Mushoku Tensei (LN) – Tome 2 – Chapitre 8 – Partie 1

***

Chapitre 8 : Le tournant décisif

Partie 1

Le royaume de Shirone.

Roxy Migurdia regarda par la fenêtre avec ses sourcils froncés. La couleur du ciel était étrange. Brun, noir, violet et jaune. C’était un changement de couleur qu’on ne voyait pas d’habitude. Et pourtant, elle avait déjà vu ces couleurs quelque part auparavant.

« Je me demande ce que c’est ? »

Les nuances lui étaient familières, mais elle n’avait jamais vu le ciel comme ça auparavant. La seule chose qui était claire, c’est que ce n’était pas un phénomène naturel.

L’explication la plus probable était la magie qui, pour quelque raison que ce soit, était devenue incontrôlable. Son échelle était telle qu’elle pouvait le voir tourbillonner même de loin.

Puis elle s’en était souvenue. La façon dont cela se passait, elle l’avait déjà vu à l’Université de Magie. La lumière avait l’air de faire appel à la magie.

« Cette direction… à l’est. Le royaume d’Asura ? Ne me dites pas que c’est Rudeus ? »

Elle se souvint du garçon qu’elle avait un jour pris comme élève. Ce garçon qui, à l’âge de cinq ans, pouvait produire une tempête alors qu’il était tout à fait calme. Maintenant, il avait dix ans. À la moitié de son âge, il avait le contrôle total de son incroyable niveau de mana, il était donc possible qu’il fasse quelque chose comme ça.

Dans sa lettre la plus récente, il parlait de ses difficultés qu’il avait à utiliser la magie d’invocation. Peut-être avait-il obtenu un livre à ce sujet, ou peut-être avait-il trouvé un professeur.

« Tu es pleine d’ouverture ! »

Tandis qu’elle pensait profondément, quelqu’un lui lança ses bras par-derrière. Alors que ses seins étaient saisis, elle sentit quelque chose de dur presser contre ses cuisses.

« Hnnngh... »

Roxy en avait marre. Peu importe la façon dont il l’avait tripotée, l’épaisseur de ses robes masquait tout. D’ailleurs, même s’il prenait du plaisir à faire ça, la seule chose qu’elle ressentait était du mécontentement.

« Que des flammes déchaînées brûlent mon corps sur place ! »

« Gyaah ! »

La force des flammes qui couvraient son corps fit voler la personne derrière elle. Elle ne pouvait toujours pas lancer d’incantations silencieuses, mais elle avait considérablement raccourci la durée de ses sorts au cours des cinq dernières années. Lorsqu’elle apprit que Rudeus enseignait à ses propres élèves à lancer des incantations silencieuses, elle décida de s’entraîner à raccourcir ses propres incantations. Ça n’avait pas été facile. Qu’est-ce que ce petit génie attendait-il de ses élèves ? Tout le monde n’avait pas autant de talent que lui.

Roxy se retourna et regarda le garçon s’effondrer sur le sol.

« Votre Altesse, tu ne peux pas te mettre derrière une femme et commencer à peloter sa poitrine. »

« Roxy ! Essayais-tu de me tuer !? Je te ferai jeter en prison ! »

Le septième prince du royaume de Shirone, Pax Shirone, était un enfant avec une mauvaise attitude qui venait d’avoir quinze ans. Son mauvais comportement était attachant au début, mais dernièrement, il avait développé un réel intérêt pour le sexe et faisait des avances sexuelles à Roxy tous les après-midi.

« Mes excuses. Je ne savais pas qu’une attaque aussi faible serait fatale. Tu dois avoir la constitution d’un insecte. »

« Grrr ! Quel irrespect criminel ! Je ne pardonnerai pas ça ! Si tu veux mon pardon, alors roule ta robe et laisse-moi voir ta culotte ! »

« Je passe mon tour. »

Il avait déjà mis la main sur de multiples servantes, laissant le roi préoccupé par la façon de gérer la situation. Maintenant, il semblait qu’il s’était tourné brusquement vers son professeur de magie.

Que pouvait-il trouver de si attrayant dans cette fille aussi impolie ? Roxy ne comprenait pas. Elle n’avait aucune raison d’obéir à ses ordres, même s’il s’en prenait à elle. Selon le contrat qu’elle avait passé avec le parti au pouvoir dans le pays, peu importait les exigences égoïstes du prince, elle était libre de le traiter comme elle le voulait.

Il n’y avait pas beaucoup de gens dans ce château qui obéissaient directement à ses ordres. En plus, c’était le septième prince. Il était bas dans la ligne de succession, donc il n’avait presque aucune autorité. En fait, si vous regardiez les privilèges qui leur étaient accordés, Roxy était dans une position beaucoup plus élevée en tant que magicienne de la cour impériale.

Le prince essaya une approche différente.

« Roxy, je le sais déjà. Je sais que tu as un amant ! »

« Je vois, et quand ai-je réussi à faire quelque chose d’aussi incroyable que de trouver un amant ? », répondit-elle soudainement à son charabia tout en inclinant la tête.

Un amant ? Elle en voulait un à un moment donné, mais elle n’avait pas encore trouvé son homme idéal. Même si elle le faisait, avec son apparence typique d’un membre de la race de Migurd, il n’aurait sûrement pas à lui rendre la pareille. Elle avait déjà abandonné.

Le prince était lui-même bizarre. C’était probablement pour cela qu’il voulait goûter à son corps, même si ce n’était qu’une fois. Mais Roxy n’avait pas l’intention de se laisser séduire si facilement.

« Eheheheh, je me suis glissé dans ta chambre et j’ai trouvé toutes ces lettres que tu avais empilées au fond de ton étagère ! Je ne sais pas quel genre de paysan des bois il est, mais avec mon pouvoir je pourrais le faire écraser ! Si tu ne veux pas qu’il soit confronté à une exécution cruelle, tu ferais mieux de devenir ma femme ! »

C’était donc son autre méthode. Il prenait en otage l’amant de la personne qui l’intéressait, puis exigeait que l’objet de son affection lui soit soumis pour protéger son amant. Après cela, il l’emmenait devant son amant juste pour qu’il puisse se sentir plus fort en dominant une autre personne.

Il n’avait pas cette autorité. Néanmoins, il restait encore le prince de ce pays. Il avait ses propres troupes avec lesquelles il pouvait faire ce qu’il voulait, et on disait qu’il avait déjà pris en otage l’amant d’une servante.

Quel mauvais goût ! Tout ce qu’il fait, c’est me faire flipper, pensa Roxy. Je suis contente de ne pas avoir d’amant. Toutes ces lettres venaient de Rudeus. Rudeus, qui était un élève respecté et non son amant.

« N’hésite pas à le faire », lui avait-elle dit.

« Quoi !? Je vais vraiment le faire, tu sais !? Si tu veux t’excuser, fais-le maintenant ! Si tu le fais maintenant, tu n’auras qu’à me donner ton corps ! »

Le prince n’avait clairement pas réfléchi. Il ne savait même pas où se trouvait Rudeus. D’après son attitude, il n’avait pas non plus lu le contenu de ces lettres.

« Si tu réussis à faire quelque chose à Rudeus, alors tu pourras t’en prendre à mon corps. »

« Pourquoi es-tu si confiante ? Tu devrais savoir quel genre de pouvoir j’ai ! »

Bien sûr qu’elle le savait. Elle savait que le peu de pouvoir qui lui était accordé en tant que prince de la famille royale ne valait pratiquement rien.

« Rudeus est sous la protection de la famille Boreas, une puissante famille noble du royaume Asura. »

« Boreas… ? Comme si des nobles pouvaient tenir tête à l’autorité d’un membre de la famille royale ! »

Il ne connaissait même pas les noms des puissantes familles nobles du royaume Asura. Cette prise de conscience provoqua un soupir de Roxy. Les autres tuteurs lui avaient-ils appris quelque chose ?

Comme les quatre grands seigneurs du seigneur régional, les familles Notos, Euros, Zepiroth et Boreas étaient de grande renommée. Quand le royaume d’Asura était entré en guerre, c’était eux qui se tenaient sur les lignes de front. Ils étaient militaires depuis des générations. En outre, des membres de ces puissantes familles nobles pouvaient parfois se rendre à Shirone dans le cadre d’engagements diplomatiques. Ces noms valaient vraiment la peine qu’on s’en souvienne.

« Le royaume d’Asura est dix fois plus grand que celui de Shirone. Pour prendre l’enfant d’une puissante famille noble sur un soupçon sans fondement et l’escorter à la potence, il faudrait posséder un énorme pouvoir politique et des compétences stratégiques. Ce qui est impossible pour toi, Votre Altesse. »

« Je vais le faire assassiner ! J’enverrai mes gardes impériaux ! »

Gardes impériaux ? Roxy soupira intérieurement. Il n’y pensait vraiment pas du tout.

« Tes gardes ne peuvent pas traverser la frontière du pays. Et même s’ils le pouvaient, et la chance serait d’un sur un million, la famille Boreas a invité l’épéiste de rang Roi Ghislaine dans sa maison en tant qu’invitée. Crois-tu vraiment qu’ils puissent se faufiler dans la Citadelle de Roa, dans le manoir de Boreas, échapper à la vigilance de Ghislaine, et assassiner un maître magicien ? »

« G-grrr ! »

Le prince broya ses dents et piétina ses pieds.

Roxy laissa échapper un autre soupir devant ses lèvres. Ah, je n’arrive pas à le croire. Il a déjà quinze ans et il ne sait même pas faire la distinction entre ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.

Roxy avait entendu dire que l’élève de Rudeus, Éris, avait été un animal sauvage incontrôlable il y a trois ans, mais s’était récemment affiné. Pendant ce temps, son élève était dans ce triste état.

Il y a des années, elle l’avait trouvé attachant et avait même reconnu son talent pour la magie. Malheureusement, dès qu’il avait réalisé quel genre de pouvoir il avait, sa volonté de s’améliorer disparut et il passa la majeure partie de ses leçons à dormir. Elle ne voyait plus aucun potentiel en lui.

« De toute façon, je vais bientôt quitter mon poste de tuteur alors tu n’arriveras pas à temps, même si tu envoyais des assassins sur le champ. »

Dès qu’elle avait dit cela, il éleva la voix en état de choc.

« Qu’est-ce qu’il y a !? Je n’ai pas entendu un mot à ce sujet ! »

« Alors, tu ne dois pas t’en souvenir. »

Dès le début, l’accord était qu’elle travaillerait comme son tuteur jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge adulte. À l’époque, elle avait envisagé de demander à rester au-delà de son contrat. Cependant, il y en avait beaucoup dans le palais royal qui s’indignaient de sa présence. Partir était la chose la plus sage à faire.

« C’est aussi une bonne occasion », avait-elle ajouté.

« Une bonne occasion pour quoi ? »

« Il y a quelque chose d’étrange dans le ciel de l’ouest. Maintenant, je peux aller le voir par moi-même. »

« Qu’est-ce que… »

Elle n’avait pas dit que c’était parce qu’elle voulait voir le visage de Rudeus après tout ce temps. Ça ne ferait qu’enrager le prince si elle le faisait.

« J’ai toujours besoin de toi ! On est toujours en plein milieu de nos leçons, hein ! »

« Hors de propos. Tu dors durant toute la leçon. »

« C’est de ta faute si tu ne m’as pas réveillé ! »

« Oh, vraiment ? Alors, en tant que mauvais professeur, je devrais partir rapidement. N’oublie pas d’engager quelqu’un qui te réveillera la prochaine fois. Je ne suis pas intéressée. »

Ce prince m’est incompatible, pensa Roxy. Je n’arrête pas de le comparer à Rudeus. Tout ce que j’avais à faire, c’était d’enseigner une chose à Rudeus et il l'apprenait, l’étudiait et apprenait dix ou vingt nouvelles choses. Peut-être que je ne peux plus être professeur après avoir rencontré un étudiant comme ça.

Et ainsi, Roxy quitta Shirone et partit en voyage. Elle avait été accostée par le septième prince et ses gardes personnels en sortant, mais les avait rapidement repoussés.

Par la suite, le septième prince insista obstinément pour qu’elle soit appréhendée et traduite devant lui pour répondre de l’acte de violence impardonnable qu’elle avait commis contre lui. Cependant, le roi refusa d’écouter ses réclamations. Au lieu de cela, le prince avait été réprimandé et sévèrement puni pour avoir été incapable de convaincre la magicienne d’eau de rang Roi, Roxy Migurdia, de rester.

◇ ◇ ◇

Roxy n’était pas la seule à avoir remarqué le changement de ciel. Chaque personne, dans le monde entier, avait remarqué à la fois son anomalie et de la soudaineté de son apparition. Même les plus renommés en avaient pris note.

Les monts de la Wyrm Rouge

Le Dieu Dragon Orsted regarda le ciel à l’ouest.

« Le Mana se regroupe ? Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce qui a causé cette folie ? » grogna-t-il avec suspicion.

« Peu importe. Je le saurai quand je l’aurai vu par moi-même. »

Il se dirigea droit vers l’ouest, passant sur le cadavre de la wyrm rouge qu’il venait de tuer en une seule attaque. D’autres wyrms rouges envahissaient la région comme un groupe d’insectes, mais aucun ne tenta de s’impliquer. Ils savaient comment on marchait au-dessous d’eux. Ils savaient que même s’ils se regroupaient pour attaquer, ils ne seraient que tués. Ils savaient aussi que s’ils restaient à l’écart, ils seraient en sécurité.

Cet être était le Dieu Dragon, un être qui existait en dehors des règles de ce monde. Un être qu’ils ne pouvaient pas toucher.

Plein d’orgueil, un autre jeune wyrm qui ne comprenait pas sa place dans le monde s’était abattu sur Orsted. En une fraction de seconde, il ne resta plus qu’un morceau de viande.

Les wyrms rouges étaient des créatures terriblement fortes qui résidaient sur le continent central. Ce n’étaient pas seulement leurs prouesses au combat qui les rendaient redoutables, mais aussi leur intelligence. C’est pourquoi ils savaient qu’il était l’homme le plus fort du monde, et qu’ils ne pouvaient espérer vaincre un adversaire, même si leur nombre les favorisait.

Orsted descendit lentement la montagne alors que les wyrms rouges l’observaient. Ses intentions étaient un secret qu’il était le seul à connaître.

La forteresse flottante

Le dragon blindé Perugius, l’un des trois héros légendaires, regardait le ciel du nord.

« Qu’est-ce que c’est ? On dirait la lumière émise quand le Grand Empereur du Monde des Démons se réveille. »

À proximité se tenait une femme avec un masque de corbeau blanc sur le visage, un membre du peuple du ciel qui possédait des ailes noires.

« Le niveau de mana est différent. », chuchota-t-elle

« En effet. Au contraire, elle ressemble à la couleur d’une invocation. »

« Oui, mais cela dit, je n’ai jamais vu autant de lumière pour une invocation auparavant. »

« C’est comme quand on a créé Briseuse de Chaos. »

Perugius se devait d’agir.

Il avait passé sa journée, comme tous les autres, assis au sommet de son trône dans Briseuse de Chaos, en présence de ses douze disciples, continuant à surveiller la surface. Il n’avait qu’un seul objectif, vaincre son ennemi détestable, le Dieu Démon Laplace, dès qu’il se sera réveillé. Il attendait dans le ciel le moment où le sceau se détacherait.

« Se pourrait-il que le Grand Empereur du Monde des Démons essaie de desceller Laplace ? »

« C’est possible. L’Empereur a été d’un calme troublant au cours des 300 ans qui se sont écoulés depuis son réveil », répondit-elle.

« Très bien. Arumanfi ! »

« Je suis là. »

Un homme revêtu de blanc et portant un masque jaune apparut et s’agenouilla devant Perugius.

« Faites des recherches immédiatement, je suis sûr que celui qui est derrière tout ça doit être en train de préparer quelque chose. Si vous voyez quelqu’un de suspect qui semble être impliqué là-dedans, tuez-le. »

« Compris. »

Le dragon blindé Perugius se mit à l’action, ses douze serviteurs derrière lui. Tout ça pour venger les quatre amis qu’il avait perdus. Cette fois, c’est sûr qu’il portera un coup fatal au Dieu Démon Laplace.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire