Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Tome 1

***

Chapitre 1 : L’Épéiste dans la Division Magique

Partie 1

Kanae Hayashizaki était une épéiste connue sous le nom de la “Tempête Féline“.

Alors qu’elle était enfant, elle alla défier de nombreux dojos et les battit sans subir la moindre défaite. Sa queue de cheval était telle la queue d’un chat noir, s’agitant dans l’air alors qu’elle se battait. Les attaques de ses kodachis [1], combinées avec son style à deux lames, frappaient sans interruption et étaient, sans aucun doute, tel un coup de vent frappant avec une infinité d’épées.

Sa forme de combat était donc bien appropriée pour son surnom de la “Tempête Féline”.

Cependant, son visage endormi ressemblait vraiment à celui d’un ange.

Les rideaux étaient actuellement entièrement tirés et la lumière du soleil matinal brillait dans la sombre pièce. Mais même ainsi, elle dormait encore, telle une princesse endormie dans un profond sommeil, et ne montrait aucun signe de vouloir se réveiller. Sa peau était blanche dans la mesure où la lumière avait créé une lueur sur ses joues. Ses longs cheveux noirs, qui étaient normalement attachés, étaient actuellement dans le désordre. Le visage habituel de la sévère escrimeuse était maintenant innocent et détendu.

... Ceci faisait si longtemps depuis qu’il l’avait vu la dernière fois et elle était depuis devenue très mignonne. Kazuki la regardait, fasciné à cette vue.

Non, non, attends. Ce n’était pas le moment de regarder ma petite sœur avec une telle fascination. Se dit Kazuki en se rendant compte de ses actuelles pensées.

« Hey ! Réveille-toi rapidement. Le petit déjeuner est déjà prêt. » (Kazuki)

Kazuki Hayashizaki infusa un geste d’amour en lui secouant les épaules. Mais à ce moment-là――.

« ― Nii-sama [2]. Une ouverture ! » (Kanae)

Les yeux de Kanae, dont il pensait endormie, s’ouvrirent brusquement.

« Quoi !? » (Kazuki)

Les mains et les pieds de Kanae devinrent tels des tentacules et ils l’attrapèrent pour le tirer d’un coup, jusqu’à se retrouver sous la couverture.

Les petites et douces mains et jambes de Kanae s’enroulèrent fermement tout autour du corps de Kazuki. Et en seulement un court laps de temps, elle avait réussi à amener Kazuki sur son lit et l’avait étroitement serré dans ses bras. Puis, Kanae révéla un sourire intrépide.

« Nii-sama, qui était attiré par quelque chose de mignon comme le visage ensommeillé de son Imouto [3], est devenu négligent. Le lit est un champ de bataille pour les hommes et les femmes. Ceci est l’art de l’Hayashizaki-Ryuu, la “Tentation de la Plante Morte, la Stratégie de la Fleur qui attire les Insectes”. » (Kanae)

« ... Ne te contente pas d’inventer au hasard une telle technique ridicule. » (Kazuki)

Kanae frotta alors son visage contre la poitrine de Kazuki tout en batifolant avec lui. Quant à Kazuki, il fut abasourdi par la situation et se contenta de soupirer.

« Les sentiments de Nii-sama, le parfum de Nii-sama. Ceci a vraiment été une longue période. Hier, même si, quand enfin Kanae a finalement eu l’occasion de retourner à la maison, Nii-sama n’a même pas été disposé à dormir avec moi. Ceci devait simplement être parce que tu étais gêné, j’ai donc échafaudé un plan. Comme prévu, tu étais gêné, n’est-ce pas ? » (Kanae)

« Je ne suis pas gêné ! ... Sauf maintenant. Si ceci était arrivé dans le passé, alors cela aurait été correct. Mais en ce moment, nous sommes tous deux des lycéens et il est dégoûtant pour un frère et une sœur d’être ainsi accrochés ensemble. Je t’ai déjà dit de ne pas te coller à moi comme cela ! » (Kazuki)

« Ne traite pas l’amour pur de Kanae entre frère et sœur comme quelque chose de dégoûtant ! » (Kanae)

Kazuki Hayashizaki était un épéiste. — Cependant, le fait qu’elle avait un complexe de frère sévère [4] était vraiment son seul inconvénient.

Bien que Kazuki veuille s’échapper et se débattre, les mains et les jambes de Kanae qui étaient enroulées fermement autour de son corps ne bougeaient pas d’un millimètre. Ses bras et ses jambes dégageaient une pâle lumière bleue.

La raison pour laquelle elle pouvait utiliser un tel niveau de force était, car elle avait renforcé son corps avec de la Magie.

Alors qu’ils faisaient du bruit, la couverture glissa. ― Et c’est seulement alors que Kazuki remarqua un fait effrayant.

« ... Toi, qu’est-ce que tu portes là ? Bien que nous soyons déjà au printemps, que ferions-nous si tu attrapais un rhume. » (Kazuki)

Kanae portait un pyjama où l’on pouvait presque voir sa peau en dessous.

Sa mince taille et ses hanches rondes étaient clairement visibles à travers le tissu translucide.

« Nii-sama, qu’en penses-tu ? Ceci est la Kanae qui a été mise à jour en tant que lycéenne. Comme Kanae n’avait pas vu Nii-sama depuis si longtemps, alors il s’agit aujourd’hui de l’anniversaire où elle voulait montrer son charme féminin à Nii-sama. » (Kanae)

Kanae, dont le visage était devenu rouge, colla encore plus son corps contre Kazuki et se mit à se frotter contre lui. Ses petits seins changeaient lentement de forme alors qu’elle faisait cela.

Le lit est un champ de bataille... Kazuki commença à prendre une profonde respiration ce qui lui permit de se calmer.

« Tu es bien ma mignonne Imouto... Donc, je ne vais en aucun cas avoir du désir envers mon Imouto. Alors, descends de là rapidement. » (Kazuki)

« Hehe ! Tu le dis d’une manière si mignonne. Tu me traites réellement comme une dame mature. Ou plutôt est-ce comme une enfant ? » (Kanae)

« Quelle Kanae mature es-tu, idiote !? Il n’est déjà plus le temps d’être au lit. Alors, lève-toi rapidement. » (Kazuki)

« Kanae est encore endormie. Fu——Fu——♪ » (Kanae)

« ... Pourtant, c’est bien la première fois où je te vois dans ce genre de vêtement de nuit impudique. » (Kazuki)

« Kanae, qui n’est pas retournée à la maison depuis une si longue période est une princesse. Donc, si tu n’utilises pas une méthode appropriée pour réveiller une princesse, alors Kanae ne quittera pas le lit. » (Kanae)

« Quelle est la méthode pour réveiller une princesse ? Peu importe, tu es né et as été éduqué en tant que samouraï. » (Kazuki)

« En parlant de la méthode pour réveiller une princesse, il s’agit bien évidemment d’un baiser. Alors, Nii-sama vient ici. » (Kanae)

« Woahh, ne te rapproche pas ! Ne mets pas ton visage si proche ! » (Kazuki)

Kazuki essaya de nouveau de s’échapper... Cependant, bien sûr, s’il ne devait utiliser que sa force physique, il lui serait impossible de s’échapper aux étreintes renforcées par la magie de sa sœur.

Il était impuissant actuellement, mais Kazuki pouvait lui aussi utiliser la “Magie d’Amélioration Physique sur son propre corps.

Faisant ressortir l’énergie se trouvant en lui à l’aide de son esprit, lui permettant ainsi de faire circuler son Pouvoir Magique à travers tout son corps. Et au même instant, une importante puissance physique jaillit du corps de Kazuki, tout comme l’avait fait Kanae dès son réveil. Et en un instant, il se détacha de l’emprise des mains et des jambes de Kanae et put ainsi quitter le lit.

Si les conditions avaient été les mêmes, alors il n’aurait certainement pas perdu contre son Imouto sur le plan de la force.

« Méchant ! » (Kanae)

« Pourquoi méchant ? Tu es celle qui a utilisé la première, la Magie d’Amélioration, n’est-ce pas ? » (Kazuki)

Une fois que ces mots glaciaux vinrent de Kazuki, Kanae regarda Kazuki en affichant les yeux larmoyants d’un chiot.

« ... Ne fais pas une expression comme si tu étais un petit animal qui vient d’être abandonné. Dans ce cas, je vais te faire sortir de force du lit. » (Kazuki)

Kazuki enroula ses bras autour de la taille de Kanae et doucement, la souleva du lit. Si tel était le cas, il devrait rapidement finir le travail de servir une princesse. L’expression de Kanae s’éclaira soudainement d’un sourire.

« Nii-sama ! Ceci est l’Art Secret Final du Hayashizaki-Ryuu, le “Portée de la Princesse” ! » (Kanae)

« N’invente pas au hasard un tel Art Secret ! Nous, provenant de l’école Hayashizaki-Ryuu, ne disposons pas d’un tel Art Secret Final ! » (Kazuki)

Cette personne ne devait pas dire quelque chose de si louche à propos de notre école.

« C’est énervant ! Nii-sama, vraiment, j’ai les nerfs... Le portée de la princesse est presque comme un rêve... Même si cela a été si difficile de se lever, Nii-sama, à la fin, a dû faire une telle chose comme dans mes rêves... cette situation est-ce qu’on appelle une vision du paradis... » (Kanae)

Kazuki, en manipulant le corps de sa sœur, a fait que Kanae, qui avait une expression rêveuse, s’était tournée sur elle-même.

Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Volume 01 – Chapitre 1 Partie 1 Image 01 Kanae portée par Kazuki

« D’accord, c’est fini. » (Kazuki)

« Si court !? Le sentiment de flotter dans les nuages a seulement duré un moment si éphémère !? Ceci fut bien trop court !! » (Kanae)

« Hey, avant de prendre le petit déjeuner, va te changer ! Cette apparence est scandaleuse. » (Kazuki)

Kazuki plaça Kanae sur le sol. Elle pinça ses lèvres et piqua une crise.

« ... Parce que je suis une princesse, je ne peux pas changer de vêtements par moi-même. Nii-sama, s’il te plaît, aide-moi à me changer. » (Kanae)

« Pourquoi as-tu dit tout d’un coup ces paroles si entêtées ? Est-ce que tu joues encore à être une princesse ? » (Kazuki)

« Parce que, Nii-sama, ne m’as-tu pas déclarer hier soir, que, puisque nous ne nous sommes pas revus depuis si longtemps, tu ferais tout ce que je demanderais, non ? Nous, les épéistes, devons tenir nos promesses ! » (Kanae)

Je ne suis plus un épéiste... Juste au moment où cette phrase était sur le point de sortir de sa bouche, le regard de Kazuki tomba sur le dos de sa main gauche. Dessus, un motif elliptique en forme d’œuf y était imprimé.

Une “Énigma”. Il s’agissait là du symbole provenant d’un autre monde qui avait changé le destin de Kazuki.

« Bien que je l’ai vraiment dit hier, je ne pensais pas que tu ferais des demandes telles que des baisers et de t’aider a changé tes vêtements. Si nous devions faire de telles choses entre frère et sœur, alors ceci ne serait pas une relation normale, mais des actes pervertis. » (Kazuki)

« Quoi qu’il en soit, Nii-sama n’ayant pas de convoitise envers sa Kanae, alors ceci n’est pas un problème non ? ... Où est-ce que Nii-sama ne peut pas s’échapper au charme excitant de Kanae ? » (Kanae)

Kanae révéla des yeux provocateurs et leva les deux mains. Kazuki fut outré par cette phrase.

En raison du défi lancé par son Imouto, il devait répondre à tous ses devoirs en tant que frère.

Utilisant le mental formé en tant qu’épéiste, Kazuki ouvrit le pyjama de Kanae. Ceci lui donna un sentiment identique au fait de peler une mince peau. Une peau blanche comme la neige fut progressivement révélée devant ses yeux. Kanae, *Mojimoji* [5], tortillait pendant ce temps son corps.

« E-Elle a été vue... l’apparence de Kanae ne portant que des sous-vêtements. Je suis actuellement vue par Nii-sama... S’il te plaît, regarde-moi attentivement mes... » (Kanae)

« Pourquoi es-tu si excitée ? Es-tu une perverse ? Je ne vois rien. Je ne vois rien du tout. Et même si je voyais quelque chose, je ne vais pas avoir des pensées perverses envers mon Imouto portant seulement des sous-vêtements... Et où est ton uniforme ? » (Kazuki)

Kanae montra le haut d’une table où un uniforme plié avait été placé dessus.

L’uniforme féminin de la “Division Épée” de l’“Académie Nationale des Chevaliers, Caryatide” était une blouse aux manches étroites dans le style d’un kimono avec une minijupe hakama [6] de style féminin, combinant ainsi dans cette tenue le style japonais et occidental.

Après avoir aidé Kanae à mettre sa tenue, Kazuki fut finalement soulagé et soupira.

« D’accord. Par rapport à ce genre de pyjama, tu es bien mieux avec ce type de vêtements. » (Kazuki)

Il s’agissait là de la vraie épéiste, la “Tempête Féline”.

Ceci dit, tous les sabreurs aimaient à peaufiner leur image ; leurs surnoms ainsi que leurs techniques.

Kazuki avait également eu un surnom autrefois... Mais, ceci était déjà une chose du passé.

« Le genre de Nii-sama, vêtu d’un uniforme flambant neuf, est également très, très convenable ! » (Kanae)

Kazuki était vêtu d’un style différent de celui de l’uniforme de Kanae. Parce qu’il entrait dans une division différente de celle de Kanae.

Il était vêtu d’un blazer, qui était de haute qualité, fabriquée à partir de “Soie Alchimique”.

Une éblouissante broderie contenant un “Système de Gemmes” avait été placée un peu partout sur le tissu. Les parties métalliques des boutons en métal de la ceinture avaient été réalisées par un entrelacement de métal de couleur arc-en-ciel précieuse appelée “Métal Marbré”.

Il s’agissait d’un uniforme masculin qui était infusé généreusement par la véritable essence de l’“Alchimie”.

« Nii-sama avec une telle veste d’intellectuel est vraiment une merveilleuse combinaison. Ceci est le type qui me donne un sentiment de vouloir embrasser Nii-sama. Nii-sama, je t’aime — Haah, Haah. » (Kanae)

« Calme-toi, Kanae. En tant qu’épéiste Hayashizaki, tu ne peux pas te permettre de perdre ton calme... Ne respire pas si irrégulièrement devant ton frère. » (Kazuki)

« Mais, bien que mon apparence portant l’uniforme ait été saluée par Nii-sama, et que cela m’ait rendue heureuse, Kanae espère en outre que Nii-sama soit plus conscient des sous-vêtements sexy que je portais antérieurement. Bien que je sois ton Imouto, ceci l’est seulement de nom... » (Kanae)

« Exactement, parce que tu es mon Imouto de nom, je dois être plus consciente de cela. » (Kazuki)

Kazuki, qui était autrefois un orphelin, était dans une situation où il avait été adopté dans la prestigieuse et ancienne famille d’épéistes — la famille Hayashizaki.

En d’autres termes, Kanae était la fille de cette famille à qui il devait une grande dette.

« Même si c’est seulement un baiser sur les joues, cela serait déjà très bien. Je veux le baiser de Nii-sama. Si triste... » (Kanae)

Kanae révéla une expression comme si elle avait perdu un duel et murmura cela. Elle avait placé ses deux kodachis à sa taille. Elle était déjà habituée depuis longtemps au poids extrêmement lourd de véritables épées. Elle tourna son regard vers le côté de la taille de Kazuki.

« Nii-sama... Bien que cela soit très cool de te regarder porter cet uniforme... Mais, comme prévu, tu n’as pas apporté ton épée ? » (Kanae)

« Comment puis-je l’apporter ? Je ne suis après tout pas un étudiant de la Division Épée. » (Kazuki)

Écoutant la réponse qui ne laissait aucune place pour le débat, Kanae dévisagea la main gauche de Kazuki avec colère.

« Tout ceci, parce que cette putain d’Énigma a soudainement émergé sur la main gauche de Nii-sama ! » (Kanae)

« Il est déjà trop tard pour en parler... j’ai déjà laissé derrière moi les sentiments liés à l’épée. » (Kazuki)

À l’âge de quatorze ans, les personnes, ayant des qualités magiques qui avaient été reconnues par les “Divas”, recevaient une Énigma sur le dos de la main gauche, au moment où leur magie commençait à se développer.

Les personnes qui possédaient une Énigma, devaient obligatoirement entrer dans la Division Magique pour y étudier et étaient donc destinées à former un contrat avec une Diva.

Kanae Hayashizaki était une épéiste. Et Kazuki Hayashizaki — à partir d’aujourd’hui sera un Mage Invocateur.

Notes

  • 1  Le kodachi (小太刀) est un sabre japonais (太刀) de petite taille ().
  • 2  Nii-sama : signifie grand frère, mais le sama indique un profond respect, forme très honorifique.
  • 3  Imouto (ee-mo-oo-toh) est le Romaji japonais de “petite sœur".
  • 4  Brocon, décrit une sœur qui aime réellement son frère.
  • 5  Mojimoji : est l’effet sonore de gigoter.
  • 6  Hakama : Le hakama est un pantalon large plissé, muni d’un dosseret rigide. Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon médiéval, et notamment les samouraïs.

***

Partie 2

Comme la température du matin avait beaucoup baissé, un brouillard printanier était alors apparu à l’extérieur, couvrant toute la région d’un voile blanc.

Comme s’il découpait cette brume, le “Train Léger Magique” générant une lumière bleue se déplaçait dans la rue.

Ce train était le produit de haut niveau de la fusion de la “Magie” et de l’“Alchimie”. Le matériel utilisé pour le châssis du train était le métal nouvellement découvert appelé “Mithril”, créé par l’“Alchimie” et qui avait permis de réduire sensiblement le poids du train.

Et en utilisant la “Pensée Magique” du conducteur, celle-ci agissait en tant que support du Pouvoir Magique, et lui permettait de fonctionner. Et ainsi, même s’il parcourait un réseau urbain très complexe, il était encore possible de le faire avancer avec une vitesse aussi importante que celle du Shinkansen. [1]

Bien que sa puissance lui permettait d’aller jusqu’à 250 km/h avec une accélération de courte durée, il pouvait aussi utiliser les bénédictions de la “Pensée Magique” pour augmenter le poids du train et ainsi réduire rapidement sa vitesse à l’approche des stations. Ceci lui permettait ainsi de ne faire aucun bruit quand il s’arrêtait.

Cependant, la production de la matière appelée “Mithril” était extrêmement complexe, et donc, il s’agissait là d’un produit encore très précieux et coûteux. Ce type de projet de train était seulement un projet expérimental qui avait été limité à l’intérieur de Tokyo.

― Le “Train Léger Magique” venait d’arriver à la station de l’“Académie des Chevaliers”.

Kazuki et Kanae descendirent donc tous deux du train et allèrent sur le quai de la gare.

Parce qu’ils avaient quitté la maison alors qu’il restait encore pas mal de temps avant la cérémonie d’ouverture, le nombre d’autres étudiants de première année était encore extrêmement limité et les lieux étaient donc très calmes. La rue commerçante près de la station était également ainsi. Mis à part un petit magasin ouvert 24 heures sur 24, la plupart des portes d’obturation des magasins n’avaient même pas encore été remontées.

« Nii-sama a vraiment planifié de rentrer dans la “Division Magique” et non pas dans la “Division Épée” ? » (Kanae)

Au cours du chemin entre la gare et l’académie, Kanae demanda malheureusement cela.

« ... À l’heure actuelle, il n’y a rien à dire à ce sujet. Et ce n’est pas quelque chose pour laquelle je devrais hésiter le jour de la cérémonie d’entrée. » Répondit Kazuki.

Depuis que les humains avaient découvert la “Magie”, ce nouveau pouvoir flamboyant, 15 ans s’étaient déjà écoulés.

La cause de tout cela était l’alchimie.

En raison du “Groupe Rosicrucien” qui avait recherché à faire évoluer l’humain ainsi que de l’“Aube Dorée” dirigée par Mathers MacGregor, ainsi que de l’“Ahnenerbe”, l’institut de recherche de l’Allemagne nazie ; ces organisations secrètes, qui avaient hérité de l’“Alchimie” à travers leurs lignes de succession, avaient finalement produit un résultat massif il y a 15 ans.

Le fruit de leurs recherches se trouvait être une grande pierre d’un rouge sang, la “Pierre Philosophale”.

Ceci avait été produit par un mystérieux “Alchimiste”. Une pierre magique produite par l’homme en utilisant une méthode de création inconnue.

En intégrant cette pierre de couleur rouge qui ressemblait à un rubis dans le cerveau humain, le Pouvoir Magique de l’homme se réveillait.

Bien qu’elle soit bien incorporée dans la tête, elle n’était, à vrai dire, pas placée directement dans le cerveau par chirurgie. Juste en plaçant cette incroyable pierre sur le front d’une personne, la partie qui touchait la peau était lentement assimilée et entrait progressivement dans le corps jusqu’à ce qu’elle atteigne le cerveau.

En raison de l’apparition de la “Pierre Philosophale”, l’ordre du monde avait complètement bouleversé.

La “Magie” ne pouvait pas être expliquée par les théories scientifiques.

La “Magie” n’était pas limitée par les théories scientifiques.

La “Magie” appartenait à une dimension supérieure à celle des sciences, ce qui faisait que les règles naturelles étaient totalement ignorées par elle.

Par exemple, lorsqu’un utilisateur de magie utilisait la magie pour couvrir tout son corps, cette couche de magie serait de type “Ignorer” et ceci repoussera n’importe quels phénomènes physiques. Cette “Défense Magique” ne pouvait être détruite que par une “Attaque Magique” ou des objets contenant de la Magie.

L’époque actuelle était ainsi devenue celle de l’“Ère de la Magie et des Épées”.

La police et les forces d’autodéfense s’étaient ainsi transformées en “Chevalier” regroupant des “Épéistes Magiques” et des “Utilisateurs de Magies” ainsi que le summum des utilisateurs de magies, les “Mages Invocateurs”.

Et l’académie japonaise de formation des “Chevaliers” était l’“Académie National des Chevaliers, Caryatid”.

― Laquelle était aussi l’école où Kazuki était sur le point d’entrer pour y étudier.

« Nii-sama, qui m’a inspiré sur la voie de l’épée, va actuellement entrer dans la “Division Magique”... Être obligé d’aller dans un dortoir différent de moi, qui appartient à la “Division Épée”... La “Diva” qui a donné à Nii-sama une “Énigma” est extrêmement détestable... » (Kanae)

L’Académie des Chevaliers était séparée en une “Division Épée” et une “Division Magique” et avait mis en place un système complètement différent entre eux.

Kazuki et Kanae étaient donc séparés et allaient tous deux suivre deux carrières très différentes. Kanae ne pouvait toujours pas accepter ce fait.

« Quel genre de but à ce type, connu sous le nom de “Diva”, pour avoir donnée à une personne, comme moi, ce genre de chose ? » (Kazuki)

Kazuki murmura et leva la main gauche qui avait l’“Énigma” imprimée sur elle.

Les “Divas” étaient les habitantes d’un monde alternatif qui étaient utilisées par l’“Invocation Magique”.

Grâce à la vaste et profonde mer psychologique se trouvant à l’intérieur du cœur d’une personne ― profondément, au centre même de celle-là, il existait une porte qui menait à cet autre monde.

Jusqu’à maintenant, la communauté scientifique ne comprenait toujours pas complètement le “Cœur” et l’“Esprit” d’un être humain. C’était grâce à cette “Porte du Cœur” que le corps pouvait contenir quelque chose qui venait de l’autre monde.

En accédant à ce pouvoir magique, nous étions ainsi capables d’avoir le sentiment suprême d’être relié à cette chose. La génération actuelle de l’humanité était en mesure de le sentir depuis l’arrivée de la “Pierre Philosophale”.

Tous les humains étaient ainsi reliés les uns aux autres à travers ce monde alternatif.

Ce monde alternatif non matériel était nommé “Astrum”.

Dans l’“Astrum”, de grandes quantités de Puissance Magique tourbillonnaient.

À l’intérieur de ces tourbillons de Puissance Magique se cachaient beaucoup de “Consciences possédant une Personnalité”. Elles avaient contacté les humains et quand ils dormaient, elles passèrent par l’Astrum pour communiquer avec eux au moyen des rêves.

Pour former un contrat avec les humains, il existait une magie qui était utilisée de ce côté-ci du monde ― l’“Invocation Magique”.

Ce qui était surprenant, c’était que ceux qui étaient appelés, depuis les profondeurs du monde spirituel, avaient des attitudes et des noms semblables aux “Dieux” et “Démons” des anciennes mythologies.

Ainsi, ils reçurent le nom de “Diva”. [2]

De nombreux pays du monde entier devinrent ainsi des fanatiques religieux envers les “Divas” que leurs pays avaient rencontrées.

Cependant, dans le scepticisme original du Japon, un contrat avec une Diva était essentiellement réglementé comme étant un atout militaire.

En effet, en comparaison avec les utilisateurs normaux de Magies, les “Invocations Magiques” des “Divas” étaient immensément puissantes.

Une partie des Divas avait répondu à l’appel du gouvernement japonais, et avait sélectionné des personnes qui avaient pu s’approprier leur puissance. À ces citoyens japonais, elles leur avaient accordé une “Énigma”.

Actuellement, les possesseurs d’“Énigma” étaient réglementées de manière très stricte par le pays. En procédant à un “Contrat Rituel”, elle devenait un “Stigma” et donnait à son hôte le pouvoir d’“Invocation Magique”.

Ainsi, toute personne ayant une “Énigma” avait l’obligation d’entrer dans la “Division Magique” pour y étudier.

Ainsi ces précieuses “Énigmas” n’étaient pas gaspillées et devenaient une force militaire pour le pays.

Et c’est ainsi que l’“Invocation Magique”, ce pouvoir dangereux, était complètement placée sous le contrôle du pays et de l’académie.

― Et en ce moment, la main de Kazuki arborait-elle aussi une “Énigma”. Ce qui pouvait être interprété comme une “Invitation envoyée par une Diva”.

« Moi aussi, je ne voulais pas devenir un “Mage Invocateur”. Toutefois, s’il vous est accordé une “Énigma”, ceci est équivalent à la perte de la liberté de choisir son avenir. » (Kazuki)

Il n’était pas exagéré de dire que l’“Invocation Magique” était connue comme une puissance héroïque équivalente à des milliers de personnes sur un champ de bataille.

Normalement, après avoir reçu une “Énigma”, absolument personne ne devrait être frustré. Cependant, ceci avait fait au moins un malheureux.

« ... Mais moi, au lieu de devenir un “Mage Invocateur”, je voulais devenir un “Épéiste Magique”. Je voulais rembourser ma gratitude envers mon Keifu-sama (père adoptif), qui a découvert mon talent pour l’épée alors que j’étais un orphelin tout à fait ordinaire. » (Kazuki)

Même s’ils étaient tous deux des Chevaliers, la position d’un “Épéiste Magique” était bien inférieure à celle d’un “Mage Invocateur”.

Bien que les Épéistes étaient spécialisés dans le combat aux corps à corps, à la fin, leur rôle se résumait seulement à être un bouclier de chair qui faisait gagner du temps pour que le “Mage Invocateur” puisse utiliser son “chant d’invocation”.

Cependant, Kazuki avait toujours voulu devenir un épéiste et ainsi remplacer son Keifu-sama, Jinkai Hayashizaki. Faire connaître à toutes les personnes dans le monde la puissance du “Hayashizaki-Ryuu Iai Jutsu” était son plus grand but dans la vie.

Cependant, Otou-sama lui avait dit : « Puisque vous êtes une personne qui a été sélectionnée, ne continuez pas à garder ce genre de rêve en mémoire. Ne laissez pas votre vie être liée par des pensées de gratitude. » (Père adoptif)

Donc il avait décidé d’entrer dans la “Division Magique”. Avec le but de trouver un nouvel objectif.

« Donc, tu dois également accepter cette réalité, » dit Kazuki tout en tapotant la tête de Kanae.

« C’est très bien même si tu ne t’inquiètes pas trop de la gratitude. Mais, maintenant, tu devrais déjà arrêter d’essayer d’être un étranger pour moi. » Déclara Kanae dans une voix insatisfaite, après avoir été tapoté sur la tête.

« Effectivement. Les anciennes techniques d’épée utilisées pour le combat réel, qui ont été transmises de génération en génération au sein de la famille Hayashizaki, ont pour but de laisser le monde connaître la vraie puissance de l’épée. La maîtrise de l’épée a toujours été sous-estimée par rapport à l’“Invocation Magique”. Notre “Épée Magique” ne perdra pas contre les “Divas”. Cependant, pour la mission qui consiste à faire connaître au monde la force de “Hayashizaki-Ryuu”, je suis capable de le faire moi-même ! La reconnaissance de Nii-sama est donc complètement non nécessaire ! Mais ! » Kanae avait déclaré ceci jusqu’à ce point, puis elle commença à faire la moue avant de poursuivre. « Bien que cela soit rendu ainsi, le fait que Nii-sama devienne un “Mage Invocateur”, cela je ne peux toujours pas être d’accord avec ça ! S’il est nécessaire de dire pourquoi, alors c’est simplement parce que le match entre Nii-sama et moi n’a toujours pas pu déterminer un gagnant !! » (Kanae)

« Si c’est à propos du résultat... ne suis-je pas en tête avec 139 victoires et 118 défaites ? » (Kazuki)

« Le match doit continuer jusqu’à ce que je te surprenne ! Jusqu’à ce moment-là, nous devons toujours continuer à nous battre ! » (Kanae)

Lorsque Kazuki avait été adopté par la famille Hayashizaki, Kanae n’avait pas du tout reconnu Kazuki comme étant l’un des membres de la famille.

Et c’était seulement parce que Kazuki avait continué à parfaire ses compétences à l’épée, que cela avait permis à sa propre attitude de permettre de lentement rentrer en conflit avec Kanae au cours de cette période de temps. Et ainsi, Kanae avait inconsciemment commencé à appeler Kazuki "Nii-sama" et après cela, elle avait commencé à flirter avec lui !

Les scores concernant ces 139 victoires, 118 défaites étaient donc l’histoire s’étant déroulée entre ces deux-là.

Kazuki utilisa les deux mains pour pincer les joues boudeuses de Kanae. L’air *Pufu* avait alors fui hors de la bouche de Kanae. Kazuki commença alors à jouer avec ses joues en les tirant dans toutes les directions.

« N-Nii-sama... S’il te plaît, arrête de jouer avec les joues de ton Imouto... » (Kanae)

« Si tu es l’Épéiste la plus forte, alors je vais devenir le plus fort Invocateur. » (Kazuki)

Kanae élargit soudainement ses yeux à la suite de ces mots. Kazuki regarda droit dans les yeux de Kanae, et rajouta. « Donc, à partir de maintenant, nous sommes encore des rivaux. L’“Épée Magique” de Kanae ne doit pas perdre lors du combat face à mon “Invocation Magique”. »

Bien que leurs chemins soient séparés, ils ne perdraient jamais le lien qui les unissait.

« ... Nii-sama doit devenir le plus fort dans la “Division Magique”. Les personnes de la Famille Hayashizaki ne pourraient pas être autre chose que ça. » (Kanae)

Le plus fort, hein. Bien que je ne sache toujours pas quoi faire avec ce genre cette chose... Alors que Kazuki murmura ceci dans son cœur, Kazuki regarda le ciel enveloppé par la brume matinale du printemps.

Notes

  • 1  Shinkansen : est un réseau de lignes de chemin de fer à grande vitesse au Japon.
  • 2  >Dieu =, >Démon =, en combinant les deux, on obtient Diva =神魔.

***

Partie 3

Alors qu’ils marchaient, finalement, la brume du printemps se dispersa et l’académie apparut alors sous un ciel bleu.

Les portes de l’école en pierre se tenaient devant eux. De massifs de fleurs décoraient les deux côtés du chemin comme s’ils s’étendaient directement vers l’avant. En face, on pouvait apercevoir une fontaine carrée.

Sur la gauche de la fontaine carrée se tenaient un manoir construit en brique et une tour pointue. La structure classique de briques produisait le sentiment qu’on se trouvait bien dans une école pour le summum des “Utilisateurs de Magies”, les “Mages Invocateurs”.

En comparaison, sur la droite, des bâtiments de style japonais étaient bâtis en bois et étaient alignés en rangées. Ce côté était sans aucun doute le dortoir des “Épéistes Magiques”.

Cette école qui avait été divisée en deux, en une “Division Magique” et une “Division Épée”, montrait une perspective complètement différente.

Kazuki s’arrêta devant les portes de l’école et rapidement se tourna pour faire face à Kanae.

« Alors c’est ainsi. À partir de maintenant, prenez soin de moi, s’il vous plaît... Senpai. » (Kazuki)

« S’il te plaît, ne sois pas comme cela ! Nii-sama est évidemment mon bien-aimé Nii-sama ! » (Kanae)

« Mais honnêtement... Kanae-neesama est plus âgée que moi et est une Senpai de 2e année de l’école. » (Kazuki)

« K... Kanae-neesama !? » Kanae devint soudainement sans voix.

Kanae, qui traitait et admirait Kazuki en tant que son frère plus âgé était en fait plus vieille que Kazuki. Et cette soi-disant Imouto était plus âgée.

La raison derrière cette étrange relation était assez simple à expliquer. Comme Kazuki était un orphelin, sa date de naissance était inconnue de tous.

Kazuki avait été élevé au sein de la famille Hayashizaki comme s’il était un enfant du même âge que Kanae. Son anniversaire étant également célébré le même jour que l’anniversaire de Kanae. Et parce que la mère de la famille Hayashizaki était morte jeune d’une maladie, Kazuki avait pris les devants et il avait été responsable très tôt des travaux ménagers. Ainsi, la relation entre Kanae et Kazuki était devenue naturellement celle du “grand frère attentionné” et de la “petite sœur paresseuse”.

L’“Énigma” était quelque chose qui apparaît sur les personnes sélectionnées quand elles avaient 14 ans.

Après que le 14e anniversaire de Kanae soit passé, dans la famille Hayashizaki, ils avaient organisé une grande fête, car les deux enfants n’avaient pas reçu d’Énigma. ― Toutefois, l’année d’après, une Énigma était finalement apparue sur la main gauche de Kazuki.

En pensant à cela, il s’agissait là de quelque chose qui semblait impossible.

Kazuki, qui avait toujours pensé qu’il était du même âge que Kanae, avait été extrêmement surpris parce qu’il disait : « J’ai déjà quatorze ans ! » et avec en plus Kanae qui était toujours avec son « Nii-sama Nii-sama » et qui flirtait désespérément avec lui. La révélation qu’il était en réalité moins âgé qu’elle était apparue subitement devant leurs yeux.

« Voilà pourquoi j’ai dit que notre relation ne changera jamais ! Si ceci s’était produit à l’époque où j’étais la plus forte, alors cela serait correct. Mais maintenant, depuis que je suis dépassée et en rajoutant le fait que je sois plus âgée... Moi, ceci me met dans une de ces colères noires ! » (Kanae)

« S’il te plaît, Nee-sama, deviens plus mature. » (Kazuki)

« Ne m’appelle pas Nee-sama ! Kanae est l’Imouto de Nii-sama !! » (Kanae)

« Alors, s’il te plaît, montre-moi donc l’école. Ceci reste quand même la raison pour laquelle nous nous sommes levés tôt, et que nous sommes venus ici en avance. » (Kazuki)

À partir d’aujourd’hui, Kanae serait une étudiante de deuxième année. Et donc elle allait normalement vivre dans le dortoir étudiant de la Division Épée.

Cependant, Kanae avait dit qu’elle allait lui faire visiter l’école avant la cérémonie d’entrée. Et donc, elle était retournée à la maison en utilisant ce prétexte. Et ainsi, ils étaient venus ensemble à l’école.

« S’il te plaît, rassure-toi et laisse-moi faire ! Alors, nous allons immédiatement commencer en visitant la Division Épée de l’école ! » (Kanae)

« Non, il est dans tous les cas préférable de me faire visiter la Division Magique. Je vais après tout étudier là-bas. » (Kazuki)

« Comment ceci peut-il être... ? Tu ne prévois pas maintenant d’aller à la Division Épée. Mais à la place, tu veux toujours aller dans cette Division Magique !? » (Kanae)

« Ne recommence pas la conversation d’avant ! » (Kazuki)

Kazuki tapota sur la tête de Kanae, mais elle révéla heureusement une expression "Hehehe ~ ". Et juste au moment où ils effectuèrent ce spectacle entre frère et sœur.

« Présidente ! Je vous ai finalement trouvé, Présidente ― ! »

De l’autre côté de la porte de l’école, une voix d’un homme se fit entendre.

Un étudiant musclé se plaça en face d’eux. Il s’agissait d’une personne habillée proprement avec les cheveux courts. Il était vêtu de l’uniforme masculin de la Division Épée et portait un Odachi [1] à sa taille.

« Torazou !? Pourquoi es-tu ici ? » (Kanae)

Kanae révéla une expression comme si elle avait remarqué une personne qui ne pouvait pas être traitée facilement.

« Présidente, pourquoi n’avez-vous pas répondu aux messages textes que je vous aie envoyés ? Même si je vous ai appelée, personne n’a répondu ! » (Torazou)

« Ce matin, j’avais le devoir très important de mener une première année jusqu’ici. Alors ne t’ai-je pas dit de n’absolument pas me déranger ? J’avais fait part de cela à tout le Conseil Étudiant quand j’avais soumis ma demande de pouvoir rentrer chez moi ! Bien sûr, j’ai évidemment éteint mon téléphone pour ne pas être importunée ! » (Kanae)

À ce moment-là, cette personne, Torazou tourna son regard vers Kazuki et révéla une expression de "Ah !".

« Bien qu’il soit un homme, il porte quand même un uniforme de la Division Magique. Pourrait-il être cette personne légendaire... ? » (Torazou)

L’incident à propos du corps de Kazuki qui avait reçu une Énigma semblait s’être déjà répandu dans tout le pays comme un potin de premier ordre.

La raison en était simple. Ce qui lui était arrivé ne s’était jamais produit jusqu’à maintenant.

Torazo continua à regarder Kazuki. Il s’agissait là d’une sensation quelque peu inconfortable.

« Hmmmmh, cette personne est mon Nii-sama. Il est super fort ! Ceci est mon frère dont je suis si fière ! » (Kanae)

« Le frère aîné de la présidente ? Même si cette personne ne rentre dans l’école que cette année... ? » (Torazou)

« Bien qu’il soit, un kouhai, il resta toujours mon Nii-sama ! Par rapport à cela, quelle raison as-tu pour venir me chercher ? Je déciderai en fonction de ta réponse si oui ou non je dois te découper ! » (Kanae)

Kanae détacha son fourreau, posa sa main sur la poignée et le menaça. Torazo tressaillit immédiatement à cette menace.

« D-Désolé... À l’intérieur du jardin de l’école, il y a une personne de la Division Magique qui cherche des querelles avec la Division Épée et a donc créé de l’agitation... » (Torazou)

« Une dispute ? Mais Torazou, tu as ignoré la présente agitation et tu m’as spécifiquement recherchée dans ce vaste campus où ma position n’était pas claire ? Pourrais-tu m’expliquer ta raison ? » (Kanae)

« Iori est en train d’attendre sur la scène. Bien que je vous ai appelé sur votre numéro de téléphone, il n’y avait pas de réponse, mais je me suis rappelé avoir entendu dire que vous alliez conduire une première année ici, donc ceci ne me dérangeait pas et j’ai tenté ma chance en venant regarder à l’avant des portes de l’école. » (Torazou)

« La Dame Chance est avec toi. » (Kanae)

Torazo souriait pendant qu’il parlait, mais Kanae réagit à cela avec un « Terrible... » et elle se tint la tête.

« ... Que tu es une personne inutile ! Cesse de compter sur moi à ce point. Peux-tu encore être considéré comme la 3e place du Conseil Étudiant de la Division Épée ? » (Kanae)

« Mais si la présidente ne trouve pas une façon de le résoudre, alors le différend avec la Division Magique ne sera jamais résolu. Seule la présidente est capable de se battre directement contre les personnes de la Division Magique. Et non pas moi, qui suis seulement un petit peu prometteur. » (Torazou)

« C’est cette façon de penser de tenir pour acquis que la Division Magique est plus forte qui est la plus ingrate ! Ces gars, dès qu’ils viennent dans la Division Épée, leurs têtes se remplissent de telles pensées défaitistes !! » (Kanae)

Après que Kanae ait sévèrement grondé Torazo, elle se tourna vers Kazuki et lui révéla une expression morose.

« Alors, Nii-sama... Je suis terriblement désolée... il s’agit là d’une situation d’urgence et donc, je dois m’en occuper. » (Kanae)

« Bien que cela soit regrettable. Mais comme il s’agit là du travail du Conseil des Étudiants, alors on ne peut rien y faire. La situation d’urgence là-bas est plus importante que moi. » (Kazuki)

« En fait, j’ai beaucoup de regret envers toi, Nii-sama ! En compensation, même si je dois échanger ma vie, je vais... ! » (Kanae)

« Ne sois pas trop inquiète à ce sujet. Bonne chance, Senpai ! » (Kazuki)

« Vraiment, maintenant, ne m’appelle plus Senpai ! ... Merde, on ne peut rien y faire ! Allons, Torazou. Que diable est cette expression comme si tu avais vu quelque chose d’étrange ? Arrête de regarder là-bas et hâtons-nous jusqu’à la scène de l’incident ! » (Kanae)

Kanae frappa impitoyablement les fesses de Torazou et ils se précipitèrent vers les lieux du conflit.

« Tout le monde te fait confiance, Kanae. » (Kazuki)

La Présidente du Conseil Étudiant de la Division Épée de l’Académie des Chevaliers. Ceci était l’autre face de Kanae.

L’Académie des Chevaliers croyait en la méritocratie. En d’autres mots, Kanae était actuellement la personne la plus forte dans la Division Épée.

« Puisque Kanae est déjà devenue la Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Épée, je dois aussi viser le président du Conseil des Étudiants de la Division Magique. » (Kazuki)

Avec une sœur remarquable, le frère cadet devait essayer de la suivre même si cela était difficile.

En parlant de cela... Kanae, qui se destinait à montrer le chemin, avait déjà disparu.

« Ce côté-là est probablement la Division Magique. » (Kazuki)

L’école utilisait des fontaines carrées comme points de séparation, et à gauche et à droite de la séparation, se trouvait respectivement la Division Magique et la Division Épée.

Kazuki se dirigea alors vers la Division Magique qui se trouvait sur le côté gauche et remarqua qu’il y avait beaucoup de bâtiments construits à partir de briques qui étaient soigneusement alignées. Bien qu’il était encore tôt, on pouvait quand même voir les silhouettes des étudiantes éparpillées dans la zone.

{ ... Hey, cette personne est le légendaire... C’est celui qui a reçu une Énigma, alors même qu’il est un homme... } (Étudiante A)

{ Hein ! C’est donc lui... Il a l’air plus normal que je m’y attendais. Je l’avais imaginé avec une aura plus sauvage. } (Étudiante B)

{ Est-ce une erreur ? Un épéiste mâle et sauvage a effectivement été mélangé à la Division Magique... ! } (Étudiante C)

Les étudiantes étaient toutes en train de regarder discrètement Kazuki et elles discutaient tranquillement entre elles.

Une Énigma. À l’origine, elle ne serait présente que sur le corps d’une jeune fille à leur quatorzième anniversaire. En effet, la Puissance Magique d’une fille étant naturellement beaucoup plus élevée que celle des garçons.

En plus de cela, Kazuki n’avait pas de Pouvoir Magique qui dépassait le niveau moyen chez les hommes. La raison de pourquoi Kazuki avait obtenu une Énigma était encore un mystère complet. Il se demandait même s’il n’y avait pas quelque chose de faux dans cette situation.

... Et ces Utilisateurs de Magies faisaient bien partie des Chevaliers ?

Alors qu’il marchait, Kazuki remarqua une tension anormale. Cette atmosphère n’était pas seulement due aux étudiantes. Mélangées avec elles, les enseignantes de magie qui portaient leurs “Robes Magiques” aussi appelées “Decorteo Brigieux” et qui appartenaient aussi aux Chevaliers contribuaient beaucoup à cela. En plus de tout ça, beaucoup de Chevaliers non apparentés à l’école étaient présents aujourd’hui.

Comme aujourd’hui, il s’agissait d’un événement qui était important pour les futurs “Mages Invocateurs” du pays, ils avaient expressément envoyé par précaution beaucoup de chevaliers pour assurer la sécurité des lieux.

Vraiment, si l’on réfléchissait bien à ce sujet, il était vraiment arrivé dans un endroit incroyable...

À vrai dire, il n’avait pas confiance en son “Talent en Magie”. Surtout en ce qui concernait sa “Puissance Magique”. Avoir une amélioration de cette puissance était extrêmement rare. Les avantages et les inconvénients étaient surtout déterminés dès la naissance. Pourrait-il compter sur l’effort pour compenser son manque de talent ?

Pourquoi suis-je ici dans un tel endroit ? pensa Kazuki.

Afin d’éviter les regards, Kazuki se dirigea vers un banc dans l’ombre afin de pouvoir en même temps se détendre un peu en attendant la cérémonie.

Cependant, après seulement une courte période de temps sa vision fut soudainement bloquée.

« Devinez qui suis-je ? » (Inconnue)

Une douce voix entra dans ses oreilles. Était-ce une fille qui couvrait ses yeux depuis derrière lui !?

Tout comme une scène dans un manga de romance. Cependant, c’était trop brusque.

« Qui — suis-je ? D’accord, d’accord, dites-le-moi rapidement. Vous ne me reconnaissez pas ? » (Inconnue)

Il s’agissait sans aucun doute possible d’une voix qu’il n’avait jamais entendue auparavant. Dans le même temps, il sentit une douce pression se faire sur son dos. C-Cette sensation était... !

« Même si vous pensez que je le sais, je n’en ai aucune idée... !? » (Kazuki)

« Répondez-moi rapidement ! Si vous ne déterminez pas rapidement qui je suis, je vais devenir une Yandere [2] ! Ce “Devinez ― qui je suis !?” est une question incluse dans une mystérieuse scène ! » (Inconnue)

« Ce “Devinez ― qui je suis !?”, est-ce quelque chose de si effrayant qu’il s’agit là nécessairement un examen moral !? » (Kazuki)

« Rapidement―dit―le moi ! Si vous ne répondez pas immédiatement, le luxueux prix ne sera plus là ! Le prix est actuellement un voyage aux sources chaudes pour deux personnes, si vous répondez correctement, je viendrais bien sûr avec vous ! » (Inconnue)

« Ho ! Il y a même un prix !? Qu’elle est donc cette situation !? » (Kazuki)

La sensation était en effet extrêmement douce. Bien qu’il veuille éviter ça, il ne put éviter d’être gêné par cela et donc Kazuki devint confus.

« 10, 9, 8, 7... Vraiment alors, comme il n’y a aucun signe de vouloir répondre à ma question, tous les chiffres du milieu seront omis, 0 ! On ne peut rien y faire, il est maintenant temps de tuer. Il est correct de me parler tout en me regardant. » (Inconnue)

Les deux mains de la jeune fille s’éloignèrent alors de son visage. Kazuki se retourna alors immédiatement et regarda qui avait été derrière lui.

Ce qui entra dans sa vision fut ― une fille de grande taille affichant une mince silhouette. Bien que sa silhouette soit mince, elle ressemblait à un modèle, et ses seins étaient si énormes qu’ils semblaient avoir été conçus afin de taquiner le cœur des hommes.

Derrière elle, ses longs cheveux lisses flottaient en réaction à la brise du matin.

Coupler avec le paysage de l’académie, elle ressemblait vraiment à un personnage provenant d’une peinture.

Ses yeux brillaient telles des pierres précieuses alors qu’ils regardaient Kazuki.

« ... Qui ? » (Kazuki)

Kazuki murmura cela dans un état second. S’il avait déjà rencontré cette personne, alors il était absolument sûr qu’il ne l’aurait jamais oubliée.

« La bonne réponse est... Ceci est notre première rencontre ! » (Inconnue)

Kazuki, qui fut ainsi déstabilisé, sentit soudainement toutes ses forces disparaître.

« Désolée, ceci est arrivé, car je voulais devenir votre amie, donc on ne peut rien y faire si je vous ai fait cette petite farce. » (Inconnue)

Son visage dévoila un sourire éblouissant, ressemblant à l’épanouissement d’une fleur. Et une fois qu’elle souriait, les fossettes sur son visage furent ainsi révélées.

« C’est la première fois que je vous rencontre. Mon nom est Kaguya Otonashi, le silence, le ciel nocturne brillant [3] — une mystérieuse et belle jeune fille qui est telles une aurore boréale et les constellations dans le ciel. Parce que mes parents voulaient me faire apparaître comme une telle personne, alors ils m’ont donné un nom si troublant. Une jeune fille âgée de 16 ans qui a son visage rempli de larmes à cause de son nom à l’esprit étroit et qui a ainsi été taquinée par toutes les personnes se trouvant autour d’elle. Je suis aussi votre Senpai. » (Kaguya)

Elle posa une main sur un de ses énormes seins et fit ainsi une présentation d’elle-même.

« Uhhhh, mon nom est... » (Kazuki)

« Je le sais déjà ! Vous êtes le petit frère de la Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Épée, Kanae, qui avez reçu une Énigma. Votre nom est Kazuki Hayashizaki, n’est-ce pas !? » (Kaguya)

« Êtes-vous une connaissance de ma sœur aînée ? » (Kazuki)

« Notre relation est très bonne ! Et parce que vous êtes une existence particulière, j’ai aussi un peu enquêté. » (Kaguya)

« ... Particulière, hein ! Même moi, je ne comprends pas pourquoi je suis venu dans un tel endroit. » (Kazuki)

« Quoi qu’il en soit, pouvez-vous devenir mon ami ? Non, s’il vous plaît, soyez mon ami ! » (Kaguya)

Kaguya saisit alors fermement la main de Kazuki et son visage s’approcha de plus près du sien.

Ses yeux, telles des pierres précieuses, émettaient une intense lumière. En raison de la puissance de ce regard, il était sous pression ― et donc, Kazuki ne put pas parler. Mais à la place, il hocha simplement la tête.

« Super ! Je suis votre première amie ! » (Kaguya Otonashi)

Kaguya secoua joyeusement le bras de Kazuki.

« Alors, s’il vous plaît appelez-moi Kaguya, d’accord ? J’espère que vous n’allez pas utiliser d’honorifique avec moi et que vous allez utiliser directement le nom de votre amie. » (Kaguya Otonashi)

« C-C’est un peu... S’il vous plaît, permettez-moi de vous appeler Kaguya-senpai. » (Kazuki)

« Senpai... Senpai, hein. Depuis cette année, je suis devenue une Senpai. Je me sens un peu embarrassée. » (Kaguya)

Le visage de la Senpai était rempli avec un sourire.

Par ailleurs, combien de temps devons-nous nous tenir la main... ? pensa Kazuki.

« D’ailleurs pourquoi êtes-vous dans un tel endroit si éloigné ? Une aventure dans l’école ? » (Kaguya)

Kaguya maintint sa position tout en tenant toujours la main de Kazuki et son visage se rapprocha de nouveau rapidement alors qu’elle lui demanda cela.

Trop près, beaucoup trop prêt, son visage s’était inutilement approché trop près ! On dirait qu’il pouvait même sentir une certaine odeur parfumée !

« Jusqu’à il y a peu de temps, ma sœur aînée me montrait les alentours, mais à cause d’une situation d’urgence, elle fut forcée de partir. Alors, je ne savais pas quoi faire et j’ai fini par traîner ici. » (Kazuki)

« Ahahah ! Je sais ! En tant que remplaçante, je vais vous montrer les environs de cette école ! D’ac―cord, en parlant de la Division Magique, pourquoi ne pas aller en premier à l’attraction la plus célèbre, le “Manoir des Sorcières” ! » (Kaguya)

Kaguya cria « Allons-y ! », puis elle tira Kazuki par la main. Elle était vraiment une personne motivée.

Allons-nous marcher ainsi, tout en nous tenant les mains ? Si un homme et une femme de cet âge faisaient une telle chose... ? analysa Kazuki.

Mais Kaguya ne présentait aucun signe d’être concernée par cela.

Et... je suis un homme qui a consacré sa vie à la formation de la maîtrise de l’épée. Par conséquent, je ne dois pas finir dans le désarroi à cause d’une belle Senpai me tenant la main. Je ne perdrai pas face à cela !

À son tour, Kazuki saisit la main de la fille et à la suite de cela, Kaguya émit un son de "WOW" en réponse.

Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Volume 01 – Chapitre 1 Partie 3 32 Kaguya Otonashi tenant la main de Kazuki

« WOW ! Uwah, j’ai l’expérience de cette sensation pour la première fois de ma vie. La force d’un homme est assez importante. Je me sens comme si j’étais étreinte ! » (Kaguya)

Un cœur calme. En ce moment, je dois maintenir un cœur calme qui est encore plus calme que celui de Gandhi... Se répéta Kazuki, comme pour se convaincre.

Cependant, juste après avoir marché pendant un petit moment, Kazuki ressentit un étrange sentiment. Il s’agissait, sans aucun doute, d’un bruissement dans son “Cœur”.

Bien qu’il n’y avait actuellement pas de vent, l’air fut comme emporté. C’était comme s’il y avait des signes que son être était impliqué dans un tourbillon de confusion.

En tant qu’épéiste, ses sens aiguisés qu’il avait entraînés pendant de longues années d’entraînement étaient actuellement en train de l’informer au sujet de cette situation anormale.

« ... Ceci est... » De l’intérieur de son esprit, Gandhi fut ainsi emporté.

« Ho ? Avez-vous aussi remarqué ? Comme vous êtes vif. Êtes-vous le genre qui s’est spécialisé dans la “Magie de Renforcement de la Perception” ? ... Oui, dans un endroit inconnu, un grand volume de magie est actuellement en mouvement et ceci provoque un “tremblement de monde”. » (Kaguya)

En raison d’une Puissance Magique complètement différente de la normale, le monde qui était soutenu par des lois physiques tremblait.

Oui, la confusion n’était pas dans l’air, mais dans l’espace dans les environs dans le monde, elle-même.

Quelque part dans l’académie, un phénomène magique à grande échelle — une “Magie d’Invocation” était en cours de fonctionnement.

« Allons enquêter sur la situation ! » (Kaguya)

L’expression de Kaguya devint tendue et elle tint encore plus étroitement la main de Kazuki quand elle commença à courir.

Notes

  • 1  Odachi (大太刀?, « longue/fine épée ») est une épée longue du Japon médiéval.
  • 2  Yandere (ヤンデレ?) est un terme japonais utilisé pour définir une personnalité qui est au premier abord affectueuse et tendre, mais qui à un moment devient dérangée, voire psychotique.
  • 3  Kaguya Otonashi =音無輝夜, si vous divisez le nom音無et輝夜. 音無= silencieux, 輝夜= briller dans la nuit.

***

Partie 4

Courant jusqu’à cet endroit, Kazuki se retrouva bientôt dans un jardin à l’anglaise à la périphérie de la Division Magique.

Le lieu était couvert d’une pelouse débordante de verdure, et il était actuellement rempli par des lumières générées par la magie.

Il s’agissait de deux types de lumières colorées, une rouge et une verte, avec deux étudiantes, qui portaient l’uniforme de la Division Magique, et qui étaient actuellement en train d’incanter leurs Magies d’Invocation. Bien que, généralement, la Magie génère une lumière bleue, la Magie d’Invocation était quant à elle, basée sur la Diva qui avait été contractée et donc, elle émettait une lumière d’une couleur différente de la “Magie de Base” qui était toujours bleue.

Avec ces lumières magiques de couleur rouge et verte comme arrière-plan, tous deux virent une silhouette qui était elle aussi présente sur la pelouse et qui ressemblait à une ombre dansante. Comme on ne pouvait pas voir le visage depuis derrière, ils ne pouvaient pas connaître l’identité de cette personne. La silhouette inconnue tenait une petite épée courte japonaise, un Kodachi, dans une de ses mains.

Les deux “Mages Invocateurs” étaient actuellement aux prises avec cet “Épéiste Magique”.

La lumière rouge commença à enfler de plus belle. C’était l’impulsion générée par une Diva qui dépassait l’entendement humain. À l’heure actuelle, le monde était en train de se déformer, quand, soudain...

« Bien trop lente ! » (Épéiste Magique)

Par rapport aux actions des deux Mages Invocateurs, la silhouette de l’épéiste fut bien plus rapide et elle se précipita sur l’une d’elles avant même qu’une invocation puisse être finie.

Quelques fractions de seconde plus tard, une voix put être entendue, provoquant une ondulation, et le son d’une attaque tranchant l’air put clairement être perçu à travers l’air ambiant de la zone. * Byu !*

Au moment où l’épéiste frappa, la lumière rouge en augmentation éclata avant de totalement disparaître.

Même si l’utilisateur de magie avait pu déployer une “Barrière Magique” de couleur bleue juste avant l’impact, celle-ci fut facilement emportée par la puissance de l’impact.

L’épéiste se retourna et elle se mit alors face à l’autre invocatrice.

Cette fois, le visage de l’épéiste fut enfin visible et Kazuki haleta de surprise.

Il s’agissait de Kanae ! ... Depuis le moment où il avait vu le Kodachi, il se demandait si c’était bien elle...

« Je connais ton nom. Ton nom est Andromalius [1]... » (Mage Invocateur B)

La seconde femme magicienne généra une lumière verte en chantant son incantation. Andromalius était le nom de la Diva avec qui elle avait fait un contrat. Son corps entier fut enveloppé par cette lumière―.

« Vous êtes également trop lente ! » (Kanae)

Avec un terrifiant élan, Kanae sauta sur la jeune fille et lui assena une frappe avec son “Épée Magique” avant même que sa Magie d’Invocation ne soit achevée.

La Barrière Magique bleue de cette femme fut également détruite par une seule attaque.

Une telle Barrière Magique n’avait pas autant de puissance qu’une Magie d’Invocation, car elle était une Magie de Base qui utilisait directement la Puissance Magique du mage. Et dès lors, elle était utilisée uniquement en tant que moyen de défense en cas d’urgence. Elle avait donc été forcée de renoncer à son “Chant d’Invocation” et avait dû, à la place, recourir à sa propre Puissance Magique.

Les humains de cette époque, qui avaient réussi à s’éveiller à la magie, devenant ainsi des “Utilisateurs de Magies”, avaient acquis certains pouvoirs. Quand ils étaient conscients du fait qu’ils se trouvaient en danger, ils avaient ainsi le réflexe d’utiliser leur propre Puissance Magique pour se recouvrir le corps afin de pouvoir nier le phénomène qui leur allait porter préjudice et ainsi pouvoir l’éviter totalement. Donc, il était rare pour eux d’être blessés.

La Barrière Magique qui découlait de l’instinct de défense était connue sous le nom de “Défense Magique”.

Toutefois, si elle subissait une attaque qui contenait elle aussi de la magie, cette Barrière Magique allait progressivement être affectée et elle finirait par disparaître.

Une bataille entre les Utilisateurs de Magies était donc toujours liée à la réduction progressive de la Puissance Magique des deux adversaires. La Puissance Magique représentait aussi le pouvoir spirituel de chaque individu.

« Ho, même si elles ne portaient pas leurs “Robes Magiques” ce qui leur aurait permis de “Simplifier leurs Chants”, avoir leurs chants perturbés si facilement n’est pas bien. Si elles veulent faire face à Kanae-chan, alors leur entraînement est très loin d’être suffisant. » Annonça tranquillement Kaguya qui se tenant à côté de Kazuki.

Est-ce que cette jeune fille est une personne possédant une grande puissance !? pensa Kazuki.

Les deux jeunes filles se levèrent et encore une fois, commencèrent de nouveau à chanter.

« Hmph ! Voulez-vous être tranchée par moi mille fois jusqu’à ce que votre Puissance Magique soit totalement vide !? » (Kanae)

Le visage de Kanae révéla un sourire qui était vraiment l’incarnation d’un maniaque du combat et elle dégaina, à ce moment-là, son deuxième Kodachi. Le style à deux épées était le signe que Kanae devenait enfin sérieuse. Et ainsi, elle se jeta à nouveau tel un chat―.

« Arrêtez-vous maintenant ! » (Kaguya)

Kaguya, qui surveillait l’avancement de la situation sur le côté de la scène, lâcha un grand cri.

Les lumières magiques furent ainsi une nouvelle fois interrompues. Kanae arrêta également ses propres actions.

***

« En d’autres termes, ce sont les deux élèves de la Division Magique là-bas... Ogiwara-san et Sato-san qui refusaient de céder la place aux élèves de la Division Épée. Et c’est ce qui a créé un différend entre vous. Et ainsi, les membres du Conseil des Étudiants de la Division Épée sont intervenus en tant que médiateur, n’est-ce pas ? » (Kaguya Otonashi)

Après que la bataille cessa, les trois élèves de la Division Épée qui observaient la situation depuis un endroit loin du combat se rapprochèrent rapidement, les uns après les autres.

Révélant une expression effrayée, Torazou et une autre étudiante qui semblait être aussi dans le Conseil des Étudiants de la Division Épée avaient expliqué la situation à Kaguya.

Kazuki se tenait à côté de Kaguya et suivait attentivement ce qui se déroulait là.

« Ce n’est pas quelque chose d’aussi mignon qu’une médiation ! Tout à coup, cette bonne femme a utilisé son épée et nous a frappés avec ! » L’étudiante de la Division Magique qui avait produit la lumière rouge, rugie alors qu’elle rétorquait cela.

« En premier lieu, n’est-ce pas vous deux, qui avez utilisé la Magie d’Invocation sur des élèves de la Division Épée ? » Demanda Kaguya.

« Il s’agissait seulement d’un léger avertissement. Même s’ils étaient évidemment sur le territoire de la Division Magique, ces personnes ont continué à nous résister. » Rétorqua la même magicienne qui avait parlé juste avant Kaguya.

« Aviez-vous planifié cela seulement comme un avertissement, Sato-san ? » demanda Kaguya à l’étudiante qui s’appelait Sato. On voyait bien que Kaguya avait beaucoup de soupçons vis-à-vis des propos de Sato.

« Vous avez dit que c’était qu’un avertissement ? Ne plaisantez pas. C’était probablement parce que vous vouliez tester la “Magie d’Invocation” que vous veniez d’apprendre et plus précisément, que vous êtes venues ici pour causer des problèmes. En parlant de cela, récemment, les personnes de la Division Magique, tels des criminels, ont utilisé les élèves de la Division Épée comme des sujets expérimentaux et ont causé de graves problèmes. Dans la première période, il y a même des étudiants qui sont tombés inconscients ! » Répliqua Kanae à la suite des propos de Sato.

Inconscients, en d’autres termes, ils avaient subi une puissante Attaque Magique.

Face aux menaces, les Utilisateurs de Magies déployaient instinctivement leur Défense Magique, mais il y avait des limites à ce qu’elle pouvait encaisser.

Lorsque les Utilisateurs de Magies estimaient que leur propre Pouvoir Magique ne pouvait plus protéger leur corps, ils ouvraient la “Porte de leur Cœur” et tentaient de récupérer une grande Puissance Magique provenant de l’“Astrum”.

Grâce à cette méthode, ils gagnaient temporairement une Puissance Magique qui dépassait largement les limites de leur corps. Mais il existait un coût à cela. À la fin, leur conscience sera automatiquement entraînée dans l’Astrum et ils deviendraient inconscients pour une période plus ou moins longue.

Ce phénomène d’inconscience était connu sous le nom de l’“Ivresse magique”. Si les symptômes étaient sévères, leur conscience deviendrait incapable de revenir depuis l’Astrum. Et à ce moment-là, la Porte de leur Cœur serait également endommagée, ce qui rendrait leur esprit instable à tout jamais.

« Des personnes ont subi une Ivresse magique !? Je n’ai pas entendu qu’une telle chose se soit produite... !? » S’exclama Kaguya, très surprise.

« En effet, les enseignants de la Division Magique ont caché ces incidents grâce à la hiérarchie. Les élèves de la Division Épée qui ont souffert à la suite des attaques des Mages Invocateurs, ont été invités à avaler leurs frustrations et ne sont pas autorisés à causer le moindre trouble. C’est seulement récemment que j’ai commencé à saisir la situation. » Déclara Kanae.

« ... Ainsi vous étiez toutes les deux présentes ici, à planifier de faire de telles choses ? » (Kaguya)

« Non ! Nous ne pensions en aucun cas à faire de telles choses ! Vous n’écoutez que ce que la Division Épée a à dire !? Ne sommes-nous pas celle qui avons subi une attaque de ces criminels ! » Répliqua la deuxième invocatrice du nom d’Ogiwara, celle qui avait créé la lumière rouge.

À l’écoute de ce qu’elle disait, il n’y avait pas de tierce partie autre que la Division Épée, et donc, il était impossible de comprendre ce qui était arrivé.

« Tout simplement parce qu’il n’y a aucune preuve, elles ne peuvent pas être traitées comme cela. Et sur la base de ce côté-ci, la seule méthode de punition appropriée est de les frapper jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus rester à cet endroit. Si elles étaient battues par des personnes de la Division Épée, alors elles pourraient apprendre à accepter leurs disgrâces. » (Kanae)

« Kanae-chan, toi aussi, s’il te plaît, n’utilise pas ce type de violence comme solution ! » (Kaguya)

« Ne m’appelez pas Kanae-chan ! N’agissez pas comme si vous étiez amie avec moi ! » (Kanae)

À l’attitude de Kanae envers Kaguya, Kazuki fut un peu surpris.

Bien que Kaguya avait dit qu’elles étaient des amies... il estima que cette atmosphère était très suspecte.

« Même s’il n’y a pas de moyens qui pourraient résoudre directement cette situation, je pense aussi que nous ne devrions pas recourir à la violence pour que la relation entre les deux divisions puisse s’améliorer sur un plus long terme. Si nous ne faisons pas cela, tôt ou tard... » (Kaguya)

Même si Kaguya avait prononcé son discours avec passions, Kanae serra les dents et nia son opinion.

« Ne dites pas de bêtises. Vous pensez vraiment que les élèves de la Division Épée qui ont été traités comme des sujets expérimentaux par les Invocateurs vont l’accepter ? » (Kanae)

Celle qui avait émis une lumière verte, Sato, haussa les épaules avec une expression moqueuse avant de déclarer. « La Division Épée, cette espèce inférieure qui ne sert qu’à frapper. Il est impossible d’améliorer notre relation avec eux. »

En écoutant ses propos, Kaguya la regarda en colère.

Mais avant même qu’elle puisse répondre, Ogiwara rajouta. « En parlant de ça. Votre Division Épée nous est inférieure et vous nous demandez de partir, avec ce genre d’attitude... »

À la suite de cette réplique, Sato n’arrêta pas de répéter « Oui, oui, je le sais. », empêchant ainsi les autres de parler.

« Vous dites que vous voulez que la Division Magique et la Division Épée deviennent amicales ? Bien que je reconnaisse votre force, je ne suis pas d’accord avec votre point de vue. Surtout qu’ici, nous étions évidemment les victimes. » Déclara Sato envers Kaguya.

Puis Sato se tourna rapidement pour partir et Ogiwara fit de même, mais avant cela, Ogiwara lâcha une bombe en prononçant ces paroles. « Mettre “Celles ayant obtenu une Stigma” et ceux de la Division Épée sur un pied d’égalité, tout cela est vraiment trop injuste. »

Kazuki, qui regardait la situation se développer dans le mauvais sens, fronça les sourcils... De toute façon, il avait l’impression que ces personnes étaient vraiment trop arrogantes.

Stigma”. Est-ce vraiment quelque chose de si spécial ?

Mais à ces propos, Kanae ne peut s’empêcher de répliquer, dédaigneusement. « Hmmph ! Quelles incroyables utilisatrices de Stigma ! Mais même si elles étaient toutes les deux contre moi, elles ont pourtant été battues facilement par une simple épéiste, soit disant une espèce inférieure ! »

Et c’est ainsi que Kanae se moqua d’elles et les provoqua. Les deux filles qui étaient en train de partir à ce moment-là pâlirent instantanément, puis retournèrent pour faire face à Kanae.

« C’était... uniquement parce que vous nous avez soudainement attaquées, d’accord ! C’est essentiellement votre manière d’agir de manière sournoise pour pouvoir vaincre les autres ! » (Ogiwara)

« Si ceci avait été basé sous la forme d’un “Duel”, alors nous n’aurions pas eu nos chants si facilement perturbés par vous ! » (Sato)

« Donc, vous dites que les Utilisateurs de Magies du genre gentleman ne peuvent se battre sur un champ de bataille que lorsqu’ils sont entièrement préparés. En parlant de cela, vous les élèves de la Division Magique, même si je vous demandais un duel, vous ne l’accepteriez même pas, n’est-ce pas ? » (Kanae)

« Cela ne nous sert à rien d’accepter. Car quand un élève de la Division Magique gagne contre un élève de la Division Épée, nos rangs n’augmenteront pas ! En d’autres termes, cela ne sert à rien d’écouter ce genre de demandes inutiles, quelle que soit la personne de la Division Épée qui le demande. » (Sato)

Tout en laissant tomber cette phrase, elles quittèrent le jardin.

« ... Je suis vraiment mécontente. Je n’ai pas pu assez me battre jusqu’à ce que j’apprécie vraiment ce combat. » Et ainsi, Kanae murmura quelques mots qui sonnaient dangereusement.

Vers Kanae, qui murmurait cela, l’étudiant masculin de la Division Épée, qui était venu la chercher, baissa la tête vers le sol.

« Présidente. Je suis vraiment désolé. Comme je suis trop faible, je vous ai causé des problèmes. » (Torazou)

Torazou baissa légèrement ses épaules.

« Présidente. Je vais envoyer cette personne impliquée dans l’incident au bureau des enseignants. Et je vais soumettre un rapport sur l’incident et sur la victime. » (Torazou)

« Je pense que c’est futile. Je ne suis intéressé qu’à attraper ceux qui ont causé des dégâts et les mettre au sol après les avoir vaincus. » (Kanae)

« Je suis malade et fatigué de tout cela, vraiment. » Torazou-senpai gémit à la suite de ses mots, puis il s’éloigna avec l’étudiant impliqué.

Il semblerait que la petite fille du Conseil Étudiant l’ait également suivi.

— Alors qu’ils partaient, la tête de Kanae se tourna rapidement vers la direction de Kazuki.

« Nii-sama ~♪ Nii-sama a pris l’initiative de me trouver ! » (Kanae)

Kanae ressemblait à une personne complètement différente et parlait d’une voix douce alors qu’elle se trémoussait. Les yeux de Kaguya s’élargirent à cette vue.

« Nii-sama ? Mais Kazuki-kun n’est-il pas le petit frère de Kanae ? » (Kaguya)

« Bien que physiquement, il est mon petit frère, mais spirituellement, il est mon Nii-sama. » (Kanae)

Après que Kaguya-senpai se gratta la tête en se disant « Je vois, mais je ne comprends pas. » Elle se retourna et fit face à Kanae.

« Parlant de cela, Kanae. Ce type de violence n’est pas autorisé ! Tu devrais plutôt envisager une méthode plus pacifique ! » (Kaguya)

« Quoi, vous êtes toujours là ? Ne me parlez pas de façon si amicale. » (Kanae)

« ... Quoi, vous n’êtes pas tous deux des amis ? » (Kazuki)

« Qui est l’ami de cette personne ? Je dois seulement, en tant que Présidente du Conseil Étudiant de la Division Épée, saluer cette personne... parce que cette personne est la Présidente du Conseil Étudiant de la Division Magique, rien de plus. » (Kanae)

Kazuki fut soudain stupéfait. — En d’autres termes, cette personne avec qui il était venu, était l’utilisatrice la plus puissante de Stigma de la Division Magique !

« Cette fille est l’actuelle Présidente du Conseil Étudiant de la Division Magique "La Faiseuse de Cauchemars", Kaguya Otonashi. » (Kanae)

Kaguya se redressa fièrement le torse.

« Pourquoi Nii-sama est-il avec cette fille ? » (Kanae)

À la question de Kanae, celui qui répondit n’était pas Kazuki, mais Kaguya. « Parce que j’ai remarqué que ce nouvel étudiant marchait en solitaire dans l’école, alors j’ai donc décidé de lui faire visiter l’école. »

« Nii-sama était seul ! Désolée, Nii-sama ! Je n’abandonnerai plus jamais à nouveau mon Nii-sama ! Viens, ignorons cette personne et continuons notre rendez-vous en visitant l’académie. » (Kanae)

Kanae étreignit alors le bras de Kazuki et le tira avec force.

« Ah, attendez une minute. J’étais aussi avec lui juste avant ! » (Kaguya)

Se plaçant elle aussi à côté de Kazuki, Kaguya saisit également son autre bras. Cet ~ ! Qu’est-ce que c’était cette sensation si douce ?

« Nii-sama ! Tout à l’heure, pendant l’instant de l’Unyou, ton expression est devenue tout à coup indécente et détendue ! Qu’est-ce qui t’a rendu si heureux !? Peut-être que c’est les seins de cette vache qui t’ont fait te sentir heureux !? » (Kanae)

L’instant de l’Unyou était une unité de vitesse utilisée par ceux maîtrisant d’Anciens Styles d’Épées. C’était l’instant où l’éclair dans le ciel clignotait. Voilà ce qui était connu sous le nom d’Unyou. En d’autres termes, c’était si rapide que les yeux ne pouvaient pas le percevoir. C’était dans le territoire des Dieux.

« Je n’ai fait aucune expression indécente ! Ce genre de chose n’a jamais perturbé mon cœur ! » (Kazuki)

« Seins ? » Après que Kaguya fut gelée pendant un moment après avoir entendu ce mot, elle remarqua que ses propres seins se pressaient actuellement contre le bras de Kazuki. Alors, elle déclara : « Désolée, vous devez haïr cela » et elle se dépêcha de se séparer de lui. Bien que je n’aie pas vraiment détesté cela...

Kanae semblait également faire face à cette situation, mais dans son cas, elle pressa ses seins contre le bras de Kazuki. Plat !

... Quelle était cette sensation toute plate ressentie juste avant ?

« Pourquoi est-ce quand c’est à mon tour, ce n’est pas indécent, mais plutôt une expression de regret ? » (Kanae)

« Désolé. » (Kazuki)

« Mes seins sont toujours sur le chemin à me gêner. Je veux aussi devenir mince et cool comme Kanae-chan. » (Kaguya)

À ces mots, l’expression de Kanae devint soudainement comme un Asura [2]. C’était le visage d’un épéiste rempli d’intention de meurtre.

« Va mourir ! MEURT RAPIDEMENT, VOUS LA STUPIDE FEMME-VIANDE ! En parlant de cela, Nii-sama et moi-même avons déjà pris rendez-vous, alors ne vous impliquez pas là-dedans sans vergogne ! Partez de votre côté ! Vos seins devraient également tomber en morceaux ! » (Kanae)

« Mais je suis aussi en train de faire visiter à cet enfant notre école ! Et cet enfant est un étudiant de première année dans ma Division Magique ! S’il y avait que toi, Kanae-chan, pour l’accompagner, je ne pense pas qu’il soit possible de lui faire visiter efficacement l’école... Ah, n’est-ce pas ? » tout en déclarant cela, Kaguya frappa ses deux mains ensemble comme pour applaudir. Puis, elle attrapa, encore une fois, la main de Kazuki.

« Cela ne serait-il pas toi, Kanae-chan, qui n’a pas l’intention de t’entendre pacifiquement avec la Division Magique. Et c’est pourquoi cela devrait être toi qui devrais t’éloigner de cet étudiant de première année de la Division Magique ? » (Kaguya)

« Quoi !? » *Buchin !* [3] provenant de la tête de Kanae, on put entendre un bruit similaire au bruit d’un vaisseau sanguin qui éclatait.

« Les étudiants de la Division Magique devraient être dirigés par la Présidente du Conseil Étudiant de la Division Magique. Qu’est-ce que tu en penses, Kazuki-kun ? » (Kaguya)

« Non, même si vous me demandez cela... » (Kazuki)

« Nii-sama... Par rapport à la Division Magique, Nii-sama est une personne plus adaptée à la Division Épée ! Nii-sama et moi-même, nous ne sommes pas dans l’erreur, c’est le monde qui est en fautif ! Diva, idiote !! » (Kanae)

Le corps de Kanae commença à trembler, alors qu’elle activait de la Magie d’Amélioration Physique, puis elle tira violemment la main de Kazuki.

Kazuki, qui faillit tomber en raison de l’élan, avait également activé sa Magie d’Amélioration Physique pour y résister.

« N’utilise pas la Magie ! Nous sommes encore le matin du premier jour de l’école. Alors, n’utilise pas de Puissance Magique. Cela ne sera que du gaspillage ! » (Kanae)

De l’autre côté, Kaguya, aussi agissait « EiiEii » [4] et elle tira aussi sur le bras de Kazuki.

« C’est mon Nii-sama ! C’est mon Nii-sama ! » (Kanae)

« À l’heure actuelle, nous sommes un trio avec une très bonne relation ! Ou est-ce une désillusion de ma part ? » (Kaguya)

Kanae cria et Kaguya commença à s’amuser de cette situation. Mais que s’est-il passé pour que cela devient ainsi ?

... En fin de compte, il semblerait qu’il n’y ait aucun moyen de les laisser lui faire visiter l’école.

Notes

  • 1  Andromalius est un puissant Grand Seigneur des enfers, ayant 36 légions de démons à son service. Il est le 72e Esprit parmi les 72 piliers de Salomon.
  • 2  Asura : Les asuras sont des êtres démoniaques dans la mythologie de l’hindouisme. Ils sont des esprits opposés aux deva (parfois appelés sura) : les divinités hindoues.
  • 3 Est l’effet sonore d’un claquement.
  • 4 えい, Le son de quand on crie quand on utilise sa force physique pour une affaire sérieuse.

***

Partie 5

Sur la Place de la Fontaine, la cérémonie d’admission de la Division Magique commença finalement.

Tout comme dans une école normale, le principal parla au cours de cette cérémonie. Il fut le premier à effectuer son discours et cela fut assez long... Cependant, devant tous les étudiants de première année soigneusement alignée, celle qui arriva après lui sur la plate-forme fut la Présidente du Conseil des Étudiants, Kaguya Otonashi.

Son visage affichait une expression sérieuse qui était comme le jour et la nuit par rapport de celle qu’elle avait précédemment. Elle avait revêtu une robe qui couvrait presque la totalité de son corps.

« ... Le monde est actuellement rongé par les mythes. » Devant le microphone, Kaguya commença son discours avec ces mots.

Comme le point culminant de la Magie pour un être humain était aux alentours de l’âge de 20 ans. Passé ce cap, la quantité de Magie présente dans l’individu se dégradait au fur et à mesure du temps. Sur la base de ce fait, Kaguya était la plus apte en comparaison du principal en ce qui concernait la tâche de prononcer un discours capital lors de cette cérémonie d’entrée.

Bien que les adultes puissent encore enseigner, ils n’étaient plus de puissants Utilisateurs de Magies. Et dans cette académie, la plus forte Utilisatrice de Magie était sans nul doute possible Otonashi Kaguya.

Puis elle continua sa déclaration. « En raison de la Pierre Philosophale apportée par L’“Aube de la Sagesse Toute-Puissante”, le monde fut forcé de changer totalement. La force qui dirigeait dès lors la planète passa de la Science vers la Magie. L’équilibre du pouvoir entre chacun des pays subit alors également d’importants bouleversements. Par ailleurs, des Bêtes Magiques apparurent un peu partout et commencèrent rapidement à attaquer les humains. À l’heure actuelle, notre ère actuelle devient relativement comparable aux Folklores et aux Mythes qui sont largement répandus sur l’ensemble de la Terre. »

Le monde était actuellement rongé par les Mythes. La science et les lois de la physique n’étaient déjà plus une vérité absolue.

Parmi les groupes secrets, Le “Groupe Rosicrucian”, L’“Aube Dorée” et “Ahnenerbe” avaient tous hérité des pensées et de la technologie de celle qui prétendait être l’organisation légitime de l’Alchimiste, “L’Aube de la Sagesse Toute-Puissante”.

L’individu qui avait alors agi en tant que chef était connu sous le nom “Basileus Basileon” [1]. Il s’agissait d’une personne étrange qui, il y a 15 ans, avait publié les résultats concernant la production de la Pierre Philosophe. Puis, afin de se protéger de la menace de la Magie, la Pierre Philosophale fut rapidement importée dans tous les pays à une vitesse vraiment très alarmante.

Et comme l’Aube de la Sagesse Toute-Puissante vendait les Pierres Philosophales à un prix très élevé, ils gouvernèrent par la même occasion le monde entier.

Kaguya continua son discours captivant. « Bien que le Japon a heureusement classé comme étant l’un des “Pays Magiquements Avancés”, si nous devions faire face à l’agression provenant d’autres pays, alors nous ne pourrions pas agir à la légère et encore moins nous asseoir afin de nous relaxer. Les Chevaliers cherchent en tout temps à devenir bien plus forts en matière de puissance offensive. Cette tâche incombe également à nous, qui serons responsables de ses futurs Chevaliers. »

L’Aube de la Sagesse Toute-Puissante avait ainsi pu s’étendre partout dans le monde comme il pouvait contrôler n’importe quoi avec leur puissance écrasante. Cependant, après cela, une lutte interne afin d’acquérir le pouvoir avait alors conduit à la mort de leur chef, Basileus Basileon.

L’Aube de la Sagesse Toute-Puissante qui s’était jusqu’à maintenant étendue partout dans le monde, perdit dès lors leur unité, et elle se désagrégea en quelques jours. Le gouvernement des différents pays avait donc immédiatement essayé de saisir cette occasion favorable et ils avaient ainsi absorbé l’héritage de l’Aube de la Sagesse Toute-Puissante.

Après cela, les sept nations possédant la plupart des Utilisateurs de Magie, ce qui signifiait qu’ils avaient acheté précédemment la quasi-totalité des stocks de Pierre Philosophale, étaient devenues connues sous le nom des “Sept Pays Magiquements Avancés”, et c’était eux qui avaient ainsi hérité des positions dominantes dans le monde actuel.

Cependant, le corps de Basileus Basileon ne fut jamais retrouvé.

Elle poursuivit. « Tout comme tout le monde ici présent le sait déjà, nous, le Japon, avons établi un lien avec les “72 Piliers du Roi Salomon”. Cependant, les six autres pays avancés ont tissé des relations avec des “Divas Très Différentes”. L’écart de puissance entre les sept nations est à l’heure actuelle faible. Bien qu’actuellement en apparence, nous sommes en temps de paix. Nous ne savons pas quel sera le Pays Magiquement Avancé qui déclenchera la “Bataille des Mythes”. Ceci ne serait pas bizarre si cela se produisait dans peu de temps. »

Les sept Pays Magiquements Avancés, le Japon, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, la Russie et la Chine. Les Chevaliers de chaque pays avaient hérité des vestiges de l’Aube de la Sagesse Toute-Puissante et avaient ainsi gagné le soutien de Divas provenant de Mythologies totalement différente.

Mais les autres pays étaient très différents du Japon. Ils avaient obtenu le pouvoir de Divas par la “Foi”.

On ne savait pas quand les Divas pourraient briser cet équilibre, faisant en sorte que les sept nations soient toutes en danger. Il s’agissait de la vérité absolue concernant cette paix éphémère.

La suite du discours déclarée par la Présidente du Conseil des Étudiants fut cela. « Non seulement à l’étranger, mais aussi dans le pays, il existe la menace des “Utilisateurs Illégaux de Magies” qui abusent de la Magie afin de perpétrer des crimes. Ils furent tentés par des Divas maléfiques, qui possèdent de très mauvaises intentions, et ont formé un “Contrat Illégal” avec elles, permettant à ce pouvoir de se libérer de manière incontrôlable. Par la même occasion, les Chevaliers sont également une organisation policière. Donc nous sont obligés de gérer ces Utilisateurs Illégaux de Magies. »

Une Diva qui possédait de mauvaises intentions envers l’humanité contaminerait automatiquement l’esprit de l’homme en tant que rémunération pour avoir offert leur pouvoir.

Et comme ce genre de choses étaient extrêmement risquées, au Japon, tous les contrats de Diva en dehors des 72 Piliers du Roi Salomon étaient strictement prohibés.

Par le passé, les Utilisateurs Illégaux de Magies avaient ravagé de fond en comble Tokyo, la laissant presque totalement en ruines.

« De plus, des brèches sont apparues dans notre monde et de la Magie provenant de l’Astrum fuit ici, produisant ainsi des “Bêtes Magiques” ainsi que des “Esprits”. Ce phénomène connu de tous sous le nom de “Cancer” est ainsi présent un peu partout sur Terre. Dans les zones où un grand nombre de Bêtes Magiques résident, elles contaminent automatiquement les lieux par la présence de leurs Puissances Magiques. Ces zones sont connues sous le nom de “Terre Magique”. Elles permettent à un nombre plus important de Bêtes Magiques d’apparaître grâce au phénomène du Cancer. Neutraliser ces Cancers est également une tâche vitale qui a été confiée aux Chevaliers. »

Accompagnant la mort de Basileus Basileon, la méthode de production de la Pierre Philosophale fut perdue.

Cependant, dans le monde, la quantité d’Utilisateurs de Magies n’avait cessé d’augmenter. Comme si cela avait été un déclencheur, un grand nombre d’Utilisateurs de Magies s’éveillèrent naturellement, et cela sans avoir besoin de recourir à la Pierre.

Dans les pays connus sous le nom de Pays Magiquements Avancés, fondamentalement, tous leurs citoyens étaient devenus des Utilisateurs de Magies.

Cependant, à mesure que la quantité d’Utilisateurs de Magies augmentait, le phénomène connu sous le nom de Cancer augmenta également en proportion. Et lorsque la quantité de Bêtes Magiques augmentait, les zones étaient dès lors contaminées, se transformant peu à peu en Terre Magique.

La Magie produisait encore plus de Magie. C’était pour cela qu’on disait que le monde était actuellement rongé lentement par la Magie.

Les humains commenceraient parfois même à oublier l’“Époque où la science était présente partout dans le monde”.

Mais avec le fait qu’ils avaient obtenu la Pierre Philosophale, est-ce vraiment une évolution qui devrait être accueillie par l’humanité... ?

« Des invasions faites par des pays étrangers, les Utilisateurs Illégaux de Magies, les Cancers... Ce sont les trois grandes menaces qui sont aux centres des missions des Chevaliers. Cependant, vous n’avez pas à avoir peur. Parce que nous, les personnes présentes en ce lieu, avons le pouvoir de vaincre ces menaces. Tout le monde ici devrait être fier d’eux-mêmes. Tout le monde ici a ainsi été sélectionné par les 72 Piliers du Roi Salomon. En tant que les “Chevaliers” et les “Héros” dans ce nouveau monde, nous sommes les fières d’être des cadets. »

Les 72 Piliers du Roi Salomon. Dans le passé, ils avaient obéi au roi Salomon et l’avaient aidé à établir le Pays d’Israël. Les Démons de ce genre de Mythologie étaient bel et bien des Démons, mais ils avaient aidé les humains de temps en temps. Ils étaient des Divas qui avaient vraiment des relations amicales avec le Japon.

« J’espère que tout le monde pourra parfaire dans cette académie ses capacités ainsi que la force extrêmement puissante connue sous le nom de Magie d’Invocation tout en ayant l’esprit d’un Chevalier et un fort sentiment d’honneur. Avec un grand pouvoir viennent aussi de grandes responsabilités... Même si nous vous le disons maintenant à vous tous qui étiez encore il y a peu des collégiens tout à fait ordinaires, vous ne devez pas encore réaliser ce sentiment en vous... » Après avoir fini brutalement son discours, Kaguya commença alors à chanter une incantation.

« Je connais votre nom... Votre nom est Asmodeus [2]... Votre pouvoir est le désir omnipotent. Respectez le contrat, respectez mes ordres et démontrez-moi votre pouvoir ! » Kaguya finissait ainsi son chant incantatoire qui permettait ainsi à son esprit de se connecter avec l’Astrum. Juste à côté de Kaguya, une grande quantité de lumière apparut et cette lumière se mit à trembler et à se tordre. L’intérieur de sa robe libéra alors une couleur pourpre... Il s’agissait d’une Magie d’Invocation !

Puis, quelques instants plus tard, la lumière devint une forme inhabituelle qui ne permettait pas de savoir s’il s’agissait d’un humain ou d’une Bête Magique.

Pour résumer en un mot, ce que Kaguya avait convoqué était une “Sorcière”. Son corps entier était couvert par des vêtements noirs. Sur sa tête, une corne tordue était présente et sur ses épaules étaient placé un crâne de vache et un d’agneau. C’était vraiment une sorcière inhabituelle.

« Hehe, Présidente du Conseil des Étudiants. Tu m’as vraiment appelé afin que j’effectue ce genre d’acrobaties, que c’est étonnant, ma jolie Kaguya. Ce n’est rien ! En nous basant sur notre accord, je t’aiderais cette fois-ci encore. »

Elle était l’un des Piliers des 72 Piliers Démoniaques de Salomon, Asmodeus. En même temps, il s’agissait d’une existence avec Lucifer, Beelzebub et d’autres qui étaient du même rang et qui étaient les “Sept Grands Rois des Enfers” qui contrôlaient les “Sept Péchés Capitaux”.

Était-ce donc la Diva qui avait fait un contrat avec la Présidente du Conseil des Étudiants qui était aussi la plus forte de l’école ?

Puis, depuis une zone plus lointaine, un bruit de *gishigishi*, *gishigishi* [3] pus être entendu.

Ce qui créait ce son de *gishigishi* était un chariot transportant une cage. C’était vraiment tout comme une énorme cage pouvant être trouvée dans des zoos et qui aurait été placée sur des roues. Une étudiante imposante était chargée de le transporter jusqu’ici.

Les étudiantes à côté de Kazuki regardèrent toute la chose se trouvant à l’intérieur de la cage et elles firent immédiatement un “Hein !” d’une voix quelque peu effrayée.

Dans la cage se trouvait l’énorme corps d’un “Dragon” qui ne semblait guère heureux. Des lignes de lumière dorées attachaient les membres du dragon, lui privant ainsi de sa liberté. Il s’agissait probablement d’une Magie d’Entraves.

Le soi-disant dragon était un type de Bête Magique bien connu. Les Bêtes Magiques qui apparaissaient depuis l’Astrum avaient toutes des apparences fantastiques qui semblaient tout droit sorties des mythes. Et dès lors, elles s’en prenaient aux humains.

C’était différent de l’instinct d’une bête sauvage qui attaquait d’autres animaux pour obtenir sa nourriture. Pour eux, ce n’était pas lié au fait de savoir si la Bête Magique avait faim ou pas. Par rapport à tous leurs autres désirs, ils accorderaient la priorité à l’acte de tuer les êtres humains. Les Bêtes Magiques ne faisaient pas partie de l’écosystème naturel du monde, et elles étaient évidemment un ennemi de l’humanité.

Et elles n’existaient que pour contaminer les terres et inviter de nouvelles Bêtes Magiques à venir depuis l’Astrum. Ce n’était nullement quelque chose qu’il fallait laisser vivre pour ensuite les utiliser pour les acrobaties pour nous divertir.

La cage fut déplacée jusqu’à arriver en face des étudiants de première année. Il y avait probablement une distance de dix mètres entre nous et la cage quand elle fut arrêtée.

L’étudiante qui venait d’achever la livraison marcha sur la plate-forme avant de se placer à côté de Kaguya. Elle était probablement l’une des membres du Conseil des Étudiants de la Division Magique.

« ... Oh ! Entraves de la constellation, permet à nouveau le recommencement de la journée... Que les Étoiles qui bloquent l’arrivée du jour disparaissent. »

Le microphone permit d’entendre bien que faiblement les paroles du court sortilège qui venait d’être utilisé. Et c’est alors que les lignes de lumière dorées qui entravaient le corps du dragon semblèrent rapidement se dissoudre dans l’air et avant de totalement disparaître.

Les Entraves Magiques venaient d’être retirées... Qu’a-t-elle prévu de faire maintenant !?

Et c’est alors que Kaguya déclara. « ... Même si vous ne ressentez pas encore réellement ce sentiment, si nous ne vous permettons pas de le comprendre, alors cela sera très gênant... » Elle venait de déclarer cela sur un ton si calme tout en continuant son discours.

Tout d’abord, le dragon sembla confirmer ce qui venait d’arriver à son corps avant de tourner sa tête un peu partout. Quand ses yeux reflétèrent la grande quantité d’êtres humains présents ici, il voulut uniquement les attaquer. Et tout comme si cela venait de faire exploser sa rage, il brisa violemment les barreaux d’acier de la cage.

*Crack* ! La porte de la cage fut ouverte. Les charnières n’étaient même plus à leur place d’origine !

« GUOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !! »

Le rugissement féroce fit frémir l’air ambiant ce qui fit immédiatement trembler tous les élèves assemblés ici.

Avec un éclat de couleur verte que seuls les reptiles possédaient sur leur corps, il se précipita hors de sa cage. Sur son dos étaient présentes des ailes possédant de nombreuses sections, semblables à celles des chauves-souris, mais d’une taille considérablement plus grande. Le dragon avec son énorme corps qui devait atteindre probablement les cinq mètres de longueur fonça telle une balle — directement sur les étudiants de première année.

Au même instant, détectant instantanément un puissant flux magique, Kazuki, toujours calme, tourna son regard vers Kaguya qui se tenait encore sur la plate-forme.

— Une grande quantité de lumière violette, assez éblouissante pour brûler la rétine de Kazuki brillait en ce moment.

« Que la pensée qui brûle ma poitrine dépeint ce monde tel un enfer sur terre... ! »

Comparable au moment dans le jardin, une énorme quantité de Magie tournoyait de là tel un tourbillon. Les longs cheveux et la robe de la jeune fille se balançaient dans les vents, les soulevant par la même occasion.

« GUOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !! »

Le dragon ouvrit son énorme bouche qui possédait de nombreuses dents acérées alors qu’il semblait qu’il était sur le point d’atteindre les étudiants les plus proches !

À ce moment-là, le chant d’incantation de Kaguya prit fin.

« Tu es un Roi-Démon aux désirs diaboliques ! Toi, l’incarnation de l’obsession qui provoque les tragédies laisse ton souhait longtemps chéri... faire souffrir le monde entier ! — Les Flammes des Pensées de l’Enfer ! (Guernica) »

« Hehehehe! » Depuis les têtes de vache et d’agneau se trouvant sur les épaules d’Asmodeus qui s’étaient par la même occasion comme étirées, tout comme des vomissements, un flot de longues flammes jaillissaient de là.

Le dragon fut rapidement entouré de flammes avant qu’il ne se torde dans l’air et cela devant les étudiants les plus avancés, à un endroit qui n’était pas si loin devant eux.

Les Flammes de l’Enfer, elles se révélèrent être d’une couleur noir-rouge tout comme le sang. Tout comme des tentacules, elles continuèrent à s’entrecroiser et à l’envelopper complètement. Les écailles qui étaient jusque là solides comme de l’acier fondirent progressivement en liquide tel du sucre liquide.

... Qu’est-ce que c’est ? Non — il y a un monde de différence d’avec un effet causé par une très haute température.

Les Flammes de l’Enfer firent fondre la tête et les os du dragon, le rendant finalement en un amas informe avant que cela même ne se soit complètement évaporé.

Et ainsi, en un court laps de temps, le corps du dragon disparu totalement. Même les dernières refentes de son corps avaient très rapidement disparu.

« Hehehe. Quand tu auras besoin de moi la prochaine fois, n’hésite pas à m’appeler, ma mignonne Kaguya... »

Asmodeus se transforma ensuite en particules de lumière avant de disparaître.

« Ceci est la Magie d’Invocation. Le pouvoir que chacun d’entre vous possédera très bientôt. » Puis, tout en regardant les étudiants de première année, Kaguya continua à parler. Il s’agissait bien là d’une scène au-delà des lois de la science.

Provocant à ce que cette existence même soit comme rejeter, la couvrant avant de l’éliminer, tel était le pouvoir de ses flammes d’un noir rougeâtre.

En fin de compte, le transport de ce dragon n’avait été qu’un spectacle organisé afin de démontrer le pouvoir de la Magie d’Invocation.

Bien que la Magie d’Invocation soit quelque chose que tout le monde avait pu voir à la télévision... Était-ce, car Kaguya était tellement impressionnante, ou était-ce, car cette scène à couper le souffle venait d’être ainsi montrée devant ses propres yeux ? Quoi qu’il en soit, tous les étudiants de première année avaient retenu leurs souffles au cours de ces événements.

« Mais vous devez vous demander constamment ceci. “À quoi servira ce pouvoir ?”. Ce pouvoir ne doit être manié que par des personnes honorables qui croient sincèrement à la justice, et cela du plus profond de leur cœur. Un grand honneur, des responsabilités et une conscience de tout cela... Permettez-moi d’utiliser ces mots-là afin de vous donner un dernier cadeau à vous tous présent ici. »

Le son des applaudissements retentit soudainement. Parce qu’ils seraient en mesure d’obtenir un tel pouvoir, les étudiants de première année devinrent tous fougueux.

Cependant, Kazuki était déjà conscient. Conscient de — son propre néant.

Il ne l’avait jamais eu le désir d’obtenir un tel pouvoir. Et soudain, faire acquérir en un jour un tel pouvoir implacable dans une personne tel que lui — quelle chose terrible était-ce ?

Je voulais uniquement rembourser la dette à la famille qui m’avait adopté en devenant un épéiste, et seulement cela.

« En d’autres termes, vous êtes une personne qui n’êtes pas satisfaite d’être seulement un épéiste Hayashizaki. Ne devenez pas une personne si limitée. Il n’est pas nécessaire que vous soyez limité par cette gratitude au cours de votre vie entière. »

Cependant, je n’avais pas en tête des choses telles que la justice ou de la paix, ces genres d’idées bien trop vagues...

Je veux seulement être loué par vous, mon père et Kanae, c’est tout...

Comme s’il était terrifié par le pressentiment d’un terrible destin, le regard de Kazuki tomba sur sa main gauche.

– Qui a bien pu donner à quelqu’un d’insignifiant moi une Énigma... ?

Notes

  • 1 Basileus Basileon : Ce terme est directement traduit de Roi des Rois, ou dans sa version originelle en Greek : Βασιλεύς Βασιλέων. La devise de la dernière dynastie de l’Empire byzantin était : ‘ Βασιλεύς Βασιλέων Βασιλεύων Βασιλεύσιν’ ce qui donne Le Roi des Rois qui gouverne les autres Rois.
  • 2 Asmodeus est le 32e Démon des 72 Piliers du Roi Salomon
  • 3 Gishigishi : Le bruit d’un bruissement.

***

Chapitre 2 : Le Manoir des Sorcières

Partie 1

Le nombre de personnes qui obtenait chaque année une "Enigma" était un nombre constant de 144.

Bien qu’il y ait quand même quelques filles qui avaient pu éviter l’obligation d’entrer dans l’école, l’essentiel de toutes ces personnes se trouvant à l’intérieur du pays était entièrement réuni ici, afin de devenir des étudiants de première année de la Division Magique. Il s’agissait d’une obligation pour toutes les personnes ayant obtenu une Énigma.

Dans la Division Magique, ces 144 personnes étaient placées toute la même année scolaire et étaient divisées en trois classes avec un total de 48 personnes par classe.

Après la fin de la cérémonie d’entrée, les informations concernant la mise en place des classes avaient été révélées à tous. Kazuki avait été affecté à la 2e classe de 1re année.

La disposition des sièges en classe était fondée selon l’ordre alphabétique de leur nom. Conformément à son nom de famille, Hayashizaki, le siège de Kazuki était directement placé au centre de la salle de classe.

Juste au moment où il vint s’asseoir sur son siège, Kazuki fut submergé par tous les regards focalisés sur lui ainsi que des chuchotements provenant de toutes les directions.

De la curiosité, du rejet ainsi que d’autres sentiments frappèrent soudainement Kazuki.

Cependant, comme il n’avait nulle part où fuir, il ne put trouver de meilleure méthode que de faire face à tous ces regards avec indifférence.

« Bonjour, vous, la classe de déchets ! Ravi de vous rencontrer ! » (femme)

En même temps que ces actes se produisaient, une voix arrogante retentit dans la classe. La porte s’était ouverte violemment et une jeune fille blonde apparut alors devant eux.

Kazuki ne pouvait pas croire ce que ses propres yeux lui indiquaient et tout le monde se trouvant dans la salle de classe était en émoi.

Celle qui venait d’entrer était une fillette affichant une hauteur d’environ 140 cm, et portant un costume. En la comparant à l’image du mot "Maître Femme", elle ressemblait plus à un petit corps tel celui d’un teckel miniature.

Ce visage ! Peu importe qui elle était, elle ressemblait vraiment à une élève du primaire. Cependant, comme s’il s’agissait d’une farce, cet enfant vint rapidement s’installer devant le tableau noir avant de s’asseoir sur la chaise spécialement prévue pour l’enseignante.

Ses yeux acérés qui avaient alors observé toute la classe étaient verts. Ses jambes étaient elles aussi extrêmement minces.

« ... Wahh, si mignonne ! » (étudiante A)

« On dirait vraiment une poupée ! » (étudiante B)

Dans la classe, des voix surexcitées firent écho d’un peu partout.

« Hé ! Qui était celui qui vient de dire Mignonne !? Et levez-vous devant moi !! » (jeune femme blonde)

Tout en disant ça, elle frappa sur le dessus du podium. Avec une voix claire et forte, elle émit ensuite ce qui ressemblait plus à un rugissement.

« ... Mon nom est Liz Liza Westwood. Je suis né dans le berceau de la magie, l’Angleterre. Alors, écoutez-moi tous ! Je suis ici pour transformer des déchets tels que vous en des chevaliers indépendants. Vous devriez vous sentir honoré de cela ! » (Liz Liza)

Est-ce que cette personne est vraiment l’enseignante de cette classe... ! Non ! Peut-être qu’une personne qui est capable d’être là en tant que professeur à l’Académie des Chevaliers ne doit pas être jugée à partir de son apparence.

« Bien que je puisse vous sembler jeune, ceci est dû à un certain accident à la suite duquel ma croissance fut ralentie. Bien que je sois déjà à la retraite, j’ai l’expérience pratique appropriée pour être votre enseignante. Ne tentez donc jamais de me regarder de haut. Et quoi qu’il en soit, dans cette classe... Pfff ! Qu’est-ce que cette classe est gênante ! » (Liz Liza)

Liz Liza fit alors violemment claquer ses lèvres alors que son regard était resté sur Kazuki.

« Avant que les choses ne deviennent gênantes, je dois vous dire à tous cela. Voilà une existence qui n’est même pas digne de votre attention. Et plus que tout, il s’agit là d’un simple déchet de Rang E. Nous, le personnel enseignant, n’avons donc aucune attente concernant cette personne. Alors, ne vous trompez pas à son sujet. » (Liz Liza)

Après avoir entendu que l’élève de sexe masculin qui était le centre d’attention actuelle de tout le monde, n’était qu’un Rang E, la salle de classe devint soudainement encore plus bruyante.

Cette phrase était remplie avec une intention provocatrice. Elle avait fait que Kazuki se sentait mécontent de ces paroles et il ne put s’empêcher de réfuter contre ce petit professeur.

« Je n’ai rien mal compris du tout... Et, je ne prévois pas rester un Rang E bien longtemps. » (Kazuki)

Ce soi-disant Rang E n’était que le résultat des examens qu’il avait effectués avant d’entrer dans l’école.

Les étudiants de première année de la Division étaient obligés de tester la quantité de Puissance Magique qu’ils avaient ainsi que de procéder à divers tests réels en Magie Classique.

La Magie Classique qui utilisait sa propre Puissance Magique était divisée en 5 catégories. La "Magie Psychokinétique", La "Magie Pyrokinésique", la "Magie d’Amélioration Physique", la "Magie de Renforcement de la Perception" et la "Magie Télépathique".

Cependant, Kazuki, qui avait toujours eu pour objectif d’être un épéiste, avait seulement entraîné la Magie d’Amélioration Physique et la Magie de Renforcement de la Perception. Et au contraire de lui, il était à l’heure actuelle entouré par des élites, qui étaient nées avec une vaste Puissance Magique et qui avaient toujours eu pour objectif d’être des Utilisateurs Magiques de Stigma.

Ainsi, Kazuki avait obtenu le Rang E, le pire des rangs.

« Il s’agit là d’une bonne réponse. Il semble que lui-même comprend clairement sa propre situation. Le reste d’entre vous ne devrait pas non crier d’excitation parce qu’il y a une personne spéciale, un homme... Parce que chacune d’entre vous n’est toujours pas assez indépendante. Vous n’avez pas assez de temps libre pour sous-estimer les autres. Tout le monde devrait uniquement se concentrer sur l’objectif de s’améliorer Soit-Même ! » (Liz Liza)

Bien que son ton était faible, on dirait qu’elle était une personne qui ne voulait pas que Kazuki soit ridiculisé.

« ... Et aussi, dans notre classe, en dehors de cet unique Rang E présent cette année, nous avons également les deux seuls Rangs A présents à ce niveau. Ont-ils jeté ensemble les étudiants de haut niveau ainsi que le plus mauvais étudiant pour être avec une enseignante compétente ? Pfff, ceci est vraiment la pire des classes. » (Liz Liza)

« Oui ! Je suis l’une des rang A, Mio Amasaki ! » (Mio)

L’étudiante, qui était la numéro une dans l’ordre de la classe, se leva brusquement, provoquant un important bruit de crissement de chaise.

Bien que Kazuki ne puisse voir que le dos de son siège, il pouvait quand même voir les doubles couettes de couleur miel qui suivait les mouvements de sa tête.

« En tant que fille d’une noble famille de magiciens, la famille Amasaki, j’ai l’objectif de devenir la plus forte Utilisatrice de Magie — autrement dit, la Présidente du Conseil des Étudiants ! Je ne perdrais pas et cela quelle que soit la personne qui se trouvera face à moi ! Alors, pour tout le monde ici présent, s’il vous plaît, prenez soin de moi ! » (Mio)

« ... Je n’ai pas demandé de vous présenter. Alors, asseyez-vous, vous le déchet égocentrique ! » (Liz Liza)

Après que Liz Liza termina en disant ça à Mio qui était surprise, Mio s’était docilement assise.

rang A. Cette phrase avait fait le tour de la salle de classe, la faisant redevenir bruyante.

« Cette année, il y a seulement deux Rangs A, mais les deux sont en fait dans cette classe, comme c’est incroyable ! » (étudiante A)

« Qui est l’autre rang A ? » (étudiante B)

« Professeur, qui est l’autre rang A ? » (étudiante C)

Juste au moment où une étudiante, qui avait courageusement levé la main pour demander, apparut, un soupir vint de derrière Kazuki.

« ... Absurdité. Les résultats du rang avant de former un contrat avec une Diva n’ont vraiment aucun sens. » (fille derrière lui)

Liz Liza hocha la tête vers l’arrière de Kazuki.

« Voici l’autre Rang A, Koyuki Hiakari, non ? Oui, c’est bien vrai ce que je viens de dire Hiakari. » (Liz Liza)

Kazuki se retourna puis regarda. Et c’est alors qu’il put voir une fille provenant d’un autre monde juste en face de lui.

L’impression qu’elle dégageait provenait de la couleur — blanc ou plutôt, blanc-argenté. Ses cheveux de la couleur de l’argent scintillaient. La couleur de sa peau était également blanche telle de la neige.

De longues oreilles présentes de chaque côté de son visage inexpressif... Il s’agissait, sans nul doute, d’une très belle "Elfe" !

Ceux qu’on appelait des Elfes étaient des êtres humains dont l’existence avait été déformée en raison des effets de la magie qu’ils avaient eus en eux.

Sa posture était magnifique, tout comme dans un rêve. Il se dégageait d’elle une impression que les habitants des mythes avaient en temps réel déjà été amenés ici.

Comme elles détenaient un Pouvoir Magique beaucoup plus important que la moyenne des femmes, on disait que beaucoup d’entre elles pouvaient communiquer avec les esprits. Bien qu’il y ait encore de nombreux aspects ayant trait aux Elfes qui n’étaient pas assez bien compris par rapport à ceux des Bêtes Magiques...

En raison de ce caractère spécial, depuis leurs apparitions depuis 15 ans, les Elfes avaient toujours été l’objet de préjugés et de discriminations.

Les regards qui lui avaient été faits plus tôt comprenaient peut-être ceux qui avaient aussi été faits à la fille se trouvant derrière lui.

« Y a-t-il quelque chose de présent sur mon corps, Rang E ? Suis-je une telle chose rare !? » (Koyuki)

La voix monotone grondait le regard insistant de Kazuki. On dirait qu’il avait regardé vers elle pendant une trop longue période de temps... Si tel était le cas, il ne pouvait pas non plus blâmer les filles se trouvant autour de lui qui l’avaient constamment regardé.

« Désolé..., c’est simplement que j’avais le sentiment que vous étiez tellement belle. Et des endroits tels que vos cheveux... » (Kazuki)

Afin de l’empêcher de créer un malentendu lui faisant croire qu’il la traitait tel un animal exotique, il laissa accidentellement échapper une vérité fort embarrassante. En fait, le temps depuis lequel il la regardait tout étant fasciné était vraiment très long.

« Je suis belle ?... Vous me traitez tel un monstre, non ? » (Koyuki)

Koyuki estima que ces paroles étaient inconcevables et pencha la tête. En raison de cette action, ses cheveux couleur argent se déplacèrent les uns contre les autres, augmentant encore l’étincelant de ses cheveux.

« Dire de tels mots qui semblent sincères pour cacher votre attitude, c’est vraiment dégoûtant. » (Koyuki)

... Pourquoi pensez-vous comme ça ? Est-ce parce que vous êtes une Elfe ?

Kazuki ressentit alors des sentiments proches de la colère et ne put empêcher sa voix d’augmenter en intensité.

« Je n’ai nullement prononcé des paroles hypocrites ! Je pense vraiment que vous êtes très belle ! » (Kazuki)

L’expression de Koyuki changea pour la première fois. Elle écarquilla les yeux. Elle retint son souffle et chuchota.

« ... Quoi qu’il en soit, ce serait mieux si vous tourniez votre tête vers l’avant. » (Koyuki)

Après l’émission d’un son idiot accompagné d’un « Hein !? », Kazuki se souvint enfin de l’heure et du lieu.

« Hé ! Le déchet de Rang E essayant de flirter avec les filles alors que je parle. Est-ce une plaisanterie ? » (Liz Liza)

Puis, pendant un certain temps, les yeux de toutes les personnes se trouvant dans la salle de classe étaient fixés sur Kazuki. Liz Liza semblait être en colère dans la mesure où ses veines se contractaient.

« Désolé... » déclara Kazuki tout en baissant les épaules et en se replaçant en hâte vers l’avant.

Kazuki détestait la discrimination. Il ne pouvait pas empêcher de perdre son sang-froid quand il en rencontrait. Comme prévu, sa formation était loin d’être suffisante.

« ... Quel gars étrange ! » put clairement être entendu en provenant de derrière lui !

« Je pense qu’il y a un malentendu à propos de votre regard. Pour une personne, qui peut faire l’éloge des autres comme quoi elles sont belles, et cela, en face à face, je... je ne sais pas non plus comment y réagir. Alors s’il vous plaît, ne me regardez plus. » (Koyuki)

Liz Liza se calma avant de continuer à parler.

« Tout comme Hiakari l’a dit avant cela, les rangs actuels ne possèdent pas vraiment de sens. Vos rangs seront constamment modifiés au cours de votre vie scolaire. Et, par rapport à la Magie d’Invocation, la Magie Classique est inutile. Après que votre Énigma soit devenue une Stigmate, votre véritable combat commencera officiellement. » (Liz Liza)

Par rapport à la Magie d’Invocation qui nécessitait beaucoup de temps et de concentration, la Magie Classique qui utilisait sa propre Magie Puissance manquait de puissance destructrice.

Ainsi, la seule magie classique qui pouvait être utilisée dans le combat était la magie défensive qui protégeait instinctivement son corps ainsi que l’usage de la Magie d’Amélioration Physique.

En règle générale, la magie classique telle que la Magie Psychokinétique était généralement utilisée pour l’Alchimie afin de reconstruire des éléments à partir de la "Racine de Tout Élément". Elle était aussi utilisée pour rendre la vie quotidienne plus pratique.

Pour nous, ce qui était le plus important était la Magie d’Invocation qui était plus appropriée pour le combat. De ça dépendra notre avenir.

– Pour moi, mes objectifs, l’utilisation de cette puissance, ce genre de choses n’existent pas.

Cependant, rester un obsolète Rang E n’est pas acceptable.

Un contrat avec une Diva. Je suis quelque peu impatient d’y être.

« Cela dit, l’ordre de passage pour la création du contrat avec une Diva est basé sur le numéro de la classe, de sorte que pendant que nous attendons, nous allons faire les présentations. Puis quand viendra le tour de cette classe, nous commencerons en utilisant l’ordre dans la classe... Bien que je dise ça, mais comme mademoiselle Amasaki s’est déjà elle-même introduite, nous allons l’oublier. » (Liz Liza)

« S-S’il vous plaît, attendez ! Je n’ai pas pu finir ma présentation. Ce que j’ai déjà dit ne suffit pas pour que tout le monde puisse me comprendre ! » (Mio)

« Vos traits de caractère ont déjà été suffisamment communiqués à tout le monde, mademoiselle Amasaki d’une noble famille de magiciens. » (Liz Liza)

Après avoir entendu les sarcasmes provenant de Liz Liza, la salle de classe éclata de rire, mais Mio ignora tout ça et se leva.

Ses grands yeux étincelaient et suivant ses mouvements de rotations, ses deux queues de cheval effectuèrent un arc de cercle.

À l’instant où elle se retourna — tout le monde eut le sentiment de contempler les fleurs d’un cerisier se trouvant en pleine floraison.

« Je suis la future Présidente du Conseil des Étudiants, Mio Amasaki ! Mes hobbies sont le dessin, l’écriture de poèmes ainsi que la couture ! Ma spécialité est bien sûr, la Magie ! » Sa voix était de nouveau active.

Mio, qui semblait regarder les réactions de ceux présents dans la salle de classe, eut ses yeux qui rencontrèrent ceux de Kazuki et à ce moment-là, ses grands yeux s’élargirent soudainement.

Puis, son expression devint soudainement comme lumineuse et elle devint tout agitée, provoquant par la même occasion un bruit de froissement de cheveux. Ceci ressemblait à s’y méprendre à comment elle aurait réagi si elle s’était retrouvée enfin réunie avec quelqu’un d’important. Ses joues avaient également pris une teinte aussi rouge qu’une pomme.

... Est-ce qu’elle est devenue agitée vis-à-vis de moi ? Se demanda Kazuki, en pleine confusion, puis il regarda derrière lui pour confirmer la situation.

Ceci pourrait aussi être qu’elle a réagi en réponse à quelqu’un se trouvant derrière moi.

Cependant, derrière Kazuki, seule une Koyuki inexpressive était présente.

Kazuki fut alors encore plus confus et une fois de plus, se retourna vers l’avant. Il regarda le visage symétrique de Mio devenir quelque chose d’inesthétique. Puis elle déclara d’une voix qui semblait malheureuse. « Voilà ce que je devais être dit ! » Et, un *Boom* put être entendu alors que Mio se replaçait à nouveau sur son siège.

... Qu’est-ce qui vient d’arriver ? S’est-elle trompée de personne... dans tous les cas, ce genre de situation devrait être impossible.

– Puis après cette scène, les présentations progressèrent, élevées après élève.

Parce que Mio avait aussi dit ses passe-temps et sa spécialité, ses camarades de classe avaient toutes copié ce format lorsqu’elles se présentaient.

Peu à peu, l’atmosphère était devenue plus détendue. Des conversations concernant des loisirs étaient souvent déclarées « Moi aussi je suis comme cela ! Soyons amicaux les uns les autres ! » Et aussi beaucoup de « Fantastique ! »

Nous étions vraiment dans l’atmosphère active d’un lycée féminin. Puis finalement, le tour de Kazuki arriva.

« Je suis Kazuki Hayashizaki. Bien que je sois un Rang E, je vais travailler de toutes mes forces ! Mes passe-temps sont l’entraînement, le ménage et la cuisine. » (Kazuki)

Les sons des rires résonnèrent à partir de toute la salle de classe. Le fait d’avoir un passe-temps tel que le ménage et la cuisine semblait être très surprenant.

Quelle était sa spécialité ? Parce que, mis à part en disant que sa spécialité était ses compétences à l’épée, il ne pouvait pas penser à d’autres mots, et donc, il déclara tout simplement cela.

« Même si nous nous trouvons dans la Division Magique... ma spécialité est la maîtrise de l’épée. » (Kazuki)

À l’instant Kazuki où déclara cette phrase, la salle de classe fut immédiatement emplie par une atmosphère cynique quasi étouffante.

« Qu’est-ce que c’est que cela ? C’est vraiment tel un idiot ! » (Mio)

La personne qui avait déclaré ça plus tôt et sans le cacher — était Mio Amasaki.

« Qu’en est-il des compétences à l’épée ? Elles n’ont aucune valeur dans la Division Magique. Dans une famille utilisant un antique style traditionnel d’épée, il existe un homme, qui avait pour objectif de devenir un épéiste, mais a finalement obtenu à la place une Énigma... Bien que j’ai déjà entendu ce genre de nouvelles, n’êtes-vous pas déjà entré dans la Division Magique ? Même si vous allez devenir un utilisateur de Stigma, vous possédez encore des sentiments persistants envers l’Art de l’Épée ? Déjà que vous n’êtes qu’un Rang E et pour couronner le tout, vous voulez continuer avec vos ridicules compétences à l’épée, comme c’est inesthétique ! » (Mio)

Après avoir entendu la phrase "des sentiments persistants envers l’Art de l’Épée", Kazuki estima que sa poitrine venait d’être brutalement poignardée.

... Non, même après cela, "vos ridicules compétences à l’épée", cette phrase étaient vraiment de trop !

« Monsieur Hayashizaki. Dans la Division Magique, dès le moment où l’on parle de l’Art de l’Épée ou de choses similaires à ça, il n’y aura personne qui vous jugera correctement. Nous sommes ici à l’endroit où les élites de la magie se réunissent. Non seulement ils détiennent un sentiment de rivalité, mais la plupart de ses personnes regardent dédaigneusement l’Art de l’Épée. Peut-être que vous avez l’impression qu’il vous est impossible de l’accepter, mais vous vous trouvez désormais dans ce genre d’endroit. On ne peut donc rien y faire. Répétez-vous cela à vous-même. Et asseyez-vous. » (Liz Liza)

Lorsque Kazuki voulut répliquer, Liz Liza coupa de manière préemptive sa réplique.

... Qu’est-ce que cela ? Alors que ses pensées étaient encore à l’intérieur de son cœur, Kazuki se replaça sur son siège.

Mio regardait Kazuki sans détourner les yeux. Après que leurs yeux se rencontrèrent à nous, elle fit immédiatement grise mine avant de se tourner à nouveau vers l’avant.

... En effet, la Magie d’Invocation qu’il avait vue lors de la cérémonie d’entrée était vraiment étonnante.

Mais, afin d’activer cette puissante magie, la quantité de temps nécessaires pour chanter était très longue. Si vous étiez sur le champ de bataille, il avait le sentiment que cela pourrait être fatal pour le mage.

Si tel était le cas... Même l’Art de l’Épée pourrait venir à bout d’elle dans un tel combat, n’est-ce pas ?

Il ne savait pas grande chose à propos des autres compétences à l’épée, mais s’il s’agissait du Hayashizaki-Ryuu que lui et Kanae avaient acquis grâce à son père adoptif...

« Par rapport à ma personne qui ne possède qu’une plus grande quantité de Puissance Magique et cela seulement parce que je suis une femme, je pense que les compétences à l’épée qui ont été aiguisées par un grand nombre d’efforts sont bien plus dignes de respect. » (Koyuki)

Après avoir entendu cette phrase qui semblait être un encouragement, Kazuki fut tellement surpris qu’il regarda derrière lui. Il remarqua alors que Koyuki s’était levée.

« ... Votre situation n’a aucune importance pour moi — Je m’appelle Koyuki Hiakari. Pas de passe-temps et pas de spécialiste. Terminer. » (Koyuki)

Après avoir entendu cette si froide présentation du deuxième Rang A, la salle de classe commença à devenir plus bruyante.

Kazuki regarda avec étonnement. Koyuki, qui s’était rassise entre temps, et qui affichait une faible quantité d’émotions alors qu’elle fronçait les sourcils.

« Comme je l’ai dit avant, s’il vous plaît, veuillez tourner votre tête. Ne regardez plus par ici. » (Koyuki)

***

Partie 2

Après la fin des présentations, Liz Liza fit amener tous les étudiants à l’extérieur du bâtiment de l’école.

À côté du bâtiment principal de l’école, il y avait un terrain de sport entouré par de la verdure. La signature du contrat rituel avec les 72 Piliers de Salomon était en cours sur le terrain de sport.

À l’heure actuelle au Japon, l’établissement d’un contrat avec une Diva à l’extérieur des 72 Piliers de Salomon n’était en aucun cas accepté. Si un mage devait conclure un contrat avec une autre Diva, il serait immédiatement considéré comme un Utilisateur Illégal de Magies et il serait poursuivi par les Chevaliers.

Il s’agissait d’un crime capital. C’était ainsi, car parmi les Divas, il y en avait beaucoup qui possédaient une certaine malice envers les humains. Tout en donnant du pouvoir afin d’attirer les humains auprès d’elles, elles érodaient l’esprit humain et prenaient possession de leur corps.

Il y a 15 ans, lorsque la Magie apparut dans le monde, un incident s’était produit lorsque des humains qui étaient contrôlés par des Divas détruisirent la ville de Tokyo. Face à ces Utilisateurs Illégaux de Magies, la Magie de Base et les armes modernes ne faisaient pas le poids. À cette époque, ceux qui avaient aidé un Japon qui se trouvait pour la première fois dans une situation désastreuse en raison de la magie, furent les Divas des 72 Piliers du Roi Salomon.

Grâce aux efforts des Chevaliers Originels qui avaient conclu en premier un contrat avec des Divas qui provenaient des 72 Piliers de Salomon, ils purent vaincre tous les Utilisateurs Illégaux de Magies présents là-bas.

C’est à la suite de cet événement que les 72 Piliers du Roi Salomon étaient devenus le seul partenaire auquel on pouvait faire confiance.

Dans leur cœur, les étudiants de première année qui avaient reçu une énigma étaient remplis d’attentes quant à savoir avec quel démon des 72 Piliers du Roi Salomon ils allaient former un contrat après avoir maîtrisé le rituel du contrat.

Il s’agissait du premier sujet de grande importance après la cérémonie d’entrée.

« En fin de compte, avec quel genre de Diva aurais-je un contrat ? » déclara Kazuki. « Après y avoir pensé, mon cœur est aussi excité que lorsque je participe à un tirage au sort. »

Sur la route menant au terrain de sport, Kazuki tenta de parler avec Koyuki. Il semblerait que c’était la seule à ne pas le traiter défavorablement.

« Ceci n’a pas aucune importance de savoir laquelle viendra à moi. Peu importe lequel, cela sera toujours la même chose, » répondit Koyuki.

« Toujours la même chose ? Comment cela peut-il être possible ? » demanda une voix qui avait soudainement fait irruption dans leur conversation en provenance de derrières Kazuki et Koyuki. Il s’agissait bien sûr de Mio. « Parmi les 72 Piliers, il existe quand même différents types de Divas. Il y en a une qui ressemble à un poisson [1] et il y en a aussi une autre qui ressemble à une étoile de mer [2]. N’est-ce pas mieux d’en trouver une qui est beaucoup plus belle que ces deux-là ? »

« L’apparence... il s’agit bien de la chose la plus inutile qu’on puisse trouver dans le monde, » déclara froidement Koyuki. Elle devait avoir eu son humeur détruite quand Mio avait abordé le sujet, car elle accéléra soudainement le pas, s’éloignant ainsi d’eux.

« Quelle personne si froide ! » déclara Mio qui était restée au moment endroit, et qui avait les lèvres pincées.

Koyuki devait probablement détester parler de l’apparence, même si elle-même était sans le moindre doute une personne tellement belle.

« Oublions ça... ! » Continua-t-elle. « Notre camarade de classe de Rang-E, qui est toujours attaché à ses compétences à l’épée, devrait essayer de trouver une Diva appropriée ! Par exemple, une Diva qui ressemblerait à un cafard, une Diva qui ressemblerait à un mille-pattes, ou peut-être, une Diva qui ressemblerait à un champignon, et ainsi de suite... »

Mio jeta un regard méprisant vers Kazuki et commença à se moquer de lui.

Quant à lui, il répondit simplement. « ... Je ne pense pas que dans les 72 Piliers de Salomon, il y ait de telles Divas. »

« En parlant de ça ! Il est tout à fait possible que vous ne puissiez même pas transformer votre énigma en stigma ! » répliqua-t-elle avec médisance. Mio, qui parlait ainsi, semblait afficher une expression de colère enfantine envers Kazuki.

... J’ai l’impression que les méthodes de querelles employées par cette personne ne sont clairement pas dans la moyenne, pensa Kazuki.

« Hé ! Durant ma présentation, ne m’auriez-vous pas fait un petit signe ? » demanda Kazuki.

Après avoir entendu Kazuki qui prenait l’initiative de poser cette question, les yeux de Mio s’écarquillèrent.

« Où nous nous sommes nous rencontrés avant aujourd’hui ? » demanda Kazuki.

« Idiot ! » cria-t-elle.

Après que Kazuki ait posé cette question, il avait immédiatement reçu une réplique cinglante.

Après ça, Mio avait révélé une expression refoulée par la colère et avait commencé à marcher rapidement sans se retourner.

... Est-elle folle ? Comme prévu, je dois déjà l’avoir rencontrée avant aujourd’hui, pensa Kazuki.

Cependant, même quand il repensait au temps de l’école primaire et au collège, il n’avait toujours pas trouvé le moindre souvenir en rapport à son nom de famille, Amasaki.

Et l’orphelinat où il était resté avant ça, au sein de l’organisation qui s’occupait des enfants abandonnés, l’Institue Nanohana, il n’y avait essentiellement que des enfants qui étaient plus petits que lui. Donc elle ne pouvait pas provenir de ce passé-là...

« Car cette attitude n’est pas une attitude envers une personne qu’elle ne connaît pas... » murmura-t-il.

Cependant, même s’il demandait à nouveau, il ne ferait que la rendre furieuse, alors Kazuki se sentait à nouveau troublé.

*

« Chers étudiants de première année, nous nous rencontrons à nouveau ! Je suis Kaguya Otonashi, » déclara Kaguya après que nous fûmes arrivés sur le terrain de sport. Elle nous attendait là-bas. Elle portait une robe semblable à celle de la cérémonie d’entrée.

« Le rituel du contrat sera exécuté avec l’aide de la Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Magique. » Après avoir aligné les élèves en fonction de leur ordre de présence, Liz Liza commença à expliquer le rituel. « Écoutez-moi tous. La Magie d’Invocation est divisée en quatre étapes. En premier, l’Accès qui représente la Connexion avec l’Astrum. Puis, l’Ordre qui Invite le Phénomène à venir. Nous avons ensuite le Ciblage qui Nomme les Coordonnées et, pour finir, le Lancement qui est l’Activation de l’Invocation. Il faut se plonger dans les profondeurs du monde psychologique, se diriger vers la destination en passant par la Porte du Cœur et parler avec une Diva. Après avoir maîtrisé le Sort Simplifié des quatre étapes de la Magie d’Invocation, le contrat est formé... En d’autres termes, vous deviendrez officiellement un Utilisateur Magique de Stigma. »

Pour finalement devenir un Utilisateur Magique de Stigma... Après avoir entendu les paroles de Liz Liza, les étudiantes devinrent excitées.

« Cependant, à la place d’être un rituel, il s’agit plutôt d’une épreuve. » Continua Liz Liza. « Bien que ce soit l’obstacle initial, se connecter avec l’Astrum n’est pas chose aisée. Vous devrez laisser votre conscience plonger dans les profondeurs de votre cœur et dans les ténèbres se trouvant à l’intérieur de l’Astrum, vous devez capturer la silhouette et la voix de la Diva. Ceci nécessite une très grande maîtrise de la Magie de Renforcement de la Perception. Par conséquent, le nombre de personnes ayant réussi ce rituel dans la classe 1 est de zéro. »

Afin de rendre attentifs les étudiants qui étaient devenus impulsifs, Liz Liza avait déclaré cela de cette manière.

Kaguya fut la première à afficher un petit sourire amical afin de soulager la tension des étudiants.

« Je serai avec vous en tant qu’instructrice afin de vous guider le long de votre chemin initial vers l’Astrum. Je serais également là afin de prévenir les accidents, » déclara Kaguya, avec douceur. « Bien que l’utilisation de la Magie Télépathique puisse vous guider vers le chemin de l’Astrum, mais à part cela, il n’y a pas grand-chose qui puissent être faits. Cependant, il n’est pas nécessaire de vous forcer à réussir votre premier essai, alors détendez-vous un peu... »

« Nous allons commencer par la première dans la liste de classe, Mio Amasaki ! Venez à l’avant ! » cria Liz Liza.

« D’accord ! » Après avoir répondu avec un ton légèrement nerveux, Mio se dirigea vers l’avant de la file d’attente.

« Tout d’abord, fermez les yeux et permettez à votre conscience et votre inconscient de fusionner en une entité à l’aide de la Transe, » expliqua Kaguya, lui donnant ainsi les instructions.

Après avoir entendu ces mots, Mio ferma les yeux. Puis, à partir de la surface de son corps, une faible lumière bleue commença à apparaître.

Cette soi-disant Transe devait permettre à son esprit d’entrer dans un état de profonde concentration grâce à la Magie de Renforcement de la Perception.

« Maintenant, je vais utiliser la Magie Télépathique afin de me synchroniser avec votre esprit, » expliqua Kaguya. « Bien que l’actuel cheminement de votre esprit puisse vous sembler plus abstrait que ce que vous imaginez, quand deux personnes synchronisent leurs pensées, les fluctuations de mon cœur se transformeront en longueurs d’onde qui vous seront envoyées. Donc, vous devrez également faire correspondre vos fluctuations, permettant ainsi à votre conscience de se déplacer. »

Le corps de Kaguya commença également à produire une lumière bleue. La lumière bleue sembla former un pont avant de couler dans le corps de Mio.

Après ça, les deux filles fermèrent totalement les yeux et ne bougèrent plus. Seule la lumière bleue qui ressemblait à une lumière se trouvant à la surface d’une étendue d’eau pulsait légèrement. Bien que cela ne soit pas apparent de ce côté-ci du monde, les deux consciences humaines étaient parties vers les profondeurs d’un monde alternatif.

... Puis, après que quelques minutes se furent écoulées, les deux personnes ouvrirent en même temps leurs yeux.

Les pupilles de Mio semblaient indiquer qu’elle était toujours dans un rêve et qu’elle était ailleurs. Cependant, elle avait lentement ouvert la bouche comme si elle était une prêtresse qui avait reçu une révélation divine et qui commençait a commencé à tisser un sort.

« Je connais ton nom... Ton nom est Phenex [3]... Un poète et un Magicien ! » prononça Mio.

« Se pourrait-il... qu’elle ait réussi dès sa première tentative !? » s’exclama Liz Liza avec une voix emplie de surprise.

Des cris de joie se répandirent sur le terrain de sport, puis la fille avec les meilleurs résultats... « L’oiseau poète qui utilise des doux mots afin de se jouer de la vérité, obéis à mes ordres et démontre-moi ton pouvoir ! »

Le chant permettant le lancement du sort s’acheva d’une manière vraiment remarquable. En même temps, des lumières de couleur orange qui ressemblaient à des flammes avaient été libérées tout autour d’elle. Entouré de cette lumière, son uniforme scolaire fut décomposé. La Conscience de la Diva s’était répandue dans l’uniforme qui avait été réalisé avec de la soie alchimique, puis avait reconstruit ses particules élémentaires. Ce processus avait habilement habillé le Contracteur avec une apparence Digne d’être appelé Majestueux.

Il s’agissait de la tenue de combat que seules les personnes sélectionnées pouvaient obtenir grâce à une Diva, la Robe Magique.

Derrière Mio, l’ombre d’un grand Oiseau de feu émergea. Enveloppée dans un voile de lumières orange, Mio dévoila... son apparence après avoir été drapée dans sa Robe Magique.

Aux endroits où sa peau était exposée aux regards des autres, un motif cramoisi émergea... un Stigma.

Possédant les mêmes courbes gracieuses qu’aurait une robe appropriée pour un bal, sa posture était quelque chose à la fois mystérieuse et magnifique.

La confusion dans les yeux de Mio disparut lentement, indiquant qu’elle reprenait conscience de la réalité et elle avait cligné plusieurs fois des yeux.

« ... Désormais, je connais ! » s’exclama Mio. « Le sort est maintenant présent dans mon esprit ! Inviter le phénomène, nommer les coordonnées et activer le sort... Je peux immédiatement activer la Magie d’Invocation de Niveau 1 ! »

« C’est bon d’arrêter maintenant ! » s’exclama Liz Liza, effectuant cela afin d’arrêter Mio. « Une personne qui s’est enfoncé dans l’Astrum pendant une longue période ne devrait jamais être imprudente ! »

Après que Liz Liza se fut précipitée à côté de Mio afin de l’empêcher de poursuivre, Mio coupa sa connexion spirituelle qu’elle avait avec l’Astrum.

L’illusion de Phenex se transforma en particules de lumière avant de disparaître totalement. Et sa Robe Magique était également redevenue en son uniforme scolaire.

« C’est un peu comme après avoir longtemps nagé dans la piscine, » expliqua Kaguya. « Même si vous ne pouvez pas le ressentir, vous êtes vraiment très fatiguée. Vous n’avez nul besoin de vous précipiter. Puisque le sort vous a déjà été enseigné, vous êtes désormais directement connectée avec elle. Vous pourrez désormais entrer beaucoup plus facilement dans un état connecté avec votre Diva... Félicitations pour votre contrat réussi ! »

Kaguya avait fait un sourire tout en disant ça, puis elle l’avait applaudi. Les autres étudiants avaient également commencé à applaudir.

Après que Mio ait entendu les sons des applaudissements qui lui avaient été envoyés, elle commença joyeusement à regarder autour d’elle. Une fois que ses yeux rencontrèrent ceux de Kazuki, elle ne put s’empêcher de révéler une expression incroyablement heureuse et tendit la main pour faire un signe de V.

Kazuki, qui applaudissait, ne savait pas comment réagir à ça. Et ainsi, Mio fut soudainement remplie de tristesse et retourna en vitesse dans la file d’attente.

*

« Maintenant, le Numéro 14 dans la liste, Kazuki Hayashizaki, venez à l’avant, » appela Liz Liza.

Et ainsi, le tour de Kazuki arriva finalement. Aucune personne n’avait réussi à former un contrat après que Mio ait réussi.

Après que Kazuki fut sorti de la file d’attente et se fut placé à l’avant, Kaguya laissa échapper un adorable rire avant de dire. « On se revoit à nouveau, petit frère de Kanae ! »

« ... Je suis extrêmement désolée pour ce qui s’est produit ce matin, » continua-t-elle. « Tout à coup, je vous ai fait voir les choses embarrassantes de cette école. »

Kaguya semblait penser que ce qui s’était produit ce matin était de sa propre responsabilité et avait baissé les épaules en raison du chagrin qu’elle ressentait.

« Je ne suis pas d’accord, » répondit Kazuki. « Senpai, je pense quant à moi que la personne qui était la plus correcte sur ces lieux n’était nulle autre que vous. »

« Si vous pensez vraiment ça, alors ça me fait vraiment plaisir, » dit-elle, avant de serrer les poings et d’effectuer un discours empli de passion. « Bien qu’avant cela, j’avais déjà demandé à la Division Magique et à la Division Épée de devenir plus amicales et de s’entendre, personne n’écoutait ce que je leur dirais... En fin de compte, sans même m’en rendre compte au départ, mon taux de soutien a petit à petit énormément diminué. La confiance qu’ils ont en moi, Otonashi, Présidente du Conseil des Étudiants est déjà dans une crise majeure... Mais je crois que si je ne travaille pas plus durement afin de faire que l’Épée et la Magie compensent les insuffisances de l’un et de l’autre, il sera impossible pour eux de déployer leur véritable puissance. »

« ... Je crois que vos pensées sont exactes, » déclara Kazuki.

« Êtes-vous donc d’accord avec mes opinions, petit frère ? » demanda Kaguya. « Allez-vous m’aider, vous qui êtes seul ? »

« Oui, car avant ça, j’étais moi aussi un épéiste ! » répondit-il. « S’il y a quelque chose sur quoi je peux vous aider, alors je le ferais ! »

« Camarade ! » répliqua Kaguya. Ses yeux devinrent humides et elle attrapa fermement les mains de Kazuki, les retenant entre ses propres mains.

« Merci beaucoup, cher camarade ! Bien que le type flemmarde de Kanae-chan soit très mignon, le genre direct du petit frère est aussi très mignon. Heu ! Puis-je toucher à votre tête ? Je touche, je touche, et je trouve que vos cheveux sont vraiment très doux. Charmant, si charmant... petit frère, veux-tu manger des bonbons ? »

« Êtes-vous une Ancienne d’Osaka !? » se plaignit-il après avoir effectué une petite tape de la main sur la tête de Kaguya, qui de son côté, avait sorti des bonbons depuis l’une des poches de sa robe.

« On s’est plaint à moi ! » répliqua Kaguya qui avait tiré la langue d’une manière joyeuse.

« ... Hé, vous deux ! Commencez rapidement le rituel ! » rugit Liz Liza sur les deux compères.

Puis, après ça, Kaguya commença à donner des instructions à Kazuki. « À partir de maintenant, petit frère, lors de cette cérémonie, vous devez permettre à votre conscience et à la mienne de se synchroniser intimement l’un avec l’autre. »

En écoutant ses paroles, il semblerait qu’il y avait une subtile résistance qui persistait. Kazuki suivit également les instructions de Kaguya et ferma les yeux. Ils utilisèrent la magie afin d’unifier leurs esprits avant de plonger dans le monde spirituel...

Ce qui se répandait dans son cœur intérieur était une obscurité vaste et écrasante. Il s’agissait d’un endroit qui dégageait un sentiment qui indiquait qu’une personne s’y perdrait facilement.

Cependant, à la surface de cette obscurité, de légères ondulations se propageaient. Il s’agissait des ondulations qui avaient été déclenchées par la conscience de Kaguya.

« Suivez-moi ! » La voix de Kaguya retentit. Comme s’il dessinait des rides, Kazuki la suivait.

Il se dirigeait sans interruption vers un endroit plus profond dans cette obscurité.

Il s’agissait d’une représentation des profondeurs de la mer. La couleur noire de l’obscurité devint lentement de plus en plus sombre.

Cependant, c’était comme le fond des profondeurs de la mer. Il s’agissait d’un monde que la lumière ne pouvait pas atteindre. Si vous utilisiez dans le lieu la Magie de Renforcement de la Perception, vous comprendrez que le Passé Éloigné et les Sentiments du Passé que vous ne pouviez pas vous rappeler étaient en train de sommeiller ici, tout comme s’il y avait des couches qui s’étaient accumulées avec les années. La soi-disant inconscience était ce genre de monde.

Tout comme la pression de l’eau de la mer profonde était très élevée, à l’intérieur du monde spirituel, la couleur de l’obscurité deviendrait plus sombre alors que vous plongeriez plus loin dans les profondeurs, et votre ego deviendrait par la même occasion plus flou. Si vous mainteniez la Magie de Renforcement de la Perception pendant un temps trop important, vous perdriez même conscience de vous.

La sensation générée par la résistance provoquée par l’obscurité était comme celle qu’on subissait lorsqu’on se précipitait face à du vent.

Finalement, après avoir franchi une certaine ligne... la phase du monde changea d’un coup.

La conscience de Kaguya qui l’avait amené jusque là s’arrêta. Ils avaient traversé la Porte du Cœur et étaient arrivés dans l’Astrum.

Dans cette obscurité où il était encore très facile de perdre connaissance, Kazuki chercha la présence de la Diva.

« ... bon, on a l’impression qu’ici, l’atmosphère est très étrange. » Tout en utilisant la Magie Télépathique afin de se synchroniser avec la conscience de Kazuki, la voix de Kaguya retentit dans l’Astrum.

« ... Kazuki Hayashizaki. » Une voix différente de celle de Kaguya retentit... Il s’agissait d’une voix féminine.

Est-ce la voix d’une Diva... ? se demanda-t-il.

L’obscurité devant lui avait augmenté de viscosité et s’était condensée. Il semblait que cette zone hébergeait quelque chose qui existait en son sein.

Avez-vous la volonté d’être accablé par un pouvoir qui peut changer la face du monde ?

Kazuki n’avait pas pu identifier la chose qui lui parlait. Il n’avait pas le pouvoir de l’identifier.

Cependant, la voix qui était venue à lui était claire. Si tel était le cas, ils devraient pouvoir converser avec et ainsi être capables de conclure un contrat.

Un pouvoir qui peut changer la face du monde... Est-ce que c’était quelque chose qui pouvait être obtenu grâce à un contrat avec cette Diva, était-ce vraiment un pouvoir si énorme ?

Pour dire la vérité, je n’ai aucune idée de la façon dont j’utiliserais un tel pouvoir, pensa Kazuki. Cependant, si j’étais la personne qui avait été Choisie, je me devrais d’y répondre. Peut-être que je ne suis qu’un petit être humain, mais je vais quand même mettre ma vie en jeu et tout donner.

« ... S’il s’agit de résolution, alors je l’ai ! » Après que Kazuki eut répondu comme ça, une lumière puissante s’était mise à flasher devant lui.

... Quand il retrouva sa conscience, Kazuki constata qu’il était déjà revenu sur le terrain de sport.

C’était étrange.

À l’intérieur de son esprit empli de confusion, il devint peu à peu encore plus perplexe.

Le contrat était-il terminé ? Non, car elle ne lui avait révélé aucun sort.

Et jusqu’à la fin, l’aspect de la Diva n’était pas clair. En fin de compte, qu’est-ce qu’était cela ?

Était-il même possible de conclure un contrat dans la situation où il ne savait même pas qui était l’autre ?

À ce moment-là, une lumière blanche s’était soudainement illuminée devant Kazuki.

En même temps, il sentit que sa magie était aspirée par son esprit et entrait dans la lumière se trouvant devant lui.

Quelque chose... Quelque chose en provenance d’un autre monde se matérialisait actuellement devant lui !?

À l’instant suivant, la lumière, qui fit que tout le monde dut fermer les yeux, se déchaîna...

« Une fille !? » Kaguya n’avait pas pu s’empêcher de crier.

La lumière s’était transformée, prenant l’apparence d’une jeune fille.

Une fille nue à la peau brune flottait actuellement devant Kazuki.

Et, il s’agissait d’une Invocation Complète. Cette fille n’était pas une Illusion créée à l’aide de la Magie, mais était un corps avec masse.

La fille qui était apparue flotta doucement dans les airs et regarda Kazuki.

« Par l’intermédiaire d’un baiser, forme un contrat avec Leme, » déclara Leme.

La fille avait attiré la tête de Kazuki avec ses deux mains et l’avait amenée devant elle.

Ignorant un Kazuki confus, *smack*, elle l’embrassa.

 

Une intense chaleur s’était déplacée de sa bouche vers sa main gauche.

Brûlant ! Q-Qu’est-ce qui... a changé !?

L’énigma... est-elle devenue un stigma !?

« Fufu ! Avec ça, le contrat est enfin complété, » annonça Leme.

Après ça, elle se mit à sourire et la chaleur s’arrêta. Kazuki regarda timidement sa main gauche afin de le confirmer. Ce qui était là n’était pas une énigma, mais un Hexagramme en forme d’étoile, un Stigma.

Le contrat... a été complété ? Mais qui est cette personne ? Pourquoi l’invocation a-t-elle été déclenchée ainsi ?

En regardant un développement qui était différent de ce qui se passait avec les Divas normales, le terrain de sport avait soudainement commencé à réagir.

« Hein !?... Hein !? » s’exclama Leme.

Après qu’elle fut descendue sur le sol, elle avait regardé d’un air incrédule son propre corps.

« HAAAA !? QU’EST-CE QUE C’EST ! POURQUOI EST-CE QUE LEME EST-ELLE NUE ? POURQUOI SUIS-JE NUE... !? » cria Leme.

Elle utilisa ses deux mains pour couvrir son corps tout en criant. « Vêtements... ! Vêtements !? »

Passant dans un état subtilement paniqué, Kaguya ôta sa propre robe et la lui tendit. La petite fille lui avait alors exprimé ses remerciements, « Oh, oh, merci ! », et elle l’enfila avec une certaine nervosité.

Kazuki regarda Kaguya avec désinvolture avant d’être soudainement choqué. Après que Kaguya ait enlevé sa robe, ce qui était dessous était une tenue très révélatrice. Bien que tout son corps soit recouvert d’une armure noire, la surface couverte était extrêmement faible. Le contraste avec sa peau blanche rendait tout ça extrêmement stimulant.

« Si vous me regardez comme ça, je vais devenir très gênée... ! » dit Kaguya.

« D-Désolé ! » s’écria Kazuki. « Mon regard c’était juste naturellement... Ceci, est-ce la Robe Magique d’Asmodée ? »

La tenue de couleur noire libérait une faible lumière pourpre. Ceci signifiait que du Pouvoir Magique circulait au sein de la robe.

« Afin de pouvoir traiter immédiatement les problèmes inattendus qui pourraient survenir au cours du rituel du contrat, je ne pouvais pas m’empêcher de revêtir ma Robe Magique ! » expliqua-t-elle. « Mais, la Robe Magique d’Asmodée a été créée avec une conception si irritante... Alors j’ai pensé à utiliser une robe pour la cacher ! »

Une Robe Magique était créée, révélant l’intégralité de la forme du Stigma. Concernant le Stigma d’Asmodée, il y avait beaucoup de petites parties du corps qui devaient être rendues apparentes, et ainsi, le degré d’exposition était extrêmement élevé.

Kazuki avait à nouveau regardé son propre corps. En parlant de ça, il n’avait pas eu de Robe Magique.

« Professeur Liz Liza, que vient-il de se produire... ! » Demanda Kaguya. Il semblerait qu’elle n’avait pas compris la situation et avait tourné la tête vers Liz Liza.

Une diva qui avait obtenu un corps physique pourrait utiliser la plus importante puissante de ses propres mythes sans aucune restriction.

Une Diva légitimement inconnue se matérialisant devant leurs yeux était une situation extrêmement dangereuse.

À l’origine, la matérialisation d’une Diva ne devrait pas être réalisable sans consommer un certain niveau de Puissance Magique...

« ... Vous êtes une Diva différente des 72 Piliers de Salomon. Qui êtes-vous ? » demanda Liz Liza.

Liz Liza avait utilisé un ton complètement différent et avait demandé avec précaution à cette Diva, qui était hors des spécifications attendues.

« Leme est Leme. En dehors de ça... Et bien ! Je ne sais rien. Heu ! Je ne m’en souviens pas ! » s’exclama Leme.

« Une Diva amnésique ? » continua Liz Liza. « Question suivante, quel genre de pouvoir possédez-vous ? Une diva devrait normalement contenir 10 types de Magie Inhérente. »

Le symbole d’une diva était leurs 10 types de Magie Inhérente. Grâce au contrat, cela devenait une Magie d’Invocation.

« À propos de ça, le contrat était en effet complètement... Magie Inhérente ? Les Magies Inhérentes... Il n’y a pas de telle chose, » répondit Leme. « Quel est le pouvoir donc vous me parler ? Dans le corps de Leme... Il n’y a pas de tel pouvoir !? »

« U-Une Diva impuissante ! Comment est-ce possible !? » s’exclama Liz Liza.

« ... Wawaahh. Bien que je ne comprenne rien, je sais que j’ai sommeil. Donc, Leme va dormir. Bonne nuit, » déclara Leme.

Leme s’était alors allongée à cet endroit, puis, quelques secondes plus tard, des ronflements commencèrent. Elle était vraiment trop libérée.

« ... Que se passe-t-il avec cette fille ? C’est tout simplement incroyable... » s’exclama Liz Liza.

« À propos de cela, Professeur Liz Liza... Se pourrait-il qu’un contrat ait été formé avec une Diva en dehors des 72 Piliers de Salomon ? » Kaguya avait révélé une expression terrifiante alors qu’elle demandait ça à Liz Liza.

« ... Nous discuterons de cette question lors de la réunion du personnel, » répondit Liz Liza. « Pour commencer, envoyons là à l’infirmerie. »

En regardant la jeune fille qui avait été envoyée à l’infirmerie, même Kazuki perdit son sang-froid.

« S-S’il vous plaît, attendez une minute... C’est vous qui avez changé ma vie !? » s’écria Kazuki. « Au moins, expliquez-moi pourquoi vous m’avez donné une énigma ! N’êtes-vous trop un peu trop irresponsable ? »

*

« Je connais ton nom... Ton nom est Vepar [4]... La sirène chanteuse qui transmet des pensées glaciales, provoquant des larmes de tristesse au monde entier, » chanta Koyuki.

Libérant une radiance bleu clair, une illusion fantasmagorique d’une sirène était apparue au-dessus de Koyuki, qui chantait le sortilège.

Au même moment, son uniforme était devenu une Robe Magique très près du corps de couleur blanche.

« Avec elle, c’est déjà la 3e personne ! » s’exclama Liz Liza. « Le nombre de personnes qui ont réussi dans cette classe... »

Elle avait laissé échapper une voix extrêmement surprise devant ce spectacle. Mio Amasaki, Kazuki Hayashizaki, et pour finir, Koyuki Hiakari était les trois réussites de la journée.

Cependant, pour Kazuki, pourrait-il quand même être considéré comme faisant partie des réussites ?

Notes

  • 1 En référence à Forneus, le 30e Démon des 72 Piliers de Salomon.
  • 2 En référence à Decarabia, le 69e Démon des 72 Piliers de Salomon.
  • 3 Phenex est un Grand Marquis de l’Enfer et il possède vingt légions de démons sous son commandement. Il est également connu comme le Phœnix et est le 37e Démon des 72 Piliers de Salomon.
  • 4 Vepar est une Grande Duchesse de l’Enfer et dirige vingt-neuf légions de démons. Elle est dépeinte comme une sirène et est le 42e démon des 72 Piliers de Salomon.

***

Partie 3

Après cela, après avoir déjeuné à la cafétéria de l’école, une séance d’information avait été tenue sur les conditions de vie et le programme éducatif de l’école. Cependant, tout cela n’entrait pas dans les oreilles de Kazuki... Le programme du premier jour d’école était terminé.

La cloche avait sonné, signalant que la journée d’école était terminée.

Les étudiants avaient alors tous été emmenés jusqu’au dortoir des étudiants... Et tous étaient remplis d’attentes quant à leurs futurs jours. Cependant, Kazuki n’avait pas été autorisé à rejoindre les rangs des personnes volages.

« En ce qui concerne votre contrat impropre avec une Diva, une réunion du personnel est en cours au moment où je vous parle. Jusqu’à la fin de la réunion, veuillez attendre à l’infirmerie. » Il avait reçu cette information de Liz Liza.

À l’infirmerie, sous la surveillance d’un chevalier, Leme qui était apparue avec une apparence cohérente avec celle d’une jeune fille dormait, insouciante

La Robe Magique et les dix Magies d’Invocation ne lui avaient pas été données, et il s’agissait d’une Diva complètement inconnue.

Si cette Leme était perçue comme une menace, qu’arriverait-il à lui qui avait conclu un contrat avec elle ? Peut-être qu’il verrait ses qualifications en tant qu’étudiant dans la Division Magie annuler.

... Quelle blague ! J’étais déjà déterminé à me battre dans la Division Magie.

S’il y avait une possibilité qui sommeillait dans son corps qui n’avait pas encore été découvert, alors il voulait en savoir plus à la Division Magie.

*

« Commençons par la conclusion, » déclara Liz Liza. « Leme ainsi que vous-même serez temporairement placés dans la Division Magie afin dêtre en observation. »

... Le soleil de couleur orange commençait à briller à travers les fenêtres de l’infirmerie, Liz Liza et Kaguya, qui avaient toutes deux été témoins du rituel et avaient aussi participé à la réunion, entrèrent dans l’infirmerie.

« Et juste parce que vous êtes à l’origine un épéiste, alors ils vous détestent, » continua Liz Liza. « Il y a aussi une option qui nous a été proposée. Elle consistait à vous retirer immédiatement le sceau de contrat et à vous précipiter dans la Division Épée. Cependant, la conclusion finale devrait être que vous soyez placée sous surveillance jusqu’à nouvel ordre. Alors comme prévu, cette Diva devrait être confiée à la Division Magie. »

« Il y avait beaucoup d’opinions opposées à ça, mais Madame Liz Liza a déclaré beaucoup de bonnes choses sur vous ! » déclara Kaguya.

« J’ai seulement donné une opinion objective. Celle qui voulait protéger ce déchet n’était que vous » répliqua Liz Liza.

« Ce n’était pas comme ça, » répondit Kaguya. « Sensei, vous l’avez aussi désespérément protégé ! Comment pouvez-vous mentir en ce moment ? »

« Non, non, non. Il s’agissait seulement de vous qui avez fait ça, » rejeta Liz Liza. « Kazuki Hayashizaki, vous devriez être reconnaissant envers cette personne. »

En d’autres termes, ces deux personnes l’avaient protégé.

« ... Merci à vous deux d’avoir fait autant de choses pour une personne telle que moi, » déclara Kazuki.

Comme si un sentiment de soulagement se répandait dans tout son corps, Kazuki se détendit et s’inclina devant elles.

« Vous vouliez vraiment rester à la Division Magie, c’est vraiment surprenant, » déclara Liz Liza. « Cependant, tous les enseignants ne croient pas en Leme. Alors vous et cette Diva serez temporairement placés sous étroite surveillance. »

Il était donc placé sous surveillance et en période de probation dans l’enceinte de l’école. Mais même ainsi, c’était un traitement très indulgent.

Si ceci ne s’était pas bien déroulé pour lui, alors il avait été considéré comme étant un utilisateur illégal de magie... une peine capitale n’aurait pas été étrange dans un tel cas.

« À la fin, les choses que Leme a dites sont extrêmement suspectes, » déclara Liz Liza. « Une soi-disant Diva devrait à l’origine posséder un énorme Pouvoir Magique capable de déformer le monde. Il est impossible pour une Diva avec une conscience de soi de n’avoir aucune capacité. »

Liz Liza avait déplacé son regard sur le côté et elle avait froidement regardé Leme, qui dormait actuellement sur le lit.

... En d’autres termes, est-ce que Leme mentait ?

Si Leme avait vraiment une sorte de Pouvoir Magique, alors comme elle s’était déjà matérialisée, elle devrait être capable de contrôler librement ce pouvoir... Et cela même si Kazuki, en tant que son Contracteur, n’avait aucun pouvoir à disposition.

« Cependant, cet homme connaissait très bien la règle qui existe entre les Piliers de Salomon et le gouvernement japonais à propos de “Donner et recevoir une énigma”, » déclara Liz Liza. « Et il a parfaitement suivi les règles. Il est donc très difficile d’imaginer que cette Diva soit totalement étrangère aux 72 Piliers de Salomon. Si cette affaire n’était pas traitée correctement, cela pourrait faire empirer la relation entre ce pays et les 72 Piliers de Salomon, alors ce serait une grave crise qui nous tomberait dessus. »

Les 72 Piliers de Salomon suivaient une doctrine secrète et ne communiquaient jamais énormément avec les humains.

Bien qu’elles avaient prêté leurs pouvoirs au gouvernement japonais, il semblerait toujours qu’elles étaient assises de côté et observaient ce pays.

Et si elles estimaient finalement que le pays ne méritait pas ce pouvoir, alors il existait une possibilité que leurs aides vis-à-vis du pays s’arrêtent immédiatement après ça.

... Et donc, bien que Leme ne soit pas une membre officielle des 72 Piliers de Salomon, elle n’était en aucun cas complètement indépendante d’elles.

« Il s’agit là d’un jugement très délicat, » dit-elle. « Si quelque chose de spécial se produit de votre côté, s’il vous plaît, rapportez-moi immédiatement ce fait. Souvenez-vous bien de cela... La question suivante concerne l’endroit où vous devriez rester afin d’y vivre. Vous devez très certainement vous rappeler que l’école avait à l’origine fait des arrangements pour que vous puissiez vivre dans un petit appartement à l’extérieur ? »

Le dortoir des étudiants de la Division Magie n’avait pas considéré la possibilité qu’un homme vienne vivre dedans. En d’autres termes, il avait été entièrement conçu comme étant un dortoir pour femmes.

« Cependant, pour une personne qui a établi un contrat avec une diva dont l’identité est inconnue, il n’est pas possible de la laisser vivre en dehors de l’école, » annonça Liz Liza. « Mais, nous ne pouvons pas vous permettre de vivre dans le dortoir des filles de la Division Magie. Bien qu’il y a aussi des personnes qui ont proposé l’idée de vous envoyer dans le dortoir de la Division Épée... mais laisser les Épéistes vous surveiller aurait été un peu troublant à mon goût. Alors... »

« Petit frère, je me suis arrangée pour que vous soyez admis dans le dortoir privé du conseil étudiant de la Division Magie, le Manoir des Sorcières ! » Kaguya avait expliqué ça tout en lui tendant les mains.

« Le Conseil des Étudiants, son dortoir privé... !? » s’exclama-t-il.

« Les membres du Conseil des Étudiants de la Division Magie sont différents des autres étudiants, ils vivent dans un dortoir spécial. » répondit-Liz Liza en pointant du doigt Kaguya. « Les membres du Conseil des Étudiants, qui rassemble les étudiants les plus forts, peuvent vivre ensemble et ils forment l’organisation la plus forte... Bien que les personnes qui la composent soient aussi des femmes, il faut signalé qu’elles sont les personnes qui sont les plus appropriées pour agir en tant que vos superviseurs. »

« Soyez reconnaissant envers cette personne, » continua-t-elle. « En raison du fait que cette personne a annoncé avec force que si quelque chose se produisait, alors le Conseil des élèves de la Division Magie aurait la capacité d’y répondre, à la fin, nous sommes arrivés à la conclusion de vous surveiller. Même le directeur a dit des mots désagréables tels que “est-ce quelque chose qu’une petite fille gâtée comme toi peut faire ?” »

« ... Moi, je ne suis pas une petite fille gâtée... » Par inadvertance, l’expression de Kaguya était devenue sombre.

Mais elle avait immédiatement à nouveau souri, son visage avait révélé ses fossettes.

« Alors c’est ainsi, petit frère ! » déclara-t-elle. « Nous serons ensemble ! Vous devez être très heureux ! »

« ... Se pourrait-il que vous ayez le désir de nourrir un garçon qui est plus jeune que vous ? » Liz Liza déclara ça avec des yeux suspicieux tout en regardant Kaguya, qui était extrêmement heureuse.

« Professeur, que dites-vous !? » s’écria Kaguya. « S’il vous plaît, ne dites pas ce genre de charabia, d’accord !? Il est vrai que... je ne savais pas qu’un garçon plus jeune que moi est si mignon. Je voulais seulement... entraîner personnellement un Magicien Épéiste qui pourrait aussi bien utiliser les techniques d’épée et la Magie d’Invocation ! »

« Magicien Épéiste... ? » demanda Kazuki.

« C’est décidé ! À partir d’aujourd’hui, vous êtes mon premier disciple ! » déclara Kaguya. « Je vais certainement vous entraîner afin que vous deveniez le plus fort Magicien Épéiste ! »

Kaguya tenait fermement les mains de Kazuki, qui tremblaient après avoir écouté ses paroles si inattendues.

***

« Ceci est le Manoir des Sorcières ! » déclara Kaguya.

Kazuki, tout en portant Leme qui dormait sur son dos, avait été amené jusqu’à cet endroit.

Il s’agissait d’un manoir dans le style de la renaissance occidentale, construite avec du bois noir s’incrustant dans des murs de couleur blanche.

Mais son nom ne correspondait pas à l’atmosphère de conte de fées qui rendait heureux ceux qui la voyaient.

Après avoir ouvert des portes de fer ayant des motifs en filigrane, puis après l’ouverture de la porte avant... Un monde complètement différent lui était alors apparu.

Il s’agissait d’un monde empli d’acajou éblouissant et de couleur rouge qui se présentait face à lui.

Bien que cela ne soit pas quelque chose d’extrêmement glamour, l’intérieur était quand même extrêmement raffiné. En outre, il y avait une variété de meubles qui aurait eu une place de choix dans un hôtel de luxe.

Au plafond se trouvaient plusieurs lustres majestueux...

Puis-je vraiment vivre dans un tel endroit ? se demanda-t-il.

« Cet endroit est très grand, n’est-ce pas ? » demanda Kaguya. « Il a été créé pour faire office de dortoir où l’on peut louer des chambres. Il y a donc beaucoup de chambres au deuxième étage. Le premier étage contient un salon commun, la cuisine et les salles de bain. Bien que les stagiaires du Conseil des Étudiants de première année soient principalement responsables des tâches ménagères... »

Les paroles de Kaguya devinrent soudainement assez vagues, mais Kazuki se sentit plutôt dans de bonnes dispositions face à ce genre d’arrangement.

« Pas de problème avec ça, je suis déjà habitué à faire le ménage. En vérité, j’aime bien le faire, » répondit-il.

« Vraiment !? » s’exclama-t-elle. « C’est super dans ce cas ! Alors, occupons-nous immédiatement de vous trouver une chambre... »

« ... Kazuki. » Leme, à l’origine endormie, ouvrit soudainement les yeux et sauta du dos de Kazuki avant de se remettre à parler. « ... Où est la salle de bain ? Leme est actuellement... besoin extrêmement urgent ! »

Le corps de Leme tremblait. Avec cette Diva, il était extrêmement difficile de la réveiller, mais le résultat était ce genre de situation... !

Kaguya prit en toute hâte l’une des petites mains de Leme tout en déclarant. « Je vais amener cet enfant jusqu’à la salle de bain. Donc, vous devez aller chercher une chambre au deuxième étage, petit frère ! Prenez celle que vous préférez ! »

« Puis-je prendre n’importe laquelle ? » demanda-t-il.

« Vous ne pouvez pas entrer dans celles qui ont un panneau sur la porte ! Ce sont nos chambres ! » répondit-elle.

Après avoir terminé de déclarer cette phrase à Kazuki, qui était stupéfait et qui restait debout à l’entrée, Kaguya conduisit Leme jusqu’à la salle de bain.

Bien que les suivre n’était même pas envisageable, les attendre ici serait bien trop embarrassant.

Au centre du hall d’entrée, il y avait un escalier en colimaçon. Kazuki ne put s’empêcher de caresser la surface lisse et douce en métal de la rambarde tout en montant au deuxième étage.

La première pièce au deuxième étage occupait très peu d’espace. Il s’agissait d’un petit salon avec un canapé. Mais à partir de cette pièce, il y avait un couloir qui s’étendait à droite et à gauche avec des chambres organisées tout le long de ce couloir.

Kazuki se décida donc à ouvrir la pièce la plus proche de lui ne possédant pas de panneau sur la porte.

« ... Hein !? Le Rang E ? » Ce qui était entré dans son champ de vision à ce moment-là était... une Mio Amasaki, qui était en train de se changer et qui ne portait donc que ses sous-vêtements.

Un corps magnifique aux courbes divines. Cette vision lui avait fait l’effet de voir la sculpture d’une déesse.

Cependant, la différence entre la sculpture et la réalité était évidente. Vous pouviez d’un seul coup d’œil remarquer la texture lisse et douce de la peau.

« A-AHHHHHHHHHHHHHHHH !? » cria Mio, devant cette soudaine irruption.

« Désolé. Je ne l’ai pas fait exprès ! » répliqua Kazuki.

Kazuki s’était immédiatement précipité hors de la pièce et avait fermé la porte avant de placer ses mains jointes derrière son dos.

Pourquoi !? La tête de Kazuki était remplie de points d’interrogation alors qu’il se tenait dans le couloir...

« ... Je pensais bien avoir entendu une étrange voix... Pourquoi le Rang-E est-il ici ? » déclara une voix depuis derrière lui.

Après avoir regardé en arrière, il ne pouvait voir que Koyuki Hiakari.

« Q-Qu’est-ce que vous êtes en train de porter en ce moment !? » demanda Kazuki après avoir constaté ce que portait Koyuki.

« Il s’agit là d’un vêtement décontracté que je porte pour l’intérieur. Y a-t-il un problème ? » demanda-t-elle.

Elle était vêtue avec une tenue où une ample chemise était placée sur ses sous-vêtements. Son regard ne pouvait pas être contrôlé, car il fut captivé par les jambes lisses et d’un blanc pur qui s’étendaient à partir de l’ourlet de la chemise.

« ... Je ne l’ai pas dit avant, mais s’il vous plaît, ne me regardez pas ainsi... » marmonna Koyuki, comme si elle s’en fichait un peu de cette situation.

Kazuki détourna précipitamment son regard de Koyuki, gêné d’avoir agi ainsi.

Des scènes extrêmement stimulantes apparaissant les unes après les autres et cela avaient fait disjoncter son esprit.

« ... Attendez ! » Après avoir revêtu un t-shirt et une jupe, Mio avait crié ça alors après qu’elle se fut précipitée hors de sa chambre. « Pourquoi cet idiot d’épéiste de Rang E est-il ici !? »

« Si je dois vous dire pourquoi, alors même si je ne peux pas l’expliquer en détail, mais j’ai été forcé de venir ici..., » répondit-il. « Amasaki, à ce propos, pourquoi êtes-vous ici ? »

« Me demandez-vous pourquoi je suis ici ? Mais c’est bien sûr parce que je suis une rang A... pfff, je suis une rang A ! » répliqua-t-elle.

« Donc cela marche ainsi, mais je ne comprends toujours pas pourquoi, » répondit-il.

« Alors, écoutez-moi bien afin de comprendre, » déclara Mio. « Une étudiante de première année ayant des notes exceptionnelles devient automatiquement une stagiaire pour le Conseil des Étudiants, allant ainsi habiter dans le Manoir des Sorcières. De plus, elle devient l’apprentie des membres du Conseil des Étudiants. Tout ceci fait partie de la tradition ici. »

« Je comprends. Une fois qu’on me fournit une explication si précise, alors je peux tout à fait le comprendre, » répondit-il.

En parlant de cela, ce qu’elle venait de dire indiquait qu’il y avait sûrement d’autres stagiaires de première année pour le Conseil des Étudiants qui se trouvaient ici.

« En d’autres termes, ceux qui sont ici sont l’élite de l’élite, » déclara Mio, sur un ton très hautain. « Donc uniquement ceux avec un rang A ! ... Mais pourquoi est-ce qu’un Rang-E viendrait lui aussi ici ? Cet endroit n’est pas un endroit où un idiot d’épéiste comme vous devrait rester ! E-Et, en plus, ne venez-vous pas de me voir nue à l’instant !? »

« C’était inévitable ! Car moi aussi j’ai été emmené ici par Kaguya-senpai... » répondit-il.

« Est-ce que vous vous disputez ? Qu’est-il arrivé ? », après une série de bruit de pas *Tap* *Tap* *Tap*, Kaguya arriva près d’eux après avoir remonté en haut de l’escalier.

« Ha ! Se pourrait-il que les autres étudiants de première année soient également venus ? » demanda-t-elle. « Voilà donc ce que c’était ce son ! Comme la réunion du personnel a pris trop de temps, l’un des autres étudiants a dû vous montrer le chemin ! Se pourrait-il que vous vous soyez déjà rencontrés ? »

Donc, en vérité, Kaguya pensait que les autres étudiants de première année n’étaient pas encore arrivés, alors elle avait immédiatement dit des paroles sans avoir réfléchi aux conséquences telles que celles concernant l’ouverture de n’importe quelle pièce tant que ce n’est pas la chambre de quelqu’un.

« Présidente du Conseil des Étudiants, que se passe-t-il avec ce Rang-E ? » demanda Mio.

« Cette enfant est mon disciple numéro un. Il s’agit d’un Magicien Épéiste qui sera directement entraîné par moi, » déclara Kaguya.

« Le premier disciple de la Présidente du Conseil des Étudiants !? » s’exclama Mio. « Un Magicien Épéiste, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi... ? Comparée à moi, qui suis une rang A... oui, pourquoi un voyeur de la Famille Hayashizaki, qui est seulement habile dans l’art de l’épée, bénéficie-t-il d’un traitement si spécial !? »

« Ho Hé ! Petit frère, avez-vous joué au voyeur ? Il s’agit d’un crime. Carton Jaune, ainsi qu’une suspension de l’école ! » cria Kaguya.

« ... Vous l’avez espionnée ? Ce... Rang-E ! Qu’est-ce qu’il y a de brisé en vous ? » demanda Koyuki.

Kazuki était entouré par trois filles. Au moment où cette atmosphère interrogative était sur le point d’exploser.

« Hé, hé ! Où est l’endroit où je peux me laver les mains ? La personne qui m’a guidée jusqu’ici pourrait me guider jusqu’à la toute fin. » Du bas de l’escalier, la voix de Leme était soudainement arrivée à leurs oreilles.

« Cette voix... Serait-ce l’étrange Diva avec laquelle vous avez effectué un contrat ? Pourquoi est-elle ici ? » murmura Mio avec beaucoup de suspicions. Kaguya, voyant ça, fit un léger sourire.

« Bien qu’un garçon puisse être un petit peu... Kazuki Hayashizaki et sa diva avec qui il a fait un contrat, Leme-chan, seront tous deux nos compagnons et ils vivront avec nous ici ! Vous devriez donc tous être amicaux les uns avec les autres, » annonça simplement Kaguya.

***

Partie 4

Afin de permettre à tout le monde de se rencontrer, les résidents du Manoir des Sorcières s’étaient tous retrouvés au salon du premier étage.

Kazuki, Mio, Koyuki, Kaguya et Leme, étaient tous les cinq assis sur des chaises se trouvant autour de la table.

« La vice-présidente est actuellement en train de participer à une quête, alors, attendons-la pendant un petit moment, » déclara Kaguya. « Comme ceci a déjà été montré à la télévision, l’affaire vis-à-vis des Chasses aux Stigmas effectuées par les Utilisateurs Illégaux de Magies a bien eu lieu dernièrement. Récemment, la situation n’a pas été du tout pacifique. »

« ... C’est quoi une quête ? » demanda Kazuki après avoir affiché sa surprise devant ce mot.

Mio avait elle aussi affiché un regard d’incrédulité avant de demander ça. « Hé, vous le Rang E. Vous êtes évidemment tout en bas de nous toutes, mais n’avez-vous pas au moins pris la peine d’écouter les explications qui ont été fournies ? »

... À ce moment-là, sa tête était remplie de pensées sur ce qui allait se passer pour lui après ça, donc il n’avait pas du tout écouté.

« Les élèves de la Division Magie ont la possibilité d’aller dans un endroit appelé la Guilde et là, ils peuvent aider les Chevaliers vis-à-vis de certaines tâches importantes, » expliqua Kaguya. « Les étudiants forment des groupes entre eux et vont éliminer des Bêtes Magiques, vont explorer les Terres Magiques, et vont capturer des Utilisateurs Illégaux de Magies, etc. Ils ont la possibilité de sélectionner des quêtes difficiles afin d’augmenter leur propre évaluation. Et, à partir de maintenant, nos rangs changeront constamment en raison des résultats de ces quêtes. »

« En outre, il y a aussi le Duel qui est une compétition entre les étudiants et qui va également affecter les rangs des étudiants, » déclara Mio.

« ... Utiliser les rangs actuels comme excuse pour causer des problèmes est vraiment une chose très stupide. » Koyuki murmura ceci d’une très faible voix. Elle portait toujours ces vêtements d’intérieur décontractés, qui étaient simplement une chemise ainsi que ses sous-vêtements.

« Hiakari-san, j’ai l’impression que vous êtes très familière avec cet endroit... Est-ce vraiment la première fois que vous venez ici ? » demanda Kazuki.

« Nullement. J’ai déjà vécu ici au cours de ces dernières années, » répondit-elle.

« Comme elle est née avec un Pouvoir Magique qui était exceptionnellement important, il a été admis que Koyuki-chan aura sans aucun doute une Énigma à son 14e anniversaire. Et ainsi, elle est venue ici même si elle n’était qu’au collègue, elle a pu vivre dans cette académie. Le Conseil des Étudiants avait alors reçu un ordre des professeurs nous demandant de prendre soin d’elle. »

Mio jeta un regard rempli de confrontation envers Koyuki.

« ... Quel ennui ! » Face à cette réaction, Koyuki se tourna sur le côté.

« Kaguya-senpai, vous êtes bien une étudiante de deuxième année, n’est-ce pas ? Mais dans ce cas, où sont les étudiantes de troisième année ? » demanda >Kazuki.

« N’avez-vous vraiment pas écouté le briefing ? » demanda Kaguya. « Une fois que vous atteignez la troisième année, à cause des Stages, ils suivent les Chevaliers dans tout le pays. Par conséquent, ils ne vivent jamais dans les dortoirs. »

« ... On n’en peut pas trop y faire. Pendant le briefing, j’étais trop anxieux quant à mon propre avenir, » avoua-t-il.

Cependant, ayant été distrait au point où il tremblait, et il se sentait maintenant très gêné devant cet aveu.

Kazuki jeta un coup d’œil à Leme qui était assise à côté de lui. Après que Leme remarqua son regard...

« C’est correct. » Dit-elle calmement avant de tenir fermement la main de Kazuki qui se trouvait sous la table.

Cette soudaine action avait rendu Kazuki confus.

Est-ce que cette personne essaie de m’encourager ? Se demanda-t-il.

« Je suis de retour, » une nouvelle voix put être entendue en provenance de l’entrée avant du manoir.

« Ah, Hikaru semble désormais être revenue. Elle est la vice-présidente du Conseil des Étudiants, » expliqua Kaguya. « Hikaru, viens un peu dans le salon ! »

« Ha ! Est-ce que les premières années sont arrivées ? » répondit Hikaru. « Je vous ai longtemps fait attendre, chers nouveaux étudiants ! »

Ce qui ouvrit la porte et apparut vaillamment était... un Noble très élégant.

Avec une coiffure neutre et un visage galant qui ferait que presque tout le monde le reconnaître sans erreur possible comme appartenant à un beau garçon.

Cette élégante étudiante de deuxième année avait alors regardé Kazuki et ses yeux s’étaient alors immédiatement mis à le regarder sous toutes les coutures.

« ... ! Il y a maintenant quelqu’un qui ressemble plus à un garçon que moi ! » déclara-t-elle après avoir fini son inspection.

Pour faire ça, elle avait posé négligemment les affaires qu’elle avait eues dans ses mains en entrant et s’était précipitée devant Kazuki.

« F-Fantastique ! » s’exclama-t-elle. « Le visage est assez cool, son corps est extrêmement solide, peut-être que c’est un peu impoli de dire ça, mais c’est fondamentalement identique à un garçon ! ... C’est vraiment... comme un... garçon !? »

« Mais c’est parce que je suis un garçon... senpai ! » répondit Kazuki.

Kazuki paniqua lorsqu’une étudiante plus âgée, qu’il rencontrait pour la première fois, le toucha soudainement un peu partout.

La fille tenait à ce moment-là fermement la veste de Kazuki et ce beau visage de garçon devint immédiatement entièrement rouge.

« D-Désollllléééééé! Un vrai garçon !? Pourquoi est-ce qu’un garçon serait ici ? » s’exclama-t-elle.

Avec un élan incroyable, elle s’échappa de sa position qui était à côté de Kazuki avant d’aller se cacher derrière Kaguya.

« Désolée, cette enfant n’a pas l’habitude de traiter avec des garçons, » expliqua Kaguya.

« N’est pas habitué à... ? ... Même si elle est si digne et incroyablement belle ? » demanda Kazuki.

« C-C’est parce que j’ai toujours été dans une école de filles depuis la maternelle, donc je n’ai pas de résistance face aux garçons... » répondit Hikaru.

À ce moment-là, cette fille avait sorti sa tête de derrière le dos de Kaguya. De la sueur coulait constamment de son front.

« Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours été considérée comme étant un prince par les personnes se trouvant dans mon voisinage, » expliqua-t-elle. « Afin de répondre à une telle attente, j’ai toujours essayé aussi souvent que possible de me comporter comme un prince... Mais, en agissant ainsi, ça a aussi fait que ma vie est une vie un peu étrange... UWAHH, un vrai garçon est là... M-Mon cœur bats si vite... »

« Hé, tu dois te lever et te présenter correctement, » s’écria Kaguya envers sa camarade.

« J-Je ne m’attendais pas à ce qu’un stagiaire de première année du Conseil des Étudiants soit réellement un garçon... » déclara Hikaru. « J-Je m’appelle Hikaru Hoshikaze. A-Actuellement, je suis la vice-présidente du Conseil des Étudiants. R-Ravie de vous rencontrer. »

Ces personnes-là sont les colocataires de ma nouvelle vie ? J’ai l’impression que ce sont tous des personnes étranges... pensa-t-il.

« Je vois... Fufufu, intéressant. Un groupe digne d’être des Contractants... » Leme murmura des mots qui semblaient suspects à côté de lui... Contractant ?

« Cependant, c’est correct ! » annonça Hikaru. « Je ne vais absolument pas rejeter mon mignon cadet parce qu’il est un garçon ! Je vais vous traiter comme étant du même sexe, et utiliser une attitude plus décontractée que n’importe qui d’autre pour être amical les uns avec les autres ! »

Elle avait déclaré ça une certaine fierté. Cependant, après que ses yeux se soient alignés sur ceux de Kazuki, elle avait immédiatement utilisé ses deux mains pour se couvrir le visage.

« Haaaaa... S-S’il vous plaît, ne me regardez pas comme ça... » s’écria-t-elle.

Peut-être qu’elle est une personne un peu mignonne, pensa Kazuki.

« Kaguya, c’est bon ! Après avoir fini ma quête, j’ai été acheté plein de collations, » déclara-t-elle.

« Super ! » s’exclama Kaguya. « Alors, laissez-nous nous occuper de la fête de bienvenue pour tout le monde ! »

Le Soir, à 20 heures... c’était l’heure de dîner, mais sur la table...

« Elle est complètement remplie de collations. » Vers cette montagne composée de collations, Kazuki ne pouvait s’empêcher de ressentir de la peur.

Il ne s’agissait pas de produits de masse, mais plutôt des produits à prix élevé qui avaient subi un Conditionnement Alchimique.

« Fufufu, être capable de manger autant de collations, suis-je en train de rêver ? » Kaguya se pencha vers le côté et redressa sa poitrine tout en déclarant ça.

« Non, il s’agit là d’une nourriture qui est sérieusement déséquilibrée au niveau de la nutrition et qui va vous faire prendre du poids... » s’écria Kazuki.

« Une fête entre filles est fondamentalement ainsi ! » expliqua Kaguya. « Et franchement, puisque vous êtes déjà dans la Division Magie, petit frère va devoir devenir plus familier avec les sentiments des filles. D’accord ? Alors A... aahhhhh. » Kaguya avait soudainement pris dans sa main un petit biscuit sucré et avait essayé de le nourrir.

« ... Nous n’avons pas encore porté de toast ! » Kazuki, qui ne savait pas comment réagir avait repoussé la main de la jeune fille.

« Haaa... aaa, j’ai été rejeté par un garçon !? » s’écria Kaguya. « C’est contraire à l’étiquette ! »

« Alors, tout le monde, avez-vous tous un verre rempli à la main ? » Hoshikaze avait alors versé des boissons gazeuses dans les tasses et les avait personnellement données à tout le monde.

Les bulles de gaz carboniques avaient le pouvoir incroyable de rendre l’atmosphère du groupe à nouveau actif.

Tout le monde, avec leurs mains tenant une tasse, avait alors crié en même temps : « Santé ! »

... La fête de bienvenue s’était alors poursuivie jusqu’au moment où la date avait basculé.

***

Chapitre 3 : Mio Amasaki

Partie 1

Kaguya avait apporté des cartes, et ainsi, l’atmosphère de la fête de bienvenue était devenue encore plus vivante qu’auparavant.

Mio et Hoshikaze étaient le genre de personne qui reflétait immédiatement ce qu’elles pensaient sur leurs visages. Elles étaient donc extrêmement faibles dans ce genre de situations. Au contraire, Kaguya et Koyuki étaient si fortes que cela en était effrayant.

Kaguya utilisait des mensonges et des bluffs avec facilité tandis que Koyuki avait le visage impénétrable d’une forteresse.

Cependant, en raison des paroles que Kazuki avait déclarées à Kaguya, « Donc, senpai est le type de personne dont l’expression est incompatible avec sa personnalité », après qu’elle avait dit « Fufufu » et qu’elle avait souri, elle était soudainement devenue extrêmement faible face aux autres. Après cela, la gagnante fut finalement Koyuki. Elle avait alors marmonné. « Eh bien, ce n’est pas grave, » avant de tirer les rideaux sur la fête de bienvenue.

***

En raison de la forte persuasion produite par Mio, la chambre de Kazuki avait été désignée sans qu’il ait la possibilité de la choisir. Celle qui lui avait été affectée était celle qui était la plus éloignée au deuxième étage.

Il s’agissait de l’endroit où il y avait une distance appropriée avec les chambres des filles et elle était séparée par plusieurs chambres inoccupées. Bien que Kaguya avait initialement déclaré que tout allait bien se passer, finalement, ils ne purent pas faire autrement.

Tard dans la nuit après la fête de bienvenue, Kazuki avait ouvert la porte de sa propre chambre.

« Une nouvelle vie, hum... Et bien qu’il semblerait qu’elles soient toutes difficiles à gérer, mais il semblerait que ça devrait marcher, » murmura-t-il à ce moment-là, juste avant de soulever la douce couverture qui se trouvait sur le dessus du lit qui était semblable à celui d’un hôtel.

« Une nouvelle vie. Vraiment ? Alors, visons à la création d’un harem ! » déclara une voix féminine.

... Après avoir soulevé la couverture, il ne savait pas pourquoi Leme se trouvait dans son lit.

« Leme !? Pourquoi vous cachez-vous dans un tel endroit ? Votre chambre n’est-elle pas ailleurs ? » demanda Kazuki.

« Tout à fait. Mais, comme je dois discuter de certains sujets que je ne veux pas que les autres entendent, j’ai été obligée de venir dans cette chambre, » déclara-t-elle.

« Sujets ? Tout va bien... mais, n’aviez-vous pas perdu vos souvenirs ? » Demanda-t-il.

« C’est exact. Mais en réalité, malgré la perte de mémoire, Leme se souvient encore vaguement de ce qu’elle est et de sa mission, » déclara Leme. « Les Divas ont toutes un sens à leur existence qui a été décidé sur la base du mythe. Ce n’est pas quelque chose qui pourrait être simplement oublié. »

Un sens à son existence décidé par le mythe ? La mission de Leme est... ? Se répéta-t-il dans sa tête.

« Alors en d’autres termes... Serait-ce la raison pour laquelle vous avez choisi de m’accorder une énigma !? » demanda-t-il.

« Tout à fait. Et Leme... Bien que je l’ai dit avant ça, mais elle n’est pas en réalité une Diva impuissante, » déclara-t-elle.

En entendant ces paroles, Kazuki avait écarquillé les yeux.

Face à Kazuki, Leme avait répondu avec une grande fierté. « La mission de Leme est... de te faire devenir un roi du harem ! »

... HAA ? Les yeux de Kazuki s’élargirent encore plus et ils se figèrent.

***

« Je vais seulement te le dire, à toi, mon Contracteur, ma véritable identité... Le véritable nom de Leme est La Petite Clé de Salomon, Lemegeton ! Le Roi-Démon régnant sur les 72 Piliers de Salomon ! » déclara Leme.

Attendez une minute... ne vient-elle pas de dire Lemegeton ? pensa-t-il.

« La Petite Clé de Salomon ne devrait-elle pas être un Livre Magique ? » demanda-t-il.

Lemegeton... Ce nom était en effet apparu dans le mythe lié aux 72 Piliers des Démons de Salomon.

Cependant, Lemegeton n’était pas répertoriée comme un nom se trouvant dans les 72 Piliers de Salomon.

Le Roi Salomon, qui gouvernait les 72 Piliers de Salomon, avait placé le contenu de ses techniques d’invocation à l’intérieur d’un Livre Magique appelé La Petite Clé de Salomon... Voilà ce qui avait été transmis comme information.

Le Roi Salomon était un humain vivant autour de 1000 av. J.-C.. Mais ce Livre Magique avait été découvert au 17e siècle et avait déclenché la folie du peuple vers la magie noire et l’alchimie. Le fait que le chef de l’Aube de la Sagesse Toute-Puissante, McGregor Mathers, l’avait traité comme un objet de recherche était aussi largement connu.

« C’est faux ! C’est vraiment totalement faux ! » Leme secoua la tête avec colère. « Tout cela a été transmis de manière incorrecte. La majorité des personnes qui cherchent la méthode pour invoquer des démons ont estimé qu’il était plus facile de considérer Leme comme un Livre Magique. Mais cette pensée était trop simpliste. »

« En d’autres termes, est-ce une illusion bien commode que les personnes des temps anciens avaient fabriquée ? » demanda-t-il.

« C’est exact. Le Roi Salomon n’avait pas utilisé un Livre Magique pour utiliser les techniques d’invocation. C’est parce qu’il avait un contrat avec Lemegeton, qui gouverne la puissance des 72 Piliers de Salomon, qu’il pouvait tous les convoquer ! »

Gouverner la Puissance des 72 Piliers de Salomon... Est-ce le véritable pouvoir de Lemegeton ? Se demanda-t-il.

« Dès maintenant, je vais te dire le pouvoir de Leme... La Magie Inhérente de Leme Goetia permet d’accéder aux dix pouvoirs magiques propres à chacun des 72 Piliers de Salomon. Il s’agit de ceux-là mêmes qui accordent leurs pouvoirs à l’académie. Un total de 720 sortes de magies existe et elles te sont toutes données ! » déclara Leme.

Les mots prononcés par Leme avaient alors eu un effet énorme sur Kazuki.

Toutes. En d’autres termes, à l’heure actuelle, cela voulait dire qu’il pourrait utiliser un total de 720 sortes de magies.

Il était en train de réfléchir à tout ce que cela impliquait et trois mots géants étaient alors apparus à l’esprit de Kazuki « La Plus Puissante. » La Diva avec qui un Rang E avait formé un contrat était la diva la plus forte existante.

« ... Cependant, il y a une condition. Ce pouvoir n’est autorisé à être utilisé que par un Roi. Tout comme Leme laisse les 72 Piliers de Salomon être ses subordonnés, si tu n’arrives pas faire que les autres personnes devienne tes subordonnés, alors ton pouvoir en tant que Roi ne peut pas être utilisé. Heu ! Le mot subordonné n’est pas le mot utilisé dans les temps modernes... Si nous devons utiliser la façon moderne de parler... Alors il faut que tu les fasses tomber amoureuse de toi ! »

Fais-les... Tomber amoureuse... de moi ? J’ai soudainement l’impression que... des mots idiots ont jailli hors de sa bouche. Se dit-il.

« Grâce à la mentalité des Utilisateurs de Magies de Stigma que tu auras réussi à transformer en tes subordonnés, le pouvoir de la Diva avec qui l’Utilisateur de Magies de Stigma a formé un contrat pourra pleinement être utilisé par toi, » expliqua-t-elle. « Par exemple, si tu arrives à faire que Mio Amasaki tombe amoureuse de toi, alors tu arriveras à créer un lien avec cette personne. Et ainsi, Leme sera en mesure de puiser dans le pouvoir de Phenex. Cependant, si tu restes encore dans un état impopulaire comme maintenant... Bien que ce soit regrettable, mais Leme ne sera qu’une Diva impuissante... »

« ... Impopulaire... Diva Impuissante... !? C’est bien trop bizarre, » s’écria-t-il.

« Ce n’est nullement bizarre, » répondit-elle. « Les Divas ont leur propre but d’exister basé sur le mythe. Les différentes missions des Divas de Salomon sont d’accorder la sagesse aux humains et de laisser prospérer ce pays. Et une fois que les Utilisateurs de Magies de Stigma qui sont capables d’utiliser les 72 Piliers de Salomon grandiront, il est nécessaire de les gouverner. Et comme le Pouvoir Magique d’une femme est relativement plus important, tous les Utilisateurs de Magies de Stigma sont des femmes. Face à une telle situation, le roi qui doit les soumettre... est donc un Roi du Harem ! »

« ... Que faire ? Il semble que cela ait du sens, » déclara-t-il.

« Je t’avertis de ceci dès le départ, » déclara Leme. « Mais si une situation où un Roi du Harem n’arriverait pas à naître au Japon devait arrivé, alors les 72 Piliers de Salomon perdraient leurs motivations et arrêteraient de soutenir ce pays. Ceci arrive, car le fait de cultiver un roi est le sens de l’existence pour toutes les Divas de Salomon. Tout comme quand elles ont obéi au Roi Salomon d’Israël, elles sont tous des Divas agissantes comme des assistants, qui sont prêtes à faire de leur mieux pour le Roi. »

« Attendez une minute ! Ceci, n’est-ce pas extrêmement important pour ce pays !? » s’exclama Kazuki.

La vraie raison qui faisait que les 72 Piliers de Salomon soutenaient le gouvernement japonais n’était pas encore claire. Même ainsi, le gouvernement japonais désirait le pouvoir de la magie. Pour les forces militaires, ils ne pouvaient s’empêcher de compter sur les 72 Piliers de Salomon.

S’ils devaient perdre le soutien des 72 Piliers de Salomon, le Japon serait retiré de leur position de Pays Magiquement Avancé.

« Le pouvoir d’un Roi est de pouvoir rassembler les choses fragmentées, le Pouvoir de Convergence, » déclara Leme. « S’il n’a pas ce Pouvoir de Convergence acquis par un Roi, alors dans l’avenir, les humains ne seraient pas en mesure de faire face à la vague géante qui viendrait déferler sur ce monde. En admettant parfaitement qu’un individu seul est faible, il est donc nécessaire de cultiver un roi. Et ceci est la mission de Leme et des 72 Piliers de Salomon... »

« ... une vague géante qui viendrait bientôt déferler sur ce monde ? » Demanda-t-il.

Tout à l’heure, Leme avait dit qu’elle se souvient vaguement de sa mission.

« Les nombreux fragments mystérieux se trouvant à l’intérieur du monde des mythes se rassemblent tranquillement sous l’eau, » expliqua-t-elle. « Non seulement au Japon, mais dans l’ensemble des sept pays. À un moment bien spécifique, tout cela bouleversera le monde entier. »

Sept pays... Il ne fait aucun doute que cela fait référence aux 7 pays magiquement avancés.

« ... Donc, pour atteindre cet objectif, un harem est donc nécessaire ? » demanda Kazuki.

« On ne peut pas faire grand-chose sur le fait que tu peux te sentir troublé puisqu’on te dit si soudainement que tu vas avoir besoin de te faire un harem. Mais s’il te plaît, sois assuré ! Car Leme t’accordera une Robe Magique qui jouera un rôle prédominant pour la création de ton harem ! »

Après avoir entendu l’expression Robe Magique, Kazuki, qui était choqué, avait eu une lumière blanche qui s’était mise à briller sur le majeur de sa main gauche. La lumière avait été en augmentation... Puis, soudainement, elle était devenue une bague qui avait été faite avec un matériel analogue au cuivre. En termes de Robe Magique, elle était franchement un peu trop petite.

« Parce qu’actuellement Leme a perdu la mémoire, alors elle ne pourra que te donner une petite bague, » expliqua-t-elle. « Cependant, cette bague est le fameux et légendaire Anneau de Salomon ! Cette bague peut facilement capturer le son du cœur des filles. Elle permet de mesurer leurs sentiments et les convertir en valeurs. »

« ... Les effets sont complètement différents de ceux que je connais, » déclara Kazuki.

Dans la légende, il était de notoriété publique que l’Anneau de Salomon devait permettre à une personne qui la portait de comprendre les paroles en provenance des animaux et des plantes.

« Ceci a été réécrit en accord avec le style moderne. Injecte un peu de ton Pouvoir Magique et teste l’anneau, » déclara Leme.

À la suite à ce qu’elle avait déclaré, il avait injecté du Pouvoir Magique à l’intérieur de l’anneau. À ce moment-là, une lumière blanche s’était mise à clignoter devant les yeux de Kazuki.

La lumière avait progressivement représenté des images et était devenue une image en trois dimensions contenant des informations.

« Ces informations sont les résultats des mesures des sentiments des filles que tu dois conquérir, » expliqua-t-elle. « En d’autres termes, elles représentent les niveaux de positivité des filles. »

L’image qui avait émergé devant lui était une liste avec les noms des filles que Kazuki connaissait bien. À côté du nom, des graphiques étaient apparus les uns après les autres. Les graphiques avaient même des valeurs numériques à côté d’eux.

Mio Amasaki — 55, Kaguya Otonashi —48, Koyuki Hiakari —38, Hikaru Hoshikaze —30.

« ... C-C’est le niveau de positivité de tout le monde a envers moi ! » s’exclama-t-il.

« Cette bague possède également la capacité de détecter et de capturer les changements mentaux des filles, » expliqua Leme. « Ceci est déjà dans l’ordre pour que tu puisses le voir de la meilleure manière possible, aussi bien visuellement qu’avec tous les détails. Si le niveau de positivité de la fille augmente, alors un cœur rouge apparaîtra à côté d’elle. Si le niveau de positivité diminue, un crâne noir apparaîtra. Puis, il sera absorbé par l’anneau. Quand l’anneau aura fait ça, le graphique sera changé. Bien entendu, ces images ne peuvent pas être vues par d’autres personnes. Si tu es capable de surveiller les changements de niveaux de positivité en temps réel, alors tu deviendras rapidement sensible aux véritables sentiments de la personne se trouvant en face de toi et tu sauras avec certitude ce que tu dois faire pour les rendre heureuses. De cette façon, peu importe le genre de fille qu’elles sont en réalité, tu seras en mesure de les attirer jusqu’à toi, cela même si la fille ne se connaît pas elle-même. »

« ... Le cœur d’un humain ne peut pas être si facilement représenté comme dans un jeu, » se plaignit-il.

C’est exact, juste au moment où je réfléchis un peu sur ça... n’est-ce pas comme un jeu ? pensa-t-il.

« Et en plus, c’est comme dans les jeux de simulation où il faut devenir intime avec des filles... En d’autres termes, un Galge ! » dit-il.

En tant qu’épéiste, je ne serai pas intéressé par ce genre de chose. Et jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de soucis à ce sujet. Cependant, ce n’est certainement pas quelque chose vis-à-vis de laquelle j’étais totalement désintéressé. Mais pourquoi tout cela tombe-t-il vraiment sur ma personne... ? pensa-t-il.

Mio Amasaki — 55, Kaguya Otonashi — 48, Koyuki Hiakari — 38, Hikaru Hoshikaze — 30.

« ... Il y a sûrement une erreur. Pourquoi Amasaki est-elle classée numéro une ? » Demanda Kazuki. « Cette fille semble détester les techniques à l’épée. Et en plus, elle me méprise. »

« Moi je sais ! Moi je sais ! Tsundere, Tsundere [1]. Il n’y a aucun doute qu’elle est une Tsundere, » déclara Leme, contente de démontrer son savoir.

« Tsundere !? Qu’est-ce que c’est... ? Ce genre de chose est aussi bien trop étrange, » répliqua-t-il.

Si Amasaki avait une relation de 55 avec lui, alors le niveau de positivité de Kanae devrait certainement atteindre les 300 millions !!!

« Parce qu’il n’y a pas de point de référence, je ne comprends pas vraiment les valeurs, » déclara-t-il « Et, est-il incapable de mesurer les niveaux de positivité de Kanae ? »

« Bien que je ne sache pas de qui tu parles, mais la seule chose qui est certaine, c’est que ça ne marche qu’avec des personnes qui ont signé un contrat avec une Diva, » répondit Leme.

« ... Alors, je ne peux visualiser que les niveaux de positivité de ces quatre personnes ? » Demanda Kazuki. « Mais, peu importe comment je le regarde ces chiffres, je ne peux pas croire qu’Amasaki ait un niveau de positivité de 55 quand elle n’a pas de bonnes intentions à mon égard... Et quand je compare ça avec Kaguya, qui possède un score plus faible, alors qu’à première vue, elle semble être très amicale envers moi... mais est-ce que cela veut dire que c’est juste superficiel et ne représente pas du tout ses véritables sentiments ? Hiakari affiche une attitude indifférente envers moi, alors que la valeur que je vois là ne montre clairement pas son indifférence. Cependant, ce qui est le plus frustrant, c’est... Hoshikaze avec un score de 30. Est-ce qu’elle me considère déjà comme si j’avais le même rang qu’un insecte... »

« Attends, si tu traites le tsun du Tsundere comme la vérité, puis en utilisant cela comme base, cela rendra toutes les autres méfiantes, » dit-elle.

En effet, Mio montrait parfois une attitude incroyable comme lorsqu’ils avaient eu leur première rencontre.

Alors, cette attitude pingre, par rapport à me haïr... C’est plus comme blaguer maladroitement avec moi ? pensa-t-il.

« Un niveau de positivité d’environ 30 signifie une position qui est supérieure à une connaissance, mais moins qu’un ami, » expliqua-t-elle. « Si le niveau de positivité est supérieur à 65, alors tu obtiendras la clé de leur cœur. Par conséquent, tu pourras utiliser la Magie d’Invocation de niveau 1 de la Diva avec laquelle elle a créé un contrat. Donc, tu dois d’abord te rapprocher de Mio Amasaki ! »

Les 10 sortes de Magie Inhérente que possédaient les Divas sont divisées en 10 niveaux. Un Utilisateur de Magies de Stigma pouvait utiliser une Magie d’Invocation de haut niveau qui correspondait à la longueur d’onde de la Diva.

En revanche, Kazuki était en ce moment toujours dans un état d’impuissance. Bien qu’il soit toujours dans une situation où il était en observation, mais si cela continue ainsi, il douterait aussi de la signification de son séjour à la Division Magie. En d’autres termes, afin de se débarrasser de son titre comme étant le moins bien classé, un Niveau 1 est correct, n’importe quoi serait bien, il devait donc être capable d’utiliser la Magie d’Invocation.

Cependant... pourquoi doit-il faire tomber Mio amoureuse de lui ?

En d’autres termes, il faudrait que quelqu’un tombe amoureux de lui pour avoir le pouvoir ? N’était-ce pas exactement... comme dans un jeu !?

« ... Ces soi-disant niveaux de positivité, n’est-ce pas correct si ce ne sont pas des sentiments d’amour, mais des sentiments d’amitié ? » demanda-t-il.

« Hein !???? Parles-tu d’amitié entre hommes et femmes ? » demanda-t-elle.

« Parce que les soi-disant niveaux de positivité ne devraient pas être uniquement des sentiments d’amour, n’est-ce pas ? » continua-t-il à demander.

« L’amitié entre hommes et femmes n’est-elle pas difficile à réaliser ? » demanda à son tour Leme. « Former une amitié avec les 72 personnes est encore plus difficile que de former un harem. Il semble que tu n’aies pas beaucoup d’expérience pour nouer une amitié avec les femmes. »

« J’ai été regardé avec dédains par une fillette !? » s’exclama-t-il.

« N’utilise pas le mot fillette ! » cria Leme. « Leme est seulement dans un état d’une fillette parce que ma force et une partie de mes souvenirs ont été perdus ! Si tu es capable d’accumuler lentement du pouvoir, alors Leme retrouvera également une apparence qui correspond à sa puissance ! »

« En fin de compte, je ne suis pas intéressé par l’amour ! » dit Kizuna.

Il se remémora alors que depuis le début du collège, ses amis hommes parlaient tous de sujets liés aux filles. Cependant, par rapport à ce genre de chose, il voulait seulement améliorer un peu plus ses techniques à l’épée et gagner la reconnaissance de son père adoptif et de Kanae.

« Pas intéressé par l’amour ? Vraiment ? » demanda Leme.

Face au ton sceptique de Leme, Kazuki devint un peu en colère. « C’est la vérité. Donc je... ne vais pas utiliser des sentiments d’amour, mais des valeurs plus positives liées à l’amitié pour atteindre le summum de la Magie d’Invocation ! »

Je dois devenir amis avec tout le monde présent ici et me débarrasser de l’évaluation d’incompétent lié à mon Rang E, pensa-t-il. Si je peux le faire ainsi... alors je serais capable de l’accepter et de devenir motivé à aller de l’avant.

« ... Oublie ça, » répondit-elle. « Puisque Notre Roi (Basileus) le dit, alors Leme ne le forcera pas à agir contre sa volonté. »

« Quelle est la signification de Votre Roi ? » demanda Kazuki.

« Fufufu, » Leme se mit à rire. « À partir de maintenant, tu deviens un Roi du Harem. En grec, Basileus Goetia signifie “Le roi qui gouverne les 72 piliers”. »

Une fois que le mot de « Basileus » avait été prononcé, le chef de l’organisation secrète était directement apparu dans leur esprit.

Le dirigeant de l’Aube de la Sagesse Toute-Puissante, Basileus Basileon.

Laissant la phrase « Le monde est érodé par les mythes », un homme qui était considéré comme étant mort...

« Je n’ai pas l’intention de devenir un Roi du Harem, » déclara Kazuki.

« Oublie ça ! Car Leme en ce moment n’a aucun souvenir, » répondit Leme. « Elle observera pour le moment les possibles développements. Leme peut se matérialiser dans un tel corps physique et pourrait aussi laisser sa forme matérialisée disparaître dans l’Astrum afin de pouvoir observer ton état mental. »

Après avoir fini sa phrase, le corps de Leme avait alors complètement disparu.

Alors qu’il pensait au fait qu’elle venait de soudainement disparaître, Leme se matérialisa simplement à la fin de sa réflexion.

« ... Même si vous n’avez pas volé le corps d’un humain, » commença-t-il à parler du sujet de sa réflexion. « Et pourtant vous, en tant que Diva, êtes capable de vous matérialiser dans ce monde. C’est dès le départ quelque chose de vraiment incroyable. »

« Il y a une raison, » répondit-elle. « Premièrement, la connexion entre Leme et toi est beaucoup plus forte que dans des circonstances ordinaires. Probablement parce que nous nous sommes embrassés pendant notre contrat... Hoo ! Pourquoi rougis-tu !? »

« Je ne rougis pas ! » s’exclama Kazuki.

« Parce que nous avons fait l’acte de connecter le symbole au niveau spirituel, ceci a renforcé notre contrat. À cause de ça, Leme ne peut pas former un autre contrat avec une personne en plus de toi. En échange, cela améliore grandement l’efficacité du Pouvoir Magique. Mais il y a un autre point à signaler... Bien qu’en raison de ma perte de mémoire, c’est donc extrêmement vague, mais apparemment Leme semblait être une Diva qui a un désir vis-à-vis de l’humanité. »

« À un désir, vis-à-vis de l’humanité... ? » questionna Kazuki.

« C’est probablement ça, mais je ne me souviens pas vraiment de ce sujet, » répondit-elle. « Pour la Leme actuelle, ce n’est que de faible importance. »

« Ne vous sentez-vous pas mal à l’aise si je ne fais pas de harem, et qu’à cause de ça, vous ne récupérez pas vos souvenirs ? » demanda-t-il, un peu mal à l’aise.

« Pour commencer, quand Leme a été convoquée ici, elle a prétendu n’avoir aucun pouvoir, » déclara-t-elle. « C’était parce que si les personnes de ton entourage connaissaient la capacité de Leme à devenir plus forte après avoir accumulé des niveaux de positivité, je m’étais dit que ces personnes seraient automatiquement sur la défensive vis-à-vis de toi et de ma capacité. Ainsi, à l’avenir, il est préférable de garder toute cette histoire secrète vis-à-vis des autres. »

Kazuki ne voulait pas non plus que les autres connaissent cette capacité.

... Cependant, Liz Liza veut que je lui fasse un rapport quoiqu’il arrive..., se mit-il à penser.

« Arrêtons-nous ici. Leme va maintenant dormir. Notre Roi, n’est-il pas presque l’heure de dormir ? » demanda-t-elle.

« Hein !? » s’exclama-t-il. « Vous avez maintenant votre propre chambre. Et en plus, il y a aussi plein d’autres chambres vides. »

Leme leva les yeux au ciel, regardant ainsi un Kazuki impassible avant de rejeter sa proposition. « Je ne le veux pas. Leme va dormir avec Notre Roi, vu qu’il est son Contracteur ! »

Après un instant, elle recommença à parler. « C’est aussi parce que, bien que le corps de Leme exige très peu d’énergie magique, mais à l’origine, il est construit grâce à ton Pouvoir Magique. Et donc, rester à tes côtés rendrait son existence plus stable. »

Après avoir dit ça, Leme attrapa fermement la main de Kazuki et le tira vers le lit.

En essayant d’être aussi proche que possible, Leme avait traité Kazuki comme s’il était un chargeur alors qu’elle l’étreignait pleinement. Puis, elle avait utilisé la télécommande afin d’éteindre les lumières à l’intérieur de la pièce. À l’intérieur des ténèbres, sa peau brune était aussi douce que c’est d’une humaine, et exsudait une odeur vraiment incroyable.

Cela dit, avec une si petite enfant, c’est comme si l’on couchait dans le même lit qu’avec une petite sœur.

« Bonne nuit ! Votre Stoïque Roi ! » s’exclama-t-elle.

« ... Qui est stoïque ? » demanda-t-il. « Naturellement, le fait de dire que je suis complètement désintéressé vis-à-vis des filles serait un mensonge. »

Il ne détestait nullement les filles, et bien sûr, il était intéressé par elles.

Mais s’il devenait actif, envers les filles juste pour le fait d’acquérir de la force...

Ce sera extrêmement impoli vis-à-vis de l’autre personne.

Et après tout, il n’avait pas beaucoup confiance sur le fait d’être capable de devenir le partenaire amoureux de la moindre personne.

Parce que, il...

Le téléphone dans sa poche s’était soudainement mis à vibrer. Il semblerait qu’il ait reçu un message.

« Nii-sama, il s’agit d’une nuit avec une si belle lune. Je suis sur le point de m’endormir tout en étant habillée avec un pyjama extrêmement sexy. Alors, s’il te plaît, ne te prive pas d’être excité par cette seule idée. Et ce serait génial si j’étais capable de voir Nii-sama dans mes rêves. Alors, Nii-sama, s’il te plaît, tu dois aussi voir ta Kanae rien qu’à toi dans tes rêves. Bon. Je te souhaite une agréable nuit... Ta Kanae d’amour ! »

Kazuki avait alors tapé le message suivant sur son téléphone. « Kanae ! Vas rapidement te brosser les dents avant d’aller dormir ! », en tant que réponse.

Notes

  • 1 Tsundere : Tsundere est un terme japonais utilisé pour définir une personnalité qui est au premier abord distante, hautaine, voire pimbêche, et qui devient affectueuse et tendre par la suite.

***

Partie 2

Le lendemain matin. En raison de ses habitudes prises depuis longtemps, Kazuki s’était déjà réveillé avant même que le soleil ne se lève.

Même si c’était ainsi, en vue des circonstances actuelles, il n’y avait déjà plus vraiment besoin de se réveiller si tôt afin de s’entraîner à frapper avec son épée... En parlant de ça, Kaguya avait dit que les étudiants de première année seraient responsables des tâches ménagères dans le Manoir.

Alors s’il travaillait durement dès ce matin, cela pourrait très certainement surprendre ses aînées.

Au moment où Kazuki avait changé de vêtements dans la pièce sombre, Leme s’était également brusquement levée.

« Notre Roi ! N’as-tu pas immédiatement pensé à gagner des niveaux de positivité avec ces filles ? » s’exclama-t-elle.

« ... Quand vous dites ça ainsi, ça me rend un peu mal à l’aise, » répondit-il.

Mais en vérité, si ses aînées étaient heureuses, alors il serait pleinement satisfait. C’était seulement ça qui l’importait.

À l’intérieur du salon, des emballages et des restes de collations consommés lors de la fête d’hier soir avaient été jetés un peu partout.

Kazuki avait rapidement tout nettoyé avant d’aller commencer à préparer le petit déjeuner.

« ... Comme c’est une occasion rare, faisons aussi des bentos pour tout le monde, » après avoir préparé le petit déjeuner, Kazuki avait profité de son centre d’intérêt pour continuer à faire des bentos. En plus, il y avait encore beaucoup de temps qui lui restait avant le début de l’école et le frigo était rempli avec beaucoup d’ingrédients de qualité.

« Au contraire, il semblerait que je sois devenu une femme de ménage, » déclara-t-il sur un ton de plaisanterie.

« ... Que dis-tu, Notre Roi ? Attends, tes yeux semblent être morts ! » S’exclama Leme qui se tenait derrière lui.

« Quand je suis capable de rendre les autres heureux, ceci me permet de sentir que je suis bien vivant... » répondit-il.

Juste au moment où il coupait les ingrédients à vive allure, il entendit les pas de quelqu’un descendant les escaliers.

« ... Bien que je pensais que s’il y était nécessaire de tout nettoyer, alors je pourrais le faire... mais il semblerait que quelqu’un l’ait déjà fait avant moi, » déclara une voix féminine.

Après avoir à nouveau émis un certain nombre de bruits de pas, Koyuki arriva devant lui, portant toujours ses sous-vêtements et sa chemise blanche.

« Bonjour, Hiakari-san, » dis Kazuki après avoir vu Koyuki rentrer dans la cuisine. « Parce qu’il y a un étudiant-mâle ici, s’il vous plaît, ne portez plus ce genre de tenue. Et s’il vous plaît, changez-vous pour vous mettre dans une tenue de femme de chambre et venez faire le petit déjeuner avec moi. »

« ... Je ne peux en aucun cas cuisiner. Parce que je suis une humaine qui ne sait rien faire d’autre que la Magie, » répliqua-t-elle.

« Même si vous viviez ici dans le passé, se pourrait-il que vous ne vous soyez jamais occupé des tâches ménagères ? » demanda-t-il.

« ... Une seule fois..., j’ai essayé de cuisiner, » répondit-elle. « Mais quand elles ont mangé mon repas, les bouches des étudiantes de 3e année ont émis des lumières bleues... »

« Une nourriture qui fait instinctivement activer la Défense Magique !? » s’écria-t-il. « Le corps pourrait avoir jugé qu’il y avait des substances toxiques à l’intérieur !? »

« Je pensais que je pourrais faire quelques tâches ménagères, telles que du nettoyage, alors je suis venue ici... » Peut-être que c’était dû à un effet psychologique, car ses épaules s’affaissèrent alors qu’elle disait ça.

Puis, avec une vitesse qui n’avait pas donné le temps à Kazuki de l’arrêter, elle avait quitté la cuisine.

Celle qui était ensuite apparue dans la cuisine était Mio, qui était censée avoir avec lui, le plus haut niveau de positivité.

« Bonjour, Amasaki ! Vous devriez également travailler dur au niveau des tâches ménagères, » dit-il.

Mio avait alors ignoré la salutation de Kazuki, et avança jusqu’à ce qu’elle soit à côté de Kazuki avant de regarder ce qu’il avait dans ses mains.

« ... C’est du karaage [1]. C’est bien du karaage ! » s’exclama-t-elle.

« Tout à fait, » répondit-il. « Avant, quand je vivais encore à l’orphelinat, il s’agissait du plat que j’arrivais le mieux à réaliser. Je l’ai appris du chef cuisiner de l’établissement. »

La réaction de Mio fut seulement qu’elle fixa les mains de Kazuki, qui était en train de cuisiner, avec des yeux pétillants.

Un cœur rouge se mit alors à flotter depuis la poitrine de Mio et il fut rapidement absorbé dans l’anneau se trouvant sur la main gauche de Kazuki.

Il s’agissait sûrement du pouvoir de la Robe Magique que Leme avait mentionnée auparavant !?

Mais, pourquoi justement à ce moment-là !? Aime-t-elle à ce point le karaage ?

« Hé ! Ce serait très ennuyeux si vous ne faisiez que regarder. Alors, venez ici et faisons-le ensemble, » déclara-t-il.

« Pourquoi dois-je faire les tâches ménagères ? » demanda Mio.

« Parce qu’ici, les étudiants de la classe inférieure doivent faire les tâches ménagères, n’est-ce pas ? » répondit-il en posant lui-même une question. « N’êtes-vous pas aussi une étudiante de première année ? »

« Exact, » répondit Mio. « Nous sommes tous deux des premières années. Cependant, tout comme il existe une relation hiérarchique, comme entre les étudiants de troisième et de première année, il existe également une relation hiérarchique entre le rang A et le Rang E de la première année. »

Mio, qui regardait toujours les mains de Kazuki, leva finalement les yeux et regarda directement Kazuki.

« Si moi, je suis une personne qui ne ferait que des petits boulots pour les étudiantes de troisième année... Alors, vous qui n’êtes qu’un Rang E êtes simplement mon esclave ! » déclara-t-elle.

« Vraiment !? En effet... l’académie fonctionne selon un système basé sur le mérite, » répondit-il.

Ainsi, les tâches ménagères vont-elles uniquement être faites par une seule personne ?

... Bien que cela le rendait un peu enthousiaste de le faire, mais selon lui, ce serait encore plus amusant si tout le monde le faisait ensemble.

« ... Vous devriez vous sentir reconnaissant d’avoir été autorisé à cuisiner mes repas, » rajouta-t-elle en retournant à l’observation des mains de Kazuki.

***

Le menu du petit déjeuner était composé de poisson grillé, d’épinards en tant que salade froide, de riz blanc et pour finir, d’une soupe miso. Il s’agissait d’un petit déjeuner japonais extrêmement commun.

« Délicieux ! » s’exclama Kaguya. « C’est vraiment savoureux, petit frère !! La fraîcheur de ce poisson grillé... Se pourrait-il qu’il ait été récemment pécher ? Peut-être en provenance directe de l’étang se trouvant dans le jardin ? »

« ... Nullement. J’ai uniquement grillé le filet de poisson directement dans le frigo, » expliqua Kazuki.

« Fantastique... Même s’il s’agit d’un garçon, il est cependant capable de cuisiner si bien... Hayashizaki-kun n’est pas un garçon grossier, » s’exclama Hikaru. « S’il est bien un garçon comme ça, alors je n’aurai peut-être pas peur de lui. »

Les deux étudiantes seniors avaient toutes deux eu une expression profondément émue clairement visible sur leur visage, et elles étaient extrêmement heureuses.

Des images de cœurs rouges avaient alors émergé des corps de ces deux filles et avaient été absorbées dans l’anneau de Kazuki. Lorsque Kazuki se rendit compte de la présence de l’augmentation du niveau de positivités avec ces deux filles, un graphique était alors apparu dans ses yeux.

« Fufufu, de cette façon, tu as capturé l’estomac de ces deux filles ! » Leme, qui était assise à côté de lui à la table, avait souri sans prononcer la moindre parole. Avec une voix seulement audible pour Kazuki, elle l’avait taquiné.

Dans tous les cas, il ne pouvait pas se calmer devant ça. Et cela même si au départ, il n’avait pas eu ce but en tête en effectuant les tâches ménagères.

***

À partir de ce jour, les leçons de la Division Magie avaient rapidement commencé.

Dans la Division Magie, il y avait des cours séparés tels que la Mythologie, la Théorie sur la Tactique et la Pratique de la Magie.

La mythologie était exactement comme son nom l’indique. Il s’agissait d’un cours pour apprendre tout ce qui a un rapport avec les mythes.

Pour ce cours, un érudit un peu grassouillet était venu pour enseigner aux étudiants.

Voici un extrait du cours de ce professeur.

« ... Le roi d’Israël Salomon était aimé des Dieux. Il a convoqué 72 démons qui lui ont accordé le Livre Magique de la Petite Clef de Salomon. Ceci a amené le Royaume d’Israël vers son âge d’or.

Et tout comme dans ce mythe, les 72 Piliers de Salomon qui sont apparus dans les temps modernes sont devenus les partisans des humains.

Les 72 Piliers de Salomon étaient autrefois appelés des démons. Mais comme ils sont apparus dans le Japon moderne, la magie et les croyances religieuses devraient être considérées séparément. Ainsi, ils alliaient les Dieux et les Démons en un tout, ce qui fit qu’ils furent nommés Diva [2].

Par exemple, Baal [3]. Dans les temps anciens, il était le Dieu le plus élevé qui était vénéré par les Phéniciens. Cependant, dans la doctrine chrétienne, il était connu sous le nom de Baal-Zebub, ou encore Beelzebub et était considéré comme un démon. Cependant. En tant que des Utilisateurs de Magies qui cherche simplement le pouvoir, vous ne devriez pas vous accommoder avec ce genre de préjugés basé sur la religion. Que ce soit un Dieu ou un Démon, il n’y a finalement pratiquement aucune différence.

Les Divas. Bien que leurs noms soient dérivés de démon, elles ne signifient pas qu’elles sont maléfiques. Ce terme a simplement le sens de quelque chose qui dépasse la sagesse humaine... »

***

La Théorie sur la Tactique était liée à la tactique utilisée par les Chevaliers. Le cours était donné par des enseignantes qui avaient déjà pris leur retraite, mais qui étaient à l’origine des Utilisateurs de Magies de Stigma. Parce que Pouvoir Magique diminuerait graduellement à partir du pic dans les années vingt, elles se retiraient tôt.

Voici un extrait d’une des leçons.

« ... La soi-disant tactique de base des Chevaliers est la Formation “Le Ciel et la Terre”. Celle-ci est formée par le fait que les Épéistes (Attaquants d’Avant-Garde) commencent le combat au corps à corps tandis que les Mages Invocateurs (Arrière-Garde de Finition), qui seront protégés par les Épéistes pendant toute la durée du combat chantent leur Magie d’Invocation.

La force d’une Épée Magique ne vaut pas la peine d’être mentionnée par rapport à la puissance de la Magie d’Invocation. Même si nous additionnions tout le Pouvoir Magique de tous ces gars qui sont dans l’école. Alors, peu importe combien de fois ils frapperaient l’un de nous, nous pourrions quand même toujours y résister juste en utilisant la Défense Magique.

Cependant, si vous êtes continuellement attaqué par des épées, cela nuira à votre concentration et le Chant de votre Magie d’Invocation sera interrompu. Ainsi, les épéistes, qui sont affectés en première ligne, deviennent extrêmement importants.

Ce qui décide habituellement du destin du champ de bataille est uniquement la Magie d’Invocation de haut niveau qui est activé après un long chant. Ainsi, les épéistes agiront en tant que boucliers et se sacrifieront dans cette formation qu’est Le Ciel et la Terre.

Il s’agit d’une tactique qui sacrifie l’épéiste au cours de cette bataille, afin de protéger le peuple élu... »

***

La Pratique de la Magie était un cours sur l’utilisation réelle de Magie qui était effectué sur le terrain de sport.

Cela dit, dans l’ensemble des premières années, seules Mio et Hikaru avaient réussi à conclure un contrat correctement.

Ces deux-là avaient donc commencé à utiliser la Magie de Niveau 1 et avaient augmenté la précision de leur Chant d’Invocation afin de s’entraîner pour une utilisation d’une Magie d’Invocation de Niveau Supérieur.

En plus de ces deux étudiantes, les autres suivaient une formation pour qu’elles puissent former un contrat avec les Divas.

Des séances pour le Contrat Rituel afin de former un contrat avec la conscience d’une Diva étaient régulièrement organisées après les cours par le Conseil des Étudiants de la Division Magie.

Pour qu’elles puissent réussir la prochaine fois, les étudiantes continuaient à s’entraîner et à perfectionner leur Magie de Renforcement de la Perception et s’entraînaient à plonger dans les profondeurs du Monde Spirituel.

Cependant, Kazuki était placé dans une position très délicate. Bien qu’il ait réussi a réalisé le contrat, il n’avait cependant aucune Magie d’Invocation qu’il pourrait utiliser.

Ainsi, que ce soit le groupe qui avait réussi ou le groupe qui avait échoué, pour sa part, il n’avait pu être placé dans aucun de ces groupes.

« Tou~~~rne, tourne, tourne, tou~~rne, tourne, tourne, tourne tout autour de moi~ »

Kazuki était accroupi devant un seau et murmura ça pendant qu’il faisait remuer l’eau qui se trouvait à l’intérieur.

Il s’agissait d’une formation de Magie de Base conçue selon les capacités de Kazuki que Liz Liza lui avait assignée spécifiquement.

Le Contrôle de Fluide — Les fluides comme les gaz ou les liquides sont plus faciles à manipuler grâce à Magie de Télépathie. « Si vous acquérez l’habitude de contrôler l’eau ou le feu, ce sera certainement utile sur le champ de bataille... » C’était ce que Liz Liza lui avait dit,

« ... HAHAHA ! Il joue vraiment avec un simple seau d’eau ! »

« Sa Diva avec qui il a fait un contrat est vraiment totalement inutile. »

Voici ce qui était dit à Kazuki par ces camarades de classe après qu’elles l’aient regardé avec des visages moqueurs.

C’était le bon sens que la Magie de Base n’aurait pas beaucoup d’utilité au combat. Bien qu’elle soit similaire aux personnes qui ne peuvent pas utiliser la Magie d’Invocation, la formation de Kazuki n’aurait donc aucun développement et donc, aucun avenir.

En tant qu’étudiant masculin de premier plan dans la classe, et aussi en tant que seul Rang E. même s’il avait réussi avec succès à effectuer le rituel de contrat et avait ainsi pu former un contrat, le fait que finalement il n’avait aucune aptitude en magie, faisait qu’il ne pouvait donc que faire ce genre de formation. C’était tout à fait naturel que d’autres le méprisent.

Cependant, peu importe l’entraînement, puisqu’il avait déjà commencé, il devait se concentrer et le faire jusqu’au bout et avec assiduité.

« Qu’est-ce que vous faites là !? Est-ce que le fait de jouer avec un seau est une spécialité en Magie pour un Rang E ? » Mio, qui portait la Robe Magique, était venue jeter un coup d’œil derrière Kazuki et lui parla.

« C’est très difficile ! » répondit-il. « Si vous réduisez un peu la force, l’eau provoquerait des ondulations et après ça, un débordement. Cela ne marchera pas si vous ne maintenez pas votre concentration pendant une longue période. »

« Ce genre de chose est vraiment trop simple, » elle avait déclaré ça sur un ton insatisfait...

Pour elle, qui était une rang A, c’était peut-être trop simple.

« Mais quel genre d’aide cette formation peut-elle vous fournir au cœur d’une bataille ? » demanda-t-elle. « Votre Pouvoir Magique n’est-il pas là pour vous battre et non pas pour faire de la cuisine ? N’est-ce pas mieux si vous utilisiez vos épées qui vous emplissent de tant de fierté pour remuer l’eau au lieu de la Magie ? »

« Il est impossible de traiter ainsi des épées. Elles vont rouiller ! » s’exclama Kazuki.

« Ça devrait être fait par vous-même ! » répliqua Mio. « Et pourquoi traitez vous la Magie ainsi ! Mais oubliez ça, puisque vous avez déjà les épées de Hayashizaki, la Magie d’Invocation ne devrait pas être quelque chose qui vous importe. Alors pourquoi restez-vous dans Division Magie ? »

Dans des circonstances où les autres filles restaient à l’écart, seule Mio venait lui dire ces mots méprisants.

« Je peux déjà utiliser la Magie de Niveau 2. C’était une chose qui s’est produite en un clin d’œil ! » déclara-t-elle fièrement.

... Déjà Niveau 2 ? À ce rythme, atteindrait-elle alors immédiatement le niveau 10 ? pensa-t-il.

La Magie d’Invocation était divisée en 10 étapes. Lorsque vous atteigniez la plus haute difficulté du niveau 10, vous pouvez utiliser l’Invocation Complète qui permet à une Diva de se Matérialiser dans le monde.

En dehors de cela, la Magie d’Invocation, bien qu’elle ait été appelée en tant qu’Invocation, ne faisait jamais matérialiser la Diva dans ce monde. Il ne peut que produire un « Phénomène Magique que la Diva a provoqué » et la laisser l’activer.

Par exemple, si deux étudiants ayant la même Diva sous contrat devaient utiliser la Magie d’Invocation en même temps, tant que ce n’était pas le Niveau 10, il n’y aurait pas de problèmes. La Diva fournirait du pouvoir aux deux individus et leurs magies s’activeraient en même temps sans causer le moindre problème.

Bien que Leme soit une exception, permettre à une Diva de se matérialiser était à la base quelque chose d’extrêmement difficile.

« Hmmmm ! Alors que vous devez encore faire remuer votre seau d’eau, moi, je dois utiliser Phenex et montrer à tous mes talents. Je vais vous laisser voir le grand héros de ce pays, qui vaincrait tous les Utilisateurs Illégaux de Magies qui provoquent la terreur et font des dondokudo-n dans ce monde ! Je vais vous faire savoir ce qu’est une véritable élite ♪. »

« Hoo ! Attendez... élite. Qu’est-ce que le dondokudo-n ? » Demanda-t-il.

« ... En vérité, tu es beaucoup plus faible que moi. Ça fait que tout est un peu plus compliqué. » Mio avait marmonné cette phrase comme dans un murmure.

... Tout à l’heure, qu’est-ce qu’elle essayait de dire... ? Se demanda Kazuki.

« Professeur ! Yamanaka est tombée dans les pommes ! » en entendant un autre étudiant crier ça, Liz Liza s’était précipitée en toute hâte jusqu’à arriver à côté de l’étudiante à terre.

« ... Une Ivresse Magique, Hmmm, » s’exclama Liz Liza. « Elle a dû vouloir se dépêcher afin de réussir le contrat. Alors elle a été imprudente, pfff... Les autres déchets devraient aussi faire très attention. N’abusez pas de votre Magie ! »

L’Ivresse Magique. Si vous deviez forcer l’utilisation de la magie lorsque votre Magie était extrêmement faible, votre esprit serait attiré dans Astrum et s’effondrerait là-bas.

Ce qu’il fallait particulièrement faire attention, c’était lorsqu’on était attaqué quand il ne nous restait que très peu de Pouvoir Magique.

Car, dans le cas contraire, vous alliez activer par simple réflexe et de manière forcée le fait d’utiliser une Magie qui dépassait vos limites, ceci fera que vous alliez puiser dans l’Astrum afin de protéger votre propre corps. Même si votre corps était épargné, vous tomberiez également dans un profond coma.

Naturellement, la possibilité de dépasser ses limites et de ne pas pouvoir se protéger d’une puissante attaque était également possible. C’était connu sous le nom de Frappe Excessive. Ainsi, vous devez toujours être conscient de votre Puissance Magique restante.

Encore une fois, Kazuki s’était tourné vers le seau. Bien que ce soit une formation que d’autres méprisassent, comme Liz Liza était une enseignante, qui l’avait protégé pendant la réunion du personnel, il devait la faire. Si ce type d’enseignant lui disait que ce ne serait pas fait en vain, alors ceci ne devrait pas être des efforts gaspillés en vain.

... À partir d’aujourd’hui, après le réveil, il devrait non seulement effectuer les tâches du matin, mais il devait également ajouter à ça une formation en Magie de Base.

Notes

  • 1 Karaage : Le karaage (唐揚げ ou 空揚げ ou から揚げ?), ou kara-age, est une technique de cuisine japonaise dans laquelle des ingrédients variés — la plupart du temps de la viande ou du poisson — sont frits dans un bain d’huile.
  • 2 Diva : 神魔 = le nom de Diva est formé en utilisant les caractères de Dieu + Démon.
  1. 3 Baal : Baal est le principal roi de l’enfer. Il est représenté comme un homme ou un taureau et est le 1er démon des 72 Piliers de Salomon.

***

Partie 3

« Est-ce le karaage ? Bien que je le sache à l’aide de mes connaissances relatives à ce monde... C’est délicieux ! » s’exclama Leme qui était assise juste à côté de Kazuki. « C’est une joie qui fait que l’on se sent vraiment en vie ! »

Leme, qui avait disparu pour les cours, s’était matérialisée à l’heure du déjeuner afin de pouvoir manger.

« Karaage... Ceci fait si longtemps depuis que j’ai mangé de la nourriture si plébéienne, » dit Mio. « Dans la Maison des Amasaki, ce genre de chose ne serait jamais mis sur la table. C’est la faute de cet esclave de Rang E, il n’y a rien de plus minable que ça. »

À côté de Leme, Mio s’était placée avec la table entre eux et mangeait le même bento.

... Pourquoi cette personne est-elle venue spécialement pour manger avec nous ? pensa-t-il.

Derrière lui, Koyuki, seule, mangeait son bento. Au début, Kazuki l’avait invitée à manger avec eux, mais il fut froidement rejeté. Si c’est le cas, pourquoi Mio était-elle venue d’elle-même ?

« Ce n’est pas grave si je dois faire toutes les tâches ménagères... Mais s’il vous plaît, ne m’appelez pas esclave, » déclara Kazuki.

« ... Mais je ne vous reconnais pas comme étant l’un des véritables résistants du Manoir des Sorcières, » tout en plaçant des bouchées de karaage dans sa bouche, Mio avait dit tout ça avec un ton prétentieux. « Oubliez ça, puisque la nourriture qui a été faite n’est pas un péché, alors je ne peux que la manger à contrecœur. »

Le fait qu’elle disait qu’elle était réticente avait rendu Kazuki frustré. Le karaage était un plat faisant partie de ses souvenirs de l’Institut Nanohana.

« Ça ne devrait pas être horrible..., » murmura-t-il.

« C’est horrible. Ce genre de chose est extrêmement dégoûtant, » répliqua Mio.

Mais, quand elle plaçait du karaage dans sa bouche, elle agissait totalement à l’opposé de ce qu’elle disait, car les joues de Mio s’adoucissaient.

« ... Il a été extrêmement bien fait. Je vous remercie pour le repas, » dit Koyuki.

« Hiakari-san... Merci beaucoup, » répondit-il. « Mais puisque vous m’avez dit de tels mots, alors vous devriez venir et manger avec nous ! Ne murmurez pas seulement vos remerciements depuis derrière moi ! »

Kazuki avait tourné la tête pour dire ça. Quant à elle, elle avait seulement dit. « Ne regardez pas par ici, » avant qu’elle-même se retournât pour ne pas lui faire face.

Un crâne noir avait volé en même temps jusqu’à son anneau. Mais il ne provenait pas de Koyuki, mais de Mio. Après avoir tourné la tête vers l’avant, il ne savait pas pourquoi, mais il ne pouvait que voir Mio qui le regardait avec tristesse.

« Pff ! Même si je mange avec vous, ne vous tournez pas vers l’arrière afin de désespérément demander à une autre femme de venir vous rejoindre, » déclara Mio, mécontente.

« Ha oui ! Amasaki-san, avez-vous un peu de temps maintenant ? » dit une voix féminine proche d’eux.

Après avoir été soudainement appelée par quelqu’un, Mio avait fait un « Hein !? » avant de regarder derrière elle.

Quand elle remarqua ça, tout le monde dans la pièce la regardait.

« Amasaki-san, avez-vous une bonne relation avec ce Rang-E... Hayashizaki-kun ? » demanda la même fille qui avait parlé un peu plus tôt.

« Q-Quelle bonne relation !? Comment cela pourrait-il être possible !? » S’exclama Mio. « Cette personne est un esclave ! Et comme je suis une stagiaire du Conseil des Étudiants... j’avais obtenu un esclave de la Présidente du Conseil des Étudiants ! Alors, ne vous trompez pas sur notre relation ! »

Kaguya n’avait rien dit à propos d’un commerce d’esclaves.

« C’est donc ça ! Vous l’avez seulement traité comme un esclave utile, c’est vraiment génial ! » déclara la fille.

Après que ceci ait été dit, les autres étudiants de la classe commencèrent eux aussi à parler les une après les autres.

« Comment serait-il possible qu’Amasaki-san, une Rang-A qui entre dans le Conseil des Étudiants, soit dans une bonne relation avec l’étudiant de sexe masculin qui est seulement un Rang-E ! Nous nous demandions toutes ce qui avait bien pu se passer, mais maintenant nous sommes rassurés ! »

« Cette personne, qui ne peut même pas utiliser la Magie d’Invocation, a été mêlée à cette classe. Franchement, c’est vraiment dégoûtant ! »

La température qui l’entourait avait tout à coup chuté.

Non. Ce n’était pas exact. Ceci ne s’était pas vraiment produit tout à coup. C’était plutôt comme si tout le monde s’était préparé à le faire et attendait simplement l’occasion de pouvoir lui jeter de tels regards.

En tant que candidates afin de devenir des Mages Invocateurs, elles étaient extrêmement fières. Elles voulaient exclure l’anomalie (Kazuki), mais parce qu’elles ne savaient pas pourquoi Mio, dont le rang était plus élevé que le leur, était avec lui, alors elles avaient hésité jusqu’à maintenant.

... C’était probablement ainsi que cela se passait.

« Hé, Amasaki-san. Pensez-vous aussi la même chose ? » demanda l’une de ses camarades de classe.

Elles essayaient de confirmer secrètement vis-à-vis de Mio si. « Est-il correct de traiter ce Rang-E comme la cible de tous pour leurs intimidations. » Et Mio, qui ne comprenait pas la situation, ne pouvait que regarder autour d’elle tout en étant confuse.

Que se passe-t-il là ? Kazuki pensa à ça tout en restant calme.

Il était déjà conscient qu’il était une anomalie. Il était déjà résolu vis-à-vis de cette situation.

« ... Oubliez ça ! » déclara Mio. « Nous, de la Division Magie, n’avons pas besoin d’épées ! Vous n’êtes après tout qu’un Rang-E, et vous disiez que votre spécialité est l’art de l’épée... l’Hayashizaki-Ryuu est tout simplement inutile ! »

Finalement, Mio avait quand même été dans le même sens que l’ambiance générale de la classe.

« Comparé à mon Phenex, l’Hayashizaki-Ryuu est tout simplement un déchet ! À quoi servent les Anciennes Techniques à l’Épée ? Il n’y a aucune différence avec elles par rapport à frapper avec des bâtons ! »

« Hayashizaki-Ryuu ? » Les gens dans les environs étaient confus vis-à-vis de ce qui avait été ciblé et que Mio venait de souligner.

Kazuki était également en colère à cause de cette phrase.

... C’est pareil que quand je me suis présenté, pensa-t-il. Pourquoi cette personne cible-t-elle toujours le Hayashizaki-Ryuu ? Parce que c’était un sujet dont parlaient fréquemment les nouvelles, donc connaître ce qu’était l’Hayashizaki-Ryuu n’était pas quelque chose d’étrange... Mais que savez-vous donc du Hayashizaki-Ryuu ? Cela ne me dérange pas si je suis méprisé... Mais si ce sont des personnes qui sont importantes pour moi, qui sont méprisées, alors ce n’est pas du tout acceptable.

« Depuis que vous avez osé le dire ainsi... Pensez-vous que je resterai silencieuse pour toujours ? » s’écria Mio après qu’elle ait fait face à Kazuki. Elle affichait une expression provocatrice.

La colère se trouvant dans le ventre de Kazuki se précipitait vers le haut.

Cependant, s’il agissait d’une manière excessive à cause de ses émotions..., alors il perdrait sa place dans la salle de classe.

« Notre Roi, comparé à un stupide Utilisateur Magique de Stigma, tu es beaucoup plus fort. »

À côté d’un Kazuki qui restait silencieux, une voix surprenante retentit. Il s’agissait de Leme.

« Qu’est-ce que vous êtes vous, qui n’avez toujours pas changé votre Énigma en Stigma, ou vous, qui ne pouvez utiliser que de la Magie d’Invocation de Bas Niveau, en disant ça ? » continua Leme. « Si vous laissez Leme parler, elle qui est une Diva, alors cela sera vraiment amusant. Les Techniques à l’Épée de Notre Roi sont plus puissantes que vous d’au moins une centaine de fois. Et le karaage que Notre Roi a fait était vraiment très délicieux. »

Parce que les personnes qui l’entouraient étaient toutes silencieuses, cette voix avait complètement infiltré leurs corps.

« ... Q-Quoi, vous, la Diva inutile, » s’écria Mio.

« Notre Roi n’a pas besoin d’utiliser le pouvoir de Leme pour traiter avec des personnes telles que vous, » Leme répliqua une fois de plus. « Si vous en doutez, vous pourriez tenter le coup. N’y a-t-il pas un système appelé Duel qui existe dans cette académie ? »

« Hé, Leme, que dites-vous ? » demanda-t-il. « Vous avez perdu vos souvenirs, alors vous ne devriez rien savoir de mes techniques à l’épée. Ne dites pas de tels mots sans rien savoir derrière. »

Kazuki avait essayé en toute hâte de l’arrêter, mais Leme n’avait fait que regarder Kazuki.

« En effet, Leme ne sait rien, mais je peux quand même le comprendre, » répondit-elle. « Bien que je ne sais pas pourquoi je t’ai choisi, mais parce que tu es la personne que Leme a choisie — alors tu ne peux en aucun cas être faible. Et même si je n’ai été avec toi que depuis une petite journée, je comprends tout à fait quel est ton genre de personne. Tu as dit que tu avais passé toute ta vie à peaufiner tes techniques à l’épée. Alors si c’est le cas — tu n’es certainement pas faible. Alors, même si je ne sais rien, je peux quand même comprendre tout ça. »

Leme se pencha encore plus et murmura dans son oreille. « ... Et, cette fille, Mio Amasaki, elle veut sincèrement perdre face à toi. »

« ... C’est quoi ce que tu dis ? » murmura-t-il.

« Il serait plus juste de dire que... elle espère que tu es une personne forte, » continua-t-elle en murmurant. « Voilà pourquoi elle se dispute avec toi. C’est également valable pour le niveau de positivité, alors montre-le-lui. »

« ... À la fin, c’est encore pour ça, » répondit-il dans un murmure. « Ce n’est vraiment pas bien de faire ça. Se battre afin d’obtenir une augmentation du niveau de positivité n’est clairement pas une bonne chose. »

« Cependant, plus important encore, cela n’a aucun rapport avec les valeurs de positivité... N’as-tu pas aussi ressenti que tu avais la pensée de “Vouloir te battre”. Ton cœur et Leme sont connectés, donc j’ai déjà découvert la vérité depuis longtemps. »

Leme avait souri et avait frappé la poitrine de Kazuki.

... Elle dit que je veux me battre ? En fait, je... ? pensa-t-il. En tant qu’épéiste, tenir une épée dans ma main et me battre... contre un Mage Invocateur, qui m’a provoqué...

Dans l’esprit empli de calme de Kazuki, une douce chaleur avait alors commencé à éroder ce calme.

En tant que membre de la Division Magie, il devait abandonner son désir vis-à-vis des techniques à l’épée. Cependant...

« ... C’est vrai. En effet, il est temps de permettre à ces personnes de changer leur façon de penser vis-à-vis des techniques à l’épée, » murmura-t-il à Leme.

Les personnes qui étaient les plus importantes pour lui étaient méprisées, pourtant il pouvait encore rester indifférent. Comme prévu, ce n’était pas sa façon de vivre.

« Ho ! Vous deux, de quoi parlez-vous secrètement ? » s’écria Mio.

Mio avait alors parlé aux deux personnes qui murmuraient entre elles. Leme se tourna immédiatement vers Mio et révéla une odieuse expression.

« En fait, vous êtes très faible ! » dit Leme. « En voyant le fait de vous, qui dites désespérément que le Roi de Leme est un esclave de Rang-E, je sais déjà que vous avez peur de Notre Roi ! »

« ... Comment serais-ce possible que j’aie peur de ce mec !? » s’écria Mio.

Mio ne put pas s’empêcher de se lever. En réponse, Kazuki s’était également levé.

« Mio Amasaki. Je demande un duel face à vous, » annonça Kazuki devant toutes les personnes présentes.

En entendant ces mots, toutes les personnes dans la pièce, y compris Mio, avaient écarquillé leurs yeux sous le choc.

C’était la réaction naturelle. Comparées à la Magie d’Invocation, les Épées étaient méprisées.

La formation du Ciel et de la Terre. Les Épéistes étaient seulement là afin de gagner du temps pour les chants des Mages invocateur. Un bouclier de chair. Il s’agissait de quelque chose de connu de tous.

Kazuki regarda froidement toutes les personnes présentes autour de lui. Ces faits de notoriété publique l’avaient rendu extrêmement fâché dans son cœur.

« Vous parlez de faire un duel... Mais vous ne pouvez pas utiliser la Magie d’Invocation, n’est-ce pas ? » demanda Mio.

« Je ne me battrai qu’avec une épée, » répondit-il. « Et si je gagne, j’espère que vous vous excuserez pour les insultes que vous avez dites à la Famille Hayashizaki. »

En entendant cette phrase, l’expression de Mio changea. « Comme prévu, vous avez toujours envie de rester avec vos Techniques à l’Épée de Hayashizaki ! Même si vous êtes déjà une personne tout comme moi qui êtes rentrée dans la Division Magie... D’accord, je vais accéder à votre demande ! Je vais vous laisser vivre pleinement une telle expérience ! »

La salle de classe qui avant ça était totalement figée commença à nouveau à se quereller.

« ... Bien que je ne comprenne pas vraiment la situation, ce mec dit qu’il utilisera des Techniques à l’Épée pour se battre face à une Rang-A, » déclara l’une de ses camarades de classe.

« Amasaki-san peut déjà utiliser la Magie de Niveau 2, n’est-ce pas !? C’est donc impossible pour lui ! » déclara une autre fille.

Quand il fut déjà impossible d’arrêter la situation, Mio murmura. « Toi... tu es toujours le même qu’auparavant... »

« Qu’est-ce que vous avez dit ? » demanda Kazuki.

Mais à cet instant... Un cœur rouge était apparu en provenance de poitrine de Mio avant d’être absorbé dans l’anneau de Kazuki.

Un cœur rouge ? Dans un tel cas de figure, il devrait s’agir d’un crâne noir. Comme prévu, cette bague est vraiment anormale, pensa-t-il.

« Rien, vous, le Rang-F ! Stupide idiot ! Je suis impatiente d’être après la fin de l’école ! » répliqua-t-elle.

Elle se précipita vers son propre siège.

Qu’est-ce que c’est qu’un Stupide Idiot !? Hoo ! Vous avez oublié le bento à moitié fini. Terminez-le ! Le karaage que j’ai fait ! pensa-t-il.

« Vous avez bien fait... Kazuki Hayashizaki. »

Alors que Kazuki s’était assis à sa place, la voix de Koyuki était venue depuis derrière lui.

On dirait qu’il n’était pas tout seul.

***

Après avoir obtenu l’approbation d’une telle demande soumise au Conseil des Étudiants de l’Académie des Chevaliers, vous pouviez commencer un duel.

Il s’agit d’une compétition guerrière entre des étudiants qui était régie par des règles de sécurité concernant l’arrêt des attaques avant que la Défense Magique ne soit complètement réduite à zéro. Le tout était sous la supervision du Conseil des Étudiants qui était présent pendant le combat.

« Une demande de duel ? Entre Mio-chant et petit frère ? » s’exclama Kaguya.

Après que Kaguya, qui organisait actuellement des données dans le bureau du Conseil des Étudiants, ait entendit cette demande, ses yeux s’étaient élargis.

« Vraiment ! Même petit frère agi de manière imprudente, » dit-elle. « Le duel qui possède des règles strictes est différent des échauffourées inconsidérées auxquelles participe Kanae-chan. S’il est effectué selon les normes pour les duels, le Mage Invocateur ne fera que s’enfuir en permanence tout en utilisant continuellement la Magie de Niveau 1 et il éliminera complètement votre Défense Magique sans le moindre risque. Ce n’est nullement une blague ce que je dis. »

« Kanae, jusqu’à cette date, a-t-elle combattu les étudiants de la Division Magie ? » demanda-t-il.

« ... formellement non, » répondit-elle. « Bien que Kanae-chan ait voulu le faire, mais même si les élèves de Division Magie devaient gagner contre les élèves de la Division Épée, leur évaluation de grade n’augmentera pas. Ainsi, tout le monde l’évite. »

« Si c’est le cas, alors vous ne devez nullement savoir quel genre de bataille cela va être entre l’Art de l’Épée Hayashizaki-Ryuu et la Magie d’Invocation, » répliqua-t-il.

« Il n’y a pas besoin de duel, car vous le savez déjà, idiot. » Mio avait inséré des mots haineux à la conversation.

En même temps, Kaguya réalisa finalement que ces deux personnes étaient sérieuses. « Pourquoi avez-vous une relation si tendue ? Combattre n’est pas une bonne chose. »

« Désolé. Je ne peux pas céder. Tant que l’épée de mon père adoptif est méprisée, je ne peux pas le tolérer, » déclara-t-il.

« Pourquoi... êtes-vous si sérieux au sujet du Hayashizaki-Ryuu ? » demanda Mio. « Même si vous êtes quelqu’un de la Division Magie... Vraiment tel un idiot ! »

À ce moment, quelqu’un brisa la porte du Conseil des Étudiants et fonça dans les lieux.

« C’est le moment d’écraser complètement quelqu’un, Nii-sama ! J’ai entendu parler de l’affaire, comme prévu de Nii-sama ! » cria Kanae.

« Ah, Kanae-chan ? Pourquoi êtes-vous venue jusqu’à la Division Magie ? » demanda Kaguya.

Kanae avait complètement ignoré Kaguya et s’était précipitée directement jusqu’à Kazuki.

« ... C’était donc ça. Nii-sama voulait se déchaîner depuis l’intérieur de la Division Magie afin de prouver la force de l’Hayashizaki-Ryuu... En d’autres termes, un espion à l’intérieur de la Division Magie ! Une telle prévoyance, même moi, je n’y avais pas pensé. Parce que toutes mes demandes de duels ont toujours été rejetées ! Cependant, après avoir donné une leçon à la Division Magie devant tout le monde, viens avec moi et rejoins la Division Épée. »

« Comment est-ce possible de faire ça, idiote ? » Kazuki utilisa ses deux mains et tira fermement les joues de Kanae qui étaient aussi molles que des gâteaux de riz.

Kanae avait alors fait sortir un cri de « Funyaaaaaaaa ! »

« Présidente ! Comme prévu, vous êtes ici, » s’exclama une voix d’homme qui était encore proche de la porte. « S’il vous plaît. Ne vous précipitez si soudainement alors que nous étions encore dans une réunion. »

La personne qui était apparue après Kanae était Torazou de la Division Épée.

« Ho ! Kanae, n’abandonne pas ton travail afin de venir ici pour faire tes actes de bro-con, » déclara froidement Kazuki.

« Ce n’est pas du tout pour ça ! » répondit-elle. « En effet, je voulais tellement voir mon Nii-sama que cela me faisait trembler... mais ce n’est pas à cause de ce but que je suis venue ici. Nii-sama, ceci est pour toi. »

Kanae avait remis une épée japonaise à un tranchant à Kazuki.

« ... Mais, c’est ! » dit-il.

Kazuki avait déjà laissé son épée bien-aimée dans la maison de la Famille Hayashizaki. Par conséquent, pour pouvoir faire ce duel, il voulait aller demander à Kanae ou à la Division Épée de pouvoir emprunter une épée...

« Oui, c’est bien le Doufuu de Nii-sama, » dit Kanae. « Comme je sentais que cela serait nécessaire, alors ta Kanae l’avait secrètement apporté jusqu’ici. C’est vraiment une bonne prévision. Alors, tu devrais me féliciter. Alors, s’il te plaît, tu dois tomber amoureux de moi. »

L’épée bien-aimée de Kazuki, Doufuu. C’était une épée en acier qui avait été créée par les mains expertes d’alchimistes.

Parmi l’histoire des épées japonaises, l’ancienne épée de l’époque de Kamakura... L’Ancienne Épée de Kamakura était la plus forte. Cependant, ce genre de technique avait déjà été perdu et était devenu un art perdu.

Grâce à l’Alchimie, il avait permis à cette Ancienne Épée de Kamakura, Doufuu, d’apparaître à nouveau.

Les épées japonaises du passé avaient été faites en utilisant un noyau en acier doux, avec de l’acier dur à l’extérieur, la Structure du Cœur en Acier, afin d’obtenir un équilibre de dureté et de solidité. Le noyau mou absorbait l’impact pour l’empêcher de se casser, tandis que la surface dure l’empêchait de devenir tordue.

Avec ce type de structure, il aurait été facilement de casser en raison de la différence de dureté à l’endroit où les deux aciers se collaient ensemble.

Par rapport à cette structure, Doufuu avait été créé avec un seul morceau d’acier.

La dureté de l’acier était décidée par la teneur en carbone. Doufuu avait été conçu grâce à la Magie de Contrôle des Fluides. Elle avait contrôlé la quantité de carbone dissous dans l’acier, de sorte que le noyau interne était mou. Mais, plus on allait vers l’extérieur, et plus l’acier était dur. Parce qu’elle avait été faite avec un seul matériau pour toute sa structure, c’était une arme qui était conçue d’une manière vraiment idéale, car elle maintenait l’équilibre entre dur et doux. Il s’agissait d’une Alchimie au Niveau Moléculaire.

Parce qu’il n’y avait pas de différence extrême de dureté dans la structure, les deux zones étaient totalement fusionnées. Une fois qu’elle était utilisée lors d’une frappe, c’était comme un fouet qui était plié.

Sa solidité et son tranchant pourraient même très facilement couper l’acier.

Comme preuve de l’indépendance de Kazuki, son père adoptif la lui avait offerte

Au moment où il la tenait entre ses mains, la sensation de la lourde épée lui sembla immédiatement familière, comme si elle faisait partie de son corps.

... Bien qu’il avait pris une résolution après être devenu un Utilisateur Magique de Stigma, comme prévu, il était tout de même un épéiste.

Et même s’il voulait progresser vers cette nouvelle voie qu’était l’Invocation, il n’était pas nécessaire d’abandonner son passé.

« Nii-sama, Nii-sama, s’il te plaît, félicite-moi. Et comme récompense, s’il te plaît, embrasse-moi, » demanda Kanae.

« Ne sort pas ce genre de chose devant tout le monde du Conseil des Étudiants, idiote, » répliqua-t-il.

En regardant les interactions entre Kazuki et Kanae, Hoshikaze et Koyuki avaient toutes deux affiché des regards de surprise.

« ... La Présidente de la Division Épée est plus âgée que Hayashizaki-kun, elle devrait donc être une grande sœur, n’est-ce pas ? Que se passe-t-il ? » demanda Hoshikaze.

« Ça ne peut pas être une sorte de jeu pervers, n’est-ce pas... ? » Koyuki demanda ça.

Même si le fait que Kazuki soit un homme, et qu’il avait obtenu une Énigma avait été répandu dans les nouvelles, le problème concernant leurs véritables âges, qui avait causé l’inversion de la relation à propos de l’âge des frères et sœurs, était encore inconnu.

« Hmph, que vous utilisiez pour vous battre une épée ou un Kiritanpo [1], c’est pareil ! Allez-y dès maintenant... allez-y, et épatez-nous ! » déclara Mio,

« Cette façon de parler est un peu vieille, mais bon, allons-y, » répondit-il.

« Attendez une minute. Je n’ai pas encore accepté votre requête ! » déclara Kaguya.

Un duel devait avoir la permission du Conseil des Étudiants. Cependant...

« Si vous ne l’acceptez pas, alors moi, je l’accepterai ! Nii-sama, Nii-sama, bonne chance ! » déclara Kanae.

Avec l’acceptation du Conseil des élèves de la Division Épée, un duel tout à fait spécial avait alors commencé...

***

Sur le terrain de sport, Kazuki et Mio s’affrontaient, l’un en face de l’autre.

Il y avait déjà une foule d’étudiants qui venaient observer après avoir entendu les nouvelles.

Un affrontement entre l’Épée et la Magie entre deux étudiants de première année. Ceci avait recueilli beaucoup d’attentions sans tenir compte de la restriction liée aux Divisions.

« Toutes ces personnes n’avaient pas vraiment besoin de se rassembler ici. Car après tout, ce duel se terminera en un court laps de temps ! » déclara Mio.

Elle avait alors chanté un sort afin de permettre à son esprit de se connecter avec la Diva se trouvant dans l’Astrum.

« Je connais ton nom... Ton nom est Phenex... Un poète et un magicien ! L’oiseau poète qui utilise de doux mots afin de se jouer de la vérité, obéis à mes ordres et démontre-moi ton pouvoir ! »

Son Stigma brillait d’une couleur orange comme l’ombre des flammes. En même temps qu’il brillait, l’uniforme s’était décomposé avant de se reconstruire sous la forme d’une Robe Magique. Ces vêtements légèrement luisants et ses doubles queues se balançaient à cause du vent.

... En regardant ainsi, cette personne était une fille extrêmement belle.

La Robe Magique de Kazuki était seulement une petite bague. Cependant, à sa taille, son épée bien-aimée Doufuu avait libéré un sens bien explicite à sa présence ici. La combinaison d’un uniforme de la Division Magie et d’une épée semblait dégager un contraste vraiment puissant.

Une vraiment très belle Mage Invocateur et un Épéiste Magique qui était habillé d’une façon unique s’affrontaient ici.

Il ne savait pas pourquoi... mais on dirait qu’il attendait avec impatience ce duel depuis son entrée dans cette école.

« Et ainsi, sous la supervision de Koyuki Hiakari, le duel entre Mio Amasaki et Kazuki Hayashizaki va commencer, » déclara Kaguya.

L’arbitre était Koyuki. Le soi-disant arbitre était le rôle qui arrêtait la bataille quand ceci devenait dangereux. Elle, qui avait été dans le Conseil des Étudiants depuis le collège, avait déjà accumulé une expérience largement suffisante.

Le duel était effectué dans une situation où ils étaient séparés par une distance de 50 mètres.

Bien que Kazuki puisse terminer cette course en cinq secondes grâces à la Magie d’Amélioration, Mio pourrait aussi s’éloigner de lui pendant qu’elle chantait ces sorts.

Cette distance était une règle qui avait donné l’avantage aux Mages Invocateurs. Parce que même dans une bataille, il n’était pas facile pour un épéiste d’approcher d’un Mage Invocateur, alors c’était devenu une règle qui était tenue pour acquise.

Comme les deux combattants étaient séparés par une distance de 50 mètres, la silhouette de Mio deviendrait aussi petite qu’un haricot.

L’anxiété avait rendu le délai irritant. Kazuki s’était placé dans une posture Iai et avait imaginé une scène où une chaleur se trouvait au fond de son ventre. C’était ce que l’on appelait autrefois le Kikou ou l’énergie vitale qui résidant dans son abdomen.

Mis à part les anciennes techniques martiales, une impression parfaitement claire pouvait permettre à la Magie d’Amélioration Physique de devenir quelque chose d’extrêmement efficace.

« Alors... Commencez ! » cria Koyuki.

Voyant que les préparatifs pour cette bataille étaient terminé... Koyuki annonça que le duel avait commencé.

Kazuki avait alors libéré la chaleur se trouvant dans son ventre et avait bondi avec férocité en frappant le sol de ses pieds.

« Rapide !? » Les étudiants se trouvant dans les environs avaient crié en voyant cette scène.

En comparaison, Mio s’était retirée alors qu’elle commençait à chanter son premier sort.

Peu importe à quelle vitesse Kazuki allait, la distance était suffisante pour qu’elle puisse achever son chant.

Mio avait permis à sa Robe Magique de s’illuminer et avait communiqué avec sa diva, et elle parlait comme si elle chantait...

« ... Les étincelles éparpillées par les ailes dansantes. Lance une spirale de vent, un projectile qui transperce toute vie ! Claque maintenant, laisse-le pénétrer !! ... Barrett !! »

Derrière Mio, les ailes de Phenex s’écartèrent.

La Magie de Niveau 1 Phenex, Barrett — Phenex avait alors battu des ailes, projetant ainsi des plumes.

Il possédait un double attribut de feu et de vent, et il avait survolé le champ de bataille telle une spirale.

Avec la vitesse d’une balle, c’était une chose qui pouvait passer au travers de sa cible. De plus, elle faisait brûler l’intérieur de l’ennemi. Normalement, la capacité physique d’un humain ne devrait pas être capable d’éviter une telle balle de feu. Mais Kazuki l’avait simplement esquivée en sautant sur le côté.

« !? » Mio, qui était sûre que son tir allait le frapper, avait alors affiché une expression de surprise.

Mais comme si son corps n’écoutait pas, Mio continuait à chanter pendant qu’elle reculait. Elle avait à nouveau chanté le même sort et avait ainsi rapidement envoyé une deuxième attaque avec Barrett.

Cependant, Kazuki avait déjà saisi le flux du Pouvoir Magique... Tout comme un maître à l’épée lisant la respiration de son adversaire.

À l’instant où le Pouvoir Magique s’était libéré, la perturbation dans les airs avait dépeint un schéma comme si elle annonçait à l’avance quel Phénomène Magique allait arriver.

Tout comme ce que j’avais imaginé... Si c’est ce genre de Magie d’Invocation, alors je peux l’éviter ! pensa-t-il.

Le deuxième Barrett avait également été évité. Tout comme le vent dansant, Kazuki plongea dans les bras de Mio.

Sa main avait déjà saisi la poignée de l’épée.

Le visage de Mio était déformé... Comme s’il s’agissait de l’expression terrifiée d’un Mage Invocateur quand il était rattrapé par un épéiste.

Tranchant l’air, Doufuu — dans un éclair blanc, sa frappe horizontale Iai s’était déchaînée.

Pour Kazuki, son épée bien-aimée était la même chose qu’une partie de son corps. La puissance de tout son corps s’était étendue dans l’épée qu’il tenait, lui accordant le pouvoir destructeur qui était capable de détruire la magie... C’est la méthode d’attaque de l’épéiste, l’Épée Magique.

La frappe avait violemment heurté la Défense Magique de Mio. La lumière bleue s’était dispersée sur le sol, sa magie avait été tranchée.

Parce que sa magie avait été tranchée et avec l’impact que cela avait causé, Mio avait fait quelques pas en arrière.

Kazuki utilisa ses deux mains pour tenir son épée bien-aimée, alors qu’il la tenait uniquement avec la main droite un peu plus tôt, et fit instantanément tourner la lame.

Une frappe Iai n’était pas limitée à une technique à une frappe, un mort.

La première frappe était seulement là afin de provoquer un confinement. Celle qui déterminait vraiment la victoire était la deuxième frappe qui avait été effectuée vers le bas après l’avoir saisie avec les deux mains.

« OHHHHHHHHHHHHHH ! » cria-t-il.

Avec le cri, il avait à nouveau frappé, écrasant une nouvelle fois la Défense Magique de Mio.

Mio avait été sévèrement touchée.

« Il a vraiment esquivé une Magie d’Invocation ? » se demanda Kaguya.

Face à quelque chose qu’il était normalement impossible à réaliser, Kaguya avait émis un bruit... Ce genre d’épéiste n’avait jamais été vu auparavant.

La vitesse de Barrett était équivalente à la vitesse d’une balle de fusil. Avec uniquement le système nerveux d’un humain, il était impossible de l’éviter.

« Le Démon à l’Oeil Magique... C’était le surnom de Nii-sama, qui était autrefois un épéiste, » déclara Kanae. « Un épéiste Iai peut parfaitement lire la respiration et la tension musculaire de son adversaire, puis toucher en premier tout en commençant après son ennemi. Dans l’Hayashizaki-Ryuu, il avait complètement affiné sa Vision. »

À côté de Kaguya, Kanae souriait comme si elle était fière de son frère préféré.

« La Vision... C’est... impossible. Voulez-vous dire que vous utilisez la Magie de Renforcement de la Perception !? » Demanda Kaguya.

« S’il s’agissait d’un épéiste Iai normal, alors au mieux, il ne pouvait lire que la respiration et les mouvements des muscles, » expliqua Kanae. « Mais le Hayashizaki-Ryuu est beaucoup plus avancé, car il peut même parfaitement lire les flux du Pouvoir Magique. Si vous êtes capable de lire le flux du Pouvoir Magique, prédisant chaque changement entre l’inactif et le mouvement, alors la vitesse d’attaque n’est pas un problème pour nous. À l’instant où un maître Iai place l’épée face à lui, il l’aurait déjà parfaitement évitée. La frappe Iai de l’Hayashizaki a déjà largement dépassé l’Unyou [2]. »

« ... Un épéiste utilisant la Magie de Renforcement de la Perception qui lui permet de lire le flux du Pouvoir Magique, c’est totalement impossible..., » murmura Kaguya.

Kaguya n’avait jamais rabaissé les épéistes. Mais en tenant compte de ce qu’elle savait, il devrait être impossible de faire ça.

En entraînant le corps physique, on pouvait améliorer son corps à l’aide de la Magie d’Amélioration Physique. En théorie, c’était tout à fait possible.

La Magie était développée en fonction de l’imagination. Vouloir un corps plus puissant... Ce genre de pensée permettrait à la Magie d’Amélioration Physique d’être activée.

Cependant, peu importe la façon dont vous entraînez aux techniques Iai, la Magie de Renforcement de la Perception qui permettrait même de ressentir le Pouvoir Magique était tout bonnement incroyable. Car après tout, il n’y avait aucune raison d’arriver à ce genre de réussite de haut niveau.

« Quoi qu’il en soit, un épéiste ne peut pas battre la Magie d’Invocation... Les personnes qui détiennent ce genre de pensées tout en s’entraînant ne seraient définitivement pas capables de le faire, » dit Kanae. « Et cela, parce qu’elles ont déjà abandonné dès le début. Cependant, nous avions traité la Magie d’Invocation comme étant un ennemi imaginaire depuis le tout début et nous avons effectué des entraînements dans ce sens. Nous croyions que nos possibilités sont infinies. Vous dites que c’est impossible de faire ça ? Mais le Pouvoir Magique a ainsi répondu à nos souhaits. »

Dans le monde actuel où la Magie ne tient pas compte des lois de la physique, il n’y avait rien de tel qui soit impossible.

... Si c’était moi, comment pourrais-je faire face à ce genre de techniques d’épée ? Comment pourrais-je obtenir la victoire ? Pensa Kaguya.

« ... Si c’est moi, je chanterais une Magie à grande échelle qui soit impossible à éviter même après l’avoir lue, » déclara-t-elle à la fin de sa réflexion.

« Croyez-vous que Nii-sama et moi vous donnerions autant de temps pour chanter un tel sort ? » répliqua Kanae.

S’ils réussissaient à combler l’écart, les attaques à courte distance d’un épéiste frappaient continuellement.

Et à chaque fois, la magie sera diminuée, et le corps sera exposé à l’impact de l’éclatement de la Magie.

À l’intérieur d’une telle tempête de frappes, il n’y avait pas de tâches plus difficiles que de maintenir la concentration et de finir son chant.

Bien qu’à l’Académie, la Division Épée et la Division Magie se soient affrontées, la méthode de combat appropriée du Mage Invocateur était de chanter tout en étant protégé par l’épéiste.

« Cependant, si c’est l’épée de Kanae-chan, alors elle lui est incapable d’arrêter mon chant, » murmura Kaguya.

En entendant le murmure de Kaguya, Kanae lui lança un regard qui indiquait qu’elle ne croyait pas qu’elle perdrait.

***

Même après avoir été frappé par une attaque, la Rang-A, Mio Amasaki, chantait encore calmement son sort.

Je ne veux pas perdre... ! Je ne peux pas perdre face à ce genre de Techniques à l’Épée ! pensa-t-elle.

Même si elle sentait que c’était impossible... Mais il n’y avait aucun doute que cette personne utilisait ses yeux pour éviter l’attaque rapide, Barrett. Mio avait fait ce genre d’estimation. Ainsi, elle avait commencé à chanter quelque chose de différent de Barrett, la Magie de Niveau 2 de Phenex.

Cette personne avait poursuivi plus loin son attaque. Elle avait déjà été rattrapée.

« L’Appel du Maître des Flammes libère la rage sous la terre ! Ouvre les murs de ma forteresse... Tout en tombant entre ciel et terre, brûle toute impureté ! Création de l’Empereur des Flammes ! » Chanta-t-elle.

Le soi-disant sort était un ordre envoyé à la Diva se trouvant dans l’Astrum afin de demander la production d’un Phénomène Magique.

La Diva avait répondu à cet appel et avait envoyé ce Phénomène Magique jusqu’à ce monde... Provoquant une distorsion du monde.

Un Cercle Magique s’était étendu à partir des pieds de Mio et rayonnait dans toutes les directions.

Il avait alors laissé échapper un éclair hors du cercle et c’était devenu une grosse fissure. Des flammes étaient sorties à partir de cette fissure.

Le mur de flammes qui avait soudainement émergé à ses pieds... il était impossible de l’esquiver avec ses yeux.

Cette personne, qui avait continué à avancer plus loin, était devenue une punaise qui s’était enflammée.

Ou alors, c’était ce qui aurait dû arriver... Cependant, Kazuki Hayashizaki semblait avoir prédit l’avenir. Devant les flammes qui surgissaient, il avait freiné d’un coup. L’expression de Mio était à nouveau devenue grimaçante. C’était vraiment déconcertant.

« Quelle méthode utilise-t-il pour l’esquiver ? » demanda-t-elle.

Après que la fissure et les flammes eurent disparu, Kazuki s’était précipité à portée de frappe.

Mio ne pouvait rien faire d’autre que d’être envoyé valsé par ce flash d’argent... C’était tout simplement trop rapide.

 

« Q-Quoi !? » Cria Mio. Puis Mio fut submergée par une tempête de frappes.

« Arrêtez-vous dès maintenant ! » déclara Koyuki.

En regardant Mio, dont la Défense Magique était sur le point d’être épuisée, l’arbitre Koyuki annonça que c’était fini.

Mio s’était alors assise sur le sol, sans force. Sa Robe Magique se désintégra et redevint son uniforme scolaire.

« Ceci est ma victoire... Alors, s’il vous plaît, reprenez vos insultes que vous avez dites sur mon père adoptif, » déclara-t-il.

Les élèves de la Division Épée qui regardaient sur le côté avaient alors produit un grand nombre des applaudissements.

***

« ... Je vois, donc c’est le véritable Style des Anciennes Techniques à l’Épée, » Kaguya murmura ça avec étonnement, mais Kanae nia ce fait.

« Ce n’est pas le problème lié au Style, » répondit-elle. « Un épéiste de la Division Épée ne s’est pas entraîné dans le but de pouvoir vaincre la Magie d’Invocation. Et cela même si le Pouvoir Magique répondrait à vos pensées. Alors, la Division Épée doit changer ! Toutes ces personnes sont trompées par les Divas et ont oublié le pouvoir originel des humains ! »

Les applaudissements des élèves de la Division Épée saturaient la zone. Les deux présidentes du Conseil des Étudiants examinaient la scène.

« Incroyable... Pouvoir faire ce genre d’actions si exagérées, il y a effectivement quelqu’un d’autre se tenant à côté de la Présidente... » Comme s’il avait perdu son âme, celui qui marmonnait ça était classé 3e des étudiants du Conseil des Étudiants de la Division Épée, Torazou Yamada, qui avait un complexe d’infériorité envers la Division Magie.

En regardant son expression, Kanae ricana discrètement.

... Peu importe à quel point elle était forte, les personnes qui l’entouraient la traitaient seulement comme une existence connue sous le nom de la Tempête Féline qui se trouvait en dehors des Terres Magiques. Il n’y avait pratiquement aucun adepte qui pense réellement que « Je peux devenir aussi fort ».

Kanae avait donc toujours été seule. Kaguya était enfin consciente de ce fait.

« ... Fufufu, j’attends avec impatience la Compétition Inter-Division ! » déclara Kanae. « La prochaine fois, ce sera moi et vous qui serez sur cette scène ! »

En entendant la déclaration de Kanae, Kaguya avait également souri... En effet, c’était quelque chose qu’elle espérait elle aussi.

Que ce soit afin de lutter contre Kanae-chan... ou vis-à-vis de future croissance de petit frère... pensa Kaguya.

C’était un sentiment d’anticipation qui avait disparu depuis longtemps depuis qu’elle avait vaincu son ancienne rivale, Hikaru Hoshikaze, et était devenue invincible au sein de la Division Magie. Après avoir trouvé un puissant ennemi, Kaguya était ravie.

***

Face à Kazuki, qui voulait qu’elle reprenne les paroles qu’elle avait dit plutôt... Mio avait maladroitement marmonné.

« Non... je n’ai pas perdu, » déclara-t-elle.

« Vous n’abandonnez tout simplement pas ! Hayashizaki-Ryuu n’est pas faible, alors, admettez ça devant moi ! » Ordonna Kazuki.

« Non, non, non ! » cria-t-elle. « L’Épée de Hayashizaki, ou quoi que ce soit est beaucoup plus faible que la Magie d’Invocation ! C’est juste des déchets ! »

« Même si nous avons effectué un duel, pourquoi le traitez-vous encore comme des déchets encore maintenant ? » demanda-t-il.

Cette personne, quel genre de Préjugé envers Hayashizaki-Ryuu avait-elle ? pensa-t-il.

Dans les yeux de Mio, peu à peu, des larmes avaient commencé à couler, ce qui avait fait peur à Kazuki. Pleurer pourrait le faire passer pour trop méprisable... !

« En parlant de ça... Pourquoi ne te souviens-tu pas de qui je suis ? Rappelle-toi pour moi ! Je... Je suis Mio !? La Mio qui a vécu avec toi à l’Institue Nanohana ! » cria-t-elle.

Nanohana !? — Se pourrait-il que cela soit ça !? Kazuki était soudainement sans voix en entendant ça.

Au moment où ses yeux rencontrèrent ces yeux qui pleuraient, la silhouette d’une petite fille apparut dans l’esprit de Kazuki. L’ombre du visage était cohérente tout comme la Magie. Il s’agissait de la fille qui était telle une sœur et qui l’avait toujours suivie alors qu’il vivait là.

Le nom de cette personne est... Mio [3]. Attends, se pourrait-il que, Mio est Mio ? pensa-t-il.

« Amasaki, tu... est-ce que tu es Mio ! » demanda-t-il.

« Ne te l’ai-je pas déjà dit ! Pourquoi ne l’as-tu pas remarqué avant ça, imbécile ? » cria-t-elle.

Le public environnant se sentait confus à propos de la conversation que tenaient ces deux personnes. « Que se passe-t-il ? C’est quoi cette scène !? »

« Mais cette Mio... devrait être une enfant plus honnête et plus petite. En parlant de ça, elle devrait être plus petite que moi d’au moins deux ans ! » énonça-t-il.

« Je ne suis pas petite ! J’ai grandi depuis ce moment-là ! » répliqua-t-elle.

À ce moment-là, Kazuki s’était soudainement souvenu d’un point important vis-à-vis de cette situation. Les enfants de cet établissement étaient principalement des orphelins dont la date de naissance était inconnue. Mis à part pour l’enfant nouveau-né où c’était évident, le personnel avait essentiellement utilisé les dimensions de leur corps pour tenter de prédire leur âge.

Si l’âge de Kazuki avait été diminué d’une année afin de refléter la vérité et qu’elle avait en vérité un an de plus... En raison de l’Énigma, il n’était pas impossible pour elle, qui était à l’origine plus petite qu’elle de deux ans, de devenir soudainement sa camarade de classe.

« Même si tu nous as quittés et que tu as disparu de ma vie, pourquoi m’as-tu oubliée... ? Incroyable, même si je me souviens clairement de la Famille Hayashizaki qui t’a emmené au loin... ! Uuuuuu... » Mio s’était finalement mise à pleurer.

L’esprit de Kazuki était rempli de culpabilité. « Comment aurais-je pu t’oublier ? Même maintenant, toutes les expériences que j’ai eues à Nanohana font toujours partie de mes souvenirs importants !! Mais je ne connais pas le nom de Famille Amasaki, et Mio n’est pas un prénom si rare... »

Kazuki bafouilla alors qu’il essayait de trouver des excuses. En parlant de ça, Mio était une enfant toujours franche. Mais en ce moment, elle était vraiment comme une tout autre personne. Et il ne s’attendait pas à ce qu’elle devienne une telle beauté...

« ... De quoi parlent ces deux personnes ? » demanda l’une des personnes présentes.

« Au final, leur relation n’est-elle pas très bonne ? » demanda une autre.

« En parlant de ça, Kazuki Hayashizaki est extraordinairement fort... Qu’est-ce que c’est... » déclara une troisième.

Avec des yeux perplexes, leurs camarades de classe avaient comparé la conversation privée entre ces deux personnes, qui n’était pas liée aux épées et à la magie. Ce duel avait déjà une signification complètement différente.

« Tout comme ton talent pour les épées a été vu par une personne, et que tu nous as quittés à cause de ça, mon talent dans la Magie a aussi été détecté et j’ai été adopté par la Famille Amasaki ! » dit-elle. « Bien que j’ai été mise avec un an de plus, c’est aussi grâce à mes efforts que je suis devenu une Rang-A ! Ma Magie d’Invocation est plus forte que l’Hayashizaki-Ryuu ! »

Donc c’était la raison pour laquelle Mio avait provoqué avec tant de force la technique de l’Hayashizaki-Ryuu !

Mais, quel genre de destin était-ce !? Leurs talents dans l’épée et la magie avaient été repérés et ils s’étaient enfin retrouvés dans cette école où régnaient l’Épée et la Magie !

« Je... ne reconnaîtrai jamais l’Épée d’Hayashizaki qui m’a volé mon Kazu-nii ! » cria-t-elle.

Mio utilisa sa manche pour essuyer ses larmes, se leva avant de s’enfuir au loin.

Alors qu’il avait l’intention de la suivre...,

« BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII! » Koyuki avait soufflé le coup de sifflet final.

« Le gagnant est Kazuki Hayashizaki, » Koyuki avait dit ça avec une faible voix.

Notes

  • 1 Kiritanpo : Un plat japonais
  • 2 Unyou : une unité de mouvement déjà indiqué dans le chapitre 1. Représente le temps d’un éclair.
  • 3... Mio : Les lettres utilisées pour le prénom de Mio sont différentes. Le prénom de Mio est à l’origine. 美 桜, mais le nouveau nom utilisé actuellement utilise ミ オ. 

***

Partie 4

Mio avait couru jusqu’à sa propre chambre. Après avoir presque arraché son uniforme, elle l’avait jeté dans un coin de la pièce. Et c’est seulement en portant ses sous-vêtements qu’elle sauta sur son lit. Elle avait alors enfoui son visage dans l’oreiller et avait versé des larmes de façon impulsive.

... Après une courte période de temps, les voix des autres membres du Conseil des Étudiants purent être entendues.

Mais c’était bien trop éhonté, et tout cela était bien trop inutile. En ce moment, elle ne voulait pas les rencontrer.

Perdue, perdue, perdue, perdue, perdue, perdue. J’ai perdu !!! pensa-t-elle.

... il y a 5 ans, parce que Kazu-nii était fort, et il avait disparu de Nanohana.

Elle était si seule après ça. Mais, plus tard, son propre talent magique avait été repéré et elle s’était retrouvée au sein d’une famille adoptive.

Quand elle pensa qu’elle était également une personne forte, elle sentit qu’elle serait capable de conquérir sa solitude.

Alors, elle se mit à penser que sa propre Magie... était plus forte que l’Épée du Hayashizaki...

Cependant, elle avait quand même perdu face à lui... Trop fort.

Et cette personne n’avait toujours pas changé par rapport au passé...

... Cette personne était comme ça depuis le début. Peu importe comment quelqu’un le défiait, il resterait totalement indifférent. Cependant, si ses compagnons de Nanohana étaient méprisés, il semblait se transformer complètement en quelqu’un d’autre et il devenait empli de colère. Il choisissait souvent de combattre face à de telles personnes méprisables.

Bien que les adultes pensèrent à l’époque que le côté de la personnalité de Kazuki qui entrait facilement dans les combats était mauvais... Mais pour nous, qui étions encore des enfants, Kazu-nii était un frère aîné très fiable.

Kazu-nii n’avait pas changé du tout. On dirait qu’elle qui se disputait ainsi avec lui, était l’idiote.

Mais cette personne, quand Mio avait fait sa présentation tape-à-l’œil, et lui avait même fait signe, il ne l’avait pas reconnu.

Même si cela était une occasion rare que nous entrions tous les deux dans la Division Magie, il pensait toujours aux techniques d’Épée d’Hayashizaki.

En vérité, le fait d’être capable de le rencontrer encore une fois l’avait rendue très heureuse... mais, après ça, elle était tellement en colère qu’elle ne pouvait pas lui pardonner

Elle voulait vraiment se rapprocher de lui et voulait parler des histoires de leur passé commun.

... Depuis combien de temps était-elle ainsi couchée sur le lit ?

« Hé, Amasaki... Le dîner est prêt, » une voix passa à travers la porte de sa chambre.

Il s’agissait d’une voix extrêmement maladroite. Cependant, dans cette voix, vous pourriez ressentir un sentiment différent de celui de la colère.

C’était la douce voix de Kazu-nii. Cependant, à cause de ça... elle voudrait se comporter d’une manière plus volontaire.

« ... Les repas que tu as faits, je ne les veux pas ! » déclara-t-elle en retour.

... Cependant, cette personne, qui aimait se mêler des affaires des autres, ne permettrait certainement pas ce genre de comportement malsain qui consistait à ne pas manger le dîner.

Tout comme dans le passé. S’il devait se soucier ainsi d’elle, alors peut-être qu’il ne la mettrait pas de côté, et cela, quoiqu’il arrive.

Même si elle savait que cela n’était pas autorisé, elle avait quand même décidé d’adopter ce genre d’attitude.

***

Je ne peux pas la laisser comme ça. Si cette personne est Mio, alors c’est encore plus vrai. En entendant sa réponse, Kazuki pensait ça. Comment pourrais-je lui permettre d’être impulsive et de manquer un repas, moi qui suis la femme de ménage ici ? Ainsi, après avoir pris une profonde respiration, il avait soudainement fait irruption dans la pièce.

« Ne pas manger est définitivement interdit ! Viens vite manger ! » déclara-t-il.

Après avoir ouvert violemment la porte avec un important élan... Ce qui était alors apparu devant ses yeux était Mio, qui ne portait que ses sous-vêtements.

« Eh, tu es vraiment venu !? Attends une minute... Je n’ai jamais dit que je porte toujours ça...! » s’exclama-t-elle.

Au moment où elle avait paniqué et s’était levée du lit, les deux sommets devant sa poitrine avaient rebondi.

« ...UWAHH!? Désolé ! » dit Kazuki.

Bien qu’il déclarait cela, son regard était toujours attiré par elle et il pensait donc qu’il se ferait crier dessus à cause de ça. Cependant, Mio avait immédiatement enveloppé une serviette autour de son corps et avait utilisé la serviette pour se couvrir la bouche.

Il ne savait pas trop ce qu’elle marmonnait avec la phrase qui suivit. « ... En ce moment, tu te soucies toujours de moi... »

« ... Qu’est-ce que tu dis ? Qui pourrait entendre ce que tu murmures à travers cette serviette ? » demanda-t-il.

Juste au moment où Kazuki avait prévu de quitter la pièce, un cœur rouge était apparu en provenance du corps de Mio et s’était envolé jusqu’à lui. Il était donc resté là, paralysé par les événements.

Mio était comme un enfant qui aimait se disputer, et elle avait émis d’une voix faible. « R-Rien ! Je ne veux pas dîner. Je ne veux pas manger les repas que tu as faits. »

« Je ne peux pas juste te laisser seule, de plus, les senpais sont toutes inquiètes pour toi... Est-ce parce que tu me détestes et que tu ne veux pas me voir, et donc que tu ne veux pas descendre ? » demanda-t-il.

« Uuuuu. C’est exact... je... suis toujours en colère contre toi... » Mio avait utilisé un son ressemblant à un moustique et avait parlé à Kazuki à travers la serviette.

... Après avoir été à nouveau réuni, je l’ai constamment blessée et j’ai même fait un duel contre elle, pensai-je.

« Je suis désolé... mais s’il te plaît, viens manger le dîner, je t’en supplie, » déclara-t-il.

« Hein !? Je ne déteste pas ça !! » dit-elle.

Les yeux de Kazuki écarquillèrent totalement. Mio avait affiché une expression du genre « Insiste » et l’avait rapidement fait disparaître.

« ... Je ne déteste pas ça ! Alors, “je ne déteste pas ça signifie que je ne déteste pas vraiment ça !”[1]. » dit-elle.

« A-Ahhh... Quoi !? C’est donc dans ce sens... c’est vraiment facile d’être mal compris ! » s’exclama-t-il.

« Mais s’il te plaît, ne te trompe pas sur un point, » dit Mio. « Je ne... prévois pas de te traiter comme dans le passé ! Ne continue pas à me traiter comme ta petite sœur ! »

« Le passé est le passé, le présent est le présent, n’est-ce pas ? » répondit-il. « On se sent un peu seul comme ça. »

« ... Toi, même si c’est le Moi du présent, est-ce que tu t’inquiètes encore pour moi ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr ! Je ne vais certainement pas te permettre de ne pas manger, » répondit-elle.

Les yeux de Mio s’écarquillèrent. Un cœur rouge sortit alors de sa poitrine. Il s’agissait de la preuve que son niveau de positivité augmentait. Si c’était ainsi, alors même si elle était toujours en colère, elle ne le détestait pas.

Si c’est le cas, alors cette personne était finalement... juste en train de se disputer et de jouer avec lui.

« Heu... Est-ce vrai !? Tu vas donc toujours t’inquiéter pour moi... Mais mon estomac n’a vraiment pas faim, » dit Mio.

« Alors, faisons ça. Je serai toujours ton esclave tout comme avant, » déclara-t-il, tentant de régler la situation.

« Hein !? A-Alors même que j’ai perdu le duel... ? » Demanda-t-elle, surprise.

« ... Alors, Maître, parce que ton esclave a fait le dîner, s’il te plaît, viens le manger, » déclara-t-il.

Après avoir paralysé pendant un moment, elle avait finalement compris les intentions de Kazuki et elle redressa fièrement sa poitrine.

« ... J’ai compris, » dit-elle. « Il n’y a pas d’autre moyen d’agir... Et c’est seulement parce qu’il n’y a pas d’autre moyen d’agir ! Car mon estomac me dit qu’il n’a pas du tout faim. Parce que je suis le maître, je dois récompenser la loyauté de mon esclave. »

« Ohhh oui ! Tu dois le faire, » dit-il.

Il ne pouvait que maintenir ce genre de relation avec elle, relation qui n’avait pas été claire jusqu’à présent.

Cependant, si le niveau de positivité augmentait... Alors, il devrait être possible d’avoir une relation comme dans le passé.

« Le passé est le passé, le présent est le présent », même si on lui avait dit ça, ça ne voulait pas dire que c’était quelque chose qui le pousse à être solitaire.

« C’est vrai. Tu n’es que mon esclave ! » déclara Mio. « Seulement un esclave... alors tu devras donc rester à mes côtés à partir de maintenant ! Ne me fais pas de choses étranges et n’essaye pas de partir d’ici ! »

« Je le sais déjà. Et de pouvoir rester dans le Manoir des Sorcières est une bonne chose, » déclara-t-il simplement.

Mio hocha constamment la tête afin de montrer qu’elle était d’accord avec ce qu’il disait. Alors qu’elle faisait ça, un nouveau cœur rouge était apparu en provenance de sa poitrine.

« Descendons maintenant ! » Après avoir dit ça, Kazuki quitta la pièce.

« ... Ha oui ! Pour le bento de demain, tu n’as pas besoin d’en faire un, » déclara Mio.

« Hein !? » s’exclama-t-il. « Allons-nous à la cafétéria ? »

« Je vais le faire pour toi... bien que tu sois mon esclave, mais je suis quand même celle qui a perdu..., » annonça-t-elle.

***

Lors du déjeuner du lendemain. Tout comme hier, Leme et Mio s’étaient toutes deux réunies à côté du siège de Kazuki.

La différence vis-à-vis d’hier était que c’était Mio qui avait cuisiné le karaage.

« ... Bon ! A-t-il vraiment le goût qu’il avait lors que nous étions à Nanohana ? » demanda Mio. « À ce propos, j’avais toujours voulu faire la même chose et me pratiquer après que je sois arrivée dans la Famille Amasaki, mais je n’ai jamais pu le faire correctement. »

... Comme prévu, c’est aussi un avant-goût de nos souvenirs. Pensa-t-il.

« À ce propos, l’assaisonnement effectué en avance est la clé de la réussite, » expliqua-t-il. « Mais la prochaine fois que nous le ferons ensemble, tu devras aussi porter une tenue de femme de chambre ! »

« Quoi ? Qu’est-ce que c’est que cette expression de bonheur !? » Demanda-t-elle. « Es-tu si heureux de cuisiner avec ton maître ? Je ne vais absolument pas la porter... cette stupide tenue. »

Kazuki ne pouvait pas s’empêcher de laisser voir ses émotions, Mio sembla bouder et c’était là qu’elle avait déclaré des mots haineux.

« Heu !? À propos de ça, Amasaki-san..., » demanda l’une de leurs camarades de classe. « Puis-je vous demander quelque chose ? Finalement, votre relation n’est-elle pas très bonne avec lui ? »

Totalement surprises, les personnes qui se trouvaient à côté d’eux avaient regardé le bento que Kazuki mangeait, et qui avait été confectionné par Mio.

« Nullement. Vous vous trompez ! Ce mec est juste un esclave !! » déclara-t-elle, surprise de la question. « ... Il est seulement Mon Esclave ! Bien que ce type soit un idiot d’épéiste de Rang-E... si quelqu’un de plus faible que moi ose le mépriser, alors je ne lui pardonnerai en aucun cas ! »

Mio avait émis un rugissement pour toutes les personnes se trouvant dans la salle de classe.

Si elle faisait ce genre de déclaration, alors seulement Koyuki, qui était du même rang qu’elle, pourrait y répondre.

... Cette fille me protège-t-elle ? Se demanda-t-il.

« Q-Qu’est-ce que tu regardes ? Mange vite ! » déclara-t-elle quand elle vit qu’il la regardait.

Elle avait alors utilisé les baguettes, avait ramassé son karaage et avant rajouté une fois de plus « Mange vite !! » Avant de placer les baguettes devant le visage de Kazuki.

« ... Ne fais pas si soudainement des choses comme “Haaa...”, » déclara Kazuki qui se sentait troublé par l’acte de Mio.

« J-Je n’avais pas prévu de le faire ! C’est seulement quelque chose de semblable à nourrir un chien ! » répliqua-t-elle alors qu’elle venait d’être percé à jour.

« Leur relation n’est pas extrêmement bonne... C’était plutôt comme s’ils étaient entièrement entrés dans leur propre monde... » déclara l’une des camarades de classe.

« Oubliez ça ! Si c’est juste nous, alors peu importe ce que nous ferons, dès maintenant, nous ne gagnerons jamais contre l’un ou l’autre, » déclara une deuxième élève qui regardait la scène.

« ... En parlant de ça, elle était vraiment géniale. Je parle de l’attaque Iai de Hayashizaki-kun, » déclara l’une des camarades de classe.

« Oui, c’est vrai ! Je m’en souviens bien de ce combat. Je me rappelle parfaitement de ça ! Il a chargé tout en frappant au dernier instant ! »

L’atmosphère autour de Kazuki avait dès ce jour changé. Et Mio, dont il n’avait pas pu comprendre jusqu’à maintenant son attitude, avait finalement été comprise.

« Et toi ! De quoi ris-tu en secret ? » demanda Kazuki à une Mio qui semblait extrêmement heureuse.

« Non, je me sens juste très heureuse, » répondit Mio. « Alors, à partir de maintenant, s’il te plaît, occupe-toi bien de moi. »

« D’accord ! Mais pourquoi es-tu si heureuse ? » demanda-t-il. « Je n’ai rien fait qui puisse te rendre heureuse..., oublie ça, et puisqu’on ne peut rien y faire, je serai toujours avec toi à partir de maintenant. »

Bien qu’elle parlait encore, le visage de Mio révélait toujours un léger sourire. Il semble que ses véritables sentiments aient été involontairement révélés...

À ce moment, quelque part près de la poitrine de Mio, il y avait une lumière qui était alors apparue. En regardant un Kazuki qui semblait extrêmement surpris, même la personne impliquée dans cette scène, Mio, avait affiché une expression du genre. « Que se passe-t-il ? ».

La lumière s’était finalement transformée en une clé... et elle était entrée directement dans l’anneau de Kazuki.

C’était ce dont Leme avait parlé, la clé de son cœur...

***

... À partir de cet instant-là, Kazuki n’était plus un Mage Invocateur inutile.

Notes

  • 1 C’est un peu confus ici, mais la première moitié de la phrase (phrase précédente) signifie qu’elle ne veut pas laisser Kazuki quitter la pièce, mais la dernière moitié (phrase actuelle) signifie qu’elle ne se soucie pas si Kazuki quitte la pièce.

***

Chapitre 4 : Simulation d’amour

Partie 1

« Bon, faisons ce soir du curry, » annonça Mio. « Je veux soudainement manger un curry avec beaucoup de fromage sucré à l’intérieur. Comme celui qui avait été fait précédemment à l’Institut Nanohana. C’est décidé ! »

« Du curry, c’est... je l’ai souvent fait auparavant, » répliqua Kazuki. « Cependant, cela ne fonctionnerait pas bien avec le bento de demain. »

« N’est-ce pas correct si tu fais un curry dans le bento ? » demanda-t-elle. « On peut simplement utiliser la Magie pour le réchauffer. Il s’agit d’un ordre de ton maître ! Pommes de terre ~, carottes ~, oignons ~ ♪. »

Mio avait fredonné une petite chanson en plaçant les différents légumes dans le panier.

Quand Kazuki avait déclaré qu’il allait acheter des ingrédients pour le dîner, Mio l’avait suivi en étant tout heureuse.

Après la pause déjeuner, son attitude de vouloir argumenter sur chaque détail était réapparu. Cependant, en même temps que cela c’était produit, elle était également de très bonne humeur.

À l’intérieur du gigantesque campus de l’Académie des Chevaliers, il y avait des magasins qui vendaient des ingrédients pour les étudiants qui voulaient préparer leur propre nourriture.

« De la Mousse [1] ♪. Si c’est de la viande, alors ce serait à coup sûr ça. Oui, c’est ça ! » Dit-elle en tenant une boîte et en souriant.

« Je vais me conformer à tes ordres, maître, » répondit-il.

Après avoir apporté les marchandises sélectionnées jusqu’à la caisse, Kazuki avait utilisé la Carte Budget Nourriture de la Présidente du Conseil des Étudiants afin de payer la facture.

« Je te donne ceci. Car après tout, c’est toi qui es un esclave. Dont tu devrais être responsable du transport ! » déclara Mio après avoir placé adroitement les marchandises dans deux sacs en plastique, avant de les glisser dans les mains de Kazuki.

Les deux sacs en plastique bombés remplissent les deux mains de Kazuki.

« Quoi !? As-tu un avis ? » demanda-t-elle.

« Je n’ai pas dit que ce n’était pas bien. Et en plus, depuis le début, je n’avais pas l’intention de laisser une fille porter nos achats. »

« Est-ce lourd ? Parce que beaucoup de légumes ont été achetés, ça doit donc être très lourd, pas vrai ? » demanda-t-elle.

« Ce niveau de poids n’est rien pour moi, » répondit-il. « Et comme je me suis toujours entraîné, ce n’est pas un problème pour moi de porter ça. »

« Tu te surmènes trop par toi-même ! On ne peut pas y faire grand-chose ! En tant que ton maître, je devrais donc t’aider, » annonça-t-elle.

Mio prit ainsi l’une des poignées du sac en plastique qui se trouvait dans la main gauche de Kazuki. C’était donc devenu une situation où deux personnes soulevaient à deux un sac... Tout comme s’ils marchaient en se tenant la main.

Transmettant le fait qu’elle n’avait pas vraiment traité Kazuki comme un esclave.

Cependant, pour elle, qui affichait encore une position têtue de « Ne pas vouloir pardonner à Kazuki », le maintien de la relation maître-esclave était la façon la plus naturelle de s’entendre.

À travers son statut..., il vit que le niveau de positivité de Mio était monté à 67.

En revenant au Manoir des Sorcières, ils avaient par hasard rencontré leurs camarades de classe.

« Amasaki-san et lui... Comme prévu, leur relation est vraiment bonne. C’est vraiment comme des amoureux ou peut-être même comme un couple marié, » déclara l’une des camarades de classe qui se trouvaient là.

« Attends une minute ! » déclara Mio, après avoir entendu les paroles de l’une de ses camarades de classe. « Tout est de ta faute parce que tu as révélé une expression de bonheur quand tu es avec moi, ce qui a fait que tout le monde a mal compris la situation ! Tu devrais au moins agiter ta queue devant ton maître ! »

Mio s’était ainsi disputée avec Kazuki.

« Attends, depuis le début, n’es-tu pas celle qui avait montré cette expression de bonheur ? » demanda-t-il.

« Quand ai-je fait ça ? » demanda-t-elle. « Il s’agissait d’une expression tout à fait normale ! Je suis toujours aussi calme et belle ! »

« Plustôt, tu chantais bien une chanson, » répliqua-t-il. « Si ce n’est pas être heureux, alors comment dois-je appeler ça ? »

« C’est différent ! » s’exclama-t-elle. « C’était... seulement une chanson tout à fait normale pour les légumes ! Parce que j’aime les légumes, c’est pour ça que j’ai chanté. C’est juste ça la raison ! Comment est-ce possible que je sois heureuse parce que je suis avec toi !? »

Mio attrapa de force le sac en plastique de la main de Kazuki et serra dans ses bras les légumes qui se trouvaient avant ça à l’intérieur.

« J’aime les légumes ! » continua-t-elle. « Quand je serais grande, je voudrais me marier avec un oignon sur un cheval blanc !! »

Cette fille ne vient-elle pas de dire quelque chose d’incroyable ? se demanda-t-il.

« Quand nous reviendrons, nous aurons besoin de faire cuire lentement les légumes en utilisant un pot, » annonça-t-il.

« Pourquoi dois-tu faire une chose si cruelle ! Méchant ! » cria-t-elle.

« Ahaha... Comment dire... je vous souhaite à tous deux, un grand bonheur, » déclara la camarade de classe qui avait parlé plus tôt.

Les camarades de classe avaient alors toutes fait un sourire amer avant de partir.

« C’est de ta faute ! À cause de ça, elles ont mal compris la situation et elles sont parties ! Idiot !! » cria-t-elle.

Cependant, Mio n’était pas vraiment en colère. Aucun crâne noir n’était venu de sa personne.

***

« Écoute-moi, Hikaru, » déclara Kaguya. « Ces deux-là semblaient vraiment être comme un couple de jeunes mariés. Petit frère coupe les légumes et Mio-chan place les légumes coupés dans le bol... C’est première fois que ces deux-là travaillent vraiment ensemble ! »

« Ah, quand ils travaillent ensemble et que leurs mains se touchent, les deux sont ainsi gênés... Comme c’est charmant, j’attends avec impatience de revoir une scène si mignonne, » déclara Hikaru.

« Ces deux-là semblent vraiment très heureux, » déclara Koyuki.

Alors que Kazuki et Mio faisaient de la nourriture dans la cuisine, trois regards les regardaient secrètement.

« ... Hé toi ! Tu devrais réfléchir à un plan. Car là, le malentendu est en train de s’approfondir, » déclara Mio.

« Comment puis-je imaginer un plan ? Car après tout, elles sont nos aînées ! » répliqua Kazuki après qu’il ait jeté un coup d’œil derrière lui.

Celles qui les regardaient discrètement étaient leurs deux senpais et Koyuki.

... Si c’était Kazuki, il voudrait certainement laisser Koyuki participer à tout ça.

« Mademoiselle Amasaki, s’il vous plaît, goûtez-moi ça ! » Déclara Kazuki.

« Um... Délicieux ! » répliqua-t-elle. « Comme prévu d’une chose que j’ai faite ! Ce curry sera connu comme étant le réputé “Cury Doré de Mademoiselle Mio” ! Et si le fromage était placé en tant que garniture... Alors c’est la meilleure des choses possibles ! »

« Ne choisissez pas si simplement un nom, maître, » dit-il.

Finalement, parce que Mio avait la dent sucrée, c’était devenu un curry qui avait d’énormes quantités de miso doux, d’oignons, de bananes, de pommes et de miel. Bien que cette personne l’aime vraiment ainsi...

« Pour les autres, ça peut être un peu trop sucré, » déclara-t-il. « Ho... Hé, Hiakari-san ! »

« ... Kazuki, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Koyuki.

Koyuki, qui portait encore la chemise si stimulante, avait alors marché jusqu’à lui.

« Pourriez-vous aussi goûter ce curry ? » demanda-t-il.

« Si tout le monde pense que le goût est bon, alors il n’y a pas besoin de l’adapter spécialement pour moi, » déclara-t-elle.

« S’il vous plaît, ne dites pas ce genre de sottises, » dit-il. « J’espère aussi que vous soyez l’une de celles qui seront heureuses d’en manger. »

Kazuki avait déplacé de force la cuillère.

Même si elle avait fait une expression confuse, elle l’avait quand même mangée. « ... C’est un peu trop sucré ! Mais finalement, c’est quand même délicieux ! »

« Hiakari-san, est-ce que vous préférez manger plus épicé ? » demanda-t-il à Koyuki. « Alors, si nous devions ajouter un peu de poivre rouge, le goût serait-il suffisant ? »

« Hé vous, votre goût n’est-il pas un peu trop bizarre !? » s’exclama Mio en entendant ça. « Vous avez choisi de placer toutes les fautes sur chilicremeuxetprofessionnelleavecunesaceauchili-sama de Mio-chan et de sa touche secrète ! »

« Hé, le nom est complètement différent d’avant... Dans ce cas, je vais déplacer ma portion ainsi que celle d’Amasaki dans une petite casserole et je rendrais le restant qui est pour les autres un peu plus épicé. »

« Ah, vous aimez aussi manger sucré, » déclara Mio en utilisant bien une forme plus distante que quand ils n’étaient que les deux.

Un autre cœur rouge s’était alors envolé vers lui.

Le Niveau de Positivité de cette personne augmentait à l’heure actuelle de façon exponentielle. Et il semblerait que la raison en soit la nourriture.

« Ah ! En parlant de ça, il y a quelque chose que je voudrais discuter avec Mio-chan et Koyuki-chan, » Kaguya laissa échapper un son comme si elle venait de se souvenir de quelque chose et entra dans la cuisine. « C’est lié à la Compétition Inter-Divisions du samedi de la semaine prochaine. Une première année doit également y participer. Puisque vous deux avez toutes deux conclu un contrat avec succès, Mio-chan et Koyuki-chan, qui devrions-nous envoyer pour cet événement ? Puisque Mio-chan s’était battue avant, alors est-ce que ça va si c’est au tour de Koyuki-chan de se battre cette fois-ci ? »

Cette soi-disant Compétition Inter-Divisions était un événement que les aînées préparaient depuis quelque temps.

Il semblerait que ce soit... quelque chose comme une grande Compétition à grande échelle organisée par le Conseil des Étudiants de la Division Magie et Conseil des Étudiants de la Division Épée avec une présence d’un certain nombre de civils tout à fait ordinaires et des étudiants de première année.

« J’obéirai aux décisions qui seront prises..., » déclara Mio.

Même si elle avait dit qu’elle obéirait, Mio fronça quand même les sourcils. En fait, elle voulait profiter de cette opportunité pour se racheter de son précédent échec.

... Mais à ce moment-là, un grand rugissement était venu depuis l’extérieur.

« Nii-sama Nii-sama... ! » cria cette voix. « Pourquoi Nii-sama !? Pourquoi Nii-sama est-il dans ce genre d’endroit... !? »

Et alors, *Boom* ! La porte fut ouverte avec violence.

Tout le monde se précipita vers l’entrée et ils purent tous voir une Kanae à bout de souffle.

« Nii-sama ! Pourquoi vis-tu dans ce genre d’endroit ? » demanda Kanae. « Quand j’ai auparavant interrogé les enseignants, ils m’ont dit qu’ils avaient fait les arrangements pour que tu aies une résidence en dehors du campus, alors j’étais rassurée ! »

« Comme c’est agressif tout ça ! » s’exclama-t-il. « Cela me fait penser à tout ce qui m’est arrivé. Donc, c’était à propos de ça que tu viens ici. En raison de diverses choses, je ne peux pas utiliser la résidence à l’extérieur. Ainsi, les senpais ont accepté d’abriter un sans-abri tel que moi. »

« C’est parfait !! » s’exclama-t-elle, fâchée. « Nii-sama, qui a déjà atteint ce genre d’âge, vit actuellement avec une autre femme en plus de moi... En pensant à ça, c’est vraiment trop obscène... Comme prévu, Nii-sama devrait immédiatement passer à la Division Épée ! »

« Donnez-moi une minute, Kanae-chan ! » s’exclama Kaguya. « Maintenant, qui serait d’accord avec ce transfert vers la Division Épée ! J’ai aussi participé à cette discussion, et c’était le résultat de la réunion du Personnel de la Division Magie ! »

« Ce n’est plus le cas. Les pensées des membres du personnel de la Division Magie ont encore changé... En raison du duel, » déclara Kanae.

Kanae semblait se vanter de sa victoire et avait affiché un sourire. Ce sourire semblait dégager un mauvais sentiment pour les autres.

« Qu’est-ce que cela signifie au sujet que leurs pensées ont changé ? » demanda Kaguya.

« En fait, le nombre d’enseignants qui ont reconnu la force de Nii-sama en tant qu’épéistes a augmenté. Il semble que l’opinion de le transférer dès maintenant à la Division Épée soit désormais la majorité, » annonça Kanae. « Moi, en tant que Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Épée, j’ai déjà commencé à recueillir des signatures... Et j’ai déjà obtenu les signatures de plus de la moitié de la salle du personnel, y compris le directeur. Pourvu qu’il le veuille, il peut dès maintenant changer d’affection. »

« Signatures !? Ceci a donc déjà été mis en action ! » s’exclama Kaguya.

La tension dans le Manoir des Sorcières avait soudainement augmenté. Les actions de Kanae n’étaient pas simplement ses actes de bro-con, mais c’était également une action qui avait été dans le sens de son rôle en tant que Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Épée.

Kanae avait alors férocement saisi la main de Kazuki.

« Viens, Nii-sama. Allons à la Division Épée ! Allons ensemble dans notre nid d’amour ! » déclara Kanae.

Cependant, Kazuki avait froidement enlevé la main de Kanae.

« Kanae, je resterai dans la Division Magie, » déclara-t-il. « Je ne veux pas mettre fin ainsi avec l’identité du plus mauvais de la Division. De plus, cet endroit est déjà devenu un lieu important pour moi... Tout comme la Famille Hayashizaki. »

« Q-Qu’est ce que tu viens de dire ? Nii-sama vient à l’instant de me rejeter..., » déclara Kanae.

« Ne pense pas que tu peux continuer à être si obstinée, » déclara-t-il. « Nous sommes maintenant tous les deux des lycéens. »

« Donc, Nii-sama n’écoutera pas les paroles de son Onee-chan [2] ! » répliqua Kanae.

« Ne deviens pas l’Onee-chan quand cela te convient ! » répliqua-t-il à son tour.

Kanae était devenue vraiment têtue. Kazuki avait quant à lui affiché une attitude très sérieuse et il s’était confronté dans un face à face avec Kanae.

« Nii-sama ? Onee-chan ? ... Leur relation est impossible à comprendre, » déclara Hikaru.

« ... Comme prévu, ça devrait être une sorte de jeu pervers..., » rajouta Koyuki.

Hikaru et Koyuki étaient extrêmement confuses.

La prochaine fois, il devait clairement la situation...

« Cependant, peu importe ce que dit Nii-sama, j’ai déjà obtenu le consentement de la salle du personnel ! » annonça-t-elle fièrement.

« Tu n’as même pas pris la peine de me demander mon avis. Alors pourquoi fais-tu une telle chose ? » demanda-t-il.

« C’est l’action que j’ai menée en tant que la Présidente du Conseil des Étudiants, donc ce n’est pas lié à Nii-sama ! » déclara-t-elle.

« Attendez une minute ! » s’écria Mio. « Vous, bien que je ne sache pas si vous êtes sa petite sœur ou sa grande sœur, mais depuis le tout début, que venez-vous dire à mon Kazu-nii... Non, à mon esclave ! Cette personne est à moi ! »

Mio et Kanae s’étaient alors affrontées. Kanae tourna son regard vers Mio, changea son expression et la regarda.

La petite sœur de sa famille adoptive qui était également la grande sœur actuelle de sa famille adoptive s’opposait avec sa petite sœur du passé qui était également son actuel maître.

« ... Quoi ? Avez-vous un problème, vous, la première année !? » S’écria Kanae. « Si nous devons recourir à la méritocratie préférée de la Division Magie afin de résoudre ce conflit, alors cela me va. Je vais vous laisser expérimenter un résultat honteux qui est encore plus écrasant que celui que vous avez eu lors du duel avec mon Nii-sama... ! »

Kanae plaça sa main sur la poignée de son épée et libéra une atmosphère meurtrière grâce à son Amélioration Physique.

Mio eut peur et se retira, mais afin de la protéger, Kaguya se glissa entre les deux filles.

« Mais, puisque le niveau de petit frère est au niveau où ses techniques à l’épée sont déjà superbes, ceci ne sert à rien qu’il aille dans la Division Épée, » déclara Kaguya. « Et s’il peut rester dans la Division Magie, les choses qu’il pourra obtenir seront bien plus importantes. »

« Même si Nii-sama, lui-même, n’apprendra rien, l’influence qu’il donnera aux autres sera inégalable, » objecta Kanae. « L’existence de Nii-sama donnera du courage aux étudiants, qui se sentent inférieurs à la Division Magie ! Nii-sama est justement tel un soleil pour nous ! »

« ... Mais c’est pareil pour la Division Magie ! » répliqua Kaguya. « Si la Division Magie a quelqu’un comme lui, alors elle reconnaîtra les techniques d’épée et la Division Épée ! Je prévois de former cet enfant pour qu’il devienne un Épéiste Magique qui relierait la Division Magie et la Division Épée ! »

La Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Magie et la Présidente du Conseil des Étudiants de la Division Épée s’étaient dès lors engagées dans une bataille féroce concernant Kazuki.

« Votre façon de penser peut en effet avoir une certaine vérité, » répliqua Kanae. « Mais cette prémisse ne peut être établie que si Nii-sama peut utiliser la Magie d’Invocation. Mais Nii-sama ne peut pas utiliser la Magie d’Invocation. »

Kazuki sentit un léger frisson dans son cœur. Il n’avait mentionné la capacité de Leme à personne. Tout le monde pensait encore qu’il était impuissant... Mais dans la pause déjeuner précédente, il avait obtenu la Clef de Mio. Bien qu’il ne l’ait pas encore testé... s’il était ou non capable d’utiliser la Magie d’Invocation.

« En fin de compte, cet endroit n’est pas pour Nii-sama, qui ne peut pas utiliser la Magie d’Invocation, » dit Kanae.

« Le Manoir des Sorcières est un très bon endroit où petit frère peut séjourner. Ce genre de chose ne devrait pas être nié par une étrangère comme vous ! » répliqua Kaguya.

« Vous avez dit que moi, l’Onee-chan et l’Imouto de Nii-sama est une étrangère !? » s’écria Kanae. « ... Hmm, puisque nous avons dit ce genre de connerie, alors s’il vous plaît, prouvez-moi la magie de Nii-sama ! »

Kanae semblait parler comme si elle l’avait préparée avant même de venir ici.

« ... Le prouver ? Comment devrions-nous le prouver ? » demanda Kaguya.

« Les trois combats de la compétition Inter-Division ont lieu la semaine prochaine, s’il vous plaît laissez Nii-sama y participer, » annonça Kanae. « Que Nii-sama se batte avec l’assassin que j’ai préparé, moi, la Présidente du Conseil des Étudiants, et prouvez-moi son talent magique ! »

Assassin... ! Juste à ce moment-là, un son étrange était venu de l’extérieur.

« Kanae ~, veuillez attendre ~ »

Puis, *patapata*, les sons de pas s’arrêtèrent à l’entrée.

« Haaaa... Entrer dans le Manoir des Sorcières semble être effrayant... Je veux juste fuir. Mais si je m’échappe, je vais rendre Kanae folle. »

« Fufufu, elle est vraiment venue au bon moment, » déclara Kanae. « Cette personne est la vice-présidente du Conseil des Étudiants, qui deviendra l’adversaire de Nii-sama lors de cette compétition. Elle est ma meilleure amie, ma proche confidente et ma disciple numéro un, Iori Kamiizumi ! »

« Comme prévu, c’est effrayant ~, » déclara Iori. « Je rentre. Je m’enfuis. »

« Attends une minute ! » dit Kanae. « I-chan, tu n’es même pas venue ici, n’est-ce pas trop exagéré là ! »

« UWAHH!? Je suis déjà entrée ! Je suis quand même venue ! » déclara Iori.

Utilisant une manière timide d’ouvrir la porte, une fille, ayant les cheveux d’une poupée, avait collé son visage vers l’intérieur.

Elle avait rapidement regardé la situation proche de l’entrée et tout son corps avait alors commencé à trembler.

« Au moment où je suis entrée, le regard de tout le monde me semble particulièrement perçant ! » déclara Iori.

« ... Oubliez ça, » déclara Kanae. « Bien que la personnalité de cette personne soit juste comme un faon nouvellement né, ses compétences dans l’art de l’épée sont bien réelles. Si Nii-sama n’utilise pas d’épée et utilise seulement la Magie d’Invocation pour vaincre cette personne, alors j’admettrai le fait que Nii-sama a vraiment un talent en magie. »

« Parce qu’auparavant, j’ai vaincu la Magie d’Invocation avec seulement une épée, maintenant cette fois-ci, je dois vaincre l’épée avec la Magie d’Invocation ! » déclara-t-il.

« Ehhhhhhh!? Ça parle de quoi là !? » déclara Iori. « Kanae, je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose ! »

« Si tu en avais entendu parler avant maintenant, alors tu ne serais jamais venue ici, » répondit Kanae.

« Oui, je ne l’aurais jamais fait ! » confirma Iori. « À propos de cela, j’en suis certaine ! Pourquoi voudrais-je venir pour faire ça !? »

« ... Depuis que tu as dit le mot disciple. Kanae, as-tu appris à cette Iori-senpai, l’Hayashizaki-Ryuu ? » demanda-t-il.

« En l’espace d’une année, je lui ai enseigné la Lecture des Intentions de l’Hayashizaki-Ryuu, la Vision de la Magie et l’Instantané Divin, » déclara Kanae, fière d’elle-même.

En d’autres termes, elle était capable de détecter les intentions, de percevoir le flux du Pouvoir Magique et de se déplacer aussi vite que le vent.

Kazuki regarda secrètement les jambes d’Iori qui s’étendaient depuis sa jupe. Ses deux jambes étaient les mêmes que celles de Kanae. C’était aussi solide que celle d’une antilope. Juste à travers ce simple coup d’œil, il l’avait déjà compris.

S’il s’agissait d’un duel un contre un, une attaque simple de Magie telle que Barrett ne toucherait jamais cette fille.

« Comme ce serait unilatéral..., » murmura-t-il.

« Ne dis pas que c’est un acte unilatéral, car ce côté a déjà obtenu plus de la moitié du soutien de la salle du personnel, » déclara Kanae. « Ce que je propose est déjà un compromis. Pourquoi Nii-sama, qui ne peut pas utiliser la Magie d’Invocation, doit-il rester dans ce genre d’endroit ? »

Puis-je vraiment utiliser la Magie d’Invocation ? Ai-je vraiment tissé un lien avec Amasaki... ? se demanda-t-il.

À ce moment-là, un important malaise traversa le cerveau de Kazuki. Mais même ainsi, sa propre détermination restait ferme.

Je... veux rester ici ! Kazuki était rempli d’une émotion puissante et regarda Iori.

« J-je ne suis pas si géniale en tant qu’épéiste ~, » déclara-t-elle. « Les commentaires venant de tout le monde sont terrifiants ~. »

« Arrête avec ça, I-chan, » répliqua Kanae. « Si nous ne revenons pas bientôt, Torazou va commencer à faire des remarques irresponsables. »

« Repartons, oui, repartons ! Hehehe, alors nous partons en premier ~, » déclara Iori.

« Kaguya Otonashi. Lors de la Compétition Inter-Divisions de cette année, je vais utiliser la victoire de cette personne et la mienne afin d’obtenir la victoire finale..., » annonça Kanae.

Kanae avait ri avec courage avant de partir avec Iori. Kaguya était abasourdie.

« ... Nous avons vraiment été poussés à bout, » déclara Kaguya. « Nous sommes entraînés dans une bataille que nous ne pouvons pas perdre, et même la Compétition Inter-Division est devenue favorable à la Division Épée. Bien que Kanae-chan semble être très simple, elle a aussi un certain côté qui est vraiment impossible à jauger. »

« ... À ce propos, il y a quelque chose que je voudrais dire à tout le monde, » Hoshikaze avait dit ça avec un ton solennel. Son expression était très sérieuse. « ... De la cuisine... il y a une odeur de brûlé qui en sort... »

... À ce moment-là, Kazuki se souvint qu’il avait placé le petit chaudron sur le feu pour le chauffer et il se précipita vers la cuisine.

Parce que seul le petit chaudron au curry sucré était réchauffé sur le feu, la seule victime fut Mio, qui pleurait à chaudes larmes après ça.

Notes

  • 1 Mousse : Apparemment, dans certains currys, la mousse est un ingrédient qui était utilisé.
  • 2 Dans le cas où vous ne comprenez pas, Kanae joue habituellement le rôle de la petite sœur, mais ici, elle a essayé d’être la sœur aînée.

***

Partie 2

« ... Barrett !! »

Après avoir achevé le chant pour cette Magie d’Invocation, le Stigma présent sur sa main gauche avait émis une lumière orange. Au même moment, une forme illusoire d’ailes enveloppées de flammes était apparue derrière Kazuki et elle avait libéré un projectile de flammes.

La petite pierre qui avait été placée comme cible avait été détruite par cette attaque. En voyant ça, Mio se pinça les lèvres.

« En fait, tu utilises la même magie que moi. Quelle arrogance... !! » déclara-t-elle.

Après l’avoir un peu essayé, il avait réussi à utiliser la Magie d’Invocation de Mio de niveau 1.

« C’est exact. La capacité de Leme-chan est de pouvoir copier les capacités des autres Divas ! » Kaguya semblait être devenue heureuse comme s’il s’agissait de quelque chose qui était directement lié à elle.

Kazuki avait avoué la vérité à tout le monde concernant le fait que Leme n’était pas impuissante comme tous les autres le pensaient jusqu’à maintenant.

*

Cependant, les détails concernant le fait que « le nombre de magies qu’il pouvait utiliser et qui augmentait quand il formait une meilleure relation avec les filles » avait été gardé secret d’elles. Il s’agissait là des instructions que son professeur, Liz Liza, lui avait données avant ça.

Elle avait même rajouté quand elle l’avait appris : « La condition d’utilisation est absolument absurde... Quelle Diva scandaleuse que vous avez là !? »

Kazuki croyait qu’il était incapable de garder ce secret et il s’était donc naturellement dirigé vers Liz Liza afin de tout lui expliquer comme il s’agissait d’une personne qui l’avait protégé jusqu’à maintenant. Si à l’avenir, il était capable d’utiliser la Magie d’Invocation de nombreuse Diva, il deviendrait impossible de dissimuler la nature spéciale de Leme, il avait donc besoin le plus tôt possible d’un soutien.

« La raison pour laquelle j’ai pu obtenir la Clé du Cœur d’Amasaki... Bien que j’ai dit que c’est lié au niveau de positivité que j’ai avec elle, je crois que cela ne se limite pas qu’aux sentiments amoureux. L’amitié et l’amour entre membres d’une même famille sont également inclus selon moi. Parce que je suis une vieille connaissance de Mio, je ne me battrai pas pour devenir le Roi du Harem que Leme a mentionné, mais je viserais plutôt à devenir un Roi de l’Amitié ! »

« L’amitié entre hommes et femmes, hein..., » répliqua Liz. « Je pense que bien que l’amitié et l’amour sont des choses différentes, elles ne sont pas complètement séparées... Après que la relation entre un homme et une femme devient plus intime, même si vous envisagiez initialement d’être juste des amis, cela deviendra naturellement de l’amour. Je pense quant à moi que c’est ainsi que fonctionnent les relations. »

Après avoir légèrement rougi en disant ses mots, Liz Liza laissa échapper une toux sèche avant de continuer à parler. « M-Mais, ma propre vision de l’amour ne devrait pas vous importer. Nous devons seulement penser à un plan pour cacher aux autres la nature spéciale de Leme. Parmi les enseignants, il y a beaucoup de personnes qui ne font pas confiance à Leme, car elles ne connaissent pas sa véritable identité. En ce moment, c’est toujours la meilleure des choses que de leur faire croire qu’elle n’est pas aussi puissant qu’une Diva normale. Franchement... Nous devrions juste dire qu’“Elle est capable de copier les Magies d’Invocation de Bas Niveau” et cela devrait fonctionner pour le moment. »

*

« ... Mais pourquoi est-ce seulement Phenex qui peut être copié ? Pourquoi ne pouvez-vous pas utiliser les capacités de mon Asmodée ? » demanda Kaguya.

« À propos de ça, c’est peut-être un problème de compatibilité..., » Kazuki avait immédiatement caché la vérité, mais Kaguya était soudainement devenue déprimée.

« ... Ma compatibilité avec vous est donc si mauvaise ? C’est vraiment quelque chose de terrible pour moi..., » déclara Kaguya.

« M-Mais, je suis sûr que si je pratique ce pouvoir, je suis certain de pouvoir l’utiliser sous peu ! » déclara Kazuki afin de corriger sa bévue.

De l’autre côté, Mio avait émis une protestation envers Kazuki. Mais comparé aux pensées qui avaient été dites avec sa bouche, un petit cœur rouge avait volé hors de sa poitrine. La valeur affichée sur les statistiques avait également légèrement augmenté jusqu’à atteindre le niveau 70.

« Mais la vitesse de chant de petit frère est bien trop lente, » déclara Kaguya. « Le temps que vous avez passé pour le faire était probablement le double de celui de Mio-chan. Il vous faudra beaucoup travailler sur ce point-là. »

Les quatre étapes pour la Magie d’Invocation, si cela devait être dit, utilisaient la Magie Télépathique afin de contacter la Diva et d’entreprendre le sort. Parce qu’il s’agissait d’un domaine où il n’était vraiment pas bon, la différence de capacité avait soudainement été révélée devant tout le monde.

De plus, la Robe Magique n’était pas seulement une simple décoration, car elle permettait aussi de renforcer grandement la connexion avec la Diva. Comme Kazuki n’avait pas vraiment de Robe Magique, il était déjà de base dans des conditions défavorables vis-à-vis des autres.

« Oublie ça... Puisque nous utilisons la même magie, je vais t’aider quant à la pratique ! » Mio utilisa sa paume pour tapoter le dos de Kazuki afin de l’encourager.

Mais... s’il n’avait que Barrett comme magie, il était peu probable qu’il puisse gagner contre l’adversaire qu’il allait devoir affronter sous peu.

Si vous pratiquez plus, la quantité de magies que vous pouvez utiliser augmentait naturellement, mais cet argument pouvait ne pas être vrai dans son cas.

Je mens actuellement à tout le monde, pensa-t-il. Et en utilisant l’excuse d’un entraînement avec moi, je dois augmenter les niveaux de positivité avec toutes les personnes proches de moi afin d’acquérir de nouvelles magies...

Après avoir incanté des Barrett consécutifs, à cause du stress et de l’épuisement de sa Puissance Magique, Kazuki s’était retrouvé très fatigué et il avait failli tomber sur le sol.

« ... Mais, tu ne peux pas te reposer pendant la période de repos, » répliqua Leme dans sa tête. « Tu dois vite conquérir cette fille. Alors, dépêche-toi de lui demander de sortir avec toi. Allez ! Allez ! »

Dans l’esprit de Kazuki, qui tentait de se reposer, Leme utilisa la méthode de la télépathie pour transmettre sa voix à plusieurs reprises. La chose qui préoccupait Leme était que « C’est le bon moment pour qu’il devienne sérieux ! » et elle était donc devenue joyeuse en pensant à ça.

« Demain, c’est dimanche. Alors, va l’inviter pour un rendez-vous. Ainsi, tu pourras augmenter ton niveau de positivité avec elle en une fois ! » déclara Leme mentalement.

Aujourd’hui, nous étions samedi, et le concours Inter-Division était samedi de la semaine prochaine. S’il voulait vraiment pouvoir utiliser la Magie d’Invocation de hauts niveaux au cours de cette semaine, alors en effet, demain étaient la meilleure occasion.

Un prétendu rendez-vous amoureux... Ça devrait fonctionner si cela allait dans le sens de vouloir jouer avec des amis.

Mais s’il devait la réinviter pour aller s’amuser, comment devrait-il le faire ?

Kazuki s’était assis sur un banc après son entraînement. En parlant de cela, sa Puissance Magie actuelle était complètement épuisée.

« ... Oh. Parce que ton niveau de positivité est déjà assez élevé, l’autre personne devrait arriver d’elle-même, » lui envoya Leme par télépathie.

Levant la tête, il vit que Mio se tenait devant Kazuki qui était allongé sur le banc, fatigué.

« C’est pour toi, tu dois avoir soif après avoir chanté des sorts pendant si longtemps ? Tu devrais boire un peu de jus d’orange, » déclara Mio alors qu’elle lui tendait une bouteille en plastique contenant un liquide froid.

Kazuki ne pouvait s’empêcher de regarder fixement le visage de Mio. Son visage avait vraiment de beaux et délicats traits. Avec sa bouche qui continuait à parler d’une manière assez sauvage, même sans rouge à lèvres, elle était quand même d’une teinte rose. Il avait légèrement tremblé en constatant ça. Comme prévu, elle est vraiment mignonne.

Étrange, un sentiment anormal s’était épanoui en lui.

« Q-Quoi !? S’occuper de la santé de son esclave est aussi le travail du maître, » déclara Mio. « Sois reconnaissant envers ton doux maître ! Franchement, qu’est-ce que tu regardes là !? Hé !! »

Après avoir été regardée par Kazuki comme ça, Mio était un peu abasourdie.

« ... Quoi qu’il en soit, la Magie d’Invocation est incroyablement difficile à utiliser, » déclara Kazuki. « J’ai d’abord pensé que c’était seulement en provenance de la Diva, mais à la fin, j’avais pratiqué consécutivement pendant quelques heures et je sens que mon Pouvoir Magique est complètement épuisé... »

« Si tu consommes complètement ton Pouvoir Magique aujourd’hui, tu entreras dans une période de récupération demain. Alors, s’il te plaît, travaille plus fortement maintenant, » déclara Mio.

Une fois que la Puissance Magique avait été utilisée jusqu’aux limites, on devait passer un certain temps avant de récupérer complètement sans utiliser le moindre pouvoir.

« Alors, allons jouer pendant le week-end, » déclara Kazuki.

« ... En parlant de ça, c’est le premier week-end depuis que l’école a commencé, » Mio avait pris l’initiative de changer le sujet. « Nous jouions toujours ensemble. Kazu-nii, tu refusais toujours de me laisser partir et tu me faisais revenir auprès de toi... Je pensais toujours que tu étais un frère désespérant... »

« Hé, attends un moment. Ce n’est pas ainsi dans mes souvenirs. C’était toi, qui me suivais toujours et qui courais partout avec insouciance. Et quand je voulais sortir jouer, tu commençais à pleurer et à hurler “Non Non”. Alors tu me harcelais toujours pour dessiner ou chanter. Je m’en souviens très clairement. Mais je ne jouerai pas à ce genre de jeu avec toi. »

« C-ce n’était pas ainsi que cela s’est déroulé ! Kazu-nii, tu n’es qu’un idiot !! M-Mettons ça de côté... En parlant de ça, je suis libre ce week-end, » déclara finalement Mio.

Mio avait bu son propre jus d’orange tout en regardant Kazuki.

« Tu semblais être aussi très libre. Leme m’a même dit. “Même si Leme n’a pas le temps, mon contractant semble vouloir jouer avec Leme, comme c’est gênant ! Vous devriez simplement remplacer Leme et l’accompagner pour aller jouer avec lui”. »

Kazuki avait été surpris et avait laissé sortir un son de « Haah! ».

Le fait d’inviter une minuscule enfant à venir jouer avec lui ne lui donnerait-il pas l’air d’un Lolicon en puissance !?

« Toi, puisque tu t’ennuies dans la mesure où tu vas jouer avec de petits enfants, tu devrais au moins me le dire, » déclara Mio.

« Je n’ai jamais dit de tels mots ! » s’exclama Kazuki. « Même s’il s’agit de moi, j’ai quand même quelque chose à faire ! »

« Idiot ! Leme l’a dit pour t’aider dans tout cela. Alors qu’est-ce que tu en dis de ça ? » demanda Leme par télépathie.

Puis, après avoir réfléchi quelques instants, Mio s’exclama. « HAAH!? Quand je pense à la façon dont tu dis que tu es occupé, cela veut dire qu’en d’autres termes... tu voulais vraiment jouer avec cette jeune fille ! »

« C-Comment pourrais-je vouloir une telle chose !? Je ne suis pas un lolicon et encore moins un siscon ! » s’exclama Kazuki.

« À l’instant, pourquoi mets-tu sur la table le sujet de ta sœur ? » demanda Mio.

En parlant de ça... Pourquoi cette personne était-elle si fâchée ? Logiquement parlant, il n’y a aucune raison pour qu’elle soit fâchée.

« Cette personne dit qu’elle veut que tu l’invites à aller jouer, » l’informa Leme par télépathie.

... Vraiment ? Mio sirotait son jus d’orange et de temps à autre, elle observait l’expression de Kazuki. Voyant Kazuki se taire, « Pfff ~ ! » sortit de sa bouche.

On dirait qu’il doit prendre l’initiative et l’inviter à sortir. Mais que devrait-il dire ?

« Tu penses toujours à ce que tu devrais faire... Invite-la dans un rendez-vous ! Et un du genre romantique ! » déclara Leme par télépathie.

« Euh ! À ce propos, toi qui es gloutonne, Amasaki. Demain, nous serons dimanche, alors serais-tu tentée d’aller manger quelque chose avec moi ? » demanda Kazuki.

« Qui utiliserait cette méthode comme une invitation, idiot !? La part de romantisme est désespérément inadéquate ! » transmit Leme par télépathie.

« Quoi, as-tu dit que je suis une gourmande !? Pourquoi dois-je être traitée comme un glouton par toi !? » s’écria Mio.

« Parce que chaque fois qu’il s’agit de nourriture, tu deviens très heureuse, » répondit Kazuki.

Bien qu’il pensait que la manière soit correcte, Mio avait fait une expression triste et avait laissé sortir un crâne noir hors de sa poitrine.

« Hmph, en parlant de ça, pourquoi devrais-je sortir pour jouer avec une personne comme toi ? » demanda Mio.

« ... N’as-tu pas dit que tu étais libre pendant le week-end ? » demanda Kazuki.

« Je suis libre, mais il n’y a aucune raison pour que je sois avec toi afin d’aller jouer dehors ! » répondit Mio.

Mio s’était soudainement retournée. On dirait qu’elle avait dit beaucoup de mots incompréhensibles. « ... Cependant, si tu as une raison appropriée... Alors il n’est pas impossible que je t’accompagne. »

« Kazuki ! Elle te teste ! » transmit Leme. « Si tu étais à l’intérieur d’un Jeu Romantique, alors c’est le moment de faire ton choix de réponse ! »

... Sur quoi me teste-t-elle ? Je n’ai pas joué à Jeu Romantique avant.

« Alors, je veux te montrer ma gratitude pour m’avoir fait un bento avant ça, car il était vraiment délicieux, » répondit Kazuki.

« Quelle gratitude est-ce !? Je t’ai dit que j’ai fait le bento parce que j’ai perdu face à toi, alors ne parle plus du passé, » déclara Mio.

« Et... Il y a quelque chose qui s’est produit avant dont je voudrais m’excuser, » déclara Kazuki.

Avant ça, il avait été incapable de reconnaître que Mio était Mio.

« Si c’était pour s’excuser de ça... s’il s’agit d’une si petite chose que tu fais, alors je ne te pardonnerais pas, » Mio se pinça les lèvres et se tourna sur le côté.

« À propos de ça, je suis vraiment désolé ! » déclara Kazuki. « Alors, je te servirai de tout cœur comme ton esclave, demain ! Juste pour demain, peu importe quoi, Maîtresse... Non, Mademoiselle la Princesse, je vais tout écouter ~. »

Princesse, ce mot semble avoir fait trembler Mio.

Mais Mio avait encore un peu reculé, comme si elle avait vu à travers les intentions de Kazuki et avait alors demandé. « Pourquoi essayes-tu si fortement ? ... Veux-tu vraiment sortir avec moi ? »

Merde, j’ai été trop insistante. Cela l’a-t-elle rendue trop méfiante ?

« Non, ça doit être une Tsundere. Parce qu’elle se sentait mal à l’aise, elle voudrait que tu t’imposes à elle de manière plus proactive, » déclara Leme par télépathie.

« Pourquoi !?... Pourquoi dois-tu mettre autant d’effort pour ça ? Veux-tu vraiment sortir avec moi ? » Comme si elle se sentait mal à l’aise, Mio avait à nouveau demandé. Alors en effet... Les « Ok, laisse-moi encore essayer », « Faire autant d’efforts pour ça », « Vas-y et fais-le ! » étaient des phrases classiques dans de telles scènes.

Devant Kazuki, l’indicateur du niveau de positivité que seul Kazuki pouvait voir apparut. Son niveau de positivité était passé de 70 à 75. Si c’est le cas, il devrait pouvoir le faire, n’est-ce pas ?

« Je veux devenir encore plus intime qu’avant avec toi, Mio ! » déclara Kazuki.

Il n’avait pas utilisé de raison biaisée afin de s’excuser et Kazuki avait tout simplement dit la vérité.

« !? À l’instant, ne m’as-tu pas appelé Mio !? » s’exclama Mio.

Merde, je n’ai pas pu m’empêcher de l’appeler directement avec son prénom.

« V-Vraiment ? Juste avant ça... est-ce que... tu m’invitais bien... Hmm, est-ce vraiment ça ? » demanda Mio.

Il pensait à l’origine qu’il serait grondé par elle, mais à la fin, Mio avait seulement fait « Ehehe » et elle avait détendu son expression.

« On ne peut pas y faire grand-chose... Si tu es si désireux de me traiter comme une princesse et de m’accompagner, alors je sortirai et jouerai avec toi ! Mais, ce n’est pas un rendez-vous, alors, ne te fais pas d’idée !! »

Ce qui se mit à flotter après ça fut une série de cœurs rouges.

***

Mio Amasaki : 78

Kaguya Otonashi : 59

Koyuki Hiakari : 41

Hikaru Hoshikaze : 34

« Les valeurs augmentent lentement. Alors demain sera le rendez-vous tant attendu ! Bien joué, Notre Roi ! » déclara Leme de vive voix.

Après être retournée dans sa chambre, Leme avait réconforté Kazuki.

Mais Mio a déjà dit que cela ne sera pas un rendez-vous !

« ... En parlant de ça, qu’est-ce qui s’est passé avec ton apparence !? Et ta taille n’aurait-elle pas un peu augmenté depuis qu’on se connaît ? » demanda Kazuki à Leme.

Leme, qui s’était matérialisée devant Kazuki, portait une robe provenant d’une ethnique qu’il n’avait jamais vue auparavant. Mais ces vêtements étaient assez minables. Sa taille était également devenue quelque chose qu’une élève du primaire aurait.

« Les gains en niveau de positivité obtenus vis-à-vis de Mio ont fait que Leme a un peu grandi ! » répondit Leme. « Le fait d’être invoquée en étant nue était tout simplement en raison d’un manque de force. Mais avec la croissance, Leme va également récupérer une apparence appropriée à sa véritable forme. En d’autres termes, ce qui est devant toi est la Lemegeton de Niveau 2 ! Bon, comme tu dois te préparer à faire face à l’événement crucial de demain, aujourd’hui, allons dormir tôt ! »

Puis, après avoir dit ça, Leme attrapa Kazuki pour aller dans le lit avec lui.

Est-ce vrai ce qu’elle dit ? Cette fille grandira donc au fur et à mesure ?

... Eh ? Même si elle est de toute évidence en pleine croissance, a-t-elle vraiment encore besoin de m’étreindre pendant qu’elle dort ?

***

Partie 3

« Je déteste être surveillée par les Senpais pendant que nous partons, » parce que Mio avait dit cela, ils avaient décidé d’un endroit où se rencontrer pour leur rendez-vous au lieu de partir ensemble du manoir.

Ils devaient donc tous les deux partir à des moments différents et ils se retrouveraient devant la fontaine de la place. Kazuki était arrivé en premier, et après s’être sentie un peu embarrassée, Mio avait joyeusement trotté vers lui.

Une fois qu’elle était arrivée à côté de lui, Mio avait utilisé un doigt et elle l’avait utilisé pour designer Kazuki avant de se mettre à parler. « Écoute-moi attentivement. Je vais te le dire dès le départ, ceci n’est nullement un rendez-vous amoureux ! »

Selon elle, cela devrait être ainsi. Et après tout, ils n’étaient pas dans une telle relation.

Kazuki avait exprimé son accord d’un signe de tête.

Mio se remit alors à parler. « Bien que ce ne soit pas un rendez-vous, si tu veux me servir afin de t’excuser pour ce qui s’est passé et pour montrer ta gratitude habituelle, alors je l’accepterai. Juste pour aujourd’hui, tu devras me traiter comme une princesse, alors sers-moi bien ! ... Je suis impatiente d’y être ! »

Mio portait une robe et un cardigan décontractés et printaniers qui flottaient doucement autour d’elle. Cependant, à ses pieds, elle portait des bottes légèrement massives. L’équilibre doux et épicé était très approprié pour sa personnalité. Elle portait également un collier qui brillait autour de son cou.

« ... Il a la forme d’une plume, » murmura Kazuki.

Brillant sur le devant de sa poitrine, il s’agissait d’un accessoire indien qui ressemblait à une plume.

« Tes yeux ne sont pas mauvais..., » déclara Mio. « C’est très semblable à Phenex ! ... Mais ton apparence est vraiment trop simple ! Oui, beaucoup trop simplllleee !! ... Mais comme ton corps est vraiment solidement bâti, peut-être vaut-il mieux que tu t’habilles le plus simplement possible. Oui... Finalement, je ne peux que te complimenter pour ton choix. »

« Pour les vêtements de garçon, aussi longtemps qu’il est facile de se déplacer avec, alors peu importe, » déclara Kazuki.

« Si tu utilisais l’expression publicitaire d’un magazine de mode bien connu : “... Seul le corps d’un guerrier peut être autorisé à porter des vêtements aussi simples que des spaghettis concis”. Voilà le genre d’impression que cela me donne, » déclara Mio.

Ses yeux brillaient en le scrutant de haut en bas.

Kazuki ne savait pas trop comment répondre à ce qu’elle venait de dire. « ... Toi, n’utilise pas occasionnellement de la nourriture pour faire une métaphore bizarre. »

« Bon, allons-y ! » déclara Mio en affichant clairement qu’elle était heureuse. « La qualité du restaurant où tu emmènes une femme décidera de tes qualités d’homme ! »

« D’accord, allons-y, » déclara-t-il. Puis Kazuki avait alors fait un pas en avant quand...

« En parlant de ça, c’est faux ! » Soudainement, des critiques et un crâne noir avaient volé depuis derrière lui.

Ai-je fait une erreur ? Se demanda Kazuki.

« Attends ! Pourquoi marches-tu à l’avant ? N’as-tu pas dit que tu me traiterais comme une princesse pendant une journée ? » demanda Mio. « À quoi penses-tu !? Maintenant, escorte-moi vite ! »

« E-Escorte !? T’escorter... Que devrais-je faire !? » s’exclama Kazuki.

Aller avec elle pour un repas, et écouter ce qu’elle a à dire n’est pas suffisant !?

« Toi, tête en l’air... Tout d’abord, laisse-moi prendre ton bras et marchons ainsi ~, » déclara Mei.

Mio s’était rapidement déplacée pour se mettre à côté de Kazuki. Même si cela n’avait pas d’importance, quand elle s’était précipitée vers lui, son apparence quand sa robe et son cardigan battaient dans le vent comme si elle était en train de faire une danse était vraiment mignonne.

Ainsi, elle avait tenu le bras de Kazuki. Leurs bras étaient entrelacés. Le corps de Mio se pencha étroitement sur lui et cela produisait une sensation de douceur.

« ... Attends, n’es-tu pas gêné en ce moment ? Et ton visage n’est-il pas légèrement rouge ? » demanda Mio.

« I-Il n’est pas rouge. Moi, qui me suis entraîné longuement en tant qu’épéiste, je ne serais nullement gêné par le simple fait qu’on me tienne l’un de mes bras, » répondit Kazuki.

« Hmm, quel épéiste... ! Comme prévu, si tu me tiens juste la main, cela ne peut pas vraiment être appelé comme une escorte. Nous ne sommes plus des enfants, alors si tu veux que cela soit vraiment une escorte, il est tout à fait naturel d’aller encore plus loin, » déclara Mio.

Mio avait provisoirement libéré leurs bras liés et elle avait positionné la main gauche de Kazuki pour qu’il la tienne à la taille. Ainsi, c’était devenu une position où Kazuki étreignait la taille d’une fille. Afin de faire face à cela, Mio avait également pressé son corps plus près de lui.

« Euh... Devons-nous marcher comme ça !? » demanda-t-il.

Ne deviendraient-ils pas deux personnes qui s’enlaçaient tout en marchant !?

... Et ce n’était pas vraiment un rendez-vous amoureux !?

« Fufu ~ ! Ah, ton visage devient de plus en plus rouge ! Franchement, quelle formation en tant qu’épéiste... ! Le Hayashizaki-Ryuu n’est pas si bon que ça !! » s’exclama Mio.

« Ne rougis-tu pas non plus !? Tes joues sont rouges comme des tomates ! » répliqua Kazuki.

« Hehehe. Il s’agit là de l’escorte d’une princesse ! Bon, allons-y !! » déclara Mio.

Comme si elle se sentait extrêmement contente, Mio balança sa main et fit le premier pas.

Tandis que Tokyo était la base de la politique, en même temps, il s’agissait de la plus grande zone d’atelier pour l’Alchimie du Japon.

Dans l’Atelier (le nom donné à cette zone), divers produits qui n’existaient pas auparavant avaient été produits par Alchimie.

Alchimie : L’alchimie qui avait été transmise traditionnellement à travers les temps anciens produisait des occurrences irrégulières qui ne pouvaient pas être expliquées par la science. C’était un produit qui avait été testé à plusieurs reprises des milliers ou des millions de fois au cours des années ou des décennies.

Dans la génération actuelle, grâce à la Magie de Base, l’efficacité des opérations alchimiques avait grandement augmenté.

La Magie de Renforcement de la Perception permettait de sentir les particules de matière et en utilisant la Magie Psychokinétique ou la Magie Pyrokinésique, l’alchimiste pouvait déplacer, changer et restructurer la matière devant lui afin de le transformé en une toute nouvelle matière. C’était vraiment comme de transformer du plomb en or comme en parlaient les légendes.

La technique d’alchimie qui décomposait les particules était appelée l’Alcahest.

La nouvelle génération des alchimistes n’avait pas rejoint d’entreprise. À la place, ils avaient décidé de construire leur propre atelier pour y faire prospérer leur savoir. Après que Tokyo avait été détruite par les Utilisateurs Illégaux de Magies, cette ville avait été reconstruite à l’aide de l’alchimie présente dans ses ateliers.

Dans l’Atelier, des vêtements et des accessoires produits par l’Alchimie étaient en vente. Il y avait aussi des restaurants qui utilisaient la magie afin de changer la qualité des ingrédients à travers le processus appelé la Cuisine Alchimique... C’était devenu très rapidement un site de rencontre pour les jeunes.

Alors que Kazuki et Mio se promenaient dans les rues, ils étaient conscients d’une sorte de regard... Qu’est-ce que c’est ?

« Quoi !? Pourquoi regardes-tu tout autour de nous ? S’il te plaît, escorte-moi correctement, » déclara Mio.

« Ah, non... ce n’est rien, » répondit Kazuki.

Les rues dans les environs étaient encore en ruines et cela faisait partie des zones qui n’avaient pas été reconstruites. S’ils allaient dans l’une de ses allées en ruine, la sécurité publique allait être vraiment faible.

Dans ce genre d’endroit, il y avait souvent des cas où des Utilisateurs Illégaux de Magies avaient lancé des attaques contre des Chevaliers ou des Étudiants de la Division Magique... En d’autres termes, les personnes qui portent des Stigmas. Ce genre d’attaque était souvent appelé la Chasse au Stigma.

Au cours des dernières années, le nombre de Chasses au Stigma connu avait été en forte augmentation. Dans la presse, cela avait été décrit comme étant des attaques terroristes ciblant les Chevaliers afin de frapper ceux qui utilisaient la Magie d’Invocation.

... À cause de cela, en marchant dans les rues, il était toujours préférable de cacher le Stigma. Cependant, la différence avec un Enigma était qu’un Stigma s’étendrait sur de grandes portions de peau. Ainsi, beaucoup de ses filles étaient totalement incapables de le cacher.

Mio s’était également retrouvée dans un tel cas, alors elle avait décidé d’en tirer le meilleur parti. Au niveau de la robe qui révélait une grande partie de son dos, vous pourriez voir son Stigma. On aurait dit que Mio avait traité le Stigma dans le cadre d’une décoration de peau correspondant au choix de ses vêtements.

... Comme il y allait pour s’amuser, il n’avait donc pas pris son épée. Et il se rendait compte maintenant que c’était peut-être une erreur de sa part.

« Ah, un chat ! Il y a un chat ! » Au moment où Mio avait émis un son, le chat blanc avait croisé leur route devant leurs yeux. Ce chat se trouvait directement devant eux.

« Miaouuu... ♪! » Mio laissa soudainement sa tête s’appuyer sur l’épaule de Kazuki et elle avait émis un son étrange. « C-C’est juste une blague ! Je voulais seulement essayer de comprendre comment il se sentait... »

***

« Visites-tu souvent ce magasin ? Bien que cet endroit devrait être très loin de la famille de Hayashizaki..., » après avoir fini de manger de la cuisine italienne, Mio essuya sa bouche avec la serviette et demanda ça.

« Comme je voulais que ma famille mange de délicieux repas, je visitais de nombreux restaurants pendant mes jours de repos avec le peu d’argent de poche dont je disposais afin de perfectionner mes techniques culinaires. Pour moi, la Cuisine Alchimique représente quelque chose d’important dans ma vie..., » répondit-il.

« ... Toi, outre les techniques d’épée, tu maintiens également un haut degré de maîtrise de soi. Bien que ce soit vraiment délicieux, tu ne dis rien, » déclara Mio.

Alors que le restaurant italien exsudait une atmosphère ludique, Mio semblait être très satisfaite.

« Notre restaurant organise actuellement un événement limité aux couples, que pensez-vous d’y participer ? » La serveuse qui récupérait déjà les plats vides leur avait dit ça.

« Attendez... Nous ne sommes pas un couple..., » murmura Mio.

« Le gâteau au fromage à la crème spécial de notre boutique vous serait fourni gratuitement ! » continua la serveuse.

« Si nous pouvons manger ça, alors pourquoi ne pas faire semblant d’en être un ? » demanda Mio à Kazuki.

Mio était probablement embarrassée, car ils étaient traités en couple et elle avait baissé la tête.

Assez rapidement, la serveuse avait apporté le gâteau dont elle avait parlé plus tôt. Bien que ce n’était pas aussi gros qu’un gâteau d’anniversaire, c’était quand même un gâteau rond qui n’avait pas été coupé et qui était servi intégralement. À côté de celui-ci se trouvait un sac avec un tube utilisé par les pâtissiers avec une sauce rouge à l’intérieur du sac en plastique.

« C’est... est-ce de la sauce aux fraises ou à une autre saveur ? Et il n’y a aussi qu’une fourchette..., » balbutia Mio.

« Si votre petite amie utilise cette sauce aux fraises afin d’écrire des mots sur le gâteau, puis avec un “Ah...”, elle nourrit son copain, alors ce gâteau au fromage à la crème est gratuit ! Voici ce qu’est cet événement spécial ! » expliqua la serveuse.

« ... Quel événement tape-à-l’œil ! » s’exclama Kazuki.

« Bon. Mademoiselle la petite amie. Notez tous les sentiments que vous ne pouvez pas lui dire normalement sur le gâteau se trouvant devant vous ! » déclara la serveuse.

Les yeux de la serveuse brillaient. Elle ressemblait vraiment à une sœur plus âgée qui observerait sa jeune sœur. Il était évident que cette personne était en train de s’amuser.

En regardant le petit tube et le sac qui lui avait été remis, Mio avait été submergée par l’embarras.

« Q-Qu’est-ce que les autres invités écrivent généralement à ce moment-là ? » demanda Mio.

« La plupart écrivent des “Je t’aime” ou “Amour”. Ce genre de mots, » répondit la serveuse.

Mio voulait écrire quelques mots, mais elle hésitait tout en produisant un son. « Hmm... »

Après ça, Mio, comme si elle était désespérée, avait écrit un gros « Idiot » sur le gâteau au fromage.

« Laissez tomber, c’est aussi une expression de l’amour, » la serveuse avait affiché un sourire ironique alors qu’elle disait ça à Kazuki.

« D’accord, allez, ouvre ta bouche ! » déclara Mio. « Hmmph, c’est comme nourrir un chien ! »

Puis elle avait ramassé un morceau du gâteau et l’avait apporté jusqu’à la bouche de Kazuki afin de le nourrir.

Après que Kazuki eut pris une bouchée, il avait commencé à contre-attaquer en se disant : cette fois, c’est au tour de la princesse.

« Moi, je veux manger tout seul ! » déclara Kazuki.

« Ce n’est pas autorisé, » répondit Mio. « La serveuse nous regarde en ce moment. Alors il faut que tu respectes les règles ! »

« Pourquoi es-tu si têtue dans ce genre de situation ? » demanda Kazuki. « Bon, Amasaki. Ouvre grand ta bouche. »

« ... Toi, je voulais te le dire depuis un moment, mais pourrais-tu arrêter de m’appeler Amasaki, » face aux paroles calmes de Kazuki, Mio avait utilisé un regard terrifiant pour le fixer.

« Quand tu m’as invité auparavant, ne m’as-tu pas appelé Mio... Pourquoi est-ce que ça a soudainement changé ? » demanda Mio.

« Eh ! Ahh, désolé... Mio, bon, ouvre en grand ! » déclara Kazuki.

Après que Kazuki l’ait appelé directement avec son prénom, Mio avait grandement ouvert sa bouche et elle avait accepté le « Ahhh... »

« Délicieux... ! » De la poitrine rougissante de Mio, un cœur rouge avait doucement flotté jusqu’à lui.

Après ça, ils s’étaient relayés afin de nourrir l’autre avec du gâteau. Après avoir fini de manger, Kazuki avait prévu de payer la facture.

« ... D’ailleurs, en premier lieu, je ne t’ai pas vraiment traité comme un esclave. Je vais moi aussi payer...? » Mio était soudainement devenue honnête quant à ses sentiments, et elle avait sorti son propre portefeuille.

Kazuki l’avait alors arrêtée avec un sourire ironique. Il avait agi ainsi, car c’était déjà prévu que cela sera lui qui payerait pour tout.

Mio avait révélé une expression emplie d’inquiétude. En conséquence, Kazuki avait également commencé à nouveau à se sentir un peu tendu.

Ainsi, quand ils avaient quitté le restaurant, cette fois-ci, Kazuki avait pris l’initiative de serrer la taille de Mio afin de commencer son escorte.

Après que Mio ait lâché un « Ah » en raison de sa surprise, elle avait également activement coopéré et s’était penchée contre lui. Elle avait fortement rougi. Une série de cœurs rouges qui représentait une augmentation de son niveau de positivité s’était à nouveau envolée vers lui.

Après avoir quitté le restaurant, ils avaient commencé à parcourir les objets présents dans l’Atelier. Tout comme il l’imaginait, Mio, qui aimait les beaux produits, disait des « C’est mignon » et des « Tu devrais essayer ça » dans les magasins. Après que cela ait été dit, Kazuki avait également progressivement développé un intérêt quant à ça et il n’avait pas eu de sentiments contradictoires comme il les avait essayés devant le miroir.

... Mais « ... », Mio était soudainement devenue déprimée. « C’est déjà... assez tard. »

Comme si elle était réticente à se séparer, Mio leva la tête vers le ciel. Tout commençait à indiquer qu’ils étaient déjà arrivés au soir.

Au moment où Kazuki était sur le point de lui dire. « Sortons et jouons ensemble à nouveau prochainement », il avait soudainement avalé les paroles qui avaient déjà atteint sa bouche.

Il avait remarqué que, même s’il devait l’inviter la prochaine fois à venir jouer en tant qu’ami, ils ne pourraient pas passer du temps comme aujourd’hui.

Les choses qu’ils avaient faites aujourd’hui étaient déjà allées au-delà de « Jouer avec des amis ».

Parce qu’elle était également consciente de cela, alors elle se sentait réticente et elle n’avait rien dit.

Comme si le temps s’était arrêté, les deux individus étaient relativement silencieux. Le soleil descendait peu à peu dans le ciel.

« C’est vrai ! ... Attends-moi un moment. Tu dois m’écouter attentivement, alors, ne bouges absolument pas d’ici ! » déclara Mio.

***

Partie 4

Mio avait soudainement couru dans une allée qui était alignée avec les rues de l’Atelier. Se retrouvant dans une situation où il était totalement intrigué par la tournure des événements, Kazuki était resté là tout seul.

Se retrouvant tout seul... il était très curieux du regard qu’il avait senti depuis ce matin. Après avoir scruté un peu autour de lui, il avait constaté qu’il était dans l’une des zones proches de l’extérieur de la ville reconstruite. L’obscurité n’était pas seulement due à l’heure.

« ... Nii-san ♪ ! » Alors qu’il se sentait de plus en plus mal à l’aise, quelqu’un lui avait parlé depuis derrière lui.

Kazuki avait été surpris et il s’était retourné pour voir ce qui se trouvait là. Tout en maintenant sa vigilance, il s’était retourné. À l’intérieur de la rue silencieuse se tenait une fille qui était probablement au collège.

Bien que ses oreilles n’étaient pas pointues, ses cheveux étaient argentés comme ceux des elfes. C’était une fille qui exsudait une atmosphère anormale tout autour d’elle. Elle portait des vêtements déchirés à quelques endroits alors qu’elle affichait un sourire innocent à l’égard de Kazuki.

... Qui était-ce ? Alors même qu’il avait l’impression d’avoir déjà vu son visage auparavant, il n’arrivait pas à la situer. Mais...

« Enfin, je suis capable de parler avec toi, » déclara la jeune fille. « J’ai dû rassembler tout mon courage pour pouvoir le faire. Parce que vous étiez toujours ensemble, alors j’ai senti que je ne devais pas vous déranger jusqu’à ce que je trouve une opportunité. Est-ce que vous sortez tous les deux ensemble ? Si c’est le cas, alors ce serait vraiment trop triste. » Puis, regardant la ruelle où Mio courait, elle avait murmuré la fin.

« ... Qui êtes-vous ? » demanda Kazuki.

« Ah, as-tu oublié qui je suis ? » demanda-t-elle. « C’est trop là. Dans ce cas, n’oublie pas la rencontre d’aujourd’hui, Nii-san ♪ ! »

Je l’avais déjà vue auparavant. Déjà dans l’affaire précédente avec Mio, il l’avait immédiatement remarqué. Dans les souvenirs de l’Institut Nanohana, l’image d’une personne était apparue avec succès dans son esprit. Mais il avait l’impression que la personne qui lui ressemblait dans ses souvenirs n’avait pas cette couleur de cheveux. Et il se trouvait assez loin de l’Institut Nanohana.

Alors qu’il sentait que quelque chose n’allait pas, il n’avait pas pu s’empêcher de poser cette question : « Qui êtes-vous ? »

La fille avait soudainement fait un « Hmm » et avait contracté son visage. « Alors ça ne marchera toujours pas... Après t’avoir vu Nii-san, je sens qu’il est impossible de résister... »

« Résister... ? Hé, allez-vous bien !? Il semble que c’est très douloureux ! » déclara-t-il.

« Je vais bien... Même si c’était une réunion tout à l’heure, si je faisais soudainement “Ce genre de chose”, alors je ne le supporterais pas...? S’il te plaît, ne me déteste pas, Nii-san... Fu-Fufufu... ♪, » déclara-t-elle.

La fille avait émis un rire bizarre tout en gigotant étrangement. La fille qui exsudait une atmosphère étrange, se retourna et fit face à la ruelle et fit un « Ah ! ».

« On dirait qu’elle revient... Si tu parles avec une autre fille pendant un rendez-vous, Mio-chan serait vraiment très en colère, » déclara-t-elle. « Bien que je répugne à le faire... et bien que je veuille faire ce genre de chose, je n’en suis pas capable, c’est vraiment dommage... »

« S’il vous plaît, attendez une minute, votre nom est... “Kaya”, n’est-ce pas ! » demanda Kazuki.

« Correct ! Merci beaucoup, Nii-san ! Notre rencontre d’aujourd’hui... S’il te plaît, ne l’oublie pas, Nii-san ! Fufufu, Fufu... ! » déclara Kaya.

Kaya lui avait alors tourné le dos et elle s’était enfuie... dans une sombre allée qui était un peu plus loin. Même si c’était un peu comme ça... c’était comme s’il avait rencontré un fantôme.

« Kazuki ! Tu as réellement écouté mes paroles et tu as attendu après moi sans bouger ! Pas mauvais ! » déclara Mio.

Comme Kaya l’avait prédit, Mio était revenue d’une autre allée. Mio, qui révélait un sourire extrêmement heureux, tenait un petit paquet. « Je te dirai plus tard ce que c’est ! S’il te plaît, sois patient pendant un peu plus longtemps. Fufufu ♪. »

« ... Au fait, Mio, sais-tu ce qui est arrivé à l’Institut Nanohana ? » demanda Kazuki.

« Institut Nanohana ? Je n’y suis pas allée depuis que j’ai été adoptée par la famille Amasaki... C’est vraiment très loin, » répondit Mio.

« Vraiment... Ce n’est vraiment pas un endroit où nous pourrions aller afin de voir la situation, » dis-je.

En parlant de cela, au cours de cette année, il n’avait eu aucun coup de téléphone ou SMS qui était venu de là.

« Pourquoi poses-tu soudainement ce genre de question ? » demanda une Mio intriguée.

« Juste avant ça, j’ai rencontré Kaya, mais étrangement, ces cheveux étaient devenus d’une couleur argentée, » répondit-il.

« Hein !? ... Kaya ? Kaya... Celle-là... attend un peu ! Dis-tu cette Kaya ? Mais pourquoi est-elle dans ce genre d’endroit ? Et les cheveux de cette enfant ne devraient-ils pas être noirs ? » demanda Mio.

Mio inclina sa tête alors qu’elle montrait son incrédulité. Mais c’était normal. En raison de la distance et de la caractéristique anormale qu’il avait vue, le fait que Kaya apparaisse ainsi était tout à fait étrange... C’était comme s’il avait vu une hallucination. Cependant, Mio, qui ne l’avait pas réellement vue, avait immédiatement récupéré sa bonne humeur.

« Ah, alors allons à cet atelier et regardons un peu ! Dépêche-toi, car le magasin va bientôt fermer ! » elle avait dit cela avant d’attraper la main de Kazuki, qui était encore confus à propos de cette fille. Elle s’était tournée vers lui avant de rajouter. « ... Les étoiles sont déjà apparentes. C’est presque la fin pour aujourd’hui. »

Quand les magasins de l’Atelier avaient tous été fermés, ils avaient tous deux commencé à se lancer dans le voyage de retour jusqu’à l’académie.

Au cours du trajet, Mio avait tendu le petit paquet qu’elle tenait à Kazuki avant de lui dire. « Ceci... je te le donne. Tu peux l’ouvrir et voir ce que c’est. »

Après avoir ouvert le paquet et avoir jeté un coup d’œil dedans, il avait pu voir un collier qui imitait la forme d’une plume d’oiseau rougeoyant à l’intérieur.

Mio avait alors déclaré. « ... C’est la même chose que la mienne ! Je te le donne, car tu peux aussi utiliser Magie de Phenex ! Cet objet a été créé par un alchimiste dont je fréquente souvent le magasin. Il a été fait en utilisant la matière la plus branchée du moment, l’argent-rubis ! Allez, porte-le, porte-le. »

Elle est préoccupée par le fait que je lui ai payé le repas dans le restaurant, pensa-t-il.

L’argent-rubis : Comme son nom l’indiquait, il était produit en transformant un accessoire en argent avec de l’oxyde d’aluminium, à savoir du rubis, puis à le mélanger afin de former des motifs comme du marbre. Il s’agissait d’une utilisation avancée de l’Alchimie.

Le cramoisi profond et l’argent brillant avaient été empilés en plusieurs couches, et l’ensemble ressemblait à une flamme gelée.

« Dans le passé, mes yeux banals se sont peut-être trompés... Ah, n’est-ce pas super ! ... C’est très bien si tu souhaites m’offrir un cadeau en retour. Bien sûr, tu vas me rembourser ça, n’est-ce pas ? Rembourse-moi, rembourse-moi ! » Mio avait continué à répéter que je devrais la rembourser pour ça, mais tout cela sonnait d’une manière anormale.

Après quelques secondes, Kazuki avait soudainement compris la raison derrière tout ça. Il l’avait alors regardée avant de lui dire. « Alors, s’il te plaît, permets-moi de t’exprimer ma gratitude la prochaine fois ! Permets-moi à nouveau de te servir d’escorte prochainement, tout comme je l’ai fait aujourd’hui. »

C’était donc ça... Elle voulait tout simplement trouver une excuse pour un prochain rendez-vous. Et les deux personnes étaient d’accord avec cela, donc tout allait bien.

En utilisant les jeux de séduction comme une analogie... On avait l’impression qu’il avait choisi la bonne option pour faire progresser la relation. Au moment où il avait fait ça, l’expression de Mio s’était soudainement illuminée et une quantité vraiment très importante de cœur était arrivée tel un flot en provenance de sa poitrine.

« ... On ne peut pas faire autrement, » déclara Mio. « Puisque c’est un cadeau, alors moi, Mio ne peut pas faire autrement. C’est d’accord. La prochaine fois, je vais accepter que tu m’accompagnes tout comme nous l’avons fait aujourd’hui. »

Devant les yeux de Kazuki était apparu le tableau contenant les niveaux de positivité, il avait constaté que le niveau de Mio avait atteint le niveau 100. Mais finalement, quelle était l’ampleur de ses sentiments quand une personne avait atteint ce niveau 100 ?

Après avoir lâché cette excuse, peut-être en circonstances de ce nombre, et de ses paroles... Mio avait soudainement attrapé la main gauche de Kazuki, et elle l’avait pressée avec vigueur contre sa poitrine avant de lui dire. « Ceci est tout simplement la gratitude exprimée à l’homme qui a terminé avec succès d’escorter une femme. »

Mio se pencha doucement et embrassa la main gauche de Kazuki. La chaleur de ses lèvres avait été complètement transmise à ce moment-là. Mio était immédiatement devenue embarrassée et elle avait tourné son dos vis-à-vis de Kazuki.

En regardant le dos de cette jeune fille qui avait tant mûri, Kazuki pensait que ce n’était pas la même chose qu’avant. Les sentiments qu’il avait pour Mio n’étaient peut-être pas les mêmes que ceux qu’il avait pour la Mio d’avant...

... Mais cette sensation de chaleur en lui avait immédiatement disparu. Kazuki venait de remarquer quelque chose. Un flot de Pouvoir Magique pouvait actuellement être ressenti dans les environs... Il avait la sensation qu’une Magie était en train d’être activée très près d’eux.

C’était très rapide. Le sort était déjà activé avant même qu’il puisse agir. Cette masse de Pouvoir Magique pouvait être ressentie en provenance de derrière et cela se dirigeait vers eux.

Ressentant ça, Kazuki avait soudainement bondi derrière Mio avant de la porter dans ses bras

« Hein !? A-Attends un peu ! Que se passe-t-il si soudainement !? » s’écria Mio qui était très surprise par la tournure des événements.

« ... C’est dangereux !! » répondit Kazuki alors qu’il transportait toujours Mio alors même qu’il s’était mis à courir.

*Boom !!* Un énorme débris avait volé jusqu’à eux avant de s’écraser à l’endroit où Mio se trouvait plus tôt.

« M-Magie !? » s’écria Mio qui était toujours portée par Kazuki.

Pendant que Kazuki esquivait l’attaque, il se retourna et regarda ce qui se trouvait derrière lui. Un homme qui portait des vêtements sales les poursuivait. Les vêtements qu’il portait étaient en lambeaux. Ses yeux semblaient indiquer qu’il était mentalement instable et il lançait un regard furieux sur Kazuki et Mio. Il s’agissait probablement d’un homme qui avait à peu près le même âge que Kazuki. Mais la magie qu’il utilisait n’était clairement pas... de la magie classique.

« Un Utilisateur Illégal de Magies... La Chasse au Stigma !? » s’écria Kazuki.

Le corps de l’homme émettait en ce moment de la lumière. Kazuki avait alors écarquillé les yeux. Cette personne n’avait même pas du chanter son sort pour pouvoir l’activer !!

« Projectile de Décombres ! » Au même moment, une voix inorganique résonna, et l’asphalte fut arraché morceau par morceau de la route et se mit à flotter.

Après ça, les gravats avaient ainsi volé dans leur direction. Kazuki avait continué à porter Mio et tout en courant sans arrêt, il avait effectué une esquive en utilisant une route courbée.

« A-Attends une minute, Kazuki !? C-C’est le... portée de la princesse..., » s’écria Mio.

« ... Projectile de Décombres !! » cria l’homme.

Bien que ce soit une ligne droite et qu’il était facile à esquiver cette attaque magique... comme il n’y avait pas de Chant d’Invocation, il s’était donc retrouvé sous un feu continu d’attaque !

« Mio, pour le moment, je vais m’occuper d’esquiver les attaques. Alors, pendant ce temps, tu dois rapidement utiliser ta Magie d’Invocation ! » demanda Kazuki.

« I-Idiot! » s’écria Mio. « Comment penses-tu que je puisse me concentrer dans une telle position !? »

« J’avais l’impression que c’était une excellente stratégie... À l’heure actuelle, je ne peux pas utiliser l’Épée, ou la Magie d’Invocation, » déclara Kazuki.

La Puissance Magique de Kazuki était presque complètement utilisée pendant l’entraînement spécial réalisé avant ça. Il n’avait même pas de Puissance Magique en réserve pour utiliser la Magie d’Amélioration Physique. C’était seulement en lisant à l’avance qu’il était capable d’esquiver de peu les attaques de l’ennemi.

« ... Ce n’est vraiment pas bien, mes mains sont engourdies..., » déclara Kazuki.

« Hé, es-tu en train de dire que je suis lourde !? » s’écria Mio.

« Plus lourde que mon épée, » répondit-elle.

« Es-tu en train de dire que ton épée est plus mignonne que moi ? » demanda Mio. « Si c’est dans cette mesure, je peux y faire face avec ma propre force ! »

Il suffit de regarder et de voir, voilà ce que disait Mio. Elle poussa la main de Kazuki et atterrit doucement sur le sol. Puis...

« Tout ce qui le touche sera brûlé... La calcination qui empêche tout approche ! Armure enflammée »

Mio leva une main en l’air. Le tourbillon de flammes se trouvant autour d’elle était alors devenu une armure qui protégeait son corps.

Les gravats qui volaient vers Mio avaient été brûlés un par un par l’armure de flammes et transformés en cendres qui flottaient dans le ciel.

« Une nouvelle Magie d’Invocation... Le Niveau 3 de Phenex !? » s’écria Kazuki.

La magie de niveau 3 de Phenex semblait être une magie défensive. Parce que la cible d’activation de la Magie défensive était son propre corps, il n’était pas nécessaire de spécifier les coordonnées, donc la longueur du chant était courte. Et comparée à la magie défensive classique, elle était capable d’utiliser moins de Puissances Magiques pour protéger le corps plus efficacement. Bien qu’il y avait à la fois des aspects favorables et défavorables basés sur les différents attributs des attaques, c’était toujours une Magie d’Invocation de base qui était utilisée pour le combat.

« ... Barrett !! » Mio avait immédiatement activé une attaque magique afin de contre-attaquer.

« Protection du Dieu de la Terre (Mur du Titan), » l’homme qui rendait les autres mécontents ne révélait aucun changement d’émotions et il ne fait que frapper le sol avec ses pieds.

Après ça, une épaisse barrière de terre avait été construite devant lui. La plume de feu était défendue comme si une pierre avait coulé dans l’océan.

« ... Projectile de Décombres » « Barrett !! » « Projectile de Décombres... »

L’échange d’Attaques Magiques par Mio et l’homme était complètement compensé par la Magie Défensive de l’autre personne.

Mais... une bataille sur une longue durée désavantagerait ce camp. La magie de l’autre était continuellement envoyée sur eux.

D’un autre côté, Mio, qui n’avait même pas le temps de faire venir sa Robe Magique et donc sa Magie d’Invocation avait vu son efficacité en Puissance Magique grandement réduite. S’ils devaient continuer à le forcer, alors la Puissance Magique de ce côté serait épuisée en premier.

Je dois aider en réfléchissant à un plan afin de gagner du temps pour elle. Mais maintenant, je n’ai pas mon épée ni ma Puissance Magique ! pensa Kazuki.

À l’instant où Kazuki se sentait anxieux, il avait senti une Puissance Magique explosive qui était apparue derrière lui. Après s’être retourné, il avait vu Kaguya qui se tenait là et qui était entourée par une magie de couleur violette.

La quantité de Puissance Magique tourbillonnante autour d’elle était à un niveau complètement différent. Il s’agissait d’une Magie d’Invocation de Haut Niveau. Kazuki et les autres mages étaient loin derrière elle en termes de puissance.

Kaguya était en train de chanter son sort. « Ombre intangible et silencieuse, devient un poisson né de l’obscurité qui croise la désillusion ! L’origine du cauchemar, le cycle de la matérialisation, répond à la terreur et à l’attente et les dévore... ! Les ténèbres dans la profondeur de l’ombre. Le Spectre du Crépuscule ! »

« Kukuku..., » un rire effrayant avait retenti dans toutes les directions.

À l’intérieur du mur de la terre, l’Ombre qui s’étendait du dos de l’homme avait soudainement gonflé. Elle était devenue comme un énorme monstre avec seulement un visage noir. L’homme avait été choqué et au moment où il s’était retourné, le monstre avait ouvert sa bouche et avait complètement avalé l’homme à partir de la tête. Cela donnait l’impression de voir un requin qui avait sorti sa tête hors de la surface de l’eau.

Une intense lumière bleue avait alors commencé à clignoter. La magie défensive était apparue afin de protéger instantanément le corps de l’homme et elle apparaissait au niveau de la bouche du monstre. Bien qu’il avait évité de tomber dans l’état d’Ivresse Magique, il était clair que sa Puissance Magique était presque complètement épuisée.

« Libération de la Terre, animal de Terre ! (Fuite dans la terre) » Afin d’utiliser le peu de Puissance Magique, l’homme avait crié son prochain sort.

L’homme était lentement devenu un énorme serpent. Sa bouche s’était soudainement étendue en avant, son nez et ses lèvres avaient fusionné. Le globe oculaire blanc avait disparu des pupilles et tous les cheveux étaient tombés. Ses deux mains et ses jambes s’étaient progressivement intégrées dans son torse. À la fin, le changement bizarre l’avait transformé en un énorme serpent. Après ça, sa tête avait commencé à forer un trou dans l’asphalte présent sur le sol. Il avait l’air d’être assimilé dans le sol comme s’il avait enterré son corps.

« Je n’ai encore pas pu l’attraper ! » La voix de Kaguya affichait clairement qu’elle regrettait la situation.

« Senpai... Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Kazuki.

Au même moment où il demandait ça, Hoshikaze et Koyuki étaient arrivées derrière Kaguya. Elles portaient toutes leur Robe Magique. Les trois filles avaient en vérité l’intention d’effectuer une mission pendant cette journée de repos, et donc, elles étaient venues afin de trouver le chasseur de Stigma.

« Hikaru poursuivait l’Utilisateur Illégal de Magies appelé le Serpent de Terre qui devait se trouver dans la zone... Il a effectué un contact avec une Diva qui nous est encore inconnue. Et comme il utilise tout le temps sa Magie de fuite, il est immédiatement capable de s’enfuir et donc elle n’est jamais capable de le capturer, » expliqua Kaguya.

« Donc, c’était donc bien un Utilisateur Illégal de Magies... Le temps pour le chant magique de cette personne est fondamentalement proche de zéro..., » déclara Kazuki.

« Les Utilisateurs Illégaux de Magies sont tous plus ou moins ainsi. Ils ont pratiquement tous effectué un contrat utilisant l’Invocation de Possession afin d’invoquer la Diva pour qu’elle réside dans leur propre corps. Nous, les utilisateurs de Stigma, devons demander pour avoir un Phénomène Magique en chantant un sort à notre Diva se trouvant dans l’Astrum. Quant à eux, ils n’ont pas besoin de transmettre cette demande, et donc, ils peuvent activer plus rapidement et plus efficacement les pouvoirs de leur Diva avec une plus faible consommation de magie, » expliqua Kaguya.

« En d’autres termes, comparés à notre Magie d’Invocation, les Utilisateurs Illégaux de Magies sont-ils plus forts ? » demanda Kazuki.

« Pour le dire clairement, c’est exact, » répondit-elle. « Voilà pourquoi nous devons utiliser une stratégie en coordination avec l’épéiste. »

« Mais ce n’est pas une bonne chose, » l’expression de Hoshikaze était devenue trouble et elle avait continué à parler après Kaguya. « Si vous utilisez l’Invocation de Possession, plus vous utiliserez de Magie, plus vite votre mentale sera corrodée par la Diva, devenant un fou furieux. Et finalement, votre corps sera totalement pris par la Diva. Cependant, avant que la diva soit capable d’obtenir un corps physique, ils voient souvent leur mentalité tomber dans la folie et devenir un fou furieux. Ceux que les chevaliers ont capturés sont souvent dans ce genre de situation. »

« Mais ce Serpent de Terre aurait déjà pu obtenir directement le corps physique de son porteur. Il n’y a aucun doute à ce propos. Je pensais que cette dernière attaque pourrait complètement le priver de Pouvoir Magique, mais à la fin, je l’ai quand même laissé partir..., » déclara Kaguya.

L’homme devant leurs yeux n’avait eu aucune émotion. Il s’agissait d’un homme qui avait vu son mental se faire corroder par une Diva...

« Je n’aurais pas dû agir dans le but de le capturer vivant... et j’aurais dû utiliser les Flammes Imaginaires de l’Enfer pour directement le tuer, » Kaguya murmura ça avec un ton sombre.

Kazuki n’avait pas pu s’empêcher de frémir en voyant ça.

Kaguya avait continué à parler. « Tout comme le disent les Senseis, je suis peut-être encore trop naïve... »

En la regardant de côté, ce n’était pas la Senpai gentille et enjouée que Kazuki voyait d’habitude. Il y avait une obscurité un peu plus profonde en elle...

« Senpai... Avez-vous déjà tué quelqu’un ? » demanda Kazuki.

S’ils finissaient par devenir des Chevaliers, il ne faisait aucun doute qu’ils devaient avoir cette détermination.

« Ce genre d’expérience... Comment est-ce possible ? » Mais, à l’instant d’après, l’expression sérieuse de Kaguya avait disparu.

« E-En parlant de ça, Otouto-kun, n’es-tu pas de retour après un rendez-vous amoureux !? Les étoiles sont si belles, c’est vraiment une belle nuit ! » Afin de disperser cette atmosphère sombre, Hoshikaze avait utilisé une voix excitée pour lui demander ça.

« Ce n’est pas un rendez-vous amoureux ! » s’écria Mio afin de nier les faits.

L’atmosphère tendue s’était lentement dissipés. Soudain, Kazuki avait pris conscience de l’apparence des trois nouvelles arrivantes. Comme il s’agissait d’une véritable bataille, Kaguya ne portait pas de robe par-dessus sa tenue de mage. Et elle était toujours la même avec une Robe Magique qui se trouvait être très révélatrice à l’avant pour ce qu’il pouvait en voir de sa position.

Du côté de Hoshikaze, sa Robe Magique n’avait pas de manche, et le Stigma était révélé à partir des épaules ainsi sur la totalité de la surface de ses bras. Il y avait bel et bien une atmosphère de Chevalière, mais le degré d’exposition était quand même bien trop élevé.

Et pour finir, la Robe Magique de Koyuki ressemblait à s’y méprendre à un collant très moulant ayant la forme d’un maillot de bain. Le Stigma était exposé au niveau de ses épaules et ses cuisses. L’exposition de son corps était également assez élevée.

Une mystérieuse lumière était émise dans l’obscurité de la nuit en provenance des trois filles... et c’était quand même un peu trop stimulant à regarder en gardant des yeux calmes.

« Ohh ! Vous ne pouvez pas me regarder, moi et les autres, avec ces yeux étranges ! » s’exclama Hoshikaze.

« Franchement, Otouto-kun. À l’heure actuelle, utiliser de tels yeux afin de regarder les autres n’est pas permis ! Il s’agit de l’apparence qui est utilisée dans le but de combattre, » Kaguya était revenue à son attitude en tant que l’habituelle Senpai et elle avait généreusement souri à Kazuki tout en le grondant. « ... Je suis un peu fatiguée après avoir utilisé la Magie d’Invocation. Retournons tous au manoir ensemble ! »

***

Partie 5

L’objectif initial avait déjà été atteint. Le niveau de positivité de Mio avait augmenté d’une manière significative.

Après que Kazuki ait éteint les lumières de sa chambre, il s’était allongé sur le lit. Cependant... depuis qu’il avait réalisé son but au cours de cette journée, aucun nouveau sort n’avait surgi dans sa tête. Que se passe-t-il ?

La première fois quand il avait appris à utiliser le pouvoir de Barrett, le sort était naturellement apparu dans son esprit quand il avait acquis la clef du cœur de Mio. Même si là, il essayait de toute se force de chercher dans son esprit de nouveaux chants pour la Magie d’Invocation, il ne trouvait rien et c’était comme si aucun nouveau sort n’avait été acquis malgré ce qui s’était passé aujourd’hui.

« C’est étrange. Même si le niveau de positivité est à 100, je suis toujours incapable d’utiliser quelque chose de plus..., » déclara Kazuki alors qu’il réfléchissait à tout ça.

Leme, qui était couchée à côté de Kazuki pour dormir, murmura. « ... Dans le pire scénario possible, il existe toujours la petite triche que tu peux utiliser. »

« ... Une petite triche ? S’il y avait une telle chose, pourquoi ne me l’as-tu pas dit plus tôt ? » demanda Kazuki.

« Le chemin du pouvoir magique qui est établi grâce à ton niveau de positivité peut temporairement être augmenté à son maximum si tu établis un contact particulier, du genre magique, » expliqua Leme.

« Un contact du genre magique ? ... Je ressens une mauvaise prémonition quand tu me dis ça ainsi, » répondit Kazuki.

« En repensant à la scène où tu as fait le contrat avec Leme, c’est la même chose. Ohh, ne rougis pas ! » répondit Leme. « En d’autres mots, il s’agit d’un baiser. Tant que tu embrasses l’autre, le chemin s’élargira temporairement, et pendant ce très court laps de temps, tu pourras utiliser tous les niveaux de Magie d’Invocation de la Diva de la fille. Avec ça, tu pourrais facilement gagner lors de la compétition. »

« ... N-Non. Embrasser Mio afin d’obtenir la victoire, comment puis-je faire cela !? » s’écria Kazuki.

« Cependant, un chemin qui s’est étendu à travers un baiser développerait une immunité après une seule utilisation, » expliqua Leme. « Après ça, tu ne seras plus jamais en mesure d’utiliser cette triche sur la cible. Tu ne peux donc l’utiliser qu’une fois. Si tu peux réussir quelque chose sans avoir besoin de l’utiliser, alors ne l’utilise pas pour des situations non vitales. Il s’agit là de ton joker ultime qui peut te sauver la vie. »

« Il s’agit là quand même d’un joker ultime bien hypocrite quant à son utilisation vis-à-vis de la cible..., » répliqua Kazuki.

Mais... s’il pouvait utiliser tous les niveaux, alors était-il également possible d’utiliser l’Invocation Complète, le sort ultime de chaque Diva ?

« ... Otouto-kun, » à ce moment-là, la porte avait émis un petit bruit de cliquetis avant de s’ouvrir lentement. De l’autre côté de la porte, la voix de Kaguya se fit entendre.

Afin d’éviter qu’ils soient vus ainsi et que tout le monde sache qu’ils dormaient ensemble dans une telle position, Leme avait dissipé son corps physique et elle était retournée temporairement dans l’Astrum.

« !? » Afin d’empêcher le son de son cri qui était presque sorti, Kazuki avait retenu son souffle. Il avait dû agir ainsi parce que Kaguya, qui était apparue de l’autre côté de la porte, portait toujours sa Robe Magique.

« Otouto-kun..., » il s’agissait d’une voix douce comme si c’était un fruit qui avait été trempé dans du sirop bien sucré.

Kaguya avait soudainement sauté sur le lit de Kazuki sans rien dire de plus, puis elle s’était collée étroitement contre Kazuki et elle l’avait pris dans ses bras.

« Otouto-kun est vraiment mignon, » un murmure suspicieux et langoureux chatouillait ses oreilles.

Bien qu’il en soit involontairement presque totalement charmé par ça, ce n’était pas la Kaguya habituelle !

« Senpai, désolé ! Retournez à votre apparence originelle ! » Kazuki s’était excusé et il avait essayé de la ramener à la raison en giflant légèrement les deux côtés du visage avec les deux mains.

Après avoir été giflée au visage, Kaguya avait fait entendre un son de « Ah ! » Ces yeux grands ouverts avaient permis de révéler que les pupilles de Kaguya affichaient une couleur pourpre vraiment envoûtante. Après ça, c’était lentement revenu à leur couleur d’origine.

« ... S’il vous plaît, » Senpai chuchota ça avec une douceur extrême.

Kazuki avait alors émis un « Hein !? » et à ce moment, des larmes avaient commencé à couler des yeux de Kaguya. Soudainement, il avait été comme attaqué par Kaguya, puis il l’avait fait pleurer. Il s’agissait d’une situation vraiment très étrange.

« Non... non ! C’est parce qu’Asmodée est un démon qui génère en moi des désirs lubriques..., » expliqua Kaguya. « Ainsi, chaque fois que j’utilise son invocation, en tant qu’effet secondaire, mon état d’esprit va parfois énormément changer et je deviens comme incontrôlable... Mais, je n’avais pas l’intention... »

« Senpai, calmez-vous, s’il vous plaît ! » Kazuki s’était assis sur le lit face à elle et il avait appuyé doucement sur l’épaule de Kaguya.

« Ce n’est pas possible, » déclara Kaguya. « Je voulais devenir plus intime avec vous. Mais c’est aussi complètement différent du fait que vous soyez le seul homme présent ici, Otouto-kun ! Alors, s’il vous plaît, ne me méprisez pas... ! »

... Senpai est réellement préoccupé par ce genre de chose.

Au moment où il avait compris ce point, il espérait qu’elle ne se méprendrait pas sur la situation.

« Senpai, » il avait continué à l’appeler comme ça et une fois de plus, il avait bougé. Kazuki utilisa les deux mains pour pincer les joues de Kaguya.

Ce n’était pas vraiment un problème. Son corps s’était déplacé involontairement comme cela, car c’était devenu naturel pour lui de faire ça, car c’était la même approche quand il traitait les pleurs de Kanae.

« À l’heure actuelle, il est impossible de se méprendre, » continua-t-il. « Vous m’avez aidé quand je ne pouvais pas m’intégrer dans l’école. De plus, vous m’avez appelé, moi, qui suis un épéiste, comme étant l’un de vos camarades, et vous êtes impatiente que je devienne le pont qui reliera la Division Magique et la Division Épée... Jusqu’à présent, il m’est impossible de croire que votre douceur est uniquement présente, car vous êtes affectée par Asmodée. »

« Otouto-kun..., » murmura-t-elle.

Kazuki l’avait regardée sans détourner le regard alors qu’il lui disait tout ça et il utilisa des paroles persuasives pour lui transmettre ses sentiments. « Quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois Senpai, vous avez même dit que j’étais spécial. Ce n’est pas parce que je suis le seul homme, mais parce que je suis un épéiste. Après avoir connu ce dernier fait, j’étais vraiment heureux. S’il vous plaît, ne pensez pas à moi en tant que personne qui douterait de votre douceur, Senpai. »

Kaguya s’était enfin calmée. Bien que les larmes étaient toujours dans ses yeux, elle avait révélé un sourire montrant qu’elle était plus calme. Elle lui avait alors dit. « Otouto-kun, le fait que vous parliez d’une manière si lucide... J’aime vraiment ça. »

Au moment où elle avait prononcé ça, quelque chose se produisit... quelque chose avait surgi de la poitrine de Kaguya et ceci s’était mis à flotter vers lui... il s’agissait d’une clef.

Elle s’était déplacée, et elle avait été absorbée dans l’anneau de Kazuki. Il s’agissait de la même scène qui s’était déroulée avec Mio.

Juste après ça, Kaguya avait serré à nouveau avec force la poitrine de Kazuki avec ses bras qui s’étaient placés autour de lui. Elle lui avait alors murmuré d’une manière un peu moins formelle que d’habitude. « Désolée. Permets-moi de rester ainsi un peu plus longtemps... Comme maintenant, je n’ai déjà plus aucun désir érotique, alors laisse-moi rester comme ça pendant un moment... Je suis vraiment très anxieuse. Otouto-kun, j’ai affirmé des choses afin de te pousser arbitrairement vers l’avant pour que tu deviennes le point qui relira la Division Magie et la Division Épée... mais maintenant, j’ai besoin pour moi-même de te traiter comme un pilier de soutien pour mon esprit. Je t’ai volontairement imposé ça. »

« Mais, je me sens heureux concernant tous ces points, » répondit Kazuki.

Bien que par la suite, Liz Liza et Mio se soient également montrées gentilles envers lui, au début, la « Seule qui avait besoin de lui » était Kaguya. Si c’était Mio qui l’avait fait en premier, il avait l’impression qu’il serait peut-être devenu encore plus perdu dans une telle situation.

« Même si je suis ton aînée, je peux aussi continuer à me comporter avec toi de la manière d’une enfant gâtée, » déclara Kaguya. « Otouto-kun, il semble que même si tu es plus jeune que moi, tu ressembles plus à un grand frère. C’est probablement parce que mon frère aîné était aussi un épéiste... bien qu’il soit déjà mort. »

Kaguya se remémorait probablement quelque chose et son nez se contracta.

« C’est bon... Le rechargement est complété ! Votre Kaguya-senpai est déjà bien ainsi ! » elle avait repris son ton normal, et elle l’avait lâché tout en lui disant ça. « ... À partir de demain, vous devez travailler dur lors de votre entraînement spécial, Otouto-kun ! Mais... mais... mal comprendre la signification de tout ce que j’ai dit n’est pas une bonne chose. Je traiterai spécialement, Otouto-kun, non pas parce que vous êtes un homme, mais parce que vous êtes mon disciple !! ... Bonne nuit ! »

Après avoir fini de dire tout ça, Kaguya s’était totalement décollée de lui, puis elle s’était levée avant de quitter la chambre en produisant un petit son de pas.

Quelque instant après ça, une voix se fit entendre. « ... Tout à l’heure, les niveaux de positivité de Kaguya Otonashi ont franchi la barre des 65. Un lien de pouvoir magique a été créé. »

Celle qui avait dit ça était Leme qui s’était matérialisée comme si elle avait changé sa place avec Kaguya. En même temps qu’elle lui disait ça, le cœur de Kazuki battait rapidement dans sa poitrine alors qu’il analysait ce qu’elle venait de lui dire.

Non... attends un peu. Les niveaux de positivité de Senpai ne sont peut-être pas liés à l’amour, pensa Kazuki.

Kazuki s’était placé après ça sous sa couverture et il avait fermé les yeux. Il avait l’impression qu’il aurait sûrement un rêve étrange au cours de la nuit.

« Même si tu étais si étonnant un peu plus tôt, pourquoi es-tu si timide dans un moment si étrange ? » demanda une Leme, stupéfaite par ce qu’elle constatait. « Franchement, pourquoi est-ce que tu souhaites que l’autre te croie, alors que toi-même, tu refuses de croire l’autre ? Oh, comment peux-tu déjà être en train de dormir ? Écoute-moi là ! »

***

« Akira... La chasse de ces deux-là n’est pas autorisée. Même si c’est pour que ces deux-là reviennent au même endroit où je suis, qu’une Chasse aux Stigmas a été effectuer... si tu les chasses ces deux-là, c’est comme si l’ordre était inversé, » dans de sombres ruines, la voix d’une jeune fille avait retenti.

La fille que Kazuki avait appelée Kaya et l’Utilisateur Illégal de Magies, Le Serpent de Terre se tenaient là. Ils vivaient tous les deux dans une ruine qui n’avait pas encore été restaurée et ils étaient allongés là, négligemment. Cette ruine était à l’origine un hôtel qui avait un certain nombre d’aménagements qui en avait fait un lieu assez agréable. Il restait encore un grand nombre d’objets intacts qui avait été laissé là sans propriétaire, car celui-ci avait été chassé il y a un an et demi par Kaya et le Serpent de Terre.

« Parce que ces deux personnes sont des personnes très importantes pour moi, tu ne peux en aucun cas les attaquer. Parce que ce sont des individus qui sont très importants pour moi... alors je vais moi-même les tuer, » la tête de Kaya avait senti la douleur exploser en elle... Qu’est-ce que je viens de dire ?

On avait la nette impression que ce qu’elle avait dit était des paroles qui n’avaient pas de sens. Importantes personnes... les tuer ?

« En bref, tu n’as pas le droit de les attaquer, » la jeune fille avait continué à parler. « Juste au cas où, je vais te le répéter. La raison pour laquelle nous avons commencé la Chasse aux Stigmas était parce que si nous écrasions les Chevaliers, ces deux personnes allaient être libérées de leur Stigma et qu’après ça, ils pourraient se joindre à notre camp. C’est pour cet objectif que nous avons fait ça. Mais maintenant, l’ordre est inversé... »

Même si elle disait tout ça, l’Institut Nanohana avait déjà disparu pour elle.

Kaya jeta un regard dégoûté vers l’homme silencieux. Le Serpent de Terre, Akira, qui était assis sur le lit d’un air absent, semblait regarder les graffitis laissés par les anciens résidents et qui étaient présents sur le mur.

Pourquoi suis-je avec une personne si effrayante ?

... Parce que toutes les personnes que j’aimais dans l’Institut Nanohana ont été tuées il y a quelque temps.

Non, non, ou est-ce que je me suis enfuie... ? Mes souvenirs sont vagues...

Peu importe ce qui s’est passé, tout le monde est parti. Voilà pourquoi je devais trouver Nii-san et Mio-chan. Mais... ces deux personnes doivent également être tuées.

La prochaine fois, elle ne les laissera certainement pas s’enfuir. La tête de Kaya avait commencé à faire mal alors qu’une explosion de douleur l’assaillait. Le concept de devoir tuer quelqu’un, car cette personne était importante était totalement étrange.

Je pense à des choses immorales. Au moment où j’ai rencontré Nii-san dans les rues, j’ai aussi réprimé désespérément cette envie. Cette envie est vraiment bizarre.

L’explosion dans l’orphelinat qui a tué tout le monde était aussi... Même si j’ai regretté ça jusqu’à ce que mes cheveux aient perdu leur couleur. Je ne souhaite pas faire la même chose à Nii-san et Mio-chan.

Elle n’arrivait pas à se souvenir de l’abri chaud que représentait l’Institut Nanohana.

Après que Kazuki et Mio aient disparu, elle avait eu l’impression de se retrouver seule et tous les jours, elle avait pleuré jusqu’à ce qu’elle rencontre une Diva jamais vue dans ses rêves. À cette époque, c’était probablement le début de tout.

« Si tu formes un contrat avec moi, je te donnais le même pouvoir que ces deux-là ont, » voilà ce que la Diva lui avait dit ce jour-là.

En utilisant la puissance de la magie comme appât, l’existence appelée Diva voulait corroder son esprit jusqu’à obtenir son corps. Et Kaya le savait aussi. Cependant, cette Diva... semblait avoir simplement sympathisé avec elle lors de leur première rencontre avec Kaya. La Diva lui avait alors prêté son pouvoir pour qu’elle puisse à nouveau rencontrer ces deux personnes si importantes pour Kaya. Ainsi, la jeune Kaya avait écouté ces chuchotements mielleux. Je vais la croire.

Cependant, depuis qu’elle avait effectué la création d’un contrat avec cette Diva, son corps lui avait toujours fait ressentir quelque chose d’un peu étrange. L’un de ses changements était que si elle considère cette personne comme quelqu’un d’important, elle voulait tuer cette personne.

... Après avoir su qu’elle rencontrerait ces deux personnes si elle se rendait à Tokyo, elle y était allée. Que ce soit Kazuki qui deviendrait un épéiste, ou Mio qui deviendrait un Utilisateur de Magie, les deux finiront par entrer dans l’Académie des Chevaliers.

Donc, pendant qu’elle s’engageait dans la Chasse aux Stigmas, elle attendra le moment où elle se réunirait avec les deux autres. Il s’agissait des personnes restantes qui étaient importantes pour elle. Alors même qu’elle devrait seulement sentir un pur bonheur... Quelle est donc cette envie de vouloir les tuer !?

« ... Comme prévu, c’est étrange... Qu’est-ce que tu m’as fait ? Redonne-moi mon esprit ! Hé... réponds-moi, Loki ! Loki ! » Kaya avait attrapé sa tête qui était encore assaillie par la douleur et avait interrogé la Diva qui corrodait son esprit. Mais peu importe combien de temps elle lui demandait ça, il n’y avait pas eu de réponse. Elle avait été trompée. Peut-être qu’elle avait été trompée...

Elle voulait revoir Kazuki... Cependant, si elle le voyait, elle ne pourrait certainement pas résister la prochaine fois...

Elle s’était alors souvenue que lors de la prochaine fin de semaine, l’Académie des Chevaliers tiendrait une Compétition Inter-Divisions qui serait accessible à tout le monde. Ce serait alors une bonne occasion de se faufiler dans l’Académie qui était généralement interdite aux personnes normales. Même si elle ne cherchait pas à le retrouver dans les rues, elle pourrait certainement revoir Kazuki ce jour-là. Elle voulait vraiment le revoir, oui, elle voulait vraiment revoir son Nii-san... et après ça, elle voulait vraiment le tuer ! Kaya avait alors attrapé ses cheveux désordonnés qui avaient perdu leur couleur et elle avait serré sa tête, arrachant même quelques touffes de cheveux.

À côté d’elle, Akira ne regardait même pas son acte de folie furieuse et il continuait à regarder le mur empli de graffitis...

***

Chapitre 5 : La corrosion d’un Dieu

Partie 1

Sur le terrain de sport de l’Académie des Chevaliers, il y avait le même genre de tribune qui entourait un terrain de football. Il y avait foule.

Quand elle avait vu ça, Hoshikaze avait expliqué aux autres personnes présentes la raison de tout ça. « D-Durant le festival sportif, les étudiants qui ne participent pas et les membres des familles viennent tous ici afin de regarder la compétition. »

« Il y a aussi un festival sportif dans ce genre d’école, » constata Kazuki.

« O-Oui. A-Au début de l’été... le fait d’avoir une telle installation pour le public est vraiment quelque chose de luxueux. » Chaque fois qu’elle parlait avec Kazuki, Hoshikaze se mettait à trembler si leurs yeux se rencontraient.

« Cependant, les Compétitions Inter-Divisions sont également tenues sur le terrain de sport. En utilisant cette estrade pour le public, nous invitons les résidents de la ville à venir ici, » continua-t-elle.

« Vous invitez le monde à venir ici ? » demanda Kazuki.

Face à la question de Kazuki, ce fut Kaguya qui y avait répondu. « La Compétition Inter-Divisions n’était pas à l’origine un aussi grand événement. Ce n’est qu’un événement traditionnel où le président du Conseil des élèves de la Division Épée et celle de la Division Magie se battait. Et parce que les enseignants se sont mis à penser : “N’est-il pas bien de montrer au grand public que la Magie d’Invocation est plus forte que les épées ?” Tout cela s’est lentement transformé en un spectacle permettant aux personnes de l’extérieur de regarder la bataille. »

Quand Kaguya avait dit ça, elle avait affiché une expression troublée. C’était probablement, car elle n’arrivait pas à comprendre l’attitude des enseignements vis-à-vis de tout ça.

« La prétendue Confrontation des Divisions est organisée afin de permettre à la Division Magie d’obtenir une victoire écrasante pendant que la Division Épée est humiliée publiquement. Quel mauvais goût... ! » murmura Kazuki.

« Bien que je sois sceptique quant aux bien fondées de tout ça, les enseignantes de la Division Magie fournissent une éducation où elles font que leurs élèves deviennent plus arrogants et regardent de haut les épéistes, » déclara Kaguya.

Bien que cette atmosphère n’ait pas été ressentie quand il s’agissait de Liz Liza, vous pouviez facilement ressentir ce dont elle parlait lors des cours de théorie à la tactique. Dans ces cours, on disait qu’elles ne devaient surtout pas aider l’épéiste lorsqu’ils faisaient face à la mort, leur recommandant de continuer à chanter les sorts pour en finir avec la bataille.

« Les enseignantes essaient également de maintenir une position d’“Enseignantes Héroïques”. Et après que les “Chevalières Originales” aient neutralisé les utilisateurs magiques illégaux qui avaient détruit Tokyo, le gouvernement japonais a calmé les citoyens du pays par leur propagande héroïque. Donc jusqu’à présent, l’idée qu’il dit que les utilisateurs de Stigma sont supérieurs aux les épéistes ne peut pas disparaître... Ce genre de pensée n’a aucun rapport avec la force dans une réelle bataille, » déclara Kaguya.

Kaguya était en faveur de l’augmentation du statut de l’épéiste et ce n’était pas seulement pour des raisons morales. C’était aussi à cause de cette considération que la tactique de combat pourrait s’étendre davantage si les épéistes et les utilisateurs de Stigma étaient capables de se reconnaître mutuellement.

« Hmm, en laissant de côté les considérations de Kaguya. Bref, il ne s’agit pas d’un événement majeur. Bien que la zone doive être mise en état pour accueillir tout ce monde, cela ne nécessite pas de préparatifs à grande échelle. Après tout, il ne s’agit que d’une compétition informelle, » conclut Hoshikaze.

Cela s’était déroulé le samedi matin, le jour de la compétition.

« Mais si le public regarde la compétition, une balle perdue comme Barrett ne serait-elle pas dangereuse pour le public ? Ce ne serait pas drôle si les individus avec un Pouvoir Magique très faible voyaient leur Magie défensive être détruite, » demanda Kazuki.

« S’il s’agit de cela, il n’y a pas de problème puisqu’il y a une Magie d’Invocation qui a construit une barrière autour du lieu du combat. En vérité, ce genre de barrière défensive puissante à large portée ne peut pas être faite, c’est seulement plusieurs barrières produites par les étudiants responsables de la barrière en utilisant tout leur Pouvoir Magique afin d’empêcher le public d’être touché par la balle perdue. Ainsi, les personnes qui sont responsables de la barrière travaillent le plus durement, Hahaha, » Hoshikaze avait laissé échapper un rire chaleureux. Elle souriait et riait, puis soudain, son visage souriant se tortilla. « J-Je m’efforce de vous traiter comme une fille pendant que je vous parle. »

« Senpai, ce serait bien de ne pas me dire ce genre de faits, » répliqua Kazuki.

À côté de Kazuki et Hoshikaze, qui interagissaient l’un avec l’autre, Kaguya fronça à nouveau les sourcils. « ... Même s’il ne s’agit pas d’une activité formelle de l’académie, tout le travail de préparation est entièrement effectué par les étudiants. Il en est de même du fait d’utiliser la Magie d’Invocation comme propagande, invitant ainsi les citoyens ordinaires à regarder... Ce genre de choses..., les vœux pieux des enseignantes vont probablement bien trop loin. Je pense que si nous permettons aux citoyens ordinaires de venir, cela devrait plutôt être comme la cérémonie de rentrée. Il serait préférable d’inviter des Chevaliers pour qu’ils soient chargés de la sécurité. Que faire si des chasseurs de Stigma ou d’autre fauteur de troubles entraient dans notre académie ? Ils n’ont pas le sens de la crise. »

Face à cela, Hoshikaze avait alors répliqué. « Kaguya, tu penses trop. Tous les utilisateurs illégaux de magie sont des individus qui ont une mentalité instable. Ainsi, le fait de cibler cet événement et y entrer en faisant semblant d’être un citoyen ordinaire... Ils ne feront pas une chose aussi problématique. Et comme leur mentalité est instable, ils n’ont aucun moyen de se rassembler. Et s’il y en a seulement un, alors nous pouvons facilement y faire face. »

« C’est parce que de ton côté, Hikaru, tes pensées sont bien trop simples et tu es toujours à dire des mots positifs, » répliqua Kaguya.

« Hahahaha. De ton côté Kaguya, c’est parce que ta personnalité est soit trop négative, ou trop positive, alors tu deviens si facilement mal à l’aise. Si tu soupires ou si tu grognes le moins du monde, ton bonheur s’évanouira au loin, » répliqua Hoshikaze.

« Et si nous parlions de malaise... Qu’en est-il d’Otouto-kun ? » Kaguya semblait déprimée comme si c’était sa propre responsabilité.

« N’affichez pas cette expression comme si vous aviez tort, » déclara Kazuki.

« Mais je suis toujours considéré comme votre maître, Otouto-kun..., » commença Kaguya.

« Ce n’est pas de problème. Même si je peux seulement chanter Barrett, il devrait être possible pour moi d’y faire face, » répondit Kazuki.

« N’est-ce vraiment pas un problème ? Parce que si vous perdiez, Otouto-kun, vous devriez quitter cette division..., » déclara Kaguya.

« Comparé à ce regard déprimé, j’ai l’impression que si vous faisiez un sourire pour m’encourager, cela me rendrait bien plus heureux, » déclara Kazuki.

« Tu vois, Hayashizaki dit également que tu es trop négative, Kaguya, » Hoshikaze s’était alors mise à se moquer d’elle sur le côté.

« ... Vraiment ! Je sais. J’utiliserai toutes mes forces pour vous encourager ! » déclara Kaguya.

Bien que le niveau de positivité soit déjà assez élevé, il ne pouvait toujours pas utiliser la Magie d’Invocation en dehors de Barrett.

Cependant, Kazuki n’avait pas laissé paraître son malaise intérieur et s’était efforcé d’exprimer une expression optimiste.

Ensuite, sur les lieux de la compétition, ignorant le Conseil des Étudiants qui dirigeait cet événement, Liz Liza était venue observer la situation. Le Conseil des Étudiants de la Division Épée, les étudiants de deuxième année qui étaient responsables de la barrière ainsi que le public venaient les uns après les autres ici.

Les citoyens ordinaires avaient reçu des billets qu’ils avaient pu acquérir avant ça. Il s’agissait d’un objet précieux et difficile à obtenir. Il n’y a pas eu beaucoup d’occasions de voir de la Magie d’Invocation de leurs propres yeux.

Kazuki se tenait dans la tente de repos de la Division Magie et attendait le début de la compétition. À ce moment, un étudiant était venu lui parler.

« Hé, êtes-vous l’Otouto-kun de notre présidente..., puis-je vous parler en tant que mon kouhai ? » Demanda le jeune homme.

« Oui, vous êtes... l’une des personnes qui s’occupent du Conseil des Étudiants de la Division Épée avec Kanae. »

Il se souvenait qu’il était un étudiant de classe supérieure nommé Torazou, c’était en effet un nom qui convenait à un jeune épéiste robuste comme lui.

« Je m’appelle Yamada Torazou. Comme je me bats d’abord pour la Division Épée, je me battrai contre votre vice-présidente... Oubliez ça, puisque je vais de toute façon perdre, je voulais vous parler avant le match. » Torazou, qui avait prononcé ces mots, semblait un peu gêné et s’était gratté le visage avant de poursuivre. « Vous avez utilisé une technique à l’épée pour vaincre une utilisatrice de Stigma... j’ai également regardé ce duel. Comment le dire... je pense que vous êtes incroyable. J’ai toujours traité votre sœur comme une exception, mais quand j’ai vu que vous aviez également le même niveau de puissance, j’ai changé d’avis. J’avais toujours pensé qu’il était impossible de gagner contre la Magie d’Invocation. Peut-être que si j’y mets plus d’efforts, j’aurai une chance de victoire. »

Les yeux de Torazou scintillaient en regardant Kazuki. Kazuki se sentait aussi un peu gêné. Les deux hommes se regardaient l’un et l’autre, formant une ambiance pétillante.

« J’ai entendu dire que vous ne pouviez utiliser que la Magie d’Invocation pour vous battre lors de cette bataille. Quel homme intéressant ! Bien que ce soit un problème pour moi qui suis à la Division Épée de dire cela, je vous en prie, fait de votre mieux ! Je crois aussi à moitié que je ne peux pas gagner, mais juste pour aujourd’hui, je me suis incliné pour devenir le disciple de votre sœur. J’irai jusqu’au bout. Bien qu’il puisse être faux de dire cela soudainement, s’il vous plaît, regardez mon combat ! » Torazou avait fermement saisi l’une des mains de Kazuki et la lui avait serrée avec passion.

« ... Et maintenant, la rencontre annuelle pour la Compétition Inter-Divisions de l’Académie des Chevaliers commence officiellement, » Koyuki, qui agissait en tant que maître de cérémonie et arbitre de la compétition, avait déclaré que l’épreuve commençait.

Les membres ordinaires de l’auditoire avaient applaudi avec enthousiasme. Puis, Hoshikaze de la Division Magie et Torazou, qui affichait une expression nerveuse de la Division Épée, étaient apparus au centre de l’arène.

Basés sur les règles d’un duel, les deux combattants étaient séparés de 50 mètres et ils se faisaient face.

« Je connais votre nom... Votre nom est Baal-Zebub. Tout le mal né dans la parole. Dieu de la moisson tourmentée, obéissez à mes ordres et récupérez votre gloire ! » Hoshikaze avait chanté un sort, puis avec une lumière dorée, elle avait revêtu sa Robe Magique.

« Le Dieu de la Moisson est une Diva puissante, Baal, qui utilise la magie liée aux étoiles et au temps. Bien que son surnom, Le Seigneur des Mouches, Beelzebub, soit plus célèbre... En passant, bien que les Divas ne disent pas des mots excessifs aux humains, mais si vous appelez Baal comme Beelzebub dans l’Astrum, il sera vraiment en colère que vous ne soyez pas capable d’en rire. » Kaguya, qui était à côté de Kazuki, chuchota à son oreille.

« Y aura-t-il vraiment un idiot qui dirait ces mots ? Bien sûr qu’il sera furieux. » demanda Kazuki,

« ... Une fois, Hikaru n’a pas pu résister et l’a essayé. Cette Ouji-sama... [1] est parfois si innocente et pure... Et après ça, elle a été réprimandée pendant 30 minutes dans l’Astrum, » répondit Kaguya.

Notes

  • 1 Ouji-sama : Normalement nom masculin, car signifiant Prince, mais dans ce contexte, utilisé sous une forme différente. Elle fait référence à Hikaru comme une femme « prince » en raison de son aura princière qui émane d’elle vis-à-vis de ses actes et pensées.

***

Partie 2

Le simple fait de rester dans l’Astrum était en soi déjà difficile, mais de plus, elle avait été grondée pendant 30 minutes...

« Alors, que le combat commence ! » déclara Koyuki.

*BIIIIIII !* Koyuki avait alors soufflé dans son sifflet avec force.

Torazou s’était immédiatement précipité dès le début de match. Cependant, comme il se concentrait probablement sur l’observation des actions d’Hoshikaze, sa vitesse de déplacement indiquait qu’il était très prudent.

Contrairement à lui, Hoshikaze avait rapidement achevé son chant et ses actions furent rapides.

« La volonté de Dieu qui fait tourbillonner l’air ! Rassemble-toi dans ma main et accorde-moi le droit du jugement ! La lumière divine accordée par le droit du Roi, devient un arc éblouissant ! Trait de Foudre ! »

Un arc doré chargé d’ornement était apparu dans sa main droite tandis que des flèches de foudre étaient actuellement dans sa gauche.

« Il s’agit là du niveau 1 de la Magie d’Invocation de Baal, » expliqua Kaguya. « Comparée au sort de Barrett, la puissance du Trait de Foudre est relativement plus faible, mais tant que les flèches de foudre ne sont pas complètement épuisées, elle peut continuer à tirer. Il s’agit d’une magie d’attaque pratique et enviable. »

Comme l’avait dit Kaguya, la main gauche d’Hoshikaze avait tiré la corde de l’arc, les étincelles présentes là se transformèrent alors en un éclair et un trait d’éclair fut projeté vers l’avant.

*Bzzzzzzzzzzz*

Cependant, Torazou avait correctement analysé le moment où il devrait agir et il avait donc sauté sur le côté, évitant ainsi facilement la foudre.

« … !? » Voyant cela, Hoshikaze avait semblé afficher une expression choquée.

« A-t-il également appris le Hayashizaki-Ryuu ? » Kaguya avait émis un son de surprise puis elle avait demandé ça à Kazuki.

« Non, il est impossible d’apprendre le Hayashizaki-Ryuu en seulement quelques jours. Cependant, c’est très différent de Barrett. Comme le fait de tirer la corde de l’arc est une action préliminaire vraiment évidente, cette attaque peut être plus facile à éviter pour un épéiste entraîné, » répondit Kazuki.

Torazou était à l’origine le numéro 3 de la Division Épée. Sa force ne pouvait donc être ignorée.

Soudain, une atmosphère étrange se répandit sur l’arène. Torazou avait toujours utilisé des techniques de l’épée des Chevaliers et non des techniques Iai. Malgré cela, il n’avait pas dégainé sa lame, gardant ainsi son arme dans son fourreau depuis le début du combat.

Qu’est-ce qu’il attend ? Kazuki se demandait actuellement ça. Face à lui, Hoshikaze ne s’en souciait pas et continuait à projeter une deuxième attaque, suivie d’une troisième. Torazou avait également utilisé des actions non fluides pour désespérément les éviter, puis il s’était lentement approché de Hoshikaze.

Au moment où Torazou s’était finalement précipité à une distance permettant un corps à corps avec Hoshikaze —, des acclamations avaient été émises depuis l’un des côtés de l’arène.

« Cependant, l’une des plus grandes forces de Trait de Foudre est que vous pouvez continuer à chanter d’autres sorts tout en tirant en continu ! » déclara Kaguya.

Tout comme ce qu’avait dit Kaguya, Hoshikaze avait déjà incanté un autre sort pendant ce temps.

« Que tous les flux atmosphériques convergent dans ce corps et deviennent une tempête féroce qui rejette les ennemis ! L’œil du typhon est ton trône ! Forteresse de Tempête ! » incanta Kaguya.

Il s’agissait d’une Défense Magique spécifique à Hoshikaze. De violents vents avaient alors soufflé dans la zone proche d’Hoshikaze. *WOAHHH !* face à ça, Torazou semblait être comme un fétu de paille alors qu’il avait été projeté dans le ciel.

Avec ce vent hurlant sans fin, Torazou ne pouvait être traité que comme un grain de sable pris dans les vents.

« ... S’il est dans l’air, il n’y a aucune chance de l’éviter, et donc il s’agit d’un échec et mat ! » déclara Kaguya.

En ce moment, Hoshikaze était en train de viser Torazou projeté dans le ciel et elle se préparait à tirer.

« ... C’est fini. Hikaru prévoit d’utiliser les trois autres flèches en un tir combiné. L’impossibilité d’éviter une attaque avec trois fois plus de puissance lui fera probablement perdre la majorité de sa puissance magique, » constata Kaguya.

« ... Je ne pense pas ! Les yeux de Torazou-senpai ne semblent pas indiqués qu’il a abandonnés ! » déclara Kazuki.

« Hé, hé, de quel côté Otouto-kun acclame-t-il ? » demanda Kaguya.

Torazou, qui avait été soufflé en l’air, n’avait absolument pas les yeux d’un homme acceptant la défaite. Il s’agissait plus des yeux d’un tigre avant qu’il ne se jette sur sa proie.

La preuve était... que même lorsqu’il était en train de flotter dans les airs, sa main était déjà placée sur la poignée présente à sa taille.

La flèche de la foudre avait été tirée — Torazou avait profité de l’occasion, il avait dégainé son épée et l’avait lancée vers Hoshikaze.

« Un paratonnerre ? » Kazuki, qui avait remarqué l’intention derrière ce comportement, n’avait pas pu s’empêcher de crier.

La lame affûtée et la flèche de foudre s’étaient ainsi connectées. La grande charge de foudre s’était écoulée dans la ligne de décharge que l’épée représentait, la faisant changer de direction vers un endroit que Hoshikaze n’avait nullement prévu.

Ainsi, la foudre avait changé de trajectoire et elle n’avait pas touché Torazou, mais une épée à la place.

Torazou, qui n’avait pas été blessé, avait magnifiquement atterri et avait serré son fourreau avant de charger vers son adversaire.

En se précipitant vers son adversaire, tout en déplaçant son fourreau afin de la frapper..., tout se déroulait selon son plan.

L’attaque violente et puissante avait ainsi envoyé Hoshikaze dans les airs. Torazou n’avait pas manqué cette occasion de lancer un flot continu d’attaques. Il avait continué à utiliser son fourreau pour attaquer Hoshikaze. La lumière bleue produite par la Défense Magique avait clignoté encore et encore en réponse à chaque frappe.

« Dans un tel cas…, n’a-t-il pas déjà gagné ? » demanda Kazuki.

« Non, la plus grande force de Hikaru est sa capacité à se concentrer lors qu’elle effectue un chant... Bien qu’elle soit gravement frappée..., » commença-t-elle à expliquer.

« Que la foudre descende vers mon corps et m’accorde la vitesse de l’éclair... Réveillez le lion endormi ! Chevauchement de la Foudre ! »

Sous ce déluge de coups sans interruption, la vice-présidente du Conseil des Étudiants de la Division Magique avait achevé son chant.

« C’est assez ! C’est insupportable ! » cria Hoshikaze.

La foudre avait traversé les membres d’Hoshikaze. Puis, comme dans un film, les actions d’Hoshikaze s’étaient accélérées. Avec un réflexe anormal, Hoshikaze avait esquivé le fourreau et elle avait contre-attaqué.

« Vous me poussez jusqu’à ce niveau-là ! » cria Hoshikaze.

« WAHHHH ! »

Le poing de la fille était tombé telle de la pluie sur le corps de Torazou. Torazou, dont la position était brisée, ne pouvait que reculer. Cependant, Hoshikaze l’avait immédiatement poursuivi comme s’il s’agissait d’une querelle entre enfants et elle l’avait continuellement frappé avec son poing.

« En lui permettant d’envoyer un signal électrique spécifique aux muscles et aux nerfs, c’est une puissante magie d’amélioration qui utilise la force brute quand survient un moment critique, » Kaguya avait continué à expliquer.

Kazuki s’était remémoré qu’à la cérémonie de rentrée, Hoshikaze avait transporté la grande cage sur des roues, là où se trouvait le dragon.

La scène d’un Utilisateur Magique de Stigma frappant l’Épéiste avait fait en sorte que le public avait émis de grandes acclamations.

« Le destin au sein du grand hémisphère... Les liens de la constellation, permettant au cycle de la journée de s’arrêter ! “Stase de l’Horoscope !”, » incanta Hoshikaze.

Tout en frappant frénétiquement son adversaire, Hoshikaze avait continué à chanter un sort. De nombreux points de lumière étaient apparus autour de Torazou. Une lumière s’était mise à circuler entre chacun des points qui entouraient Torazou ce qui l’avait lié avec de nombreuses cordes de lumière et il avait complètement arrêté de bouger — c’était la magie de liaison qui avait été incanter contre le dragon lors de la cérémonie de rentrée.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kazuki.

Torazou avait ainsi été ligoté par les cordes de lumière et il avait poussé un cri. Les poings continuaient à pleuvoir sur son corps sans présenter la moindre pitié.

Torazou, qui ne pouvait même pas être envoyé en l’air, s’était ainsi transformé en punching-ball.

« Le Rugissement de la Flamme de Dieu nous informe de la Fureur de Dieu ! Les rugissements célestes se rassemblent tous dans ta main. Faites descendre un marteau qui peut écraser le monde ! Écrasez le monde ! Yagrush ! » incanta Hoshikaze.

« C’est... le niveau 8 de Baal ! Mais c’est une technique qui ne devrait pas être utilisée contre un humain..., » Kaguya s’était empressée d’entrer dans l’arène alors qu’elle criait ça, mais il était déjà trop tard.

Produisant une quantité énorme de Lumière Magique, un gros marteau était apparu dans la main droite d’Hoshikaze.

« Essayez d’esquiver ça ! » cria Hoshikaze.

« Comment peut-il l’esquiver ? C’est fini ! » cria Koyuki.

Hoshikaze était tombée à cause de l’interférence de Koyuki qui était à côté d’elle. L’énorme marteau était alors tombé en l’air et avait disparu.

Je ne sais pas ce qui se serait passé si cela n’avait pas été fait.

*BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !* Koyuki avait soufflé son sifflet.

« ... Senpai, qu’est-ce que vous faites là ? Utiliser ce genre de Magie d’Invocation vers un adversaire qui est presque complètement dépouillé de Pouvoir Magique les tuera normalement. Êtes-vous une idiote ? » demanda Koyuki.

Après que la Défense Magique soit complètement détruite, il s’agira d’une confrontation d’un corps de chair contre la Magie issu des Mythes.

« ... Désolée... Je me suis perdue pendant un moment..., » Hoshikaze s’était finalement relevée et elle s’était soudainement sentie découragée.

« Comme prévu, c’est impossible... même si je pensais pouvoir gagner..., » déclara Torazou.

« Gagnant du premier combat, la vice-présidente du Conseil des Étudiants de la Division Magie, Hikaru Hoshikaze ! » annonça Koyuki.

Sur le terrain, plutôt que de dire qu’il s’agit de complimenter le vainqueur, des applaudissements louant les efforts du perdant avaient résonné. Dans le centre du ring, Hikaru était sortie péniblement de là avec l’épaule baissée et elle était venue vers ici.

« Alors, c’est ton tour, » avec l’expression emplie de nervosité, Mio avait appelé Kazuki.

C’est ça... c’est à mon tour.

***

Partie 3

Kazuki s’était placé dans l’arène. Parce qu’il s’agissait d’un combat avec la Magie d’Invocation, aucune épée n’était présente à sa hanche, et un sentiment de solitude était présent en lui.

« Je viens de me souvenir que Kazuki n’a pas besoin d’accéder à l’Astrum avant le combat, n’est-ce pas ? » avait demandé Koyuki qui agissait encore une fois comme arbitre pour ce duel.

« Ma Robe Magique en forme d’anneau est toujours fixée à mon doigt. On dirait que je suis constamment connecté avec Leme, » répondit-il.

« Est-ce que c’est bien ainsi ? D’une façon ou d’une autre, c’est indécent. Alors, commençons dès que possible, » déclara Koyuki.

« Ah, s’il vous plaît, attendez un peu ! Mon cœur est encore en train de se préparer ! Ah ! » s’exclama Kamiizumi.

Kamiizumi avait pris une profonde bouffée d’air, puis, après l’avoir relâchée, elle s’était calmée en affichant une expression qui la faisait apparaître comme si elle était une tout autre personne.

Ce changement permis par la concentration mentale d’un épéiste de première classe était rapide. Puis, instantanément, sa tête s’était penchée sur le côté.

« Kazuki-dono, auparavant votre renommée a été racontée par Kana-shishou [1]. Iori, la première fille du Clan Kamiizumi, je vous dis respectueusement que je souhaite ardemment un match ! » déclara Iori.

« Alors, les préparations sont maintenant faites... Commencez ! » déclara Koyuki.

Puis, elle avait pris son sifflet et avait soufflé dedans. Kamiizumi avait dégainé son épée dès cet instant.

« J’arrive ! » cria Kamiizumi.

Le résultat décidera si je peux rester dans la Division Magie, pensa Kazuki.

« ... Barrett ! », Kazuki avait anticipé cette action en chantant sa Magie d’Invocation.

Mais l’avancée de Kamiizumi avait vacillé comme une brume provoquée par la chaleur, et les projectiles de flammes avaient été évités. Elle ne ralentissait pas du tout sa charge. Kazuki, voyant la qualité de ce mouvement, avait renoncé à pouvoir là frapper avec Barrett. Le deuxième Barrett avait été également évité, Kamiizumi avait ainsi pu s’approcher de lui.

« Préparez-vous ! » L’épée courte s’était alors déplacée avec force et vitesse.

Kazuki avait facilement lu la respiration et les différents mouvements de l’adversaire, et donc, il avait légèrement plié son dos en parfaite synchronisation permettant ainsi à l’épée de ne pas le toucher de justesse.

« Comme prévu du grand frère de Kana-shishou ! » s’exclama-t-elle.

Kazuki, tout en se penchant vers l’arrière, avait libéré un coup de pied afin de se propulser directement vers elle. Voyant une attaque totalement imprévisible arrivée sur elle, Kamiizumi avait démontré une expression de surprise. Bien sûr, en raison de la puissance magique défensive, un coup de pied libéré alors qu’il se trouvait dans une posture déséquilibrée ne produirait aucun dommage réel.

Le pied de Kazuki avait ainsi été repoussé par le contrecoup bleu provenant du Pouvoir Magique défensif.

En utilisant cet effet, Kazuki avait sauté d’une grande distance vers l’arrière.

« Avec l’effet de recul induit par mon propre Pouvoir Magique défensif, cette distance... !? » s’exclama Kamiisumi.

Afin d’éviter de subir une nouvelle attaque d’elle, Kazuki avait utilisé le renforcement physique et avait acquis une certaine distance.

« ... Bien joué ! » Kamiizumi s’exclama d’admiration et de nouveau face à Kazuki, elle se mit à courir vers lui.

Kazuki avait relancé un nouveau Barrett, mais Kamiizumi avait encore une fois évité l’attaque et était arrivée au corps à corps avant de frapper avec son épée courte.

Mais un combat rapproché n’était pas seulement une question de capacité à l’épée ! Il pouvait toujours s’échapper !

Kazuki luttant désespérément face à la frappe de Kamiizumi avait fait le coup de pied volant encore une fois tout en continuant à s’échapper.

Après avoir gagné une certaine distance en courant d’un endroit à l’autre, un sort de Barrett avait été libéré. Mais il avait encore une fois raté sa cible... !

Avec la tension induite par cette bataille d’évasion, les tribunes étaient excitées. D’un seul coup d’œil, on peut voir qu’il s’agit d’une concordance égale en capacité.

« Comment la Magie d’Invocation a-t-elle pu être éludée comme ça !? » s’exclama Kaguya.

Si cela devenait une bataille prolongée, alors le Pouvoir Magique de ce côté ne ferait que s’épuiser !

« ... Otouto-kun ! Utilisez ma magie d’invocation ! Si c’est fait, je pense que vous pouvez gagner... Ma compatibilité avec vous, Otouto-kun, n’est aaabsolument pas mauvaise, c’est ce que je crois !! » Kaguya avait crié depuis l’un des côtés du ring.

Sans le vouloir, Kazuki avait été distrait à cause de ça. Il avait dirigé son regard vers Kaguya. Kaguya avait encore aujourd’hui cette expression bouleversée et inquiète. Elle était comme une mère qui allait en classe afin d’assister à un événement de son fils.

Même si je n’ai aucun souvenir de ma mère. Le niveau de positivité de la fille est de 68 selon les données qui flottent devant mes yeux. Mais même ainsi, c’est sûrement l’émotion d’une profonde affection envers son cadet. C’est même ce que la personne elle-même m’a dit, donc cela doit en être ainsi, pensa Kazuki.

Même comme prévu, je veux aussi penser que je suis aimé par cette senpai. Je veux le croire.

Je veux davantage être aimé par Senpai.

Au moment où cette pensée était apparue dans son esprit, l’incantation d’Asmodée s’était mise en place dans l’esprit de Kazuki.

Elle peut être chantée !? La Magie d’Invocation de Senpai ! s’exclama intérieurement Kazuki.

Kamiizumi s’était approchée pour attaquer. Face à ça, Kazuki avait rapidement acquis une certaine distance afin de pouvoir incanter la magie de Kaguya.

« Le désir qui se cache dans la mer de l’esprit, passant à travers la chair pécheresse en étirant cette main ! Incarnation de la violation, enroule-toi autour du désir tel qu’il est ! Tentacule du désir, Kuro Shokushu [2] ! » »

Les Stigmas de Kazuki brillaient d’une lumière violette, « kukukuku... » La voix rieuse d’Asmodée résonna dans l’arène, en provenance de l’Astrum. Et en même temps que cela se produisait, sous les pieds de Kamiizumi, une fissure était en train de s’ouvrir. De là, un océan de choses vivantes ressemblant à d’énormes tentacules qui se tortillaient et s’étiraient les uns à côté des autres était apparu. Il s’agissait de la Magie d’Invocation de Niveau 1 d’Asmodée : Mers de Tentacules.

Kamiizumi avait évité les tentacules en utilisant sa capacité de Prévoyance. Mais, les tentacules persistaient à la poursuivre. L’un des tentacules s’était alors serré autour de l’un de ses pieds, et face à la sensation d’un contact étrange, la voix de Kamiizumi avait fui hors de sa bouche. « Hiii! »

L’épée courte avait brusquement été abaissée et le tentacule avait été coupé en deux, mais entre-temps, un nombre inconnu de tentacules continuait à s’accrocher à Kamiizumi.

Pour un épéiste qui utilisait l’agilité comme fondement de ses actions, c’était peut-être le pire ennemi naturel qu’il pouvait rencontrer.

« ... Quand ma Diva invoque sa magie, je crois qu’il n’y a rien d’autre que des choses dégoûtantes qui arrive. Je suis vraiment désolée, » à l’extérieur du ring, Kaguya était devenue dégoûtée d’elle même en voyant la scène se déroulant devant elle.

Est-ce que c’est le cas, si mon propre être ne croit pas le niveau de positivité, ce n’est pas bon.

L’affection de cette personne envers moi-même, si je ne crois pas qu’elle gonfle fièrement ma poitrine, ce n’est pas bon.

Avec son état d’esprit si positif, il s’agissait d’une chose tout à fait naturelle qu’elle pense ainsi.

Kazuki regarda Mio après ça. Quoi ? On dirait qu’elle veut dire ça, la fille me regarde en ce moment, pensa Kazuki.

Mais même cette attitude tordue était récemment devenue quelque chose de mignon selon l’opinion de Kazuki.

Cette fille..., envers quelqu’un comme moi, pensa Kazuki.

Parallèlement à cette pensée, à l’intérieur de son esprit, l’incantation de Phoenix débordait.

Ce sort, chante-le. Dans le stade, Kanae avait senti dès le début ce phénomène inhabituel.

« Ii-chan, ne te laisse pas distraire par ces tentacules ! Il a pu gagner le temps pour chanter son sort ! » cria Kanae.

En s’échappant loin des tentacules, Kamiizumi avait fait un visage du genre « Ahh » et elle avait finalement prêté attention à Kazuki.

Kanae avait perçu une flambée de Pouvoir Magique et c’est pour cela qu’elle avait crié sur son élève.

Le visage de Kamiizumi avait été submergé par l’impatience et elle s’était mise à courir avec force. Le temps restant était vraiment très réduit. Et vers un Kazuki qui incantait son sort, Kamiizumi avait levé son épée au-dessus de sa tête — à ce moment-là, les tentacules venant de l’arrière s’étaient emmêlés aux jambes de Kamiizumi. Et à cause de ça, la jeune femme était arrivée trop tard. Les Stigmas de Kazuki se mirent alors à briller avec plus d’intensité, ce qui n’avait jamais été vu jusqu’à présent — les pouvoirs magiques étaient en éruption tout autour de lui.

« Du crépuscule à l’aube, ô oiseau immortel, accorde cette aile d’espoir sur mon dos ! La destruction avant la renaissance, viens ici... ! Ailes Flamboyantes, Kaijin Kaesu Kaesu Hiiro no Tsubasa [3]! » incanta Kazuki.

Il s’agissait de plus puissante magie d’invocation utilisable avec une valeur de positivité de 100 — Le niveau 5.

D’un seul coup, une chaleur intense avait été soufflée en provenance du dos sur le haut du corps de Kazuki, puis cela s’était tordu en une courbe. Son corps ressemblait maintenant à une fusée lancée dans le ciel. Kamiizumi avait frappé en vain dans l’espace devenu vide. Après ça, Kazuki regardait cette scène depuis le ciel.

Kamiizumi qui n’avait que sa propre épée comme méthode d’attaque avait déjà compris qu’elle était devenue impuissante. Et ainsi, elle avait regardé vers le haut avec stupéfaction.

C’était... une magie qui permettait d’emprunter les ailes du Phoenix qui venait se placer dans le dos du mage.

C’était sa manière de l’utiliser normalement, mais si c’était un épéiste comme lui qui l’avait, d’autres usages étaient possibles !!

« Bon ! » Kazuki, en battant les ailes comme un oiseau de proie s’emparant de sa proie se trouvant sur le sol, descendit en piqué vers sa cible. Avec toute la force présente en elle, l’aile droite était repliée vers la gauche à l’image d’un katana placé à l’intérieur de son fourreau.

Ces ailes sont devenues une épée entre mes mains. Même si je suis un Utilisateur de Stigma, un Seikon Mahou Tsukai [4], je suis également un épéiste, pensa Kazuki.

Et puis l’aile enveloppée dans l’autre s’était déchaînée en une fraction de seconde !

« Uooooooooooooooooooooooooooooooo ! »

Ce qui voulait dire qu’il avait frappé en une attaque en utilisant la longueur atteignant dix mètres en utilisant l’aile de flammes — L’une de ses spécialités, une technique Iainuki [5].

« Ce genre d’attaque, même avec Prévoyance, il n’y a aucune chance... ! » s’exclama Kamiizumi.

Le bruit du vent provoqué par Iainuki ne pouvait pas être comparé au katana d’une longueur inférieure à un mètre — *Gou*[6] avec ce son violent, Kamiizumi avait été fauchée.

Les flammes avaient effectué une trajectoire en un énorme demi-cercle ne permettant aucune action d’évitement pour Kamiizumi. La lueur bleue produite par le Pouvoir Magique défensif avait été écrasée comme de fragiles maisons pulvérisées par l’arrivée d’un tsunami géant.

« C’est fini ! » déclara Kazuma.

Face à une possible intoxication magique provoquée par une frappe surpuissante, voire mortelle, un sentiment d’anxiété s’était engouffré dans Koyuki qui était désormais en pleine panique. Elle avait haussé la voix face à ça. « Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !! »

En raison de l’impossibilité d’échapper à la vague de flammes, le Pouvoir Magique de Kamiizumi avait été réduit à néant. Les cris s’élevèrent après ça, Kazuki était également agité face à ce qui venait de se passer... L’ampleur de la force était vraiment inattendue même pour lui !?

En raison d’une petite panique qui avait submergé Kazuki, les ailes de flammes avaient été annulées, et il était tombé vers le sol. Ce n’était qu’après ça que Koyuki avait pu reprendre le contrôle de ses esprits et qu’elle avait finalement pu agir. Un *Piririririri* provenant du sifflet avait été entendu. Les applaudissements et les acclamations résonnaient comme le tonnerre dans le stade.

 

☆☆☆

 

— Je viens d’obtenir la victoire alors même qu’avant le combat, je pensais qu’il n’y avait aucune chance de victoire de mon côté, pensa Kazuki. Cette victoire... je l’ai obtenue grâce à la connexion avec les personnes présentes à mes côtés.

« Est-ce que ça va, Kamiizumi-senpai ? » demanda Kazuki.

« Fuee..., l’uniforme est tout brûlé. J’ai failli devenir une fille bien cuite…, » s’exclama Kamiizumi en plaisantant.

Kazuki avait tendu sa main vers Kamiizumi afin de l’aider. Au moment où Kamiizumi avait pris cette main et qu’elle s’était levée, l’uniforme et les sous-vêtements de la jeune fille étaient soudainement tombés. Tout s’était effrité en raison des flammes qui les avaient touchées juste avant après qu’elle ait fait ce mouvement.

« Haiii-Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !? » En constatant ça, Kamiizumi s’était complètement accroupie tout en élevant la voix et en se plaçant en boule.

Kazuki, paniqué, avait retiré son blazer avant de le placer autour de la jeune femme.

« ... WoW ! Quel gentleman... ! Pas possible ! Le grand frère de Kana-chan est si cool…, » murmura Kamiizumi alors qu’elle était gênée et timide.

D’un autre côté, leur arbitre, Koyuki, avait jeté un regard froid en direction de Kazuki. « Kazuki... dans quelle mesure votre compétence peut-elle être haute ? Pourquoi cette magie ne fait-elle que brûler les vêtements... ! Quelle magie originale… ! »

« Je ne peux pas faire quelque chose d’aussi habile ! Je ne comprends pas du tout toutes les subtilités de ce pouvoir ! » s’exclama Kazuma.

Après que Kamiizumi ait baissé la tête poliment, elle s’était mise à courir avant de disparaître rapidement du ring.

« Félicitations, Kazuki. Ça se passe bien, n’est-ce pas ? Bien que je pense que la méthode pour gagner est un peu étrange, » Mio était venue vers lui et, à mi-chemin, il avait déclaré ça à Kazuki en affichant l’un de ses rares sourires honnêtes.

De la poitrine de Kazuki, le sentiment d’accomplissement et de satisfaction bouillait.

À partir de maintenant, avec tout le monde, je peux…, pensa-t-il.

« Nii-sama…, » avec une expression d’insatisfaction, Kanae s’était approchée et elle lui avait parlé d’une voix maussade. « Nii-sama avec des ailes des flammes écarlates, l’image de l’Ange Nii-sama était vraiment cool... »

« Cette expression est désagréable ! » s’exclama Kazuki.

« Je ne peux pas y consentir, mais... si la Magie d’Invocation est utilisable jusqu’à ce point, alors, il est impossible de ne pas l’accepter, » même si elle gonflait ses joues en raison de la frustration, Kanae avait accepté le résultat du combat.

« Kanae, je resterai dans la Division Magie, » affirma une fois de plus Kazuki.

Pour quelqu’un comme moi, est-ce bien d’être heureux comme ça ? Se demanda Kazuki. D’une certaine façon, j’ai le sentiment que tout disparaîtra quand je me réveillerai de ce rêve.

« Le Conseil des Étudiants de la Division Magie est également d’accord. Pour moi, c’est devenu un lieu important, » continua Kazuki.

« Onii-chan qui m’a abandonné. Il a obtenu quelque chose comme un “Lieu important”. Ainsi, je le détruirai. » Une voix étrange s’était fait entendre dans la zone.

Ce n’est pas les paroles de Kanae qui se trouve devant moi, pensa Kazuki.

Quand il s’était retourné dans la direction de la voix qui était en vérité dans la direction même du public placé au bord du ring, une fille aux cheveux argentés était présente. C’était Kaya.

« Comme c’est cruel d’agir ainsi alors même que j’ai essayé très fort d’endurer tout ça. Même si je veux revenir à cette époque... Pourquoi Onii-chan est-il lié à ce genre de personnes et à ce Pouvoir Magique ? » demanda Kaya.

Cette fille... Kaya, elle peut voir l’énergie de Leme !? pensa Kazuki.

Avec ses lèvres adorables, Kaya bougeait et parlait froidement comme une machine. « C’est pourquoi j’arrêterai d’endurer plus longtemps... Onii-chan m’a abandonné et a obtenu un “Lieu important”, alors je vais tout détruire... L’Invitation du Dragon, Jaryuuu Shinshoku [7] !! »

Elle avait invoqué de la magie sans incantation. Et un bruit du monde qui se déchirait avait retenti.

Notes

  • 1 Shishou : Maître ou Professeur
  • 2 Kuro Shokushu : Tentacule noir
  • 3 Kaijin Kaesu Kaesu Hiiro no Tsubasa : Les Ailes Écarlates des Cendres du Renouveau.
  • 4 Seikon Mahou Tsukai : Magicien aux Stigmas
  • 5 Iainuki : Art de dégainer son épée, puis de couper son adversaire et de la rengainer dans le même mouvement.
  • 6 *Gou* : Son d’un rugissement.
  • 7 Jaryuuu Shinshoku : L’Invasion du Dragon Maléfique

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Les commentaires sont fermés