Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 5

***

Chapitre 1 : Le vent qui souffle au nord

Partie 1

J’avais donné un coup de pied au sol, poussant mon corps en avant. Je m’étais élancée dans la forêt parsemée d’obstacles, me faufilant entre les rangées d’arbres à ma gauche et à ma droite. Je pouvais sentir le vent me frôler la joue, née de mon sprint plutôt que d’une source naturelle.

Ce vent était le seul que je pouvais sentir. La pression de l’air donnait l’impression qu’elle me poussait vers l’arrière, même si j’avançais. Je me déplaçais rapidement, anormalement, mais j’avais accepté cette anomalie comme faisant partie de moi. Je ne pouvais pas protéger les choses que je voulais si je ne le faisais pas. Alors j’avais couru. J’avais simplement continué à courir. J’avais utilisé les émotions brûlantes en moi comme carburant et j’avais donné un coup de pied au sol assez fort pour faire exploser mon propre corps.

Très vite, j’avais vu l’énorme forteresse appelée le Fort d’Ebenus. C’était l’une des têtes de pont de l’humanité contre la menace constante des monstres des Terres forestières, une forêt spéciale riche en mana qui empiétait constamment sur le sud.

Elle était la même que lorsque j’avais quitté les lieux. J’étais heureuse de la voir inchangée, et peut-être… c’était exactement la raison pour laquelle je trouvais cela si impardonnable. J’avais apaisé la rancœur qui montait en moi et j’avais couru les kilomètres restants jusqu’à la forteresse.

 

 ◆ ◆

« H-Huh ? Ce n’est pas… Iino ? Es-tu de retour !? »

Cela faisait plusieurs minutes que j’avais été introduite dans la forteresse. Je ne pouvais pas vraiment courir dans un bâtiment rempli de gens, mais j’avais quand même parcouru rapidement les couloirs alors que plusieurs connaissances me saluaient. Tous étaient mes camarades, membres de l’équipe d’exploration.

Il y a environ quatre mois, nous avions été projetés dans ce monde incompréhensible. Nous nous étions retrouvés au fin fond d’une forêt isolée de la société humaine, où des monstres logiquement impossibles nous avaient dévoilé les crocs.

Jusqu’à ce jour, nous avions vécu nos vies en paix. Mais dans ce nouveau monde, sans aucun moyen de nous défendre, tout ce que nous pouvions faire était de mourir. Nous n’avions survécu que parce que, pour une raison inconnue, certains d’entre nous avaient obtenu en venant dans ce monde des pouvoirs qui défiaient le bon sens. Nous appelons ces pouvoirs des triches. Nous les avions utilisés pour repousser les monstres et protéger nos camarades impuissants, nous tenant debout pour que tout le monde puisse être à l’aise et trouver un moyen de vivre.

C’est ainsi que l’équipe d’exploration avait été formée. J’en étais membre depuis sa création, et je m’étais jetée en première ligne de la bataille. Parmi les presque trois cents tricheurs, mes pouvoirs étaient considérablement forts. J’étais la plus rapide de l’équipe d’exploration, une force qui s’enorgueillissait déjà de capacités physiques écrasantes. La Skanda, Iino Yuna — c’était mon identité.

Alors que je continuais dans les couloirs, d’autres membres de l’équipe d’exploration m’avaient appelée.

« Hé, qu’est-ce qui se passe ? »

« Où est cet idiot de Watanabe ? Et Juumonji ? »

« Nous n’avons pas eu de nouvelles du Fort de Tilia, alors nous étions un peu inquiets… »

Sans m’arrêter, j’avais dit. « Désolée, je dois en parler au président — je veux dire, à notre chef. Il vous donnera probablement les détails plus tard. »

Je passai devant les gens qui me parlaient et me hâtai vers ma destination. Les membres de l’équipe d’exploration avaient reçu l’usage de plusieurs pièces dans le Fort d’Ebenus. Je me dirigeais vers la chambre de notre chef. Je réprimai mon envie de courir et me faufilai rapidement dans les couloirs.

« Attends, Iino ! Notre chef a des invités en ce moment, » déclara l’écolier qui était sur mes talons. Son nom était Kouzu Asahi.

Je fronçai les sourcils. « Désolée, Kouzu. Cet invité est probablement le comte Untel ou un serviteur du vicomte Untel de l’Empire venu présenter ses salutations ou autre, non ? Ce n’est pas le moment pour ce genre de choses. »

« N-Non. Ce n’est pas ce qu’ils sont… »

Nous étions arrivés à la chambre en question. La porte était si haut de gamme qu’on ne pouvait pas penser que nous étions dans un complexe militaire. C’était la preuve de la courtoisie avec laquelle ils traitaient notre chef ici, en aucun cas inférieur aux officiers de la forteresse.

J’avais senti des gens de l’autre côté de la porte, mais avant que je puisse poser ma main sur la poignée, elle s’était ouverte de l’intérieur. Un homme, de près de deux mètres de haut, se tenait de l’autre côté. Ce n’était pas celui que je cherchais. Il s’agissait vraisemblablement de l’invité dont Kouzu avait parlé. L’homme dégageait un air solennel, comme s’il était la forteresse elle-même. Il semblait avoir un peu plus de trente ans. Ses épaules étaient larges, et il avait un corps volumineux et bien entraîné. L’armure digne qu’il portait était différente de celles portées par les chevaliers impériaux et les soldats stationnés ici.

J’avais été un peu surprise que les traits de son visage ressemblent aux nôtres. J’avais déjà entendu quelque part que ce monde n’était peuplé que de ce que nous appelons les Caucasiens. Cependant, ses traits profondément ciselés ressemblaient un peu à ceux d’un Japonais. Il avait presque l’air d’être de sang mêlé, si cela avait plus de sens. Il me regardait avec des yeux noisette, mais ses cheveux courts et soignés étaient d’un noir familier.

Il était accompagné d’un autre homme de grande taille. Celui-ci était chauve et avait la peau foncée, plus claire que ce que l’on pouvait voir dans notre monde, mais inhabituelle pour un local. En tout cas, je n’avais jamais vu cette couleur de peau au Fort d’Ebenus ou au Fort de Tilia. Cependant, les différences de structure osseuse et de couleur de peau pourraient n’être qu’une question d’individualité ici.

Quoi qu’il en soit, si j’avais eu le temps d’observer les deux hommes ainsi, c’est parce qu’ils s’étaient également arrêtés pour m’observer. Une paire d’yeux noisette me fixait sous d’épais sourcils. Ce n’était pas le regard d’un homme vulgaire observant une femme — si cela avait été le cas, j’aurais mis mon poing dans son visage de pierre — mais plutôt comme s’il évaluait mon être même.

Ses yeux me rappelaient ceux de mon père, qui travaillait comme policier — ce dont j’étais très fière. C’était le regard qu’il me lançait chaque fois que je faisais quelque chose de mal alors que j’étais une enfant. Cette sévérité quelque peu nostalgique m’avait fait grimacer.

« Excusez-moi, madame. »

Voyant que j’avais fait un bond en arrière et ouvert la voie, l’homme avait porté la main à sa poitrine et s’était incliné poliment devant moi. Il avait finalement détourné les yeux, et j’avais laissé échapper le souffle que j’avais inconsciemment retenu. Puis l’homme à la présence terrifiante et solennelle était parti dans le couloir. Alors que je surveillais ses arrières, une voix à côté de moi m’avait ramenée à la raison.

« Que fais-tu ici ? »

Une grande fille portant un uniforme scolaire se tenait à l’entrée de la porte.

« Kuriyama… »

Kuriyama Moeko. Elle avait un an de plus que moi et travaillait comme assistante et garde du corps du chef de l’équipe d’exploration. Ses yeux intelligents sous des lunettes sans monture nous regardaient tour à tour, moi et Kouzu.

« Et qu’est-ce que tu crois faire ici, Kouzu ? Je crois que je t’ai donné un travail à faire ? » dit-elle.

« Oh, uh, euh… »

« Eh bien ? »

« Désolée, je m’y remets tout de suite. »

Kuriyama avait repoussé Kouzu d’un regard froid, puis elle s’était tournée vers moi. Je m’étais sentie un peu mal pour lui, mais je l’avais gardé pour moi.

« Iino, n’es-tu pas censée être au Fort de Tilia pour secourir les survivants de la Colonie ? Je crois me souvenir que tu devais y rester et aider aux missions de sauvetage jusqu’à ce qu’un autre ordre arrive. »

« O-Oui, je l’étais. Je viens juste de revenir. J’ai quelque chose à dire à notre chef, alors peux-tu me laisser passer ? »

Je n’étais pas vraiment douée pour traiter avec cette fille plus âgée. Dans notre monde, elle était très douée et avait d’excellentes notes. Elle avait pour objectif d’intégrer le département de médecine d’une université nationale et de réussir dans l’entreprise familiale. Elle était en fait très intelligente et couvrait souvent la tendance de notre chef à lésiner sur les détails. Pourtant, elle me semblait vraiment froide.

J’avais soudain remarqué les pensées qui traversaient mon esprit et je m’étais réprimandée. Je ne pouvais pas faire ça. Elle était une membre de l’équipe d’exploration. C’était une camarade courageuse qui avait décidé de voyager vers l’est pour protéger tous les élèves de notre école. Par-dessus tout, notre chef avait reconnu ses capacités et l’avait gardée à ses côtés. C’était suffisant pour que je la considère comme l’une des personnes les plus dignes de confiance qui soient. Il avait sûrement vu en elle une vertu que je ne pouvais pas voir. Même s’il y en avait une, j’aurais probablement toujours des problèmes à la gérer.

« Cette voix… C’est toi, Iino ? » J’avais été un peu soulagée d’entendre la voix d’un garçon venant de l’intérieur de la pièce. « Laisse-la entrer, Moeko. Il y a un tas de choses que je veux lui demander. »

« Très bien. Iino, entre, s’il te plaît. »

Kuriyama s’était écartée et elle m’avait laissée entrer. J’avais franchi la porte, en restant conscient de sa présence derrière moi. Dans le coin de la pièce spacieuse, il y avait une petite table et deux canapés qui se faisaient face. Les invités étaient vraisemblablement assis là il y a quelques instants. Notre chef, Nakajima Kojirou, était toujours assis sur l’un des canapés.

C’était un très beau garçon, même de mon point de vue de personne habituée à le voir. Il possédait un visage doux qui semblait appartenir à un membre d’un groupe d’idoles. Il avait un front déterminé, et il portait des vêtements de ce monde autour de son corps grand et serré.

Certains membres de l’équipe d’exploration avaient porté ce genre de vêtements, tandis que d’autres étaient restés en uniforme. Je faisais partie de ces derniers, simplement parce que c’était plus confortable à porter. D’un autre côté, notre chef aimait la facilité avec laquelle on pouvait enfiler ces vêtements, il s’était donc débarrassé de son uniforme et de toutes ses autres affaires.

Il déclarait son intention de s’assimiler, à sa façon. Vu sa position, il devait tout le temps rencontrer des personnes importantes de ce monde et leurs messagers. Plusieurs des gars de l’équipe d’exploration l’avaient imité à cet égard. La veille de mon départ pour le Fort de Tilia, j’avais discuté avec mes amis de la stupidité des garçons. Bien sûr, on ne les détestait pas pour autant.

« Je suis content que tu sois rentré, Iino. Tout le monde s’est inquiété pour toi. »

Il s’était levé du canapé et s’était dirigé vers moi. Il n’en fallait pas plus pour changer l’atmosphère de la pièce. Le simple fait d’entendre sa voix m’avait apporté un sentiment de soulagement. Je suppose que c’est ce que les gens appellent le charisme. Je m’étais rendu compte que j’avais perdu ma concentration et je m’étais réprimandée.

« Désolée, je n’ai pas pu te contacter, Prez — je veux dire, Chef. »

« Tu sais, tu peux m’appeler Prez si tu le veux. »

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu cette discussion. Nous faisions tous deux partie du même club de kendo dans notre monde. Nos activités avaient bien sûr été divisées par sexe, mais nous nous étions quand même rencontrés en tant que junior et senior du même club.

En y repensant, il aurait pu être différent des autres étudiants, même à l’époque. Sans lui, nous nous serions dispersés quelques jours après notre arrivée dans ce monde. Cela s’appliquait même à moi à l’époque.

J’avais ces pouvoirs incroyables depuis le tout premier jour. J’avais essayé de protéger tout le monde des monstres qui nous attaquaient, mais ça ne suffisait pas. Et c’est notre chef qui m’avait donné un vrai but.

Seule une centaine de personnes étaient conscientes de leur triche à ce moment-là. Ils avaient tous erré dans la région par leurs propres moyens et avaient rencontré des monstres à plusieurs reprises. Nous aurions dû être plus prudents. Nous n’étions pas encore un groupe organisé, et nous n’avions aucune expérience du combat. Nous n’étions qu’une bande de gamins téléportés ici depuis le Japon. Et nous n’avions pas eu le loisir de réfléchir autant.

« C’est sans espoir ! Partons d’ici, Yu ! »

« Ce n’est pas vrai, Todo ! Ce n’est pas… Ce n’est pas possible… Vous vous moquez de moi. »

***

Partie 2

Le tumulte de la bataille avait attiré plus de monstres. Puis cette bataille avec les nouveaux monstres avait attiré encore plus de monstres. Avant que nous le sachions, les choses semblaient désespérer. À l’époque, je pouvais déjà courir anormalement vite, plus vite que quiconque. J’étais aussi habituée à manier l’épée grâce à mon expérience dans le club de kendo. Néanmoins, même moi, j’avais désespéré.

J’aurais pu m’échapper toute seule, mais les monstres s’avançaient vers des centaines d’étudiants impuissants. Il était évident, même pour un œil non averti, que je ne serais pas en mesure de tous les protéger. L’avenir semblait sans espoir, et j’avais été frappée par le chagrin de ma propre impuissance.

Je savais que quoi que je fasse, je n’aurais rien pu accomplir. Pourtant, je croyais que je devais me battre. J’avais forcé mes jambes affaiblies à courir vers les monstres. Cependant, juste à ce moment-là, il était arrivé avec une force de tricheurs derrière lui. Il avait fait face aux monstres des Profondeurs, se frayant un chemin à travers eux avec son épée dorée brillante à la main, la lame née de sa capacité inhérente. Il m’avait alors tapé sur l’épaule alors que je tremblais devant les événements tragiques arrivant.

« Soit fière de toi, Iino Yuna. Peu importe qui pourrait le nier, même si tu ne l’admets pas toi-même, je reconnaîtrai toujours la valeur derrière tes intentions. Et cela ne s’applique pas seulement à Iino. Est-ce tout ce que vous valez, vous autres ? Croyez-vous que c’est déjà fini ? Je ne l’accepterai pas. Je n’accepterai pas un “game over” comme celui-là ! N’abandonnez jamais ! Après moi ! »

En brandissant son épée dorée, qui avait déjà attiré l’attention, il avait attiré les monstres vers lui et les avait éloignés des étudiants impuissants situés loin derrière. Il s’en était suivi une furieuse démonstration de vigueur et un flot d’exploits glorieux. Grâce à son immense pouvoir, à son bon jugement et, surtout, à son cœur inébranlable, il avait vaincu bien plus de monstres que quiconque. Chaque fois que les autres élèves se trouvaient dans une situation difficile, il les couvrait. À l’époque, seules cinquante personnes avaient participé, mais grâce à ses seuls efforts, notre puissance avait été multipliée.

Au moment où la bataille s’était terminée, il était naturellement devenu notre noyau dur. C’est alors que, sur sa suggestion, l’équipe d’exploration avait pris forme. Au début, nous n’avions que cinquante membres, mais de plus en plus de personnes nous avaient rejoints. Nous avions protégé les étudiants qui ne pouvaient pas se battre et avions commencé à construire des logements temporaires dans la forêt — la Colonie. Nous avions continué à éclairer le chemin de la survie dans ce monde.

Même avec le pouvoir, nous n’étions qu’une bande d’étudiants désordonnés. C’est lui qui nous avait rassemblés, notre héros, l’Épée de Lumière, Nakajima Kojirou.

 

 ◆ ◆

« Honnêtement, c’est bien que tu sois venue, » déclara notre chef après que nous nous soyons assis face à face sur les canapés des invités. « Il s’est passé beaucoup de temps depuis que nous avons perdu le contact avec le Fort de Tilia. Lorsque la technologie de communication magique qu’ils utilisent cesse de fonctionner, les informations voyagent beaucoup trop lentement. D’un autre côté, avec la Skanda là-bas, il n’y avait aucune raison d’envoyer imprudemment plus de personnes. Pourtant, j’avais presque envie d’y aller moi-même. »

« Ce serait un problème, Capitaine, » dit Kuriyama, debout derrière lui. « Tu dois rester et renforcer les bases des étudiants ici. »

« Comme tu peux le voir… Moeko a été assez bruyante à ce sujet. Puisque je ne peux pas partir d’ici, c’est plutôt utile que tu sois revenue. »

« Dans tous les cas, n’est-ce pas une chance qu’elle soit revenue à ce moment-là ? » demanda Kuriyama.

« Oh, tu as raison. Il y a ça aussi. Je suis content que tu sois arrivée à temps. »

« Attendez. Attendez une seconde. De quoi parlez-vous exactement ? » Avais-je dit, en interrompant leur conversation. « Oh. Maintenant que j’y pense, je n’ai pas vu beaucoup de membres en venant ici. Ont-ils tous quelque chose à faire tout d’un coup ? Une sorte d’opération de nettoyage à grande échelle ? »

J’avais fait une conjecture basée sur ce qu’il avait dit. La dernière fois que j’étais venue ici, l’équipe d’exploration avait entrepris de supprimer les monstres de la région.

Il était de coutume que l’Église de la capitale, située dans la région nord de l’Empire, invite les habitants d’autres mondes à venir la visiter. Cependant, l’équipe d’exploration n’avait pas accepté leur offre. Nous ne pouvions pas aller jusqu’à la capitale alors que nous devions sauver les étudiants abandonnés de la Colonie. Ce n’est pas comme si l’équipe d’exploration avait accepté à l’unanimité, mais notre chef avait décidé que nous resterions au Fort d’Ebenus. Mais comme nous ne pouvions pas rester à ne rien faire en restant ici, nous nous occupions les monstres de la région. Alors bien sûr, notre chef serait heureux que la Skanda soit revenue à temps pour une opération majeure.

« Ces deux invités avaient-ils quelque chose à voir avec cela ? Ils ne semblaient pas être des gens ordinaires. »

« Ils seraient sûrement heureux d’entendre de tels éloges de la part de la Skanda. En tout cas, tu as à moitié raison. C’est lié à eux, mais ça n’a rien à voir avec une quelconque opération. »

« Alors… »

« Ce sont des chevaliers du Saint Ordre. Tu en as au moins entendu parler d’eux, non ? »

« Le Saint Ordre… ? La force militaire la plus puissante, celle qui se bat aux côtés des sauveurs ? »

« Ouais. Ils en ont eu assez d’attendre, alors ils ont fini par venir nous examiner directement. Le commandant lui-même en l’occurrence. »

« Nous examiner ? »

« C’est l’une de leurs tâches. Ils doivent vérifier si les sauveurs qui sont apparus sont bien réels. »

Je m’étais souvenue du regard de l’homme. Ces yeux noisette avaient mesuré mon être même. C’était donc de cela qu’il s’agissait… Honnêtement, je ne me sentais pas très bien, mais pour les gens de ce monde, les visiteurs venus de loin tenaient le destin de l’humanité entre leurs mains. Je pouvais comprendre pourquoi ils voulaient s’assurer que nous étions bien réels.

« Bref, ils ont dit qu’ils étaient juste là pour vérifier. Donc cet entretien s’est terminé. Je suis content que ça se soit passé sans problème. »

« Nous venons d’un autre monde, c’est évident, mais je pense que c’est une bonne chose que rien de mal ne soit arrivé. »

« Tu as raison… mais il sera plus difficile pour nous de rester ici plus longtemps. »

« Ce qui veut dire… que tu as accepté leur invitation à te rendre dans la capitale ? »

« Ouais. On dirait que c’est plutôt gênant pour eux que nous ne soyons pas encore partis. Ça a quelque chose à voir avec la politique, mais je ne comprends pas vraiment ce genre de choses. Mais on ne peut pas continuer à les ignorer alors qu’ils s’occupent de nous comme ça. L’équipe d’exploration va donc quitter le Fort d’Ebenus. »

Notre chef avait froncé les sourcils en expliquant la situation. Il avait manifestement des sentiments mitigés à ce sujet.

« C’est juste que, eh bien, il semble que leurs plans ont été en quelque sorte contrariés. Nous sommes ici à Ebenus depuis presque deux mois. Compte tenu du fait qu’il faut plus d’un mois pour arriver ici depuis la capitale, il est logique qu’ils aient eu un peu de retard pour venir ici. »

« En retard ? » avais-je demandé en penchant la tête.

« Il y a soixante-trois membres de l’équipe d’exploration ici en ce moment, » répondit Kuriyama. « C’est environ la moitié de la force d’expédition. Ils se préparent tous à quitter la forteresse. Les autres ne sont plus là. »

« Ne sont plus là… ? Alors où sont-ils allés ? »

« Qui sait ? Peut-être la capitale, peut-être ailleurs, » répondit-elle indifférente.

J’avais compris ce qu’elle voulait dire, mais j’avais eu besoin d’un moment pour comprendre.

« Es-tu en train de me dire que nous avons des déserteurs !? » avais-je demandé, me projetant involontairement en avant.

« Ce n’est pas tout à fait ça, Iino, » répondit notre chef en secouant la tête. « Ils sont partis de leur propre gré. Nous ne sommes pas ici par obligation. Lorsque nous avons été envoyés ici, nous avons dû nous battre juste pour traverser cette crise. Les appeler “déserteurs” ne tient pas compte de ce que nous avons ressenti à cette époque. »

« Je sais, mais… »

« Nous avons tellement lutté pour arriver à ce stade. N’est-il pas naturel que certains veuillent désormais vivre comme ils l’entendent ? Je suis heureux de les voir partir et je leur souhaite le meilleur dans leurs projets. D’ailleurs, j’ai juste agi de manière volontaire, en disant que nous devions sauver ceux qui étaient restés dans la colonie. Tout comme j’agis par ma propre volonté, ils peuvent vivre comme ils veulent par la leur. »

C’était vraiment approprié venant de lui. Il respectait la volonté de chacun. C’était peut-être ainsi qu’il avait mené plus d’une centaine d’étudiants dans un voyage sans fin, nous amenant si loin. Je ne pouvais rien dire d’autre sur ce sujet.

« En d’autres termes, » ajouta Kuriyama, « On pourrait dire que les dissidents sont partis maintenant, n’est-ce pas ? » Elle n’avait pas fait attention quand j’avais froncé le visage et continué. « Les seuls qui restent sont ceux qui partagent les idéaux du capitaine. Je crois que cela s’applique également à toi, n’est-ce pas Iino ? »

« Elle a raison. J’aimerais que tu viennes avec nous à la capitale, Iino. Je ne peux pas t’y forcer, bien sûr… mais je serais heureux que tu le fasses. »

« Je… »

J’avais hésité pendant un moment. Cependant, mon cœur était déjà décidé. Je savais ce que je devais faire avant même d’arriver ici.

« Désolé, Chef. Je ne peux pas vous accompagner. »

« Je vois. Puis-je demander pourquoi ? En fait, avant cela, je n’ai toujours pas entendu parler de ce qui s’est passé au Fort de Tilia. »

« Je vais t’expliquer, mais en bref, il y a quelqu’un que je dois aller attraper, » avais-je dit en serrant les poings. « Alors que je me dirigeais vers les Profondeurs avec les Chevaliers Impériaux pour sauver les éventuels survivants, des monstres ont attaqué le Fort de Tilia. Beaucoup de gens sont morts. Ils disent que c’est quelqu’un qui vient de notre monde qui a fait ça. Je ne peux pas lui pardonner. Je vais certainement lui faire subir le jugement de la loi. »

« Je vois… Alors le Fort de Tilia était vraiment… »

Les yeux de notre chef s’étaient légèrement écarquillés en écoutant mon histoire. Cependant, il avait probablement déjà deviné que quelque chose comme cela s’était produit, vu la perte de contact avec le Fort de Tilia. Il n’avait pas réagi davantage.

« Alors ? » avait-il insisté.

« Je pense quitter la forteresse tout de suite pour poursuivre le coupable. »

« Le coupable, hein ? Sais-tu qui a fait ça ?

« Les informations à ce sujet semblent être aléatoires. Je n’ai pas été en mesure de rencontrer les Chevaliers de l’ Alliance qui sont au courant de ce qui s’est passé. Cependant, j’ai entendu les noms de deux suspects possibles. L’un est Kudou Riku, mais malheureusement, on ne sait pas où il se trouve. Il semble qu’il se cache dans les bois… »

« Les bois sont vastes. Je suppose que tu le laisses pour plus tard. Donc tu poursuivras l’autre suspect ? »

« Oui, » avais-je répondu d’un signe de tête. J’avais réprimé la rancœur dans mon cœur alors que je mâchais pratiquement son nom. « C’est Majima Takahiro. Je pense le poursuivre d’ici. »

***

Chapitre 2 : La fille de mes rêves, toi ici même

Partie 1

« Veux-tu venir observer les étoiles ? »

C’est ainsi que Kaneki Mikihiko, mon ami depuis le collège, m’avait invité à sortir. C’était en avril, et nous venions juste d’entrer au lycée. Le musée des sciences local organisait une soirée d’observation des étoiles à l’école ce soir-là. C’était l’un des nombreux événements destinés à nous aider à faire connaissance dans notre nouvelle école, en profitant du ciel nocturne étoilé pendant le week-end. Il y avait plus de trente participants et deux enseignants. Heureusement, Mikihiko et moi avions gagné la tombola pour y assister, et nous avions donc pu y participer.

Ce soir-là, nous nous étions tous réunis sur le toit de l’école. Nous avions commencé par apprendre à reconnaître les étoiles. Je n’étais là que parce que j’avais été invité, donc je n’avais pas vraiment d’intérêt au départ. En fait, la plupart des participants ne s’y intéressaient pas non plus, mais les organisateurs de l’événement semblaient en être conscients, si bien que leurs explications étaient plutôt bien pensées et amusantes.

Après cela, nous avions pu regarder la lune et les autres planètes dans un télescope. Nous avions pour mission de trouver les corps célestes désignés. Nous avions utilisé un appareil photo numérique pour prendre des photos des étoiles, et les enseignants responsables avaient réprimandé les élèves qui faisaient des bêtises et se mettaient en travers de la photo.

C’était une scène extraordinaire — et pourtant tout à fait ordinaire — hors de notre quotidien. Alors pourquoi quelque chose gonflait-il dans mon cœur ? C’était soi-disant la première fois que je voyais le toit de l’école, mais je me sentais nostalgique. C’était le monde dans lequel nous vivions. Je n’avais même pas besoin de le confirmer. Du moins, je n’aurais pas dû en avoir besoin.

Et pourtant… tout semblait si loin. Tout ce dont j’essayais de ne pas me souvenir débordait par inadvertance des recoins de mon esprit. Les émotions que j’avais emballées et scellées étaient sur le point d’éclater. Mais je ne pouvais pas verser de larmes.

Lorsque j’avais réalisé que je ressentais des émotions que je n’avais pas ressenties à ce moment-là, mon rêve s’était facilement effondré. J’avais compris qu’il s’agissait d’un souvenir enfoui profondément dans mon esprit. Même si je ne l’avais pas réalisé, ce rêve était de toute façon sur le point de se terminer. Le monde disparaissait peu à peu du bord de ma vision.

Je ne pouvais plus voir les étoiles. Et juste à ce moment-là, une des filles qui se tenait sur le toit s’était tournée vers moi. Elle avait un beau visage.

Ça, c’est bien le lycée. Il y a même une jolie fille comme ça dans le coin. Je me souvenais avoir été bizarrement surpris lorsque les participants s’étaient réunis. Elle était dans une classe différente de la mienne, et nous n’avions pas vraiment de points communs, donc il était peu probable que je lui parle un jour.

Mais quand nos regards s’étaient croisés, elle avait souri. Le clair de lune s’était déversé sur ses cheveux fins et flottants, les rendant presque blancs — et ma vision s’était obscurcie.

 

 ◆ ◆

« Oh, Maître. Es-tu réveillé ? »

La première chose que j’avais vue en me réveillant avait été Lily se tournant vers moi, portant un uniforme d’école et assise au bout de mon lit. La lumière du soleil matinal entrait à peine par la fenêtre, illuminant ses cheveux de lin. Ils ressortaient dans la pièce sombre. La lumière du soleil les rendait presque transparents. C’était comme une scène sortie tout droit d’un tableau.

« Bonjour, Maître. »

Nos regards s’étaient croisés, et Lily m’avait offert un sourire affectueux et doux. Pendant un instant, j’avais eu l’impression que son sourire se superposait à une image que j’avais vue une fois auparavant.

« Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Rien, c’est juste que… » J’étais sorti du lit et j’avais pressé ma main contre mon front. « Je crois… que j’ai fait un rêve nostalgique. »

La vague sensation propre aux rêves me semblait déjà si lointaine. Tout ce que je pouvais ressentir dans mes pensées léthargiques était une étrange impression de déjà vu.

« Un rêve ? Quel genre ? » me demanda Lily, en clignant des yeux avec curiosité. « Un mauvais rêve ? »

Elle tendit ses doigts et toucha mon front. Ils étaient légèrement froids, mais avaient une chaleur familière. C’était Lily. Bien sûr que c’était elle. C’était évident.

Je lui avais fait un léger sourire. « Non, pas vraiment. En tout cas, je vois que tu es de retour. »

« Oh, ouais, » dit Lily en retirant sa main et en hochant la tête. « Je viens juste d’arriver. Je fais une petite pause. »

« Où sont les autres ? » avais-je demandé.

« Rose était là il y a un instant, mais elle a échangé avec moi pour aller voir Katou. Après m’avoir aidée, Gerbera a fait une sieste ici, mais elle s’est levée un peu plus tôt. Elle a dit qu’elle allait faire une promenade avec Ayame. »

« Une promenade… ? Est-ce que ça va aller ? »

« Tu es tellement anxieux. » Les lèvres de Lily s’étaient relâchées, à la fois par exaspération et par affection. Réalisant que j’avais commencé à me renfrogner avant même de le savoir, je m’étais senti un peu mal à l’aise. « C’est bon. Je suis aussi un peu inquiète pour Ayame, mais j’ai dit à Gerbera de la surveiller. »

« Vraiment ? Merci. »

« Vas-tu aussi sortir, non ? Va te changer. Je vais aller demander le petit-déjeuner. »

Avec ça, Lily avait quitté la pièce. J’avais commencé à m’habiller pendant ce temps. J’avais enlevé mon pyjama et j’avais tendu le bras vers les vêtements que Gerbera avait faits pour moi, ils étaient pliés à côté de moi. Une vigne avait jailli du dos de ma main et les avait tirés vers moi.

« Merci, Asarina. »

« Maîttttre ! »

Mon plan pour la journée était de me changer, de prendre un petit-déjeuner, puis de rencontrer Shiran et de lui demander quelle était la situation actuelle. Deux jours s’étaient écoulés depuis qu’un autre dompteur de monstres, Kudou Riku, avait manipulé une armée de monstres pour qu’ils attaquent le Fort de Tilia, où dix étudiants — dont moi-même — séjournaient.

Après cet incident, on m’avait donné l’usage d’un étage entier dans la zone résidentielle de la forteresse. Tous mes serviteurs, y compris Rose et Gerbera, y séjournaient avec moi. Même si certaines zones de la forteresse avaient été détruites, en raison du grand nombre de victimes, il y avait plus qu’assez de chambres pour nous.

Trois organisations militaires étaient stationnées au Fort de Tilia : l’armée impériale du Sud, la deuxième compagnie des Chevaliers impériaux et la troisième compagnie des Chevaliers de l’Alliance. Actuellement, la forteresse abritait environ trois cents survivants de l’Armée impériale du Sud, cinquante des Chevaliers de l’Alliance et une centaine de non-combattants. À l’exception des chevaliers qui avaient accompagné Iino Yuna dans les Profondeurs pour sauver d’autres étudiants, la deuxième compagnie des Chevaliers Impériaux avait été anéantie lors de la trahison de Juumonji. Si l’on considère que le Fort de Tilia avait autrefois été rempli de plus de deux mille personnes, les pertes étaient catastrophiques.

Dans une guerre entre humains, il aurait pu avoir l’option de se rendre et d’éviter de telles pertes. Mais contre des monstres, et dans un siège avec nulle part où aller, les dommages avaient été catastrophiques.

Parmi les étudiants séjournant à la forteresse, le principal responsable de l’incident, Juumonji Tatsuya, son complice, Sakagami Gouta, ainsi que Watanabe Yoshiki, de l’équipe d’exploration, et huit membres de l’équipe locale de la Colonie étaient tous morts. Les seuls survivants étaient moi-même, Mikihiko, Miyoshi Taichi, les trois amis de Miyoshi Taichi, Iino Yuna — qui n’était pas susceptible de revenir des Profondeurs avant un certain temps — et Kudou Riku.

« Hé, Senpai. Veux-tu joindre tes forces aux miennes ? »

Ce jour-là, j’avais refusé la main de mon camarade-dompteur. Si je ne l’avais pas fait, j’aurais abandonné tout ce à quoi j’avais tenu jusqu’à présent et je serais devenu le même genre de monstre que lui. Je le savais, mais comme il l’avait dit, il n’avait pas l’intention de m’abandonner. Nous allions sûrement nous revoir. Comment se présenterait-il devant moi la prochaine fois ? Que m’arriverait-il alors ? Je ne pouvais même pas l’imaginer pour l’instant.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Maître ? »

Avant que je ne le sache, Lily était revenue. Elle tenait un plateau avec ce qui semblait être des rations d’urgence — des légumes et de la viande hachés, mélangés dans une sorte de gruau. Elle posa le plateau sur une table ronde près de la fenêtre et me regarda avec curiosité. J’avais alors remarqué que mes mains s’étaient complètement immobilisées.

« O-Oh, désolé. Je me suis juste un peu assoupi. »

J’en avais ri et j’avais chassé la vague anxiété que je ressentais à propos de mon avenir. J’avais rapidement fini de me changer et m’étais assis sur la chaise en face de Lily. Il y avait une portion en face de moi.

« Ne manges-tu pas ? » avais-je demandé en hochant la tête.

« Bon sang. Dors-tu encore, Maître ? J’ai déjà bien mangé, tu te souviens ? Ne t’ai-je pas dit que je suis revenue pour faire une pause ? »

Lily avait donné une bonne claque à son estomac. Je m’étais surpris à baisser les yeux, mais j’avais immédiatement détourné mon regard. Même si nous étions en privé, elle restait une fille. Ce n’était pas bon de trop la fixer.

« Oh oui, tu l’as fait… Comment se passe le nettoyage ? »

« Hmmm. D’hier à aujourd’hui ? Environ un tiers pendant la journée ? »

Rose avait été ma garde de la nuit dernière jusqu’à ce matin pendant que Lily travaillait sur quelque chose qu’elle seule pouvait faire. Le Fort de Tilia avait réussi à surmonter une crise sans précédent, mais les survivants n’avaient pas eu le temps de se reposer, car ils avaient dû faire face aux conséquences de cette crise.

Les hauts gradés responsables de la forteresse avaient tous fait partie du plan de contre-offensive construit à la hâte, et ils avaient été anéantis par la magie de Juumonji lorsqu’il avait dévoilé sa véritable nature. Petit à petit, la commandante des Chevaliers de l’Alliance prenait les choses en main et s’occupait du nettoyage, mais le plus gros problème était le nombre stupéfiant de soldats décédés.

Les Terres forestières étaient riches en mana. Les cadavres laissés à l’air libre étaient susceptibles de se transformer en goules. Si on ne s’en occupait pas dans les jours qui suivent, le Fort de Tilia risquait d’être déchiré de l’intérieur par les morts-vivants, même s’il avait déjà surmonté une crise majeure.

Même si cela ne se produisait pas, les cadavres pourriraient s’ils étaient laissés ainsi, ce qui pourrait entraîner des maladies. C’était leur priorité pour le moment, mais il n’y avait pas que des cadavres humains. Les monstres qui avaient déferlé dans la forteresse pendant l’attaque gisaient morts un peu partout.

***

Partie 2

J’avais demandé aux chevaliers de me permettre d’aider à cela. Il y avait quelques raisons pour lesquelles nous voulions nous occuper de ce travail, mais la raison principale était basée sur les informations que nous avions obtenues de Kudou. Dans ce monde, on pouvait gagner du mana en battant d’autres êtres qui en possédaient aussi. Par ailleurs, cela n’était pas nécessairement limité aux monstres. De plus, selon Kudou, manger la viande des morts était plus efficace que de simplement les tuer. C’est pourquoi Kudou avait récupéré les cadavres des étudiants qui avaient de grandes quantités de mana. Cette loi s’appliquait également à la consommation de monstres.

Il suffisait de dire qu’il y avait beaucoup à gagner en s’occupant nous-mêmes de tous les cadavres de monstres, et Lily était la plus apte à le faire.

C’était un slime. Sa nature même était la prédation. Elle avait joué à frapper son ventre, mais avec sa biologie indéfinie, il n’y avait rien en elle comme un estomac qui limitait la quantité qu’elle pouvait manger. Sans limites, elle pouvait devenir encore plus forte. En outre, elle était un slime mimétique. Elle pouvait imiter les capacités de tous les monstres qu’elle mangeait.

En tout cas, c’est pourquoi j’avais demandé à Lily de nettoyer tous les monstres. J’avais également demandé à Gerbera de transporter les cadavres dans la pièce que Lily utilisait pour cela. Le fait que Gerbera soit dehors en ce moment en train de se promener signifiait qu’elle avait atteint un bon point pour faire une pause.

« Alors un tiers, hein ? Ça va plus vite que je ne le pensais, » avais-je dit.

« Je donne la priorité à ceux qui pourrissent avec le temps, et il se trouve aussi qu’ils se digèrent plus vite. »

« Je vois. »

J’avais accompagné Lily pendant une partie de son travail hier. Je m’étais souvenu de tous les monstres que j’avais vus pendant ce temps. La capacité d’un slime à digérer et absorber la matière faisait partie de leur spécialité en tant que monstres. Cependant, cela prenait un certain temps en fonction de questions telles que la compatibilité. Il y a deux jours, nous avions évité autant que possible d’engager des monstres, donnant la priorité à la lutte contre les tricheurs. Il y avait de nombreux monstres que nous n’avions jamais vus auparavant et qui semblaient prendre du temps à digérer. Par exemple, il y avait des golems en argile ressemblant à des poupées, des élémentaires de feu rouge foncé qui étaient des amalgames de polyèdres, de grandes fourmis d’acier avec des carapaces métalliques, et d’énormes tortues blindées.

« Eh bien, j’aurai probablement terminé dans quelques jours, » dit Lily.

« Je vois. Alors, concentre-toi sur cela un peu plus longtemps. Je suis sûr que c’est difficile avec tout ce qu’il y a… »

« C’est bon. Ce n’est pas vraiment gênant. C’est la première fois depuis que je suis née que j’ai autant à manger. En fait, c’est un peu… »

Lily avait léché ses lèvres. Sa langue rouge était séduisante. Par inadvertance, j’avais arrêté ma cuillère à mi-chemin de ma bouche.

« Hé, Maître… ? » dit-elle avec un charmant sourire. « Je suis, tu sais, un slime, non ? C’est normal que je mange, que je grossisse et que je me sépare pour me multiplier. »

« Ouais. Qu’est-ce qu’il y a ? En fait, Lily, qu’est-ce que tu as ? Tu sembles un peu… »

Lily semblait étrangement érotique. J’avais un peu hésité, et Lily m’avait fait un signe de tête.

« Rien de particulier. Je suis normale. Ouaip, c’est normal… Je veux dire, manger signifie se multiplier. Et se multiplier, c’est se multiplier. »

En d’autres termes, la biologie originelle de Lily en tant que slime avait une influence sur sa disposition en tant que fille mimétique. Elle s’était levée et s’était penchée sur la petite table. Son visage adorable et légèrement rougi s’était rapproché de moi alors que ses doigts touchaient ma joue. Son doux parfum chatouilla mon nez. Cette adorable invasion de mon espace personnel était un droit spécial qu’elle seule possédait.

« Maître… »

Le sourire envoûtant de Lily était juste devant mon visage, et j’avais dégluti.

« Qu’est-ce que tu essaies de me faire faire à la première heure ? » avais-je dit, en lui donnant une tape sur le front.

« Owie. »

Lily s’était rassise, se tenant le front. Je l’avais regardé.

« Je vais voir Shiran aujourd’hui. Je n’ai pas le temps de paresser. »

« D’accorrrrrdd… »

Lily continuait à se tenir le front en se prosternant sur la table, même si c’était mal vu de le faire. En la regardant agir sans défense, je m’étais secrètement senti soulagé.

C’était proche. Juste un peu plus et je l’aurais fait… C’était un peu effrayant qu’une partie de moi regrette de ne pas l’avoir fait. Si je restais ici plus longtemps, cette étincelle dans ma poitrine pourrait s’enflammer à tout moment. J’avais rapidement englouti le reste de mon petit-déjeuner et je m’étais levé de mon siège.

« Allez, on y va. »

« Hm, bien… Hé, Maître ? »

Elle était étonnamment docile. Elle restait prostrée sur la table, ne me regardant qu’en bougeant les yeux. Je m’étais mis sur la défensive pour ce qui allait suivre.

« Si quelque chose te préoccupe, tu sais que tu peux compter sur moi quand tu veux, n’est-ce pas ? »

À ce moment-là, j’avais soudain réalisé que mes inquiétudes au sujet de Kudou s’étaient évanouies alors que j’avais une conversation aussi stupide avec elle.

« Lily… »

Elle m’avait souri gentiment. Je n’étais vraiment pas de taille pour elle. C’est ce que j’avais honnêtement pensé quand j’avais vu son sourire.

« Je le sais, » avais-je dit en me grattant la tête.

J’avais tendu ma main vers elle. Son sourire s’était accentué, et elle avait pris ma main pour se lever. Cependant, je ne m’étais pas arrêté là. Les choses n’étaient pas très équilibrées si j’étais celui avec qui on jouait tout le temps. J’avais tiré sur sa main.

« Wôw ! »

Elle ne semblait pas s’y attendre, et j’avais pu l’attraper plus facilement que prévu. Avec ma bien-aimée dans mes bras, je m’étais imprégné de la chaleur de son corps et de sa tendresse. J’avais l’impression d’être un simplet, mais je ne pensais pas que c’était une mauvaise chose, pas le moins du monde.

« Alors, on y va ? » avais-je demandé.

« Hm. »

Nous avions échangé des sourires et quitté la pièce ensemble.

 

 ◆ ◆

Des membres des Chevaliers de l’Alliance étaient postés à l’étage que nous utilisions à tout moment. Après être sortis de notre chambre, Lily et moi avions demandé à l’un des chevaliers du couloir de nous escorter jusqu’à l’endroit où se trouvait Shiran.

Nous avions avancé dans les couloirs en ruine. Les imposants murs de pierre s’étaient effondrés ici et là, et des fragments brisés gisaient à quelques pas de là. Ils n’avaient pas encore eu le temps de s’occuper de ces choses.

« Oh oui, » déclara Lily en chemin. « Rose a mentionné quelque chose avant de quitter la pièce. Il y a quelque chose qu’elle veut de toi, Maître. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Elle aimerait voir plus de types de pierres runiques. »

Les pierres runiques étaient des pierres spéciales capables de manifester des phénomènes magiques tels que la création d’eau ou de lumière. Chacune était taillée de manière unique en fonction de son utilisation. Certaines nécessitaient un entraînement spécial pour être utilisées, mais fondamentalement, elles fonctionnaient avec du mana et ne nécessitaient pas nécessairement que l’utilisateur ait des compétences en magie. Cependant, il semblerait que leurs effets soient plutôt limités. De plus, à l’exception des simples pierres runiques qui circulaient couramment, il n’y avait pratiquement plus d’artisans capables de les sculpter, et celles fabriquées par ces artisans étaient extrêmement chères. Selon le type de pierre, certaines étaient gardées sous clé et ne quittaient jamais leurs coffres. Il y avait aussi des pierres runiques dont les méthodes de fabrication avaient été perdues, comme les pierres runiques de barrière qui protégeaient les cabanes dans les Profondeurs.

« Plus de pierres runiques… ? Oh oui, elle avait l’air de s’y intéresser. »

Lorsque l’attaque du Fort de Tilia avait été réglée avec la mort de Juumonji et l’évasion de Kudou, Rose était retournée à la forteresse avec nous. Elle avait montré un grand intérêt pour la technologie qu’elle voyait pour la toute première fois. En tant que marionnette magique qui créait des outils magiques, les technologies inconnues suscitaient son intérêt. Elle avait apparemment détaché la pierre runique d’illumination dans sa chambre et l’avait examinée.

« Elle veut voir des types autres que la pierre runique d’illumination. Si possible, elle veut aussi en voir avant qu’elles ne soient sculptées. »

« Des pierres runiques non traitées ? A-t-elle l’intention d’essayer d’en fabriquer elle-même ? »

« Elle veut essayer, mais elle a dit que ça ne la dérangeait pas même si elle peut juste jeter un coup d’œil. Il y a d’autres choses dont elle est apparemment curieuse. »

« C’est terriblement vague venant de Rose. »

« On dirait qu’elle n’est pas entièrement sûre d’elle-même. En fait, n’est-ce pas parce qu’elle n’est pas sûre qu’elle veut te demander et vérifier un tas de choses ? »

C’est logique. J’avais fait un signe de tête à Lily. « OK, je demanderai après que nos discussions avec Shiran soient terminées. »

« Hm. S’il te plaît, fais-le. »

Tout en discutant, nous étions arrivés à la pièce située au bout du couloir. Nous avions remercié le chevalier qui nous avait accompagnés et nous nous apprêtions à entrer dans la pièce lorsque plusieurs chevaliers en étaient sortis. La fille qui les avait raccompagnés s’était ensuite tournée vers nous. Ses cheveux blonds étaient attachés en queue de cheval, laissant apparaître ses oreilles pointues, et elle portait un cache-œil. La jeune fille elfe, qui n’avait plus qu’un seul œil bleu, avait repéré Lily et moi qui nous tenions là.

« Vous êtes là, Takahiro. Bonjour à vous. »

« Bonjour, Shiran. Tu sembles occupée. »

Après avoir échangé des salutations, je m’étais installé à côté de Lily sur la chaise vers laquelle Shiran nous avait guidés.

« Rien de tel. La commandante est bien plus occupée que moi. Je viens de finir de distribuer les ordres pour la journée. Comment va ta condition ? »

« La fatigue est passée. Et toi ? »

« Je vous remercie de vos préoccupations. Il n’y a pas eu de désagréments particuliers pour l’instant. »

Shiran avait souri, mais je ne m’étais pas senti soulagé. Shiran et moi avions surmonté le même carnage, oscillant entre la vie et la mort, mais nos circonstances étaient différentes. Elle avait après tout été tuée dans la bataille il y a deux jours. Ce n’était pas vraiment une question d’hésitation pour elle, elle était tombée complètement du côté de la mort. Après cela, elle s’était réveillée en tant que monstre mort-vivant grâce à son énorme volonté. Bien qu’elle ne soit qu’une goule sans esprit, elle avait retrouvé sa conscience de soi et était maintenant capable de sourire comme elle le faisait maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés