Mushoku Tensei (LN) – Tome 13 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Puis-je le garder ?

Partie 3

J’avais besoin de repenser un peu les choses ici.

Les Tréants étaient des monstres. C’était juste un fait. D’après mon expérience, ils se déguisaient en arbres ou en d’autres plantes, puis ils lançaient de vicieuses attaques-surprises sur tous les voyageurs qui passaient par là.

Pourtant, je savais qu’il y avait des espèces de monstres qui pouvaient être domestiquées.

Des créatures comme Dillo, notre animal de compagnie, et le lézard que je chevauchais sur le Continent Démon n’étaient généralement pas considérés comme des monstres — les gens les appelaient simplement « bêtes ». Mais il n’y avait rien qui les séparait intrinsèquement des monstres, à part leur tempérament.

Ce bébé tréant semblait assez apprivoisé, alors peut-être que je n’avais pas à le classer parmi les monstres.

Et honnêtement, il n’était pas si menaçant. Dillo pourrait sûrement faire beaucoup plus de dégâts que cette chose s’il le voulait.

Cela dit… Dillo avait été domestiqué par un dresseur de bête professionnel.

« Écoute ! Je suis franchement un peu inquiet de voir cette chose t’étrangler dans ton sommeil. »

« Je pense que ça devrait aller, Rudeus. Même les plantes Vatirus adultes ne font que deux fois cette taille. »

« Hmm… ok, mais… »

« Si jamais il fait du mal à quelqu’un, je ferai ce que tu dis ! Je te le promets ! »

« Et si tu es gravement blessée la première fois qu’il attaque ? »

« Grr… »

Aisha gonfla ses joues en faisant la moue, mais elle semblait reconsidérer sa stratégie. Ouvrant grand les yeux, elle croisa ses mains devant sa poitrine et me regarda avec son expression la plus douce et innocente.

« S’il te plaît, Rudeus ? Ne peux-tu pas me donner une chance ? »

Où diable avait-elle appris à plaider comme ça ? Pas subtile, gamine.

J’étais tenté d’aller plus loin, mais pour l’instant, il y avait des choses plus urgentes à faire.

Ok, voyons voir…

J’étais sûr que je n’avais jamais entendu parler de quelqu’un qui aurait domestiqué un Tréant avant. Je ne connaissais pas non plus beaucoup leur comportement, il était donc difficile de dire quelle était la meilleure façon d’en dresser un. Plus important encore, c’étaient des monstres dangereux, bien qu’assez faible. Si nous faisions une erreur, même minime, les choses pourraient rapidement mal tourner.

Et puis, s’il ne dépassait pas trente centimètres de haut, il n’y avait pas grand-chose qu’il puisse faire pour nous blesser.

Aisha avait élevé cette chose elle-même à partir d’une graine, elle était donc habituée à la présence de personnes. Il était donc moins probable qu’elle attaque l’un d’entre nous… en supposant qu’elle soit un animal ordinaire à cet égard.

Hmm…

Visiblement irritée par mon indécision, Aisha commença à faire la moue.

« Alors très bien. Si c’est comme ça que tu veux être, je devrais peut-être jouer mon atout. »

« Ton atout ? »

« Pourquoi ne parlerais-je pas de ton petit secret à Sylphie et Roxy ? »

« De quoi parles-tu ? »

Est-ce que je gardais de terribles secrets pour ces deux-là ? Rien ne me venait vraiment à l’esprit…

Mais alors, avec un sourire hautain, Aisha lâcha la bombe sur moi.

« Je parle de ta pièce secrète au sous-sol ! »

« Gah ! »

Tout le monde avait une partie de soi qu’il veut garder privée. Dans mon cas, c’était ce petit autel en bas.

Cette pièce était un lieu sacré que je ne visitais que la nuit, offrant mes prières pendant que ma famille dormait. Mes déesses étaient maintenant physiquement présentes dans ma maison, c’était vrai, mais cela ne rendait pas le rituel moins significatif pour moi.

La foi avait une valeur en soi. L’acte de prière nous apaise et nous recentre, nous aidant à vivre pleinement chaque jour. Je suivais cette routine depuis des années maintenant. Elle faisait partie de ma vie.

Mais que se passerait-il si mon autel était découvert ? Que penserait Sylphie ? Que dirait Roxy ? Je voulais bien croire que Lilia comprendrait. Aisha n’avait apparemment rien dit à ce sujet, mais qu’en était-il de Norn ? J’avais le sentiment qu’elle réagirait avec un dégoût manifeste.

Le résultat final serait probablement la destruction de mon autel. Et avec cela, je perdrais une partie cruciale de ma routine quotidienne.

« A-Aisha, écoute. Je suis juste inquiet pour ta sécurité, d’accord ? Les Tréants sont des monstres dangereux, en élever un pourrait donc te mettre en danger. »

« Je me fiche que tu sois un pervers total, Rudeus, mais je me demande comment Sylphie et Roxy vont le prendre. Surtout Roxy… Ça fait un moment que tu vénères sa culotte, non ? »

Agh ! Cette fille est impitoyable ! J’essaie juste de faire attention à elle, et maintenant elle me fait du chantage !

Bon sang, qu’est-ce que je suis censé faire ? Quelle est l’option la moins mauvaise ?

Et alors que je me creusais les méninges pour trouver une réponse, la porte de la chambre d’Aisha s’était soudainement ouverte derrière nous.

« Hum, je crois avoir entendu mon nom à l’instant. Avez-vous besoin de quelque chose ? »

« Gah ! »

« Guh ! »

Aisha et moi nous étions retournées pour trouver Roxy debout dans l’embrasure de la porte, l’air un peu décontenancé.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais ici, Roxy ?! N’étais-tu pas parti, il y a un petit moment ? », avais-je bafouillé.

« Je suis revenue pour prendre quelque chose que j’ai oublié. Heureusement, je n’ai pas de cours en ce moment. »

C’est du Roxy tout craché ! La petite professeure étourdie ! Comme c’est mignon !

Attends, essayons de rester concentrés.

« Eh bien, Roxy, Rudeus et moi étions juste en train de parler de son secret-mmmph ! »

Hmm. J’avais maintenant couvert la bouche de ma petite sœur au milieu de sa phrase. Et maintenant ?

« … »

« … »

Un silence gênant s’ensuivit. Les seuls sons étaient les doux bruits sourds du bébé tréant qui gigotait sur le rebord de la fenêtre.

Les yeux de Roxy sautèrent sur lui et s’ouvrirent en grand avec surprise.

Ok, peut-être que je peux tourner ça à mon avantage. Roxy devrait être de mon côté sur ce coup, non ? Je suis sûr qu’elle sait à quel point les Tréants sont dangereux.

« C’est un Tréant, n’est-ce pas ? », demanda Roxy avec curiosité.

« Oui, c’est ça ! Aisha vient de me dire qu’elle veut l’élever comme animal de compagnie ! Mais les Tréants sont des monstres. Cela pourrait être dangereux. Peux-tu m’aider à la convaincre de s’en débarrasser ? », avais-je dit.

Aisha attrapa ma main, qui étouffait ses cris de protestation, et essaya de l’écarter. Petite idiote. Tu ne peux pas me battre dans un concours de force ! Mords mes doigts si tu veux, je ne te lâcherai pas !

Gah, attends. Ne les lèche pas ! Stop ! C’est un coup bas !

« Je ne sais pas, Rudy. Je pense que ça devrait aller. »

Hein ?! Elle est du côté d’Aisha ?!

« Les Tréants sont des créatures loyales si vous les élevez correctement. Et celui-ci est aussi plutôt petit. Il ne devrait pas y avoir de danger à proprement parler. », continua Roxy.

« Attends, vraiment ? Vous pouvez les domestiquer ? »

« Bien sûr. Ça n’a pas l’air très courant sur ce continent, mais la tribu de Migurd utilise les Tréants pour faire fuir les oiseaux de leurs champs. »

Ils le font vraiment ? Hmm… peut-être. Mes souvenirs de cette visite étaient un peu flous à ce stade.

Ah oui, c’est vrai ! Ils avaient ces choses qui ressemblaient à des plantes piranhas dans les champs. Je n’avais cependant pas réalisé qu’il s’agissait de Tréants.

Quoi qu’il en soit, il semblerait qu’Aisha avait après tout raison, je l’avais donc libérée de mes griffes.

« Désolé, Aisha. On dirait que j’avais tort sur ce coup-là. »

Elle me regarda d’un air dubitatif pendant un moment, mais sourit finalement de soulagement.

« C’est bon, Rudeus. Tu étais juste inquiet pour moi, non ? »

« Oui, bien sûr. Tu dois admettre qu’élever un monstre peut être dangereux. »

« Très bien. Je suppose que je vais finalement me taire. »

« Merci, Aisha. Rappelle-moi de t’offrir un bon repas, un de ces jours. »

« Je le ferai ! »

Se détournant de moi, Aisha se précipita vers Roxy et l’entoura de ses bras.

« Merci, grande sœur ! Je t’aime ! »

« … Euh, de rien. »

Roxy accepta le câlin, mais avait l’air toujours aussi perplexe.

A partir de ce moment, le bébé tréant d’Aisha avait rejoint la maison comme deuxième animal de compagnie. Naturellement, j’avais établi quelques règles et conditions au préalable.

La première et la plus importante : Si jamais il blessait quelqu’un, nous nous en débarrasserions immédiatement.

Deuxièmement, Aisha devait l’entraîner à n’attaquer personne.

Troisièmement, elle devait expliquer à tout le monde quel genre de « plante » c’était.

Quatrièmement, juste pour être sûr, elle n’allait pas le laisser s’approcher des bébés.

Et ainsi de suite, et ainsi de suite.

J’avais transmis ces règles à Aisha sous la forme d’un sermon strict, mais elle acquiesça à chacune d’entre elles sans même se renfrogner. Et comme la fille tenait ses promesses, tout se passerait donc bien.

Par ailleurs, j’avais donné à notre petit ami le nom de « Byt », en choisissant quelques lettres parmi les mots Bébé Tréant.

J’espère qu’il deviendra un membre de notre famille digne de confiance et serviable. Je l’imaginais déjà planté dans les champs d’Aisha, défendant mes précieuses cultures de riz contre les prédateurs.

… Mais comment diable cette fille a-t-elle trouvé mon autel secret ? Il fallait vraiment garder un œil sur ces servantes.

Légendes de l’Université #4 : Le Boss a apprivoisé des monstres vivant dans sa maison.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire