Mushoku Tensei (LN) – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Objectifs confirmés

Partie 1

Après cela, nous avions, Paul et moi, passé beaucoup de temps à discuter. Nous n’avions pas discuté de choses particulièrement importantes, nous nous en étions tenus délibérément à des sujets plus triviaux.

Tout d’abord, il m’avait raconté comment les choses s’étaient passées dans le village de Buena pendant les années que j’avais passées dans la citadelle de Roa.

Paul avait deux femmes à ce moment-là, mais cela ne s’était apparemment pas traduit par deux fois plus de « plaisir ». Zenith et Lilia avaient eu des discussions secrètes et avaient trouvé un accord. En règle générale, on attendait de Paul qu’il ne touche pas à Lilia. La seule exception serait si Zenith tombait enceinte pour la troisième fois, mais dans ce cas, Paul serait tenu d’obtenir au préalable son approbation.

Zenith était encore un peu en conflit avec cet accord, mais je suppose qu’elle l’avait accepté dans la plupart des cas. C’était certainement très pratique pour mon père. Pour être honnête, j’étais un peu envieux.

« Alors, crois-tu qu’une troisième petite sœur va arriver ? »

« Nan. Pour une raison inconnue, nous avons beaucoup de mal à réussir… Je ne sais pas pourquoi. On t’a pourtant fait du premier coup. »

« Tu as donc réussi à avoir un fils aussi parfait à ton premier essai. Tu es vraiment un individu chanceux, père. »

« Te crois-tu vraiment drôle ? »

Cela ne semblait pas être le genre de conversation qu’un enfant de onze ans devrait avoir avec son père, mais nous nous amusions quand même tous les deux.

Il y a des choses sur lesquels nous n’avions pas discuté, comme le fait de savoir si Zenith et Lilia étaient toujours en vie. C’était pourtant un sujet tabou, nous savions tous les deux que le fait d’en parler ne ferait que nous mettre de mauvaise humeur.

« Est-ce que Sylphie se débrouillait bien sans moi ? »

« Oh oui. Cette fille est incroyable, Rudy. Je suppose que tu as un certain talent de professeur. »

D’après ce qu’il en savait, Sylphie se portait bien. Elle passait ses matinées à courir et à entraîner des techniques magiques de base, et l’après-midi, elle travaillait généralement sur ses sorts de guérison avec Zenith.

Soit dit en passant, la petite Aisha avait également commencé à recevoir des leçons de Lilia après quelques années, bien que celles-ci portaient principalement sur des sujets comme l’étiquette plutôt que le lancer de sorts.

« Quoi qu’il en soit, cette enfant est vraiment… euh, je suppose que le mot “sérieuse” lui convient. Elle venait toujours chez nous pour faire quelque chose dans ta chambre. »

« … Sais-tu si Sylphie a trouvé quelque chose là-dedans ? »

« Quoi ? Y avait-il quelque chose de caché que tu ne voulais pas qu’elle voie ? »

« Non, non ! Bien sûr que non. Ne sois pas ridicule, père. »

Ha ha. Quelle suggestion absurde !

« Eh bien, je suppose que de toute façon, tout a disparu. »

D’après ce que m’avait dit Paul, pratiquement tous les objets de la région de Fittoa avaient disparu lors de la catastrophe. Cela inclut tout, des petites choses comme les plumes d’oie et les bouteilles d’encre aux grandes structures comme les bâtiments et les ponts. Les seules exceptions étaient les objets que les gens avaient sur eux au moment de leur téléportation.

« Oh. Je vois… »

C’était dommage. Je ne me souvenais pas bien pourquoi, mais j’avais quand même ressenti une certaine mélancolie.

« Alors, qu’est-ce que tu faisais à l’époque, Rudy ? »

« Oh, tu veux parler de Roa ? »

Je m’étais lancé avec obligeance dans un rapide résumé de mon temps de tuteur.

L’histoire commença avec mon premier jour de travail, quand Éris me frappa, alors que j’avais presque complètement abandonné, puis elle continua avec notre « malheureux » enlèvement. J’avais expliqué qu’Éris s’était de peu échappée avec moi après que je nous aie sortis de cette situation difficile, mais qu’elle refusait toujours de prendre mes leçons au sérieux.

Ensuite, j’avais décrit comment j’avais appelé Ghislaine à l’aide et comment elle avait convaincu la petite dame d’être attentive en classe. Et après cela, j’avais raconté comment ma relation avec Éris s’était progressivement améliorée, avec nos cours de danse et les événements de mon dixième anniversaire.

« Ah, d’accord. Ton anniversaire. Désolé pour ça, gamin… »

« Pourquoi t’excuses-tu ? »

« Eh bien, n’ai-je pas pu être présent à ce moment-là ? »

Pour les habitants du royaume d’Asura, le dixième anniversaire d’un enfant était un événement d’une importance monumentale. Je ne comprenais pas encore exactement pourquoi, mais cela semblait être considéré comme une sorte de jalon chanceux. Votre famille était censée faire une grande fête et vous couvrir de cadeaux.

« Ce n’est pas grave. La famille d’Éris m’a organisé une merveilleuse fête. »

« Ah oui ? Qu’est-ce qu’ils t’ont donné ? »

« Un bâton très sympathique, même si le nom est un peu gênant. Il s’appelle Aqua Heartia — l’arrogant roi dragon d’eau. »

« Qu’est-ce qui ne va pas avec ce nom ? Il me semble plutôt cool. »

Est-il sérieux ? Le simple fait de dire tout cela à voix haute m’avait donné envie de m’enterrer dans un trou. Peut-être que dans ce monde, il était normal de donner des noms exagérés à des objets très puissants.

« Oh, ne t’ont-ils pas donné un autre cadeau, Rudy ? C’est Alphonse qui m’en a parlé. »

« Un autre cadeau ? »

Hmm. Qu’est-ce que ce serait ? Sagesse, courage et pouvoir illimité ? J’avais pourtant l’impression de manquer encore un peu sur tous ces fronts…

« Allez, je parle de la fille de Philip. Aujourd’hui, c’est la première fois que je la vois, mais c’est une enfant très mignonne. Et si dévouée aussi ! La façon dont elle t’a protégé était vraiment réconfortante… »

Mais personne ne m’avait vraiment donné Éris.

Ce que je voulais dire par là, c’est que Philip avait dit que j’avais sa permission de faire le premier pas, mais je n’avais pas encore fait grand-chose. Je me souciais d’Éris et je ne voulais pas précipiter les choses. Hier encore, elle était là pour moi quand j’avais le plus besoin d’elle. Je n’avais jamais eu personne pour me serrer dans ses bras et me caresser la tête jusqu’à ce que je m’endorme comme ça. Je n’avais jamais trahi sa confiance. Elle m’avait promis que nous pourrions passer à l’étape suivante quand j’aurais quinze ans. Mais même à ce moment-là, je me serais retenu si elle n’était pas encore prête.

Bien sûr, j’avais une libido un peu trop active, qui pourrait être encore plus forte dans quatre ans. Il y avait une chance que je ne puisse plus me contrôler… mais, pour le moment, j’avais l’intention d’essayer.

« Oui, Éris est importante pour moi. Mais je préfère ne pas parler d’elle comme si elle était un objet que j’ai reçu de ses parents. »

« Eh bien, je suppose que tu te marieras dans leur famille, donc c’est plutôt eux qui te reçoivent. »

« Qu… ? »

Qui se marie dans quoi ?

« Tu vas rejoindre la noblesse avec le soutien de Philip, pas vrai ? »

« De quoi parles-tu ? Quand est-ce que quelqu’un a dit quelque chose à ce sujet ? »

« Hein ? Je crois que c’était un an environ avant la catastrophe. Philip m’avait envoyé une lettre disant que toi et Éris vous entendiez bien, alors il voulait que vous vous mariiez dans sa famille. Si tu veux mon avis, la noblesse Asurienne est une bande de pourris, mais j’ai dit que tu pouvais faire ce que tu voulais… »

Intéressant. Philip avait donc déjà contacté Paul à ce sujet avant notre conversation le jour de mon dixième anniversaire. Même si j’avais rejeté l’idée, il avait probablement l’intention de passer les prochaines années à essayer de nous pousser tous les deux ensemble. Ce n’était pas du tout une proposition spontanée.

En tout cas, cela expliquait pourquoi Paul avait tiré quelques conclusions hâtives à propos d’Éris et moi. Deux jeunes gens amoureux, échoués dans un pays inconnu, seuls et profondément angoissés ? On pourrait penser qu’ils « apprendraient à mieux se connaître » au cours de leur voyage.

« D’après ton regard, je suppose que Philip t’a piégé. »

« Probablement. »

Nous avions tous les deux poussé simultanément des soupirs. Philip était un homme sournois, mais il fallait probablement l’être pour survivre dans le monde impitoyable de la haute noblesse asurienne.

« De toute façon, il semble que tu sois assez amical avec la petite dame. Est-ce que ça veut dire que Sylphie est... »

Paul hésita à la moitié de la phrase.

« Euh, désolé. Oublie ce que j’ai dit. »

Pour autant que nous le sachions, Sylphie restait parmi les disparus. Pourtant, je m’étais retrouvé à réfléchir à la question que Paul avait commencé à poser.

Je tenais à Sylphie, mais ce que je ressentais pour elle n’était pas tout à fait la même chose que ce que je ressentais pour Éris. Elle était plus comme une petite sœur pour moi, ou peut-être même comme une fille. J’avais été bouleversé de la voir se faire harceler et je voulais l’aider à grandir et je voulais qu’elle soit heureuse, mais nous nous étions séparées avant que ces sentiments ne se transforment en autre chose.

Ce n’était pas si différent de ce que j’avais avec Éris, mais ces jours-ci, elle me soutenait autant que je l’aidais. Si vous me demandiez laquelle d’entre elles m’intéressait le plus en ce moment, la réponse doit être Éris.

Mais bien sûr, ce n’était pas comme si j’avais fait une comparaison approfondie des deux. En fait, il s’agissait plutôt du temps que nous avions passé ensemble. Éris faisait partie de ma vie depuis des années maintenant. Les gens adorent écrire des histoires sur des gars qui retrouvent leurs amis d’enfance, mais il était plus facile de tomber amoureux de quelqu’un après avoir passé beaucoup de temps à ses côtés. À ce jour, j’avais passé deux fois plus de temps avec Éris qu’avec Sylphie. Et nos années ensemble avaient été pour le moins mouvementées.

Bien sûr, cela ne signifiait pas que je n’étais pas inquiet pour mon amie disparue.

« J’espère que Sylphie va bien… »

« Eh bien, la fille n’est pas tout à fait à ton niveau, mais elle s’était mise au travail. Je veux dire, sais-tu qu’elle peut utiliser la magie de guérison sans incantations ? C’est suffisant pour gagner sa vie où que tu ailles. Les guérisseurs sont très précieux, au moins en dehors du continent Millis. »

« Oh. D’accord… »

Hein ? Attends. Est-ce qu’il vient de dire ce que je crois qu’il a dit ?

« Attends. Sylphie peut lancer des sorts de guérison en silence ? »

« Hm ? Oui. Zenith a été choquée au début. Mais tu peux faire ça aussi, non ? »

« Non, pas avec la magie de guérison. »

Je ne comprenais pas les principes sous-jacents de ces sorts, donc je n’avais jamais réussi à les lancer en silence. Peu importe le nombre de fois que je les utilisais, je ne comprenais pas les mécanismes par lesquels ils guérissaient le corps.

« Sans blague ? »

« Non. Je ne peux lancer ces sorts que si j’utilise les incantations. »

« Je ne vais pas prétendre en savoir beaucoup sur la magie, mais on dit que tout le monde est naturellement meilleur avec certains types de magie qu’avec d’autres. Je suppose que Sylphie a juste un don pour la guérison. »

Peut-être que Sylphie était devenue beaucoup plus forte que moi depuis que nous étions séparés. Maintenant, j’avais un peu peur de la revoir. Et si elle regardait ma magie et me disait :

« Rudy, tu n’as pas du tout progressé… »

Paul et moi avions continué à parler pendant un certain temps. À la fin de notre conversation, le gouffre qui s’était ouvert entre nous avait complètement disparu.

En début de soirée, deux des camarades de Paul étaient venus le chercher.

Plus précisément, c’était la dame en bikini et son amie magicienne. La première portait pour une raison inconnue des vêtements ternes et ordinaires aujourd’hui. C’était un changement radical par rapport à l’accoutrement qu’elle portait hier. Elle avait été l’une des causes de notre dispute, bien que… peut-être essayait-elle d’être attentionnée ?

« Père. »

« Oui ? »

« Je te fais bien sûr confiance. Mais après tout ce qui s’est passé hier, je veux juste vérifier formellement… Tu n’as pas de liaison ? »

« Non. »

C’était bon à entendre. Nous avions tous deux tiré des conclusions hâtives hier. Au lieu d’obtenir les faits réels, nous nous étions accusés mutuellement d’être des idiots fous de sexe sans… Oups. Non, non. J’avais déjà officiellement effacé ces événements de l’histoire.

En tout cas, il semblerait que Paul n’avait pas de temps ou d’énergie à consacrer aux femmes en ce moment. Il était concentré sur la recherche de sa famille, et il n’était pas prêt à risquer de la briser. Je devais tirer les leçons de son exemple et réduire mes propres bouffonneries perverses.

« Rudy. Vas-tu escorter Éris jusqu’à la région de Fittoa ? »

Avant son départ, mon père voulait apparemment confirmer que j’étais bien décidé.

J’avais répondu « Oui » d’un signe de tête ferme.

« Mais tu préfères que je rejoigne aussi l’équipe de recherche et de sauvetage ? »

« Non, ce ne sera pas nécessaire. Nous avons de toute façon l’obligation de ramener à Asura tous les membres de la famille Boreas que nous trouverons. »

« Cela semble être une mission très importante. Es-tu d’accord pour la laisser entre mes mains ? »

« Je ne peux pas penser à quelqu’un qui soit mieux adapté pour ce travail. Et tu as déjà évidemment gagné sa confiance. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire