Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le royaume Magique, Felsen

Partie 4

« Je vois… Alors c’est ça l’histoire ? »

Le roi de Felsen et la deuxième princesse de Regulus, dont les visages étaient tout rouge, regardaient fixement le sol. Ils étaient assis devant l’empereur de Regulus.

« Si vous aviez pris ma fille comme maîtresse ou concubine, je n’aurais certainement pas réagi de la même façon… Mais un mariage légal et contraignant qui lie les destins de nos nations entre eux ? Je comprends. »

« Père ? »

« Alors vous voulez dire… »

« Je n’ai aucune raison de refuser cela, non. Mais… Touya ? »

« Oui ? »

L’Empereur tourna son regard vers moi. J’étais assis à une autre table avec le Roi Chevalier.

« Pourrais-tu utiliser ta magie pour empêcher le son de s’échapper de cette pièce ? »

« Hein ? Bien sûr… ? »

Je lançais [Silence] pour insonoriser complètement la zone. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me demander ce que l’Empereur voulait dire.

« C’est fait. Pas un mot ne sortira. »

« Très bien. Alors, Touya… As-tu déjà discuté de cette affaire avec le roi de Felsen ? »

Celle… affaire ? Oh, le Frame Gear volé ?

« Non. Je n’en ai pas encore parlé. Je n’ai pas vraiment pensé que c’était approprié, étant donné les circonstances. »

Personnellement, je ne pensais pas que le roi de Felsen était à l’origine du vol, mais je m’étais dit qu’il y avait encore une toute petite chance. Je n’avais pas encore pris ma décision, mais il semblerait que l’Empereur tenait à ce que nous en discutions.

« Eh bien, je dois dire que je ne peux pas permettre qu’Ellicia soit fiancée à cet homme tant que la question n’est pas résolue. Tu comprends ? »

« Eh bien… Je veux dire, je comprends, mais quand même… »

« Euh… Quel est donc le problème ? V-Vous ne nous permettez pas de nous marier ? Si j’ai fait quelque chose de mal, s’il vous plaît, dites-le-moi ! Je vais le réparer immédiatement ! »

Le roi de Felsen se leva et commença immédiatement à paniquer. Je lui avais dit de s’asseoir. J’avais commencé à lui expliquer la situation.

Je lui avais parlé de la bataille de Roadmare, du vol de pièces de Frame Gear et de la route commerciale qui menait à Felsen.

« Quoi… ? Je vous assure que ma nation ne ferait jamais une telle chose ! Nous ne tirerions jamais profit d’une telle bataille… Je vous en prie, croyez-moi ! »

« Nous vous croyons. Je ne pense pas que vous en soyez personnellement responsable. Mais nous croyons que les coupables vivent dans cette nation. Avez-vous une idée de qui pourrait être derrière tout ça ? »

Cette fois, Reinhard s’était levé pour rassurer l’homme. Cela semblait fonctionner. Ce qui était important, c’était que le roi ne pensait pas que nous le suspections.

En réponse, le roi de Felsen se mit à caresser sa barbe et à penser tout seul.

« Si je devais penser aux gens qui veulent utiliser les technologies anciennes… mon esprit se tournerait immédiatement vers Gordien, l’Ordre doré… Peut-être… ? »

« C’est quoi ce gordien ? »

Je m’étais soudainement interposé, car ce mot m’était venu à l’esprit. Après tout, j’avais entendu parler du nœud gordien dans mon propre monde.

« Felsen est le royaume magique parce que nous faisons des recherches sur toutes sortes de techniques magiques. Cependant, il existe aussi de la magie que la société qualifierait de tabou… »

« La magie taboue… ? »

« En effet. La magie taboue comprend les malédictions incassables et la magie sacrificielle qui peuvent provoquer des catastrophes de grande ampleur. C’est une forme de magie qui ne peut mener qu’à la ruine. D’où le nom, tabou. Interdit. »

Malédictions et cataclysmes, h-huh… ?

« Felsen interdit explicitement la recherche de la magie taboue, mais il y a toujours ceux qui s’y adonnent. Ces gens tentent de faire revivre des techniques anciennes et de les utiliser, à l’abri des regards. C’est le but de Gordien, l’Ordre doré. »

« Je crois que je comprends… Donc vous dites que ces gars sont les plus susceptibles d’avoir pris le Frame Gear de Touya ? »

« Peut-être, mais tout ce que je peux faire, c’est de le supposer. Leur but n’est pas seulement de faire revivre des techniques taboues, mais aussi de recréer des artefacts puissants et dangereux de l’ancien monde. On m’a dit que leurs membres comprennent des mages, des artisans, des ingénieurs, des marchands et d’autres types de chercheurs. »

L’empereur de Régulus et le roi de Felsen se firent un signe de tête en parlant l’un à l’autre. Pendant ce temps, je commençais à me sentir un peu mal à l’aise.

La raison en était simple… Je… peux utiliser la magie taboue, j’en ai même beaucoup…

Après tout, la bibliothèque de Babylone contenait beaucoup de ces anciens tomes.

Je n’avais pas réalisé à quel point ces livres étaient dangereux… J’avais même utilisé certains de ces sorts… En plus, j’avais aussi maudit des gars…

J’avais décidé de ne rien dire. Je savais qu’il valait mieux que je me la ferme et que je sois à l’affût de tout ce qui était inhabituel dans mes propres recherches sur la magie. Une grande partie de moi pensait cependant qu’il était un peu trop tard pour être prudent à ce stade.

Pourtant, les sorts cataclysmiques que je connaissais n’exigeaient pas de faire des sacrifices. Ils nécessitaient une quantité monstrueuse de pouvoir magique, c’était certain, donc ils ne pouvaient pas être utilisés normalement à moins que des milliers de personnes ne les canalisent en même temps. Dans une telle foule, il ne serait pas surprenant que quelques personnes s’effondrent d’épuisement à cause de la magie. J’avais eu l’impression que les gens avaient probablement exagéré ces histoires au fil des ans, donnant aux sorts la réputation moderne qu’ils avaient maintenant. Pourtant, ils étaient certainement assez forts pour faire couler de petites îles.

« Touya, peux-tu utiliser ta magie de pistage pour trouver les membres de cette organisation gordienne ? »

« Seulement si je connais leurs visages… Sinon, il faudrait que ce soit des traits que je puisse reconnaître d’un seul coup d’œil. »

J’avais répondu rapidement à la question de l’empereur. La question principale était de savoir combien de barrières magiques ils avaient à Felsen. Même les maisons ordinaires en avaient des rudimentaires. Ce n’était pas non plus comme si je pouvais faire du porte-à-porte, et je ne savais même pas si le coupable se trouvait réellement dans la région.

« Je pense qu’il sera difficile de les trouver. Ils ne se déplacent pas à l’air libre parce qu’ils ont été surveillés de près à un moment donné. Ou plutôt, il serait plus approprié de dire que Gordien… l’Ordre doré… a déjà été détruit dans le passé. »

« Que voulez-vous dire par là ? »

« Il y a vingt ans, Gordien fit une tentative audacieuse de ressusciter d’anciens rituels tabous. Mais mon grand frère, Leold Frost Felsen, donna sa vie pour les empêcher d’acquérir trop de pouvoir. Cela avait été officiellement rapporté comme un accident magique aux autres nations, mais… la vérité est que mon frère est mort dans la bataille avec Gordien. Ils se sont fait exploser et ils ont pris sa vie avec la leur. »

« Le défunt roi y est allé seul ? »

Reinhard s’était exprimé de manière curieuse. Je pouvais comprendre pourquoi il s’interrogeait. Je ne voyais pas pourquoi le dirigeant d’un pays se rendrait directement dans un endroit aussi dangereux. C’est typiquement quelque chose qu’on laissait à ses gardes.

« Eh bien, pour vous dire la vérité… le responsable de Gordian était un ami proche de mon grand frère. Il ne s’attendait pas à ce qu’un homme qu’il considérait comme un membre de la famille soit à la tête d’un ordre aussi maléfique… Mon frère était un homme ayant un fort sens de la justice. Il voulait probablement corriger les erreurs dont il se sentait responsable. »

Je pouvais sentir la tristesse dans sa voix. Ellicia le regardait avec des yeux tristes. Je pouvais certainement sentir l’amour et l’inquiétude qu’elle avait pour lui… mais j’avais toujours l’impression qu’ils étaient plus comme un parent et un enfant.

« Mais attendez… si vous croyez que Gordien a ressuscité, alors qui pourrait être à leur tête ? »

« Qui, eh bien... Une seule personne me vient à l’esprit. Je ne sais pas où il est en ce moment ni ce qu’il a fait de sa vie… »

« Qui ? »

« Galzeld Goldie. C’est le fils de l’ancien chef gordien, Garland Goldie. »

« Le fils, hein… ? Il ne serait pas improbable qu’il succède à son père. »

Toute l’idée d’une société dédiée à la résurrection des artefacts et des sorts tabous… Honnêtement, c’était un peu bizarre pour moi.

L’ancien Ordre doré avait peut-être ce genre d’objectif, mais… Il y avait un sentiment étrange au fond de mon esprit qui me disait que ce néo-gordien ne travaillait pas dans le même sens. Ce n’était cependant qu’un simple jugement personnel.

Je murmurais en moi-même, alors l’empereur de Regulus prenait la parole.

« Rien ne peut sortir de cette discussion si nous ne savons rien de l’ennemi. Cependant, je crois qu’il est dans votre intérêt de vous préoccuper de ces individus dans votre nation. »

« Oui, vous avez raison… Felsen les surveillera, je vous le promets. Si j’entends quoi que ce soit, je vous le ferai savoir. »

J’avais donné trois miroirs portail au roi de Felsen au cas où il aurait besoin de nous contacter d’urgence. Grâce à eux, il pourrait envoyer des messages à Brunhild, Regulus ou Lestia. J’avais aussi donné à l’Empereur et au Roi Chevalier des Miroirs portails correspondants.

Les objets que j’avais distribués attirèrent l’attention de la princesse Ellicia. Elle ne cessait de faire passer des papiers et s’émerveillait chaque fois qu’ils revenaient.

Que faites-vous ? Je n’avais pas le droit d’être trop surpris, puisqu’elle est venue à Felsen à la recherche de connaissances magiques.

« Très bien… Maintenant que j’ai la permission de tout le monde, je commence la mise en place des ponts ? »

Je fis connaître mes intentions aux autres.

« Oui, mais… Je sais que c’est audacieux de ma part de demander, mais… ça ne prendra vraiment que trois jours ? »

Heh… Je suppose qu’il a vraiment eu du mal à y croire.

L’île d’Enlush était en plein milieu de la mer du Rondo, et elle grouillait de monstres. Heureusement, le courant n’était cependant pas trop fort. Mon plan était de remonter le fond de la mer dans des zones stratégiques clés et de faire en sorte que ces piliers servent de fondations. Ensuite, j’utiliserais Babylon pour faire passer les pièces du pont afin de les construire.

Les ponts seraient très longs, donc je m’étais dit que je devrais aussi y placer quelques aires de repos, donc j’ajouterais des zones où le pont serait un peu plus large. De cette façon, ils pourraient installer des stations avec de la nourriture et autres. Si les pays y plaçaient des gardes, ils pourront maintenir la paix le long des routes commerciales. L’installation de toilettes serait probablement aussi une bonne idée.

Franchement, je voulais que les trains puissent circuler le long de ces voies, mais ce n’était pas à l’ordre du jour. Mais j’allais certainement faire en sorte que les ponts soient suffisamment larges pour permettre l’installation de voies ferrées à l’avenir.

Très bien, mettons les fondations en place pour l’instant. Je devais aussi faire quelque chose au sujet des monstres et des bêtes magiques, j’avais donc décidé d’y travailler pendant que l’Atelier préparait les pièces du pont.

Ce n’était pas comme lors de la fondation de Brunhild, je ne pouvais pas les tuer tous. De plus, il y en avait des tonnes.

Je m’étais dit que la meilleure chose à faire serait d’en déplacer plusieurs dans mes donjons, et de mettre le reste sur l’île Dragoness. Les Dragons seraient probablement reconnaissants pour la nourriture, et cela les empêcherait de se déplacer vers d’autres territoires. Mais la moitié d’entre eux avaient été tués par des membres de mon ordre de chevaliers, ils n’avaient donc probablement pas trop souffert pour les ressources.

Bon, au travail !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire