Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Tome 3

***

Chapitre 1 : La nuit du commencement

Partie 1

« Donc, il n’y a pas d’erreur que le “lieu de rencontre” de la bande de Kohaku est dans cette salle de club abandonnée ? »

Dans la nuit où il n’y avait même pas d’ombre d’élèves qui flânaient dans l’école, le conseil des élèves de la Division Épée, dirigé par Hayashizaki Kanae, était venu dans la salle de club où ils avaient senti la présence « d’une réunion clandestine ».

Kanae leva les yeux vers le bâtiment qui les surplombait dans l’obscurité de la nuit et plissa ses sourcils.

— C’est le deuxième jour depuis la disparition de Nii-sama de la Division Magie.

Il y a deux jours, le directeur Otonashi de la Division Magie avait donné l’ordre à Otonashi Kaguya d’arrêter Hayashizaki Kazuki et Charlotte. Cependant, Kaguya avait été obstruée par Hikita Kohaku, et un moment plus tard Kazuki et les autres avaient réussi à s’échapper. Après cela, on ne savait plus où se trouvaient Kazuki et les autres.

Kohaku, qui les avait aidés à s’échapper, fréquentait encore aujourd’hui son cours avec effronterie.

Il était clair qu’ils abritaient Kazuki et les autres quelque part dans la Division Épée.

Cependant, certains enseignants de la Division Épée pourraient tirer les ficelles des actions de Kohaku dans les coulisses — les enseignants de la Division Magie étaient vigilants sur cette possibilité et n’avaient pas pu obtenir la coopération de la Division Épée. Il y avait aussi eu des pensées selon lesquelles ils ne voulaient pas que les élèves soient mis au courant de cet incident. Pour ce genre de raisons, ils ne pouvaient pas effectuer une fouille à grande échelle afin de « rechercher Kazuki » sur le terrain de la Division Épée, ce qui gelait l’état des choses.

Au milieu de tout cela, Kanae de la Division Épée et d’autres, qui étaient au courant de la situation en raison de Kaguya, avaient commencé à bouger indépendamment.

« J’ai vérifié les données des moniteurs de la caméra de ces quelques jours toute la nuit. J’ai confirmé que Kohaku venait souvent tard dans la nuit dans cette salle de club. Mais ce n’était qu’un coup d’œil, » Yamada Torazou avait répondu à la question que Kanae lui avait posée auparavant.

Les moniteurs de caméra disposés à l’intérieur du terrain de la Division Épée étaient à l’origine une contre-mesure pour les personnes suspectes.

Torazou avait confirmé les images de ces caméras avec le privilège spécial du conseil des étudiants.

« Ce bâtiment abrite la salle de club abandonnée de ping-pong qui a été aboli. Le conseiller de ce club de ping-pong était Tsukahara, » déclara Torazou.

Tsukahara Hisatada — l’enseignant de la Division Épée qui était soupçonné d’être le commanditaire de Kohaku.

« J’ai essayé de fouiller cette salle de club abandonnée dans l’après-midi, mais la clé de la salle a été changée sans que personne ne s’en aperçoive et même le passe-partout ne peut l’ouvrir. Il n’y avait aucun son à l’intérieur, donc il semble qu’ils ne cachent pas Kazuki et les autres ici. Il n’y a pas d’erreur, cependant, qu’il s’agit d’une pièce d’une certaine importance, » déclara Torazou.

Le professeur suspect Tsukahara avait construit une pièce secrète et là, Kohaku était venue et avait rendu visite fréquemment à ce lieu. Il n’y avait plus de place pour le doute.

La vice-présidente Kamiizumi Iori avait présenté son rapport.

« J’étais aux aguets en mangeant de l’anpan et du lait, ~… J’ai confirmé que lorsque toutes les activités du club étaient terminées le soir, Kohaku et ses deux amies entraient dans le bâtiment de la salle du club en faisant attention aux yeux des gens ~…, » déclara Iori.

D’après l’information fournie par les moniteurs des caméras, Iori surveillait les étudiants qui étaient entrés dans le bâtiment de la salle de club.

« Dès que j’ai fini de manger l’anpan et le lait, les déchets sont devenus une nuisance, tu sais ? Mais si ces gens venaient quand j’étais allée jeter les déchets, que faire ~, c’est ce que je pensais. Quand ces gars sont enfin arrivés et que j’ai réussi à le confirmer, je suis parti jeter tout ça à la poubelle avec soulagement ~. Ces types ne sont pas sortis depuis, » déclara Iori.

« Tu t’amusais trop (tu jouais à faire semblant de jouer au détective de police). De toute façon, Kohaku et les autres ne sont toujours pas sortis de la salle du club, non ? Bon, alors n’attendons pas la décision de cette division magie indécise. Faisons tomber le plan de ces types avant que ça n’arrive loin de nous. C’est ce qu’on appelle l’incident d’Ikedaya de notre époque ! » déclara Kanae.

L’incident d’Ikedaya était l’incident où Shinsengumi avait attaqué les patriotes de la restauration meiji qui se cachaient dans l’auberge et prévoyaient de mettre le feu à Kyoto. Après avoir comparé leur propre action à un événement historique, Kanae avait souri largement et avait ri.

Le conseil des étudiants de la Division Magie de Kaguya et les autres étaient en dissension interne parce que la vice-présidente, Hoshikaze Hikaru, s’y opposait. Même s’ils faisaient partie d’un groupe avec eux, ils ne doivent pas laisser le problème de l’autre côté les gêner eux aussi.

Sans compter que cette fois-ci, l’incident s’était produit à l’intérieur du territoire de la Division Épée.

« C’est surprenant que Kaichou ne laisse pas ses sentiments l’en empêcher. Comment peux-tu accepter ce genre d’ordre ? » Torazou s’interrogea à nouveau sur l’événement impossible à croire qu’il avait vu.

La situation dans laquelle se trouvait le grand frère de Kanae, Hayashizaki Kazuki, était très grave. Kazuki avait fait un contrat avec une mystérieuse Diva et il avait pillé un trésor sacré d’une terre hantée. C’est pour cette raison qu’un ordre de l’arrêter, ainsi que Charlotte qui l’accompagnait, avait été donné. Kazuki avait résisté à la tentative de l’arrêter et s’était échappé.

« Ce n’est pas comme ça. » Kanae avait nié les paroles de Torazou. « Mon objectif est seulement de rencontrer Nii-sama et de le voir de mes propres yeux. Des choses comme Nii-sama essayant de piller un trésor sacré… il n’y a aucune chance que ce genre de chose puisse arriver. Même si c’est vrai, ça doit être la Diva contractée avec Nii-sama qui l’a possédé. Si c’est le cas, moi, je serais capable de voir si Nii-sama est lui-même ou non d’un simple regard. Si c’est le cas qu’une Diva maléfique possédait Nii-sama, j’attraperai Nii-sama et je n’aurai aucune objection à effectuer l’Opération de Transplantation de Stigmates. J’ai entendu parler du danger de l’opération de transplantation des stigmates, mais… »

« Mais », les yeux de Kanae devinrent sombres.

« Si Nii-sama est toujours lui-même… cela signifie que le rapport sur “Nii-sama a tenté de piller un trésor sacré” est faux. Ça veut dire que quelqu’un essaie de piéger Nii-sama. Dans ce cas, je trouverai ce quelqu’un et je le tuerai. Je n’utilise aucune métaphore, je le tuerai sans faute. Je me fiche de Charlotte, alors je vais la laisser partir. Il semble qu’elle serait tuée si elle devait être livrée à l’Allemagne, » continua Kanae.

« Oioi… tu ne vas pas du tout suivre l’ordre ? » chuchota Torazou sidéré, à ses côtés Iori rit joyeusement.

« Même si Kana-chan est trop excitée par ses émotions, c’est cool que tous tes arguments soient si solides, » déclara Iori.

« C’est parce que mon Brocon est très raisonnable. Même si je suis trop excitée par mes émotions, cela ne me mènera pas à une conclusion erronée. Mon amour pour Nii-sama est la justice de l’univers, » déclara Kanae.

« Quelqu’un qui essaie de piéger Kazuki qui n’est qu’un étudiant normal…, cette histoire n’est-elle pas trop irréelle ? » demanda Torazou.

« Tais-toi ! Ta fessée n’était-elle pas suffisant Torazou ? Nii-sama est le trésor de l’univers après tout, » déclara Kanae.

 

 

Torazou ferma la bouche avec découragement. Parce qu’il avait agi secrètement dans le dos de Kanae pour aller avec Kaguya pour arrêter Kazuki, il avait ensuite été fessé par Kanae de toutes ses forces.

« Attendons qu’ils sortent du bâtiment du club pour préserver les preuves. Nous allons les tabasser et les faire cracher le morceau afin de savoir où se trouve Nii-sama, et aussi prendre la clé de la salle du club. Nous allons enquêter à l’intérieur de la salle de club abandonnée pour trouver quelque chose qui peut servir de preuve, et punir Kohaku et les autres avec une suspension de l’école. Et pendant qu’ils seront suspendus, nous allons tout mener à terme. »

***

Partie 2

Quand Hikita Kohaku était sortie du bâtiment du club avec ses camarades, il y avait des ombres qui attendaient dans l’obscurité de son chemin.

Le jardin japonais de la Division Épée ressemblait la nuit à une peinture à l’encre. Mais pour Kohaku qui renforçait sa vue avec du pouvoir magique, elle pouvait faire la distinction quant à l’identité des ombres encore plus clairement qu’une personne utilisant une lunette nocturne.

Il y avait une épéiste de petite taille avec ses cheveux tressés qui voltigent dans le vent nocturne comme la queue d’un chat.

À sa droite et à sa gauche, un épéiste de grande corpulence et une épéiste aux cheveux au carré l’attendaient.

Il n’y avait pas eu d’erreur avec ce qu’elle avait vu. L’escouade d’épéistes la plus forte — Conseil des étudiants de la Division Épée.

Mais Kohaku n’avait pas peur. Au contraire, ils étaient finalement arrivés, alors son sang s’était accéléré.

Ce soir, il s’agissait de la nuit où le rideau le lèverait.

« Où as-tu caché Nii-sama ? »

L’ombre devant elle — Kanae lui avait lancé une question. Une question à laquelle elle ne s’attendait pas à recevoir une réponse, ce qui voulait dire que c’était une proclamation de guerre.

Sans attendre la réponse, des bruits aigus d’épées dégainés hors des fourreaux sur les hanches des épéistes retentirent à cet endroit.

« Vous ne venez pas ici juste pour pouvoir nous parler, Kanae-kaichou. Mais si vous essayez de nous juger nous-mêmes en utilisant le pouvoir du conseil des élèves et que vous perdiez inesthétiquement, vous, les Senpais, ne pourrez plus vous présenter comme étant membre du conseil des élèves, vous savez ? N’est-ce pas génial ? Ce soir, nous prendrons la place du président du conseil des élèves, » déclara Kohaku.

La Division Épée tenait la doctrine de la force encore plus extrêmement que la Division Magie. Parce que la doctrine de la vraie force leur avait été inculquée de fond en comble, les étudiants portaient un complexe d’infériorité envers la Division Magie et ils étaient devenus incapables d’aller à l’encontre d’un Magica Stigma.

La Division Épée avait reconnu que les élèves forts jouissaient de nombreux privilèges, il va sans dire que le président du conseil des élèves s’était également vu accorder divers privilèges spéciaux. En échange, si le président était vaincu par quelqu’un ne serait-ce qu’une seule fois, personne ne le reconnaîtrait plus.

Le siège du président du conseil des élèves de la division Épée n’avait donc pas été décidé par élection, il avait été facilement transféré par le résultat d’un seul duel.

Si Kohaku pouvait remporter la victoire contre Kanae à cet endroit, Kohaku pourrait atteindre la première place d’un seul coup.

Pour que leur plan puisse se dérouler sans heurts à partir de maintenant, Kohaku en avait besoin.

« Ne sois pas trop vaniteuse, gamine de première année ! » déclara Kanae.

Kanae avait dégainé ses deux épées. À ce signal, Torazou et Iori, tous deux à ses côtés, avaient également dégainé leur katana.

« Hiiragi ! Kagura ! Utilisez le Trésor Sacré et écrasez-moi ceux qui sont à ses côtés ! Nous allons nous battre contre Kanae-kaichou !! » déclara Kohaku.

Les deux camarades de Kohaku avaient également dégainé leurs trésors sacrés comme Kohaku l’avait ordonnée.

« Brûlez les ascètes, Nobukuni ! Battou Kaikon – Kannabi no Tachi!! » L’épéiste svelte portant des lunettes — Hiiragi dégaina son katana. Au moment où il dégaina, le katana créa des étincelles par frottement avec son fourreau et il fut rapidement enveloppé d’une flamme. Puis il frappa avec l’épée de la flamme vers sa cible, et c’est alors qu’une vague de flammes s’était dirigée vers Iori.

« Uwawa !? Une arme surprenante qui semble invoquer la magie !? Qu’est-ce que c’est que ça ? Ce n’est pas juste !! » s’exclama Iori.

Même en poussant un cri, Iori avait lu le pouvoir magique et avait esquivé la vague de flamme.

Battou Kaikon — le pouvoir magique s’était répandu dans le Trésor Sacré et il avait libéré les différentes magies personnelles que le Trésor Sacré avait.

Sa puissance n’était pas comparable à celle de la magie d’invocation d’une Diva, mais elle n’avait pas de temps d’incantation comme il y aurait pour une invocation.

« Criez votre refus, Sukehiro ! Battou Kaikon — Touranjin !! »

L’épéiste aux cheveux noirs — Kagura pointa son trésor sacré vers Torazou. L’instant d’après, un mince jet d’eau comme une ficelle s’échappait droit devant la pointe du katana.

« DOWAA ! »

Le pouvoir magique défensif bleu de Torazou s’était dispersé en recevant de l’eau avec assez de pression pour même percer un rocher. Mais l’onde de choc n’était pas au point de l’emporter. Torazou s’était déplacé contre le jet d’eau tout en luttant pour courir vers Kagura.

« Non seulement Kohaku, mais même les petits morveux ont aussi des trésors sacrés ! Où diable ont-ils trouvé tout ça ? Iori est une chose, mais Torazou ne tiendra pas longtemps, » déclara Kanae.

Kanae avait immédiatement tenté d’aider Torazou. Mais Kohaku l’avait devancée.

« L’adversaire de Kanae-kaichou est nous !! … Congélation et verrouillage, Murasame ! Battou Kaikon — Kirisame Ranbu ! »

Kohaku avait dégainé un katana parmi les sept exemplaires de katana qu’elle avait sur son corps. Des gouttes d’eau pendaient de la lame du katana, en un clin d’œil ces gouttes se transformèrent en vapeur d’eau, puis elles gelèrent et un nombre incalculable de lames de glace scintillantes se formèrent dans les airs.

« Allez-y ! » Répondant à la volonté de Kohaku, les lames de glace se précipitèrent Kanae comme un blizzard.

Kanae utilisa sa vision des phénomènes magiques et elle évita les lames de glace volantes facilement.

Cependant, Kanae s’était de plus en plus éloignée de Torazou, la situation se transforma inévitablement en un face-à-face avec Kohaku.

Tout en faisant apparaître un sourire audacieux, Kohaku avait dégainé un katana de plus.

« Percer le lointain, Doutanuki ! Battou Kaikon — Tenran Kamaitachi !! » déclara-t-elle.

Kohaku frappa devant elle avec son katana, et de là un vent souffla violemment. C’était une lame de vent invisible à l’œil, mais Kanae l’avait évitée avec la prévoyance du style Hayashizaki.

Dans la main droite de Kohaku se trouvait Murasame, dans sa main gauche Doutanuki, elle opérait les deux en même temps, poursuivant Kanae avec des lames de glace et de vent.

La situation s’était transformée en un barrage de deux types d’attaques à longue portée qui avait limité l’endroit où Kanae pouvait s’échapper, et c’était sûrement un enfer pour un épéiste.

Même Kanae ne pouvait pas les éviter tous. De nombreuses lames l’effleuraient et la lumière du pouvoir magique défensif avait surgi à plusieurs reprises.

Mais Kanae s’était glissé entre les brèches du barrage de tirs et s’était approchée d’une manière ou d’une autre près de Kohaku.

De toute façon, Kanae n’avait aucune méthode d’attaque si elle n’était pas à bout portant.

Quand Kanae s’approcha jusqu’à une distance médiane, Kohaku rangea rapidement les deux Trésors Sacrés se trouvant dans ses mains et les remit dans leur fourreau — cette fois sa main atteignit la grande épée de guerre qu’elle portait sur son dos. La longueur de ce trésor sacré atteignait presque deux mètres, elle l’avait sorti d’un seul coup avec l’aide de la Psychokinésie.

« Écrasez-les à mort, Taroudachi ! Battou Kaikon — Ashura Ryoudan !! » déclara Kohaku.

En criant d’un seul coup, Kohaku versa son pouvoir magique dans la grande épée de guerre.

La lame du Taroudachi absorba le pouvoir magique et grandit jusqu’à plusieurs dizaines de fois.

« … !? » Kanae avait dégluti alors qu’elle était en état de choc.

Kanae avait utilisé sa prévoyance. Prévoyant ce qui allait se passer ensuite, elle avait soudainement arrêté son mouvement et l’avait transformée en une manœuvre d’évitement. Malgré tout, cela n’était pas arrivé à temps.

La portée d’attaque gigantesque de Taroudachi était si vaste que Kanae ne pouvait pas s’y soustraire même avec la prévoyance !

BUUUUUUUUUUN ! Taroudachi hurla, Kanae fut frappée comme un seul fil par la lame balayant qui dessinait un arc de cercle gigantesque.

Kanae avait immédiatement exécuté un ukemi et elle s’était retirée. La distance entre les deux combattantes était revenue à la « longue portée ».

Kohaku rabattit Taroudachi sur son dos et changea encore une fois avec Murasame et Doutanuki.

Elle utilisait Murasame et Doutanuki quand il y avait une grande distance avec son adversaire et si l’adversaire parvenait à passer à travers, elle sortait Taroudachi. Comme ça, Kanae n’avait pas le droit d’effectuer une attaque à bout portant.

Le secret le plus intime de l’art de l’épée était la distance. Kohaku avait gagné la suprématie totale de la distance et obtenu un avantage écrasant sur Kanae.

« Kanae-kaichou… vous êtes certainement l’épéiste le plus fort. Cependant, vous n’êtes qu’un épéiste des temps anciens qui continue d’utiliser le katana normal avec une honnêteté stupide. Tenter de devenir plus fort qu’un Magica Stigma avec ce kodachi à l’allure miteuse et aux seuls efforts douloureux… nous vous le montrerons, et nous créerons une nouvelle ère où il n’y aura plus de sabreur pitoyable comme vous, » déclara Kohaku.

« Obtenir un pouvoir intelligent grâce à l’aide extérieure d’une arme, vous vous êtes trop laissée emporter juste par ça, hein, » déclara Kanae.

Kanae parlait en crachant ces mots hors de sa bouche, comme si le nuage de poussière était entré dans sa bouche quand elle faisait l’ukemi.

« Certes, le Trésor sacré peut être une arme utile, mais ta méthode ne changera rien à la société, » continua Kanae.

« … Quel genre de faute y a-t-il dans notre grande cause ? » demanda Kohaku.

« Tu n’arrêtes pas de dire grande cause, grande cause, grande cause, mais tes vrais sentiments que “tu détestes la division magie” sont transparents. Tu ne parviendras qu’à susciter la résistance de l’autre côté sans leur faire comprendre quoi que ce soit. Cependant, tu ne seras pas non plus capable de maîtriser un Magica Stigma même si tu utilises sérieusement la force contre eux. Espèce d’imbécile. Toi qui n’as compté que sur les Sacrés Trésors ne pourras pas gagner contre Kaguya, même si tu l’avais défiée dix mille fois. Mais tu perdras contre moi ici, avant même ça, » déclara Kanae.

« Vous pouvez encore faire des déclarations aussi éhontées qu’une pauvre perdante, même dans cet état lamentable ! » déclara Kohaku.

Kohaku avait fait basculer Murasame et Doutanuki en même temps et avait interrompu leur dialogue.

Le barrage de lames de glace et d’épée de vent avait attaqué Kanae une fois de plus. Kanae avait rengainé son kodachi et avait commencé à courir de toutes ses forces.

La position d’Iai… ? Qu’est-ce qu’elle avait l’intention de faire… ?

Sans même négliger le moindre changement, Kohaku essaya de chercher l’objectif de Kanae.

Le style Hayashizaki était à l’origine une école d’Iaijutsu.

Mais pour compenser son impuissance par le nombre d’attaques, Kanae utilisait normalement la posture à deux épées.

Cependant — si elle pensait à esquiver la magie qui volait sur le champ de bataille et à s’approcher de l’ennemi, elle pourrait se précipiter encore plus vite dans l’état où ses épées avaient été gainées. C’était l’objectif essentiel de l’Iaijutsu de Hayashizaki.

Bref, elle prévoyait de sacrifier le nombre d’attaques en faveur de la vitesse.

La réalité était que Kanae, qui s’élançait en bougeant les mains, avait accéléré de façon encore plus exceptionnelle par rapport à la situation antérieure.

« Tes méthodes sont fausses ! Tu devrais attendre qu’une personne gentille comme Nii-sama relie la Division Épée et la Division Magie ! En fait, la distance entre la Division Épée et la Division Magie est en train de se réduire. Kaguya aussi essaie de faire des compromis. Mais tu ne veux pas comprendre ça à cause de ta fierté enfantine. Tu as déclaré une grande cause digne, mais à la fin tu veux juste que la Division Magie se soumette à toi ! » déclara Kanae.

Alors qu’elle se précipitait comme le vent, Kanae blâmait Kohaku sévèrement.

***

Partie 3

Ces mots avaient percé la poitrine de Kohaku comme une épine. Elle voulait seulement que la Division Magie se soumette… ce serait un mensonge si elle disait qu’il n’y avait pas de sentiments aussi sombres en elle.

« Vous dites des choses comme ça, vous dites qu’avec la méthode de Kazuki, tout va bien se passer ? Cette brocon Kaichou !! » s’écria Kohaku.

« Certes, il y a un fort brocon dans mes yeux, mais au moins il n’y a pas de sentiment de haine envers qui que ce soit chez Nii-sama ! C’est pourquoi il peut produire une bonne influence sur les gens qui l’entourent. Comparé à l’incomprise comme toi qui n’es invincible que lorsque tu as un Trésor Sacré, tu es honteusement prétentieuse !! » déclara Kanae.

Kanae avait glissé à travers le barrage de frappes de Murasame et Doutanuki et s’était approchée de Kohaku une fois de plus.

« Ashura Ryoudan !! »

Kohaku avait échangé son Trésor Sacré et elle avait fait la même frappe qu’avant avec Taroudachi.

C’était inévitable même avec la vitesse actuelle de Kanae. Elle avait dégainé son kodachi et avait choisi de bloquer la gigantesque frappe. Mais c’était une tentative imprudente.

Kanae n’avait pas pu bloquer Taroudachi et avait été soufflée très loin.

… Même si elle allait un peu plus vite et que ce qu’elle criait n’était pas du tout un problème.

Kanae qui avait été soufflée s’était levée en titubant.

« Si tu choisis d’utiliser la violence, alors la Division Magie et la Division Épée retourneront à leurs sombres relations. Quoi que Nii-sama ait fait, ça ne servira à rien. C’est pour ça que je vais t’arrêter. Ta grande cause bidon n’est qu’un ennui… ! » déclara Kanae.

« Allez-vous continuer à sermonner avec cette attitude condescendante même si vos mains et vos jambes ont lâché ? » demanda Kohaku.

« Amusant… Je vais accélérer un peu plus, » déclara Kanae.

Était-elle une perdante endolorie… ?

Au moment où Kohaku doutait encore de son oreille, le Tempête Féline Kanae Hayashizaki avait de nouveau donné un coup de pied au sol.

« Byun ! », ce petit corps était devenu encore plus rapide.

Est-ce qu’elle cachait encore tout son pouvoir ? Kohaku avait été décontenancée, mais rien ne changerait si Kanae devenait juste un peu plus rapide. Elle l’avait attaquée avec Murasame et Doutanuki une fois de plus, l’avait attirée plus proche, et en avait fait la proie de Taroudachi !

« HAAAAAAAAAAAA !! »

« Quoi !? »

Kanae pénétra dans la zone avec esprit combatif dans son grand cri et effectua une attaque Iai vers l’Ashura Ryodan que Kohaku avait affectée.

La frappe après dégainage de Kanae n’avait pas eu la puissance de repousser Taroudachi.

Cependant, elle avait dévié la trajectoire de la frappe latéralement.

Et puis avec l’espace qui s’était formé entre la lame et le sol, Kanae s’était glissé à travers avec une posture basse comme celle d’un chat.

Kohaku avait senti un frisson dans sa colonne vertébrale. Kanae s’était approchée… jusqu’à la portée des kodachis !

Kohaku avait immédiatement donné un coup de pied. Kanae qui chargeait en avant avec une posture forcée ne pouvait pas l’éviter, elle reçut le coup complètement de face et recula.

Kohaku avait fait un pas en arrière dans la panique et avait obtenu ainsi une longue distance entre elles.

La défense et l’attaque étaient revenues directement à leur point de départ.

Cependant… elle lui avait permis de se rapprocher ?

Les dégâts de Kanae s’étaient accumulés et la plupart de son pouvoir magique avait été consommé. Sa respiration était difficile à cause de sa fatigue mentale et son corps vacillait.

Malgré tout cela, ses mouvements n’avaient pas diminué. Au contraire, elle accélérait. Ses yeux n’étaient toujours pas morts, ses yeux brillaient vers Kohaku d’une lumière menaçante.

Kohaku frissonna de peur contre cette silhouette.

La sensation était comme si elle faisait face à une lame nue.

« … Cela faisait longtemps que je n’avais pas vraiment voulu vaincre un ennemi devant mes yeux et du fond du cœur dans un match sérieux… Je ne peux avoir ce genre de sentiment face à face qu’avec Nii-sama… fufufufu ! » s’exclama Kanae.

Ne me dis pas cette personne, est-ce qu’elle dit qu’elle n’est pas habituée à une bagarre sérieuse et que son moteur a mis du temps à s’échauffer ? Est-ce que cela n’a pas été découvert parce qu’il n’y a pas d’adversaire digne de ce nom dans la Division Épée jusqu’à présent, est-ce qu’elle se réveille enfin ici !?

… Non, Kanae ne serait plus capable de battre son adversaire. Son pouvoir magique serait épuisé avec une seule attaque de plus. Elle n’était rien de plus qu’une combattante lente qui avait été à fond trop tard !

Kanae avait encore une fois donné un coup de pied au sol et avait sprinté. Elle avait accéléré encore plus vite avec cette puissance monstrueuse. Au début, de nombreuses lames de glace et de vent l’avaient frôlée, mais maintenant plus rien ne la frappait.

Kohaku avait attiré Kanae assez près, alors elle avait fait basculer le Taroudachi gigantesque.

Kanae s’était encore une fois heurtée à son attaque d’Iai avec tout son corps contre Taroudachi comme avant et avait modifié sa trajectoire.

Et puis elle avait glissé sous la lame. La force de son Iai, la vitesse de son sprint, tout était encore en augmentation par rapport à avant.

Cette personne, est-ce qu’elle devient de plus en plus forte plus elle est blessée, tel un zombie !?

Kohaku avait répété sa méthode d’attaque et de défense précédente et avait relâché un coup de pied de devant.

Kanae, qui avait assez de sang-froid, avait fait preuve de clairvoyance et avait évité le coup de pied en douceur grâce à un pas de côté.

Puis Kohaku avait jeté son Taroudachi. Elle n’avait même plus le loisir de rengainer l’épée dans son dos.

Et puis elle avait dénudé un autre trésor sacré.

« Faisceau de lumière, Mikadzuki Munechika ! Battou Kaikon — Getsuei no Dachi !! »

Le nouveau trésor sacré qu’elle avait utilisé était quelque chose pour le combat rapproché.

Dès qu’elle saisit la poignée du katana, elle effectua une frappe tranchante qui dessinait un arc de croissant de lune. Kohaku n’avait même pas besoin de balancer la lame consciemment. Transcendant la vitesse, cela avait produit le résultat avant même que l’attaque ne soit lancée, une épée magique qui avait inversé la cause et l’effet.

Cependant, Kanae avait éludé cette attaque. — Devant la vision d’Hayashizaki, la vitesse de l’attaque n’était pas un problème.

Kanae, qui avait échappé à la frappe de l’épée, s’était glissée sur le flanc de Kohaku avec une vitesse qui avait laissé une image derrière elle.

Dans l’état où elles s’étaient croisées, deux frappes avaient frappé Kohaku.

Quand Kohaku avait fait demi-tour, la silhouette de Kanae n’était plus là.

Seuls les bruits de ses pas qui frappaient le sol et s’éloignaient de quelque part résonnaient. Kanae avait accéléré encore plus vite.

« Putain — ! »

Kohaku avait balancé Mikadzuki Munechika au hasard. L’ombre noire avait glissé à travers ses attaques. Ces attaques l’avaient frappée quand elles s’étaient croisées.

Enfin, elles étaient entrées dans un combat rapproché… ! De plus, le rythme était devenu encore plus rapide qu’avant !

Quand le bruit du freinage était entré dans l’oreille de Kohaku, le bruit d’un coup de pied au sol avait été immédiatement entendu, laissant seulement les bruits des pas derrière elle. Kanae courait autour d’elle à une vitesse qu’elle ne pouvait vraiment pas capter, et une forte entaille lui rendait visite chaque fois que Kanae passait.

Kanae n’était pas seulement rapide. Elle prévoyait le mouvement de la ligne de visée de Kohaku et se précipitait vers son angle mort.

Il était inutile de se fier aux yeux pour cette danse de l’épée.

Cependant, sa formation actuelle en Magie du Renforcement des Sens était insuffisante… !

Les entailles de Kanae étaient légères, les dégâts de chaque attaque étaient faibles. Kohaku avait goûté à l’humiliation parce qu’elle était continuellement coupée si unilatéralement.

« C’est absurde ! »

Kohaku avait balancé Mikadzuki Munechika à l’aveuglette.

Des pensées de résignation qu’elle n’arrivait pas à gagner lui avaient traversé l’esprit.

Elle croyait qu’elle pouvait gagner même contre Kaguya Otonashi tant qu’elle utilisait des Trésors Sacrés. Cependant…

« … Sale gosse de première année, as-tu le cœur brisé ?... »

L’ombre noire laissait derrière elle des rires la ridiculisant chaque fois qu’elle passait. Cette forme ne se reflétait pas dans ses yeux, seuls les pas résonnaient autour d’elle. L’esprit de Kohaku était devenu d’un blanc pur à cause de la honte d’être vu ainsi.

Merde, qui est celui qui va abandonner ! Son plan avait déjà commencé à bouger !

« Brûlez les ascètes, Nobukuni ! Battou Kaikon — Kannabi no Tachi !! »

Un vent de flammes avait soufflé dans les environs de Kohaku pour protéger son entourage.

Kanae s’était précipitée pour freiner à cause de l’obstruction soudaine du vent de flammes.

Kohaku et Kanae avaient écarquillé les yeux en raison de ce développement soudain. Le déplacement de Kanae avait été interrompu, à cet instant —.

« Criez votre rejet, Sukehiro ! Battou Kaikon — Touranjin !! »

Une lame d’eau fine et blanche avait percé le pouvoir magique défensif de Kanae.

Le pouvoir magique de Kanae avait touché le fond, elle s’était agenouillée à cause des abus que sa magie avait fait subir à son corps.

Qu’est-ce qui vient de se passer ?

Quand elle regarda autour d’elle le champ de la bataille nocturne, Torazou et Iori avaient déjà épuisé toutes leurs forces et s’étaient effondrés.

C’était un combat à trois contre trois.

« … Je n’ai pas réussi à temps, hein ? »

Kanae était tombée sur le sol en laissant sortir ses mots. Kohaku baissa les yeux sur la Kanae effondrée qui était censée la submerger tout en doutant de ses propres yeux.

« … D’une façon ou d’une autre… c’est notre victoire, Kanae-kaichou. »

Kohaku avait mis de la force dans un sourire de triomphe sur son visage.

Celle-ci pouvait-elle dire qu’elle avait vraiment gagné ? Cette discorde avait pris de l’ampleur dans son cœur.

« Vous ne direz pas que vous ne reconnaîtrez pas votre défaite. À partir de maintenant, c’est la présidente du conseil des élèves. Celle-ci proclame la victoire, si vous ne le niez pas, alors le changement d’administration est fait, » déclara Kohaku.

« C’était un combat intéressant, c’est sûr, » Kanae effondrée répondit d’un ton discret. « Je ne peux pas vraiment devenir sérieuse sans intention meurtrière, donc cela faisait longtemps que je ne pouvais pas me battre comme ça. »

Les mots qu’elle avait dits au début étaient « un combat intéressant », n’est-ce pas ?

Cette personne est encore plus une Épée Démoniaque que Kazuki, c’était ce que Kohaku pensait.

« … En raison de l’infraction que vous avez commise en commettant une agression contre des élèves innocents, vous êtes par la présente suspendue de l’école. Veuillez suivre attentivement l’exécution de notre plan pendant que vous êtes assignée à résidence dans le dortoir des étudiants, » déclara Kohaku.

« Hmph, ce genre de chose n’a pas vraiment d’importance, parce que Kaguya ou Nii-sama vont vous arrêter. Aaah, bon sang ! Je veux rencontrer Nii-sama rapidement — ! !! » déclara Kanae.

Kanae avait levé les yeux vers le ciel nocturne et avait crié, alors qu’elle semblait vraiment sérieuse de ne pas se soucier du cours des événements qui allait se produire à l’avenir.

— Cette nuit-là, le conseil des étudiants de la Division Épée avait été démantelé sur ordre de Kanae Hayashizaki.

***

Partie 4

Koyuki Hiakari avait vu un rêve.

L’ivresse magique — Les êtres humains qui exigeaient un pouvoir magique dépassant leurs propres limites verraient leur esprit entraîné dans l’Astrum avant de s’évanouir. Et ensuite, ils se briseraient en morceaux et voyageraient dans un rêve.

L’Astrum était la racine de l’esprit des gens. Quand les humains étaient attirés dans cet espace vide qui ressemblait à la mer primordiale, leur esprit ne serait pas capable de préserver leur ego et il s’affaiblirait rapidement, à l’intérieur de cet espace infini.

Le cœur de Koyuki avait été désassemblé en de nombreuses parties déconnectées et avait été dispersé et flottait en ce moment dans cet Astrum.

Tandis que Koyuki dérivait dans l’obscurité, sans ciel ni sol, elle regardait ses souvenirs sans rien voir.

Ses propres fragments — c’était de cela qu’elle avait été façonnée, des souvenirs de ses 15 ans de vie.

C’était des jours froids qui l’avaient rendue frigorifiée.

Les symptômes avaient commencé à apparaître peu à peu vers l’âge de trois ans, lorsqu’elle s’était transformée en une elfe.

Il était normal que les gens ressentent du dégoût et de la peur pour quelque chose qui avait une apparence différente — envers les elfes qui étaient dotés d’un fort pouvoir magique.

Même sa propre famille avait dirigé son regard vers Koyuki comme si elle voyait une chose répugnante.

À cette époque, l’existence des elfes n’était pas comprise, ils étaient perçus avec discrimination par la société comme « une chose similaire à une Bête Démoniaque ». C’était sûrement répugnant de voir comment ses propres parents considéraient que leur propre enfant pouvait être un monstre inhumain. C’était triste, mais Koyuki pouvait comprendre d’où cela venait.

C’est pourquoi Koyuki avait grandi en gardant à l’esprit « qu’elle était un monstre ». Ostracisée par ses propres parents depuis l’âge de trois ans, elle avait vécu avec la détermination d’être seule pour toujours pendant les douze années suivantes.

Un Enigma était apparu à l’âge de 14 ans — au moins, son entourage avait des attentes, même si ce n’était que pour ses aptitudes en magie. Elle sentait qu’elle avait découvert le sens de son existence.

Malgré cela, elle n’était rien de plus qu’une machine de combat qui n’était nécessaire que pour se battre.

Un courant d’air froid dérivait toujours dans son cœur.

Cependant, elle avait rencontré des individus dans la Division Magie qui pourraient la considérer comme une camarade.

« Bienvenue au manoir des sorcières — ! À partir d’aujourd’hui, vous êtes la nouvelle venue potentielle du manoir des sorcières. Hein ? Pourquoi me sentirais-je pas repoussée parce que vous êtes une elfe ? Même si vous dites que vous êtes répugnante… les elfes sont si mignons !! Su — per — mi — ni — ionne !! Je veux vous serrer dans mes bras et frotter ces joues blanches !! »

Kaguya Otonashi. Elle n’avait pas peur de Koyuki. Elle était convaincue de sa propre force, alors elle n’avait peut-être pas besoin d’avoir peur d’une elfe.

« Hiakari-san n’est certainement pas sociable, c’est pourquoi les gens autour de vous peuvent avoir un malentendu. Cependant, je ne me méprends pas sur la gentillesse de Hiakari-san ! »

Kazuki Hayashizaki. Il essayait de comprendre Koyuki directement de front. Lui qui était autrefois orphelin ne pouvait pas permettre à Koyuki qui essayait de se réfugier dans la solitude.

Même Koyuki elle-même éprouvait secrètement de la sympathie à l’égard de celui qui s’efforçait d’agir ainsi au milieu de l’atmosphère discriminatoire qui régnait dans la Division Magie.

« Je gagnerai contre vous rapidement et facilement, et prouverai mon aptitude au Rang A — !! »

Mio Amasaki. Elle considérait Koyuki comme une rivale gênante. Elle était une personne semblable à Koyuki à certains égards avec la façon dont son cœur s’appuyait sur sa propre aptitude magique pour subvenir à ses besoins.

— DOKUN. Un pouls chaud coulait à l’intérieur de ce monde mental froid. Quand elle y pensait, peut-être qu’elle pourrait aussi se rapprocher d’eux, elle embrassa cette faible espérance.

En fait… Je ne veux pas abandonner. Je ne peux vraiment pas l’exprimer par des mots ou par des actions, mais… !

DOKUN, DOKUN. Elle sentait son propre cœur se réchauffer. Je veux toujours continuer par ma propre volonté, elle ressentait une si forte nostalgie. Quand Koyuki avait voulu retourner dans l’ancien monde, elle avait commencé à le souhaiter fortement.

Elle avait lutté dans les profondeurs du monde mental. Comme si elle disait qu’elle était capable de faire du bruit tant qu’elle avait encore ses membres. Avec les pulsations comme indices, la conscience de Koyuki montait à la surface en visant son corps de chair.

Les fragments dispersés s’étaient rassemblés naturellement et son ego s’était réformé. Le passé douloureux lui était revenu à l’esprit.

— Eux aussi sont comme tes parents qui ont été gentils, ils pourraient te trahir. L’angoisse lui était venue à l’esprit. C’est effrayant de voir ton espoir trahi. Cependant, elle avait mis de côté son anxiété et ses vœux les plus ardents.

Je veux retourner au manoir des sorcières… !

Puis Koyuki était retournée dans le monde réel après son intoxication magique.

Le cœur froid embrassait le sommet du corps charnel. Des sensations vraiment personnelles calmèrent son cœur.

La lumière juste à côté d’elle avait déchiré l’obscurité, le monde s’étendait au-dessus et en dessous.

Koyuki ouvrit les paupières et se réveilla.

Ce qui était apparu à Koyuki quand elle s’était réveillée était une scène vraiment incompréhensible.

Ce qui lui était d’abord apparu, c’était un plafond qu’elle ne connaissait pas. Quand elle avait soulevé son corps, elle avait réalisé qu’elle portait un pyjama inconnu. Son environnement était une pièce japonaise que Koyuki n’avait jamais vue auparavant…

« Wan — ! Kazuki-oniisan, wan, wan, wan ! Ku ~ n ♪ »

Charlotte Liebenfrau léchait la joue de Kazuki avec empressement tout en faisant un visage innocent et souriant. Koyuki, qui était encore abasourdie après s’être réveillée, s’était immédiatement figée sur place.

« Attends une seconde Kazuki, regarde-moi aussi ! Nyaa ! Allez nyaaa — ! »

Mio qui était de l’autre côté de Kazuki, même si elle avait l’air gênée, elle léchait aussi l’autre joue de Kazuki avec détermination et compétitivité.

Les deux filles portaient respectivement des oreilles de chien et des oreilles de chat, en plus elles portaient aussi des uniformes de bonne.

« Attends… J’ai dit d’arrêter ça ! » Kazuki était déconcerté d’avoir été pris en sandwich et léché par les deux filles.

« Kazuki-oniisan, même si tu as dit ça, mais tu ne détestes pas ça, desu ♪ » Charlotte avait dit ça en riant.

« Kazuki, es-tu content ? Ehehehe, nyaa — ♪, » Mio était aussi devenue douce avec ses sentiments sans bornes.

Koyuki dormait dans un coin de la chambre japonaise sur un futon étalé. Un peu plus loin de l’endroit où elle dormait se déroulait la scène de trois personnes qui jouaient à un jeu sexuel maniaque sur un futon étalé.

« … Qu’est-ce que vous faites tous ? » demanda Koyuki.

Une voix si froide qu’elle s’étonna même sortit de la bouche de Koyuki. Les trois avaient sursauté en raison de la surprise et s’étaient tournés vers elle.

« Hiakari-san, tu es réveillé !? » « Wawan !? » « Nyanyanyanya !? »

Les filles criaient tout en gardant leur cri d’animal en action.

« … Pouvez-vous m’expliquer la situation ? » demanda Hiakari.

 

***

Partie 5

Kazuki hésitait devant le regard de Koyuki qui avait l’air de regarder des déchets.

Koyuki s’était assise tranquillement sur le futon dans une posture de seiza, Kazuki l’affronta donc aussi en prenant la position de seiza. La petite Koyuki exerçait une grande pression.

« C’est… Alors qu’on s’ennuyait trop et qu’on parlait paresseusement, Lotte a parlé du moment où on est allé au café cosplay de Salomon, » déclara Kazuki.

« Café cosplay de Salomon ? » demanda Koyuki.

L’impulsion au début, c’était quand Lotte raconta à Mio ce qui se passait dans cet espace inhabituel.

Tandis que Mio bouillonnait à propos du rendez-vous des deux personnes, elle avait été emplie par une étrange opposition.

« Je peux le lécher plus habilement que toi, tu sais ! » — c’était quelque chose comme ça.

« Que voulait-elle dire par là ? » demanda Koyuki.

Cette fois, Koyuki avait déplacé son regard méprisant vers Mio.

« Quel est l’intérêt de parler d’être capable de le lécher plus habilement que d’autres personnes ? C’est trop étrange d’être emplie par l’opposition dans un tel domaine, » déclara Koyuki.

Mio avait baissé la tête en entendant ce qu’elle avait dit sans détour.

« En vérité, en entendant l’histoire de Lotte, cela me rend envieuse d’une certaine façon… Mais quand nous l’avons essayé pour de vrai, c’était assez amusant et délirant…, » déclara Mio.

« Était-ce marrant de lécher un homme en étant en état de transe ? Es-tu une perverse jusqu’au fond, n’est-ce pas ? » demanda Koyuki.

« D’une façon ou d’une autre, cela me fait me sentir soudainement vraiment, vraiment embarrassée !! Je ne suis pas une perverse OK ! Je ne ferai pas ce genre de chose à n’importe qui. Je le fais seulement parce que l’autre personne est Kazu-nii oka — y !! » déclara Mio.

Mio se cacha le visage des deux mains et se roula sur le tatami après avoir dit ça.

« Quant à moi, tant que cela rend heureux Kazuki-oniisan, je m’en fiche même si c’est perverti —, » déclara Lotte. Lotte avait gonflé sa poitrine avec audace.

La jeune fille avait pu ressentir les sentiments de Kazuki en utilisant la télépathie. Tant que Kazuki ne le détestait pas, elle avait l’audace d’attaquer Kazuki en allant jusqu’au bout.

« Donc tu étais toi-même content de ça. Te tenir proche de deux filles qui te lèchent…, » déclara Koyuki.

« … Je ne voulais pas cédé devant ce genre de tentation, et j’ai résisté désespérément avant, » déclara Kazuki.

Mais même lui doutait jusqu’à quel point il pouvait résister avec résolution.

« Lotte n’est pas juste. Mais, je ne suis pas une perverse OK… Je ne veux pas particulièrement plaire à Kazuki tant que je ne fais pas d’hentai…, » déclara Mio.

Mio regardait amèrement Lotte qui acceptait le titre de perverse sans honte tout en s’allongeant sur le tatami. Soudain, Kazuki s’était rendu compte du niveau de positivité des filles.

Mio Amasaki — 134.

Lotte — 106.

Koyuki Hiakari — 53.

Hikaru Hoshikaze — 41.

Kaguya Otonashi — Mesure impossible.

La robe magique de Kazuki, l’Anneau de Salomon était capable de mesurer le niveau de positivité d’une fille.

Mais ce qui l’inquiétait, c’était de savoir comment le niveau de positivité de Kaguya était devenu impossible à mesurer en ce moment. Le nombre fluctuait constamment de haut en bas, comme une machine à sous en rotation qui ne pouvait pas être lue.

Est-ce que les sentiments de Senpai tremblent comme ce numéro… ?

« Ou peut-être devrais-je dire que l’explication que je cherche ne concerne pas ces actes pervers… Où sommes-nous ? Pourquoi sommes-nous dans ce genre d’endroit ? » demanda Koyuki.

« … Quoi ? Alors Hiakari, l’explication que tu veux n’est pas à propos du léchage ? » demanda Kazuki.

C’était naturel s’il y pensait. Parce qu’elle était inconsciente depuis deux jours.

— Il y a deux jours, c’était une journée très orageuse.

Il y avait eu le combat mortel avec Beatrix le soir. Et puis l’agression choquante de Kaguya juste après.

Ils avaient été sauvés d’un endroit dangereux par Koyuki, même s’ils étaient encore coincés…

Celle qui les avait sauvés de cette crise est Kohaku de la division épée.

Koyuki devrait se souvenir de l’histoire jusque-là. Cependant, Koyuki avait abusé des « Déplacements sur le terrain » pour équiper tous les membres avec des bottes de glace à cet endroit et à la fin, elle s’était évanouie à cause d’une ivresse magique. De là — .

« Après cela, nous avons été abrités par Kohaku. Voici une chambre du dortoir des étudiants de Division Épée, » déclara Kazuki.

« La Division Épée ? Pourquoi ? » demanda Koyuki.

« L’aide que la Division Magie avait fournie au gouvernement pour la capture de Lotte était devenue une mission pour la Division Épée. Kohaku et les autres ont prévu de protéger Lotte de la Division Magie, avant de proclamer l’affaire concernant Lotte à la société, puis de montrer la justice et la force de la Division Épée et de couler le statut social de la Division Magie, » déclara Kazuki.

« Je vois… donc nous sommes confinés dans leur stratégie. Ils ne nous aident pas par la bonté de cœur, » déclara Koyuki.

Koyuki semblait mal à l’aise, mais elle chuchota dans sa compréhension.

Même leurs téléphones cellulaires avaient été confisqués, et les messages de télépathie ne pouvaient atteindre que les gens des environs.

Bien que ce ne soit pas comme s’ils n’étaient pas capables de s’échapper s’ils le voulaient. Il y avait une fenêtre dans la pièce, et ils pouvaient facilement détruire la porte et les murs à l’aide de Magie d’Invocation. Il était assez difficile de confiner l’être appelé Magica Stigma.

Cependant, il était dangereux pour eux en ce moment de sortir. Que pouvaient-ils faire pour tirer la meilleure conclusion de cette situation chaotique ? C’est ce à quoi ils devaient penser en premier.

« Je ne m’intéresse pas à la querelle entre la division magie et la division épée pour le statut social, » déclara Koyuki.

Koyuki avait poussé un long soupir.

« Mais ils rêvent trop s’ils espèrent gagner contre Kaguya-senpai en n’ayant que des Trésors Sacrés. Que ce soit le pouvoir magique, l’habileté magique ou même l’affinité avec sa Diva, tout chez cette personne est hors-norme, » déclara Koyuki.

Kazuki avait fait l’expérience de la force de Kaguya avec son propre corps, les mots de Koyuki étaient remplis d’encore plus de sentiments que cela. C’était ainsi parce que Koyuki avait accompagné Kaguya encore plus longtemps que Kazuki.

« Kaguya-senpai, est-ce que son affinité avec Asmodée est vraiment si bonne… ? » demanda Kazuki.

« Cela ferait pleurer la personne elle-même si tu lui en parles. Il n’a fallu que deux mois à cette personne pour acquérir le niveau 10 de la Magie d’Invocation, elle a battu les records japonais d’une très grande marge. Il s’agit de savoir dans quelle mesure tu peux faire correspondre la longueur d’onde avec ta Diva, » répondit Koyuki.

« … Même moi, j’ai encore la chance de battre ce record, non ? Je te montrerai bientôt que je peux même utiliser le niveau 6, » Mio, qui était encore allongée sur le tatami, chuchota avec une vive opposition.

Mio avait acquis la magie d’invocation jusqu’au niveau 5 depuis son entrée à l’école il y a un mois. C’était un rythme assez rapide. Cependant, il avait été dit que le moment crucial de l’acquisition de la Magie d’Invocation commençait au niveau 5.

« Je suis toujours au 3, desu. » Lotte clignait des yeux de surprise.

Il semblerait que le rythme moyen était d’atteindre environ le niveau 7-8 au moment où les étudiants avaient obtenu leur diplôme.

« Mais en parlant de l’aptitude magique, si c’est la quantité de pouvoir magique, alors tu devrais être au-dessus d’elle, Hiakari-san, n’est-ce pas ? » demanda Kazuki.

« Si ce n’est que la quantité du pouvoir magique, alors je suis toujours au-dessus, mais… l’aptitude magique n’est pas décidée avec juste cela. De plus, Kaguya-senpai a aussi plus qu’assez de pouvoir magique. Parce que ce n’est pas sûr qu’une personne avec beaucoup de pouvoirs magiques se transforme en elfe… D’une certaine façon, on a l’impression que le pouvoir magique de cette personne a été acquis plus tard dans une croissance rapide, » déclara Koyuki.

« La quantité de pouvoir magique qu’une personne n’est-elle pas déterminée dès la naissance ? » demanda Kazuki.

Il avait été dit que la quantité de puissance magique qui pouvait croître avait été décidée à peu près à la naissance. C’est pourquoi les 72 piliers de Salomon avaient sélectionné les candidats chevaliers au moment où ils atteignaient l’âge de 14 ans et qu’elles leur accordaient l’Enigma.

« Qui sait ! Parce qu’il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur la magie. Il y avait même une histoire sur la recherche secrète d’une technique pour étendre artificiellement la faculté de magie humaine, » déclara Koyuki.

L’expansion artificielle de la faculté de magie de l’homme… Le pouvoir magique, c’est-à-dire la force de l’esprit.

Changer scientifiquement l’esprit humain et renforcer le pouvoir magique — Kazuki avait déjà entendu ce genre de légende urbaine frémissante auparavant, disant qu’il y avait des expériences humaines secrètes qui étaient réalisées quelque part.

« Maintenant que je me souviens, je n’ai pas encore exprimé ma gratitude envers toi, Hiakari-san. En plus, tu as dépensé toutes tes forces jusqu’à l’ivresse magique pour nous sauver. Merci, Hiakari-san, » déclara Kazuki.

« Merci beaucoup, Koyuki-oneesan ! »

Avec Kazuki, Lotte avait également exprimé sa gratitude à Koyuki.

« Ce n’est pas comme si je voulais tous vous sauver. Je n’étais pas d’accord sur la façon de faire de Senpai. Ce n’est pas comme si je ne voulais pas être séparée de toi. Je ne peux pas moralement être d’accord avec une telle chose. C’est seulement ça, donc il n’y a aucune raison de me remercier, » déclara Koyuki.

« Ne sois pas stupide. C’est normal d’accepter honnêtement nos remerciements, n’est-ce pas ? » demanda Kazuki.

Mio s’était relevée paresseusement du tatami. « Je te remercie aussi pour le moment. Maintenant que nous en parlons, le bon moment pour aider Kazuki, n’était-il pas tout simplement trop parfait ? Par hasard, n’est-ce pas finalement ton but ? »

« … Qu’est-ce que tu veux dire ? C’est juste une coïncidence, » après un long silence, Koyuki protesta avec une légère agitation dans son inflexion.

« Hiakari-san est tout simplement calme et a une vue d’ensemble, c’est pourquoi elle a toujours su saisir immédiatement le soupçon de danger. Son sens du danger est différent du nôtre. Elle est souvent apparue avec un timing dramatique quand j’étais dans le pétrin. Je n’exagère pas quand je dis que Hiakari-san est déjà un héros pour moi. Je te respecte du fond du cœur, » déclara Kazuki.

« Tout ce que tu as dit est trop exagéré ! … En plus… c’est héroïne, provisoirement, » murmura Koyuki.

« Muu, c’est toujours que des compliments pour Hiakari… Même si je suis la partenaire numéro un de Kazuki…, » déclara Mio.

Mio avait fait la moue et avait boudé.

« Et moi, j’ai été sauvée par Kazuki-oniisan, desu —, » déclara Lotte.

Lotte serra Kazuki dans ses bras avec une expression de confiance.

« Muu... Lotte est toujours aussi franche… Je suis aussi très bien avec Kazuki… uuuuu, » Mio plissa ses sourcils et son visage bouda encore plus. « Idiot de Kazuki ! Je ne te lécherai plus ! »

« C’est bon si tu ne le fais pas, » déclara Kazuki.

« Quelle froideur !? Pourquoi dis-tu des choses comme ça ? » s’écria Mio.

Mio avait frappé Kazuki encore et encore.

***

Partie 6

Koyuki chuchota soudain tout en veillant sur cette situation. « Par hasard, est-ce que je dois passer mon temps avec ces trois-là qui ont la tête dans le monde des rêves pendant un moment dans cette pièce fermée ? »

« Qui a la tête dans le monde des rêves !? » s’exclama Mio.

« Ça ne se passera pas comme ça. Bien qu’elle soit un peu exiguë parce qu’à l’origine, cette chambre n’était destinée qu’à deux personnes partageant le même logement. D’après ce qu’a dit Kohaku, c’est la pagaille dans la Division magie et il semble que nous ne pouvons pas sortir, » déclara Kazuki.

« Que…, » commença Koyuki.

Koyuki semblait avoir peur de quelque chose et son expression s’était durcie pendant qu’elle baissait les yeux.

« Hiakari-san, tu n’es peut-être pas à l’aise d’être dans la même pièce qu’un homme, mais sur ma parole de praticien du style Hayashizaki, je ne ferai rien d’inapproprié, Hiakari-san. Il y a même d’autres filles ici, alors soit soulagée, » déclara Kazuki.

« Par rapport au fait que Kazuki met la main sur quelque chose comme moi, je n’ai pas ce genre d’inquiétude, » déclara Koyuki.

« Quoi ? Alors ce n’est pas ce qui t’inquiète, Hiakari-san ? Mais attends, ne dis plus des choses comme “quelque chose”. Je te l’ai dit tellement de fois que tu es très charmante. Je vais t’attaquer pour de vrai si tu continues, » déclara Kazuki.

« Pfff, tu n’as pas le cran pour ça. Je m’inquiète davantage de savoir si l’une de ces deux personnes va te faire quelque chose de mal, plutôt que ce que tu vas me faire, » déclara Koyuki.

« Ne dis pas de bêtises ! Il n’y a aucune chance qu’une fille fasse une chose aussi inconvenante avant le mariage, n’est-ce pas !? » s’écria Mio.

Mio avait perdu son sang-froid, mais Lotte avait incliné la tête avec un regard pur et innocent.

« De quoi parlez-vous tous, desu ? “je vais t’attaquer” “poser la main” “faire quelque chose d’inapproprié”… vous continuez tous à utiliser des mots bizarrement depuis un moment, je ne comprends pas vraiment le sens, » déclara Lotte.

« … C’est bien que Lotte continue à ne pas savoir ce genre de choses, » déclara Kazuki.

« Si Kazuki-oniisan l’a dit, alors ça n’a pas d’importance, desu —, » déclara Lotte.

Après que Kazuki ait parlé à Lotte comme s’il parlait à un petit enfant, Lotte s’était mise à ronronner contre Kazuki.

« On ne peut rien faire d’indécent… Mais, je veux enlacer encore plus Kazuki…, » déclara Mio.

Mio qui portait des oreilles de chat marmonnait du charabia avec une expression angoissée.

« Je veux dire, pourquoi portez-vous des vêtements de servante à oreilles d’animaux ? Kazuki porte un pyjama normal alors que les gens de son entourage portent ce genre de choses. Pour commencer, je ne vois Kazuki que comme un maître avec un passe-temps dangereux, » déclara Koyuki.

« Juste pour que tu saches que cette fille Hikita Kohaku a apporté ça quand elle est arrivée. Elle a dit qu’elle s’occupait de nos habits, puis j’ai dit que l’uniforme de femme de chambre était bien, » déclara Mio.

« … Pourquoi un uniforme de femme de chambre ? » demanda Koyuki.

« Parce que Kazuki aime tellement les femmes de chambre que —, » répondit Mio.

Mio avait jeté un coup d’œil joyeux au visage de Kazuki en disant ça.

Non, je n’ai pas eu un truc aussi spécial que ça.

Mais il avait l’impression qu’il commençait à les aimer un peu sérieusement ces derniers temps…

« Elle a apporté les oreilles des animaux pour qu’on puisse reproduire le léchage pour de vrai, desu, » Lotte parlait aussi sur un ton enjoué. Une petite fête de cosplay derrière la porte fermée.

« Kohaku a dit “faire ce genre de comportement absurde est…”, elle était assez troublée. Mais parce qu’elle se sentait coupable de nous avoir enfermés dans cette pièce, alors elle nous a donné tout ce qu’on lui demandait, » déclara Mio.

« Mais quand Prométhée a voulu essayer de jouer au galge et lui a fait une demande, elle a refusé de le faire. Elle a dit que c’était embarrassant pour elle d’acheter ce genre de choses, » déclara Mio.

La Diva de la mythologie grecque, Prométhée résidait dans le corps de chair de Lotte. Ce sage de la civilisation avec son hôte Lotte avait un intérêt débordant pour la culture otaku du Japon.

Les cartes à jouer et les jeux auxquels Kazuki et les autres avaient déjà joué étaient éparpillés à l’intérieur de la pièce.

« C’est vrai, elle nous a aussi apporté des livres, ils sont très intéressants, » déclara Kazuki.

Quand Kazuki avait sorti un livre de poche, la couleur des yeux de Koyuki avait un peu changé.

« Je vais lire, » déclara Koyuki.

« Échangeons nos pensées quand tu auras fini de lire, d’accord ? » demanda Kazuki.

« … Je ne suis pas intéressée par des choses comme tes pensées, » Koyuki avait tourné la tête après avoir dit des choses comme ça.

« Allez, ne dis pas des choses comme ça. Ce livre est vraiment génial, ce personnage sur la couverture est…, » commença Kazuki.

« S’il te plaît, ne révèle rien de l’histoire, » supplia Koyuki.

Koyuki s’était mise à paniquer devant Kazuki qui avait failli laisser échapper quelque chose parce qu’il était impatient et voulait parler.

« Plus tard, il y a aussi un uniforme de servante pour toi aussi, » déclara Mio.

« Ha ? » Koyuki plissa les sourcils en entendant les paroles de Mio tout en tenant le livre dans sa main.

« … Attends. Cela va être inconvenant, même si quelque chose comme moi porte un uniforme de bonne, vous ne le pensez pas ? Ce genre de chose ne peut être porté que par vous toutes…, » déclara Koyuki.

« Tu as encore dit “quelque chose comme moi” ! » déclara Kazuki.

Kazuki interrompit les paroles autotorturantes de Koyuki et saisit ses petites épaules fermement.

« N’ai-je pas dit tellement de fois que Hiakari-san est jolie ? Cette peau blanche et transparente, ces cheveux argentés scintillants, tu vas fâché ton entourage si tu ne dis que des choses qui te déprécient ! De plus, l’uniforme de bonne te conviendra parfaitement, Hiakari-san ! Certes, l’apparence sous forme de femme de chambre de Mio et Lotte est charmante, mais si une fille cool comme Hiakari-san devient une femme de chambre, donnant toutes sortes de traitements de faveur seulement au maître… c’est sûrement la romance suprême d’un homme !! » déclara Kazuki.

Les yeux de Koyuki étaient grands ouverts et elle écoutait ce que Kazuki laissait sortir sans arrêt.

« Quelle, quelle grande passion ! Comme prévu, l’intérêt de Kazuki pour les bonnes n’est pas une chose ordinaire, » déclara Mio.

Mio avait été surprise par le regard menaçant de Kazuki.

« Quand une fille cool est celle qui le fait, alors un cœur rempli de dévouement devient encore plus attirant… Kazuki-oniisan, quelle merveilleuse observation, desu ! » déclara Lotte.

Lotte avait donné son approbation avec les yeux brillants. C’est vrai, je pense que si c’est Lotte, elle comprendra.

« Je veux voir Hiakari-san en uniforme de bonne ! Il te conviendra parfaitement, c’est sûr ! » déclara Kazuki.

Le visage de Koyuki était devenu rouge… une petite marque de crâne s’était envolée d’elle.

C’était le signe que son niveau de positivité diminuait légèrement. Et puis elle s’était débarrassée des bras de Kazuki.

« S’il te plaît… s’il te plaît, relâche-moi. S’il te plaît, ne place pas ton visage si près de moi !! » s’exclama Koyuki.

{... Mon Roi, parfois tu es trop passionné, tu sais ?} La voix de Leme résonnait dans l’esprit de Kazuki par télépathie. {Mais pour une femme lâche et peu sûre d’elle, il vaut mieux être plus prudent avec ton comportement pour qu’elle soit soulagée.}

Hein ? Hiakari-san est-elle une lâche ?

Je pensais qu’elle était du genre à dire les choses franchement…

{Celui qui dit les choses sans ménagement aux autres n’est pas limité aux hommes à la peau épaisse. Quelqu’un qui a peur pour ne pas laisser les autres s’approcher et qui parle sans ménagement existe aussi.}

… Leme qui était une Diva avait donné une leçon sur les affaires des filles.

{Mais n’oublie pas… le niveau de positivité de cette fille a déjà dépassé 50. Bref, ne l’approche pas trop par l’avant, mais par la porte arrière avec audace, comme ça ?}

Kazuki qui avait reçu la suggestion de Leme lâcha ses mains de Koyuki et recula d’un pas.

Koyuki leva légèrement son visage baissé, puis elle examina l’expression de Kazuki comme un petit animal.

« … N’y a-t-il pas d’autres vêtements de rechange ? » demanda Koyuki.

« Rien d’autre, desu ! Juste l’uniforme de bonne, desu ! » Lotte répondit aussitôt. De plus, elle fit un clin d’œil à Kazuki avec des yeux pétillants.

Kazuki avait immédiatement deviné ce signal et il acquiesça de la tête en disant. « C’est vrai. »

« Parce que Mio a demandé un uniforme de bonne, il n’y a pas d’autres vêtements de rechange à part l’uniforme de bonne, » déclara Kazuki.

« Mais ce n’est pas bon si tu ne sors pas bientôt de ce pyjama, desu ! » déclara Lotte.

Le cœur de Kazuki et de Lotte était lié à leur désir de changer Koyuki en uniforme de bonne avec des oreilles d’animal, et le duo de personnes approchaient près de Koyuki.

« … Si c’est le cas… on ne peut rien y faire, n’est-ce pas ? Mais la forme d’une servante monstrueuse va être inesthétique, » déclara Koyuki.

Koyuki avait accepté les vêtements étonnamment facilement.

Par hasard, peut-être qu’elle pensait aussi un peu quelque chose comme « je veux essayer de le porter » ?

« Non, il n’y a aucune chance que ce soit inesthétique ! Ce sera vraiment Moe, desu ! » déclara Lotte.

La fille qui était venue d’Europe et qui aimait beaucoup les animes, Lotte respirait par son nez en étant excitée.

« C’est bien de se changer Hiakari-san, mais je viens de penser à quelque chose. N’as-tu pas faim ? » demanda Kazuki

« … Maintenant que tu l’as dit, je suis presque à la limite, » répondit Koyuki.

Elle avait été clouée au lit pendant deux jours entiers, il était donc évident qu’elle serait à sa limite.

« Il y a des ingrédients que Kohaku a apportés dans le réfrigérateur, alors… hey, attends une seconde ! » s’exclama Kazuki.

Au moment où Kazuki avait parlé de ça, Koyuki avait commencé à marcher de façon instable vers le réfrigérateur, mais son pied avait glissé et elle était tombée en arrière. Kazuki l’avait tenue dans ses bras et l’avait soutenue par-derrière.

« Tu t’es évanouie pendant longtemps. Alors, ne te force pas. Je vais faire quelque chose, d’accord ? » déclara Kazuki.

« … Je vais bien, je vais m’occuper de mes affaires personnelles toute seule. S’il te plaît, ne m’enlace pas comme ça. Es-tu un pervers ? » demanda Koyuki.

« Hiakari-san, tu es devenue comme ça à cause de moi, donc c’est aussi mon affaire. Allez, Hiakari-san ! Attends ici avec l’impression que tu es une princesse, » déclara Kazuki.

« Kyaaaa !? »

Kazuki éleva la fille tout en la gardant dans ses bras et il fit le portée de la princesse.

Et puis il tournait et pivota sur place. Faire ça rendait Kanae heureuse.

« Qu’est-ce que ça veut dire de tourner comme ça… ? » demanda Koyuki.

Après avoir fait le manège pendant un certain temps, Kazuki avait déposé Koyuki sur le futon.

« Alors je vais aller faire quelque chose qui est aussi bon pour la fatigue, » déclara Kazuki.

« Ah, je vais aussi aider ! Je veux dire, ce n’est pas juste qu’elle soit la seule à recevoir le portée de la princesse !! » s’exclama Mio.

Mio avait suivi Kazuki qui se dirigeait vers la cuisine avec les volants de son uniforme de servante flottant derrière elle.

« Alors je m’occuperai de la patiente, desu ! » s’exclama Lotte.

Lotte se pencha en avant et poussa Koyuki qui essayait de soulever son corps.

***

Partie 7

Il semblerait que les individus de la Division Magie n’aient toujours pas localisé Kazuki et les autres.

Au début Kazuki était caché dans une chambre vide dans le dortoir des étudiants, mais cet endroit était le premier endroit qui allait être suspecté, alors Kohaku les avait immédiatement déplacés dans la chambre d’un camarade. Le camarade de Kohaku qui avait été chassé par Kazuki et les autres avait été entassé de force dans la chambre d’un autre camarade.

Kanae et les autres membres du conseil des étudiants de la Division Épée cherchaient Kazuki, mais ils n’avaient pas utilisé de méthodes possibles comme l’inspection soudaine de toutes les chambres du dortoir des étudiants. Comme l’intrusion dans la vie privée d’élèves non apparentés était la dernière méthode, il semblerait qu’ils aient d’abord enquêté en utilisant des méthodes discrètes.

Kohaku les avait intentionnellement laissés faire ça librement. Il valait mieux que la brocon Kanae perde patience et défie directement Kohaku… c’est ce qu’elle avait dit.

Kazuki ne pouvait rien faire d’autre que d’attendre patiemment dans la pièce que la situation change.

***

Après le dîner, le camp des femmes avait remis à Kazuki le droit d’entrer dans le bain en premier.

Chaque chambre du dortoir des étudiants de la Division Épée était meublée avec sa propre salle de bain.

Il y avait beaucoup d’occasions pour les étudiants de bouger leur corps en faisant quelque chose dans la Division Épée, il semblait donc qu’il y avait des installations de bain partout à l’intérieur de leur terrain. On aurait dit qu’il y avait aussi un magnifique sauna de sources chaudes artificielles, mais comme prévu Kazuki et les autres n’avaient pas pu y aller pour se tremper le corps et ils devaient entrer dans la salle de bain de la chambre à tour de rôle.

Kazuki avait commencé à se laver le corps avant d’entrer dans la baignoire.

Le shampooing et le savon pour le corps qui se trouvaient dans cette pièce étaient des instruments de lavage traditionnels qui attachaient plus d’importance à leur pouvoir nettoyant. C’était ainsi parce que les élèves de la Division Épée n’étaient pas nécessairement doués en magie.

Parce que les utilisateurs avancés de magie pouvaient se débarrasser de la saleté sur leur corps, le savon et le shampooing qu’ils utilisaient donnaient plus d’importance à l’arôme et utilisaient de nombreuses combinaisons d’ingrédients parfumés.

Ces savons parfumés avaient même été utilisés dans la Manoir des Sorcières. Cette chose n’avait rien à voir avec Kazuki qui avait passé sa vie comme épéiste jusqu’à présent, mais parce que nettoyer son corps avec de la magie était aussi devenu un bon entraînement, il avait reçu le savon assorti que Kaguya avait recommandé.

Il pensait que parce que c’était une habitude que son corps avait finalement apprise, bien qu’il n’y avait pas de savon parfumé, Kazuki se nettoyait le corps à l’aide de la magie. Il détectait la poussière, la saleté et des choses comme l’excès de sébum, puis il faisait partir ces choses à fond en utilisant la psychokinésie et il lavait ensuite le tout sous la douche.

Il semblait également que c’était l’endroit où les femmes magiciennes pouvaient montrer leur habileté à limiter le lavage de l’odeur inquiétante du corps jusqu’à ce que la substance des phéromones soit présente. C’était un talent magique tout à fait avancée que de pouvoir différencier l’odeur et les phéromones.

Bien qu’il n’était pas vraiment exigeant jusque-là, mais Kazuki lavait son corps dans une lumière magique bleue et puissante avec difficultés.

Soudain, il se souvint de l’arôme de Kaguya. Lorsqu’il fut enlacé par Kaguya dans sa robe magique, un arôme sucré très dense pouvait être senti de sa peau exposée. Indépendamment du même savon qu’ils utilisaient, son odeur était totalement différente. L’arôme de Kaguya avait la « richesse » qui n’était pas présent sur les autres.

Cette Senpai qui avait l’arôme d’une fille qui était plus forte que la moyenne avait utilisé son excellent talent magique pour se débarrasser seulement de la saleté sur son corps sans endommager du tout ses phéromones, puis elle avait utilisé le savon parfumé pour encore plus améliorer son odeur. C’était tout à fait comme un dessert fait à partir des ingrédients ultimes par un pâtissier virtuose.

Les peaux innocentes de Senpai avaient toujours fait battre le cœur de Kazuki si vite chaque fois.

— En ce moment, il était dans une relation d’hostilité avec cette Kaguya.

« … Comme prévu, c’est si solitaire, hein. D’ailleurs, Senpai a déjà fait cette tête en pleurs avant…, » murmura Kazuki.

Ce n’est pas bon, je ne dois pas continuer à me sentir déprimé. Quand Kazuki avait fini de se laver le corps, il s’était immédiatement immergé dans la baignoire avec une éclaboussure. Ce dont il avait besoin en ce moment, c’était de la détermination ardente de reprendre ces jours ordinaires !

« Kazuki-oniisan, je veux entrer dans le bain pour être avec toi, desu ! »

Soudain, il entendit une voix brillante et vive, puis la porte vitrée de la salle de bains s’ouvrit bruyamment.

Celle qui était apparue était Lotte couverte de sa robe magique. La robe magique de Lotte était dans l’état où aucun de ses armements n’était attaché, elle avait la forme d’un bikini blanc avec une texture lisse comme une perle.

« J’ai pu venir en profitant du bref instant où Mio-oneesan est allée aux toilettes bien que Koyuki-oneesan me regardait d’un œil étonné. Attends un peu, s’il te plaît, je vais bientôt finir de me laver le corps, desu, » déclara Lotte.

Les cheveux et le corps de Lotte étaient couverts d’une lumière bleue, son corps avait fini d’être nettoyé en un clin d’œil. Elle était beaucoup plus rapide que Kazuki, c’était une question de familiarité plutôt que la différence dans leur talent magique.

Il y avait une culture dans son pays d’origine qui voulait que l’on puisse traverser la vie de tous les jours qu’en utilisant le plus possible la magie.

« Non, attends un peu ! Je suis nue, tu sais !? » déclara Kazuki.

Ignorant un Kazuki agité, Lotte sauta dans la baignoire. Kazuki avait instantanément rétréci son corps jusqu’au fond de la baignoire. Lotte avait installé son corps dans la baignoire en prenant position en se faufilant entre les jambes de Kazuki.

« Je me sens embarrassée par Kazuki-oniisan. Mais je ne vois rien d’autre que ta poitrine et tes épaules, donc c’est bon, desu ! » déclara Lotte.

« Est-ce que c’est vraiment… merci pour ta considération… Mais est-ce vraiment là le problème ? » demanda Kazuki.

« Je regarde ta poitrine et tes épaules. D’une façon ou d’une autre, mon cœur bat vite. Kazuki-oniisan, tu as un beau corps, desu ♪, » déclara Lotte.

« Lotte est si pure et innocente, mais j’ai l’impression que tu es parfois une perverse, » déclara Kazuki.

Pendant que Kazuki parlait, les yeux de Kazuki n’arrêtaient pas de regarder les épaules blanches et la clavicule de Lotte.

Sa clavicule… avait l’air sexy.

« Tu dis ça, mais Kazuki-oniisan aussi est un pervers, desu, » déclara Lotte.

« Peux-tu comprendre ça de la télépathie !? » s’exclama Kazuki.

« Je ne le fais pas ainsi, car l’intérêt d’Onii-san n’a pas été révélé par le canal de magie. Mais je sens ton regard vers moi. Je suis très heureuse qu’Onii-san ne puisse pas détacher ses yeux de mon corps. Je me demande si je devrais aussi faire disparaître toute ma robe magique, qu’en penses-tu ? » demanda Lotte.

« Arrête, j’ai la tête qui tourne, » déclara Kazuki.

La chaleur qu’il ressentait sur son visage n’était pas seulement due à l’eau chaude.

… La situation actuelle n’était pas seulement due à sa solitude, mais aussi au fait qu’il l’avait rencontrée.

Il s’était mis dans ce genre de situation parce qu’il avait protégé Lotte, mais son choix n’était absolument pas une erreur.

« Maintenant que j’y pense, ne ressens-tu pas un certain malaise à cause de la situation actuelle ? » demanda Kazuki.

« Pour moi… d’une certaine façon, je me sens déjà provocatrice. Ou peut-être devrais-je dire que j’ai déjà beaucoup de chance de pouvoir encore vivre, » le visage de Lotte s’était soudainement et complètement transformé en un visage heureux tout en le disant cela. « Bien sûr, je ne dis pas que c’est bon même si je meurs, desu. Mais à partir de maintenant, quoi qu’il arrive, je crois que Kazuki-oniisan deviendra absolument mon allié. J’ai aussi décidé d’aller contre mon destin de toutes mes forces. C’est pourquoi je n’aurai aucun regret quoiqu’il arrive. Si par hasard c’est en vain, alors je pense qu’on ne peut rien y faire. C’est pour ça que je reste calme. »

Ses sentiments étaient différents de fait de l’abandon. C’était la bravoure d’une humaine qui avait décidé qu’elle allait se battre.

« Kazuki-oniisan, je t’aime, desu, » déclara Lotte.

Elle s’était penchée vers l’avant dans la baignoire, Lotte avait amené son visage près de celui de Kazuki et l’avait embrassé là sur ses lèvres. Un baiser de serment — un serment de se protéger mutuellement.

Quand Kazuki embrassait une fille qui lui était attachée et avec qui il avait un lien formé, il pouvait tirer profit des pouvoirs de la Diva qui avait formé un contact avec cette fille jusqu’à sa limite maximale. Mais il avait déjà utilisé ce pouvoir unique avec Lotte. C’est pourquoi le baiser de tout à l’heure était quelque chose effectué purement pour le plaisir de vérifier leurs sentiments respectifs l’un pour l’autre.

« … Je protégerai absolument Lotte de tout, quoi qu’il arrive à partir de maintenant -, » déclara Kazuki.

« Danke schön ! »

Brisant la surface de l’eau avec son mouvement brusque, Lotte embrassa Kazuki avec entrain. Une marque de cœur était sortie de la poitrine de Lotte, puis elle avait été absorbée dans l’anneau de Salomon de Kazuki.

Mais il avait déjà atteint ses limites en étant étreint dans cette situation. Le sang s’était précipité dans sa tête.

Il voulait déjà sortir de la baignoire, mais… il ne pouvait pas sortir de la baignoire sous cette forme !

À ce moment-là, il entendit une voix paniquée venant de la direction du logement. « Lotte, même si j’ai dit je ne sais pas combien de fois qu’il était interdit d’entrer dans le bain ensemble ! … M-Même moi je veux entrer dans le bain avec Kazu-nii !! »

La porte de la salle de bain s’ouvrit à nouveau, puis Lotte s’éloigna de lui en raison de la surprise.

La propriétaire de la voix était une Mio couverte d’une serviette de bain.

« Je connais les règles. C’est une violation des bonnes manières au Japon d’entrer dans le bain en portant une serviette, desu ! » Lotte montra instantanément du doigt Mio du doigt en criant ça.

Kazuki pencha la tête en se demandant si c’était vraiment le problème, mais Mio, qui avait une nature sérieuse, gémissait « gununu ».

« Alors je porterai aussi ma robe magique ! » déclara Mio.

« La robe magique de Mio-oneesan est attachée avec des plumes, c’est une nuisance donc ce n’est pas bon, desu ! » répliqua Lotte.

« Certes, la robe magique Mio est trop encombrante pour être utilisée pour entrer ensemble dans la baignoire, » Kazuki avait consenti spontanément à cela.

La forme de la robe magique était produite naturellement à partir de l’image se trouvant dans l’esprit de l’entrepreneur et Diva agissant de concert l’une avec l’autre. De grandes ailes étaient attachées à la robe magique de Mio.

« Donc tout est de la faute du Phoenix ? Ce stupide poulet grillé ! » s’écria Mio.

 

 

En aucun cas, il ne lui était venu à l’esprit qu’une Diva puisse être jugée sur son travail concernant la Robe Magique pour ce genre de raison.

« Bien, bien, bien… Je, je vais me mettre nue alors ! » Mio l’avait déclaré, alors même que son visage faisait jaillir de la vapeur. Cette fille était déjà désespérée !

« Espèce d’idiote !? Tu vas le regretter si tu te mets nue pour ce genre de choses, tu sais !? » s’écria Kazuki.

La serviette tomba doucement. Mio avait immédiatement caché sa poitrine et le bas du corps, long et élancé qui continuait sans cesse. Sa silhouette était si pleine et bien arrondie. Une silhouette idéale pour une fille avait été exposée de l’autre côté de la vapeur d’eau.

Il pensait qu’il ne devait pas regarder cet endroit avec une telle intensité, mais il ne pouvait pas arracher ses yeux !

« … S’il te plaît, arrête ça. »

« KYAAA »

Le corps de Mio était enveloppé d’une serviette à l’arrière. Cette serviette était bien fixée, puis la silhouette de Mio avait été tirée dans le logement. Puis le visage suivant qui était sorti était celui de Koyuki.

« … Kazuki, tiens, » déclara Koyuki.

Koyuki avait fait face à Kazuki et lui avait jeté quelque chose — une serviette.

Pour Kazuki actuellement, cet objet était l’objet dont il avait le plus besoin.

« Hiakari-san ! Merci, comme je le pensais, Hiakari-san est vraiment mon héros !! » s’exclama Kazuki.

Kazuki avait rapidement enveloppé la serviette à ses hanches et était sorti de la baignoire.

« Jiii — . Voir Onii-san dans une serviette fait aussi battre mon cœur vite desu ♪ , » déclara Lotte.

« J’ai déjà dit que c’est une héroïne, enfin, provisoirement… Mais je ne suis pas heureuse même si tu me remercies pour ce genre de chose, » déclara Koyuki.

***

Partie 8

« J’en ai fini avec le bain. »

Avec une voix réservée, Koyuki était revenue de la salle de bain à la chambre après s’être changée pour porter l’uniforme de femme de chambre.

« Cet accessoire auriculaire doit-il vraiment être fixé ? » se demanda Koyuki.

Koyuki tenait respectueusement les oreilles d’animaux en option avec un regard troublé.

« Il doit être attaché, desu !! » affirma Lotte à la vitesse de la lumière.

Koyuki avait été surprise par son excitation, puis elle avait équipé les oreilles animales sur sa tête tout en remuant. Elle était étonnamment faible face à la pression, et une longue paire d’oreilles de lapin s’étendait maintenant au sommet de sa tête avec un « pyon ».

« … N’est-ce pas mignon ? » Kazuki avait fait sortir sa voix en soupirant.

« Qu’est-ce que tu dis, es-tu stupide ? » Koyuki l’avait fusillé du regard d’un visage qui semblait empli par la honte.

« Non, j’ai dit que tu étais vraiment mignonne, » déclara Kazuki.

« Ah ! Encore une fois avec tes flatteries…, » s’exclama Koyuki.

« Ce n’est pas que de la flatterie ! Bon sang, à partir de maintenant, je serai critique de femme de chambre ! » déclara Kazuki.

Il ne pouvait pas la laisser se rabaisser comme ça pour toujours.

Donner confiance en soi à une fille lâche pouvait être le travail le plus important d’un homme.

« Cette beauté est en quelque sorte… La beauté intérieure de Hiakari-san convenait parfaitement à ces froufrous ! De plus, l’apparence cool de Hiakari-san convient parfaitement en tant que femme de chambre. De plus, quelle que soit la façon dont tu le coupes, il y a quelque chose de faux dans un uniforme de bonne qui le fait vraiment ressembler à un cosplay, mais l’atmosphère mystérieuse de Hiakari-san dissimule ces soupçons de fausseté. La couleur est aussi bonne… la retenue monotone de l’uniforme de bonne rend la peau blanche et les cheveux argentés de Hiakari-san encore plus beaux ! » déclara Kazuki.

Les commentaires admiratifs très francs de Kazuki avaient fait surchauffer le visage de Koyuki d’un rouge vif.

« De plus, ce n’est pas seulement l’apparence qui est mignonne. Hiakari-san, qui est normalement si distante, est maintenant devenue une jolie femme de ménage aux oreilles de lapin. Pourquoi, je peux sentir l’écart infini entre eux ! Mais même si cette apparence est si rusée, je ne te flatte pas, mais je ne peux pas sentir cette ruse, même chez toi, Hiakari-san ! Tout, Hiakari-san, tout chez toi est en harmonie avec l’uniforme de bonne… Hiakari-san, tu as toujours dit que tu n’avais de valeur que pour la bataille, mais par hasard, Hiakari-san, tu es peut-être née pour porter un uniforme de bonne… Voilà à quel point tu es mignonne. La peau de Hiakari-san est si blanche qu’il est facile de voir quand tu rougis. Cette silhouette embarrassée est aussi si mignonne, » déclara Kazuki.

« S-S’il te plaît, arrête ! Je t’en supplie, arrête ça ! » déclara Koyuki.

À l’égard de Kazuki qui n’avait jamais cessé d’avancer alors qu’il parlait, Koyuki avait haussé sa voix avec embarras et les larmes aux yeux.

« Kazuki-oniisan… tu as enfin fait un grand pas en avant ! Mais qu’est-ce que c’est, desu !! » Lotte parla avec force. « Je vois, c’est donc ça le sentiment de Moe… »

« Oh, notre roi. Tu vas dans une direction étrange, tu sais ? Il ne faut pas marcher sur cette voie, » c’était comme si Leme avait essayé de le faire reculer.

Mio qui boudait à cause du problème dans la salle de bain avait aussi fait entendre sa voix insatisfaite. « Attends, Kazuki. Ne dis-tu pas trop de choses mignonnes à quelqu’un qui n’a pas d’importance !? Bien que je ne puisse certainement pas nier que pour l’instant cette fille est si mignonne que j’ai envie de l’enlacer. »

Pour que Mio veuille l’enlacer…, Kazuki pouvait le comprendre.

« Mio, toi, en tant que femme de chambre, tu es aussi mignonne. Mais celle que tu portais avant était absurdement mignonne alors cela fait que celle que tu portes maintenant semble moins bon, » déclara Kazuki.

L’uniforme de femme de chambre que Mio portait dans le manoir des sorcières était fait à la main et s’adaptait parfaitement au corps de Mio, il pouvait aussi sentir le sens de la mode de Mio dans son design qui le faisait si bien correspondre à Mio.

La taille de cet uniforme de femme de chambre qui avait été apporté par Kohaku était un peu inadaptée pour Mio.

« Mu — . La beauté du passé est vraiment détestable…, » Mio se fâcha sur un sujet étrange.

L’apparence actuelle de la femme de chambre de Koyuki avait miraculeusement eu la taille parfaite.

« Et moi, desu ? » Lotte avait aussi demandé à Kazuki en tirant sa manche.

« Pour Lotte, plutôt qu’une femme de chambre, l’image de la princesse te va bien mieux. Comparé à mon désir de recevoir des services de Lotte, je veux te rendre encore plus heureuse, » répondit Kazuki.

Quand Kazuki lui caressait la tête, Lotte déclara « Si c’est le cas —, » et s’ébattait avec joie avec Kazuki.

« Quoi qu’il en soit, l’apparence de bonne de Hiakari-san est mignonne ! Tu devrais avoir plus confiance en toi ! » déclara Kazuki.

Koyuki se remuait en place tout en maintenant sa jupe.

« … M-Mais le fait d’avoir toute cette collerette attachée à tout le corps, cette sensation de pression sur mes hanches et la pression des chaussettes sur mes cuisses rendent le sommeil un peu difficile, » déclara Koyuki.

« Pour ça, nous avons un pyjama ici, » déclara Mio.

Quand Mio montra à Koyuki les vêtements de rechange pour trois personnes, Koyuki fut stupéfaite et de là, elle se mit à grimacer vers Kazuki.

« Quand tu as dit tout à l’heure qu’il n’y a pas d’autre habit de rechange… ! » s’exclama Koyuki.

« Parce que je voulais voir l’apparition de bonne de Hiakari-san ! » répondit Kazuki.

Quand Kazuki devint effrontément provocateur, les épaules de Koyuki tremblèrent de partout et elle révéla une émotion rare en elle. « STUPIDE ! Stupide… Qu’est-ce que c’est que ça… !! Me faire ressembler à ça et m’amuser à me regarder ! Dire que je suis mign, mignonne… stupide ! »

Kazuki avait été décontenancé, mais une grosse marque de cœur vola de la poitrine de Koyuki. Elle avait arraché le pyjama de Mio et s’était précipitée vers le vestiaire avec force pour se changer.

Mais elle n’était pas particulièrement en colère parce que son niveau de positivité n’avait pas diminué.

… Bref, elle ne voulait s’enfuir qu’à cause de l’embarras.

De plus, elle ne le détestait pas entièrement. Cette franchise était aussi mignonne.

« Peut-être à cause de l’exiguïté de la pièce, nous pouvons découvrir les différentes expressions de Hiakari-san, comme c’est amusant, » déclara Kazuki.

Bien qu’il ait également compris que ce n’était pas la situation où ils pouvaient être aussi insouciants.

Comme il n’y avait plus rien à faire aujourd’hui, le moment où ils avaient besoin de dormir était venu.

« Alors, ce soir, mettons le futon côte à côte et dormons. »

Kazuki avait fait sa demande de rassemblement en déplaçant le futon. Cette chambre n’avait que deux ensembles de futons. Pour que Hiakari-san, qui était en état d’ivresse magique la nuit dernière, se repose suffisamment, l’un des futons lui avait été concédé exclusivement tandis que les trois autres dormaient dans l’autre futon.

Mio et Lotte s’étaient accrochées étroitement à Kazuki comme si elles ne voulaient pas être chassées du futon. C’était clairement un environnement où ils ne pouvaient pas bien dormir physiquement et mentalement. Mio profita de la confusion pour lui faire un baiser sur la joue.

Mais comme Koyuki s’était déjà réveillée, comme prévu, il voulait étendre les deux futons côte à côte et dormir dans un cadre plus spacieux.

« Le positionnement est vraiment important, n’est-ce pas ? Alors ce soir aussi Kazuki dormira entre moi et Lotte ! » déclara Mio.

« … S’il vous plaît, attendez. » Mio prétendait avec tant d’exubérance, mais Koyuki y avait mis fin de façon inattendue.

« Quoi ? As-tu des plaintes à formuler ? » demanda Mio.

« Si vous pensez avec bon sens, prendre cette position est impossible. Le nombre de femmes qui bordent l’homme doit être réduit au plus bas possible. Kazuki devrait dormir au bout du lit, » déclara Koyuki.

« Je, ce n’est pas vraiment un problème OK ? Même hier soir, Kazuki dormait entre nous ! » déclara Mio.

« Même si la nuit dernière s’est bien passée, tu ne peux pas la prolonger jusqu’à cette nuit. L’accumulation qui s’était formée pourrait plutôt être sur le point d’éclater ce soir, » déclara Koyuki.

« Qu’est-ce qui s’accumule ? Comment cela peut-il éclater, desu ? » demanda Lotte.

Lotte inclina la tête, mais il n’existait pas d’humain capable de répondre à cette question trop spécifique.

« Kazu-nii ne fera jamais ce genre de chose ! Kazu-nii est hors de ce monde juste pour que tu le saches ! » s’exclama Mio.

« Même si Kazuki ne veut pas faire ce genre de chose, ces actes impurs pourraient venir de vous deux, » déclara Koyuki.

« Nous ne le ferons pas ! Je n’ai aucune envie de faire des choses comme ça ! » déclara Mio.

« Qui était celle qui s’était déshabillée avant ? » demanda Koyuki.

« … Ah ! » Mio se souvient de sa propre disgrâce, elle s’était mise à rougir jusqu’aux oreilles et avait perdu quant à sa réfutation.

« … Kazuki, dort dans le côté le plus éloigné, je dormirai à côté de lui et je deviendrai le mur de protection. C’est la façon la plus saine, » déclara Koyuki.

« A-Attends une minute ! Hé, Kazu-nii !? » Mio, qui avait perdu sa confrontation avec Koyuki, avait cherché l’opinion de Kazuki dans un état d’agitation.

« N’est-ce pas bien, ce positionnement ? » demanda Kazuki.

Certes, il était difficile mentalement d’être pris en sandwich par deux filles. Ce que Koyuki avait dit, avec elle qui était celle qui dormait à côté de Kazuki, il l’avait considéré comme un événement heureux précieux.

Koyuki le regarda et examina son expression avec les yeux tournés vers le haut.

« Non, pas possible, » déclara Koyuki.

« Alors Mio-oneesan dormira avec moi, desu ! » déclara Lotte.

Lotte regarda Kazuki et Koyuki alternativement puis elle traîna la main de Mio avec force.

« Lotte !? Kyaa ! » s’écria Mio.

Lotte était tombée avec une Mio hurlant sur le futon.

« Et si on dormait aussi ? » demanda Kazuki.

« … Ne te méprends pas, mon but est d’être le mur, » déclara Koyuki.

Kazuki était pensif à l’égard de Koyuki et s’était glissé à l’extrémité la plus éloignée du futon.

« … Est-ce trop exigu pour toi ? Tu n’as pas besoin d’être si réservé, » déclara Koyuki.

En agissait face aux paroles de Koyuki, Kazuki s’était rapproché d’elle. Leurs deux visages s’approchèrent.

« N-Ne me regarde pas si sérieusement ! » s’écria Koyuki.

« Désolé, cette situation a l’air si rafraîchissante, » déclara Kazuki.

Tout en se sentant un peu nerveux comme on pouvait s’y attendre, il avait éteint la lumière dans la pièce avec la télécommande.

« Mio-oneesan… guili-guili ! » s’écria Lotte.

« Kyaa !? Attends —, qu’est-ce que tu fais ! Aahh… contre-attaque ! » s’écria Mio.

À l’instant où la pièce s’obscurcit, Lotte et Mio commençaient à faire des histoires comme si elles étaient en voyage scolaire.

Cela avait l’air vraiment amusant, mais un homme avait besoin de courage pour se mêler aux jeux de ces filles.

Quand Kazuki pensait cela, Koyuki aussi jetait un coup d’œil dans la direction de ces deux-là en leur prêtant attention.

« … Hiakari-san, moi aussi, je veux m’amuser, » déclara Kazuki.

« S’il te plaît, arrête. Ne dis pas de bêtises et dépêche-toi de dormir, s’il te plaît, » déclara Koyuki.

C’était un bon argument, mais il ne voulait pas entendre de bons arguments un soir comme celui-ci, où l’atmosphère était comme une soirée pyjama.

« Guili-guili ! »

Après s’être perdu dans ses pensées quant à l’endroit où il devrait essayer de la chatouiller, il avait senti que cela serait du harcèlement sexuel s’il le faisait sur son corps, alors il avait chatouillé la longue oreille qui était juste devant ses yeux. Son doigt faisait un aller-retour du bout jusqu’à la base de l’oreille, doucement.

« Hyaa !? » Koyuki avait montré une réaction sensible. « St, stop… yaaann… »

… Le ton de sa voix était étrange. Les oreilles d’elfe sont peut-être un point sensible.

« L’oreille n’est pas bonne… ! Arrête, arrête ça… nnnnnnnn !! » murmura Koyuki.

Le corps de Koyuki frissonnait d’une manière notable, alors Kazuki arrêta sa main dans la panique.

« Donc, désolé, comme prévu, c’est un acte interdit pour un homme de faire guili-guili…, » déclara Kazuki.

« … Pervers ! Stupide ! »

Koyuki le maudissait dans l’obscurité. Il ne pouvait même pas répondre.

« Bon sang… guili-guili, » chuchota Koyuki d’une voix minuscule et chatouilla le côté de Kazuki. Elle était plutôt réservée, plutôt que de chatouiller, c’était plutôt comme une caresse. Kazuki était resté sans voix, surpris.

« … Je voulais juste essayer ça. Dormons maintenant, » Koyuki avait retiré sa main comme si elle disait de ne pas faire ça.

« Mio et Lotte aussi, ne continuez pas à faire du bruit, et dormez vite, » quand Kazuki avait dit cela, le futon de l’autre coté s’était aussi calmé immédiatement.

Le futon était rempli de la chaleur de deux personnes, Kazuki s’endormit rapidement.

— Kazuki et les autres ignoraient complètement que la situation avait déjà commencé à évoluer à grande échelle à cette époque.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés