Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9

***

Chapitre 1 : Rhapsodie Roadmarienne

Partie 1

« Incroyable… ! Le foie d’ours lunaire peut guérir la maladie de Permid ? Et la racine de galara séchée est aussi puissante qu’un onguent ! Incroyable ! »

« Est-ce que c’est à votre goût ? »

« C’est tellement plus que cela ! Je peux sauver tant de vies avec cette connaissance ! Merci, Grand-Duc ! »

Raul, le médecin royal de Belfast, regardait les revues médicales que je lui avais données avec des étoiles dans les yeux.

J’avais transcrit plusieurs livres importants de la bibliothèque dans la langue commune, et j’avais décidé de les donner à des experts compétents. J’avais donc apporté à Raul plusieurs revues médicales de l’ancienne civilisation. Il semblerait qu’elles contenaient beaucoup de techniques et de remèdes qui avaient été perdus avec le temps. Personnellement, je ne voyais là rien d’autre que du charabia, mais il semblerait que Raul était très impressionné.

« Où avez-vous trouvé des écrits aussi incroyables… ? »

« Ah, bien. Vous savez, ces donjons que j’ai ouverts à Brunhild ? Je les ai trouvés dans un coffre au trésor. Puis j’ai utilisé la magie pour le traduire, c’est tout. »

Naturellement, j’avais caché la vérité. Je ne pouvais pas prendre le risque que quelqu’un découvre l’existence de la bibliothèque.

J’avais sorti une boîte de médicaments de [Stockage] et je l’avais donnée à Raul. Il y avait beaucoup de choses puissantes à l’intérieur, toutes fabriquées par Flora dans le laboratoire d’alchimie.

« Oh, prenez ça aussi. C’est fait par le personnel médical de Brunhild. Les effets sont aussi écrits sur cette note. »

« Ah, merci beaucoup… »

« Ne vous inquiétez pas, je serais contrarié si le Prince Yamato finissait par être malade. »

Ce monde possédait une multitude de magies de récupération, mais la mortalité infantile était toujours une menace réelle. En effet, la magie de récupération guérissait plutôt les blessures que les maladies.

Pour cela, il fallait des médecins. Dans le passé, j’avais essayé de donner à Raul quelques objets enchantés avec de la [Récupération], mais cela n’avait pas vraiment aidé à soigner ses maladies.

J’avais essayé de soigner le rhume de Linze, mais rien n’avait marché. Cela n’avait pas eu d’impact sur ses crampes menstruelles ni sur son mal des transports. De plus, ça n’avait pas semblé aider les gens qui étaient déjà évanouis. Je me demandais si cela avait des effets sur la gueule de bois, mais je n’avais pas eu l’occasion de le tester.

« Touya, merci d’avoir attendu… » Yumina ouvrit la porte et entra. Je l’avais emmenée avec moi au château de Belfast parce qu’elle voulait aller voir son petit frère. Nous avions pris l’habitude de nous y rendre une fois par semaine.

 

 

J’en avais profité pour déposer quelques fournitures avec Raul. Après tout, je n’avais pas de temps à perdre.

« Tu ne veux pas voir Yamato, Touya ? »

« Ah… C’est bon pour aujourd’hui. Peut-être la prochaine fois. »

J’avais dit que c’était bon, mais en vérité je ne voulais pas me faire prendre par le roi de Belfast. Il me parlait pendant des heures, et je finissais par devoir rester assis autour du Prince Yamato également pendant des heures.

En toute honnêteté, c’était un parent un peu imprudent. Après tout, il avait permis à Yumina d’être avec moi juste comme ça. Je me demandais si ce vieux fou serait un bon père pour un petit bébé comme Yamato… Cela me fit rappeler que je n’arrivais plus à me souvenir de l’âge précis du Roi. Je pensais qu’il avait une quarantaine d’années, mais je ne m’en souvenais pas si bien. Je ne voulais toutefois pas être pris par le Roi. Avant de passer plus de temps à réfléchir, j’avais ouvert une [Porte] vers Brunhild, chez moi.

Quand j’étais entré dans le château, j’avais été accueilli par un battement d’ailes. Kougyoku vola à travers la fenêtre.

« Hm, Kougyoku ? Quelque chose ne va pas. »

Elle s’était immédiatement perchée sur mon épaule. Je m’étais demandé si quelque chose s’était passé.

« En effet. Il semblerait qu’il y ait un engin rouge sur les plaines de l’ouest. »

« Attends, quoi ? »

Cela ne pouvait signifier qu’une chose. Le Chevalier Dragon d’Ende. Pourtant, je n’avais aucune idée de la raison de sa présence ici. J’avais vérifié sur ma carte et j’avais immédiatement ouvert une [Porte]. Comme je m’y attendais, le Chevalier dragon se tenait là, dans le champ. Ende était là, perché sur son épaule.

« Ende ! »

« Yo, Touya. Ça fait un bail, hein ? Je me suis dit que tu finirais par arriver ici si je venais. »

Ende sauta de l’épaule du Dragon, son foulard flottant doucement au vent en se déplaçant. Ce type avait toujours été agile au niveau des pieds… Un peu comme un chat, en fait.

« Qu’est-ce qui t’amène ici ? »

« Et bien, le Chevalier Dragon s’est subitement arrêté de fonctionner. Je me demandais si tu avais quelque chose pour m’aider, Touya. »

Il a arrêté de fonctionner ? Oh, l’éther liquide a dû s’épuiser. Après tout, il se consomme assez vite si vous l’utilisez beaucoup. Même si on ne l’utilise pas, il a tendance à s’user au bout d’un mois environ. C’est comme un soda. Il finira par perdre de sa carbonatation, que vous le buviez ou non.

Pourtant, il l’avait depuis bien plus d’un mois… Peut-être qu’il l’a stockée dans son étrange système de stockage. Si cela fonctionne comme mon [Stockage], alors le temps ne s’écoulera pas à l’intérieur.

« Oui, je peux en fait profiter de cette chance pour remodeler ton Frame Gear si tu le souhaites. De cette façon, il n’aura plus besoin de fonctionner avec de l’éther liquide. Après tout, je suis sûr que tu ne veux pas avoir à passer à Brunhild chaque fois que tu as besoin de faire le plein de carburant. »

« J’apprécierais. »

« Ça prendra environ trois jours, c’est bon ? »

« Ça marche pour moi. En attendant, je vais faire un tour dans ton petit duché. »

Hmm… Ce serait mauvais s’il restait trop longtemps dans le coin. C’est un bon allié, et son aide a été inestimable pour vaincre la Phase, mais…

Je ne veux pas qu’il s’approche du donjon. Il va juste passer au travers et tout nettoyer ! Cela entraînerait une perte nette pour les affaires de mon pays.

« De toute façon, trois jours, ça me paraît bien. Je suis soulagé, car combattre une Construction Haute avec juste mon corps charnu serait une vraie plaie… »

« Pardon ? » Une Construction Haute ? Il y en a une qui arrive !?

« Hé, qu’est-ce que tu veux dire… ? »

« Je suis tombé par hasard sur une distorsion spatiale, c’est tout. Vu son état, j’estime qu’elle s’ouvrira dans sept à dix jours. Mais ce ne sera pas si grave que ce qui est arrivé à Yulong. »

Non, bon sang ! Je ne demande pas combien il y en aura ! Tu as dit qu’il y a une Construction Haute ! Ces choses peuvent anéantir des villes en une seule attaque !

« A-Attends une seconde… ! Où se trouve cette distorsion ? »

« Hm ? Euh… à l’est d’ici, je crois. As-tu une carte sous la main ? »

J’avais ouvert ma carte et je l’avais affichée dans l’air. Ende m’avait indiqué l’endroit.

« Juste ici. Ce n’est peut-être pas l’endroit exact, mais ce sera dans cette zone. Si tu as des amis là-bas, je te conseille de les faire partir pendant qu’ils le peuvent. »

 

 

J’avais regardé l’endroit qu’Ende avait indiqué. Heureusement, je n’avais pas d’amis dans cette région du monde.

« L’Union Roadmare, hein… ? »

C’était un État allié composé de sept villes-États qui existait à l’est de Regulus. La zone qu’Ende avait indiquée était juste un peu éloignée de la capitale.

C’était une mauvaise nouvelle… Même si elle ne se trouvait pas en plein cœur de la capitale, la construction supérieure serait aussi solide que le crocodile que j’avais combattu à Yulong. S’il décidait de faire une attaque à l’explosif, nous serions complètement foutus.

C’était mauvais. Vraiment mauvais. Ça causerait une destruction massive. Je voulais le détruire le plus rapidement et le plus efficacement possible, mais cela impliquait que je me mêle des affaires d’une autre nation.

J’avais envisagé de leur donner un avertissement préalable, mais il y avait aussi le risque qu’ils ne me prennent pas au sérieux. Et puis, après ce qui s’était passé à Yulong, j’avais le sentiment qu’ils pourraient au moins m’écouter.

« … Elle va vraiment venir ? »

« Oui. »

Il était assez confiant. Et comme les choses qu’Ende prédisait se réalisaient véritablement, je n’avais aucune raison de douter de lui.

Pour l’instant, je vais aller parler au roi de Roadmare… Oh, attendez. En fait, je crois qu’ils ont un doge… De toute façon, je vais aller lui parler.

J’avais décidé de demander à l’Empereur de Régulus d’envoyer un message… Mais je m’étais souvenu que Regulus et Roadmare n’étaient pas en très bons termes. J’avais donc fini par me tourner vers le roi de Lestia, ou le maître de guilde Relisha. Les deux avaient de très bonnes connexions.

Relisha semblait être le meilleur choix parmi les deux. Après tout, il y avait une guilde dans Roadmare. Avec un peu de chance, nous pourrions ainsi obtenir une évacuation avant que les choses ne tournent au vinaigre comme à Yulong.

Si je disais à Relisha de répandre la nouvelle, nous pourrions au moins sauver les aventuriers locaux.

De toute façon, il n’y avait pas de temps à perdre. J’avais ouvert une [Porte], envoyé le Chevalier Dragon à l’Atelier, puis je m’étais dirigé vers la guilde.

Au moment où j’avais informé Relisha de ce qui se passait, elle s’était mise au travail. Elle contacta le maître de la guilde de Roadmare, et de là, elle essaya d’organiser une rencontre avec leur doge d’état. Apparemment, c’était un type appelé Volk Ragil.

Heureusement, celui-ci accepta de nous rencontrer immédiatement. La réponse avait probablement été très rapide, sûrement parce que j’étais à la tête d’un pays, même si ce pays était petit.

J’avais emmené le roi de Belfast et l’empereur de Regulus avec moi pour représenter l’alliance est-ouest. Tout semblait bien se passer, mais…

« Vous n’allez pas évacuer ? ! Mais vous avez vu ce qui s’est passé à Yulong !? »

« Ce n’est pas si simple. Nous allons nous réfugier, bien sûr. Mais il vaut mieux attendre que la situation se présente et en juger sur place. »

L’homme s’était assis devant moi sur une chaise d’apparence confortable.

Il avait les cheveux châtains et bouclés. Son visage avait une expression qui semblait assez sérieuse. Sa barbe pleine contribuait à accentuer son ton.

Il portait un manteau d’aspect onéreux. Il était assorti à la nature voyante du reste de sa tenue.

Il s’agissait de Volk Ragil. C’était l’homme qui gouvernait la province centrale de Roadmare, et agissait comme le doge de Roadmare dans son ensemble.

Même si je lui avais parlé de la menace imminente de la Phase, il n’avait pas semblé bouger d’un pouce. Il empestait la confiance en soi. J’avais cru comprendre qu’il avait été élu comme seul dirigeant parmi sept candidats, mais il n’avait aucune idée de ce à quoi il avait affaire ici.

« Commençons par l’essentiel… D’où viennent ces informations ? »

« Je ne peux pas vous donner les détails exacts, mais euh… Un gars… Je sais, un associé. »

« Un… associé ? Est-il digne de confiance ? Je ne veux pas être grossier, mais une histoire comme celle-ci est un peu difficile à avaler. »

Ende était à tous les coups un type louche. Mais le fait est qu’il était un ennemi de la Phase. Je n’étais pas sûr de pouvoir dire « l’ennemi de mon ennemi est mon ami », mais je ne pensais pas qu’il avait une raison d’être hostile envers nous…

« Je vais être honnête. Les autres membres de mon conseil ont des opinions mitigées. Certains disent que l’évacuation est le choix le plus judicieux, d’autres qu’il n’est tout simplement pas nécessaire. On m’a même suggéré de faire face à la menace par la force. Nous ne pouvons pas simplement prendre une décision unanime tout de suite. »

Des politiciens typiques. Ils délibèrent et se chamaillent jusqu’à ce que la mort se présente à leur porte. La vie de leur peuple était en jeu et ils ne se préoccupaient que des accords. Au moment où mon irritation commençait à se dissiper, l’empereur de Regulus prit la parole.

« Vous disiez que vous feriez face à la menace… mais savez-vous à quel point la Phase est puissante ? »

« Les créatures de cristal que vous appelez Phase sont déjà apparues sur notre territoire, oui. Nous avons réussi à les exterminer ici et là. Nous pouvons les vaincre si la situation s’aggrave, j’en suis sûr. »

***

Partie 2

J’avais entendu des rumeurs sur l’apparition de Phases dans Roadmare, mais je n’y avais jamais donné suite. S’ils avaient réellement pu développer une contre-mesure efficace à la Phase, alors tout irait bien. Mais je n’avais aucune idée de ce que cela pouvait être.

« En fait… Montrons exactement comment nous avons réussi jusqu’à présent. Par ici, s’il vous plaît. »

Le doge sourit doucement et nous guida à l’extérieur. L’architecture de Roadmare était quelque peu baroque, comme les bâtiments de Saint-Pétersbourg en Russie dans mon ancien monde. La culture de Roadmare semblait être une combinaison de plusieurs petites cultures, un peu comme la culture européenne que Pierre le Grand avait établie.

Le doge, avec ses gardes, nous escorta jusqu’à une place située derrière le palais.

Puis je vis ce qui se trouvait là. J’avais été pris par surprise, c’est sûr. Après tout, je l’avais déjà vu à un autre endroit.

« Un Golem de bois… »

Il était deux fois plus grand qu’un Frame Gear, c’était un golem né d’écorces et d’arbustes. Il était bien plus grand qu’un golem ordinaire. Il était presque identique à ceux utilisés par la Tribu des Rivets dans la Mer des Arbres.

Bien qu’il y ait une différence notable. Ce golem avait des feuilles de métal sur tout le corps. Il ressemblait à un guerrier blindé géant.

« Qu’est-ce qu’un Golem de bois fait ici ? ! N’est-ce pas dangereux !? »

« Ne vous inquiétez pas. Ce Golem est sous notre contrôle. Il n’écoutera personne d’autre que nous, je vous l’assure. Il n’y a aucun moyen pour que cette chose s’emballe. »

Le chevalier commandant Gaspar cria d’étonnement, mais le doge le rassura tout en posant la main sur le tronc du Golem.

Le roi de Belfast leva les yeux vers le golem avec une expression troublée sur son visage.

« Malgré cela, cette taille… Un golem en bois standard ne devrait même pas atteindre dix mètres. Qu’est-ce qui a bien pu provoquer cela ? »

« C’est un processus qui en fait un béhémoth. Ils sont obtenus à partir de certains élevages et avec des toxines spéciales. Une tribu de la Mer des Arbres a perfectionné cette méthode, je l’ai déjà vue. »

« C’est vrai… Comme on pouvait s’y attendre de la part du grand-duc de Brunhild… Je vois que rien ne t’échappe, hm ? »

Alors que j’expliquais la situation au roi, quelqu’un m’avait appelé.

Je m’étais retourné et je m’étais retrouvé face à face avec un petit homme assez gros. Il avait l’air d’avoir une quarantaine d’années. Ses lunettes faillirent lui glisser sur le visage, ce qui l’avait poussé à les ajuster nerveusement. Il avait les cheveux qui tombaient et, honnêtement, il n’avait pas l’air très bien du tout. Ceci faisait un contraste frappant avec la confiance en soi qui se lisait sur son visage.

« … Doge, qui est cet homme ? »

« Ah, voici le principal expert en ingénierie magique de Roadmare, le docteur Edgar Bowman. Malgré son jeune âge, c’est un véritable prodige. Il a créé le golem que vous voyez ici aujourd’hui. »

jeune âge ? Il n’en a pas l’air.

« Désolé, je ne veux pas paraître grossier, mais… quel âge avez-vous exactement ? »

« Moi ? Je vais avoir vingt-quatre ans cette année. Est-ce que c’est important ? »

Vingt-quatre ? ! Vous vous moquez de moi ! Je regardais le Roi et l’Empereur près de moi, et ils avaient l’air complètement pris au dépourvu par la proclamation du docteur. C’était la réponse naturelle !

« Si on parle de la base de ce type, vous avez raison. Il est du même type que les Golems des bois développés par cette tribu. J’ai acquis leurs méthodes grâce à des contacts au marché noir, puis je les ai développées en utilisant mes propres techniques. Nous les avons équipés de feuilles de Mithril enchantée. Quels enchantements, me direz-vous ? La résistance au feu ! Pour couronner le tout, nous avons équipé les jeunes arbres de colliers de subordination, ce qui leur a permis d’apprendre à obéir ! Le cœur est généralement un point faible, mais ne vous inquiétez pas ! Nous les avons soigneusement entretenus pour qu’ils aient également des couches défensives supplémentaires. Mieux encore, ils peuvent se régénérer ! Et ils nécessitent si peu d’entretien que la production de masse est une question insignifiante. Des douzaines de golems sont en train d’être équipés d’une armure en ce moment même. Si ces Phases atterrissent dans Roadmare, alors elles seront rapidement prises en charge, je peux vous l’assurer. Des questions ? »

Ce type, Bowman, m’énerve… C’est quoi cette attitude suffisante ? Tu aurais dû la fermer il y a quelques minutes ! J’ai un gros problème avec les gens qui continuent à parler sans cesse de choses, qu’ils aient ou non une raison d’être fiers.

Pourtant, mes soupçons étaient confirmés, c’était les mêmes golems que ceux utilisés par la tribu des Rivets. Je ne savais pas exactement comment ils étaient tombés entre les mains de ce type, mais il semblerait que j’avais laissé derrière moi quelque chose de troublant.

Avec un grand pouvoir venait une grande stupidité, semblait-il. Même si cette chose avait été modifiée, je me demandais si elle serait vraiment capable de tenir face à une Phase au combat.

Il pourrait faire jeu égal contre une petite construction, mais quelque chose de plus élevé que ça ? Pas du tout. Un golem de bois ne pourrait pas éviter les puissantes attaques lancées par des constructions plus fortes comme la Phase de type Manta.

« Vous avez parlé d’ingénierie magique… Cela signifie-t-il que vous travaillez avec des artefacts ? »

« Effectivement, effectivement ! J’ai basé la plupart de mes travaux sur l’héritage de l’ancien Parthénon. J’ai d’ailleurs la chance d’avoir un livre d’une célèbre inventrice du nom de Deborah Elks. J’ai beaucoup appris de ses écrits. C’est aussi ce qui m’a permis de construire ces golems. »

« Deborah Elks, hein… »

C’était l’artisane qui avait créé l’aiguille de contrôle des dragons utilisée par ce Roi des Dragons. Si je me souvenais bien, le docteur Babylon avait dit que son travail était médiocre. Mais je ne pouvais pas ignorer que ce type, Bowman, avait créé des choses basées sur ses écrits.

« Je me suis demandé si vos guerriers géants étaient aussi la création du professeur Elks. Après tout, c’était un vrai génie. Il est rare qu’une création aussi grandiose se produise sans l’intervention d’un prodige. »

« Non, pas elle. Mes Frame Gears sont basés sur le travail du Docteur Regina Babylon. »

« Docteur… Babylon? Je n’ai jamais entendu ce nom avant. Est-elle enregistrée dans des livres ? »

« Ah… Bon, je vais garder ça pour moi pour l’instant. »

Bowman me regarda avec un petit froncement de sourcils. J’avais failli en laisser échapper trop. On aurait dit qu’il était un grand fan du professeur médiocre.

« Eh bien, Doge… Ces Golems sont-ils vraiment capables de se défendre contre une invasion de Phases ? J’ai assisté au massacre de Yulong de mes propres yeux. Je ne voudrais pas que l’orgueil conduise à l’effondrement de Roadmare. »

L’empereur émit une préoccupation, à laquelle le doge de Roadmare répondit par un grognement de mécontentement. Cependant, celui qui s’exprimait avec indignation était finalement Bowman.

« Comment osez-vous ? Empereurs, ces Golems sont le fruit de mon travail. Qui êtes-vous pour suggérer qu’ils ne peuvent pas s’opposer aux hordes de Phases ? Pardonnez-moi si cela est grossier, mais il me semble que vous êtes tout simplement incapable de comprendre à quel point ils sont puissants. Je vous ferai savoir qu’ils dépassent même la puissance des guerriers géants de Brunhild… »

« Espèce de petit… ! »

Gaspar avait instinctivement porté sa main à son fourreau, mais l’empereur lui avait lancé un regard qui le calma. Le doge s’empressa d’intervenir afin de dissiper la tension.

« Monsieur Bowman, veuillez tenir votre langue en bonne compagnie. Je vous prie de m’excuser. Son ton était inexcusable, Empereur. Cependant, j’aimerais soulever ma propre préoccupation. Y a-t-il un problème avec ces golems ? »

Son ton était aimable, mais ses yeux semblaient vouloir attiser la situation. Cela m’avait rappelé le fait que Roadmare et Regulus avaient toujours eu des différends entre eux. On dit que Roadmare avait été créé lorsque plusieurs territoires avaient déclaré leur indépendance de Regulus. Cela s’était passé environ deux cents ans avant mon arrivée dans ce monde. Ils avaient probablement une certaine animosité l’un envers l’autre à cause de cela.

« Comment dirais-je, cher Doge... Je me demande si vos marionnettes en bois seront vraiment à la hauteur pour protéger votre peuple. Après tout, elles ne sont pilotées par personne. Ils n’ont pas le contact humain. »

« Aha… Alors vous voulez dire que les guerriers géants de Brunhild sont supérieurs à mes golems ? »

Hein ? A-Attendez une minute… Ne soyez pas hostile aussi, Empereur ! Je peux comprendre votre position, mais quand même…

Ce type, Bowman, semblait incroyablement prétentieux quand il s’agissait de ses golems. Il ne semblait pas non plus avoir beaucoup de sens social. Il regardait fixement l’empereur de Regulus. Il devait être stupide. Personne de sensé ne regarderait un monarque comme ça.

Gaspar le regardait dans les yeux avec intensité. Naturellement, il ne lui pardonnerait pas d’avoir parlé ainsi à son chef. Les gardes de Roadmare fixaient en silence les gardes de Regulus. L’atmosphère était soudainement devenue beaucoup plus tendue. C’était la faute de ce golem ! Il venait de plomber l’ambiance.

Il s’était probablement fait masser l’ego tous les jours par les gens de Roadmare, ce qui lui donnait un sens exagéré de son importance.

En toute honnêteté, ce type était loin d’être un génie. Il avait juste pris les golems de la Tribu des Rivets et les colliers de Sandora, puis les avait mélangés à quelques autres choses. On pourrait à peine dire que c’était son propre travail, puisqu’il avait juste utilisé le travail des autres.

« Touya, mon garçon. J’ai une idée… Pourquoi ne pas leur montrer la puissance des Frames Gears ? »

« … Vous pensez que c’est une bonne idée ? »

Le roi de Belfast marmonnait vers moi, en gardant un œil attentif sur les deux groupes de gardes tendus. Je répondis à mon tour.

« Ça ne peut pas être pire que ce qui se passe maintenant. Il vaudrait mieux corriger leur compréhension naïve de la Phase, non ? »

Ce qu’il souleva était juste. Ils étaient certainement sûrs de la force de leur golem, mais il y aurait sans doute des morts s’ils finissaient par emprunter cette voie.

J’avais décidé de leur apprendre une fois pour toutes à quel point leur arme secrète était vraiment pathétique.

« [Porte]. »

J’avais ouvert un portail, permettant à mon plus basique Frame Gear, un Chevalier, de passer au travers.

Il avait atterri sur la place avec un bruit sourd.

L’apparition soudaine du « guerrier géant » provoqua un choc chez les roadmariens.

« Voici Chevalier. C’est le type de Frame Gear que je fabrique en série. C’est le Frame Gear le plus faible de mon pays, et le seul aspect positif qu’il présente par rapport aux autres Frame Gear est sa facilité de contrôle. »

« Que… » Tous les roadmariens le regardèrent. Le golem de bois était certainement plus grand, mais c’était à peu près tout. Quoi qu’il en soit, rien qu’en apparence, il semblerait que les golems puissent envoyer le Frame Gear dans la stratosphère. Je me demandais s’ils ressentaient la même chose. J’avais remarqué que le sourire de Bowman sortait légèrement du coin de l’œil. Qu’est-ce qu’il y a de si drôle ?

« Je propose une bataille simulée entre mon Frame Gear et votre Golem. Nous accepterons cela comme preuve des capacités du Golem à combattre la menace de la Phase. Est-ce que cela vous convient, Doge ? »

« Bonté divine… Ça ne me dérange pas du tout ! Et vous, M. Bowman ? »

« C’est très intéressant… Oui, j’aimerais bien voir un Frame Gear en action. J’approuve. »

Bowman ricanait légèrement lorsqu’il ajustait ses lunettes. Puis, avant de s’éloigner, il chuchota aux gardes.

La bataille simulée était prévue dans 10 minutes. Bowman et le doge parlèrent doucement pendant que je me tournais vers Nikola.

« Très bien, préparons-nous… Tu es prêt à piloter, Nikola ? »

« Bien sûr. Et plus que ça, en fait. »

Le vice-commandant Nikola m’avait accompagné et j’avais pleinement confiance en sa capacité à gagner. Alors que je réfléchissais aux détails, j’avais entendu une voix soudaine.

« Grand-Duc, puis-je avoir l’honneur de piloter le Chevalier ? »

« Gaspar ? »

Le chevalier commandant Gaspar s’était approché de moi. Ses yeux avaient un niveau d’intimidation perçant derrière eux.

« Une simple marionnette ne pourrait jamais se moquer de moi. Sur la fierté de mon Empereur, je vous le jure. Je gagnerai. »

Les autres chevaliers de Régulus regardaient aussi dans ma direction. Il semblerait qu’ils ne pouvaient pas supporter la façon dont Bowman avait manqué de respect à leur chef.

J’avais jeté un coup d’œil à l’empereur de Régulus, celui-ci il me fit un petit signe de tête d’affirmation. Gaspar était sacrément fort, alors je n’avais aucun problème à le laisser piloter. Ce n’était pas comme si le pilote devait être de Brunhild. De plus, il venait d’un pays allié, donc il s’agissait plus de la puissance du Frame Gear lui-même que de mon pays.

« Ça me semble bien. Si tu penses que tu peux le faire, vas-y. Veux-tu une lance ? »

« Oui, j’apprécierais. »

J’avais ouvert un autre portail vers le Hangar, et une lance de la taille d’un Frame Gear en était sortie.

***

Partie 3

J’avais pris l’initiative d’indiquer à Gaspar l’emplacement du noyau du Golem des bois, et de lui donner un aperçu de ses forces et de ses faiblesses. Cela me semblait juste, étant donné qu’il combattrait une version remaniée de celles que l’on trouvait dans la nature.

Le moment était venu de commencer. Je regardais Bowman, celui-ci avait un air suffisant sur le visage alors qu’il regardait Gaspar monter à bord du Frame Gear.

Je m’étais assuré de surveiller son visage. Le moment où il allait prendre un air de désespoir n’aurait pas de prix.

◇ ◇ ◇

« Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est que ça !? », cria Bowman tout en transpirant à grosses gouttes. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était regarder le Chevalier échapper avec agilité à toutes les attaques du Golem et se rapprocher lentement des bras de la créature.

Le Frame Gear avait réussi à trancher plus vite que le Golem ne pouvait régénérer sa biomasse perdue, coupant l’avant-bras gauche en deux.

Le Golem était mauvais. Il était lent. Il était stupide. Il avait beaucoup moins de force que ce que je pensais qu’il aurait. D’une certaine façon, il avait l’impression que sa force naturelle avait été réduite à cause des modifications.

Le Golem brillait d’un léger rouge autour de la gorge alors que sa vitesse de régénération augmentait un peu. Il n’avait pas fallu longtemps pour que les deux bras se rétablissent complètement. Mais ne pouvant pas faire repousser le blindage, il était de ce fait beaucoup plus vulnérable.

Il recommença à se battre avec ses bras réformés, mais il n’avait pas pu frapper le Chevalier une seule fois.

« Guh ! F-frappe le! Il suffit de le frapper… ! »

« Hm ? Vous pensez que cela fera une différence ? Heh, voyons voir, alors. »

« Qu’est-ce que… !? »

Alors que je souriais à Bowman, le Chevalier avait été rapidement frappé par le Golem de bois. Mais ce n’était pas ce qu’il aurait voulu.

Le Chevalier avait paré le coup et sortit sa lance, transperçant la gorge du Golem. Gaspar avait astucieusement déterminé l’emplacement du noyau grâce à la lueur rouge qui l’avait précédé, et la lance était plus que suffisamment puissante pour percer.

Le noyau du Golem fut anéanti, le faisant ainsi tomber sur le sol avec un bruit sourd. Il s’était effondré en morceaux, envoyant des flocons d’écorce mourante éparpillés dans la zone.

Bowman tomba à genoux en état de choc, incapable de digérer ce qui se passait.

« I-Impossible… M-Mon chef-d’oeuvre… »

Un chef-d’œuvre, disait-il. J’étais vraiment content que nous ayons organisé cette bataille simulée. Un de ces Golems serait mis en pièces en quelques secondes s’il allait à l’encontre de la Phase. Il perdrait facilement face à un essaim de Petites Constructions, et tout ce qui était plus puissant que ça pourrait le battre en un contre un sans problème.

« Doge, une seule Prase intermédiaire est assez forte pour donner du fil à retordre à plusieurs Chevaliers. Il y en aura aussi un nombre incalculable, et je n’ai même pas mentionné les Constructions Hautes, qui ont une force encore plus écrasante. Ces choses vont bientôt arriver dans Roadmare. Pour le bien de votre peuple, je suggère une évacuation massive. »

« B-Bonté divine… Je vais en discuter avec les autres chefs d’État… Nous vous ferons connaître notre décision une fois que nous l’aurons prise. »

« Nous sommes impatients de vous entendre, Doge. »

Bowman regardait le sol en état de choc, et le Doge semblait lui aussi assez surpris. Nous nous étions détournés d’eux et marchions jusqu’à Gaspar.

« J’ai peut-être un peu exagéré… »

« Non, tu as bien fait. La vie des citoyens était en jeu. On ne peut pas les laisser prendre ça à la légère. Ils feraient mieux de reconsidérer l’évacuation maintenant. »

Une évacuation était nécessaire, mais elle ne serait pas simple. Il y avait même une chance que les citoyens ne croient pas la nouvelle. De plus, ils devraient quitter leur maison à vie.

Bien sûr, nous voulions limiter les dommages collatéraux au minimum, mais si une ville devenait un champ de bataille, elle ne survivrait probablement pas aux retombées. Les constructions intermédiaires et supérieures causeraient également des dégâts considérables avec leurs attaques par faisceau.

La Phase ne viserait pas spécifiquement les villes désertes, mais elles finiraient certainement par piétiner tous les bâtiments qui se trouveraient sur leur chemin. Leur marche sauvage signifierait la fin de tous les bâtiments sur leur chemin de guerre.

Il n’y avait pas que des maisons non plus. Les magasins, les champs et les autres sources de revenus seraient dévastés. Il était assez facile de dire à quelqu’un qu’il devait être reconnaissant de s’en être sorti, mais il se sera tout de même débarrassé de tout ce qu’il avait construit.

J’avais ramené le Frame Gear au hangar, puis je m’étais dit que nous devrions probablement prendre congé lorsque deux femmes nous avaient approchés.

L’une d’elles était une femme aux cheveux gris qui semblait avoir une quarantaine d’années. Elle portait un châle et semblait assez sereine. L’autre était une grande femme chevaleresque aux cheveux bruns. Elle avait l’air d’avoir une vingtaine d’années.

« C’est un plaisir de vous rencontrer. Grand-Duc de Brunhild, Empereur de Regulus, et Roi de Belfast, permettez-moi de me présenter. Je suis le gouverneur de l’État des Hauts Plateaux de l’Union des Roadmare, Audrey Leliban. Et voici le commandant des chevaliers des Hauts Plateaux, Limit Limitex. »

« … Euh, enchanté… »

J’avais été tellement pris au dépourvu que ma réponse s’était avérée loin d’être sincère.

Hauts Plateaux… Je crois que c’est l’un des sept états qui composent Roadmare. Si elle est vraiment la gouverneur, alors cela signifie qu’elle est en fait assez importante !

« Je suis venue pour vous demander quelque chose, si possible. Puis-je vous emprunter un peu de votre temps ? »

« Euh, bien sûr ! Oui. Que puis-je faire ? »

« J’aimerais que vous me disiez précisément où cette Phase apparaîtra. Et ensuite, je voudrais connaître leurs mouvements anticipés. »

J’avais projeté ma carte en l’air pour la montrer à Audrey. Les deux femmes avaient semblé surpris par cet affichage soudain, mais je l’avais ignoré. Je leur avais indiqué l’endroit qu’Ende m’avait montré plus tôt.

« Juste ici. Ce n’est peut-être pas cette zone précise, mais la Phase devrait apparaître ici dans une semaine environ. »

« Oh bonté divine… »

« Dame gouverneur… ! »

Hm ? Ma carte a-t-elle quelque chose de drôle ? Qu’est-ce qui se passe ?

« … Pardonnez mon choc soudain. C’est vrai que cette région est située dans l’État central, mais elle est particulièrement proche des Hauts Plateaux. Grand-Duc, si la phase apparaît ici, que feront-ils ? »

« Eh bien, c’est assez simple. La Phase traque toute créature intelligente dont le cœur bat. Si elles apparaissent ici, elles iront directement dans les zones peuplées voisines. Donc… ils se dirigeront probablement ici en premier. »

J’avais zoomé sur la carte pour voir plus en détail Roadmare. La Phase allait apparaître dans l’État central, mais le village le plus proche se trouvait en fait dans les Hauts Plateaux. En d’autres termes, son territoire serait le premier à être touché.

« Ah… Ici. La ville de Rimroad. Ils se dirigeront probablement juste là. »

« Comme nous l’avions soupçonné… »

Audrey poussa un profond soupir. C’était tout à fait naturel. Son peuple allait être attaqué si rien n’était fait.

« Et si nous évacuons les citoyens de Rimroad ? Est-ce que cela changera le cours de la Phase ? »

« Dans ce cas, la Phase se dirigera directement vers Emynas dans les Hauts Plateaux, ou Recept dans l’État central. Mais je ne peux pas en être certain, car le repère ici n’est pas tout à fait précis. »

« Je vois… Et votre alliance a l’intention de combattre la Phase ? Que cherchez-vous exactement ? Quel en sera le coût ? »

« Cela ne coûtera rien. Je ne souhaite pas vous demander des choses. Si nous ne faisons pas tout ce que nous pouvons, le monde s’effondrera de la même manière que les anciennes civilisations d’autrefois. Nous n’avons pas réussi à sauver Yulong, mais cette fois-ci, nous sommes à la pointe de la prévoyance. J’aimerais réduire les dégâts au minimum absolu cette fois-ci. »

J’avais fait un signe de tête ferme en parlant au gouverneur Audrey. Je ne voulais pas envahir Roadmare ni leur demander quoi que ce soit. Ils n’avaient vraiment pas d’autre choix que de croire que mes intentions étaient pacifiques.

Si la Phase se déchaînait ici, il ne resterait plus rien après un certain temps. Si je ne me souciais pas des gens ou du monde, je me serais tu. Après tout, c’était l’affaire d’une autre nation. Cependant, je ne pouvais pas rester assis alors que tant de gens périssaient.

J’avais décidé que si le gouvernement de Roadmare n’appelait pas à l’évacuation, je donnerais au moins le choix aux citoyens en leur disant la vérité. Ils pourraient choisir de rester ou de partir. Cela pourrait bien provoquer une panique générale, mais je devais au moins leur donner une chance de se battre.

Je n’allais pas laisser des décisions gouvernementales égoïstes entraîner la mort d’innocents.

« … Très bien. Les Hauts Plateaux vont évacuer de façon indépendante. Je n’ai pas encore l’autorisation du doge, mais nous partirons même s’il nous dit de ne pas le faire. Je vais aussi permettre à votre alliance d’accéder librement à nos terres pour cette bataille. C’est la décision que j’ai prise. »

« Dame Gouverneur… Est-ce que c’est raisonnable ? Selon le choix du doge, vous pourriez finir par vous rebeller contre lui. »

Limit semblait nerveuse lorsqu’elle avait parlé à Audrey. Elle avait le droit de l’être, puisque la proposition d’Audrey pourrait être en totale contradiction avec le gouvernement de Roadmare. Un tel acte pourrait avoir des conséquences à long terme.

« Si nous tardons, nous ne pourrons pas organiser une évacuation dans les temps. Nous ne pouvons pas rester assis plus longtemps et attendre. Le doge prendra sa décision, mais cela n’affectera pas notre ligne de conduite. J’en prendrai l’entière responsabilité. »

« Oh, attendez. Si vous me donnez la permission d’essayer quelque chose, je pense que je pourrais vous évacuer très rapidement. Je peux utiliser ma magie de transport… »

J’avais eu une idée. J’ouvrirais une [Porte] et laisserais les citoyens passer quelques jours dans un espace sûr. Et ensuite…

« Et bien… Je pourrais probablement déplacer chaque ville. »

« Quoi !? »

Le roi de Belfast, l’empereur de Regulus et le gouverneur des Hauts Plateaux crièrent tous de surprise.

Je n’avais jamais essayé un portail à grande échelle auparavant. La plus grande chose que j’avais jamais déplacée était le château dans lequel vivait Ripple.

Au lieu de transporter la ville directement, je transporterais la ville et le terrain sur lequel elle se trouvait. Sinon, je devrais déplacer les bâtiments sur un terrain identique.

C’était une question d’équilibre précaire. Un bol de soupe sur un plateau ne posait pas de problème, mais si vous déplaciez soudainement ce plateau à mi-chemin du bord d’un escalier, il se retournera facilement. J’avais juste besoin de déplacer la ville dans un endroit sûr et de maintenir l’équilibre correctement. Mais ce serait dommage que je déplace la ville avec les gens et que quelque chose se passe mal. J’avais donc décidé de les faire évacuer pour le moment. Après cela, je déplacerais la ville vers un endroit sûr si possible, mais je ne voulais pas leur donner de faux espoirs.

De plus, le parcours de la Phase changerait si les humains de la région étaient déplacés, donc je n’aurais peut-être même pas à déplacer certains endroits.

Dans tous les cas, l’objectif principal était de rendre l’endroit inhabité. Si une seule personne obstinée restait derrière, la Phase s’accrocherait à son rythme cardiaque et endommagerait la ville. Il était important que les gens comprennent cela.

« Déplacer les gens par la force ne sera pas un problème si on en arrive là. Quelle sera l’ampleur de cette bataille ? »

« A minima plus petite que la bataille de Yulong… Elle ne devrait pas être non plus aussi dévastatrice. Je suis juste content qu’on ait réussi à vous parler avant que l’invasion n’ait lieu. »

Cette fois, il n’y aura aucune excuse en cas d’échec. Nous avons eu le temps de nous préparer. Inutile de le gaspiller.

J’avais décidé de laisser Audrey parler à ses citoyens en attendant. Je pourrais facilement les transférer à la dernière minute, mais il vaudrait mieux que cela soit fait le plus tôt possible. Il suffirait alors que j’utilise la magie pour détecter les gens dans le voisinage, et nous serions tranquilles.

Après cela, il ne nous restera plus qu’à continuer à produire de nouveau Frames Gears. Mais nous n’aurions pu que créer le Frame Gear d’Elze et réparer le Chevalier Dragon d’Ende avant la bataille.

Si une Phase volante apparaissait comme la manta, je n’aurais pas d’autre choix que de la faire tomber. Cela signifiait que, encore une fois, je ne me battrais pas dans un Frame Gear. C’était complètement nul ! Je m’étais dit que je devrais faire un Frame Gear volant ou quelque chose comme ça.

Peut-être que je pourrais en créer un qui puisse voler avec un parachute ou quelque chose comme ça… Un qui pourrait changer des pièces afin de faire face à diverses situations.

De toute façon, je ne pourrai pas en faire un à temps pour le combat à venir, mais je peux au moins communiquer cette idée à Rosetta.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire