Mushoku Tensei – Tome 1 – Chapitre 10 – Partie 2

***

Chapitre 10 : Obstacle

Partie 2

~4~

Récemment dans ma chambre, j’enseignais à Sylphy beaucoup de choses.

Pour lui expliquer les détails de la théorie derrière l’incantation silencieuse, il était plus rapide d’enseigner à partir des bases de la physique et des mathématiques. Et même si j’étais le plus mauvais de ma classe au collège. J’étais entré dans un lycée idiot avec beaucoup de difficulté, seulement pour m’arrêter au milieu de celui-ci.

Par conséquent, je ne pouvais enseigner qu’une quantité limitée de choses.

Même si apprendre n’était pas tout à l’école, je regrettais de ne pas avoir étudié plus de choses.

Sylphy avait fondamentalement compris comment écrire et lire, ainsi que des additions et soustractions à deux chiffres. Lui apprendre les tables de multiplication était un peu plus difficile, mais elle avait un esprit assez vif. J’étais sûr qu’elle arrivera même à la division assez tôt.

Avec la magie, je lui enseignais la science.

« Pourquoi l’eau qui est chauffée devient-elle de la vapeur... de l’air ? »

« Bon, la vapeur d’eau s’est évaporée dans l’air. Mais si tu veux l’évaporer, tu dois monter la température. Donc, quand tu la fais chauffer, cela sera plus simple de la faire s’évaporer. »

Je lui enseignais actuellement les concepts de l’évaporation, de la condensation, de la sublimation.

« ... ? »

Elle avait un visage rempli d’incompréhension.

Mais elle était une enfant simple, elle absorbait les choses rapidement.

« Donc, tu devrais juste savoir que quelque chose fondra si tu le fais chauffer, et il se condensera quand il se refroidit. »

Puisque je n’étais pas professeur, ça devrait être suffisant comme ça.

Sylphy était plus intelligente que moi. Elle comprendrait, si elle essayait par elle-même. Si elle utilisait la magie, je n’aurais pas peur qu’il n’y ait pas assez d’expérimentation.

« Est-ce que les roches vont aussi fondre ? »

« Tu as besoin d’une température vraiment élevée. »

« Rudi, peux-tu faire fondre des roches ? »

« Évidemment. »

Même si je l’avais dit alors que je ne l’ai jamais essayé.

Récemment, j’avais réussi à séparer à peu près l’air. En utilisant ceci, je pouvais ajouter de force de l’oxygène et de l’hydrogène, ainsi je pouvais atteindre la température pour faire fondre une roche, mais il était possible que je me brûle, alors je ne voulais pas l’essayer.

Juste pour information, il y avait une magie classée avancée appelée [roches fondues].

Peu importe comment vous la regardez, c’était une magie fusionnée qui mélangeait la terre et le feu, mais elle était classée comme magie de feu avancée. Même si elle était classée dans un certain système, il existait une relation avec d’autres systèmes. Si vous vouliez augmenter la puissance de feu, vous pouviez continuer à verser du mana, mais si vous utilisiez des matériaux combustibles, vous pouviez augmenter la puissance plus efficacement.

C’était ce que je comprenais à mon niveau.

Mais c’était tout.

Mon niveau de magie n’avait pas beaucoup changé à partir du moment où Roxy m’avait fait ses adieux.

Même si j’avais essayé de combiner la magie, ou d’utiliser différentes méthodes, ou d’utiliser la science pour augmenter la force. En surface, peut-être le niveau avait augmenté un peu.

Mais je ressentais un goulot d’étranglement. Avec ma connaissance, j’étais incapable d’accomplir quelque chose de plus difficile. S’il y avait quelques difficultés dans ma vie passée, j’aurais pu le chercher sur internet, mais ce monde n’avait pas quelque chose d’aussi pratique.

De qui pouvais je pouvais apprendre cela...

« École ? ... »

Il semble qu’il y avait une école de magie. Même si Roxy avait émis quelques légères critiques envers l’école de magie, je devrais être capable d’y entrer.

« Rudi, vas-tu aller à l’école ? »

Je murmurais à moi-même, et Sylphy me regarda avec des yeux très inquiets. Chaque fois qu’elle tournait la tête, ses cheveux verts bougeaient aussi.

Une fois chaque mois, je lui avais dit la chose suivante : « Il vaut mieux garder les cheveux plus longs », et finalement j’avais réussi, récemment Sylphy avait commencé à laisser pousser ses cheveux.

Même s’ils avaient une longueur équivalente à celle des coupes courtes de fille, ils bougeaient sur sa tête d’une manière désordonnée. Ils se sentaient bien, et il en restait juste assez pour en faire une queue de cheval.

« Je ne vais pas y aller. Père dit aussi que je vais être victime d’intimidation et que je ne pourrais rien apprendre là-bas. »

« Mais Rudi, tu agis étrangement ces derniers temps. »

Vraiment ?

Je n’avais pas réalisé ça. Avais-je fait à nouveau quelque chose de stupide ?

Même si j’essayais d’agir avec soin comme un personnage donkan devant Sylphy.

« J’avais été étrange depuis ma naissance. »

Je répondis avec pour moitié la volonté de m’en informer, Sylphy plissa son front tout en secouant la tête.

« Ce n’est pas ça. Comment dois-je le dire ? C’est comme si tu n’étais pas énergique... »

Oh. C’est ce qu’elle voulait dire.

Je réfléchissais trop. Je pensais que je faisais encore quelque chose de stupide.

Je m’étais inquiété par elle.

« C’est parce que je ressens un goulot d’étranglement. Je n’ai pas beaucoup amélioré mes techniques de magie et d’épée. »

« Mais... Rudi, tu es vraiment incroyable ? »

« Pour mon âge, c’est probablement le cas. »

En effet, dans ce monde, je pourrais vraiment passer pour un génie vu mon âge.

Mais, je n’avais toujours rien fait. Dans la magie aussi, je me fiais seulement à mes souvenirs passés et j’avais réussi à remarquer comment utiliser l’incantation silencieuse, et le faire un peu mieux que les autres.

Mais parce que la capacité de mémorisation de ma vie passée était faible, maintenant j’avais déjà atteint mes limites, et j’étais incapable d’avancer. Combien de fois avais-je regretté de ne pas pouvoir apprendre plus de choses, maintenant je ne pouvais pas le réapprendre. De plus, la connaissance commune de ma vie passée pourrait ne pas fonctionner ici. Il y avait beaucoup de règles dans ce monde que je ne connaissais pas. Je ne pourrais pas continuer à compter sur mes souvenirs passés, n’est-ce pas ?

Et comme la magie était la logique de ce monde, j’avais besoin de mieux le comprendre.

« Je pense qu’il est temps pour moi de passer à l’étape suivante. »

La magie de Sylphy s’améliorait de jour en jour et elle était devenue intelligente. En la regardant, mon cœur brûlait d’anxiété. Je me sentais inutile, car j’étais le seul à ne pas avancer.

Même si je continuais à dire que j’étais un protagoniste donkan, une fois que je serai grand, je pourrais être abandonné par Sylphy.

« Vas-tu quelque part ? » me demanda avec ses sourcils froissés.

« Effectivement. Père dit aussi qu’il vaut mieux que je devienne un aventurier et que j’entre dans les donjons, et il n’y a pas beaucoup de choses que je puisse faire dans le village... Si je le désire, je devrais aller à l’école ou devenir un aventurier... »

Je n’avais pas trop réfléchi et je disais ces choses juste au hasard.

« N... Non ! »

Sylphy cria soudainement et me serra dans ses bras, wouah. Qu’est-ce que ce qui ne va pas ?

Une confession d’amour ?

Quand je pensais à ça, je me rendais compte que Sylphy était toute tremblante.

« Mlle Sylphy Ette ? »

« Non non Non !! »

Sylphy me serra étroitement dans ses bras jusqu’au point où je sentis que je ne pouvais plus respirer.

Sylphy avait-elle ressenti quelque chose au moment où j’étais silencieux, perdu dans mes pensées...

« N-Non, ne pars pas... Uuu, uuu, hic. »

Elle sanglotait, ses petites épaules tremblaient violemment. Son visage était enfoui dans ma poitrine.

... Quoi quoi ? Qu’est-ce qui ne va pas ?

Je frottais d’abord la tête de Sylphy et la caressa doucement.

En même temps son cul... Non, non je n’étais pas Paul.

Laisse ses fesses tranquille.

J’enveloppais mes bras autour de son dos et utilisais tout mon corps pour éprouver le contact de Sylphy. Elle était si chaude et douce. J’enterrais mon visage dans ses cheveux et je sentis quelque chose d’agréable.

Ah, c’était génial. C’était vraiment génial... Je me sentais comme...

« Uu, je ne veux pas que tu partes. Ne pars pas, n’importe où... »

Je reviens à la raison.

« Ah, ahh... »

Je vois. C’était comme ça.

Récemment, Sylphy était venue beaucoup plus chez nous le matin. Une fois qu’elle venait, elle me regardait joyeusement en train de pratiquer des techniques d’épée, puis elle s’entraînait à la magie ou à apprenait ses leçons.

Nous avions fait quelque chose comme ça.

Si je partais un jour, Sylphy serait toute seule. Même si elle utilisait la magie pour chasser les mauvais enfants, elle ne se fera pas d’amis.

Une fois que je pensais à tout cela, mon cœur la trouvait encore plus mignonne.

Elle n’aime que moi.

C’est quelque chose qui n’appartient qu’à moi.

« J’ai compris, j’ai compris. Je n’irai nulle part. »

Dois-je vraiment jeter une enfant si mignonne pour aller ailleurs ?

Améliorer ma magie ?

Et alors ? Je pouvais déjà utiliser la magie avancée classée niveau Saint, si quelque chose arrivait, je serai un enseignant comme Roxy. Avant que je puisse atteindre l’âge d’un adulte, je passerai mon temps avec Sylphy.

Faisons cela, grandissons ensemble, pour l’élever un peu plus à mon goût.

Ce sera le projet Hikaru Genji. [1]

Hehehehehe.

... Ha !

Nooooon ! Calme-toi, calme-toi, calme-toi. N’as-tu pas décidé d’être un type donkan ? Pourquoi avez-vous soudainement prévu que...

Mais mais.

Un type donkan n’est pas une raison pour faire un projet Hikaru Genji... non ?

Attendez ! À quoi, je pense !!

Mais... Bah. Combien de fois devrais-je faire semblant de ne pas savoir ce que ressentait cet enfant ?

Elle n’avait que 6 ans. Elle se collait très étroitement à moi. Je pouvais sentir sa bonne volonté envers moi. Mais, cela ne devrait pas être dans le sens de l’amour romantique.

Alors, mettons ça de côté.

Mais quand devrais-je garder ça ?

10 ans, 15 ans... ou peut-être plus... ?

Et si j’étais détesté par Sylphy ?

Même si mon score était actuellement à MAX, il n’y avait aucune garantie qu’elle ne tomberait pas, et pendant ce temps, puis-je le tenir dans... ?

Je... ne peux pas !!

Il y avait des choses que les humains pouvaient et ne pouvaient pas faire !!

Regarde-la. Elle est si douce, chaude et douce, et elle sent si bon.

Elle essayait de me dire ses sentiments, et j’étais supposé ignorer ça ?!

C’était trop étrange, non ?

Si nous en étions conscients l’un de l’autre, je devrais passer à l’étape suivante. Je ne devrais pas le garder pour moi-même et ne pas aller de l’avant. Nous devrions bouger ensemble, comme étant un !!

Devrais-je perdre mon temps en erreurs ?

Même si je savais que c’était une erreur, est-ce que je ne la corrigerais pas ?

J’avais décidé !! Je vais élever Sylphy comme une femme que j’aime !!

Oh, j’abandonne le type donkan !! Sylphy... !!

« Hey Rudi... Il y a une lettre pour toi. »

Paul entra, je revins de mon « Monde ».

J’avais vivement repoussé Sylphy.

C’était trop dangereux. J’étais presque devenu le personnage du Général des salauds.

Je devais remercier Paul.

Mais cette fois, j’avais réussi à garder mes vrais sentiments. J’avais toujours mes limites. J’ai réussi à me retenir cette fois. Pourrais-je me retenir la prochaine fois... ?

La lettre venait de Roxy.

« Cher Rudi:

Comment est-ce que vous allez ?

Le temps passe vraiment, ça fait 2 ans que nous nous sommes quittés.

Maintenant que je ne continue plus à dériver, je peux enfin vous écrire une lettre.

Je reste à la capitale Shirone. Il semble que je suis devenu célèbre après être entré dans un donjon en tant qu’aventurier, et j’ai été embauchée comme tuteur de l’école à la maison du Prince.

Enseigner au prince m’a rappelé mes jours passés dans la famille Greyrat.

Le prince est semblable à Rudeus. Il n’est pas aussi bon que Rudi, mais son potentiel magique est réel et il est aussi très intelligent. Aussi, il est le même que vous depuis qu’il m’espionne quand je dois changer de vêtements, et vole mes petites culottes. Il est toujours imbu de lui-même, il est donc différent de Rudeus sur ce point, mais ses actions sont comme les vôtres.

Devrais-je attribuer cela aux héros qui sont lubriques ?

Je suis inquiète si je dois être attaquée pendant cette période d’emploi.

Qu’y a-t-il de si bon dans ce corps faible et fragile ?

Ah, suis-je impolie et irrespectueuse envers la couronne en écrivant tout cela...?

Eh bien, j’en parlerai plus tard. Je pense que ça devrait aller puisque je ne dis pas de mauvaises choses dans son dos. Le royaume veut me nommer comme la magicienne de la cour, même si c’est pour un temps limité.

C’est juste pour faire de la recherche magique, c’est juste une coïncidence.

Oh c’est vrai. Je peux enfin utiliser la magie de l’eau classée niveau Roi.

La bibliothèque du royaume de Shirone a des livres liés à la magie de l’Eau de niveau Roi.

Je pensais que j’étais incapable de faire un pas de plus après avoir appris la magie de niveau Saint, mais je peux le faire si j’essaye.

Rudeus doit être capable d’utiliser maintenant la magie de l’Eau de niveau l’Empereur. Ou devrais-je dire que tous vos autres systèmes ont atteint le niveau saint. Vous êtes si studieux que vous pourrez maintenant même avoir touché à de la magie de guérison ou de la magie d’invocation ?

Ou avez-vous commencé à aller sur la voie d’un épéiste ?

Même si cela me fait un peu de peine, comme si c’est Rudeus, peu importe la voie que vous choisissez, c’est bon.

Mon but est d’être une magicienne de l’Eau de niveau Dieu.

J’ai déjà dit que si vous trouvez un goulot d’étranglement dans la magie, vous pouvez essayer de frapper aux portes de l’Université Ranoa.

Si vous n’avez pas d’introduction écrite, vous devrez passer un test. Bien, si c’est vous, il devrait être facile de passer.

Eh bien, je vais en finir ici.

– Roxy

PS Au moment où vous répondrez, je ne serais peut-être pas dans le royaume, vous n’avez pas besoin de répondre. »

Cette lettre m’avait réveillé d’un coup.

Bon sang.

Je recherche Shirone sur la carte.

C’était un petit pays situé dans le sud-est du continent central.

Ce n’était pas trop loin si on y allait tout droit. Mais les montagnes du Continent Central avaient des dragons rouges, donc il n’y avait aucun moyen de les franchir et vous deviez faire un long chemin par le côté sud.

Un royaume lointain.

En outre, l’Université de Magie à Ranoa nécessitait de voyager en faisant un détour vers le Nord-Ouest.

« Hm... »

Roxy ne m’avait pas appris de magie de niveau Roi... Et c’était parce qu’elle ne connaissait pas.

Sur ma lettre de réponse, je n’avais rien écrit de remarquable.

C’était parce que je ne voulais pas que Roxy connaissait mon statut d’incompétent.

Même si je ne savais pas à quel point j’étais à ses yeux, je ne voulais pas la décevoir.

Mais, maintenant que j’y pense, une université magique ?

Roxy avait déjà dit que c’était fantastique là-bas, mais c’est trop loin.

Je ne pouvais pas abandonner Sylphy.

Que pouvais-je faire... ?

Quoi qu’il en soit, j’avais ajouté un Post Scriptum sur la lettre :

« Aussi, je suis désolé d’avoir volé votre petite culotte. »

~5~

Le deuxième jour après l’arrivée de la lettre, j’exprimais mes pensées lorsque la famille se réunit.

« Père, puis-je faire une demande égoïste ? »

« Non. »

J’avais été immédiatement rejeté.

Mais Zenith, assise sur le côté avait frappé sur la tête de Paul. Lilia assise de l’autre côté avait également lancé une pique.

Depuis l’incident de la grossesse, Lilia s’asseyait aussi à la table à manger pour prendre son repas. Dans le passé, elle remplissait son statut de femme de chambre en servant sur le côté, mais elle faisait maintenant partie de la famille.

Est-ce que la polygamie était acceptée dans ce pays ?

Peu importe.

« Rudeus, il suffit de dire tout ce dont tu as besoin. Père te satisfera » déclara doucement Zenith tout en regardant Paul qui saisissait sa tête.

« Le jeune maître Rudeus n’a jamais dit quelque chose d’égoïste auparavant. Il est temps de tester la dignité et la fiabilité du Maître. »

Lilia m’aidait aussi.

Paul se redressa, croisa les bras et leva le menton, ce qui lui donnait un air important.

« Rudeus déclare en fait qu’il a une demande égoïste. Cela doit être quelque chose qui est hors de ma portée. »

Paul se fit à nouveau frapper et tomba à plat sur la table. C’était le genre de petite blague que l’on faisait en famille.

Alors je leur disais.

« En fait, je sens que mon apprentissage de la magie a atteint un goulot d’étranglement. Je souhaite aller à l’université de Ranoa pour apprendre... »

« ... Oh. »

« Mais après avoir dit cette intention à Sylphy, elle avait commencé à pleurer et ne voulait pas être séparée de moi. »

« Oh, ce playboy, à qui ressembles-tu ? Eh ? »

Paul obtient des coups pour la 3e fois avec 2 attaques en série.

« Donc je veux aller à l’école avec elle, mais sa famille n’est pas aussi riche que la nôtre. Donc, je veux faire une demande pour payer les frais de scolarité pour nous deux. »

« Oh... »

Paul mit ses deux coudes sur la table et me regarda d’un œil tranchant, comme un officier supérieur. C’était le regard qu’il utilisait quand il tenait son épée, le seul moment où Paul méritait le respect.

« Non. »

Paul dit la même chose qu’avant.

Mais cette fois c’est réaliste.

Zenith et Lilia étaient également calmes.

« Il y a 3 raisons.

  • Numéro 1, tu apprends toujours des techniques d’épée. Si tu abandonnes maintenant, tes compétences demeureront inexploitées. En tant que professeur, je ne peux pas te laisser les abandonner maintenant.

  • Numéro 2, à propos de l’argent. Si c’est seulement toi, nous pouvons toujours le gérer, mais nous ne pouvons pas le faire si tu veux que nous nous occupions aussi de Sylphy. Les frais pour l’université de magie ne sont pas bon marché, l’argent de notre ménage n’est pas comme l’eau chaude que tu peux obtenir constamment.

  • Numéro 3, votre âge. Tu n’as que 7 ans. Même si tu es un enfant intelligent, il y a beaucoup de choses que tu ne connais pas. Ton expérience est très insuffisante. Nous ne pouvons pas abandonner nos responsabilités en tant que parents. »

Comme je le pensais, cela n’a pas fonctionné, mais je n’abandonnerai pas.

Paul était différent du passé. Il y avait réfléchi avant de donner ses raisons. Cela signifiait que si je satisfaisais à ces trois conditions, tout irait bien. Ne sois donc pas anxieux. Je n’avais pas besoin d’y aller maintenant.

« Je comprends, père. Donc, je continuerai à pratiquer, comme d’habitude, les techniques d’épée. À propos du problème d’âge, combien d’années dois-je attendre ? »

« Très juste... 15 ans, tu dois rester à la maison tant que tu n’as pas 12 ans. »

12 ans, Hmm.

Je me souvenais du fait que vous étiez un adulte une fois que vous avez atteint 15 ans.

« Puis-je te demander pourquoi à 12 ans ? »

« Parce que c’est l’âge que j’avais quand j’ai quitté la maison. »

« Je vois, entendu. »

Les 12 ans pour Paul étaient quelque chose qui ne pouvait pas être négocié. Et puisque je ne voulais pas rabaisser sa fierté en tant qu’homme, je pouvais seulement me taire en hochant la tête.

« Puis, le dernier problème. »

« Oh. »

« S’il te plaît, trouve-moi un travail. Étant alphabète et capable d’utiliser les mathématiques, je peux devenir un tuteur à domicile ou enseigner la magie. C’est mieux si le salaire est élevé. »

« Un emploi ? Pourquoi ? »

Paul me regardait avec des yeux sérieux, comme pour m’intimider.

« Je vais gagner les frais de scolarité de Sylphy. »

« ... On ne peut pas dire que ce soit bon pour Sylphy. »

« Oui. Mais ça l’est pour moi. »

« ... »

Le silence avait persisté pendant un bon moment. Ce n’était pas une atmosphère confortable pour moi.

« Est-ce exact ... Je vois... »

Paul semblait avoir pensé à quelque chose et hocha la tête.

« Entendu. Sur ce sujet, je peux t’aider à faire des demandes. »

Paul utilisa une expression fiable pour me répondre. C’était différent des expressions troublées de Zenith et Lilia.

« Merci beaucoup. »

Je baissais la tête en remerciant, et le dîner continua.

~6~

Point de vue de Paul

Je ne pouvais pas croire que Rudeus avait dit quelque chose comme ça, mon fils grandit trop vite.

C’est généralement quand on atteint au moins l’âge de 14 ou 15 ans que l’on pouvait dire quelque chose comme ça.

Même pour moi, alors que j’avais 11 ans, un âge ou mon style du Dieu de l’Épée avait atteint le niveau avancé.

Les gens qui étaient incapables de dire quelque chose comme ça ne pourront jamais le dire dans leur vie.

« Si tu te précipites bien trop vite, tu mourras tôt..., hein. », c’était ce que m’avais dit une fois, un guerrier, ou quelque chose du genre.

Bien sûr, je l’ignorais quand j’avais entendu ça.

Les gens qui vivaient autour de moi étaient trop tranquilles. Le moment où la race humaine avait le pouvoir était très court, mais personne ne voulait courir. Les choses qui pouvaient être faites devraient être complètement achevées, même si vous étiez blâmé pour cela. Et quand cela arrivait à ce point, on pouvait en parler plus tard.

Eh bien, même si j’avais fait tout cela et que j’avais eu un enfant, je m’étais fié à mes parents qui étaient nobles pour trouver un moyen de devenir un chevalier.

Je vais d’abord mettre cela de côté.

Le style de vie de Rudeus était encore plus pressant, je m’étais senti inquiet quand je l’avais regardé. Les gens autour de moi devaient aussi penser à la même chose quand j’étais jeune.

Mais Rudeus était différent de moi, qui étais sauvage. Tout ce qu’il faisait était déjà prévu.

Était-ce le sang de Zenith ?

« Bien, laisse ton père te retenir un peu plus longtemps. »

J’avais écrit une lettre comme je la sentais.

Il y avait quelques jours, Rawls avait également discuté d’un sujet avec moi. Sylphy collait trop Rudeus.

Du point de vue de Sylphy, Rudeus devait être un prince charmant qui l’avait sauvée d’une enfance infernale. Lui apprendre diverses choses comme un frère aîné, et enfin réaliser leur différence de genre. Rawls avait également dit que si Rudeus pouvait l’épouser, ce serait pour le mieux.

Je pensais aussi qu’avoir une enfant si mignonne en tant que belle-fille ne serait pas mauvais, mais quand j’avais écouté Rudeus aujourd’hui, j’avais changé d’avis.

En ce moment, la situation ressemble vraiment à un lavage de cerveau. J’avais vu ce genre de gars plusieurs fois durant le temps où j’étais avec les nobles.

S’appuyant trop sur leurs parents. Des gens qui sont comme des poupées.

Bien que ce soit toujours correct si les personnes dépendantes étaient toujours là.

Même si c’est une poupée, vous pouviez toujours jouer à un jeu intéressant si vous la contrôlez bien. Si Rudeus aimait toujours Sylphy, ce sera pour le mieux.

Mais Rudeus avait hérité de mon sang. Celui d’un homme ayant un penchant pour les femmes.

Il était possible d’avoir une autre relation avec une femme par accident. Non, puisqu’il avait hérité de mon sang, il voudra certainement le faire et plus encore.

En fin de compte, il était possible que Sylphy ne soit pas sa promise.

À ce stade, une Sylphy abandonnée serait incapable de se tenir debout. Comme une poupée cassée, elle ne se lèvera plus jamais.

Je ne permettrai pas que cela arrive, que mon fils fasse que la vie d’une enfant aussi mignonne soit détruite. Ce n’est pas une bonne chose pour lui également.

J’écrivis une lettre, tout en priant pour que je reçoive une réponse satisfaisante.

Mais la prochaine chose.

Comment pouvais-je convaincre mon fils, qui est si bon à tenir tête.

Je supposais que j’allais devoir utiliser la force brute.

Notes

  • 1 Une référence au célèbre roman japonais Le Dit du Genji. Le projet Hikaru Genji est un plan visant à élever une jeune fille en une femme idéale.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre. Que de soucis pour ses parents avec un fils trop ''mature''...La crise d'adolescence sera un calvaire 🙂

Laisser un commentaire