Mushoku Tensei – Tome 3 – Chapitre 13 – Partie 2

***

Chapitre 13 : Erreur, trouble & détermination

Partie 2

~3~

Après avoir visité des dizaines de personnes qui avaient fait des demandes, le visage de Nokopara passa du rouge au vert.

« Putain, qu’est-ce qui se passe ? »

Tous ceux qui avaient fait une demande considèrent Jaril et Veskel comme membres de « Mort Certaine ». Et la carte de l’Aventurier montrait clairement qu’ils faisaient partie de « Mort Certaine ».

En plus de tout cela, nous nous dirigions vers la petite fille qui avait fait la première demande que nous avions faite. Elle serra la jambe de Ruijerd avec délice et apprécia ses retrouvailles avec lui.

« Nokopara, je suis désolé, si tu n’as aucune preuve, je ne peux pas te donner de l’argent. »

« Merde ! »

Maintenant, la situation a changé, et nous pouvions signaler qu’il faisait quelque chose comme une ingérence avec nos demandes.

« Il... lui... il. »

Je riais inconsciemment d’une manière maléfique.

Au moment où je riais, nous étions arrivés de la maison de la dernière personne. C’est-à-dire le « pavillon de la patte de loup ». Jaril et Veskel semblaient avoir déjà travaillé là-bas et il pourrait être difficile de dissimuler si quelqu’un nous reconnaissait.

Mais je ne me souvenais pas de ce que ce propriétaire avait dit. Eh bien, comme avant, il devrait y avoir un moyen de gérer les choses.

« Ce sont les dernières personnes. »

Les deux personnes sortirent du « pavillon des pattes de loup ». Je me figeais instantanément quand je vis cette vue.

Merde.

Ma sirène d’alarme retentit dans mon esprit.

C’était une urgence.

C’était une frappe aérienne.

Les avions ennemis nous avaient envahis.

C’était une situation inattendue

Cela avait clairement montré que mes pensées avaient des défauts et à quel point mon esprit s’adaptait mal.

« Ah, Rudeus, tu es de retour... Merci pour ton travail acharné. Mais dis-moi, qu’est-ce qui ne va pas, tu as amené tellement de gens. »

Kurt nous accueillit avec une expression épuisée.

Nokopara avait probablement découvert mon anxiété.

Ou peut-être avait-il prévu cela depuis le début.

« Hey, les gens qui vous ont sauvé sont “Mort Certaine”, non ? »

Ah ! Bon sang. Le groupe « Mort Certaine » est actuellement de rang D, tandis que la demande acceptée par les P-Chasseurs était de rang B. Cela signifiait que nous ne pouvons pas accepter cela, et si quelqu’un l’examinait, tout tomberait en morceaux.

Bon sang, c’était un problème.

Kurt me regarda, ainsi que Ruijerd, je secouais la tête pour l’arrêter.

{Vante-toi sur ce sujet, dis que vous n’aviez pas besoin d’aide. Vous vous êtes retiré d’un mauvais pas tout seul, d’accord.}

Je pensais à cela dans mon esprit. Au moins, je priais pour que Kurt se vante et dise. « Je ne sais rien à ce sujet, personne ne nous a aidé » et le réfute.

Kurt me regarda et acquiesça avec force.

« Bien sûr, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi fort. »

Oh mon dieu... cette personne est si honnête ~ !

Kurt avait décrit à quel point nous étions forts, déclarant que nous avons vaincu un Exécuteur et Anaconda Amande, et expliqua toute l’histoire avec des explications vocales et visuelles colorées.

« Rudeus est tellement incroyable.

Même si l’Exécuteur était assez fort pour effrayer les autres, il ne devrait pas entrer en conflit avec Mort Certaine.

Sais-tu ce qui s’est passé quand il a choisi un duel contre Rudeus ?

KO instantané !

C’est vrai, il a été abattu d’un seul coup.

Ruijerd est tellement fort que c’est au point d’en devenir absurde.

Il a fait de belles attaques, et cet anaconda est mort direct !

Et même s’il avait fait quelque chose d’incroyable, il ne transpirait pas !

Juste y penser me donne la chair de poule ! »

Nokopara écouta cela en disant, « hoh, hoh, c’était ça, hmm hmm, c’était vraiment incroyable, » tout en souriant. Et alors.

« Étrange ~~ Oh, vous qui aviez reçu la demande dans la ville, pourquoi êtes-vous allé à la forêt de pétrification pour sauver des personnes ? »

« Non, nous sommes avec Jaril... »

« Jaril et Veskel sont restés en ville tout le temps, n’est-ce pas ? »

Cela ne pouvait plus être caché, Nokopara devait avoir un moyen de nous contrôler.

Calme-toi ! Il devrait y avoir un moyen d’y penser rapidement, tout d’abord j’avais 3 choix. Très bien, réfléchissons à chacun d’eux.

1) Tuez Nokopara.

Si je crois qu’il avait un compagnon, alors cette option ira dans une mauvaise direction. Mais peut-être que cela pourrait aussi aller dans la bonne direction. Ceci était complètement basé sur la chance.

C’était un mauvais plan.

2) Rejeter toute la faute sur Jaril et Veskel.

Nous étions nouveaux et eux étaient des vétérans.

Devrais-je insister sur le fait que nous avions été trompés et traités comme des proies ? Peut-être que cela pourrait fonctionner.

Mais nous allions perdre la confiance de Ruijerd. Nous ne pouvions pas trahir nos alliés.

C’était un mauvais plan.

3) Remettre docilement l’argent et penser à quelque chose plus tard.

Tout était basé sur la chance, et même si nous pouvions rapidement trouver une solution plus tard, Nokopara connaissait maintenant notre force de combat.

Afin de ne pas nous laisser partir, il pourrait poser un piège à double tranchant, voire triple, afin que nous ne puissions pas nous échapper de la ville ou de lui.

C’était un mauvais plan.

Pas bon. Chaque plan était mauvais.

Ces mauvaises idées pourraient aussi bien provenir d’une personne endormie.

Que devrais-je faire ?

Le plus simple était l’option 2, mais c’était probablement le pire coup. Si nous l’utilisions, il n’y aura pas de prochain coup. Les trahir signifiait arrêter de faire confiance à Ruijerd et Ruijerd ne pourrait plus jamais croire en moi. L’option 2 n’était pas possible, elle ne devait absolument pas être utilisée.

L’option 1 n’était pas possible. Cela n’avait aucun sens, et nous détruirions tous nos efforts jusqu’à présent. Même si le continent magique était miséricordieux, que tuer quelqu’un n’était pas grave, tuer quelqu’un une fois, finirait par se répéter à l’avenir pour des incidents similaires.

Je ne voulais pas prendre ce chemin sanglant.

Je n’avais pas cette détermination.

L’option 3 était encore pire. Donner de l’argent à ce bâtard signifierait que nous avions reconnu nos méfaits. C’était quelque chose qui ne pouvait absolument pas être fait. Et pendant la période où nous subirions le chantage, nous pourrions ajouter deux ou trois crimes supplémentaires. Et nous serions obligés de faire encore plus de demandes déraisonnables.

Si c’était moi, je demanderais le corps d’Éris.

Si cela se produisait, tout cela se terminerait par la mort de Nokopara.

Ce n’était pas correct, la seule option qui restait était la 3 ? Non, non, si je choisissais l’option 3, je pourrais aussi choisir l’option 1.

Je ne pouvais que tuer Nokopara et sa bande ?

Pouvais-je le faire... ?

Était-ce la seule option... ?

Allais-je tuer quelqu’un ?

Et qu’en était-il des autres qui se cachaient quelque part ? Laisserions-nous Ruijerd les chercher ? Comment ? Même si c’était Ruijerd, si nous ne savions pas qui chercher, nous ne pourrions probablement pas les trouver.

Peut-être devrions-nous arrêter d’être des aventuriers ? Même si je n’avais pas de qualification, nous pourrions toujours survivre. Je savais toujours comment économiser de l’argent sur ce continent.

Non, si je décidais de cela, qu’en était-il de Jaril et Veskel ? S’ils enquêtaient, les enlèvements d’animaux pourraient être divulgués. Nous avions gagné assez pour quitter la ville, mais c’était différent pour eux. Ils habitaient dans cette ville et si les gens savaient qu’ils avaient kidnappé des animaux de compagnie, ils en seraient chassés, non ? Ils n’étaient pas capables de vivre dans les plaines, donc en fin de compte, ils finiront par les trahir, n’est-ce pas ?

Que diriez-vous de les aider s’ils étaient chassés de la ville ?

Impossible. Nous étions déjà amenés à nous dépasser. Nous ne pouvions pas le faire.

Non, maintenant que les choses s’étaient terminées de cette façon, je devais avoir la détermination de marcher sur cette route sanglante.

Réfléchis rapidement à ton objectif. Le but était de faire rentrer Éris. Pour elle, même si c’était Ruijerd, Jaril ou Veskel, tout le monde devait être trahi. Même si Éris me méprisait, ça ira, même si j’étais incapable de faire face à Paul ou à Roxy, ça ira !

J’allais utiliser ma Magie d’Eau de rang Saint pour inonder cette ville. Pendant le chaos, je prendrais Éris et je m’en irais, renonçant à être des aventuriers. Même si j’avais fait toutes sortes de mauvaises choses, j’allais atteindre mes objectifs.

Je le ferai.

~4~

Après avoir baissé mon rythme cardiaque, j’amenai le mana dans mes mains quand je remarquais soudainement que l’expression de Nokopara changea.

« Hey... Ah... »

Le visage de cheval devint instantanément pâle et ses jambes frissonnèrent.

Il ne me regardait pas moi, mais derrière moi. Je me retournais et découvris la silhouette de Ruijerd. Il était trempé et le vase placé dans la fenêtre de l’auberge était tombé sur le côté.

« R-Ruijerd ? »

Mes yeux présentèrent des couleurs brillantes d’émeraude.

Le colorant bleu avait été retiré par l’eau et les cheveux humides de couleur émeraude brillèrent.

Il avait libéré le crochet de la cagoule couvrant son front.

La pierre magique rouge sur son front était exposée.

Debout avec une expression déchaînée, le guerrier diabolique était-là.

« Su, su, su, superd... »

Nokopara tomba sur ses fesses.

« Je suis Ruijerd Superdia de Mort Certaine. Comme mon identité a été révélée, on ne peut plus rien y faire. Je vais tuer tout le monde. »

Son jeu d’acteur se fit avec une voix monotone.

Mais son intention de tuer était bien réelle.

« Kyaaaaaa! »

Quelqu’un cria.

Les filles, les garçons et les personnes âgées, tout le monde laissa tomber ce qu’ils faisaient, puis crièrent et se dispersèrent.

Dans le chaos, Jaril était le premier à nous trahir en criant « j’étais menacé ! Ça n’a rien à voir avec moi ! Nous ne sommes pas des alliés ! »

Dans le chaos, Kurt était incapable de bouger à cause de la peur. Il se souvint des fois où il avait vivement parlé à Ruijerd, puis pâlit et fit pipi par terre.

J’étais incapable de comprendre pourquoi ces personnes avaient si peur, juste parce que ses cheveux avaient changé de couleur.

En outre, n’étiez-vous pas en bons termes plus tôt ? Kurt aussi, tu venais juste de féliciter Ruijerd et tu voulais devenir comme lui. Ne le regardais-tu pas avec respect juste à ce moment-là ?

Et pourtant, pourquoi tout le monde avait-il peur de regarder sa couleur de cheveux ?

En regardant Éris, elle ne savait clairement pas ce qui s’était passé. Elle était la même que d’habitude en faisant sa pose habituelle, elle était vraiment calme. Elle regardait tranquillement avec les yeux grands ouverts.

Elle était vraiment calme.

Certaines des personnes autour de nous s’enfuirent, certaines s’effondraient sur le sol, certaines sortirent leur épée avec les jambes tremblantes.

Il y avait toutes sortes de gens et tout le monde avait peur.

Voilà qui était réellement « Mort Certaine ». C’était simplement ça.

Son simple changement de couleur de cheveux avait effrayé tout le monde à ce point. Cette situation où la peur avait été marquée dans le cœur de chacun.

Hah. J’avais envie de rire. Qu’est-ce que j’avais fait jusqu’ici ? Le simple fait de regarder ses cheveux s’était terminé par une situation comme ça. À quoi servirent mes propres efforts ?

Je n’avais eu que des pensées stupides. Juste parce qu’Éris alla bien en sa présence, que la race des Migurd lui convenait aussi, alors je pensais que tout le monde serait ainsi ?

C’était futile.

La mauvaise réputation du Superd ne concernait pas sa réputation.

Ils étaient un symbole de peur.

Comment allait-on changer cela ?

C’était inutile, désespéré.

Cela n’était pas possible.

« ... »

Parmi les voix qui crièrent, Ruijerd se dirigea vers Nokopara.

« Ton nom... Tu te nommes bien Nokopara, hein ? »

Il attrapa le devant de sa chemise et souleva facilement Nokopara qui semblait relativement lourd.

« Ruijerd ! Tu ne dois pas le tuer ! »

Je le lui rappelais toujours, même si les choses s’étaient passées de cette façon.

Tu ne dois pas le tuer. Si tu tues quelqu’un dans cette situation, tu infligeras une blessure au nom de Mort Certaine qui ne sera jamais guérie pour le reste de ta vie.

Mais les choses avaient-elles finalement atteint le point de non-retour ?

Le persuader maintenant était déjà trop tard.

C’était assez.

Tuez-le, Berserker !

« D... Désolé... Je... je ne pensais pas que j’aurais affaire au vrai ! E... Épargnez-moi ! S’il vous plaît épargnez ma vie ! Je vous en supplie ! »

« ... »

Ruijerd était furieux, alors que Nokopara tremblait.

« Hey qu’est-ce qui s’est passé ? »

Éris me le demanda soudainement et je répondis calmement.

« La pire situation s’est produite. »

« Faut-il faire quelque chose ? »

« Pardonne-moi, je suis incapable de faire quoi que ce soit. »

« Si tu ne peux rien faire, cela signifie que nous ne pouvons rien faire d’autre ! »

Éris abandonna facilement. Moi aussi j’avais abandonné. Il n’y avait rien d’autre à faire.

Tout était de ma faute. Je pensais pouvoir régler ça même si on me découvrait. Avec cette réflexion superficielle, j’avais pensé que tout irait bien, peu importe ce qui se passerait.

Au final, tout s’était écroulé.

Maintenant que les choses s’étaient déroulées de cette façon, je ne pouvais que suivre mon plan initial, faire comme si rien ne s’était passé, utiliser ma magie d’eau de rang Saint et nettoyer tout cela.

Je rigolais. Hahaha.

« S ... S’il vous plaît, aidez-moi... Je... J’ai encore 7 enfants affamés qui ont 3 ans ! »

Nokopara était devenu incohérent. Peu importe comment vous le regardiez, c’était un tas de foutaise. Si c’est moi qui l’avais fait, je l’aurais mieux fait.

« ... Je quitterai cette ville. Donc, tu devrais oublier toutes ces choses. »

Mais Ruijerd lui pardonna. Comme prévu, parler des enfants était très efficace.

« M... M... Merci, merci. »

« Je suis sauvé, » était écrit partout sur le visage de Nokopara, mais il convulsa quand il entendit les mots suivants.

« Mais essaye de nous dépouiller de nos qualifications d’aventuriers lorsque nous arriverons à la prochaine ville et tu verras. »

Ruijerd utilisa la pointe de la lance pour couper le visage de Nokopara.

Le pantalon de Nokopara devint instantanément humide et la zone derrière ses fesses grandit rapidement.

« Ne pense pas que je ne puisse pas entrer dans cette ville... Compris ? »

Nokopara hoche la tête, car sa vie était en jeu, et Ruijerd lâcha ses mains.

Avec un bruit dégoûtant, Nokopara tomba sur le sol.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire