Sortie du lundi : Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken, chapitre 16

Bonjour,

Voici le 16e chapitre de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken intitulé : Comment on se sent. Un chapitre avec deux belles images rien que pour vous.

Vous pouvez le trouver ici.

Alors pour ceux qui se demanderont si la scène finale se poursuit, la réponse est oui. Et comme je voudrais pas être sadique en vous faisant attendre une semaine la suite, elle arrivera dans le courant de la semaine. 

Sinon, je redonne quelques informations sur le développement du nouveau site. Il a très bien avancé surtout que là, j’ai décidé de mettre plus d’effort dans cela pour en avoir enfin fini de toutes les choses à faire à la main. J’aimerais finir sous peu la V2 du site (quelques semaines) et donc, je vais continuer ainsi. L’un des effets sera la sortie de moins de chapitres à partir de ce moment-là et cela, jusqu’au passage en production. Et au moment du passage en production (qui ne se fera pas en douceur pour moi), plus rien ne se sera publié de nouveau. Le site ne sera pas en maintenance, mais simplement figé tandis que je devrais reprendre un à un tous les anciens contenus pour les réinjecter dans la nouvelle version qui change totalement. On ne sera plus sur un Wordpress légèrement arrangé pour cet usage, mais un Wordpress avec des modules faits maison et pensée pour la publication de romans. Donc plus il y aura de contenu sur le vieux site et plus long sera la migration. Mais ce n’est pas pour autant que je vais arrêter de publier avant cela, simplement qu’il y aura moins de spéciaux, et aussi + de romans plus faciles à traduire pour me laisser plus de temps pour la finalisation de mon module de gestion. 

Le nouveau thème est sombre, pour facilité la lecture. L'ancien ne pouvait pas être gardé car il a été codé avec les pieds et je ne l'avais pas réalisé avant de devoir le modifier. J'avais besoin d'apporter un certain nombre de modification qui n'était pas possible. Mais le premier n'avait été là que parce que je n'avais pas trouvé mieux.

Bonne lecture.

Douglas Mikail.

Un commentaire

Laisser un commentaire