Mushoku Tensei (LN) – Tome 4 – Chapitre 6 – Partie 1

***

Chapitre 6 : Appartement libre

Partie 1

Bonjour. Mon nom est Rudeus, j’ai l’habitude de vivre en reclus.

En ce moment, je suis en train de visiter un appartement neuf et gratuit dont tout le monde parle en ville. Pas de caution, pas de clé, pas de loyer. Un espace constitué d’une pièce avec deux repas et du temps libre pour la sieste. Le lit est fait de paille infestée d’insectes, ce qui est un inconvénient, mais son prix est bon marché. Après tout, le loyer est gratuit!

Les toilettes sont constituées d’un grand pot situé dans un coin de la pièce. Une fois que votre travail est terminé et que le pot est rempli d’excréments, vous devez le jeter dans un trou situé de l’autre côté de la pièce. Il n’y a pas d’eau courante, c’est donc un peu insalubre. Mais vous pouvez vous débrouiller avec la magie. Si vous êtes un magicien comme moi, qui peut faire de l’eau chaude, vos problèmes seront complètement résolus!

Il n’y a que deux repas. Pour les gens modernes, cela pourrait être trop peu. Il n’empêche que cette nourriture est assez incroyable. C’est composé de spécialités régionales : des fruits et des légumes venus d’une terre luxuriante. Il y a de la viande aussi. L’assaisonnement est léger, faisant ressortir la saveur naturelle des ingrédients, ce qui suffis à donner à tous ceux qui sont habitués à la vie sur le Continent Démon une bouchée de plaisir.

Passons maintenant à la fonction principale de l’appartement : sa sécurité. S’il vous plaît, jetez un coup d’œil à ces barres de fer durables. Vous pouvez les frapper autant que vous le souhaitez, tirez-les comme vous le souhaitez, ils ne bougeront pas d’un pouce. Leur seule faiblesse est qu’ils peuvent être ouverts avec de la magie.

Il n’y a sûrement pas un voleur vivant qui regarderait ces barreaux et penserait : Hé! Je pense que je veux y aller! Pourtant, à l’intérieur, ils iront, car cet appartement gratuit est une cellule de prison.

◇ ◇ ◇

Accroché sur le dos de Gyes, j’avais continué ma promenade dans la forêt. Incapable de bouger, je n’avais pas d’autre choix que de me laisser porter. Alors que nous traversions l’ombre des bois à une vitesse folle, j’avais vu quelque chose dans le coin de l’œil. Là, entre le flou des arbres qui passaient, il y avait une tache de cheveux argentés qui nous suivait.

Ce n’était qu’un chiot, et pourtant il avait une bonne endurance. Nous étions en déplacement depuis probablement deux ou trois heures à ce moment-là. Le guerrier de la race démoniaque connu sous le nom de Gyes courait depuis assez longtemps. Il ne s’était arrêté que lorsque nous étions finalement arrivés à destination.

« Bête sacrée, veuillez retourner à la maison. »

« Woof ! »

La boule de fourrure d’argent aboya une fois avant de se glisser dans l’obscurité.

J’avais fait un tour d’horizon de l’environnement en utilisant mes yeux. Les arbres étaient regroupés et je n’avais senti personne d’autre dans les environs. Cependant, j’avais vu des lumières ici et là au-dessus de nous dans les arbres. Gyes continua de marcher un peu, s’approchant de l’un des arbres.

Comme je me tenais toujours par-dessus son épaule, il accrocha ses mains à une échelle que je ne voyais pas et grimpa rapidement. J’avais l’impression qu’on m’emmenait à la cime des arbres.

De là, nous étions entrés dans un bâtiment. Personne d’autre n’était présent. C’était une cabane déserte en bois. C’était là que Gyes me dépouilla de tous mes vêtements.

Qu’est-ce qu’il me faisait ? Je ne pouvais même pas bouger mon corps !

Il me souleva par la peau du cou et me jeta à l’intérieur de… quelque chose. Un instant plus tard, quelque chose tomba, j’en entendis le grincement du fer suivi d’un cliquetis. Puis Gyes partit, sans aucune explication. Il ne m’avait même pas interrogé.

Au bout d’un moment, je pouvais à nouveau bouger mon corps. Je produisis une petite flamme sur le bout de mon doigt et je l’utilisais pour vérifier mon environnement. Je vis les barreaux en fer, réalisant ainsi que c’était une cellule. J’avais été jeté dans une cellule.

C’était très bien. À en juger par la conversation qu’ils avaient eue, je savais que ça allait arriver. Ils m’auraient pris pour un contrebandier. C’était pour ça que je n’avais pas paniqué. Ce malentendu serait bientôt résolu. Mais pourquoi me déshabiller ? Maintenant que j’y pense, ces enfants avaient aussi été dépouillés de tous leurs vêtements.

C’était peut-être leur coutume ici. Peut-être que les races bestiales se sentaient humiliées d’être complètement exposées. Bien que se sentir gêné d’être exposé n’était pas une qualité unique à leur race. Dépouiller un captif pour le briser mentalement était une pratique immémoriale. C’était peut-être un monde imaginaire, mais même dans mon livre préféré ici, la chevalière avait été déchargée de ses vêtements quand elle avait été faite prisonnière. Il semblerait que tous les mondes avaient ça en commun.

« Maintenant… »

Enveloppé dans l’obscurité, j’avais commencé à réfléchir.

Pour l’instant, je me garderais bien de leur parler demain. Même s’ils ne me croyaient pas, ça irait quand même. L’homme plus âgé était apparemment parti après Ruijerd, auquel cas il aurait déjà dû rencontrer les enfants. Ruijerd était une personne facile à mal comprendre, mais les enfants n’abandonneraient sûrement pas le guerrier qui était venu à leur secours. Les enfants rentreraient sains et saufs, et je ne serais plus confondu avec un contrebandier.

Le fait que je n’étais pas un contrebandier, mais que j’avais une relation de travail compliquée avec eux, était probablement une chose que je devrais taire. Ruijerd n’avait jamais voulu travailler avec les contrebandiers non plus, il n’aura sûrement rien dit qui pourrait nous attirer des ennuis. Pour l’instant, la principale préoccupation était ma propre sécurité. Le guerrier plus âgé avait dit de ne pas lever la main sur moi avant son retour. Ça voulait dire que j’étais en sécurité. Ils n’auraient probablement pas mis de monstres tentaculaires sur moi… n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, j’avais l’impression d’avoir enfin compris le sens des mots de Gallus. Si c’était ce qui devait leur arriver, ils auraient sûrement eu beaucoup de problèmes.

◇ ◇ ◇

Une journée entière s’écoula pendant que j’étais occupé à penser à ces choses. Le temps était éphémère. Le lendemain matin du jour où j’avais été jeté dans cette cellule, un garde était apparu. C’était une femme. Elle avait la carrure d’une guerrière, et pourtant elle était plus mince que Ghislaine. Bien que sa poitrine était tout aussi énorme.

Je lui avais dit : « J’ai été accusé à tort, je n’ai rien fait. »

J’avais ensuite expliqué que je n’étais pas associé à cette organisation de contrebande, que j’avais appris par hasard que ces enfants étaient détenus dans cet immeuble et que, alimenté par une indignation justifiée, j’avais entrepris de les libérer.

La femme n’entendit pas un mot de ce que j’avais dit. Au lieu de cela, elle apporta un seau d’eau dans ma cellule et le jeta sur ma tête pendant que je protestais. Il faisait un froid glacial, et maintenant j’avais l’air d’un rat noyé. La femme me regarda alors comme si je n’étais rien d’autre qu’une ordure.

« Pervers… ! »

Un frisson me traversa. J’étais là, nu, avec cette belle femme âgée aux oreilles d’animaux qui me ravageait de ses yeux. Non seulement elle m’avait versé de l’eau glacée, mais elle m’avait aussi insulté. C’était donc ainsi que l’on pouvait briser psychologiquement quelqu’un.

Il semblerait qu’ils n’avaient pas l’intention de suivre le commandement du guerrier plus âgé. Que m’arriverait-il maintenant… ? Ahh, Dieu (Roxy), donne-moi ta protection ! Et non, Homme-Dieu, je ne parle pas de toi !

« Achoo! »

Blague à part, je voulais vraiment des vêtements. Pour l’instant, j’utilisais un sort de feu pour me tenir au chaud afin de ne pas attraper froid.

Deuxième jour.

Ruijerd n’était toujours pas venu me sauver. Après deux jours entiers à poil, mon anxiété commençait à se faire sentir. Je me demandais si quelque chose était arrivé à Ruijerd. Avait-il fini par combattre ce guerrier plus âgé ? Ou est-ce que les choses avec Gallus avaient mal tourné ? Ou peut-être que quelque chose était arrivé à Éris et qu’il s’en occupait ?

J’étais anxieux. Incroyablement anxieux. C’est pour cette raison que je construisais un plan d’évasion. En début d’après-midi, une fois que j’avais fini de manger, j’avais commencé à utiliser tranquillement ma magie. J’avais mélangé le feu et le vent, créant un courant d’air chaud qui secoua la pièce et rendait toute la zone agréable et chaude. La garde amplement dotée s’endormit et commença à s’assoupir, puis s’endormit rapidement. Comme c’était facile.

J’avais déverrouillé la porte de la cellule et vérifié qu’il n’y avait personne d’autre au moment où je sortais du bâtiment.

« Ooh… »

La vue qui s’étendait devant moi était comme quelque chose qui sortait tout droit d’un rêve. Il y avait une colonie construite au-dessus des arbres. Les bâtiments étaient tous disposés entre les cimes des arbres, avec des échafaudages autour de chaque arbre pour donner de l’espace pour marcher. Il y avait aussi des ponts qui reliaient les arbres entre eux pour que vous puissiez aller et venir sans avoir à monter et descendre des échelles.

Il n’y avait vraiment rien sur le sol en dessous. Je pouvais voir ce qui semblait être une simple cabane et les traces d’un champ, mais ils ne semblaient pas être utilisés. Apparemment, personne n’y vivait.

Il n’y avait pas beaucoup de monde. Je pouvais voir quelques bêtes s’agiter ici et là sur les échafaudages. Si une personne traversait un pont à pied, elle serait entièrement exposée à toute personne se trouvant en contrebas, et toute personne se déplaçant en contrebas serait entièrement exposée à celles se trouvant au-dessus.

En ce moment, j’étais, dans tous les sens du terme, pleinement exposé. Il serait difficile de s’échapper sans être vu. Mais si on m’attrapait, je pourrais encore m’enfuir. Si je ne pensais pas aux conséquences, je pourrais mettre le feu à un arbre voisin et m’échapper dans la forêt dans le chaos qui s’ensuivrait.

Ah, la forêt. Je ne connaissais pas mon chemin. Gyes avait couru à toute allure pendant longtemps, donc nous devrions être assez loin de la ville. Même si je courais de toutes mes forces, à vol d’oiseau, cela me prendrait probablement environ six heures. Et j’étais sûr que j’allais me perdre en chemin.

Je pourrais utiliser la magie de terre pour construire une tour, ce qui me donnerait un point de vue surélevé d’où je pourrais regarder. C’était une option. Bien sûr, si je faisais quelque chose qui attirait l’attention, Gyes me suivrait immédiatement.

Je ne savais toujours pas ce qu’il y avait derrière cette magie qu’il avait utilisé. Si je n’arrivais pas à trouver un moyen de la contrer dans un combat, je pourrais perdre. En plus, la prochaine fois, il pourrait me couper les jambes afin que je ne puisse pas courir. Il valait peut-être mieux que j’attende un peu plus longtemps que ma situation change.

Ça ne faisait que quelques jours. Ce guerrier plus âgé n’était pas encore revenu. Ruijerd cherchait peut-être encore les parents de ces enfants. Il n’y avait pas besoin d’être impatient, décidai-je. Je retournais ainsi dans ma cellule.

Troisième jour.

La nourriture que ce garde apportait était délicieuse. C’était comme prévu, la terre étant naturellement si riche. C’était une différence remarquable par rapport au Continent Démon. Les repas se composaient soit d’une soupe d’herbes sauvages ou de morceaux de viande grillés qui étaient difficiles à déchirer, mais les deux étaient délicieux. C’était peut-être parce que je m’étais habitué à la nourriture du Continent Démon. Si c’était la bouffe qu’ils offraient à quelqu’un dans une cellule, il ne fait aucun doute que le reste de la colonie mangeait des festins.

Alors que je complimentais la nourriture, le garde fit un geste de la queue et m’apporta du rab. D’après sa réaction, c’était probablement elle qui l’avait fait. Bien qu’elle n’ait toujours pas voulu me dire un mot, comme d’habitude.

Quatrième jour.

Je m’ennuyais. Il n’y avait rien à faire. Je pourrais peut-être créer quelque chose avec ma magie, mais si je le faisais, ils pourraient me bâillonner ou me lier les poignets. Il n’y avait vraiment rien que je puisse faire. Il n’y avait aucune raison de risquer de me priver du peu de liberté que j’avais.

Cinquième jour.

J’avais un colocataire aujourd’hui. Il avait été porté par deux hommes bêtes de chaque côté. Ils l’avaient rapidement jeté à l’intérieur, en lui donnant d’un coup de pied rapide dans l’arrière.

« Bordel de merde ! Vous devriez me traiter mieux que ça ! »

L’homme bête avait ignoré ses cris et était parti.

L’homme se frotta doucement le derrière, sifflant de douleur alors qu’il se retournait lentement. Je l’avais salué dans une pose couchée de Bouddha, allongé sur le côté avec ma tête appuyée contre ma main.

« Bienvenue à la destination de la vie. »

Bien sûr, j’étais complètement nu.

L’homme me regarda fixement, bouche bée. On aurait dit un aventurier. Ses vêtements étaient tous noirs, avec des protections en cuir attachées aux articulations. Il n’était pas armé, bien sûr. Il avait de longues pattes et un visage de singe comme Lupin III. Appeler ça un visage de singe n’était pas une métaphore. C’était un démon.

« Qu’est-ce qui ne va pas, bizut ? Tu vois quelque chose qui cloche ? » avais-je demandé.

« N-non, ce n’est pas exactement de cette manière que je le décrirais. »

Il m’avait regardé, confus.

Allez, je serai gêné si tu me regardes comme ça, m’étais-je dit.

 

 

« Tu es nu, mais tu es terriblement imbu de toi-même. »

« Hé, bizut, tu ferais mieux de faire gaffe à ce que tu dis. Je suis ici depuis plus longtemps que toi. Ça veut dire que je suis le maître de cette cellule, ton aîné. Fais preuve d’un peu de respect », avais-je ordonné.

« O-ouais. »

« Ta réponse devrait être “oui, monsieur” ! »

« Oui, monsieur. »

Pourquoi, me demandez-vous, me comportais-je de façon si arrogante devant quelqu’un que je venais de rencontrer pour la première fois ? Parce que je m’ennuyais, bien sûr.

« Malheureusement, il n’y a pas de tapis sur lequel tu peux t’asseoir, alors assieds-toi quelque part. »

« Oui, monsieur. »

« Maintenant, bizut. Pourquoi t’a-t-on jeté ici ? »

J’avais essayé d’avoir l’air dur quand je le lui demandais.

Je m’attendais à ce que mon impertinence, malgré le fait que je sois plus jeune, puisse l’enrager, mais il répondit simplement avec un air abasourdi :

« Ils m’ont surpris en train d’essayer de les escroquer. »

« Oho, le jeu, c’est ça ? Pierre-Feuille-Ciseaux ? »

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Non, dés. »

« Dés, hein ? »

Il avait probablement utilisé des dés truqués qui n’atterrissaient que sur quatre, cinq ou six.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire