C’était écrit dans une écriture soignée, facile à lire, mais… eh bien, il y en avait beaucoup.

Rachel, des poches sous les yeux, sourit à sa servante pendant que la femme regardait son travail.

« Il y a bien un éditeur qui est bon pour distribuer des choses dans la clandestinité tout en gardant l’auteur secret, non ? », demanda Rachel.

« Oui, madame. J’ai quelques idées, mais pourquoi ? »

« Je veux que ce manuscrit soit diffusé dans toute la ville en même temps. Ils peuvent conserver ma part des bénéfices, alors demandez-leur de maintenir un prix bas et d’imprimer autant d’exemplaires que possible afin de les vendre dans la capitale. »

Rachel remit la fin qu’elle venait de terminer à son domestique et se frotta l’arête du nez. Il était clairement temps de finir la nuit au lit.

« Ouf. Après avoir travaillé si dur, je me sens plus épuisée que je ne l’ai été depuis longtemps. »

Sa servante, qui avait regardé son travail, pencha alors la tête sur le côté.

« Jeune Maîtresse… Pour être honnête, je ne peux pas imaginer le fait de vouloir désespérément finir ça maintenant. »

« C’est parce que tu ne comprends pas le processus de création. Lorsque l’inspiration frappe, tu dois jeter tout ce que tu as dans ton travail avant que ta passion ne refroidisse. Heh… Heh heh… Tu sais, je me suis tellement investie que j’ai fini trois volumes de La grande aventure du prince débile, et deux d’un spin-off intitulé Son Altesse est après moi. »

Il va sans dire que Rachel s’était servie de son abondante expérience personnelle pour écrire les façons dont le prince Vermouth s’était humilié, mais elle s’était dit qu’il lui suffisait d’ajouter un avertissement disant « Cette histoire est une œuvre de fiction », et tout irait bien.

Dans le spin-off, un jeune garçon innocent et stupide nommé Hanks avait pour ambition de devenir chevalier, et lorsque le prince reconnaît inopinément son talent, il s’élèvera dans le monde. Le prince bienveillant choisit Hanks pour en faire son chevalier personnel, mais il s’avérait qu’en fait, le prince avait un certain penchant et le poursuivait. De nombreuses péripéties s’ensuivirent.

De nos jours, le taux d’alphabétisation augmentait et les romans populaires faisaient l’objet de beaucoup de presses. Si c’était intéressant, ils étaient susceptibles de le lire.

« Je me suis donnée la peine de l’écrire, alors je veux vraiment que le public le lise. Je vais en écrire d’autres aussi, alors je compte sur toi, d’accord ? »

« Oui, madame ! »

Sa servante hocha la tête, mais au lieu de partir, elle continua à feuilleter le manuscrit.

« Jeune Maîtresse. »

« Oui ? »

« Deux de vos pages sont mal numérotées. De plus, dans Son Altesse, ne pensez-vous pas que le lecteur s’ennuiera dans la scène clé où Elliott s’impose à Sykes si vous lui faites faire trois fois de suite entre les répliques “Ah ?!” et “J’ai été souillé…” ? Et si je peux me risquer à donner un avis personnel, je pense que je préférerais que Sykes soit à la place un haut fonctionnaire à la volonté faible. »

« Je ne te demandais pas d’aller jusqu’à l’éditer. Mais très bien, vas-y et corrige tout ce qui te semble étrange. »

*****

M. Robinson, de la société Mouse & Rat, essuya son crâne chauve avec son mouchoir et sourit à la femme non identifiée qui était venue en disant qu’elle voulait faire publier un roman par le biais du marché noir.

« D’accord, je comprends vos conditions pour le publier. Notre entreprise publique n’a rien à voir avec l’édition, vous pouvez donc compter sur nous pour dissimuler son origine. Je vais le diffuser partout sans que les gens sachent que nous sommes impliqués. Maintenant, au fait… »

Robinson désigna deux endroits différents dans les manuscrits qui étaient censés avoir la même signification.

« Dans le premier volume, le prince est Vermouth, et le chevalier est Hanks, mais plus tard, cela devient Elliott et Sykes. L’auteur écrivait-il en pensant à quelqu’un ? Je pense que l’un de ces noms doit être celui des personnes sur lesquelles elle prenait modèle. Sur lequel voulez-vous l’uniformiser ? »

Tout roturier modèle qu’il était, M. Robinson ne connaissait même pas les noms de la famille royale de son propre pays. Et la femme de chambre qui était venue le livrer était bien trop influencée par Rachel.

« Je pense qu’Elliott et Sykes conviendront parfaitement. »

*****

Elliott avait remarqué que Sykes était un peu froid avec lui ces derniers temps, restant toujours à une distance inconvenante.

« Sykes, s’est-il passé quelque chose ? », demanda Elliott.

« Non, Votre Altesse, que cela ne vous dérange pas », dit Sykes tout en souriant maladroitement et en couvrant ses fesses.

Elliott pencha la tête sur le côté en signe de confusion.

***

Chapitre 14 : Le Prince s’égare dans un débat

« Je viens te voir après quelques jours et… Rachel, qu’est-ce que cela signifie ?! »

Les cris trop familiers du prince Elliott avaient incité Rachel à lever son masque de sommeil et à jeter un regard dans sa direction.

« Franchement, Votre Altesse, c’est quoi ça de venir dans la chambre à coucher d’une femme et de crier si fort ? Ce genre de choses va révéler tes origines aux gens. »

« Je suis le prince de ce pays, pas un simple paysan qui a besoin de cacher ses origines ! De plus, si tu appelles ça ta chambre à coucher, où est ton salon, hein ?! »

« Bien, je vais donc remodeler la prison pour avoir deux chambres. »

George poussa l’épaule du prince : « Votre Altesse, tu t’éloignes du sujet. »

« Tu as raison. Rachel, ce n’est pas ce que je t’ai demandé ! Qu’est-ce qui se passe avec toutes ces choses dans ta cellule ?! », répondit le prince.

« C’est comme ça depuis un moment maintenant. Qu’est-ce qu’il y a d’étrange ? Sais-tu que je suis fatiguée ? »

« C’est totalement différent ! Tu as dû quitter la prison ! »

« Je ne suis pas partie », protesta Rachel en s’endormant.

Puis elle remit son masque de sommeil et se glissa sous sa couverture de duvet.

La montagne de boîtes en bois qui avait été éparpillée dans la prison avait maintenant été soigneusement empilée, augmentant ainsi l’espace. C’était bien. Peut-être que Rachel avait rangé pendant son temps libre. Cependant…

« Tu dormais avant ça sur un fauteuil, n’est-ce pas ?! D’où vient ce lit à baldaquin ?! », demanda Elliott.

« Mngh… Il est là depuis un moment », répondit Rachel, perplexe.

« Bien, alors qu’en est-il de ce tapis à poils hauts et de ce canapé inclinable avec un ottoman ? ! Et le poêle à briquettes de charbon de bois ?! Et, pire encore, c’est quoi ce bureau près de la fenêtre ?! Il est trop grand pour passer par la porte ! Comment as-tu fait pour l’amener ici ?! »

« Nngh… Tu es si bruyant. Je te l’ai dit, tout était ici depuis le début. »

« Ne me mens pas !!! »

Rachel devait être fatiguée, car elle frotta ses yeux à travers son masque de sommeil, puis tira sur le cordon suspendu à côté du lit. Il y eut un bruit de sifflement alors qu’un rideau tombait juste à l’intérieur des barreaux de sa cellule.

Le rideau avait un mot écrit dessus en grosses lettres : « FERMÉ ».

« Quoi… », dit Elliott en couinant.

*****

Elliott avait réuni un groupe de près de dix jeunes hommes dans son bureau. Fils de nobles influents, comme Sykes et George, ils étaient à la fois des hommes de main d’Elliott et des membres du fan club de Margaret. Alors que Sykes et George semblaient faire toute la conversation, Elliott avait un certain nombre de personnes qui traînaient derrière lui comme des crottes de poisson rouge. Il les avait donc tous rassemblés, peu importe s’il avait des affaires avec eux aujourd’hui.

Il était inhabituel pour lui de faire cela sans une certaine occasion, mais la situation dans laquelle il se trouvait en ce moment était une affaire plus importante qu’un quelconque bal.

Assis en bout de table, Elliott les regarda tous avec une expression amère en disant : « Je pensais avoir condamné Rachel, mais elle fait ce qui lui plaît. C’est encore pire qu’avant. Je veux savoir s’il y a quelque chose que nous pouvons faire contre elle. »

Malgré la déclaration audacieuse d’Elliott sur sa position pathétique, aucune personne présente n’eut le bon sens de l’interpeller.

Avec un regard tendu sur son visage, Elliott se tourna vers son ami proche.

« Tout d’abord, George. Ne m’avais-tu pas dit que tu maîtrisais ta maison ? ! Comment l’intérieur de la prison s’est-il retrouvé comme ça ?! »

« Eh bien… Il n’y avait aucun signe dans la maison qui montrait qu’elle avait préparé ce genre de chose, Votre Altesse. De plus, aucun des serviteurs ne semblait agir bizarrement. »

Cet homme qui, sur le papier du moins, était censé être talentueux, n’avait jamais considéré que sa sœur pouvait avoir une base d’opérations en ville.

« Qu’est-ce que le garde a à dire pour sa défense ? »

Sykes, qui ne l’avait pas suivi plus tôt dans la journée, demanda cela à George.

« Le fait qu’il ait négligé tout ça doit être un manquement au devoir, non ? »

« Eh bien, en fait… il a d’autres tâches, et il ne visite le donjon qu’en patrouille. Il a été choqué de voir à quel point les choses avaient changé quand il y est allé aujourd’hui. »

« Hmph, quel crétin », grommela Sykes.

Il est certain que le garde n’aurait pas apprécié le fait de se faire traiter de crétin par un plus crétin que lui.

« Créer des ouvertures est une de ses spécialités, après tout ! Sois maudite, Rachel ! »

Elliott écrasa alors ses mains sur le bureau, le visage déformé par la rage.

« La plupart des femmes nobles seraient-elles aussi provocantes après avoir été jetées dans un donjon ?! Je pensais que quelques jours là-dedans la ferait pleurer et implorer le pardon. Comment cette femme ennuyeuse, dont la seule qualité était de se taire et de faire ce qu’on lui disait, a-t-elle pu changer si complètement ?! »

« C’est un trop grand changement, je l’admets », en convint George.

La plupart des gens n’avaient qu’une seule image de Rachel, elle avait donc fait un peu plus qu’ôter son masque pour révéler sa vraie personnalité. C’était un changement si complet et total que certains d’entre eux avaient entièrement perdu toute confiance dans les femmes.

« Je l’ai bannie de la société polie pour sauver Margaret, qu’elle opprimait ! Alors pourquoi dois-je passer chaque moment éveillé à penser à Rachel, Rachel, Rachel. Je ne peux même pas dormir parce que je m’inquiète de ce qu’elle pourrait faire ensuite ! Son visage est gravé dans mon esprit vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et je n’arrive pas à le faire disparaître ! »

Voyant la façon dont toute cette situation consumait la vie du prince, Sykes fit un clin d’œil et claqua des doigts, prenant une pose prétentieuse qui ne convenait pas du tout à cette tête de linotte.

« Votre Altesse, c’est ce qu’on appelle… l’amour », déclara Sykes.

Elliott jeta alors un vase de fleurs au visage de Sykes, puis ignora ses gémissements de douleur en se tournant vers le reste de ses serviteurs.

« Appelle ça comme tu le souhaites. Personne n’a une idée de la façon dont nous pouvons lui donner une leçon ? »

Les hommes assemblés se regardèrent les uns les autres, sentant déjà l’échec dans la façon dont leur prince parlait. Pourtant, ils lui proposèrent les idées qui leur venaient à l’esprit.

« Et si vous l’enfumiez ? », demanda un jeune homme.

« Elle m’a déjà fait ça », fit remarquer Elliott.

« Alors, pourquoi ne pas y mettre quelque chose qui pue ? », demanda un autre.

« Elle m’a déjà fait ça. »

« Tu pourrais impliquer d’autres personnes et leur demander de la harceler. »

« Elle m’a déjà fait ça. »

« Et pourquoi ne pas répandre des rumeurs méchantes sur elle ? »

« Elle m’a déjà fait ça. »

Elliott lança un regard noir aux jeunes hommes : « Vous autres… Êtes-vous venus ici aujourd’hui pour vous moquer de moi ?! »

« Nooon ? ! Nous n’aurions jamais imaginé que tu aurais échoué à ce point… »

Bien qu’ils aient secoué la tête et nié, les jeunes hommes ne réalisèrent pas qu’ils ne faisaient que frapper Elliott alors qu’il était déjà à terre. Heureusement, un homme était là pour les punir.

Debout à côté de son prince émotionnellement marqué, George riposta en disant : « Écoutez, vous tous. Son Altesse n’a pas échoué. Son adversaire l’a simplement battu. »

« Je n’ai pas besoin de tes corrections ! », claqua Elliott.

Un coup de pied ferme dans les fesses de George le fit tomber et le laissa étalé sur le sol.

« Tout de même, pour en revenir au sujet qui nous occupe », dit un jeune homme assis à droite en levant la main.

C’était le fils d’un comte.

« Seigneur Ferguson, il semble que sa personnalité ait considérablement changé depuis qu’elle a été envoyée en prison. N’est-il pas inévitable que toutes nos prédictions antérieures ne se vérifient plus ? »

« Oh ! On peut dire ça, oui. », lâcha Elliott.

La femme qui avait autrefois suivi le prince d’un pas décidé s’était transformée, au moins pendant son séjour dans le donjon, en une folle qui s’emportait en faisant ce qui lui plaisait.

À ce moment-là, l’air de la pièce changea, se remplissant d’excitation. Il était plus facile de spéculer que d’offrir des propositions concrètes.

« Et si celle-là était une remplaçante, et que le prince l’a déjà tuée ? », dit un jeune homme.

« Si je l’avais tuée, pourquoi aurais-je tenu une réunion comme celle-ci ?! », protesta Elliott.

« Ou alors, c’est une doublure, et l’original a quitté la ville », suggéra un autre.

« Qui choisit un faux qui est plus fou et a plus de personnalité ? »

Alors que la discussion passait d’une réunion stratégique à un débat pour savoir si la jeune femme était une impostrice, un jeune homme, fils aîné et héritier d’un vicomte, leva la main.

« Mettons de côté la question de son authenticité. Ce qui m’intrigue, c’est… Eh bien, je ne sais pas comment le dire, mais… ne trouvez-vous pas que Rachel est devenue plus sexy tout d’un coup ? »

« Tu l’as dit ! »

Les sous-fifres d’Elliott hochèrent tous la tête en signe d’accord. Même Elliott, qui assistait avec exaspération à la dérive de la réunion, avait ressenti la même chose. Sa coiffure était restée la même, et elle ne se maquillait presque pas, mais… son visage était très expressif, et même si elle ne portait que des vêtements de détente, elle dégageait une aura beaucoup plus sensuelle et enchanteresse.

Les jeunes hommes parlaient d’elle avec enthousiasme.

« C’est comme si chacun de ses gestes était empreint de sexualité. »

« Oui ! C’est parce que son visage est plus expressif ? Il y a quelque chose de vibrant en elle, comme si elle était une esquisse en noir et blanc qui est maintenant colorisée. »

La conversation des garçons pubères continua dans cette veine, mais…

« Tu sais, pour être changé à ce point… peut-être qu’être la fiancée de son Altesse a été très dur pour elle ? »

« Oh. Maintenant que tu le dis, elle est devenue beaucoup plus gaie dès que leurs fiançailles ont été rompues. »

« Elle a l’air si pleine de vie sans fiancé qui lui pèse. »

La conversation prenait à nouveau une direction étrange. Entre leurs murmures compatissants, ils jetèrent des regards aux sourcils froncés de leur chef.

« De quel côté êtes-vous ?! », cria Elliott, une veine pulsant sur son front.

Ils baissèrent alors tous la tête, sans prononcer un mot de plus.

« Le changement en elle va bien au-delà du simple fait d’être plus gaie ! Nous devons reconnaître qu’elle est un serpent qui a caché sa vraie nature jusqu’à présent ! »

Elliott regarda alors à sa gauche et à sa droite.

« Honnêtement, vous autres. Pourquoi laissez-vous Rachel vous tromper si tard dans la partie ? »

« Désolé, monsieur… »

« On s’en fout qu’elle soit devenue plus gaie ! Vous n’avez rien remarqué d’autre en l’observant ? », demanda Elliott.

Personne n’osait faire remarquer que le prince avait eu plus de contacts avec elle que n’importe qui d’autre.

Alors que les jeunes gens réfléchissaient à la question, le fils d’un marquis leva la main.

« Il y a une chose qui a attiré mon attention », dit-il.

« Qu’est-ce que c’est ? Parle ! », demanda Elliott.

« Oui, monsieur. »

Le fils du marquis regarda chacun des autres, s’assurant qu’il avait leur attention.

« Ne trouvez-vous pas que Mlle Rachel… a une silhouette assez impressionnante ? »

La salle devint silencieuse. Cependant, après l’extinction des feux, il y eut un glissement certain d’une réunion sur la façon de gérer Rachel à quelque chose qui ressemblait plus à un voyage entre garçons.

Incapable de supporter le silence, l’un des hommes dit doucement : « Je ne sais pas… Mlle Ferguson n’a-t-elle pas toujours eu ces proportions ? »

« Vous savez que les dames portent normalement un corset lorsqu’elles sortent en public. Rachel en portait aussi, bien sûr, mais maintenant qu’elle a revendiqué le donjon comme son espace privé, tout ce qu’elle porte, ce sont des vêtements de détente. Ce qui veut dire… qu’elle ne porte pas de corset. », dit le fils du marquis en secouant la tête.

Ces mots, prononcés à voix basse, provoquèrent le plus grand séisme dans la foule malgré leur faible volume. Ce genre de détails sur une jeune femme qu’ils connaissaient étaient les choses les plus sexy que de jeunes garçons en pleine puberté comme eux pouvaient imaginer.

Le fils du comte se pinça le nez : « C’est quoi ce bordel ? C’est chaud ! »

« Qu’est-ce que tu dis, si tôt ? Je n’ai même pas encore abordé le sujet principal ! Mlle Rachel a l’impression d’être dans sa propre chambre et porte les vêtements les moins surveillés qu’elle n’aura jamais. Maintenant, avec ça en tête… Vous me suivez ? », insista le fils du marquis.

Ils étaient les seuls dans la pièce, mais les garçons s’étaient serrés les uns contre les autres, échangeant des regards furtifs avant de hocher la tête.

« Elle ressemble à ça sans avoir à faire quoi que ce soit pour s’habiller ! Vous comprenez ?! Elle n’utilise pas de corset pour rétrécir sa taille, ni pour remonter ses seins. Et parce qu’elle ne s’exhibe pas, elle ne bourre pas sa poitrine de ces infernaux faux coussinets ! Sans aucune assistance artificielle, elle a réussi à maintenir cette silhouette en sablier ! »

« Mon Dieu ! », s’exclama l’un des jeunes hommes.

Des murmures excités se précipitèrent autour de la table. Les jeunes hommes perdirent la tête, comme si c’était la révélation du siècle. Ils chuchotèrent rapidement entre eux sur cette découverte choquante.

À un moment donné, même Elliott se laissa emporter par l’excitation, marmonnant à voix basse : « Quelle brillante déduction ! Je n’en attendais pas moins de l’héritier de la famille Booblansky, une famille qui a produit des savants génération après génération ! »

« Votre Altesse, mon nom de famille est Wolanski », corrigea le fils du marquis.

« Attendez, attendez ! Attendez ! », s’écria George tout en jetant de l’eau froide sur leur excitation.

C’était le seul homme qui ne pouvait pas se rallier à cette discussion.

« Peut-être que ma sœur a une silhouette impressionnante, mais vous n’avez pas l’intention d’abandonner Margaret pour elle juste à cause de ça, non ?! »

Revenant à la réalité en un instant, Elliott et les autres avaient rapidement démenti.

« Non, attendez. Ce sont des questions complètement distinctes. Je n’ai pas choisi Margaret pour sa silhouette ! Nous avons une connexion plus, euh, spirituelle, on pourrait dire. Elle m’apaise. », expliqua Elliott.

« Oui, Son Altesse a raison. Je n’attends rien de la silhouette de Margaret. Je pense que son absence de courbe, non, hum, je veux dire sa minceur… Non, ce n’est pas ça… Ses proportions réalistes ont leur propre charme. », acquiesça Sykes.

« Non, je disais que son cœur était plus important que son corps… »

Elliott grommela dans son souffle, choqué que Sykes en soit arrivé à une interprétation déformée et erronée de son argumentation.

« Seigneur Ferguson, il est peut-être vrai que Madame Margaret perd face à votre sœur en termes de figure idéale. Cependant… », continua le fils du marquis.

« Oui, tu lui dis, Booblansky ! », dit Elliott en applaudissant.

« C’est Wolanski. »

Wolanski, qui venait de finir de vanter les mérites du corps de Rachel quelques instants auparavant, se leva et leva le poing pour faire un discours passionné.

« Issue d’un milieu commun, Madame Margaret n’a certainement pas pu “construire” son corps de la même manière. Même habillée, on peut dire qu’elle n’a pas de courbes apparentes. Ses seins, sans être inexistants, ne sont pas particulièrement gros. Ses bras et ses jambes ne sont pas gros, mais on ne peut pas dire qu’ils soient minces. »

« Hein ? N’es-tu pas en train de l’insulter ? », demanda Sykes.

« Chut ! Tais-toi, Sykes ! », siffla Elliott.

Wolanski continua, ne faisant que s’échauffer davantage.

« Cependant, c’est très bien ! C’est tout bon ! Les femmes nobles nées vont, parfois, tourmenter leur corps et cacher leurs vrais traits pour se rendre belles. Voilà ce que je veux demander : sommes-nous d’accord avec cela ?! »

« Mais ne viens-tu pas de finir de louer la beauté de Mlle Rachel ?! », répliqua bruyamment le fils du comte.

Le fils du marquis acquiesça, comme si c’était exactement ce qu’il voulait entendre.

« Qu’est-ce que Mlle Rachel et Mlle Margaret ont en commun ? », demanda-t-il.

« En commun ? » dit en écho le fils du comte.

L’une d’elles était une jeune femme de haute naissance qui avait été le choix naturel pour la fiancée du prince, et qui, bien que n’étant pas particulièrement voyante, avait des proportions bien supérieures à la moyenne. L’autre était une fille ordinaire qui avait eu la chance de devenir la plus basse des nobles, et qui avait un charme innocent et un corps d’enfant mignon. Elles étaient si éloignées en apparence et en personnalité que tout le monde devait se creuser les méninges pour trouver quelque chose en commun.

D’un ton solennel, comme s’il délivrait un oracle divin, Wolanski dit : « Elles sont toutes deux naturelles. Même si on leur enlevait tout ce qu’elles ont, leur silhouette ne changerait pas. Les corps que Dieu nous a donnés ne sont pas faits pour être contraints ou maquillés ! Oui, c’est ce que je veux dire. La beauté d’une femme est naturelle ! »

« Ohhhhhhhh !!! »

Et alors qu’il concluait son discours, Wolanski prit une pose, comme s’il regardait vers le ciel. Les autres garçons l’ovationnaient et hurlaient d’approbation. Leur discussion s’était terminée de façon émouvante. La réunion qu’Elliott avait convoquée s’était terminée sur cette note positive, les membres adoptant la Déclaration naturaliste dictée par Wolanski.

Les participants quittèrent donc le bureau d’Elliott en disant des choses comme « Nous devrions travailler à créer un élan pour abolir les corsets » et « Faisons un discours au roi sur la nécessité d’interdire l’utilisation de maquillage trompeur ».

Elliott avait l’impression qu’un poids avait été enlevé de ses épaules alors qu’il commençait à trier la paperasse.

« Hmm, oui, je pense que nous avons eu une réunion assez productive aujourd’hui. Maintenant, le problème a été résolu… Attends, quel problème ? »

Quelque chose tiraillait l’esprit d’Elliott. Il se tapota le front en essayant de trouver ce que ça pourrait être.

« Mais au fait, quel était le sujet de la réunion d’aujourd’hui ? »

***

Chapitre 15 : La jeune demoiselle fait des achats

Levant les yeux de son roman, un espace vide sur le mur attira soudainement l’attention de Rachel.

« C’est un peu terne… »

Dans le manoir de sa famille, des tableaux et des vases de fleurs étaient disposés un peu partout. La propre chambre de Rachel ne faisait pas exception, avec un portrait d’elle et une ou deux peintures de paysage qu’elle aimait.

« Hmm… »

Tout en se levant de son canapé, Rachel regarda autour d’elle. Évidemment, les murs du donjon n’étaient faits que de pierres empilées, ils n’étaient donc pas très beaux à regarder. La fresque qu’elle avait peinte l’autre jour était le seul point de couleur.

« Si je prévois de vivre dans cet endroit, je devrais vraiment le décorer à mon goût. N’est-ce pas la partie la plus satisfaisante d’un déménagement ? »

Ce n’était pas quelque chose qu’un prisonnier ordinaire aurait pensé.

« Il serait plus rapide de demander à Sofia et aux Chats noirs de la nuit noire de me rapporter des choses, mais je pense que j’aimerais développer de nouveaux partenaires commerciaux dans l’espoir de trouver des goûts uniques que je n’ai jamais vus auparavant. »

Rachel, une prisonnière effectivement très anormale, tapa dans ses mains en sortant sa papeterie et commença à écrire.

*****

« Hé, Rachel », dit le Prince Elliott.

Sa voix arrogante fit que Rachel leva à contrecœur les yeux du magazine qu’elle lisait.

« Qu’est-ce qu’il y a, Votre Altesse ? J’essaie de lire, là ? »

Rachel réalisa qu’Elliott ne regardait même pas dans sa direction. Ses yeux passaient par-dessus sa tête, vers le côté opposé de la prison.

« Y a-t-il toujours eu une peinture ici ? », demanda-t-il.

Le mur qu’il regardait portait une grande peinture encadrée, un magnifique paysage de bord de rivière avec des lys en fleurs.

« Oh mon Dieu, Votre Altesse. Ta mémoire te fait-elle défaut à un si jeune âge ? », dit Rachel avec inquiétude.

« Quoi ?! Non, ce n’est pas le cas ! Oh, mais maintenant que tu le dis… »

« J’ai accroché celui-ci hier. Dire que tu es incapable de te souvenir d’un changement aussi récent. », expliqua Rachel.

« Tu l’as donc bien apporté récemment. Hé, il est donc si facile pour toi d’apporter des peintures ici. Qu’est-ce que c’est, une belle démonstration ? Me montres-tu que tu as même préparé ce genre de choses non essentielles ?! », cria Elliott tout en s’accrochant aux barreaux avec une mine renfrognée.

« Ce n’était pas mon intention. Après tout, ce tableau ne vient même pas de chez moi. »

Elliott se tourna vers George et lui demanda : « C’est vrai ? »

« Eh bien, je ne l’ai effectivement jamais vu dans la maison… », répondit George.

Même lui ne pouvait pas dire d’où elle venait.

« Où l’as-tu pris ? », demanda Elliott à Rachel.

« Es-tu stupide, Votre Altesse ? Où pourrais-je me promener et prendre des choses ? »

« Tu marques un point… »

Le fait qu’Elliott ait accidentellement manqué de se faire demander s’il était stupide ne faisait que montrer à quel point il était idiot.

« Tu ne l’as pas apporté de la maison, et tu ne l’as pas pris. Où donc l’as-tu eu ? »

Comment cette peinture était-elle apparue ?

Alors qu’Elliott continuait à réfléchir à la situation, Rachel, les yeux toujours rivés sur son magazine, répondit nonchalamment : « Je l’ai acheté. »

« Où un prisonnier achète-t-il des choses ?! », s’interrogea Elliott.

« Hé, Votre Altesse », dit Sykes alors qui avait observé tranquillement pendant tout ce temps.

Il pointa du doigt le magazine que Rachel lisait.

« Ce magazine littéraire, il est sorti cette semaine. »

« Quoi ?! »

Bien que l’augmentation récente du nombre de maisons d’édition ait entraîné une croissance rapide des livres de divertissement, ce genre de magazine ne sortait que lorsqu’il avait amassé suffisamment de matériel, leur calendrier était donc toujours irrégulier. Aucun magazine ne sortait si régulièrement qu’il était impossible de distinguer un volume du suivant. Si Sykes pouvait le reconnaître à distance, c’était qu’il devait effectivement être sorti assez récemment.

« Hé, Rachel ! Où as-tu trouvé ce nouveau magazine ?! », cria Elliott.

« Franchement, pourquoi penses-tu que je te dirais ça ? Tout le monde sait que ce genre de divertissement apparaît spontanément dans un donjon sans que le geôlier ne sache comment. »

« Comme si j’allais croire quelque chose d’aussi manifestement absurde ! »

*****

« Quelque chose ne va pas. Maudite soit cette Rachel. Elle a quand même apporté de nouvelles choses là-dedans. »

Le grognement d’Elliott était entièrement justifié. Rachel ne pouvait pas sortir, et il n’avait trouvé aucun document à la porte indiquant que des personnes suspectes ou des pourvoyeurs de la maison ducale étaient entrés.

« Et s’il y avait un endroit où le mur s’ouvre, et que Mlle Rachel sortait faire des courses ? », suggéra Sykes.

Elliott lui lança alors un regard furieux : « Il n’y a pas de passage secret ici ! Nous avons vérifié avant, et Rachel ne peut pas avoir eu le temps de monter quelque chose. »

Il aurait fallu une quantité incroyable de temps pour creuser un passage souterrain. Même si Rachel avait su à l’avance qu’il allait rompre leurs fiançailles, elle n’aurait toujours pas eu assez de temps pour en construire un.

« Alors comment expliquer que ma sœur ait apporté des choses ici ? », demanda George.

George était lui aussi très perplexe. Sa sœur avait toujours été difficile à comprendre, mais maintenant que les choses en étaient arrivées là, il n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait tirer.

« De toute façon ! Je veux une vérification approfondie pour voir si personne de suspect n’est entré et sorti du palais. Que les chevaliers et les gardes de la porte fassent une enquête détaillée sur tous les visiteurs ou marchands dont la destination à l’intérieur du palais semble suspecte. », cracha Elliott avec colère.

« Oui, monsieur ! »

*****

Le marchand en chef de la société de la Couronne, une entreprise de longue date qui avait obtenu l’accès au palais depuis deux décennies maintenant, vérifia que personne ne regardait et il entra dans les jardins arrière. Puis il descendit tranquillement les marches du donjon.

« Bonjour, et merci pour vos achats. Je suis de la société de la Couronne. »

Dans sa cellule, Rachel leva les yeux de son livre.

« J’ai attendu. J’espère que personne ne vous a vu entrer ici ? »

« Non. Tout va bien. Je visitais les chambres des dames de la cour pour prendre leurs commandes, donc tant qu’on ne me voit pas ici, je devrais pouvoir tout expliquer. »

Le marchand expérimenté commença à sortir de son sac des articles qui répondaient aux spécifications de la commande de Rachel.

« Ce sont les articles que vous avez commandés et qui ne sont pas encore arrivés. »

« OK, merci. »

« Merci. À propos, en ce qui concerne la lampe à vitrail étrangère que vous avez mentionnée… Voici notre catalogue. Si vous en trouvez une qui vous plaît, je vous la ferai parvenir dans la semaine, alors, n’hésitez pas à faire appel à nos services. »

« Bien sûr, je vais jeter un coup d’œil. Désolée de toujours vous déranger comme ça. »

Le vieux marchand se frotta les mains et inclina la tête en disant : « Oh, cela n’est en rien un problème ! Aussi, nous aimerions beaucoup poursuivre cette relation à l’avenir. »

« Oui, je vais parler à mon père afin qu’il vous autorise à entrer dans la maison ducale. »

« Je vous en prie ! »

Le marchand s’inclina obséquieusement, satisfait de l’offre verbale de Rachel. Il prit sa prochaine commande et s’en alla.

Entre deux bouchées de l’un des biscuits récemment arrivés d’une boutique bien connue de la ville du château, Rachel se dit : « Connaissant Son Altesse, je suis sûre qu’il enquête sur les marchands qui ont soudainement commencé à venir au palais récemment. »

Lorsque les serviteurs de Rachel apportaient des fournitures dans la prison, ils se faisaient également passer pour des marchands qui avaient été des fournisseurs de la maison royale pendant des années. Rachel ne ferait rien qui permette à ce bouffon de prince de l’attraper, même pour développer de nouveaux partenaires commerciaux. Un fournisseur de longue date de la maison royale comme la Compagnie de la Couronne voulait toujours avoir autant de nouveaux clients nobles que possible. Aucun marchand ne se contenterait d’un mandat royal de nomination. En raison de la position de Rachel, les principaux fournisseurs étaient prêts à prendre des risques pour faire des affaires avec elle, et ils savaient comment contourner toutes les règles en place.

Étant né prince, Elliott n’avait aucun sens pour ce genre de choses.

« Mais je suis sûre qu’une fille de duc ordinaire n’a également aucune idée de ce qui se passe dans la tête d’un marchand. », se dit la fille de duc anormale en écoutant les bruits de pas qui se rapprochaient et en sortant la bouteille de vin qu’elle avait préparée pour le garde.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Merci pour les chapitres

Laisser un commentaire