Mushoku Tensei (LN) – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Les fondements de la confiance

Partie 2

Le Dieu-Démon Laplace était connu comme un héros qui avait uni les races démoniaques, leur gagnant des droits que la race humaine leur avait longtemps refusés. Les Superds s’étaient ralliés à la bannière de Laplace très tôt dans sa campagne. Ils possédaient une agilité exceptionnelle et une capacité à sentir la présence de leurs ennemis. De plus, leur force au combat était inégalée. Ils servaient comme l’une des forces personnelles de Laplace, se spécialisant dans les embuscades et les raids nocturnes. Grâce au « troisième œil » sur leur front, ils étaient toujours consciences de leur environnement. Il était impossible de les prendre par surprise ou d’éviter leurs attaques meurtrières.

En d’autres termes, c’était un groupe d’élite. À l’époque, le mot « Superd » était prononcé avec des tons de respect et de crainte dans tout le Continent Démon.

Mais ensuite vint la guerre de Laplace.

Au milieu du conflit, au moment où les démons commençaient à envahir le continent central, Laplace fit appel à ses guerriers qui portaient un certain type d’arme, dont l’une d’entre elles, connut plus tard sous le nom de lances du diable. Il offrit ces lances à ses soldats en cadeau. Ils ressemblaient beaucoup aux tridents que les Superds maniaient au combat, mais ils étaient de couleur noir de jais. Même à première vue, il y avait clairement quelque chose d’inquiétant en elles.

Naturellement, certains guerriers s’opposèrent à leur utilisation, insistant sur le fait que la lance d’un Superd était leur cœur et leur âme, qu’ils ne pourraient jamais jeter leurs armes pour une chose maudite. Mais c’était un cadeau de Laplace, leur maître. Finalement, Ruijerd, le chef du groupe, ordonna à ses soldats d’utiliser leurs nouvelles lances, par pure loyauté envers Laplace.

« Hm ? Viens-tu de dire Ruijerd ? »

« Oui. J’étais le chef des guerriers superd à l’époque. »

« … Quel âge as-tu en ce moment ? »

« J’ai arrêté de compter quand j’ai atteint 500 ans. »

« D’accord… »

Le dictionnaire de Roxy avait-il mentionné que les Superds vivaient si longtemps ? Eh bien, peu importe.

Quoi qu’il en soit, le groupe avait jeté ses vieilles lances dans le sol quelque part et commença à utiliser les lances du diable au combat. Ces nouvelles armes étaient extrêmement puissantes, elles amplifiaient à plusieurs reprises les capacités physiques de leurs porteurs, annulaient les effets de la magie humaine et renforçaient encore les sens déjà aiguisés des Superds.

Les Superds étaient maintenant presque invincibles. Mais en échange, ils avaient été progressivement transformés. Plus leurs nouvelles lances goûtaient le sang, plus leurs âmes devenaient corrompues.

Les guerriers n’avaient même pas réalisé ce qui leur arrivait. Ils avaient perdu la raison petit à petit, aucun plus rapidement qu’un autre, et ainsi, personne n’avait remarqué comment eux-mêmes, ou ceux qui les entouraient, étaient en train de changer.

Avec le temps, cela conduisit à la tragédie.

Les Superds perdirent leurs capacités de faire la distinction entre ses amis et ses ennemis, ils commencèrent à attaquer tous ceux qu’il rencontrait, jeunes et vieux, sans distinction. Ils ne montraient aucune pitié pour les femmes ou même les enfants. Ils ne montraient aucune pitié pour personne.

Ruijerd se souvenait encore de cette époque avec une clarté éclatante. Peu de temps après, les races démoniaques en général en vinrent à appeler les Superds traîtres à leur cause, et la nouvelle se répandit parmi les humains qu’ils étaient des « diables sanguinaires ».

À cette époque, Ruijerd et ses compagnons sourirent joyeusement à ces insultes, les prenant pour les plus grands éloges. Les Superds étaient entourés d’ennemis, mais leurs lances maudites en faisaient une force avec laquelle il fallait compter. Tous les guerriers de leur bande se battaient maintenant avec la force d’un millier d’hommes, aucune armée ne pouvait espérer les détruire. Ils étaient rapidement devenus l’unité de combat la plus redoutée du monde entier.

Cependant, cela ne signifiait pas qu’ils n’avaient subi aucune perte. Étant ennemis détestés de l’humanité et des démons, ils avaient été forcés d’endurer des batailles quasi constantes, de jour comme de nuit. Lentement, mais régulièrement, leur nombre commença à diminuer.

Pourtant, aucun d’entre eux n’avait remis en question le chemin qu’ils suivaient. Dans leur folie, la pensée de la mort au combat leur apportait le bonheur.

Au bout d’un certain temps, une rumeur s’était répandue dans le groupe de Superds qu’un de leurs villages était en fait attaqué… c’était le village natal de Ruijerd. C’était un piège destiné à les attirer vers leur perte, mais à ce stade, aucun d’entre eux n’était assez lucide pour soupçonner quoi que ce soit.

Les guerriers retournèrent chez eux pour la première fois depuis un certain temps… et ils commencèrent à l’attaquer.

C’était simple. Ils avaient trouvé des gens, ce qui voulait dire qu’ils devaient les tuer.

Ruijerd avait assassiné ses parents, sa femme, ses sœurs et finalement son propre enfant. Le fils de Ruijerd était encore jeune, mais il s’était entraîné pour devenir guerrier. Le combat était loin d’être équilibré, mais dans ses derniers instants, le garçon réussit à briser la lance noire de son père.

À cet instant, le rêve agréable de Ruijerd prit fin, et son cauchemar commença. Il avait quelque chose de dur et de croquant dans la bouche. Réalisant que c’était le doigt de son fils, il le cracha avec horreur.

Il avait d’abord pensé au suicide, mais il chassa cela de son esprit. Il devait simplement faire quelque chose avant de pouvoir mourir, il y avait un ennemi qu’il devait détruire, quel qu’en soit le prix.

À ce moment-là, le village des Superds était totalement encerclé par une armée de démons envoyés pour les exterminer. Il ne restait que dix soldats de Ruijerd. Lorsqu’ils reçurent les lances du diable pour la première fois, il s’agissait d’un groupe de près de 200 combattants, courageux et audacieux. Une poignée d’entre eux survécurent, et ils étaient tous en mauvais état. Certains avaient perdu un bras, d’autres un œil ou le bijou sur leur front, mais même battus, meurtris et complètement dépassés en nombre, ils fixaient d’un regard belliqueux les forces armées qui les entouraient.

Ils allaient tous mourir. Et ils allaient mourir en vain.

Ruijerd arracha les lances du diable des mains de ses compagnons et les sépara. L’un après l’autre, ils revinrent à la raison, et leurs regards agressifs avaient laissé place à des expressions d’incrédulité choquée. Beaucoup commencèrent à pleurer de façon incontrôlable, déplorant le meurtre de leur famille. Pourtant, aucun d’entre eux n’avait demandé à être ramené dans l’oubli de leur transe, ils étaient faits de choses plus dures que cela.

Ensemble, ils prêtèrent serment de se venger de Laplace. Pas un seul n’avait blâmé Ruijerd pour ce qui s’était passé. Ce n’était plus des tueurs sans cervelle ni de fiers guerriers. Ils devinrent des créatures déchues et ruinées. Et seule leur vengeance leur donnait la volonté de vivre.

Ruijerd ne savait pas ce qu’étaient devenus les dix autres, mais il soupçonnait qu’ils étaient morts. Sans la puissance des lances du diable, les Superds n’étaient rien de plus que des soldats exceptionnellement efficaces. Ils n’avaient d’autre choix que d’utiliser les tridents qu’ils pouvaient trouver, plutôt que les tridents familiers auxquels ils s’étaient habitués au cours des années de bataille. Aucun d’entre eux n’aurait dû survivre. D’une manière ou d’une autre, Ruijerd réussit à percer l’encerclement de l’ennemi et à s’échapper. Mais il fut grièvement blessé dans la bataille et passa les trois jours et trois nuits suivants au bord de la mort.

La seule et unique chose qu’il avait emportée avec lui était le trident de son fils, avec lequel le garçon mort avait brisé la lance du diable et sauvé son père.

Finalement, après plusieurs années passées à se cacher, Ruijerd obtint sa revanche. Alors que les trois héros luttaient contre le Dieu-Démon Laplace, il alla à l’assaut pour les aider, réussissant à porter un coup à son ennemi détesté.

Mais bien sûr, la défaite de Laplace n’avait pas suffi à réparer tous les dégâts qu’il avait faits. Méprisés et persécutés, les Superds survivants furent chassés de leurs villages et dispersés à travers le monde. Pour les aider à s’échapper de leurs poursuivants, Ruijerd avait été forcé de tuer d’autres de ses anciens alliés démons. Dans les premières années qui suivirent la guerre, les attaques contre son peuple furent vraiment brutales, et il riposta avec autant d’acharnement.

Ruijerd n’avait pas rencontré un autre Superd depuis près de 300 ans. Il ne savait pas si les siens avaient été anéantis, ou s’ils avaient réussi à survivre et à former un nouveau village dans un endroit secret.

« Laplace est responsable de tout ça, bien sûr. Mais moi aussi, j’assume la responsabilité de la honte que j’ai causée à mon peuple. Même si je suis le dernier de ma race, je veux dire la vérité au monde. »

Une fois son histoire racontée, Ruijerd se tut une fois de plus.

◇ ◇ ◇

Ses paroles avaient été simples et directes. Il n’avait jamais fait appel à nos émotions. Et pourtant, Ruijerd avait parfaitement exprimé ses regrets, sa colère et son amertume. Soit tout cela était vrai, soit l’homme était un acteur étonnamment talentueux.

« Quelle horrible histoire », marmonnais-je en essayant de rassembler mes pensées.

Si nous croyons Ruijerd sur parole, les Superds n’étaient pas une tribu assoiffée de sang. Il n’était pas clairement expliqué la raison pourquoi Laplace leur avait donné les lances du diable. Mais peut-être qu’il avait prévu de les utiliser comme bouc émissaire pour tout crime commis par ses armées une fois les combats terminés.

Quelle vilaine chose à faire !

Les Superds avaient clairement été très loyaux envers Laplace. Ils auraient donné leur vie à sa cause. Les trahir si cruellement semblait inutile.

« D’accord. Je t’aiderai autant que possible. »

Une petite voix en moi chuchota une objection : es-tu vraiment en mesure de l’aider ? Et si tu te concentrais sur le fait de sauver ta propre peau ? Ce voyage va être bien plus dur que tu ne le penses.

Ce n’était pas suffisant pour empêcher ma bouche de bouger.

« Je n’ai pas de réelles idées, mais peut-être qu’avoir un enfant humain à tes côtés ouvrira de nouvelles possibilités. »

Bien sûr, je n’agissais pas seulement par pitié ou compassion. À certains égards, nous avions tout à gagner de cet arrangement. Ruijerd était un combattant puissant, du même niveau que les trois héros légendaires, et il nous offrait sa protection. Au moins, avec lui dans les parages, on ne se ferait pas tuer par un monstre sur le chemin de notre prochaine destination.

Sa présence rendrait les choses plus faciles sur la route, et plus difficiles lorsque nous atteindrions une ville. Tant qu’on trouvait un moyen de contourner le problème de la ville, il ferait un excellent allié. Non seulement il était fort, mais il était impossible de lui tendre une embuscade ou de le surprendre, même la nuit, ce qui nous permettrait d’éviter beaucoup plus facilement les voyous ou les racketteurs dans les villes inconnues.

Aussi… bien que ce ne soit qu’une intuition de ma part, j’avais eu l’impression que l’homme était fondamentalement incapable de mentir. J’étais sûr de pouvoir lui faire confiance.

« Je te fais la promesse que je ferai tout ce que je peux pour toi, Ruijerd », avais-je dit.

« Euh… merci », répondit-il, plus qu’un peu surpris.

Peut-être avait-il remarqué que la suspicion dans mes yeux s’estompait ?

Eh bien, peu importe. J’ai décidé de te faire confiance, d’accord ? Je suis tombé dans le panneau, j’ai mordu à l’hameçon, à la ligne et au plomb.

Dans ma vie antérieure, j’avais l’habitude de rire tout le temps en entendant des histoires sanglotantes… mais pour une raison quelconque, celle-ci m’avait vraiment touché. Si l’homme me piégeait d’une façon ou d’une autre, qu’il en soit ainsi. J’avais envie de faire stupidement confiance pour une fois.

« Mais mon garçon, le Superd est vraiment… »

« Tout va bien, Rokkus. Je trouverai une solution. »

Ruijerd nous protégerait sur la route, et je le protégerais dans les villes. Ce serait une relation d’échange.

« Partons demain, Ruijerd. Content de t’avoir parmi nous. »

Il n’y avait qu’une seule chose dans cet arrangement qui me rendait un peu anxieux… Et c’était la chose suivante : j’avais l’impression de faire exactement ce que l’Homme-Dieu voulait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire