Strike the Blood – Tome 4

***

Prologue

Devant ses yeux se trouvait la mer du milieu de l’été.

Le sanctuaire des démons de la ville d’Itogami était une île artificielle. L’été ne s’était jamais terminé dans cette ville construite au milieu de l’océan Pacifique. Des cumulonimbus blancs flottaient dans un ciel bleu outremer, les rayons du soleil brillaient à la surface d’une mer calme et miroitante.

C’était une adolescence japonaise, grande et agile, avec ses cheveux sous la forme d’une longue queue de cheval. Sa peau était pâle, ses cheveux étaient d’un brun clair. Sa beauté possédait une élégance glamour, mais d’une certaine façon, son regard était mélancolique. Elle serrait ses lèvres, laissant échapper de temps en temps un soupir fatigué.

 

***

Un avion en train d’atterrir était passé dans le coin de sa vision.

Ils étaient dans une suite exécutive à l’aéroport.

Il s’agissait d’une salle dite VIP, réservée exclusivement aux invités de l’État et aux hauts fonctionnaires du gouvernement. Le sol était recouvert d’un tapis rectangulaire à poil long et une énorme télévision était encastrée dans un mur de bois au grain magnifique.

Deux invités étrangers le regardaient en bavardant agréablement.

Le premier était un bel homme blond aux yeux bleus. Il s’appelait Dimitrie Vattler, duc d’Ardeal.

D’apparence, il ne semblait pas plus vieux que vingt-cinq ans, mais il était en fait un noble de l’empire du seigneur de guerre en Europe. En d’autres termes, il était un vampire de sang pur, un descendant direct du Premier Primogéniteur, le seigneur de guerre perdu.

Assise en face de l’aristocrate à l’air jeune, il y avait une jeune femme.

Ses cheveux argentés évoquaient une plaine enneigée, ses yeux bleus brillaient comme un glacier pâle. C’était une fille si charmante qu’on l’appelait la seconde venue de Freya. C’était la princesse héritière de la famille royale d’Aldegian, La Folia Rihavein.

« Dans cette scène, elle est devenue complètement sans défense devant l’ennemi, malgré la situation de combat. J’applaudis les mérites tactiques du changement d’équipement, mais il y a des difficultés pratiques. » La Princesse La Folia avait exprimé calmement son opinion en regardant ce qui était sur l’écran de télévision.

Elle faisait partie de la famille royale d’une nation avec une longue histoire de technologie de sorcellerie avancée. De plus, c’était une prêtresse de haut rang capable d’employer des sorts d’invocation d’esprit. Elle n’avait pas montré une seule once de peur à converser avec le noble vampire assis si près d’elle.

Pour sa part, Vattler avait un regard d’une gravité inhabituelle lorsqu’il regardait l’écran. « Je m’interroge là-dessus. Dans ce cas, la transformation ne devrait peut-être pas être considérée comme un simple changement d’équipement, mais aussi comme une modification de ses propriétés physiques ? Dans ce cas, la capacité défensive est maintenue même si le changement n’est pas entièrement réalisé. »

« Vous dites donc que les vêtements des filles ne disparaissent pas, mais plutôt qu’ils sont réarrangés au niveau atomique et qu’ils entrent dans une forme énergétisée ? » La princesse hocha la tête comme si elle était captivée. Les filles qu’elle regardait à l’écran se transformaient juste sous leurs formes de combat pour se battre contre un monstre géant.

« Bien que cela signifie qu’elles utilisent leur pouvoir rituel à un rythme beaucoup plus élevé, » dit Vattler avec une note de sarcasme.

La Folia sourit en secouant la tête. « En s’alignant avec un élément, il est possible de supprimer sa consommation de pouvoir ritualistique. Mais lorsqu’on considère la précision requise pour la transmutation physique, il doit être difficile pour l’individu de rester dans un état transformé. »

« Ahh ! C’est pourquoi cela exige l’utilisation d’articles supplémentaires…, » déclara Vattler.

 

***

Sayaka Kirasaka grimaça en regardant leurs visages sérieux pendant qu’ils débattaient. Pourquoi dois-je être ici ? se demanda-t-elle avec une expression angoissée.

Sayaka était une mage d’attaque — plus précisément, une danseuse de guerre chamanique — de l’Organisation du Roi Lion. Elle était experte en malédictions et assassinats.

En raison de leur domaine d’expertise, Sayaka et ses cohortes avaient souvent été affectées à la protection de VIP qui risquaient fort d’être la cible de malédictions et de tentatives d’assassinat. La logique était simple : utiliser un assassin pour tuer un assassin.

La mission actuelle de Sayaka était d’escorter et de protéger La Folia Rihavein.

La Folia Rihavein était une belle princesse dont le nom était connu dans le monde entier. Même si elle n’était pas en mission officielle, elle avait été très importante pour le gouvernement japonais pendant son séjour. Cela avait doublé lorsque Dimitrie Vattler, un vampire de la vieille garde, s’était assis avec elle, ce qui avait mis une lourde responsabilité sur la personne qui la protégeait. Sayaka, la fière utilisatrice de Der Freischötz, l’une des armes divines les mieux classées de l’Organisation du Roi Lion, était, en fait, un choix évident.

Néanmoins, l’expression de Sayaka était morose.

La Folia et Vattler regardaient, en toute sincérité, une émission de « magic girl » destinée aux enfants sur une chaîne de télévision entièrement consacrée aux animes. Ils avaient une discussion tactique très sérieuse pendant qu’ils regardaient des filles en mini-jupe qui voltigeaient et se battaient contre des malfaiteurs. C’était bien que les choses soient si paisibles, mais elle se sentait profondément ridicule de les surveiller au fur et à mesure qu’ils le faisaient, ce qui rendait progressivement l’humeur de Sayaka de plus en plus triste.

Soit dit en passant, les chevaliers qui escortaient la princesse debout dans un coin de la suite exécutive et les jeunes subordonnés vampires de Vattler dans un autre coin regardaient tous le spectacle avec une attention particulière.

Certains d’entre eux serraient les poings en applaudissant les héroïnes, d’autres étaient émus jusqu’aux larmes. C’était un peu troublant de voir à quel point l’effet que cela avait sur un groupe d’enfants pouvait sembler vulgaire, ce qui ne faisait qu’ajouter à l’angoisse de Sayaka.

Après avoir attendu que le thème final se termine, Vattler avait soudainement changé de sujet. « Au fait, princesse, j’ai entendu une rumeur étrange ces derniers temps. » Il avait parlé sur un ton d’indifférence désinvolte, mais à cet instant, l’atmosphère dans la suite s’était tendue. « C’est à propos du fait qu’une unité de chevaliers d’Aldegian a été envoyée sur l’île d’Itogami en secret. »

« Oh mon Dieu, » murmura la princesse en inclinant la tête avec un regard souriant sur son visage. « C’est une rumeur si étrange, n’est-ce pas ? Ma tante est ici sur cette île. Même si elle a perdu son droit de succession, elle est toujours membre de la maison royale d’Aldegian. C’est certainement le moins que nous puissions faire. »

« Et donc, ils viennent sur une île éloignée comme celle-ci pour protéger une élève du collège ? Les Chevaliers de l’élite de la seconde venue ont la vie dure, » déclara Vattler.

Les mots moqueurs du jeune aristocrate n’avaient pas fait vaciller le sourire de La Folia. « C’est une tante plutôt exigeante. »

Les chevaliers qui escortaient la princesse retenaient leur souffle pendant qu’ils regardaient silencieusement les deux individus s’engager dans une conversation.

Même si cela ressemblait à une discussion informelle et pacifique, ce qui se passait entre Vattler et la princesse était en fait une négociation d’arrière-boutique à enjeux élevés entre des puissances étrangères.

Une fille nommée Kanon Kanase, fille du précédent roi d’Aldegia, aujourd’hui à la retraite, vivait sur l’île d’Itogami. Citant cela, La Folia avait envoyé des chevaliers d’Aldegian à l’île d’Itogami sans avis public. C’était des chevaliers du royaume protégeant la famille royale : il n’y avait rien d’anormal à cela.

Cependant, le vampire le plus puissant du monde, qui fréquentait la même école que Kanon, était une tout autre histoire.

En d’autres termes, au nom de la protection de Kanon Kanase, la famille royale d’Aldegian pouvait surveiller Kojou Akatsuki, le quatrième Primogéniteur, sans réel fardeau. Comme Vattler séjournait sur l’île d’Itogami dans le même but, cela ne l’avait certainement pas amusé. C’est pour ça qu’il disait, d’une façon détournée, Ne vous mêlez pas de mes affaires. Malgré cela, La Folia plissa ses yeux en regardant calmement Vattler en réponse.

« Maintenant que vous en parlez, j’ai entendu dire qu’il y a des individus plutôt violents de l’Empire du seigneur de guerre qui viennent ici aussi. Le comte Wortizlawa et le seigneur Zagan, deux militants bien connus du Dominion, non ? » répondit Vattler avec un regard innocent sur son visage. « Ce sont de simples touristes. Après tout, il y a bientôt un grand festival sur l’île d’Itogami. »

La princesse plissa les sourcils, en l’entendant apparemment pour la première fois.

« Un festival ? » demanda La Folia.

Sayaka s’était mordu la lèvre en voyant les yeux de La Folia scintiller. C’est mauvais, pensa-t-elle. Elle vit soudain une expression grave apparaître sur le visage du chevalier commandant l’escorte de la princesse, elle aussi.

Sayaka s’était rapidement imposée dans la conversation avec Vattler, chuchotant à l’oreille de La Folia. « Il est temps, princesse. Nous devons nous préparer pour votre vol... » Voir Sayaka agir si vite semblait apporter encore plus de plaisir à la princesse.

La Folia devait rentrer dans son pays d’origine, Aldegia, à bord d’un vol charter organisé par le gouvernement japonais. Si elle avait été envoyée avec succès, la mission de Sayaka se serait terminée sans incident. Elle ne pouvait pas supporter que des plans soigneusement élaborés tournent mal à cause d’une information négligemment rejetée.

La Princesse La Folia avait beaucoup de vertus : elle était sage et possédait une grande connaissance, et elle était rusée, mais aussi audacieuse. Cependant, le revers de la médaille, c’était qu’elle était intensément motivée à nourrir sa vorace curiosité.

Lui faire savoir qu’il y avait un festival qui se préparait menaçait de lui faire dire, je vais retarder mon retour d’un jour et profiter de la vue. Il fallait à tout prix éviter cela. « Alors, princesse. Je vous souhaite un bon voyage. Mes amitiés à votre père. »

Heureusement, Vattler ne semblait pas avoir l’intention d’empêcher La Folia de partir. Officiellement, il était là pour voir la princesse partant, mais son véritable objectif était de contrecarrer les Aldégiens.

Si La Folia rentrait poliment dans son pays d’origine, cela leur épargnerait à tous les deux beaucoup d’ennuis.

Comme si elle poussait la princesse hésitante à bouger, Sayaka avait regardé la sortie de la suite. Elle pouvait voir que l’avion affrété était à l’aéroport, en attente et prêt à décoller. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était de transporter la princesse à bord.

« C’est quoi ce festival, Sayaka ? » La Folia marchait élégamment le long d’un couloir exclusif en posant la question.

« Le Festival de la Veillée Funèbre. C’est un festival qu’ils organisent dans la Ville d’Itogami à cette époque chaque année. Il y a un certain nombre d’événements partout sur l’île et… p-par événements, je veux dire des chars, des stands et d’autres divertissements pour les masses, pas quelque chose dont une princesse devrait se soucier ! » déclara Sayaka.

« Mon Dieu…, » entendant l’explication de Sayaka, les yeux de La Folia brillèrent comme ceux d’une petite fille.

« Geh, » dit le chevalier commandant, le visage tremblant. « Vous ne devez pas, Votre Altesse ! Il y a quelques jours à peine, quelqu’un en avait après votre vie. Son Altesse Royale est prête à votre retour au pays. Si vous retardez encore votre retour… ! »

« Ah, il semble que les étudiants tiennent aussi des expositions et des stands de rafraîchissements, » déclara La Folia.

Ignorant les avertissements de son subalterne, la princesse avait commencé à consulter le site Web sur des événements publics sur un téléphone intelligent qu’elle avait sorti de quelque part.

Le chevalier commandant s’agrippa à sa tête et leva le visage vers le ciel. « Votre Altesse ! »

« Princesse, euh, notre Premier ministre a spécialement arrangé cet avion pour que, euh…, » déclara le commandant.

« Vous n’avez pas besoin de le dire. Je suis bien consciente que je ne peux pas causer des difficultés à votre nation pour le simple plaisir d’assister à un festival par intérêt personnel. » La Folia ouvrit légèrement les lèvres et se plaça dans une apparente consternation. Sayaka continua à la guider par la main alors qu’elles passaient par une porte menant à la porte d’embarquement. À cet instant, elles furent toutes les deux frappées par des vertiges légers et momentanés. Le paysage scintillait comme un mirage avant d’émerger sous un soleil éblouissant.

« … Cependant, si nous ne pouvons pas atteindre l’avion, on ne peut pas faire autrement, n’est-ce pas ? » La princesse adopta un ton de voix espiègle, trouvant clairement la circonstance présente amusante.

« Comment ça, vous ne pouvez pas atteindre le… euh… hein !? » s’écria Sayaka.

Sayaka regarda autour de lui avec horreur. Il n’y avait aucun doute qu’ils étaient à l’aéroport jusqu’à quelques instants auparavant. Cependant, ce qui s’étendait maintenant sous leurs yeux, c’était la vaste mer et une structure de sous-construction flottant sur elle.

Malgré les nombreux signes de nouvelles destructions, Sayaka n’avait que trop bien reconnu le spectacle.

l’Île d’Itogami, sous-flotteur No. 13 —

Dans le passé, c’était l’endroit où Sayaka, avec Kojou Akatsuki à ses côtés, s’était livré à un duel mortel contre des terroristes. Il n’y avait pas eu de confusion avec quoi que ce soit d’autre.

Cependant, il s’agissait essentiellement du côté opposé de l’île vis-à-vis de l’aéroport central de l’île d’Itogami. Il y avait presque dix kilomètres à vol d’oiseau entre les deux points. Ce n’était tout simplement pas le genre de distance que l’on pouvait parcourir en un instant.

Et pourtant, le fait est que Sayaka et la princesse, et seulement elles avaient été envoyées sur la pointe du sous-flotteur.

Il n’y avait aucun signe des chevaliers qui les avaient accompagnés, ni l’avion que la princesse devait embarquer, ni l’aéroport et ses bâtiments visibles nulle part. Elles avaient été emmenées à cet endroit dès qu’elles avaient franchi la porte intérieure de l’aéroport. C’était comme si elles étaient entrées dans une déchirure dans l’espace.

Bien sûr, ce n’était pas un simple phénomène naturel. Le risque que ce soit une attaque magique par quelqu’un était assez élevé. Mais Sayaka n’avait pas senti d’attaque. Les médiums de son niveau et de celui de La Folia auraient dû ressentir une prémonition d’un sort d’une telle ampleur avant qu’il ne se déclenche… mais elles ne l’avaient pas fait.

« Voilà vraiment le sanctuaire des démons. Nous ne nous ennuierons certainement pas avant un certain temps, » déclara La Folia lorsqu’un sourire innocent et charmant était apparu sur son visage. Elle avait fait sortir son pistolet à sorts bien-aimé alors qu’elle inspectait toute la région, mais il ne semblait pas que cette anomalie visait spécifiquement la princesse. Malgré cela, il ne fait aucun doute qu’elle avait trouvé la situation très amusante.

Sayaka se sentait très mal à l’aise quand elle regardait le ciel.

Le ciel tranquille, bleu et éternel de l’été ressemblait au calme qui régnait avant la tempête.

C’était la dernière semaine d’octobre.

Les gens du sanctuaire des démons de la ville d’Itogami, tous excités à l’approche du début du festival, n’avaient encore rien remarqué.

***

Chapitre 1 : Le calme avant la tempête

Partie 1

L’air était étouffant et stagnant.

La surface de l’océan Pacifique se profilait devant la fenêtre du wagon du monorail municipal de la ville d’Itogami. Rien ne gênait les rayons du soleil alors que la cabine traversait une voie surélevée le long des falaises du bord de mer. Les rayons brutaux du soleil semblaient plus adaptés à l’apogée de l’été, car ils grillaient impitoyablement les passagers à l’intérieur de la voiture.

Kojou Akatsuki avait l’air d’appuyer son visage contre la porte en aluminium alors qu’il gémissait faiblement. « Ah, merde… tellement chaud… »

C’était un adolescent à l’expression endormie qui portait un parka par dessus son uniforme de lycée.

Il portait le titre ridicule de vampire le plus puissant du monde, mais même les hautes capacités du quatrième Primogéniteur n’avaient pas été d’un grand secours dans ce cas. Le wagon étant plein de passagers, il ne pouvait même pas bouger, il ne pouvait que laisser échapper une voix angoissée alors que les rayons éblouissants du soleil se déversaient par la fenêtre.

La cabine avait basculé doucement lorsque le monorail avait pris une courbe, la force centrifuge faisant basculer les passagers. La fille à côté de lui avait réprimé un glapissement alors que sa pression silencieuse s’exerçait sur elle.

« Yeek… !? »

Il s’agissait de Yukina Himeragi, Chamane-Épéiste de l’Organisation du Roi Lion.

Elle possédait des cheveux noirs sans ornement et de grands yeux noirs. Elle avait un air un peu enfantin, mais la fille possédait un beau visage. Son corps était mince, mais sans donner une impression de fragilité. Elle avait la symétrie, la beauté fonctionnelle et la résistance d’une épée forgée par un maître.

Officiellement, Yukina était la cadette de Kojou et fréquentait le collège de la même école que lui — l’académie Saikai —, mais sa mission réelle était de veiller sur le quatrième Primogéniteur. Yukina avait reçu l’autorisation d’éliminer Kojou si elle jugeait vraiment que les circonstances le justifiaient.

Pour preuve, l’étui de guitare basse qu’elle portait toujours avec elle contenait une arme construite avec une technologie de sorcellerie de pointe. Il s’agissait d’une lance anti-démon, Schneewaltzer, capable de neutraliser toute énergie magique et dite capable de même détruire un vampire Primogéniteur.

Cependant, même la plus belle des armes divines n’était qu’un poids mort à l’intérieur d’un monorail aux heures de pointe.

Plaçant l’arme secrète de l’Organisation du Roi Lion de manière à l’empêcher de déranger les autres passagers, Yukina avait été pressée contre Kojou, sa cible de surveillance, plus fermement qu’elle ne l’avait jamais été auparavant.

Entourés de tous côtés par une porte, le dos d’un siège, et les passagers entassés comme des sardines, tous leurs corps étaient pressés fermement contre ceux des autres.

Kojou chuchota alors qu’il sentit le parfum rafraîchissant des cheveux de Yukina et une dangereuse sécheresse dans sa gorge. « Désolé. Tu es bien là, Himeragi… ? »

Kojou avait essayé de retenir Yukina pour l’empêcher de se faire écraser, mais incapable de résister à la pression des passagers, il avait fini par la tenir par-derrière dans ses bras. Une tierce personne pourrait trouver la pose enviable, mais à ce stade, la main droite de Kojou était depuis longtemps engourdie.

« Oui… mais, ah…, » balbutia Yukina.

« Désolé. Ce n’est pas comme si j’avais fait ça exprès… ! » déclara Kojou.

« Je sais cela. C’est la même chose pour moi. C’est — c’est un acte de Dieu, donc… ! » déclara Yukina.

La raison pour laquelle le visage de Yukina était rouge était que son bras gauche, qui tenait encore son sac, était enterré juste entre les jambes de Kojou. Yukina voulait lui arracher son sac d’une manière ou d’une autre, mais dans cet endroit restreint, cela n’allait apparemment pas se produire. Combinée avec les secousses du monorail, cette étrange stimulation donnait à Kojou un moment difficile.

« C’est encore pire que d’habitude aujourd’hui, » murmure Yukina sur un ton désinvolte, peut-être pour se changer les idées.

Il est certain qu’il y avait toujours un mélange de grands nombres d’étudiants et de voyageurs à cette heure du matin. Cependant, les foules étaient rarement aussi importantes. Le nombre de passagers avait presque doublé par rapport à la normale.

« C’est probablement des touristes venus de l’extérieur de l’île. Le festival va bientôt commencer, » déclara Kojou.

« Le festival de la Veillée Funèbre… c’est ça ? C’est aussi un sujet fréquent chez les collégiens, » déclara Yukina.

« Ah, c’est vrai. Tu n’en as jamais vu avant, Himeragi ? » demanda Kojou.

Yukina avait fait un signe de tête aux paroles de Kojou.

Sur instruction spéciale de l’Organisation du Roi Lion, Yukina avait commencé à surveiller Kojou juste avant la fin des vacances d’été.

Cela ne faisait même pas deux mois qu’elle était venue sur l’île d’Itogami, et Kojou était malheureusement conscient que pendant cette courte période, ils avaient fait face à la mort ensemble à plusieurs reprises.

« Je savais que l’événement existait, mais je ne pensais pas que c’était un festival d’une telle ampleur, » déclara Yukina.

« Ils se mettent tous au travail. Toutes les entreprises de l’île ferment pour la journée. Il devient beaucoup plus simple pour les gens d’obtenir la permission de venir sur l’île d’Itogami. Ainsi, nous avons des tonnes de touristes, » déclara Kojou.

Pendant que Kojou parlait, il regarda une publicité accrochée à l’intérieur du wagon.

Le festival de la Veillée Funèbre, qui s’ouvrait chaque année la dernière semaine d’octobre, était le plus grand festival de l’île d’Itogami. Il y avait des feux d’artifice, des concerts en plein air, des défilés de chars et toutes sortes d’autres événements, l’agitation remplissait toute l’île. À cette époque de l’année, plus de deux cent mille touristes venaient visiter l’île d’Itogami — un chiffre choquant si l’on considérait la distance qui sépare l’île du continent japonais.

Il y avait une raison derrière ces chiffres. Normalement, personne d’autre que les personnes liées aux sociétés et aux organismes de recherche du sanctuaire des démons de l’île d’Itogami n’était autorisé à entrer. Si vous êtes un touriste ou un journaliste qui souhaite visiter la ville, ou si vous voulez faire des affaires avec les entreprises du sanctuaire des démons, la période des festivals est l’occasion rêvée pour entrer dans la ville sous ce prétexte.

En tout cas, les affiches du festival étaient placardées dans toute la ville d’Itogami depuis plusieurs jours. Il y avait des émissions spéciales à la télévision, avec des publicités ciblées de manière opportuniste, et ainsi de suite, on ne pouvait pas se tromper sur l’ambiance festive qui régnait dans toute l’île.

« Alors, c’est basé sur Halloween ? » demanda Yukina en regardant le Jack-o’-lantern dessiné sur l’affiche.

« Je suppose que oui. Mais je ne sais pas pourquoi ils ont choisi Halloween, » déclara Kojou d’une voix discrète et emplie de doute, comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre.

Pour commencer, l’île d’Itogami n’avait pas de population autochtone. Mais un festival, un événement qui n’avait pas lieu tous les jours, était très efficace pour plaire aux masses — et stimuler l’économie. Ainsi, au nom du service administratif, la Corporation de management du gigaflotteur avait créé le festival de la Veillée Funèbre basé sur Halloween.

Autrement dit, ils n’avaient aucune raison de ne pas se baser sur Halloween. Pour autant que Kojou s’en souciait, ils auraient pu le baser sur la Saint-Valentin ou le festival des étoiles de Tanabata.

Mais Yukina avait répondu sur un ton inattendu et excessif. « Après tout, Halloween était à l’origine une cérémonie pour chasser le mal. Je pense que c’est un événement qui convient bien à un sanctuaire de démons. »

« Hein… c’est ce que tu penses ? » demanda Kojou.

« Oui. Dans l’ancienne religion celtique, on croyait que l’approche de la saison hivernale était une période où des liens se formaient entre ce monde et celui des esprits, ouvrant la voie à l’arrivée des esprits et des sorcières. Ils se déguisaient et allumaient des feux de joie pour se protéger des monstres, et c’est ainsi qu’a commencé Halloween, » répliqua Yukina.

« Hmm, » murmura Kojou, acceptant son explication au pied de la lettre. Cela ne faisait même pas un an que Kojou était — absurdement — devenu le soi-disant quatrième Primogéniteur. Ses connaissances ordinaires de niveau secondaire en matière de superstition, de sorcellerie et d’occultisme s’étaient avérées pratiquement inutiles. Il n’avait pas l’intention d’opposer ses connaissances à celles de Yukina, qui avait reçu une éducation spéciale en tant que mage de l’organisation du Roi Lion.

« C’est donc de là que viennent les déguisements d’Halloween et les Jack-o’-lantern ? » demanda Kojou.

« Oui. En outre, la tradition d’Halloween elle-même n’est certainement pas sans fondement. Après tout, c’est un fait scientifique que les connexions spatiales deviennent plus facilement instables à cette période de l’année. Il existe des cas documentés de rencontres avec des “visiteurs” d’autres époques et des “non-invités” d’autres mondes, » répondit Yukina.

« … Laisse-moi tranquille. Je ne veux pas avoir affaire à des gars comme ça, » déclara Kojou.

Le regard sombre de Kojou était tout à fait sérieux. C’était un sanctuaire de démons, après tout. Vous ne l’aurez jamais surpris à dire qu’il n’était pas possible de rencontrer de telles choses. Même sans ces types, il en avait déjà assez de tomber sur des trucs super rares comme un Nalakuvera et un Faux Ange.

Et pourtant, Yukina le regardait avec une expression sérieuse. « Oui, Senpai, alors fait attention, » avait-elle demandé.

« Hein ? » Kojou avait regardé Yukina avec perplexité. « Euh… fais attention, dis-tu. Mon attitude va-t-elle causer des problèmes aux envahisseurs d’un autre monde ou quoi que ce soit d’autre ? »

Plus que cela, Kojou avait été choqué par le fait que Yukina semblait penser qu’il aimait être un aimant à problèmes. Aucun étudiant n’aspirait plus que Kojou à une vie paisible. Et pourtant…

« Quoi… ? » Yukina avait cligné des yeux, ses yeux paraissant encore plus surpris que les siens. « Je veux dire que tu es la source de l’énergie magique la moins stable et la plus dangereuse de l’île, Senpai. Ne laisse pas tes vassaux bestiaux s’emballer et déformer un espace déjà instable. En particulier, sois sur tes gardes en cas d’attaque vampirique — . »

Avant que Yukina ne puisse terminer sa phrase, le monorail avait commencé à ralentir à l’approche de la gare. Obéissant à la loi de l’inertie, les passagers s’étaient penchés en avant, Kojou, l’équilibre rompu, avait trouvé sa main gauche caressant la poitrine de Yukina.

« Senpai… ! » s’écria Yukina.

« A-Attends ! C’était une circonstance totalement imprévisible ! » s’exclama Kojou.

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire — elle… ! » répliqua Yukina.

Le regard aiguisé de Yukina avait été formé non pas sur Kojou, mais sur une écolière qui faisait la navette entre son domicile et son lieu de travail, à courte distance. Elle portait un uniforme de l’académie Saikai, mais elle était encore plus petite que Yukina. Ses longs cheveux noirs brillants et sa chair inhabituellement pâle se distinguent nettement.

« Une lycéenne ? C’est un endroit dangereux. »

Kojou avait plissé les sourcils en regardant la jeune fille enterrée dans la foule. Elle se tenait dans un couloir bondé, sans endroit où fuir. Alors que la jeune fille penchait timidement la tête, un homme d’âge moyen se comportait de manière suspecte juste derrière son dos.

« Oui. Peut-être que l’homme qui se tient derrière elle est —, » commença Yukina.

« Un agresseur ? Ce salaud — ! » s’écria Kojou.

« Quoi — !? » s’exclama Yukina.

Kojou avait commencé à charger vers l’homme avec une vigueur qui avait pris Yukina complètement au dépourvu. Ce n’est pas que Kojou avait un sens exagéré de la justice, mais c’était quand même un mal inexcusable selon lui. Pour Kojou, qui avait une petite sœur adolescente, les agressions étaient en tête de sa liste de crimes impardonnables. Si jamais il surprenait quelqu’un qui agressait Nagisa sur le chemin de l’école, il ne se contenterait pas de l’attraper et de le traîner à la police.

« S’il te plaît, Senpai, attends ! Senpai ! Nous devons être sûrs avant de… ! » s’écria Yukina.

Yukina avait essayé de suivre le rythme tandis que Kojou se frayait un chemin parmi les passagers. À ce moment, Kojou avait confirmé que l’homme, déjà aux côtés de la petite écolière, tendait la main vers la cuisse de la fille. Kojou avait tendu sa propre main pour saisir la sienne — et l’instant d’après, la porte du monorail arrêté s’était ouverte en grand.

Après avoir passé tout ce temps à se préparer, les passagers s’étaient précipités sur le quai comme un seul homme, rattrapant Kojou dans leur sillage. De toutes ses forces, il avait étendu le bout de ses doigts vers l’avant et avait fini par toucher les fesses de la petite fille.

À cet instant, une autre main, tendue sur le côté, saisit fermement le poignet de Kojou.

« Hein ? »

« — Bonjour, Monsieur l’Agresseur. Je vous ai pris sur le fait, » murmura une voix étrangement énergique à l’oreille de Kojou. La voix venait d’une jeune femme aux cheveux roux portée en chignon double. Elle portait une chemise et une mini-jupe de style chinois. La tenue semblait assez sportive pour faire du sport, et sa posture était très bonne. Il avait l’impression d’avoir déjà vu son visage quelque part.

« H… hé, lâchez-moi ! Je ne suis pas un agresseur, j’essayais juste d’aider cette fille… ! » s’écria Kojou.

Kojou résista désespérément alors qu’il était traîné sur le quai de la gare, mais la femme aux cheveux roux ne relâcha pas sa prise ferme sur son poignet. Les os de Kojou avaient craqué à cause de la puissance inhumaine de sa prise.

« De cet uniforme, ne me dites pas que vous êtes l’un de nos étudiants ? Attendez, le grand frère d’Akatsuki ? »

« … Eh !? »

Ayant finalement rattrapé Kojou, Yukina s’était arrêtée et avait crié de surprise. « Madame Sasasaki ! »

La femme aux cheveux roux avait plissé ses sourcils en signe de surprise. En voyant cela, Kojou s’était finalement rappelé qui elle était.

C’était le professeur d’éducation physique du collège de l’académie Saikai, Misaki Sasasaki — et le professeur principal de Nagisa et de Yukina.

« Et vous étiez aussi avec lui, Himeragi ? Vous devez prendre soin de votre propre homme, » déclara Sasasaki.

« Ce — ce n’est pas comme ça. Ce n’est pas le mien ni un agresseur, » déclara Yukina.

« Vraiment ? » demanda Sasasaki.

Yukina se portant garante de Kojou, Misaki avait finalement libéré son poignet. Kojou, qui risquait d’être faussement accusé d’avoir agressé une fille, avait pris une très grande respiration alors que la sueur coulait sur son front.

Derrière Kojou et les autres, il avait entendu une voix zézayante, mais étrangement menaçante.

« Le véritable agresseur est ici, espèce de cabot. »

Ils avaient entendu un homme faire un cri pathétique. Se retournant par réflexe, Kojou et les autres avaient vu le type d’âge moyen, tremblant de terreur, le corps entier enveloppé de chaînes. L’écolière aux cheveux longs et foncés, qui avait failli être victime d’un attentat à la pudeur quelques instants auparavant, l’entraînait dans son sillage. Kojou avait finalement réalisé qui elle était vraiment.

« Hein ? »

« … Mme Minamiya ? »

Les voix de Kojou et Yukina étaient totalement déconcertées.

C’était Natsuki Minamiya qui se tenait là, en uniforme d’écolière. La professeur d’anglais du lycée de l’académie Saikai s’était autoproclamée âgée de vingt-six ans. Cependant, d’après son visage, sa silhouette et les détails de son corps, le terme d’adolescente convient mieux, sinon le terme de petite fille serait parfait.

« Attends, tu es Natsuki ? Pourquoi es-tu habillé comme ça ? » demanda Kojou.

« En patrouille. Beaucoup d’étudiantes ont été agressées dans les trains ces derniers temps, » répondit Natsuki.

« … Pourquoi un uniforme de lycéenne ? » demanda Kojou.

« Nous ne pouvons pas utiliser les étudiants comme leurres pour une enquête sur un agresseur, alors je suis déguisée. Je me rends compte qu’il pousse à bout, » déclara Natsuki.

« Je vois maintenant, » déclara Kojou en l’acceptant. Elle avait peut-être l’air jeune, mais Natsuki était une mage d’attaque incroyablement douée. Elle était si accomplie que son travail secondaire consistait à travailler comme instructeur pour la garde de l’île. De nombreux démons la connaissaient et la craignaient par son surnom, la « Sorcière du Vide ». L’assigner à un simple agresseur était une surenchère titanesque. Et il n’y avait pas beaucoup d’enseignants qui avaient l’air aussi convaincants dans un uniforme scolaire.

« Ce n’est pas exagéré, c’est tout à fait naturel… L’uniforme du collège te conviendrait mieux, » déclara Kojou.

« Tu vois, Natsuki ? C’est exactement comme je l’ai dit, n’est-ce pas ? » déclara Misaki.

Misaki souriait fièrement et poussa sa poitrine vers l’extérieur. Bien qu’elle ne mesurait pas plus de 160 cm, elle et la petite Natsuki ressemblaient à des parents et à des enfants.

N’appréciant pas cela, Natsuki avait chassé Misaki. « Personne ne te l’a demandé. De plus, il ne me restait plus d’uniformes du collège, alors je n’avais pas le choix. »

« Les restes… Attends, tu portais cet uniforme, Natsuki ? » demanda Kojou.

Kojou avait regardé, avec réflexe, partout sur l’uniforme de Natsuki. Maintenant qu’elle l’avait mentionné, la taille était parfaite, même si elle n’était pas plus grande qu’une élève de l’école primaire. Si c’était son uniforme personnel, cela signifiait que Natsuki avait été diplômée de l’académie Saikai, ce qui était une nouvelle pour Kojou.

« N’appelle pas ton professeur principal par son prénom. » Les lèvres de Natsuki s’étaient tordues de façon lugubre. « Pourquoi es-tu si respectueux envers ce cabot stupide quand tu m’appelles par mon prénom ? »

« Je suppose que c’est une différence d’autorité et de personnalité, » déclara Misaki.

« Arrête de me caresser ! » s’écria Natsuki.

Misaki caressait la tête de Natsuki comme si elle flattait une petite fille. Natsuki avait jeté un regard furieux sur sa collègue. Natsuki, dont l’ego était sans égal, avait en quelque sorte du mal à faire face à Misaki Sasasaki, qu’elle connaissait depuis l’école. Peut-être était-ce juste dans leur nature.

 

 

Kojou avait pris la parole en regardant les deux professeurs se taquiner.

« C’est comme ça, alors on peut y aller maintenant ? Nous sommes déjà à court de temps, » déclara Kojou.

Misaki avait jeté un coup d’œil à l’homme d’âge moyen, enchaîné, et elle s’était moquée de lui sans vergogne.

« C’est bien. Après tout, nous avons attrapé le véritable agresseur, » déclara Misaki.

Kojou et Yukina avaient fait de légères courbettes à la paire d’enseignantes et s’étaient dirigés vers le contrôleur. C’était encore le matin, mais Kojou se sentait déjà mort de fatigue.

C’est alors que Natsuki l’avait appelé. « Kojou Akatsuki. »

« Oui ? » Kojou se retourna pour regarder innocemment en arrière, et il vit un regard étrange s’abattre sur Natsuki. Le fait de ne pas pouvoir lire ses émotions était la norme, mais quelque chose en elle était différent maintenant. Elle avait un sourire comme celui que vous portiez juste après avoir rencontré un vieil ami, avec un désir et un chagrin d’amour en plus.

« Ce sera bientôt le festival de la Veillée Funèbre, » déclara-t-elle.

« Oui, ça le sera. » Bien qu’il ait été déstabilisé, Kojou avait réussi à suivre son rythme.

« Hmph, » dit Natsuki par les narines. Elle avait fait le même sourire impérieux qu’elle avait toujours fait. Puis, elle avait parlé d’un ton hautain.

« Les cours reprennent normalement au début de la semaine prochaine. Veille à ne pas être en retard à la reprise des cours, » déclara Natsuki.

***

Partie 2

Au cours de la dernière semaine d’octobre, lorsque le festival de la Veillée Funèbre commençait, l’Académie Saikai commençait des vacances scolaires à partir de la veille du festival.

C’était une période pour les membres des clubs qui participaient à des événements tels que des concerts de groupes musicaux et des présentations en classe, pour ceux qui travaillaient ou apparaissaient sur des chars sponsorisés par des entreprises de la ville, pour ceux qui travaillaient à temps partiel ou pour ceux qui voulaient simplement profiter pleinement du festival. Le festival de la Veillée Funèbre était une période de l’année où les étudiants de ville d’Itogami étaient poussés dans des activités frénétiques.

L’école avait émis de nombreux avis afin d’éviter aux élèves des ennuis. Par conséquent, ici, la veille du début des vacances scolaires, le temps de classe avait été prolongé afin que le professeur de classe de chacun puisse y intégrer ces conseils.

Mais cela aussi était un rituel annuel. Les lycéens qui avaient déjà tout entendu étaient encore moins enclins à y prêter attention. Et c’est alors que quelque chose de complètement contraire à tout bon sens s’était produit dans la classe de Kojou Akatsuki.

C’était une petite fille mince qui se tenait sur le pupitre du professeur.

Elle avait les cheveux bleu indigo et les yeux bleus. Son beau visage avait une symétrie complètement artificielle. La jeune fille était un homoncule, née grâce à des procédés industriels mis au point par l’homme.

Bien sûr, aucun étudiant dans un sanctuaire de démons comme celui-ci n’allait vraiment bondir sur un homoncule. Mais le fait qu’elle soit vêtue d’une robe à tablier avec une forte exposition et qu’elle lisait la liste des conseils en tant qu’enseignante suppléante — c’était inhabituel.

« Une bonne… Hé, c’est la femme de chambre de Natsuki, n’est-ce pas ? »

« Pourquoi une bonne enseigne-t-elle ? »

« Elle s’appelle Astarte, n’est-ce pas ? Elle est mignonne. »

« Le plus gros problème, c’est la rumeur qui circule selon laquelle Natsuki portait un uniforme d’école à la gare. »

« … Oui, elle pourrait tout à fait y arriver. »

Alors même que les étudiants, qui n’avaient pas encore saisi la situation, chuchotaient férocement entre eux, tous les yeux étaient rivés sur les paroles et les actes d’Astarte. Elle avait donc fidèlement accompli sa mission première qui consistait à transmettre à la classe les avis sur la période du festival.

« … Qu’est-ce que c’était que ça ? » Maintenant qu’elle avait fait son devoir, la jeune fille homoncule retourna dans la salle d’attente des professeurs. Asagi Aiba avait posé la question à Kojou alors qu’elle regardait la fille partir. C’était une écolière avec une coiffure magnifique et un uniforme qui grattait les règlements justes aux bons endroits.

« Elle l’a dit elle-même, n’est-ce pas ? Natsuki est absente et lui a demandé de la remplacer, » déclara Kojou.

« Hmm. Je suppose qu’une Mage d’Attaque serait plus occupée juste avant le festival ? » Asagi avait murmuré en réponse, semblant vouloir l’accepter. Kojou avait été sur la sellette, mais il n’avait pas parlé de Natsuki qui se promenait en ville comme si elle jouait à être une lycéenne. Elle serait effrayée si elle apprenait qu’il avait porté atteinte à sa réputation de quelque façon que ce soit.

De plus, l’école allait bientôt fermer, bien avant midi. Il ne leur restait plus qu’à rassembler leurs affaires et à rentrer chez eux.

Le monorail est probablement beaucoup moins bondé maintenant, se dit Kojou en se préparant à partir, quand il rencontra les yeux d’Asagi. On aurait dit qu’elle voulait dire quelque chose.

Quoi ? s’interrogea Kojou, en penchant un peu la tête avec désinvolture. Asagi semblait prendre sa résolution lorsqu’elle ouvrit la bouche.

L’instant suivant, Kojou fut soudainement entouré d’une foule de camarades de classe masculins bruyants.

« Hé, Akatsuki. As-tu prévu de participer à des événements du festival de la Veillée Funèbre ? »

« Non. Je n’ai rien décidé. »

Les camarades de classe avaient des regards emplis de doutes sur leur visage lorsque Kojou avait répondu à la question. En entendant sa réponse, les yeux des garçons semblaient briller. Ils étaient comme une meute de bêtes carnivores avec des proies dans leur ligne de mire.

« C’est ainsi. Alors, pourquoi ne travailles-tu pas à temps partiel ? Nous avons un café ouvert prévu en ville, mais il nous manque quelques personnes. Bien sûr, tu seras payé pour cela. Que dirais-tu de 250 yens par heure ? »

« Attends, Kojou ! Si tu vas travailler, sois vendeur sur notre stand ! Nous te donnerons une commission de dix… non, vingt pour cent des ventes ! »

« Tiens bon, Kojou ! N’oublie pas le légendaire tournoi de beach-volley du festival de la Veillée Funèbre !

« Ne veux-tu pas transpirer avec nous avec tout ce sable et cet air frais ? »

« Arrêtez-vous ! Les concours de beauté sont l’âme de tout festival. Nous te voulons comme juge spécial. Alors, viens au Thetis Mall aujourd’hui comme si ta vie en dépendait ! »

« Euh… umm ? »

Kojou était resté sur ses gardes face aux invitations coercitives de ses camarades de classe. En les voyant comme ça, Asagi semblait mécontente. Elle avait appelé sa bonne amie. « Hé, Rin… c’est quoi tout ça ? » avait-elle demandé à voix basse.

« Hee-hee. Akatsuki est très populaire, vois-tu. » Rin Tsukishima plissa ses yeux et rit malicieusement. Son ton taquin avait provoqué un « Argh » de la part d’Asagi lorsque ses joues s’étaient tordues. C’était une grande fille élégante avec l’air d’une adulte, classant Rin comme un type de « beauté cool », mais elle était étonnamment bavarde et avait une intuition aiguisée comme un rasoir. Elle semblait parfaitement comprendre pourquoi Asagi était de mauvaise humeur.

« Eh bien, ce n’est pas tant Kojou que Himeragi, vois-tu, » intervint Motoki Yaze avec le ton éternellement désinvolte présent dans sa voix.

Il était le « mauvais » ami de Kojou, ainsi qu’un vieil ami d’Asagi, à l’époque où ils étaient à l’école primaire.

L’humeur d’Asagi s’était encore aggravée en entendant le nom de la fille sur les lèvres de Yaze.

« Himeragi — veux-tu dire l’étudiante transférée du collège ? » demanda Asagi.

En remarquant le changement à Asagi, Yaze avait fait un signe de tête mondain.

« Il est bien connu que, pour une raison inconnue, partout où va Kojou, elle va. Si Kojou est accepté à l’université X, Himeragi l’est aussi, et c’est un gros problème. Ils auront donc beaucoup de clients, c’est sûr, » déclara Yaze.

Asagi avait exprimé sa mauvaise opinion sur la question. « Ils sont tous une bande d’idiots. »

Ils invitaient essentiellement Kojou pour servir d’appât pour amener Yukina Himeragi à se joindre à eux. Il est vrai que Yukina était une fille charmante et captivante, et que chaque événement auquel elle participait faisait affluer les clients pour la voir de plus près.

Alors qu’Asagi se mettait le menton dans les paumes et boudait, Rin lui demandait avec un regard encore plus heureux. « Es-tu d’accord avec ça, Asagi ? »

Asagi s’était retournée avec agacement. « Avec quoi ? »

« Le festival de la Veillée Funèbre. Tu voulais y aller avec Akatsuki, n’est-ce pas ? » demanda Rin.

« Hmm…, » Asagi s’était figée par réflexe quand la question soudaine avait frappé dans le mille.

Comme les festivals en général, le festival de la Veillée Funèbre était une affaire sérieuse pour les couples. Il y avait des maisons hantées, des feux d’artifice, ainsi que des voyants, des stands vendant des charmes pour approfondir les liens — le sanctuaire des démons était plein de ce genre de choses. La raison pour laquelle Asagi hésitait à inviter Kojou était qu’il était difficile de faire passer cela pour de la désinvolture.

Pendant ce temps, les garçons de la classe avaient continué à inviter Kojou à leurs diverses manifestations.

« Ah… euh, merci pour les invitations, mais je dois dire non, » répondit Kojou.

Il y avait eu un léger tumulte dans la classe, Kojou déclinant avec une fermeté inattendue. « Quoi !? Quel est le problème ? Nous te laisserons même boire du café gratuitement ! »

« Que dirais-tu de vingt-f — Non, trente pour cent, imbécile ! »

« Tu ne comprends pas, Akatsuki ! Tu ne saisis toujours pas la profondeur du beach-volley ! »

« Si être juge ne te suffit pas, pourquoi ne pas être l’un des candidats masculins ? »

Les camarades de classe avaient fait pression sur Kojou pour qu’il change d’avis. Mais Kojou avait gratté son visage endormi.

« Euh, j’ai promis d’aller au festival avec quelqu’un cette année, donc je ne peux pas. Désolé, » déclara Kojou.

D’un seul coup, la soif de sang s’était emparée de plusieurs personnes en entendant les paroles de Kojou.

« Une promesse de sortir avec quelqu’un… !? Veux-tu dire l’élève transférée au collège ? C’est ça ? »

« L’étudiant de transfert ? Ah non, rien à voir avec Himeragi ici, » déclara Kojou.

La réponse désinvolte de Kojou avait complètement déstabilisé les auteurs de l’invitation. Sans exception, leurs regards s’étaient déplacés dans la direction d’Asagi.

« … Pas… l’étudiante transférée ? »

« Alors, veux-tu parler d’Aiba ? »

« Aiba, hein… ? Eh bien, on peut se contenter d’Aiba. »

« Oui, Aiba fonctionnerait, à bien y penser. On ne peut rien y faire. Nous avons vraiment besoin d’Akatsuki dans notre événement maintenant… »

« … Cependant, elle a l’air vraiment énervée pour une raison inconnue. »

La discussion pas si privée des garçons avait fait frémir les lèvres d’Asagi à plusieurs reprises. Rin et Yaze ne soupiraient que dans une apparente pitié.

À ce moment, quelqu’un à l’entrée de la classe avait appelé Kojou d’une voix forte.

« Akatsuki ! Une visiteuse pour toi ! Une fille du collège. »

Cette fois, le timing bizarre avait provoqué une agitation bien plus grande dans la classe.

« Quoi !? »

« L’étudiante transférée ? Alors c’est vraiment l’étudiante transférée ? Aiba, c’est juste pour faire semblant !? »

« Non, attendez ! C’est… ! »

« Ce n’est pas possible ! La Sainte du collège… !? »

Celle qui appelait Kojou était Yuuha Tanahara, de la même classe. Une jeune fille aux cheveux argentés presque translucides se tenait derrière son dos, comme si elle se cachait derrière lui.

Elle portait un maillot de corps à manches longues et à long cou sous son uniforme de collège, ce qui la faisait se détacher presque comme une nonne. Dans un certain sens, son beau visage se démarquait encore plus que celui de Yukina.

Elle était Kanon Kanase, une élève de troisième année du collège. Aussi connue sous le nom de « la Sainte » pour son apparence et l’air de gentillesse qui l’entourait, elle avait de nombreux fans, même parmi les lycéens. Bien que cela ne soit pas de notoriété publique, elle était également princesse de la maison royale d’Alde. C’est sans doute ce qui expliquait l’élégance sublime qui la rendait difficile à approcher.

Et juste comme ça, Kojou avait parlé à Kanon, sans même remarquer les regards qu’ils recevaient. « Kanase ? Es-tu venue à l’école, hein ? »

« Ah oui. Je suis désolée de m’immiscer dans ta classe, mais…, » déclara Kanase.

« Non, c’est tout à fait normal. Te sens-tu mieux maintenant ? » demanda Kojou.

« Oui, j’ai quitté l’hôpital l’autre jour, » répondit Kanase.

Kojou et Kanon avaient une conversation intime, comme s’ils étaient de vieilles connaissances. Les élèves de la classe s’étaient accrochés à chaque mot et à chaque action.

Rin Tsukishima avait baissé la voix et avait chuchoté à l’oreille d’Asagi. « Comment ont-ils fait connaissance ? »

« Il n’y a aucune chance que je sache quelque chose comme ça ! » s’exclama Asagi.

Le sang s’était précipité dans la tête d’Asagi en réponse. Elle savait que Kojou et Yukina avaient été mêlés à une sorte de problème impliquant Kanon Kanase peu de temps auparavant. Cependant, les excuses de Kojou avaient fait oublier tous les détails, elle ne savait toujours pas pourquoi il avait été impliqué dans un tel incident. Et sans même remarquer qu’Asagi le regardait, il y avait Kojou, debout à côté de Kanon et faisant un sourire frivole.

« As-tu donc fait tout ce chemin pour me saluer ? » demanda Kojou.

« Oui. Il y a aussi une faveur que je voulais te demander, » déclara Kanon.

Kojou semblait surpris lorsqu’il avait répondu. « Une faveur ? Moi ? »

Kanon baissa timidement les yeux. « Oui, ah… »

Alors que la voix de la jeune fille aux cheveux d’argent diminuait avec hésitation, les camarades de classe de Kojou retenaient leur souffle, attendant qu’elle continue. Finalement, Kanon avait levé le visage avec force et avait demandé à Kojou d’une voix pleine de tension…

« Puis-je aller chez toi et… passer la nuit là-bas ? » demanda Kanon.

À ce moment, ce qui semblait être un silence glacial s’était abattu sur la classe. Seule Asagi avait eu une expression de choc complet lorsqu’elle avait haussé la voix dans un « Quoi — !? » Puis…

L’attitude de Kojou avait été désinvolte puisqu’il avait accepté la demande de Kanon.

« Bien sûr, ça ne me dérange pas du tout, mais…, » répondit Kojou.

Les yeux d’Asagi s’ouvrirent en grand et se figèrent comme ça alors que ses épaules tremblaient comme si elle touchait un fil sous tension.

« Qu-quoi — !? »

En regardant à côté d’elle, Yaze avait secoué la tête d’un air exaspéré.

Rin avait fortement saisi le poignet d’Asagi et avait dramatiquement levé leurs deux mains ensemble.

« Attendez un peu ! » La classe avait été secouée une fois de plus comme si un tremblement de terre se produisait. Même Kojou et Kanon avaient été obligés de remarquer l’étrange aura et de regarder vers là-bas. Rin avait fait un sourire en informant Kojou de la résolution. « Nous vous rejoindrons. Ça ne te dérange pas, n’est-ce pas, Akatsuki ? »

Kojou avait un air stupéfait en répondant avec une question. « Hein ? »

Asagi n’avait toujours aucune idée de ce qui se passait sur terre, alors qu’elle jetait un regard entre un Kojou désorienté, une Rin souriant agréablement et les autres, et que sa propre main qui se levait haut, puis, elle criait…

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Il restait deux jours avant le festival de la Veillée Funèbre. Les signes de la montée de l’humeur festive étaient devenus de plus en plus évidents.

***

Partie 3

L’Île Sud était le quartier sud de l’île d’Itogami, plein de quartiers résidentiels. Ici, le frère et la sœur Akatsuki vivaient dans un immeuble d’appartements construit au sommet d’une douce colline artificielle.

Leur numéro d’appartement était le 704. Il avait été aménagé dans un agencement standard de trois chambres à coucher, cuisine, salle à manger, salon. La vue spectaculaire depuis la fenêtre contrastait le ciel du soir avec la ligne d’horizon de la ville d’Itogami étendue en dessous et teintée en rouge par les rayons du soleil couchant.

Les grandes assiettes de la table à manger en verre étaient empilées en hauteur avec de la nourriture.

Kanon était debout dans son uniforme d’écolière, regardant la cuisine et se sentant très mal à l’aise. Alors qu’une expression teintée de tension se dessinait sur son visage, le bruit des feux d’artifice avait éclaté, comme pour la faire se recroqueviller encore plus.

Nagisa Akatsuki avait crié alors que les pétards remplissaient l’air de bruit. « Kanon, félicitations pour ta sortie de l’hôpital ! »

Elle était en troisième année de collège, tout comme Yukina et Kanon, et aussi la petite sœur biologique de Kojou. Elle avait l’air un peu plus enfantine que les autres filles de son âge, mais dans l’ensemble, c’était une petite sœur très capable. Elle avait l’air mignonne, ses notes étaient plutôt bonnes. Elle était douée pour toutes sortes de travaux ménagers. Son plus grand défaut était sa propension à trop parler, mais, assez mystérieusement, elle ne semblait jamais irriter personne avec cela.

La plupart des aliments sur la table étaient sa cuisine maison.

Kanon regarda autour d’elle avec une expression embarrassée, mais reconnaissante alors que des confettis tombaient sur tout son corps.

« Hum, ah… Je suis désolée de t’avoir fait subir tout ce mal juste pour moi…, » déclara Kanon.

Nagisa parlait d’une voix encore plus brillante, comme si le fait de voir Kanon comme ça ne faisait que l’encourager davantage.

« Qu’est-ce que tu dis ? Tu es l’invitée d’honneur du jour. Voilà, assois-toi ! Mange ! Je suis vraiment fière de cette salade. Il y a une vinaigrette maison avec des noix, des cacahuètes et du sésame. Voici la Croquette Itogami Deluxe de Tanaya. Voici le grand plat final du Nagisa Spécial Red-Hot Chili Beans. Les pâtes carbonara napolitaines ont également presque fini de bouillir, » déclara Nagisa.

Kanon sourit agréablement, mais maladroitement, peut-être un peu effrayé par la vigueur de Nagisa. « Merci. »

Yaze, qui était assis effrontément juste à côté de Kanon, avait immédiatement tendu la main avec ses baguettes. « Whoa, c’est délicieux. C’est vraiment approprié venant de toi, Nagisa. T’es-tu encore améliorée ? »

Asagi plaça sa main à la joue en apportant une soupe servie froide à ses lèvres.

« C’est vraiment le cas. Le fait qu’elle soit la petite sœur de Kojou est un peu un gâchis, » déclara Asagi.

Kojou, chassé dans un coin du salon, avait lancé un regard ahuri sur les filles.

« Pourquoi êtes-vous aussi tous ici à la fête de rétablissement de Kanon ? » demanda Kojou.

« Ne dis pas ça. C’est quelque chose de bien à fêter, alors plus on est de fous, mieux c’est, non ? » déclara Yaze.

« Sache, Kojou, que j’ai payé pour la viande que tu manges, » déclara Asagi.

« Arghh. »

Kojou avait poussé un soupir exaspéré devant le comportement totalement éhonté de Yaze et Asagi. En fait, Kojou ne savait toujours pas pourquoi ils avaient soudainement annoncé qu’ils venaient chez lui.

Le fait est que leur venue lui facilitait un peu les choses de toute façon.

Même si c’était une fête de rétablissement pour une connaissance, il avait naturellement ressenti une certaine gêne à l’idée de manger un repas entouré de filles du même âge que sa petite sœur.

Asagi avait soudain posé une question en faisant une pause dans son repas. « … Quelle est ta relation avec Kanase ? »

Quelle que soit l’impression que donne son apparence, c’était une mangeuse vorace. Nagisa avait mis de la nouvelle nourriture dans l’assiette vide d’Asagi à maintes reprises.

« Je l’ai expliqué hier. Kanase se faisait soigner pour sa maladie chez la Magus Craft, et Himeragi et moi avons donné notre sang pour l’aider. N’est-ce pas, Himeragi ? » répondit Kojou.

« Oui. C’est vrai. Je suis désolée de vous avoir tous inquiétés parce que nous étions si pressés, » répondit Yukina.

Kojou et Yukina avaient donné leurs explications en douceur. Ils avaient fait en sorte que leurs histoires correspondent à une telle occasion. Mais en constatant qu’une excuse aussi lisse n’était pas naturelle en soi, un doute évident s’était installé chez Asagi. « Alors, que se passe-t-il avec la princesse ? »

« Eh bien, comme je l’ai dit, le père de Kanase était le sorcier-ingénieur royal d’Aldegia quand il était plus jeune, c’est pourquoi elle venait lui rendre visite, » répondit Kojou.

« Hmm. »

L’explication de Kojou et Yukina différait sensiblement de la vérité, mais compte tenu des relations entre les différentes personnes, ce n’était pas non plus un mensonge. Bien qu’Asagi n’ait manifestement pas cru à tout cela, elle avait apparemment renoncé à poursuivre l’affaire.

C’était plutôt la dernière participante qui avait parlé depuis la direction de la chambre de Kojou.

« Hmm… donc c’est la chambre d’Akatsuki. Étonnamment normal. Hmm, très intéressant, » déclara Rin.

« Pourrais-tu, par exemple, ne pas aller dans la chambre des autres et regarder sous leur lit, Tsukishima ? » Kojou avait crié d’une voix stridente, regardant Rin de dos alors qu’elle se penchait sur le sol.

Elle était connue pour son comportement cool avec tous les autres, peu importe qui ils étaient, mais son comportement envers Kojou était un peu différent. Rin, dont le père était un célèbre spécialiste de la biologie démoniaque, connaissait exceptionnellement bien les caractéristiques des démons. Grâce à cela, Kojou avait senti que Rin agissait de temps en temps comme si elle avait compris qu’il n’était pas un être humain normal.

Cela dit, elle n’avait jamais regardé Kojou avec un soupçon d’hostilité. De toute évidence, elle n’avait pas l’intention de faire tanguer le bateau. Elle était apparue comme l’observatrice amusée classique. Son insistance à venir à la résidence Akatsuki avait sans doute contribué à cette curiosité.

Rin semblait s’intéresser beaucoup à l’étagère de Kojou.

« J’ai trouvé un album. Puis-je jeter un coup d’œil ? » demanda Rin.

« Vas-y, mais ce n’est qu’une chose qui vient de l’école primaire. Je doute qu’il y ait quoi que ce soit d’intéressant, » répondit Kojou.

Kojou avait voulu la prévenir de bien s’en occuper, mais les filles semblaient toutes se faire une idée différente. Asagi et Yukina s’étaient alors rassemblées autour de Rin, l’air beaucoup plus intéressé maintenant alors qu’il avait ouvert sa grande bouche.

Alors qu’elle feuilletait les pages de l’album, Rin avait plissé les sourcils, apparemment amusés.

« Ah, wôw Akatsuki. Hmm, il lui ressemble beaucoup, n’est-ce pas ? » déclara Rin.

Yukina avait regardé avec attention en transmettant ses propres impressions. « Ainsi, Senpai a également été un jour un élève de l’école primaire. Mignon… peut-être ? »

« C’est quoi ce “peut-être” ? Dis que je l’étais, bon sang ! » se plaignait amèrement à un Kojou déprimé.

Kanon ricanait et souriait en écoutant l’échange. « C’est donc juste avant que Kojou n’emménage à la ville d’Itogami, hein ? »

C’est Asagi qui avait vérifié la date sur la photo. « Il semble que ce soit le cas. Toutes les autres ont clairement été prises alors qu’il était encore en primaire. »

Kojou l’avait rencontrée immédiatement après avoir déménagé sur l’île d’Itogami quelque quatre ans auparavant. Kojou venait juste d’entrer au collège.

« Qui est-ce ? Ils sont ensemble sur beaucoup de ces photos. » Yaze avait pris l’album alors qu’il l’avait demandé.

Kojou avait été photographié avec un coéquipier dans la même tenue de basket. Le jeune était fortement brûlé par le soleil, mais c’était un écolier primaire au visage très énergique.

« Ah oui, c’est Yuuma, » déclara Kojou.

« Yuuma ? » demanda Yaze.

« Quelqu’un avec qui nous jouions quand nous étions petits. Un ami du basket-ball quand j’étais jeune… Nous étions un peu comme deux pommes pourries dans un tonneau, » déclara Kojou.

« Vraiment, » déclara Rin, les yeux fermés par une apparente admiration. « Assez beau. Complètement gaspillé pour un ami comme toi, Akatsuki. »

Kojou se lamenta, et ses lèvres tordirent comme si cela lui faisait vraiment mal.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? Et si mon ami est plus beau que moi, cela change quoi ? » demanda Kojou.

Pour sa part, Yaze avait fixé la photo avec une expression qui n’avait pas du tout l’air fausse.

« Merde. Je pensais être le seul bon ami de Kojou, mais dire que le gars devant moi était si génial ! » déclara Yaze.

Asagi avait froncé les sourcils, comme si cela lui déplaisait profondément. « Vous me donnez tous les deux la chair de poule… »

Les yeux de Kojou s’étaient écarquillés par réflexe.

« Quoi, moi aussi !? » demanda Kojou.

Nagisa avait éclaté de rire. « Contrairement à Kojou ici présent, Yuuma était très populaire auprès des filles à l’époque. »

« Ouais. » Kojou avait hoché la tête à contrecœur. Son vieil ami était très populaire auprès des dames.

Puis, comme si elle venait de se souvenir, Nagisa avait sorti son téléphone portable et avait ouvert son écran de messagerie.

« Ah oui, j’ai reçu un e-mail un peu plus tôt. Yuuma arrivera à l’aéroport à neuf heures demain matin, » déclara Nagisa.

Yaze avait regardé en réponse avec une surprise visible. L’album de Kojou lui avait fait frémir le doigt. « Hein ? Veux-tu dire qu’il vient sur l’île d’Itogami ? »

Kojou répondit avec un ton d’indifférence alors que Nagisa portait dans une assiette pleine de pâtes. « C’est exact. Apparemment, un parent s’est tordu les bras et a offert à Yuuma un billet pour le festival de la Veillée Funèbre. »

La raison pour laquelle il avait déterré l’ancien album était de préparer les retrouvailles avec son vieil ami.

« C’est vrai, tu as dit que tu avais promis de faire visiter la ville à quelqu’un cette année, n’est-ce pas, Akatsuki ? » Rin avait parlé comme si ses soupçons s’étaient soudainement dissipés.

« Oui, j’ai promis de faire visiter l’île à Yuuma, » déclara Kojou en portant des pâtes à ses lèvres.

Rin avait un air satisfait sur son visage, souriant à Asagi comme pour la consoler. « Si c’est pour faire visiter un ami, on ne peut rien y faire. N’est-ce pas, Asagi ? »

Asagi, de retour à sa place à table, avait attaqué sa nourriture une fois de plus avec encore plus de vigueur. « C’est bon. Je me suis dit que c’était quelque chose comme ça de toute façon. »

Nagisa rayonnait à la vue de ses plats qui disparaissait rapidement.

Asagi avait soudainement laissé la nourriture se reposer et avait regardé Yukina assise à côté d’elle. Asagi s’était approchée de son visage et lui avait demandé en chuchotant. « Hé… tu savais que l’ami de Kojou allait venir… ? »

« Non, » déclara Yukina, en secouant la tête, apparemment déçue. « C’est la première fois que j’entends parler de ses projets pour le festival. »

Les deux filles avaient échangé un regard et avaient soupiré en même temps.

« C’est tout à fait approprié venant de lui, » déclara Yukina.

« … C’est le cas, n’est-ce pas ? » déclara Asagi.

Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Kojou se demandait, sans raison concrète, si le fait de voir les deux filles exprimer une sympathie aussi étrange pour l’autre ne le mettait pas mal à l’aise.

***

Partie 4

En dépit de l’inquiétude et de la consternation qui régnaient avant le début de la fête, celle-ci s’était terminée de manière pacifique et festive.

Kanon, l’invitée d’honneur, avait écouté avec joie les plaisanteries incessantes de Nagisa et les histoires stupides de Yaze sans un seul regard désagréable sur son visage. En observant la vie privée de Kojou, Rin s’était apparemment aussi contentée de ça.

Asagi et Yukina se livraient à un duel de jeux vidéo au rythme et à la danse endiablés, leur niveau de tension approchant du désespoir pour des raisons inconnues. Dans un coin se trouvait Yukina, dotée de réflexes d’une rapidité surhumaine, dans l’autre Asagi, possédant l’intuition d’un génie et une connaissance approfondie des algorithmes informatiques. Leur combat acharné s’était soldé par des scores élevés inouïs, mais s’était terminé sans vainqueur incontestable. Kojou avait du mal à dire si elles s’entendaient bien ou si elles se détestaient.

Comme Asagi et les autres étudiants n’avaient pas fait de préparatifs pour passer la nuit, ils avaient dû partir à temps pour prendre le dernier train pour y retourner. Seuls Kojou et trois élèves du collège étaient restés dans la résidence Akatsuki.

Apparemment, Kanon et Yukina allaient dormir dans la chambre de Nagisa. Kojou, le seul homme dans la zone, se réfugia dans sa propre chambre et se plaça immédiatement au lit.

La mère de Kojou et Nagisa, qui portait le titre impressionnant de chef de la recherche dans l’une des entreprises de la ville, n’était pas rentrée chez elle depuis une ou deux semaines. Pour elle, ne pas être revenue à cette heure signifiait qu’elle dormait probablement encore une fois sur son lieu de travail.

Cela dit, même elle ne manquerait sûrement pas une visite à domicile lorsque le laboratoire sera fermé pour le festival de la Veillée Funèbre. De plus, Yuuma arrivait. La journée de demain s’annonçait encore plus mouvementée.

Kojou avait regardé le plafond pendant un bon moment, alors qu’il réfléchissait profondément à ce genre de choses.

C’était comme d’habitude, mais il ne pouvait pas dormir.

Dès le départ, Kojou était un oiseau de nuit, et la tendance n’avait fait que s’accentuer depuis qu’il était devenu vampire. La situation était devenue suffisamment extrême pour qu’il ait préféré s’endormir le jour et se lever la nuit s’il le pouvait.

Mais cela aurait bien sûr un impact sur sa vie au lycée, et d’ailleurs, Nagisa remarquerait sans doute qu’il était un vampire s’il faisait une telle chose. C’était quelque chose qu’il devait éviter à tout prix. Il ne pouvait pas lui faire savoir que son propre grand frère était devenu un démon.

Au milieu d’une autre nuit d’insomnie et d’inquiétude, les oreilles de Kojou avaient entendu une voix plutôt réservée.

« … Akatsuki. »

Pendant un instant, il avait cru entendre des choses, mais lorsqu’il avait regardé plus attentivement, Kojou avait vu que la porte de sa chambre était légèrement ouverte. Il pouvait voir de magnifiques cheveux argentés scintillants à travers la fissure.

« Euh, es-tu toujours réveillé ? »

« … Kanase ? »

Lorsque Kojou répondit d’une petite voix, Kanon fit afficher sur son visage un regard soulagé. Elle avait poliment baissé la tête et était entrée dans la pièce. Puis, elle avait doucement fermé la porte derrière elle.

Elle était vêtue d’un pyjama qui s’étendait jusqu’aux genoux. Le tissu bleu pâle étant de la même couleur que ses yeux, ils convenaient particulièrement bien à Kanon.

Kojou se tourna vers Kanon et s’assit, lui lançant un regard ahuri. Pendant un moment, il s’était demandé s’il s’agissait d’une « intrusion dans la chambre de quelqu’un », comme il l’avait entendu dire, mais il avait immédiatement écarté cette possibilité. Il ne pensait pas qu’une fille comme Kanon, élevée par des religieuses et même surnommée une sainte, se livrerait à un tel comportement.

« Qu’est-ce que c’est, dans un moment comme celui-ci ? » demanda Kojou.

« Je voulais avoir une conversation privée avec toi, » déclara Kanon.

« Conversation ? » demanda Kojou.

« Oui, » déclara Kanon, en hochant la tête d’un air sérieux.

Kojou s’était déplacé dans le coin du lit et avait donné à Kanon de l’espace pour s’asseoir. Kanon rougit un peu en posant ses hanches à côté de Kojou. Puis, elle jeta un autre regard doux et elle poursuivit. « Je voulais te parler de la faux-ange. »

L’expression de Kojou était devenue grave.

« … Te souviens-tu quand tu es devenue une ange ? » demanda Kojou.

Une faux-ange était un être qui avait vu le jour en utilisant des moyens de sorcellerie pour faire passer un corps humain à celui d’un être supérieur. Kanon, naturellement apte à être un puissant médium spirituel en raison du sang royal Aldegian qui coulait à travers elle, avait été sélectionné comme sujet de test. Et pendant un certain temps, elle était arrivée à une forme angélique impossible à distinguer de la réalité. Cependant, elle avait payé un lourd tribut dans le cadre d’une expérience aussi téméraire, conçue pour transformer un être humain en ange par la force. Elle avait été engagée dans des combats meurtriers contre d’autres faux-anges, et finalement, la conscience de soi de Kanon avait commencé à s’estomper. En outre, les faux-anges produites par ces moyens étaient considérées par d’autres comme de simples armes.

Finalement, Kojou et Yukina avaient pu sauver Kanon des circonstances horribles qui l’avaient frappée. Cependant, aucun d’entre eux n’avait l’intention de dire à Kanon une telle chose.

De plus, la vérité était que Kojou l’avait plus combattue que sauvée. Un seul faux pas et Kojou et Yukina l’auraient tuée. Ils pensaient que dire une telle chose à Kanon ne ferait qu’accroître son angoisse. Lorsqu’ils avaient appris que Kanon n’avait aucun souvenir de son époque en tant que faux-ange, ils avaient tous deux pensé que son amnésie était vraiment une bénédiction.

Mais si Kanon n’en avait pas perdu le souvenir, cela aurait été une tout autre histoire.

Il semblerait que Kanon soit venue rendre visite à Kojou en toute tranquillité pour lui faire part des événements de cette journée.

Cependant, Kojou ne savait pas comment expliquer logiquement les choses tout en tenant compte des sentiments de Kanon. De plus, lui dire la vérité signifiait naturellement exposer le fait qu’il était un vampire. C’est une autre raison pour laquelle Kojou avait hésité. Si l’amie de Nagisa connaissait la vérité à son sujet, cela augmentait les chances que Nagisa elle-même l’apprenne.

C’était une pièce sombre, sans source de lumière. En haut du lit étroit, Kojou avait rencontré les yeux de Kanon sans savoir comment il allait s’en sortir.

C’est alors que Nagisa avait soudainement frappé à la porte.

« J’entends quelqu’un parler. Kojou, es-tu toujours éveillé… ? » demanda Nagisa.

La porte s’était ouverte soudainement sans attendre la réponse de Kojou.

Juste avant cela, Kojou avait poussé Kanon contre le haut du lit, la cachant complètement sous l’édredon alors qu’il se mettait lui-même sous celui-ci. Kanon était sur le point de hausser la voix quand Kojou lui avait couvert la bouche avec sa paume, lui disant avec ses yeux : reste tranquille !

Heureusement, Nagisa semblait croire que Kojou dormait, sans remarquer que Kanon était cachée sous la couette.

« … Mince, Kojou. Ne règle pas le thermostat aussi bas, » déclara Nagisa.

Prenant la télécommande posée sur un bureau, elle avait éteint l’air conditionné avant de bâiller d’un air endormi.

« Hm… salle de bain… salle de bain… »

Sur ce, Nagisa avait quitté la pièce. Kojou s’était finalement détendu en sentant sa présence s’éloigner. Cachée sous l’édredon, Kanon soupira aussi de soulagement.

Il était fort possible que Nagisa ait été un peu agitée lorsqu’elle avait réalisé que Kanon ne dormait pas dans sa chambre comme elle le devait. Il ne faisait aucun doute que Nagisa s’enflammerait si elle le voyait avec Kanon dans un moment pareil.

« On dirait que nous n’avons pas été découverts, » commenta Kojou.

Kanon avait souri avec charme alors que seuls ses yeux étaient visibles sous l’édredon.

« Mon cœur battait vraiment fort, » déclara Kanon.

Le propre cœur de Kojou battait tout aussi fort. « Désolé de t’avoir traînée sous la couette comme ça. »

« C’est bien. C’était en fait assez amusant. » Kanon avait amené son visage jusqu’à l’oreille de Kojou pendant qu’elle parlait. Cette proximité inattendue avait rendu tout le corps de Kojou à nouveau rigide. Il avait compris que c’était seulement pour que sa voix ne soit pas portée en dehors de la pièce, mais même ainsi, c’était une position terriblement suggestive sur le dessus d’un lit.

« K-Kanase… euh…, » déclara Kojou.

« Je suis venue pour te remercier. J’ai appris comment toi et Yukina m’avez sauvée, » déclara Kanon.

« Hein… ? » s’exclama Kojou.

« J’ai tout entendu de Mme Natsuki… sur les recherches de mon père… et sur ce que tu es vraiment…, » déclara Kanon.

Kojou avait retenu son souffle face à la soudaine confession de Kanon. En raison de la participation de son père à l’expérience Faux-Ange, Natsuki Minamiya était actuellement la tutrice de Kanon.

Kanon avait-elle donc déjà tout entendu de la bouche de Natsuki : la vérité sur l’incident et aussi la vérité sur Kojou ?

Kanon continua à parler dans les oreilles de Kojou qui était secoué. Ses paroles avaient en quelque sorte présenté de l’admiration. « Tu es vraiment un héros, n’est-ce pas ? »

« Hein… !? » s’exclama Kojou.

Les paroles totalement inattendues de Kanon avaient fait taire Kojou. Kojou n’avait pas la moindre idée de ce dont elle parlait. Mais Kanon avait continué sur un ton très sérieux. « Mme Natsuki m’a tout racontée. Comment tu as été capturé par une organisation maléfique et converti en Guerrier Mystique, et comment tu travailles pour la paix de l’île d’Itogami sans que personne ne le sache... »

Découragée, sans pierre pour se glisser sous elle, la voix de Kojou tremblait. « Pourquoi cette petite crevette… ! »

Soit parce qu’elle n’avait pas trouvé de bonne explication, soit parce qu’elle avait décidé à mi-chemin que c’était trop difficile, Natsuki avait apparemment fait croire à Kanon une histoire digne d’une bande dessinée.

D’une certaine manière, cela avait du sens et cela avait réussi à cacher le fait que Kojou était un vampire, mais il se demandait si elle n’aurait pas pu cracher une excuse un peu plus sensée. Mais cela semblait tout à fait acceptable pour Kanon.

« … Hum, Kanase. Pourrais-tu ne pas en parler à Nagisa ? » demanda Kojou, la voix frêle.

Il était en proie à un conflit intérieur d’une gravité inattendue, qui était mieux : être démasqué en tant que vampire ou pris pour un cyborg.

« Je comprends. L’identité d’un héros est secrète, même pour sa propre famille, » déclara Kanon d’un signe de tête ferme.

Voyant cela, Kojou avait décidé qu’il était inutile de ruminer davantage sur la question et avait donc changé de rythme émotionnel. « Au fait, Kanase, vas-tu bien ? Je parle du fait d’aller dormir chez moi juste après être sorti de l’hôpital. »

« Oui. Physiquement, je vais très bien. Mme Natsuki m’a aussi donné la permission, » déclara Kanon.

« Ah, d’accord. Je suis heureux de l’entendre, » répondit Kojou.

« Oui. Astarte a également fait beaucoup pour moi, » déclara Kanon.

La réponse de Kanon avait fait sourire Kojou, soulagé. Apparemment, sa nouvelle vie chez Natsuki se passait plutôt bien.

Mais juste au moment où Kojou commençait à se détendre, il entendit à nouveau des bruits de pas venant du couloir. Apparemment, Nagisa revenait après s’être occupée du nécessaire.

Alors que Kanon s’agitait, Kojou la poussa une fois de plus sur le lit, tirant la couverture sur ses propres épaules. Les deux individus se serraient pratiquement l’un contre l’autre en attendant le passage de Nagisa.

Mais à ce moment-là, Kojou avait été secoué lorsqu’il avait remarqué qu’une sensation inattendue qu’il percevait en provenance de Kanon était pressée contre lui.

« Kanase. Par hasard, euh, sous ton pyjama… ? » murmura Kojou.

« Oui ? » demanda Kanon.

Kanon leva les yeux sur Kojou avec un regard mystifié. Par réflexe, Kojou détourna les yeux, incapable de regarder directement son expression sans artifice.

Quelque chose se pressait contre son corps. Bien que de taille modeste, la pression était douce et souple. Son instinct animal en était certain : elle ne portait pas de soutien-gorge en ce moment. Apparemment, Kanon n’en portait pas pour aller au coucher.

« Akatsuki ? » Kanon l’interrogeait avec une apparente inquiétude, remarquant le petit frisson de Kojou. Mais pour l’instant, Kojou n’avait pas eu le luxe de répondre. Ce n’était pas qu’il était malade. Kojou avait été agressé par un simple phénomène biologique. Mais il s’agissait d’une condition abominable et pernicieuse exclusive au corps du vampire : à savoir l’envie de boire du sang.

Bien qu’elles fassent encore l’objet de nombreux malentendus dans le monde entier, les espèces connues sous le nom de vampires ne buvaient pas le sang des autres pour se nourrir. Le véritable déclencheur des pulsions vampiriques n’était pas la faim, mais l’excitation physique, en d’autres termes, la luxure.

« Qu’y a-t-il, Akatsuki ? Est-ce que tu ne te sens pas bien… !? » demanda Kanon.

« Je vais bien… alors, s’il te plaît, n’appuie pas trop fort. C’est juste un petit, hum…, » répondit Kojou.

Kanon s’était penchée, regardant le visage de Kojou avec un regard inquiet. Il lui était reconnaissant de sa sollicitude, mais en se penchant, elle exposa à la fois son cou blanc et ses seins, stimulant encore plus Kojou.

Son champ de vision était devenu cramoisi, empreint d’excitation, ses canines s’étaient allongées et sa vue avait palpité.

À ce rythme, il perdrait complètement la raison — du moins le pensait-il lorsque, un instant plus tard, le goût sucré et métallique du sang se répandit dans sa bouche.

Kanon avait laissé échapper un glapissement. « Akatsuki, tu saignes du nez !? »

Cependant, Kojou était soulagé de sentir le filet du saignement de nez. Ce goût avait temporairement chassé ses pulsions vampiriques. Le goût de son propre sang ne lui posait aucun problème. Même si cela signifiait être pris pour un saignement de nez dû à l’étreinte d’une collégienne, cela signifiait que Kanon n’allait pas être blessé, et c’était une bonne chose.

Ce qui avait brisé le sentiment fugace d’accomplissement de Kojou en petits morceaux méconnaissables, c’était la voix calme qu’il avait entendue de l’entrée de sa chambre.

« … Que fais-tu avec Kanase au milieu de la nuit, Senpai ? »

« H-Himeragi !? » s’écria Kojou.

Réalisant qui était l’orateur, l’expression de Kojou s’était figée. À un moment donné, Yukina, vêtue d’un pyjama monochrome, était venue se tenir à l’intérieur de la chambre de Kojou, avec une expression sans émotion comme de la glace.

Nagisa était debout à côté d’elle en pyjama à pois. Ses cheveux défaits semblaient se dresser sur la tête tandis que ses épaules tremblaient en silence. Apparemment, elle était tellement en colère qu’elle ne pouvait pas parler. C’était un très mauvais signe.

Kojou secoua la tête avec un regard de désespoir.

« Attendez, ce n’est pas le cas ! Ce n’est pas comme ça. Nous avons juste une conversation très importante…, » déclara Kojou.

Mais Yukina fermait les yeux à moitié en poussant un soupir glacial. « Une conversation importante au lit ? »

 

 

« Dans une situation comme celle-ci, tout ce que tu dis ne sonne que comme une excuse… ! » déclara Nagisa à voix basse et étouffée.

La sueur coula dans le dos de Kojou.

« … Je suppose que oui, » déclara Kojou.

Ne remarquant pas la soif de sang que leur conversation avec Kojou avait suscité, Kanon avait levé les yeux vers Kojou, la seule à s’inquiéter de son hémorragie.

« Le saignement de nez ne s’arrête pas. Qu’est-ce que je vais faire… ? Ah, c’est vrai… ! » s’exclama Kanon.

Soudain, se levant avec force, Kanon avait levé la main en position haute comme pour une séance de karaté. Kojou avait senti qu’elle rassemblait involontairement une grande quantité d’énergie rituelle dans sa main aplatie.

Bien qu’elle l’ignorait totalement, Kanon était de la famille royale — un descendant direct de la famille royale Aldegian. Si l’on ne mesure que le potentiel brut, elle était une médium spirituelle rivalisant en force avec Yukina.

« J’ai entendu dire que cela peut être guéri immédiatement par un coup à l’arrière de la tête ! » déclara Kanon.

Kojou avait paniqué en réalisant ce que Kanon voulait faire. « Attends un peu ! Tu t’es trompé dans tes premiers soins ! Les bonnes filles ne devraient pas copier des trucs de la télévision, c’est dangereux ! »

Si elle lui donnait un coup de jeune fille du sanctuaire avec tant de pouvoir spirituel à l’arrière de la tête, il ne pensait pas qu’un vampire immortel pourrait mourir de ça. Même sans cela, il était dangereux de mélanger les premiers secours.

Cependant, l’appel à la pitié de Kojou fut vain, Kanon fit descendre la frappe en laissant sortir avec sa jolie voix. « Yah ! »

La vision de Kojou s’était assombrie lorsque le coup mortel avait été porté.

Les dernières choses que Kojou avait vues avec les dernières traces de sa conscience avaient été Yukina, qui se couvrait les yeux en lui disant qu’il récoltait ce qu’il avait semé, et sa propre sœur, avec un regard froid et méprisant.

***

Partie 5

Au neuvième mois lunaire, quelques jours après le premier croissant de lune gonflé au-delà de la moitié de sa taille, le ciel du sud-ouest brillait de mille feux.

La nuit du sanctuaire des démons avait été longue. De nombreux démons aimaient la nuit, ainsi, dans les villes à forte population de démons de passage, les commerces proposant de la nourriture et des divertissements avaient continué à fonctionner jusqu’à l’aube ou presque.

D’autre part, un peu à l’écart de l’agitation de la ville, l’île était entourée par la mer sombre et grande ouverte couverte par la nuit, où même la lumière des néons n’arrivait pas. Les vagues rugueuses de l’océan s’écrasaient sans cesse contre les falaises de l’île artificielle, répandant des embruns froids tout autour. Une voix tordue et moqueuse résonna sur la surface de la mer, ondoyante et veloutée.

Une femme vêtue d’une tenue rouge parla.

« Comme avant, une ville horrible, ma sœur. »

Ses vêtements étaient très révélateurs, on aurait pu croire qu’elle était une danseuse d’un pays étranger. Elle portait des bas de jarretière sensationnels ainsi qu’une robe de sorcière et une longue capuche. Tous étaient teints en écarlate, comme la couleur du sang.

À en juger par son apparence, elle avait une vingtaine d’années. D’après ses vêtements, on pourrait penser qu’elle était une prostituée ou vue de dos seulement, peut-être une prêtresse. Cependant, l’atmosphère sinistre qui l’entourait ne lui rappelait qu’un seul mot : sorcière.

L’autre voix enivrante répondit à la femme écarlate par un rire. « Oui, tout à fait. »

Cette femme était en noir de jais. Elle portait un chapeau triangulaire à larges bords sur la tête, un manteau noir sur les épaules et un costume de bondage en cuir noir, dans un sens, l’air qui l’entourait était plus érotique que si elle avait été complètement nue.

Son apparence, elle aussi, ne pouvait être appelée que celle d’une sorcière.

Une sorcière écarlate et une sorcière noire.

Marchant calmement à la surface de la mer, les deux femmes avaient posé le pied sur la terre artificielle de l’île d’Itogami.

L’instant d’après, un projecteur éblouissant les éclaira brutalement.

La police antiémeute, bien armée, était fortifiée contre les falaises au bord de la route. Leurs boucliers étaient gravés de runes magiques défensives, leurs armes à feu étaient chargées de cartouches spéciales anti-démons.

C’était l’unité d’interdiction de la garde de l’île. Conformément à leur mission, ils débordaient d’expérience du combat et d’armes puissantes.

Cependant, les sorcières avaient fait sur les gardes un regard méprisant, soupirant avec un manque d’enthousiasme.

« Ils semblent peu amusés, ma sœur. »

« On pourrait penser qu’ils nous accueilleraient plus chaleureusement, en revenant après dix ans comme ça. »

Alors qu’elles parlaient avec désinvolture, les deux femmes avaient continué à marcher vers la ville. Leur comportement était assez arrogant, complètement insouciant des canons de l’arme qui les visait.

Le chef de l’escouade de la garde de l’île avait crié. Sa voix amplifiée par haut-parleur semblait faire trembler l’air très côtier.

« Attention, intrus : Vous violez la juridiction d’un sanctuaire de démons. Conformément à la loi sur les mesures spéciales de sécurité, vous êtes en état d’arrestation. Abaissez immédiatement vos sorts et suivez nos instructions. Vous avez dix secondes. C’est votre dernier avertissement. Si vous ne vous y conformez pas, nous vous arrêterons par la force. »

Les gardes avaient enlevé les sécurités de leurs armes.

Ils étaient équipés de cartouches énergétiques rituelles de gros calibre et de cartouches à puces électriques capables de même neutraliser les hommes bêtes. Un coup solide et les corps physiques de la sorcière seraient réduits en miettes.

Quoi qu’il en soit, les sourires froids et moqueurs des sorcières n’avaient pas faibli.

« Les paysans sont dans le tumulte. »

« Permettez-nous de nous amuser un peu. »

Le chef de l’équipe avait poursuivi son compte à rebours. Les deux sorcières avaient continué à marcher, même au-delà des dix secondes allouées. Après qu’une expression amère se soit momentanément emparée du chef d’équipe, il avait crié sur un ton impassible.

« Feu ! »

Des étincelles bleues se dispersèrent dans l’obscurité. Le bruit d’innombrables coups de feu s’était fondu en un seul et unique bruit de tonnerre qui avait secoué la terre. Cependant, la grêle de balles qu’ils avaient envoyée n’avait pas touché les sorcières.

Un tentacule géant avait fendu la mer et s’était avancé, leur servant de bouclier, bloquant toutes les balles qui les visaient. Les gardes étaient choqués par ce spectacle bizarre.

Le tentacule avait un diamètre d’environ cent cinquante centimètres à son point le plus épais, ils n’avaient même pas pu voir sa longueur. Il s’agissait d’un appendice translucide suggérant peut-être un céphalopode, un calmar. Se déplaçant comme des serpents, d’autres tentacules étaient entrer en jeu, dissimulant complètement les sorcières derrière eux.

« Vous vivez dans un sanctuaire de démons. Êtes-vous vraiment surpris par un familier de ce niveau ? » La sorcière écarlate avait fait un rire hautain comme pour se moquer des troupes qui semblaient prêtes à s’enfuir.

La sorcière noire avait cruellement tordu ses lèvres et secoué la tête. « C’est une demande déraisonnable, Octavia. Après tout, c’est une ville dans laquelle vit cette petite fille grossière. »

« C’est vrai, ma sœur. »

La sorcière écarlate étendit le livre qu’elle portait sous un bras. Elle appuya sa paume sur le livre. Les symboles dessinés sur lui brillèrent, libérant une immense quantité d’énergie magique.

« Qu’ils embellissent au moins de leur propre sang cette sale ville. »

Les tentacules se déplacèrent avec encore plus de force.

Les gardes avaient continué à tirer, mais naturellement, même les balles de gros calibre ne pouvaient pas pénétrer les tentacules translucides sur un mètre d’épaisseur. Le barrage s’était terminé lorsqu’ils avaient manqué de munitions.

À cet instant, les tentacules étaient passés à l’offensive.

Les tentacules, s’étendant comme des fouets géants en cuir, avaient fauché les gardes les uns après les autres.

Les boucliers n’avaient aucun sens face à une telle différence de masse. Les troupes robustes avaient été jetées à l’écart comme des quilles de bowling, la formation enveloppant les sorcières s’était complètement effondrée.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? » Le chef de l’équipe avait crié avec colère.

C’était des gardes du sanctuaire des démons ayant une grande expérience du combat. Aucun familier contrôlé par un utilisateur de magie ne les avait jamais mâchés et recrachés comme ça.

Cependant, ces tentacules se trouvaient à un autre niveau. Un familier aussi puissant était bien au-delà de la capacité d’appel d’un être humain ordinaire. C’était un monstre qui rivalisait même avec les bêtes vampiriques. Il était certain que la consommation de force vitale nécessaire pour invoquer un monstre de cette taille épuiserait instantanément tout sauf un vampire immortel.

Dans un passé récent, des expériences avaient apparemment été menées pour greffer un vassal bestial à un homoncule, mais même leur corps, dont la durée de vie naturelle était bien supérieure à celle d’un humain, s’était épuisé en peu de temps.

Non — il n’y avait qu’un seul moyen. Un raccourci que l’on pourrait appeler une exception.

C’était un moyen pour quelqu’un d’acquérir un énorme pouvoir démoniaque rivalisant avec celui d’un vampire, tout en restant sous forme humaine.

Un diable pourrait accorder à une telle personne un pouvoir en échange de son âme. En d’autres termes, une sorcière — .

Un opérateur du QG de la garde de l’île avait envoyé un message d’urgence directement dans l’écouteur du chef d’équipe.

« La rune de Sort a été croisée avec la banque de données criminelles de la Corporation de Management du Gigaflotteur. Il est fort probable qu’il s’agisse des sorcières criminelles de haut rang “les sœurs Meyer” affectées à la première branche de LCO, “Philosophie”. »

La voix du chef de l’équipe avait tremblé de désespoir. « Les sœurs Meyer !? Les sorcières d’Ashdown !? »

Les sœurs Meyer étaient des criminelles internationales de la sorcellerie qui avaient mené un dangereux rituel magique dans l’état impérial d’Ashdown de la mer du Nord, et le désastre qui s’ensuivit avait anéanti une capitale provinciale en entière.

Ces mêmes sœurs étaient apparues sur l’île d’Itogami une dizaine d’années auparavant, infligeant des dommages graves et sans précédent.

Si ces sœurs sorcières étaient réapparues, les armes de l’Unité d’Interdiction étaient loin d’être suffisantes pour les combattre.

« Tout à fait exact. Il semble que vous vous souveniez encore de nous. »

« Merveilleux. Voici votre récompense. »

En regardant les gardes choqués, la sorcière noire avait levé son propre livre vers le ciel. Le sol aux pieds des troupes s’était fendu, un miasme nauséeux s’était élevé à travers la fissure.

Reprenant ses esprits, le chef de l’escouade avait tenté d’ordonner à ses hommes de se replier. Mais il était déjà trop tard. Un nouveau tentacule avait émergé de la fente à la surface du sol, déchirant les fondations en acier de l’île artificielle et entraînant les gardes vers le fond de la mer noire.

Lorsque l’assaut écrasant s’était terminé, un silence étrange s’était installé sur la route au bord de la falaise.

Tout ce qui restait à la surface du sol était deux sorcières, une écarlate et une noire.

La sorcière écarlate murmurait d’un ton ennuyé en remettant son livre sous son manteau. « Une bande pathétique. Si nous n’avions à faire qu’à eux, nous n’aurions pas du tout besoin de l’aide de la Bibliothèque. »

La sorcière noire avait hoché la tête. « Tout à fait, Octavie. »

Soulevant le bord de son chapeau triangulaire, elle avait regardé fixement la ligne d’horizon nocturne de la ville d’Itogami.

« Mais n’oublie pas. Natsuki est dans cette ville… cette abominable sorcière du néant ! »

Laissant derrière eux un plop humide, les tentacules géants retournèrent à la mer.

Les deux sorcières s’étaient à nouveau fondues dans les ténèbres, ne laissant rien derrière elles, si ce n’est la preuve de leur destruction insensée.

Minuit était passé. C’était un nouveau jour.

Il restait un jour de plus avant le début du banquet sauvage et sanglant — .

***

Chapitre 2 : Ma chère amie d’enfance

Partie 1

L’aéroport central de l’île d’Itogami était complètement encombré de voyageurs.

Ce jour-là, le vendredi de la dernière semaine d’octobre, ils se rendaient aux festivités de la veille du festival de la Veillée Funèbre. De nombreux événements devaient commencer le soir, ce qui avait entraîné le premier véritable afflux de touristes venus de l’extérieur de l’île.

La route reliant l’aéroport à la gare du monorail était très encombrée, complètement prise d’assaut par les gens qui traînaient leurs bagages. Kojou et les autres étudiants avec lui s’étaient glissés dans la foule, arrivant finalement au terminal de l’aéroport.

Kojou exhala en levant les yeux vers l’heure sur le panneau d’affichage électronique.

« On dirait qu’on est arrivé à temps…, non ? » demanda Kojou.

Il était déjà plus d’un quart après neuf heures du matin. Cependant, il n’avait toujours pas vu la personne qu’il venait chercher. À première vue, il avait pu se trouver dans la foule proche du ramassage des bagages, ou alors peut-être que la quarantaine et l’inspection des douanes prenaient un certain temps.

Nagisa était furieuse. « Eh bien, c’est de ta faute ! Tu as mis tellement de temps à te préparer que nous avons même commencé à transpirer. Et j’ai pris des vêtements tellement géniaux ! Pourquoi as-tu dû faire la grasse matinée un jour comme celui-ci ? Je n’arrive pas à y croire, c’est tout simplement irréel. »

Elle se disait que, quelle que soit la hauteur des épaules de son frère, sa production de mots ne diminuait en rien.

« J’ai déjà dit désolé ! En raison de l’agitation de la nuit dernière, j’étais bien réveillé et je ne pouvais pas dormir ! » répliqua Kojou.

« As-tu été bouleversé par le souvenir de la visite de Kanon dans ta chambre ? C’est tellement gênant ! » s’écria Nagisa.

« A… rgh… ! »

Kojou n’avait pas de mots pour décrire la frappe dans le mile de Nagisa. Kojou n’avait pas les nerfs d’acier qu’il aurait fallu pour dormir profondément après avoir été tellement stimulé que son envie de boire du sang s’était fait sentir.

Kanon avait baissé la tête, se sentant responsable de ça pour une raison inconnue. « Je suis vraiment désolée, Akatsuki. C’est de ma faute. »

Aujourd’hui, elle portait une robe grise en coton, simple et unie. Cependant, cette tenue sobre n’avait servi qu’à souligner encore plus l’extravagante chevelure argentée de Kanon, la baignant dans l’attention des gens de l’aéroport.

« Non, ne t’inquiète pas, ce n’est pas ta faute, Kanase. »

C’était Yukina qui avait parlé sur un ton qui lui avait donné un pincement au cœur, donnant une voix aux sentiments de Kanon. « … Mais je me demande si nous aurions aussi vraiment dû venir. J’espère que ce n’est pas un problème… »Yukina portait un polo d’une seule pièce avec des chaussettes jusqu’aux genoux. Bien sûr, l’étui à guitare était sur son dos, comme toujours. Pour cette raison, elle ressemblait à un membre d’une sorte de groupe de musique.

En fait, la plupart des vêtements personnels de Yukina avaient été choisis et envoyés par Sayaka. Kojou ne pouvait s’empêcher d’imaginer Sayaka avoir des frissons en les choisissant, mais il n’était pas surpris que ses choix conviennent très bien à Yukina.

« C’est bon. C’est aussi ton premier festival de la Veillée Funèbre, Yukina. C’est plus amusant si vous venez avec nous tous. Il ne faut pas plus de temps pour faire visiter une personne que pour en faire visiter trois. N’est-ce pas, Kojou ? » Nagisa avait enroulé ses bras autour des épaules de ses amies sans retenue, tout en parlant sur un ton joyeux.

Kojou haussa généreusement les épaules. « Je n’ai pas à me plaindre du fait que vous tenez compagnie à Nagisa. Yuuma a aussi dit que c’était correct. »

Nagisa avait ajouté un « ouais », en hochant la tête sans hésitation.

« Yuuma était content que nous amenions des amies. Yuu est gentille avec les filles depuis le début, » déclara Nagisa.

« Ouais, » répondit Kojou.

Kojou poussa un léger soupir en suivant le rythme des commentaires de Nagisa.

Kanon était d’abord l’amie de Nagisa. De toute façon, Kojou n’avait rien trouvé de mal à ce qu’ils traînent ensemble. De plus, s’il laissait Yukina être là, elle le suivrait à coup sûr, en disant que cela faisait partie de ses devoirs d’observatrice. Dans ce cas, il était plus relaxant de l’avoir là où il pouvait la voir. Non, Kojou avait une autre raison de soupirer.

« … Alors, que faites-vous ici tous les deux ? »

Kojou tourna la tête vers un garçon et une fille qui l’observaient depuis l’ombre d’un pilier. L’une était une écolière à la coiffure extravagante, l’autre était un jeune homme aux cheveux courts avec un casque d’écoute autour du cou. Tous deux portaient des masques de carnaval très voyants sur le visage. Peut-être qu’il s’agissait de déguisements, en tout cas, ils s’étaient tellement distingués que cela avait eu l’effet inverse.

Réalisant que son identité avait été dévoilée, Asagi avait enlevé son masque à contrecœur.

« … Tu as bien fait de voir à travers nos déguisements parfaits, » déclara Kojou.

Kojou était trop sidéré pour même penser à rire. « Tu appelles ça “parfait” ? Ils sont bien trop évidents. Où avez-vous eu ce masque ? »

Yaze avait fièrement gonflé sa poitrine en caressant les plumes de paon réalistes de son masque. « Oh, juste un de ces endroits qui vendent des trucs pour le défilé de costumes. »

« Et alors, vous vous ennuyez à mourir, alors vous êtes venu ici ? » demanda Kojou.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Nous voulions juste voir le visage de ton ami. Nous rentrons à la maison après cela, » déclara Yaze.

« Tout à fait, » ajouta Asagi. « Nous voulons voir à quoi ressemble ton ami d’enfance, Kojou. Penses-y comme si nous n’étions que de passage. »

« J’aurais pu simplement vous le présenter, » répondit Kojou. « Vous n’aviez pas besoin de vous cacher et de regarder comme ça. »

Kojou s’était souvenu que Yaze et Asagi avaient tous deux été présents lorsque le rendez-vous avait été évoqué dans la conversation. Peut-être que tous deux faisaient preuve d’une considération inattendue, pensant qu’ils ne voulaient pas s’immiscer dans ses retrouvailles avec son vieil ami. Il avait secoué la tête d’exaspération en pensant qu’il les repousserait cruellement. Ensuite — .

Sans crier gare, quelqu’un avait appelé Kojou d’une voix très forte au-dessus de leur tête.

« … Kojou ! »

C’était une riche voix d’alto qui traversait le terminal bondé avec une clarté impressionnante.

Alors que la voix le frappait, Kojou avait levé les yeux pour voir une silhouette humaine qui descendait sur lui. Quelqu’un avait glissé de la rampe d’escalier et avait sauté sous les yeux de Kojou.

C’était une fille qui avait un air très excité vis-à-vis de lui.

Ses cheveux étaient courts et bouclés. Elle portait un sweat à capuche de marque sportive sur le torse. Ses longues jambes courbées s’étendaient au-delà de son pantalon court. Ses mollets élancés et ses chaussures de basket robustes en faisaient une paire étrangement mignonne.

« Wôw !? » s’exclama Kojou.

Kojou avait réussi à attraper la jeune fille, juste devant les yeux choqués d’Asagi et des autres étudiants. En conséquence, les deux individus étaient dans une étreinte serrée alors que Kojou lançait à la jeune fille un regard abasourdi.

« Y-Yuuma !? » demanda Kojou.

« Heya. Ça fait longtemps, Kojou, » répondit Yuuma.

La jeune fille appelée Yuuma plissa ses yeux en faisant un sourire malicieux. Son visage souriant était adorable d’une manière très enfantine. Kojou l’avait rabaissée au sol d’un air contrarié.

« … Tu as failli faire s’arrêter mon cœur. Tu es juste totalement imprudente, tu sais ça ? » s’écria Kojou.

La jeune fille avait ri avec éloquence, en regardant autour d’elle. Elle semblait enfin remarquer que ses singeries avaient attiré l’attention sur eux de toutes les personnes des environs. Elle avait tiré la langue un peu comme si elle était un peu déconnectée, en regardant Kojou. Kojou était sur le point de pousser un soupir très profond lorsque Nagisa s’était interposée entre eux, comme pour l’empêcher de le faire.

« Yuu ! » s’écria Nagisa.

« Nagisa, tu es devenue si belle. Je ne t’ai pas reconnue, » déclara Yuuma.

« Oh, ça recommence… ! Je t’ai envoyé une photo pratiquement hier, » répliqua Nagisa.

« Non, non. La réalité fait honte à l’image, » répliqua Yuuma.

On pourrait penser que cette phrase était assez sucrée pour faire pourrir les dents, mais elle était étrangement persuasive lorsqu’elle sortait de la bouche d’une fille.

Asagi avait regardé avec stupéfaction la conversation entre le frère et la sœur Akatsuki avec la jeune fille mystérieuse alors que Yukina, debout à côté d’elle, lui saisissait les épaules et la secouait fortement.

« Qu’est-ce que c’est ? Que se passe-t-il ici ? » demanda Yukina.

Pour une fois, Yukina avait eu l’air complètement déconcertée. « Ne me le demande pas, je n’ai aucune idée… »

Les amis du quatrième Primogéniteur n’avaient aucune idée de la façon dont la rencontre avec le garçon avec lequel il était apparemment ami à l’école primaire s’était transformée en une conversation intime avec une belle fille.

Retrouvant enfin ses esprits, Asagi avait forcé le passage jusqu’à Kojou et lui avait demandé. « Hé, Kojou. Qu’est-ce que cela signifie ? »

Kojou semblait perdu en regardant son amie, qui avait l’air beaucoup plus assoiffée de sang depuis la dernière fois qu’il l’avait regardé. « De quoi ? »

« Qui est cette personne ? » demanda Yukina.

Yukina avait tourné autour de Kojou alors qu’elle le lui avait demandé. Étrangement, Asagi et elle semblaient être des compagnons d’armes. Kojou, le mouvement en tenaille ayant coupé toutes les possibilités de fuite, haussa les épaules de façon inconfortable.

« C’est mon amie d’enfance, » répondit Kojou.

Yukina et Asagi s’étaient interposées presque en même temps.

« Mais c’est une fille ? »

« Et une très belle !? »

Kojou avait l’air encore plus désorienté.

« … Qu’est-ce qui vous préoccupe ? Vous avez vu la photo chez moi hier soir, » déclara Kojou.

« Oh oui, tu n’as jamais dit que tu avais rendez-vous avec une fille, » avait calmement souligné Yaze.

« Muu, » s’étaient exclamées Asagi et Yukina, se mordant les lèvres en silence.

Maintenant qu’il l’avait mentionné, bien sûr, quand Kojou avait dit qu’il rencontrait un vieil ami, elles avaient naturellement pensé qu’il voulait dire un gars, mais aucun des deux enfants de la famille Akatsuki ne l’avait dit. En effet, en repensant à l’image qu’elles avaient vue, la personne semblait trop jolie pour être un vrai garçon.

De plus, les vestiges de la personne sur la photo étaient évidents sur le visage de la fille mystérieuse avec laquelle Nagisa parlait joyeusement. Ainsi, elles ne faisaient qu’un.

« — ce sont donc des amis de ton école, Kojou ? » demanda Yuuma.

La jeune fille mystérieuse s’était approchée d’Asagi et des autres, qui ne s’étaient pas remis du choc dont elle était la cause, et leur avait fait un sourire très chaleureux. Elle n’était pas beaucoup plus grande qu’Asagi, mais sa carrure serrée, sans un seul morceau de chair en trop, créait une forme corporelle presque parfaite, ce qui semblait manifestement injuste.

En plus, elle avait ce visage radieux et souriant. Si elle le voulait, elle pourrait probablement faire pâlir d’envie n’importe qui, jeune ou vieux, de l’un ou l’autre sexe.

Mais peut-être parce que c’était une vieille histoire pour lui, son visage souriant n’avait même pas fait sourciller Kojou.

« Oui, ces filles sont les camarades de classe de Nagisa, » expliqua Kojou.

Kanon et Yukina s’étaient présentées dans cet ordre. Après cela, Kojou avait pointé du doigt Asagi et Yaze.

« — Et ces deux-là ne font que passer, » continua Kojou.

« Qui est de passage ? » Asagi répondit avec colère par pur réflexe.

Kojou fronça les sourcils avec un regard de consternation. « C’est toi qui m’as dit de penser à toi comme ça ! »

En regardant avec amusement l’échange entre Asagi et Kojou, la jeune fille avait fait un salut cérémonial digne d’un manuel scolaire.

« Ha-ha-ha, merci d’avoir si bien pris soin de Kojou pour moi. Yuuma Tokoyogi. C’est un plaisir de vous rencontrer, » déclara Yuuma.

***

Partie 2

Kojou et son groupe avaient abandonné les foules meurtrières au monorail et avaient pris un bus pour la Porte de la Clé de Voûte.

C’était le plus grand bâtiment de la ville d’Itogami et l’installation utilisée pour administrer toute l’île, mais en même temps, c’était le site numéro 1 pour les magasins de marque de l’île, ce qui en faisait un lieu de prédilection pour tuer le temps.

La zone était également dotée d’une bibliothèque pour les visiteurs du Sanctuaire des Démons et de boutiques de souvenirs. Il était donc logique que les autochtones fassent visiter l’île d’Itogami aux touristes.

Après avoir fait un tour de la bibliothèque, le groupe de Kojou était entré dans une petite cafétéria que Yaze lui avait recommandée. L’intérieur semblait un peu rétro, mais l’endroit avait un aspect assez agréable.

Comme il n’y avait pas de table pour quatre, les trois collégiennes et les lycéens s’étaient séparés et s’étaient assis à deux tables. Les lycéens Asagi et Yaze avaient formé un groupe et Kojou et Yuuma en avaient formé un autre. Kojou et Yuuma étaient allés chercher les repas, reléguant automatiquement Asagi et Yaze à leur place, veillant aux affaires de chacun.

Yaze avait fait un sourire sarcastique en regardant Asagi s’exercer aux mauvaises manières, en sirotant son verre de soda au gingembre à travers une paille.

« … Tu n’as pas l’air très enthousiaste, » déclara Yaze.

Yaze avait lancé un sourire sarcastique à Asagi alors qu’il la regardait ignorer les bonnes manières en soufflant des bulles dans son verre de soda au gingembre.

« On dirait que tu t’amuses beaucoup, » répliqua Asagi.

Yaze avait fait un signe de tête avec un « Ouais ! Pas vraiment aussi belle que ma copine de terminale, mais cette fille Yuuma n’est pas mal, surtout au niveau des jambes et des hanches. Elle a l’air mince, mais sa poitrine est en fait assez belle. »

Yaze avait les bras croisés en faisant une comparaison sérieuse.

Asagi n’arrivait toujours pas à y croire, mais ce type avait en fait une petite amie. De plus, elle était de deux ans son aînée, une lycéenne de troisième année. Elle était considérée comme un peu excentrique, mais était une jolie fille qui portait des lunettes.

Grâce à ses exploits dans le monde réel, Yaze avait fini par donner de temps en temps des conseils de haut niveau à Asagi, ce qui l’avait beaucoup irritée.

« Je vois ce qui t’amène ici, » poursuit Yaze. « Qui aurait cru que Kojou avait un tel bijou caché quelque part ? Il semble que ce crétin de Kojou n’ait aucune idée de l’avantage qu’il a ici. »

Asagi avait versé du mépris avec désinvolture sur ce fait, ne niant pas le fait qu’elle avait une raison.

« La tête de ce crétin a cessé de se développer dès l’école primaire, » déclara Asagi.

Pendant ce temps, la Yuuma en question revenait avec un plateau couvert de nourriture. C’était une commande simple avec des hot-dogs, des rondelles d’oignon, etc.

« Voilà. J’ai essayé de commander quelque chose d’approprié, mais ça devrait aller ? » demanda Yuuma.

Face à ce visage revigorant et souriant, Asagi avait rougi malgré elle.

« Ah, euh… merci, » balbutia Asagi.

À vrai dire, elle était le genre de personne qu’Asagi avait du mal à accepter, même sans la participation de Kojou, mais il était difficile de détester Yuuma quand elle vous faisait ce visage souriant et amical.

En regardant les pieds d’Asagi, qui se reposait paresseusement sous la table, Yuuma avait fait un sourire agréable mêlé à un plissement de ses sourcils.

« Ces sandales, » déclara Yuuma.

« Hein ? » s’exclama Asagi.

« Les couleurs de l’édition limitée d’Engel, n’est-ce pas ? C’est fabriqué lors de la collaboration avec le magazine, » déclara Yuuma.

« C’est vrai… Tu t’y connais vraiment on dirait, » déclara Asagi.

« Elles sont mignonnes. Elles te vont très bien, » déclara Yuuma.

« Merci, » déclara Asagi.

Asagi ne pouvait s’empêcher de sourire. Elle avait eu un amour secret pour les sandales qu’elle portait ce jour-là et avait finalement obtenu une paire en récompense après avoir postulé avec cinquante cartes postales manuscrites. Ce n’était pas quelque chose dont elle se vantait auprès des autres, mais bien sûr elle était heureuse que quelqu’un reconnaisse leur valeur.

Yaze semblait apprécier de couper la parole alors que ses yeux aiguisés captaient le large sourire d’Asagi. « Pourquoi rougis-tu, Asagi ? »

Asagi avait plissé les sourcils. « Tais-toi. Cela n’a rien à voir avec toi. »

« Hmm, sont-elles vraiment si importantes ? » demanda Kojou.

Remarquant Kojou qui fixait le haut de ses pieds nus, Asagi le repoussa brutalement. « Toi, ne regarde pas ! »

Yuuma ricana en observant l’interaction entre les trois. « C’est une bonne chose. » Ses paroles, qui lui venaient naturellement, firent sortir un joyeux « Nice ! » de Yaze.

« Tu as bon goût pour apprécier cet endroit, Tokoyogi. C’est un endroit connu seulement de quelques privilégiés, même sur l’île d’Itogami. Cela reste entre nous, mais j’ai entendu dire qu’ils utilisent les résultats de la recherche de Sanctuaire des Démons pour les ingrédients spéciaux, » déclara Yuuma. « En d’autres termes, la rumeur veut qu’ils utilisent des testeurs alimentaires démoniaques dont les papilles gustatives sont plus sensibles que celles des humains pour choisir leurs aliments. »

Yuuma avait parlé avec une admiration visible alors qu’elle ramassait de la soupe et l’offrait devant Yaze.

« C’est vraiment quelque chose. Et si tu en essayais aussi, Yaze ? » déclara Yuuma.

C’était une pose classique de type « aaahh ». Pendant un moment, Yaze s’était figé en raison du choc apparent, puis il avait poussé son visage vers l’avant, les joues rougissant tout le temps. Son mouvement était rendu gênant par sa nervosité inhabituelle.

Pour une raison inconnue, le compliment de Yaze était en fait poli. « C’est délicieux. »

Yuuma avait fait un signe de tête heureux. « N’est-ce pas ? Je suis si contente. »

« … Pourquoi rougis-tu ? » Asagi demanda cela avec un regard émerveillé en regardant Yaze agité par la jubilation de Yuuma.

Yaze avait alors agrippé sa tête dans une angoisse visible.

« Je ne le fais pas. Il s’agit d’un malentendu. Mon cœur est déjà fixé sur un autre fem — Yikes!? » s’écria Yaze.

Yaze avait laissé échapper un court cri alors que son téléphone portable sonnait juste à ce moment-là avec un timing parfait. À en juger par les secousses de son visage, on pourrait penser qu’il s’agit d’un appel de la petite amie en question.

Contrairement à Yaze, qui avait été profondément secoué, Yuuma s’était comportée de manière calme et sereine. Pour elle, ce genre de choses n’était qu’une communication normale entre amis. Kojou, pour sa part, avait continué à manger calmement, connaissant bien la personnalité de Yuuma.

Je vois, pensa Asagi, acceptant quelque chose de façon détournée. Sans doute cela, combiné à la personnalité assez obtue de Kojou, avait-il façonné sa vision de la manière dont les filles exprimaient leur bonne volonté. Il était même possible qu’il considère que le fait qu’elle l’ait tenue dans ses bras était une communication normale.

Cela dit, elle avait l’impression qu’avoir une fille comme Yuuma autour de lui depuis qu’il était petit signifiait qu’il ne pouvait pas agir autrement. En regardant de côté, Asagi poussa un soupir chaleureux tandis que Yuuma continuait à manger joyeusement comme une sorte d’idiote inconsciente.

« … Ce n’est pas juste, » murmura Asagi.

« De quoi parles-tu ? » demanda Kojou.

« Rien du tout. Juste qu’une amie comme ça est un gâchis pour toi, Kojou, » déclara Asagi.

« Qu’est-ce donc… ? » Les lèvres de Kojou s’étaient tordues en réponse, l’air un peu blessé.

« Je te ferai savoir qu’elle a aussi fait de grosses gaffes. Je veux dire pendant notre voyage de camping en cinquième année —, » commença Kojou.

Yuuma avait menacé Kojou avec un regard très calme.

« Es-tu sûr de ça, Kojou ? Si tu divulgues cette information, je leur raconterai cette histoire à ton sujet, tu sais, » déclara Yuuma.

Kojou avait été rapidement soumis. « Je suis vraiment désolé, pardonne-moi, s’il te plaît. »

Asagi avait recommencé à souffler des bulles dans le fond de son verre alors qu’elle regardait Kojou et Yuuma se livrer à un numéro comique.

Elle détestait l’admettre, mais il ne faisait aucun doute que Yuuma était une fille très charmante. Aussi dur que cela ait été, il n’y avait aucune atmosphère d’intimité particulière entre elle et Kojou. Au moins, Kojou l’avait traitée comme n’importe quel autre ami.

Ce n’est pas tant que Kojou était obtus, mais il la traitait comme n’importe quel vieil ami. Quand Asagi y avait réfléchi davantage, cela ressemblait beaucoup à sa relation avec Motoki Yaze.

Quelque chose l’avait tout de même attirée. C’était vague, basé sur l’intuition.

C’était la même chose que le sentiment de malaise qu’elle éprouvait en voyant les entrailles des insectes dans une émission sérieuse. Rien ne constituait une preuve concrète, mais Asagi n’ignorait absolument pas son malaise, car l’expérience lui avait appris qu’il était lié à un grave danger. Je vois, Asagi avait compris. Je n’aime pas cette fille Yuuma Tokoyogi.

Asagi se livrait encore à de telles pensées d’insécurité lorsque Yaze était revenu après avoir pris l’appel téléphonique à l’extérieur du restaurant.

« Tu es sérieuse… Compris. Je reviens tout de suite, » déclara Yaze.

En prononçant ces derniers mots avec un regard inhabituellement grave, Yaze avait brusquement raccroché l’appel.

« Yaze ? Qu’est-ce qui ne va pas ? » Asagi s’était enquise de ça.

« Ahh, désolé. Quelque chose s’est produit. Je dois y aller, » déclara Yaze.

Yaze avait immédiatement retrouvé son ton insouciant habituel, mais le pli entre ses sourcils n’avait pas disparu. Ce qui se passait n’était apparemment pas une urgence mineure.

« Quoi ? Ta petite amie qui te tire dans les pattes ? » demanda Asagi.

« Quelque chose comme ça. À bientôt ! » déclara Yaze.

Yaze s’était précipité hors du magasin, ses écouteurs préférés à la traîne. Kojou avait des frites dans la bouche quand il avait regardé partir en criant.

« Hé, toi ! Veux-tu bien payer pour ce que tu as mangé ? » cria Kojou.

« Mwa-ha-ha-ha-ha ! »

« Ne me mwa-ha-ha pas ! »

Les autres clients du restaurant avaient été stupéfaits de voir Yaze partir, un rire bruyant se traînant derrière lui.

Asagi murmura. « Oh, pour l’amour de Dieu, » alors que ses yeux rencontraient ceux de Yuuma, qui était assise en face d’elle. En voyant la jeune fille lui renvoyer un sourire revigorant et charmant, Asagi avait répété la même phrase dans son propre cœur. Oh pour l’amour de Dieu.

L’instant suivant, Asagi avait incliné la tête en sentant vibrer le smartphone dans sa poche.

« Ah… ? »

C’était le smartphone qu’Asagi utilisait comme outil de travail personnel. Elle l’avait obtenu sur le marché noir avec toutes sortes de modifications illégales incluses, personne n’aurait dû avoir le numéro de ce téléphone portable.

« Désolée, je dois prendre cet appel. »

Asagi avait fait un signe frivole à Kojou et Yuuma alors qu’elle se levait. Aucun « humain » n’aurait dû connaître le numéro de téléphone. En d’autres termes, l’interlocuteur n’était pas du tout humain.

En appuyant sur le bouton ACCEPTER, Asagi avait entendu une voix composite et artificielle sortir du smartphone.

« — Mademoiselle ? Désolé de vous interrompre pendant votre jour de congé. »

« Qu’y a-t-il, Mogwai ? S’il s’agit d’affaires, cela peut-il attendre plus tard ? » demanda Asagi.

Asagi avait répliqué à l’IA, son partenaire, avec un mécontentement évident. Mogwai était le fantôme de l’île d’Itogami — l’avatar des cinq superordinateurs qui tenaient dans leurs pattes toutes les fonctionnalités urbaines de l’île d’Itogami.

Il possédait des capacités opérationnelles équivalentes à celles des meilleurs soldats du monde, mais il était tout aussi excentrique et difficile à manier, ce qui lui valait une mauvaise réputation — mais pour une raison quelconque, Asagi s’y était attaché.

L’IA avait délibérément utilisé une transmission audio basse fidélité, et l’appel avait un niveau de brouillage non négligeable en arrière-plan.

Mogwai avait présenté les choses comme pour appuyer les hypothèses d’Asagi.

« Désolé, nous n’avons pas de temps à perdre. C’est une urgence. Une condition de défense de classe III a été instituée. »

« Hein ? Qu’est-ce que c’est que ce genre de terrorisme à grande échelle ? » demanda Asagi à nouveau avec étonnement. Elle s’attendait à ce que des problèmes surviennent, mais elle ne s’attendait pas à la classe III. Le Sanctuaire des Démons avait sept conditions de défense, et celui-ci était le troisième en partant du haut. Cela avait indiqué que la fonctionnalité urbaine de la ville d’Itogami était gravement endommagée, avec un risque de pertes humaines graves.

Une seule classe III avait été invoquée depuis qu’Asagi avait commencé à travailler à temps partiel pour la Société de gestion — lorsque l’Apôtre armé lotharingien avait attaqué la Porte de la Clef de Voûte.

À l’époque, la Garde de l’île comptait plus d’une centaine de gardes blessés. En d’autres termes, l’île d’Itogami était désormais confrontée à un péril d’égale importance.

« Quoi qu’il en soit, la société de gestion vous a envoyé un ordre de travail d’urgence. Je vous en prie et merci, mademoiselle. »

La demande arbitraire de Mogwai était arrivée sans aucune explication appropriée des circonstances. Cela n’avait fait qu’accentuer la gravité de l’affaire. Même si elle était une hacker de niveau génie, elle n’était encore qu’une étudiante travaillant à temps partiel, et pourtant ils lui faisaient porter ce poids plutôt excessif. Elle ne pouvait pas simplement l’ignorer et s’en aller.

« Bon sang… ça va. Tiens bon, je suis en route. C’est quoi le problème ? » demanda Asagi.

Transmettant son acceptation sur un ton frêle, Asagi avait raccroché l’appel. Il semblait qu’une sorte de situation mortelle s’était tranquillement développée pendant qu’elle avait le dos tourné.

***

Partie 3

Ils avaient pris l’ascenseur pour monter au douzième étage et s’étaient dirigés vers une tour d’observation située au-dessus.

C’était en plein milieu de l’île d’Itogami, la salle d’observation de la partie supérieure de porte de la clé de voûte — .

C’était l’endroit le plus élevé de l’île, avec une vue parfaite et dégagée.

Nagisa poussa un cri d’admiration aigu en se précipitant sur le sol en verre sans la moindre timidité.

« Wôw, la vue est incroyable ! » s’exclama Nagisa.

C’était une pièce en forme de beignet d’une dizaine de mètres de diamètre. Les murs et le sol étaient tous en verre, ce qui permettait de voir de l’intérieur la quasi-totalité de la ville d’Itogami. Un autre argument de vente de l’endroit était que tout l’étage tournait doucement, de sorte qu’on pouvait avoir une vue à 360 degrés juste en restant debout.

« C’est la première fois que je viens dans la salle d’observation. J’ai toujours voulu venir ici. C’est beaucoup plus haut que je ne le pensais. Wôw, un distributeur de médailles-souvenirs ! Et aussi des porte-clés ! » s’exclama Nagisa.

En contraste total avec la bonne humeur enfantine de sa petite sœur, l’expression de Kojou était pleine de tristesse d’avoir payé le prix d’entrée pour tout le monde. « Si cher… Qui aurait pu deviner qu’un petit tour d’ascenseur pouvait vous faire perdre autant ? »

Même si c’était l’endroit le plus haut de toute l’île, le prix d’une simple visite sur le toit — mille yens par tête — était difficile à payer pour un lycéen qui voulait juste faire du tourisme. Mais la salle était encore plus remplie qu’il ne l’avait prévu. C’était vraiment une étape incontournable dans toute visite de l’île d’Itogami.

Yukina marcha sur le sol très doucement comme pour tester sa résistance. Kojou avait eu envie de rire en la regardant éviter soigneusement les panneaux de verre et marcher sur les piliers métalliques.

« C’est un peu effrayant. C’est comme si vous flottiez dans l’espace, » déclara Yukina.

Kojou avait parlé lorsqu’il avait remarqué que sa main refusait absolument de s’éloigner du rail.

« Oh, c’est vrai, tu es mauvaise avec les avions et tout ça, Himeragi, » déclara Kojou.

Pour Yukina, qui trouvait toutes sortes de machines gênantes, un avion devait ressembler à une mystérieuse masse d’acier qui volait. Elle avait probablement eu le même sentiment en ce qui concerne la salle d’observation tournante.

Mais à cause de sa fierté d’observatrice, elle ne semblait pas vouloir faire savoir à Kojou qu’elle avait peur.

« Ce n’est pas correct. Je m’inquiète simplement de la solidité du verre avec tant de gens qui se tiennent dessus. Cela ne veut pas dire que j’ai peur, » déclara Yukina.

« C’est vrai. » Kojou avait laissé le bluff de Yukina rouler devant lui comme l’eau sur un canard alors qu’il lui offrait sa main. « Tiens. »

Yukina était un peu perdue.

« Merci beaucoup, » dit-elle en prenant la main de Kojou. Elle semblait un peu plus calme lorsqu’ils marchaient le long du passage avec Kanon, leurs deux yeux brillaient lorsqu’ils commençaient à regarder à travers les jumelles qui bordaient les murs.

Kojou se sentait comme un professeur qui chaperonnait des élèves de l’école primaire en regardant les filles quand Yuuma s’était approchée de lui et lui avait enfoncé un coude dans les côtes.

« Jolie fille que tu as là. Est-ce ta petite amie, Kojou ? » demanda Yuuma.

« Ha ? » s’écria Kojou.

D’un air méfiant, Kojou avait jeté un regard en réponse sur le large sourire qui s’élevait sur Yuuma en secouant la tête. Non, non, non…

« Je te l’ai dit, c’est la camarade de classe de Nagisa, » répondit Kojou.

« Vous avez l’air de bien vous entendre…, » déclara Yuuma.

« C-C’est vrai… Il se trouve qu’elle vit dans l’appartement à côté de nous. Coïncidence totale, » déclara Kojou.

Bien sûr, Kojou ne pouvait pas lui dire la vérité — qu’il était un vampire et qu’elle le surveillait toujours — alors il avait inventé une excuse. Yuuma avait fait un sourire tendu, ne doutant pas de lui, mais trouvant un sens supplémentaire à ses mots.

« Hmm. Coïncidence, hein ? » demanda Yuuma.

« Quoi ? » demanda Kojou.

« Rien, je me disais juste que tu n’as pas changé, » déclara Yuuma.

« Ce n’est pas vrai, » répondit Kojou.

Kojou soupira face à ça, car les mots désinvoltes de Yuuma lui faisaient vraiment ressentir les caprices sarcastiques du destin.

Cela faisait quatre ans qu’il ne l’avait pas rencontrée. Les choses avaient été extrêmement orageuses pendant cette période. D’abord, il y avait eu l’incident de Nagisa où elle était allée aux portes de la mort, leurs parents avaient divorcé, et Kojou lui-même avait obtenu les caractéristiques physiques absurdes du quatrième Primogéniteur. Il considérait l’occasion de retrouver une vieille amie comme un miracle de la chance.

« Je suis soulagé que tu n’aies toi-même pas changé, Yuuma, » répliqua Kojou.

Kojou l’avait dit sur un ton fervent, mais cette fois-ci, c’était au tour de Yuuma d’affaisser ses épaules dans la déception.

« … Eh bien, ça fait mal. J’ai essayé d’agir de façon beaucoup plus féminine, » déclara Yuuma.

En entendant le murmure de Yuuma d’une voix presque trop douce pour être entendue, Kojou avait jeté un regard mystifié sur elle en réponse.

« Hein ? » demanda Kojou.

« Ce n’est rien. Quoi qu’il en soit, quelle vue impressionnante ! C’est donc la ville dans laquelle tu vis, Kojou, » Yuuma avait parlé en appuyant son front sur la vitre comme une petite fille.

Sous ses yeux, elle pouvait voir les quartiers serrés de la ville d’Itogami. Au-delà, la mer bleue profonde avait continué jusqu’à l’horizon. C’était aussi une première pour les yeux de Kojou. L’île semblait seule au monde.

Kojou marmonnait tout en louchant à cause des rayons éblouissants qui se réfléchissaient à la surface de l’eau. « C’est une petite île, quelle que soit la façon dont on la découpe, hein ? »

Yuuma secoua la tête, faisant vibrer ses cheveux. « Mais c’est intéressant. C’est comme si toute l’île était un grand parc d’attractions. C’est vraiment un sanctuaire de démons. »

« C’est généralement beaucoup plus simple que cela. C’est parce que c’est juste avant un festival, » déclara Kojou.

« Juste avant un festival… c’est vraiment le cas, » Yuuma fit un petit marmonnement et elle avait souri d’une manière agréable.

Un avion qui tournait dans l’espace aérien de la ville pour annoncer les événements des festivités de cette nuit-là passa à ce moment précis. Le festival pouvait finalement commencer sérieusement.

Kojou regarda distraitement le groupe d’adolescentes représenté sur le fuselage de l’avion lorsque le téléphone portable dans la poche de sa parka s’était mis à sonner.

Kojou s’était éloigné de Yuuma et avait sorti le téléphone de sa poche, ses sourcils se froncèrent lorsqu’il avait vu le nom affiché sur l’écran LCD. L’interlocuteur semblait vaguement de mauvais augure.

« … Kirasaka, hein ? Il est rare que tu appelles à un moment pareil. Je suis un peu en plein milieu de quelque chose en ce moment…, » déclara Kojou.

Le visage de Kojou grimaça en lui disant. Sayaka Kirasaka était une mage d’attaque de l’organisation du roi-lion, tout comme Yukina. Kojou l’avait rencontrée en plein milieu d’un incident terroriste de grande envergure dans la ville d’Itogami, juste le mois précédent.

Pour une raison inconnue, elle avait appelé Kojou assez souvent depuis lors. Comme Yukina n’avait pas de téléphone portable, elle semblait appeler pour pouvoir demander comment allait Yukina et rien de particulier à son sujet. Sayaka était l’ancienne colocataire de Yukina et agissait envers la fille comme une grande sœur surprotectrice, même maintenant.

Kojou voulait la repousser en disant qu’elle appelait à nouveau à propos de Yukina, mais de manière inattendue, la voix qu’il avait entendue dans le haut-parleur du téléphone n’était pas du tout celle de Sayaka.

« Tee-hee-hee. C’est moi. »

« Hein ? » Kojou haussa la voix, prit complètement par surprise. « Cette voix… La Folia, hein ? Mais ce téléphone a le numéro de Sayaka ? »

« J’ai vu ce numéro dans le carnet d’adresses de Sayaka sous la rubrique “Favoris”, alors j’ai pensé que je pourrais essayer… Ah, qu’est-ce que tu essaies de faire, Sayaka ? »

« — Est-ce Kojou Akatsuki ? »

On aurait dit que le téléphone avait été arraché alors que l’appel passait à la voix très perturbée de Sayaka.

« Ne te méprends pas, ce téléphone est doté d’une fonction malheureuse qui exige que les numéros enregistrés soient placés dans les “Favoris”. C’est tout ce que c’est ! »

« Ça a l’air d’être un système ennuyeux, oui, » déclara Kojou.

Kojou avait fait une grimace en marmonnant. C’était Sayaka qui parlait, une experte en malédictions et en assassinats, donc cela ne ressemblait pas à une blague.

« Alors, qu’est-ce que tu voulais ? Son Altesse ne retournait-elle pas dans son propre pays ? » demanda Kojou.

« C’était le plan, mais les circonstances ont changé. Elle n’a pas pu monter dans l’avion. »

« Vous êtes-vous perdue ou quoi ? » demanda Kojou.

Kojou était intrigué alors qu’il l’avait demandé. Son Altesse était La Folia Rihavein, princesse héritière du royaume d’Aldegia. Aux dernières nouvelles, Sayaka avait été chargée de la protéger lors de sa visite non officielle.

Il avait entendu dire que le gouvernement japonais avait organisé un charter spécial pour la princesse et qu’elle devait rentrer chez elle tôt ce matin-là.

Cependant, Kojou ne pensait pas que le fait que les deux restent ensemble, même maintenant, était le résultat des caprices de la princesse ou d’une erreur de Sayaka.

La réponse de Sayaka, qui s’était arrêtée avant ça, avait été faite sur un ton sombre.

« Je ne peux pas… dire que c’est loin d’être le cas, mais… Je vais simplement exposer les faits. Quand nous avons cru embarquer dans l’avion charter, nous étions sur le sous-flotteur en construction. »

Kojou n’arrivait pas à s’y faire. Les choses avaient souvent dérapé quand il parlait avec Sayaka, mais cette fois-ci, c’était particulièrement grave. « … Désolé, je ne comprends pas du tout ce que tu dis. Attends, veux-tu parler du sous-flotteur que le Nalakuvera a détruit il y a peu de temps ? C’est comme si c’était le côté opposé de l’île. »

Sayaka avait répondu en criant, visiblement irritée. « On ne sait pas non plus ce qui s’est passé ! Quoi qu’il en soit, c’est la situation. »

Kojou avait l’impression de comprendre vaguement. « … Alors que puis-je faire ? »

Il savait qu’ils avaient des problèmes, mais il ne pensait pas qu’il pourrait les aider. Sayaka, une mage d’attaque, possédait bien sûr des capacités de combat anormales, mais la princesse aussi, avec le système Völundr qui était livré avec son fusil à sorts. Tout démon ou tout criminel moyen n’aurait aucun espoir contre elles. Même si Kojou courait pour les protéger, il ne ferait que leur barrer la route.

Cependant, un nom quelque peu inattendu avait roulé sur les lèvres de la princesse.

« Je veux te poser des questions sur Kanon. »

Kanon Kanase était la fille de l’ancien roi d’Aldegia, à la retraite. Kojou se rappela que, légalement parlant, elle était la tante de La Folia, mais qu’en réalité, elle était plutôt comme sa petite sœur.

Kojou avait regardé Kanon, timidement, les yeux écarquillés vers le sol, pendant qu’il parlait.

« Eh bien, Kanase est ici en ce moment, » déclara Kojou.

« Quoi ? » s’écria Sayaka d’une voix furieuse et stridente. « Que fait-elle avec toi ? Ne me dis pas que cette fois tu as posé tes mains sur elle… !? »

« Je ne l’ai pas fait ! Détends-toi, Himeragi est là aussi, » déclara Kojou.

« Qu’est-ce que c’est, de la fierté ? Est-ce de la fierté que j’entends ! Non pas que je sois jalouse du tout là ! » La princesse lui avait retiré le téléphone et elle avait recommencé à râler de façon incohérente.

« Je n’arrive pas à contacter les chevaliers Aldegians que j’avais appelés pour protéger Kanon. Je crois que cet incident n’a aucun rapport avec elle, mais pourrais-tu faire attention ? » demanda La Folia.

Cela ne lui posait aucun problème. Kojou avait donné sa réponse d’une voix ferme pour rassurer la princesse. « J’ai compris. Je m’occupe de Kanase et tout ira bien, n’est-ce pas ? »

La Folia ricanait sur un ton qui ressemblait à une plaisanterie. « Je t’en prie, fais-le. Si tu as besoin d’une récompense, tu peux boire un peu de son tu sais quoi. »

« Il ne peut pas faire une telle chose ! » s’était exclamée Sayaka.

Le cri de Sayaka était la dernière chose qu’il avait entendue avant que l’appel ne soit coupé.

Se sentant fatigué sans raison valable, Kojou avait rangé son téléphone et avait remarqué que Yukina se tenait à ses côtés depuis qu’il savait.

« Était-ce Sayaka à l’instant ? » Yukina avait demandé avec une expression quelque peu contradictoire sur elle. Pour une raison quelconque, elle ne semblait pas très enthousiaste à l’idée que Sayaka soit en contact avec Kojou et non avec elle.

Mais Kojou ne savait pas pourquoi elle n’était pas enthousiaste. Elle savait sûrement que Sayaka le détestait. Au mieux, elle le considérait comme quelqu’un dont il fallait s’inquiéter.

« Je ne comprends pas vraiment ce qui se passe, mais elle et La Folia ont des problèmes. Elles montaient dans un avion lorsqu’elles se sont retrouvées sur le sous-flotteur d’un peu plus loin, avant qu’elles ne s’en rendent compte et tout ça. »

« … Qu’est-ce que cela signifie ? » demanda Yukina.

« Qui sait ? Mais il ne semblait pas que quelqu’un les attaquait, » répondit Kojou.

Il va sans dire que la situation était anormale, mais toutes les deux avaient agi avec une grande confiance. Les laisser-faire n’avaient pas semblé poser de problème.

Yukina semblait arriver à une conclusion similaire alors qu’elle acquiesçait de la tête, son comportement étant calme.

« Je pense que ces deux-là s’en sortiront, sauf exception » déclara Yukina.

« Oui. Elles étaient plus soucieuses de veiller à ce que Kanon soit protégée qu’à leur propre sécurité, » déclara Kojou.

Le fait d’entendre les détails de la demande de la princesse semblait avoir permis à Yukina de bien saisir les circonstances. « Je vois, » dit-elle en hochant la tête d’un air très sérieux en regardant Kanon près du mur de verre.

« On peut être tranquille après avoir rendu Kanase à Natsuki, non ? » Kojou s’interrogea.

« Je suppose que oui. Nous serons avec elle pendant la journée, après tout… Nous devons simplement la raccompagner à la résidence de Mme Minamiya dans la soirée, » déclara Kojou.

« C’est parfait, » déclara Kojou.

Ils avaient convenu d’une politique de protection de Kanon sans qu’il soit nécessaire de prolonger les discussions. Il n’était pas du tout exagéré de dire qu’il n’y avait pas d’endroit plus sûr sur l’île d’Itogami que la maison de Natsuki Minamiya, une superbe Mage d’Attaque. Tout ce que Kojou et Yukina avaient à faire était d’amener Kanon à Natsuki et leur devoir était accompli.

Kojou avait réalisé qu’il valait mieux appeler Natsuki d’abord, mais juste au moment où il commençait à repêcher son téléphone portable, il avait remarqué une légère perturbation de la zone proche de l’ascenseur. La foule environnante donnait l’impression qu’une personne célèbre passait par là, elle pouvait également entendre les obturateurs des caméras à gauche et à droite.

« Qu’est-ce que c’est que tout cela ? » demanda Kojou.

« Qui sait ? » répondit Yukina.

Kojou et Yukina avaient tous deux incliné un peu la tête en observant le tumulte. Bien que nominalement sur leurs gardes, l’atmosphère ne suggérait en aucun cas un danger, mais…

« Ah, te voilà ! Kojou, viens par ici, vite ! »

Nagisa était apparue la première, se faufilant parmi les curieux et appelant Kojou, pressée pour une raison quelconque. Derrière, Nagisa avait suivi une jeune fille en tenue de femme de chambre, qui avait l’air très mal à sa place. Elle avait des cheveux de couleur indigo et des yeux bleu pâle, son visage était inorganique, comme ceux d’une poupée. Remarquant la présence de Kojou et de Yukina, la jeune fille homuncule avait murmuré d’un ton bas sur l’inflexion, « confirmation. Les yeux sur la cible. »

Abasourdi, Kojou avait crié le nom de la fille. « A-Astarte ? »

C’était un homuncule en tenue de femme de chambre. Pour les touristes qui venaient de loin, il n’y avait pas beaucoup de symboles du Sanctuaire des Démons plus faciles à saisir que cela. Il était naturel que leur attention se porte sur elle.

Yuuma, qui ne connaissait pas les circonstances, avait eu un regard de surprise en posant à Kojou la question qui lui était naturellement venue à l’esprit. « C’est à ça que ressemblent les servantes du sanctuaire des démons, Kojou ? C’est vraiment quelque chose. Dire que tu connais une servante homuncule… »

« Euh, ce n’est pas qu’être une bonne soit le travail de jour de la fille, mais, euh…, » Kojou avait faiblement tenté de défendre l’honneur d’Astarte. Le fait qu’elle porte une telle tenue était purement dû au caprice de Natsuki, sa tutrice pour l’instant… bien que cela ne semble pas la déranger…

« Que fais-tu dans un endroit comme celui-ci, Astarte ? Natsuki t’a-t-elle demandé de faire quelque chose ? » demanda Kojou, en se tenant sur ses gardes. Il se demandait si sa violente professeur de classe lui avait demandé de l’aider afin de faire un autre travail dangereux.

Il n’avait pas trouvé inhabituel qu’Astarte sache exactement où trouver Kojou. En raison de circonstances particulières, Kojou lui fournissait une énergie magique pour préserver sa force vitale. Apparemment, Astarte pouvait dire où se trouvait Kojou en traçant ce canal d’énergie magique jusqu’à lui. Il était tout à fait possible que Natsuki se serve de la nature d’Astarte et la confie volontairement à Kojou comme messagère.

Cependant, la réponse d’Astarte n’avait pas été du tout celle qu’il attendait. « Rapport de situation : La communication régulière avec l’instructeur a cessé à partir de neuf heures ce matin. »

« … La communication a cessé ? » demanda Kojou.

« Dis-tu que Mme Minamiya a disparu ? » Yukina continua.

Kojou et Yukina avaient tous deux des doutes considérables sur leur visage. Astarte avait fait un signe de tête désinvolte.

« Affirmatif. Les signaux de transmission et de défilements des sorts ont été perdus, » répondit Astarte.

Le malaise s’était propagé petit à petit au centre de la poitrine de Kojou.

« Vraiment ? » demanda Kojou.

Même si elle avait dit que Natsuki Minamiya avait disparu, cela ne semblait pas réel. Elle était un peu trop vieille pour s’enfuir de chez elle, et quelqu’un qui vivait aussi déraisonnablement que Natsuki n’irait sûrement pas se cacher du monde. Cela dit, il pensait que peu de gens sur la planète étaient capables de la kidnapper. Ni Kojou ni Yukina ne pouvaient la battre dans un combat direct, il doutait même que le maniaque du combat Dimitrie Vattler puisse y parvenir — .

Mais si Natsuki avait vraiment disparu, cela signifiait qu’il y avait une menace sur l’île d’Itogami d’un niveau auquel même elle n’était pas immunisée.

Astarte avait parlé d’une voix professionnelle à Kojou et Yukina, visiblement ébranlés. « L’instructeur m’a donné des directives au préalable en cas de circonstances comme celle-ci. »

« Des directives ? » Kojou s’était interrogé à voix haute.

« Kanon Kanase a été fixée comme mon objectif principal de protection, » déclara Astarte.

« C’est donc… ? »

Il semblerait que Natsuki ait vraiment pris au sérieux son devoir de gardienne de Kanon.

« — Attends, tu dis que Natsuki savait qu’elle serait partie à l’avance ? » demanda Kojou.

« Pas clair. Impossible de répondre en raison de données insuffisantes, » répondit Astarte.

« … Des données. Désolé, » déclara Kojou.

Kojou s’était excusé lorsqu’il avait réalisé ce qu’Astarte ressentait. Elle n’avait pas montré ses émotions, mais Astarte devait être aussi inquiète que lui de la disparition de Natsuki. Astarte avait fixé Kojou sans un mot. Peut-être avait-il seulement imaginé qu’il avait vu ses yeux un peu vaciller.

Kojou s’était parlé à lui-même, comme s’il avait avalé une pilule amère. « J’ai… un mauvais pressentiment à ce sujet… »

Il y avait l’anomalie que Sayaka et La Folia avaient vécue, maintenant Natsuki avait disparu. Mettant Yaze de côté, Asagi avait reçu un appel soudain de la Corporation de Management du Gigaflotteur.

Il avait une vague prémonition que quelque chose se passait là où Kojou et les autres ne pouvaient pas voir.

La grâce salvatrice avait été que personne n’était en danger concret dans l’état actuel des choses.

Yukina avait l’air très inquiète pendant qu’elle parlait. « Je suis d’accord. »

Yuuma avait une expression opaque en regardant les visages graves de Kojou et Yukina.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés