Mushoku Tensei (LN) – Tome 3 – Chapitre 10 – Partie 3

***

Chapitre 10 : L’achèvement du premier travail

Partie 3

Alors que nous quittions le bâtiment avec le chat de notre cliente, Ruijerd me regarda fixement et rompit son silence.

« Rudeus ! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Le sens de… quoi, exactement ? »

Il m’attrapa par le revers et me souleva de quelques centimètres du sol.

« Ne fais pas l’idiot ! Ces gens sont des méchants ! Veux-tu vraiment que je m’associe à eux ? »

Très bien. L’homme était vraiment furieux. Son visage était… effrayant à regarder en ce moment. Je n’avais pas pu m’empêcher de me rappeler qu’il avait tué un homme il y a peu de temps.

« Eh bien, je te l’accorde, ce ne sont pas des gens formidables. Mais ce ne sont que de petits escrocs… ils ne faisaient rien de mal. »

« Un méchant est un méchant ! L’ampleur de leur mal n’a rien à voir avec ça ! »

Je savais que ça arriverait, pas vrai ? Pour une raison quelconque, mes jambes tremblaient encore. Ma voix tremblait, et il y avait de petites larmes qui se formaient dans le coin de mes yeux.

« Mais regarde, ça nous permet de faire d’une pierre deux coups… »

« Qu’est-ce que ça peut faire !? »

Ruijerd n’y croyait vraiment pas, n’est-ce pas ? Ce n’était pas bon. J’avais trop peur de penser clairement. Le claquement de mes dents résonnait fort dans ma tête.

« Ces méchants te trahiront un jour ! », cria Ruijerd, alors que ses yeux se rétrécissaient.

C’était vrai. J’avais pris en compte cette possibilité. Mais ce plan offrait des avantages juteux de leur point de vue, et nous leur avions juste fait très peur. Ce n’était probablement pas un problème à court terme.

« À quoi pensais-tu ? Pourquoi devons-nous conspirer avec de telles personnes ? »

Cette question… m’avait fait réfléchir.

Cet homme avait raison. Ce n’était pas comme si nous devions unir nos forces avec ces deux-là. Nous aurions toujours pu faire les choses à un rythme plus tranquille, en prenant les tâches de la guilde quand nous le pouvions, en chassant des monstres en dehors de la ville quand nous avions besoin d’argent, et en gravissant lentement les échelons. C’était une alternative parfaitement viable. Et ça n’impliquerait pas de compter sur des gens louches. Ce serait un peu un détour, mais ce n’était pas la fin du monde.

C’était peut-être une mauvaise idée. On annule, on fait demi-tour et on tue ces deux-là tout de suite ? On aura ainsi un bon bain de sang ?

Étais-je dans le droit chemin ? Je n’en étais plus si sûr.

« Ruijerd ! »

À ce moment-là, mon débat intérieur avait été interrompu par un cri féroce. Le corps de Ruijerd s’était balancé une fois, puis deux fois.

« Enlève tes mains de Rudeus ! »

Éris lui donnait des coups de pied au derrière… à plusieurs reprises.

« De toute façon, de quoi te plains-tu !? »

Sa voix était assez forte pour me faire sonner les oreilles. Quelques passants regardèrent dans notre direction, se demandant pourquoi tout ce tapage.

« Je n’aime pas l’idée d’unir mes forces à celles d’une paire de méchants. »

« Oh, boo-hoo! Et si ça ne te plaît pas ? Il fait ça pour ton bien, imbécile ! Et le mien ! »

Les yeux de Ruijerd s’élargirent, et mes pieds redescendirent sur le sol. Éris cessa rapidement de lui donner des coups de pied, mais elle n’en avait pas fini avec les cris.

« Tout d’abord, qu’est-ce que ça peut faire qu’ils volent des animaux ? »

« Tu me comprends mal. Le genre de personne qui donnerait un coup de pied à un enfant ne peut pas être… »

« Oh, allez ! Je frappe les gens tout le temps ! »

« … quand même, on ne peut pas faire confiance aux méchants. »

« Tu as fait des choses maléfiques dans le passé, n’est-ce pas !? »

Eh bien, maintenant elle l’avait laissé pantois.

Mlle Éris… Je suis très reconnaissant que tu me défendes ainsi, mais peut-être que nous ne devrions pas le pousser trop fort là où cela fait mal…

« Rudeus est vraiment intelligent, OK !? Il va tout arranger ! Alors… tais-toi et fais ce qu’il dit ! »

« … »

« Ne commence pas à pleurnicher chaque fois que tu te sens un peu malheureux ! »

« Mais… »

« Si tu vas te plaindre de chaque petite chose, alors rentre chez toi maintenant ! Rudeus et moi pouvons nous débrouiller seuls ! »

Ruijerd chancela, déconcerté par l’émotion brute présente sur le visage d’Éris.

« … Très bien. Je suis désolé, Rudeus. »

Après un moment, celui-ci s’excusa auprès de moi. L’homme avait été submergé par la véhémence d’Éris. Mais cela ne voulait évidemment pas dire qu’il était convaincu.

« C’est bon, Ruijerd… »

La barre que j’avais besoin de franchir venait de s’élever bien plus haut. Après tout cela, je ne pouvais pas admettre moi-même que je me sentais incertain.

Faire équipe avec ces deux-là avait peut-être été une décision imprudente. Mais maintenant que j’en étais arrivé là, je devais m’en tenir à mes armes, même si je me sentais anxieux.

J’avais pensé que c’était une idée géniale au début. Je dois juste me faire confiance sur ce coup-là.

… Ce n’était pas comme s’il y avait beaucoup de gens en qui j’avais moins confiance.

◇ ◇ ◇

Quand nous l’avions réunie avec son chat, Meicel était absolument ravie. Elle était arrivée en courant dès qu’elle avait posé les yeux sur nous, avait jeté ses bras autour de Mii, et fit couler des larmes de joie.

La fille adorait visiblement son animal de compagnie. Le chat était étonnamment tolérant envers son affection… étant donné que c’était une panthère.

« Merci ! Je vous remercie ! Hum, voilà pour vous ! »

Au bout d’un moment, notre cliente heureuse remit à Ruijerd une petite carte métallique. Il y avait quelque chose qui ressemblait à un numéro de série, avec le mot « terminé ».

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je dit.

« Ne le savez-vous pas ? N’êtes-vous pas des aventuriers ? » demanda la fille avec incrédulité.

Eh bien, je suppose que je vous laisserai me l’expliquer, si vous insistez ! Harumph !

« Pourriez-vous m’expliquer, mademoiselle ? »

« D’accord ! Quand vous porterez ça à la Guilde des Aventuriers, ils vous donneront de l’argent à la place. Mais elle n’était pas complétée au début ! Si vous mettez ensuite ton doigt sur la partie vide et que vous faites “tâche accomplie”, c’est tout ce qu’il faut ! »

En voici une traduction libérale : « Si vous placez votre doigt sur la carte et que vous dites que la tâche est terminée, la carte indiquera que le travail est fait. »

Hmm. Est-ce que c’était une sécurité contre la possibilité que quelqu’un vole la carte ? Mais que se passerait-il si je faisais moi-même la partie « tâche accomplie » ? Est-ce que ça marcherait ? Si c’était le cas, vous pouvez simplement obtenir les cartes et les rendre pour obtenir facilement de l’argent…

Non. Même si ça marchait, la guilde s’en rendrait compte en un rien de temps. Et ils avaient probablement pris des mesures pour prévenir ce genre de choses.

« Uhm… on dirait que celui-ci dit déjà “complet”. » Normalement, vous attendriez que le travail soit fait pour faire toute cette étape, n’est-ce pas ? »

« Oui ! Mais je savais que Ruijerd allait trouver Mii, alors je l’ai fait d’avance ! »

Oh, mon Dieu, ce n’est pas vrai. Trop mignon ! La confiance d’une enfant est une si belle chose !

Ruijerd s’accroupit et tapota doucement la fille sur la tête.

« Je vois… Vous aviez foi en moi, n’est-ce pas ? Merci, Meicel. »

« Oui ! Je ne savais pas qu’il y avait de bons diables, mais maintenant oui ! »

Pendant un moment, le visage de Ruijerd semblait gelé. Je sais ce que tu ressens, mec, mais c’est là où se situe ta réputation en ce moment.

« Très bien, mademoiselle. N’oubliez pas Dead End et votre ami Ruijerd, d’accord ? »

« Oui ! Venez m’aider si elle disparaît encore ! »

Les dernières paroles joyeuses de la fille m’avaient fait un peu mal à la poitrine.

◇ ◇ ◇

Quand nous étions tous les trois rentrés à la Guilde des Aventuriers, le crépuscule était déjà là. Si chaque travail nous prenait autant de temps, nous ferions faillite en un rien de temps.

« Hé, c’est quoi ce bordel ? Ils sont de retour ! »

« Whoa! Tu as déjà trouvé cet animal perdu, gamin ? »

Dès qu’on était entrés dans l’immeuble, ce même type, l’homme cheval, recommença à nous faire marcher. Il était assez facile à reconnaître, car sa tête de cheval contrastait étrangement avec son corps de Minotaure. Il était resté dans la guilde toute la journée ou quoi ?

« Oh, si ce n’est pas l’homme à tête de cheval de ce matin… As-tu fait une pause aujourd’hui ? »

Honnêtement, ce n’était pas très amusant de traiter avec ce type. Il me rappelait trop quelqu’un qui m’avait intimidé avant ça. Ils avaient tous les deux fait un grand spectacle en s’amusant avec vous, en invitant tout le monde à se joindre à vous.

« Euh… quoi ? Tu parles très poliment, tout d’un coup, petit. Plutôt flippant… »

Oups ! J’avais oublié de mettre mon autre personnalité. Je suppose que je vais m’y faire…

« Tu es un aventurier chevronné et tu as été assez gentil pour nous donner quelques conseils. Pourquoi ne te parlerais-je pas respectueusement ? »

« O-oh. Bien sûr. Je suppose que tu marques un point. »

L’homme cheval était devenu un peu timide à ce sujet. C’était un sacré coup monté.

« C’est grâce à toi, qui nous as indiqué la bonne direction, que notre premier travail s’est déroulé sans accroc. »

« Pardon ? »

J’avais montré notre carte de tâches devant l’homme cheval. Celui-ci semblait vraiment impressionné.

« Eh bien, c’est quelque chose ! Vois-tu, il est sacrément difficile de retrouver un seul animal dans une ville aussi grande ? »

Oui, je suis sûr que ça le serait d’habitude d’autant plus lorsque l’animal en question a été enlevé.

« Hé, ce n’est pas grave quand on a Ruijerd de Dead End de son côté. »

« Merde. Pour une fraude totale, ce type n’est pas à moitié méchant ! »

« Pousse-toi, Homme-Cheval ! C’est le vrai ! »

J’avais laissé l’individu pendant un moment, et je m’étais dirigé vers les comptoirs de réception. Là, j’avais remis la carte de tâche et nos trois cartes d’aventurier à la greffière. Après un certain temps, elle avait remis nos cartes, ainsi qu’une pièce de monnaie brute de la taille d’une pièce de 100 yens.

Quand j’étais retourné vers les autres, j’avais trouvé l’homme cheval et Ruijerd engagés dans une conversation.

« Hé, de toute façon, comment as-tu trouvé cet animal ? Par simple curiosité. »

« De la même façon que je traque les proies pendant la chasse. »

« Ooh. La chasse, hein ? C’est quoi le nom de ton peuple déjà ? »

« … Les Superds. »

« Hah. Bien sûr, bien sûr. Je savais que tu en étais un, mec. Ce truc que tu portes est un bijou et cela ne laisse aucun doute. »

L’homme cheval fixait le pendentif de Roxy, maintenant suspendu de façon proéminente autour du cou de Ruijerd.

« Je suis Nokopara. Rang C. »

« Ruijerd, rang F. »

« Ouais, je connaissais déjà ton grade, mec ! Ah, eh bien. Si vous avez besoin de savoir quelque chose, n’hésitez pas à demander. Je ne suis pas radin quand il s’agit d’aider les débutants ! Gahahahah ! »

Ça avait l’air d’une conversation de bon ton, tout bien considéré. C’était plutôt agréable de voir le paria désigné de notre groupe parler à un étranger, mais j’avais aussi très peur qu’il en dise trop… ou qu’il se mette soudainement à attaquer. J’espérais que le sujet des enfants ne soit pas abordé.

Éris, assise aux côtés de Ruijerd, était également une préoccupation. J’avais remarqué que des gens venaient lui parler de temps en temps, mais comme elle ne parlait pas la langue, elle ne leur répondait jamais.

« Wôw, c’est une belle épée. Où l’avez-vous eue ? »

« … »

« Hé ! Allez ! Ne m’ignore pas comme ça ! »

Une guerrière en particulier semblait s’irriter du traitement silencieux.

« Puis-je vous aider, mademoiselle ? »

Je m’étais interposé entre elles, mais elle s’était contentée de grommeler « Ah, oublie ça », puis elle partit aussitôt.

C’était alors que Nokopara s’était tourné de nouveau vers moi.

« Salut, petit. Tu as réussi à obtenir ta récompense, pas vraie ? »

« Oui. Une pièce de ferraille ! C’est la première fois qu’on gagne de l’argent en tant que groupe. »

« Haha ! Mec, au début tu seras payé des cacahuètes. »

« Allez, viens. Ce n’est pas une façon de parler des économies d’un enfant pauvre. »

« C’est toujours des cacahuètes, gamin. »

« Seulement dans un sens monétaire. »

Cette gentille petite fille avait économisé son argent de poche pour le bien de son chaton bien-aimé. Quand vous preniez en compte ce fait à l’esprit, même une seule pièce de monnaie brute comme celle-ci ne semblait pas si insignifiante, n’est-ce pas ?

« Tu ne comprends pas la valeur réelle de cette récompense. Pourquoi n’irais-tu pas voir ailleurs, hein ? Shoo, shoo, shoo. »

« Tu me parles vraiment méchamment. Bon, très bien. Continue comme ça, gamin ! »

D’un geste de la main, Nokopara se dirigea vers une autre partie de la pièce. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire dans la vie ?

Quoi qu’il en soit, nous avions réussi à mener à bien notre premier travail d’aventuriers.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire