Mushoku Tensei – Tome 3 – Chapitre 14 – Partie 3

***

Chapitre 14 : Le début du voyage

Partie 3

Ruijerd leva la main.

« Tu n’as pas à utiliser mon nom. C’est pour cette raison que j’ai aussi coupé mes cheveux. Le moi actuel n’est plus celui de la tribu des Superds. »

« Eh bien, l’utilisation de ton nom est juste un supplément lorsque tu fais des demandes, juste un supplément. »

J’avais découvert cela en travaillant avec Veskel et Jaril.

Il n’y avait pas besoin de faire quelque chose de spécial.

Il suffisait d’essayer plus durement pour effectuer le travail.

Si ça se passait bien, on dira « Ruijerd de Mort Certaine. »

Si ça n’allait pas bien, je dirais juste mon propre nom.

Je serais troublé s’ils avaient entendu le nom « Mort Certaine » et qu’ils commencèrent à paniquer.

Cependant, ce sera un secret pour Ruijerd.

Hein ?

J’avais décidé de quelque chose comme ça après avoir décidé de nous consulter, non ?

Tout ira bien.

« Maintenant que nous avons pris notre décision, y a-t-il d’autres questions ? »

N’allons-nous pas vérifier les prix des choses, comme tu l’avais fait il y a longtemps ?

« J’ai quelque chose ! »

« Oui, Éris. »

Cette situation me rappelait des souvenirs, c’était comme si on était à nouveau en classe.

« N’allons-nous pas vérifier les prix des choses, comme tu l’avais fait il y a longtemps ? »

« Tu veux dire une étude de marché ? »

Hmm.

En y repensant, je ne m’en étais pas préoccupé dans la ville de Rikaris.

Cette ville était un endroit où on s’était vraiment fait arnaquer.

Même le lézard utilisé pour voyager aurait probablement été trouvé quelque part dans la nature.

« Faisons cela, car connaître le prix des choses est la première étape pour mieux gérer l’argent. Est-ce que quelqu’un a une idée de la façon dont nous allons faire cela ? »

« ... »

Il ne semblait pas y avoir d’idées...

Je supposais qu’on en resterait là pour le moment.

Des problèmes apparaîtront probablement dans notre voyage à partir de maintenant.

À ce moment-là, ce serait formidable si nous pouvions discuter calmement de choses sans combattre.

« Eh bien, je suis impatient de travailler avec vous à partir de maintenant. »

En disant cela, j’avais incliné ma tête face aux deux autres.

-

Ainsi, notre voyage avait commencé !

~5~

Dans la ville, personne n’avait pu reconnaître que Ruijerd était de la tribu superd.

Je me demandais si cela était dû au fait qu’il avait même rasé ses sourcils, il semblerait que le continent magique n’avait pas la culture de la coiffure.

Il était peut-être important de reconnaître les différentes tribus, mais je supposais que ce n’était pas le cas.

La vigile nous avait salués poliment et nous avait permis de passer la porte.

L’apparence de Ruijerd ressemblait plutôt à celle d’un moine. Mais peu importe comment vous le regardiez, il ressemblait à un mafieux ou à un yakuza.

Parce qu’il y avait probablement d’autres types dangereux en ville.

« Salutations, ville ! »

C’était comme si je pensais que les choses seraient vraiment différentes en étant habillées comme un aventurier.

J’étais vraiment content que nous portions ces vêtements maintenant.

Avant cela, je portais des vêtements de noble.

C’était vraiment suspect.

Même Ruijerd était heureux, car c’était la première fois qu’il était accueilli comme ça.

Quand j’avais dit à la guilde que notre nom de groupe était « Mort Certaine », ils avaient juste demandé :

« Est-ce que c’est vraiment convenable ? »

Quand je leur dis que nous étions le vrai groupe, alors ça allait, ils avaient commencé à rire.

Cette méthode semblait être plus efficace que jamais.

Elle était acceptée facilement même dans des endroits inconnus.

Cela me donnait envie de m’incliner face à la valeur du nom « Mort Certaine ».

Après que nous soyons arrivés à l’auberge, nous avions commencé notre conseil de guerre.

La première à avoir mis un sujet sur le tapis était Éris.

« Rudeus, je veux que tu arrêtes de renifler ma culotte pendant que tu fais la lessive. »

On m’avait dit ça de manière directe.

On m’avait interdit de toucher à la culotte d’Éris par la suite.

Cependant, si cela se passait comme cela, le seul qui pouvait faire la lessive était Ruijerd.

Comment pouvais-je laisser un bâtard lolicon comme lui, qui essayait toujours de tapoter la tête d’un enfant, laver la culotte de la jolie Éris ?

Ainsi, j’avais appris à Éris comment faire la lessive.

À partir d’aujourd’hui, le linge serait sous la surveillance d’Éris.

Mais elle avait secrètement reniflé l’odeur de mes sous-vêtements.

Mais en aucun cas, je ne voulais qu’elle s’arrête.

N’était-ce pas la magnanimité d’un homme ?

La collecte d’informations n’était pas si difficile. En utilisant la Guilde des Aventuriers, nous avions rassemblé beaucoup d’informations.

Tout en faisant semblant d’être un enfant, j’avais juste écouté d’autres aventuriers.

C’était franchement trop facile.

En leur faisant penser qu’un enfant était avec eux, je leur avais demandé tout ce que je voulais savoir.

Puis, m’emportant, j’avais essayé de demander à une aventurière ses trois mensurations,

Éris me dévisagea après avoir entendu ça.

Dans ce monde, le concept de taraudage n’existait pas.

Je pensais mourir.

---

En voyageant de ville en ville, nous nous étions régulièrement dirigés vers le sud.

~6~

Au milieu de notre voyage, il y avait ceux qui venaient défier Ruijerd en duel.

« Car je suis Rodriguez, le troisième disciple du disciple personnel de Kalman, du style du Dieu du Nord, “Peacock Blade Auber” ! »

Au début, je pensais qu’ils étaient des chasseurs de primes.

Je pensais qu’une personne quelconque avait mis une récompense sur la tête de Ruijerd.

« Ce comportement ! Tu dois sans aucun doute être un célèbre épéiste ! Je souhaite que nous croisions le fer ensemble donc je vous défie en duel ! »

Cependant, il semblerait que ce soit différent.

Il devait avoir voyagé sur le continent magique afin de continuer son entraînement de guerrier.

« Que vas-tu faire Ruijerd ? »

« Cela fait longtemps que je n’avais pas fait ce genre de chose. »

Ruijerd expliqua qu’il semblerait y avoir beaucoup de gens avec le métier de guerrier sur le continent magique.

Les bêtes magiques étaient fortes dans le continent magique, et les aventuriers qui les éliminaient étaient également forts.

Il semblerait que la plupart de ces collègues pensaient que c’était un excellent endroit pour faire progresser leur formation.

La plupart d’entre eux pensaient probablement qu’ils pouvaient se renforcer de cette façon.

« Je pourrais juste l’accepter, mais que dois-je faire ? »

« Je pourrais te dire ce que je veux, mais que veux-tu faire ? »

« Je suis un guerrier. Si quelqu’un me défie, je l’accepterai. »

Si tu voulais l’accepter, dis-le dès le début.

C’était comme ça que ça s’était passé.

Nous avions décidé de convenir de certaines règles.

1. Ne pas s’entretuer ou se blesser gravement.

2. Ruijerd ne se nommera pas avant la fin du duel.

3. Ne pas montré d’émotions en cas de victoire ou de défaite.

Et, Ruijerd avait gagné.

Avec des actions qui avaient diminué l’adversaire qui y était allé à fond, il avait gagné.

Bien, ce n’était pas comme s’il avait senti qu’il devait se retenir.

Cependant, avec des mouvements à faible risque, il avait gagné tout en bloquant complètement les mouvements de son adversaire.

« C’est une défaite totale ! Je n’aurais jamais pensé qu’il y avait encore quelqu’un de si fort, cela signifie que le monde est très large ! Et quel est ton nom ? »

« Je suis Ruijerd Superdia, je m’appelle aussi “Mort Certaine”. »

« Que veux-tu dire ? Qu’est-ce “Mort Certaine” !? Sur le continent magique, j’avais entendu des rumeurs sur un homme redoutable de la tribu des Superds qui se promenait ! »

Après la fin du combat, il avait été choqué.

Étonnamment, ceux de la race humaine ne connaissent pas beaucoup les caractéristiques de la tribu des Superds.

Il ne savait pas que la tribu des Superds utilisait des lances, ou qu’ils avaient une gemme rouge sur leur front.

Il semblerait qu’il y avait beaucoup de gens qui ne le savaient pas.

Pour la race humaine, les seules caractéristiques dont ils avaient besoin étaient les cheveux vert émeraude du Superd.

Les cheveux vert émeraude

Même après 400 ans, c’était la seule raison de leur persécution.

Être harceler seulement parce que sa couleur de cheveux était verte, c’était quelque chose qui dépassait mon raisonnement.

« Cependant, ne devait-il pas avoir des cheveux ? »

« Je me les suis rasés. »

« Il semblerait que ce serait mieux si je ne demandais pas la raison de cela... »

L’adversaire était clairement fort, face à un symbole de peur comme la tribu superd, qui étaient connus pour leurs actions odieuses.

Il s’agissait d’un adversaire contre lequel il était tout à fait naturel d’avoir peur.

Mais encore entre guerriers.

Apparemment, il y avait quelque chose qui les reliait.

Pour les personnes qui utilisaient leurs propres forces pour survivre, quelqu’un comme Ruijerd devrait être un symbole de respect et d’admiration.

« Pas possible ! Je viens de faire un match contre une légende vivante... ! Je vais m’en vanter dans ma ville natale ! »

La plupart des adversaires étaient contents de cela.

C’était comme quand vous rencontriez quelqu’un pour la première fois dans la rue, ils avaient l’air d’être hostiles, mais étonnamment, c’était de bon gars à qui vous pouviez parler.

C’était un véritable plaisir.

« C’est pourquoi, nous — »

Après avoir eu ce type, Ruijerd avait continué à être défié.

Et plus nous étions arrivés au sud, plus les challengers étaient venus.

Parmi les guerriers qui le défiaient, il y avait un gars qui connaissait son histoire.

Il y a quatre cents ans, Ruijerd faisait partie du groupe de guerriers de la tribu superd.

Il y avait quelqu’un qui portait le même nom que lui.

Lorsque nous avions dit que c’était la même personne, il avait été très surpris.

À propos de cette personne, Ruijerd, à passer toute la nuit à lui raconter son propre passé.

L’histoire de papy Ruijerd était longue, mais il semblerait qu’une histoire comme celle-là était sans aucune exagération passionnante pour un guerrier.

En particulier, le siège contre un millier d’hommes, c’était une longue bataille, mais ils avaient réussi à porter un coup sérieux à Laplace.

Aussi viril que je sois, je versais des larmes après avoir entendu l’histoire de ce guerrier.

Si je transformais cette histoire en livre, elle pourrait changer la vision des gens sur la tribu des Superds.

« Histoire vraie ! Bataille sur le continent magique sans foi ni loi, premier chapitre ! »

Ou quelque chose comme

« La vérité sur la tribu superd, que personne ne connaît ! »

Quelque chose comme ça.

Je me demandais si je pouvais les imprimer avec de la magie de terre.

De plus, je pouvais écrire dans les langues de 4 continents différents.

Cependant, je pourrais me faire prendre pour avoir enfreint la loi du continent...

Pour le moment, je vais laisser ceci au stade de la réflexion.

« À la prochaine, merci, j’ai beaucoup appris. »

Ces guerriers étaient tous partis heureux à la fin.

Il n’y avait même pas un gars qui avait couru pour sa vie, même pas une fois.

C’était aussi grâce à Ruijerd qui s’était rasé la tête.

En fait, ne serait-ce pas correct si chacun des membres de la tribu superd devenait chauve ?

---

Vers le sud, et même plus au sud.

Notre voyage avait continué ainsi.

---

Bien sûr, notre voyage n’était pas un fleuve tranquille.

Il y avait eu des problèmes qui s’étaient produits à plusieurs reprises.

Et aussi Éris, qui avait compris la langue, avait été sérieusement énervée à plusieurs reprises et avait commencé à se battre.

Il y avait eu aussi des cas où l’identité de Ruijerd en tant que membre de la tribu des Superds avait été découverte.

En plus de cela, il y avait eu un moment où j’avais essayé de mater Éris quand elle prenait son bain, mais Ruijerd m’avait attrapé par le cou et m’avait emmené.

Des problèmes similaires étaient survenus plusieurs fois.

La première fois, je m’étais inquiété de chaque petit problème.

Je pensais que je devais m’assurer que cela ne se reproduirait plus.

Mais si vous y réfléchissez.

Chaque fois qu’Éris avait commencé un combat, elle n’avait jamais dégainé son épée.

Aussi, chaque fois que Ruijerd avait été découvert, il n’était pas passé en mode Berserk comme la première fois.

Et nous étions très aimables envers les gardes en disant « Désolé, mais comme il y a aussi beaucoup de gars effrayants dans la tribu des Superds, nous devons être prudents. »

Quelque chose comme ça.

En fin de compte, je n’avais jamais pu regarder Éris prendre un bain.

Tous ces problèmes étaient mineurs.

Ils ne s’étaient jamais transformés en de plus gros problèmes.

C’était pour ça qu’après un certain temps j’avais cessé de m’en soucier.

Éris était violente, Ruijerd était de la tribu des Superds, et j’étais un pervers.

C’était une chose décidée dès la naissance.

Maintenant, je le croyais plus que jamais, ce n’était pas quelque chose qui pouvait être changé.

Eh bien, je faisais tout ce que je pouvais.

Mais même si j’échouais, je devrais simplement faire face à ces situations.

Allons à un rythme détendu, oui, un rythme détendu.

Partout où j’allais, j’avais commencé à penser comme ça.

Mais je ne traiterai certainement pas l’échec à la légère.

Cependant, nous ne devrions pas baisser notre garde,

J’étais juste devenu capable de mettre les choses que je voulais essayer en pratique.

---

Un an s’était écoulé depuis que nous avions commencé à voyager.

Et avant que nous l’ayons remarqué, nous étions déjà devenus des aventuriers de Rang A

Et ainsi, nous étions arrivés à l’extrémité sud du continent magique.

Nous avions atteint le port de la ville portuaire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.
    PS: une très belle année n'es pas ?!

Laisser un commentaire