Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le royaume Magique, Felsen

Partie 3

Le roi de Felsen la prit dans ses mains et l’agita un peu. Il avait dit que c’était un peu trop léger. Je pensais que le poids était bien, mais il ajouta qu’il aimait avoir un peu de poids sur ses lames, sinon il ne les sentait pas trop bien. Je n’avais pas bien compris, mais j’avais accepté.

« Heheh... C’est merveilleux… Quelle épée puissante ! »

« Si vous versez votre magie à travers le manche de la lame, le sort de récupération devrait se déclencher. Il faudra cependant beaucoup de pouvoir magique, donc l’inconvénient est qu’elle ne peut pas être utilisée par n’importe qui, et que vous ne pourrez pas l’utiliser de manière soutenue. »

« Entendu. Je vais essayer. »

Hein ? Comment ? Le roi de Felsen avait répondu à mon intervention en prenant un poignard en or et en se tranchant le bras gauche avec. Son visage devint immédiatement blanc maladif et il commença à transpirer abondamment. Il avait l’air de souffrir atrocement.

« Ce… Ce poi… gn… poignard était manié par… par Alejandro le… le vaillant… vo-voleur ! Ah… C-c-comme, ngh… tu p-peux voir… elle est enchantée av... avec… du poison ! Al-Alejandro a utilisé… khh… cette lame, pour… la… »

« Ce n’est pas le moment de faire une leçon d’histoire ! »

Est-ce que ce type est un idiot !? Le vieil homme versa son pouvoir magique dans la poignée de l’épée, et la [Récupération] s’était finalement déclenchée. Son corps avait immédiatement perdu tout signe de fatigue.

Moi-même et le Roi Chevalier avions poussé des soupirs de soulagement. S’il était mort comme ça, nous aurions eu de gros problèmes. Il y avait des chevaliers de Felsen et de Lestia dans la pièce avec nous, mais… J’avais été surpris qu’aucun des deux ne soit intervenu pour l’arrêter.

« Ouah… Je suis vraiment guéri, hein… ? C’était incroyable ! »

« … Attendez une minute. Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas assez de magie ? »

« Je suis un membre de la famille royale, mon garçon. Une puissante et profonde réserve de magie coule dans mes veines. En plus, même si je n’en avais pas assez, vous m’auriez guéri, non ? »

Bien sûr que je l’aurais fait, mais cela ne vous a-t-il pas traversé l’esprit que j’aurais pu avoir des intentions malveillantes ? J’aurais pu mentir à propos de l’épée ou sur le fait que je vous guérisse ! Le Roi Chevalier m’avait regardé avec un petit sourire complice. Je me rendais compte que ce type était un grand idiot. Je ne pouvais pas le désigner comme le voleur de Frame Gear.

« Pourtant… le fait que vous ayez demandé une épée pour guérir des maux… Avez-vous peur d’être victime d’un empoisonnement ? »

« Hm ? Non, non… C’est juste qu’il vaut mieux prévenir que guérir. »

Le roi de Felsen semblait joyeux, mais cette joie me semblait être de façade. Une partie de moi sentait que la vie de l’homme était en danger, mais je ne savais pas comment… Je me demandais si tout allait bien à Felsen.

« Passons à autre chose ! Il y a un autre sujet dont je voudrais discuter avec vous, Grand-Duc, si vous avez le temps. »

« Bien sûr, c’est à quel sujet ? »

Est-ce le moment où il me parlera du Frame Gear volé ? Sais-tu qui en est responsable, mon vieux !? Ou est-ce à propos de votre paranoïa d’être empoisonné ? Quel est le complot ici ?

« Aha… B-B-Bien… Euh... . Je vais avoir quarante-deux ans cette année, mais… Je ne suis pas encore mariée. »

« … OK. »

« Mon grand frère a été celui qui a succédé au trône, donc je ne me suis pas marié quand j’étais jeune, et je ne me souciais pas vraiment du mariage. De plus, je n’ai pas vraiment trouvé quelqu’un qui me correspondait, alors j’ai fini par abandonner… Mais je me suis trouvé béni par le destin, je crois. Une rencontre fortuite qui a dû être ordonnée. »

Voir un vieux type musclé qui avait l’air si timide était un peu dégouttant. Je voulais juste savoir où il voulait en venir.

« Allez-vous donc vous marier ? »

« O-Oui, Chevalier Roi Reinhard. »

Le Roi Chevalier lui lança la perche.

Oh, c’est donc ce qu’il voulait dire. Ce type n’est pas doué pour être direct quand il s’agit de romance, hein ? Quand même, un gars qui peut sourire comme ça en étant tout agité ? C’est un peu effrayant…

« Ah, eh bien… Félicitations, alors. Alors, de quoi vouliez-vous me parler ? »

« Aye, bien… C’est juste que, euh… En fait, pouvez-vous attendre ? Il serait peut-être mieux que vous la rencontriez… »

Le roi de Felsen avait dit quelque chose à un garde, et le garde en question quitta immédiatement la pièce. Je m’étais demandé de quoi il s’agissait.

Au bout d’un moment, on frappa à la porte. Le roi répondit « Entrez ! » et une femme vêtue d’une robe bleu pastel apparut.

Hein… ? Elle doit avoir mon âge. Est-elle peut-être plus âgée ? Je dois avoir dix-sept ou dix-huit ans… Elle avait de beaux cheveux courts et argentés. J’avais aussi senti une force de caractère dans ses yeux.

Attendez… n’ai-je jamais rencontré cette fille avant ?

« C’est un grand plaisir de vous rencontrer tous les deux pour la première fois, Grand Duc de Brunhild, Chevalier Roi de Lestia… Merci de m’honorer de votre présence. »

« Hehe... Oh, uhm. C’est ma fiancée, Ellicia. »

Attendez, attendez… C’est la fiancée… ? N’y a-t-il pas vingt-cinq ans de différence ? Vous ressemblez à un parent et à un enfant quand vous êtes l’un à côté de l’autre ! Ne me dites pas que le Roi de Felsen aime les minaudes…

« Je vous suis redevable, Grand-Duc, pour les merveilleux soins que vous avez accordés à ma petite sœur. Je suis heureuse d’avoir enfin la chance de vous rencontrer. »

« Hein ? » Mes pensées avaient été coupées par le sourire éblouissant d’Ellicia. Euh… Sa sœur ?

« Pardonnez-moi pour mon autoprésentation tardive. Mon nom est Ellicia Leah Regulus. Comment va Lucia ? »

« Oh. Ohhh ! »

Je me demandais d’où je vous connaissais ! Vous ressemblez à une version un peu plus âgée de Lu ! Elle m’avait dit que sa sœur étudiait à Felsen, mais ce fut une surprise. Cette rencontre m’avait complètement aveuglé.

Mais attendez… la princesse de Regulus et le roi de Felsen… ? Ils sont bien assortis socialement, mais… n’est-ce pas un peu criminel ?

J’avais tranquillement censuré ces réflexions une fois que je m’étais rappelé que j’étais en fait fiancé à sa sœur de treize ans.

Bien que notre différence d’âge ne soit que de quatre ans… C’est tout à fait normal… C’est très bien… Je me disais que c’était bien. Attendez, attendez une seconde… Si Ellicia est ma belle-sœur grâce à mon mariage avec Lu… alors son mariage avec le vieux roi ne fera-t-il pas de lui mon beau-frère !? Quoi ?

« Est-ce que quelque chose ne va pas ? »

Le Roi Chevalier, un de mes futurs beaux-frères, me demanda si j’allais bien.

« Je… je vais bien… Je suis juste heureux d’avoir Jutaro et Reinhard comme beaux-frères… »

« Hm ? » J’avais murmuré mes remerciements d’une voix si basse que personne d’autre ne pouvait entendre.

Attendez, j’ai complètement oublié le prince héritier de Regulus.

Ce n’est cependant pas ma faute… Il est tellement inoubliable ! Il s’appelait euh… Lux, c’est ça… N’est-ce pas ?

Bon sang. En fait, j’ai oublié son visage. C’est un gars sympa, mais il ne m’avait fait aucune impression.

Je m’étais excusé mentalement auprès de Lux, puis j’étais passé à autre chose.

« Alors, vous aviez quelque chose à me demander ? »

« Bien, oui… Uhm, ahaha… C’est à propos de mon mariage avec Ellicia, voyez-vous… Nous n’en avons pas vraiment parlé à Regulus. »

« Pardon ? Ne serait-ce pas typiquement la première chose que vous feriez ? »

Quoi, lui avez-vous fait votre demande hier ? Je suppose que je peux vous emmener là-bas si vous voulez.

« Je suis venu dans ce pays pour étudier la mécanique de la magie. Le roi de Felsen a volontiers décidé de me conseiller, et… avec le temps, comme je suis venue le voir pour lui demander conseil, eh bien… »

Ma belle-sœur regarda vers le bas avec un visage rouge. Je ne comprenais toujours pas exactement ce qui s’était passé. Est-ce qu’elle était vraiment tombée amoureuse de ce vieux fanatique d’armes juste parce qu’il n’arrêtait pas de lui apprendre ? Je connais l’expression « du moment que votre bateau flotte », mais le bateau de cette fille flottait dans une direction inhabituelle.

Pourtant, il était peu fréquent qu’une princesse étudie la mécanique magique dans un pays étranger.

Le roi de Felsen se tourna vers moi et, avec une expression étonnamment douce, prit la parole.

« Regarde, mon garçon… Sa Majesté l’empereur de Regulus m’a confié sa fille. Elle a été envoyée ici pour de vraies et légitimes raisons académiques. Je ne regrette pas de l’avoir prise comme fiancée, mais… Je ne peux pas m’empêcher de penser que j’ai en quelque sorte trahi sa confiance. C’est pourquoi j’ai pensé que vous pourriez peut-être m’aider à arranger les choses, vous comprenez. »

J’avais assez bien compris. Il y avait toujours la possibilité que l’empereur dise quelque chose comme « Comment osez-vous corrompre ma petite fille ! C’est la guerre ! C’est la guerre, bon sang ! » Mais je ne m’attendais pas à ce genre de réaction de la part de la personne calme et recueillie que je connaissais.

Mais quand même, il devait voir la situation sous deux aspects. Il devait y penser comme un empereur et comme un père. Les choses s’étaient arrangées assez simplement quand je m’étais fiancé avec Lu, mais la situation était un peu différente.

« En fin de compte, vous ne pouvez pas ne pas lui dire. Il n’y a pas vraiment le choix. Vous devez juste vous ressaisir et lui raconter toute l’histoire. Je peux vous envoyer à Regulus tout de suite. »

« J-juste comme ça !? M-Mon cœur… Mon cœur n’est pas préparé ! »

« Si vous continuez à rester au même endroit, vous ne ferez jamais aucun pas en avant. N’avez-vous jamais entendu l’adage selon lequel il n’y a pas de meilleur moment que maintenant ? »

« N-Non, jamais entendu… »

Oh… Ce proverbe n’existe-t-il pas ici ? Eh bien… J’avais envoyé une lettre à travers un Portail Miroir pour organiser une visite à Regulus.

Le chevalier roi me regardait avec une légère inquiétude dans les yeux.

« Êtes-vous sûr que c’est bien ? Pouvez-vous vraiment emmener le Roi de Felsen comme ça ? »

« Ce serait dommage que l’administration de Felsen fasse comme si je l’avais kidnappé, oui… Peut-être que je devrais faire venir ici l’Empereur de Regulus ? »

« Mais alors, qu’en est-il de la sécurité de l’empereur ? »

« Aucun souci, rien de tel n’arrivera tant que je serai là. »

Naturellement, j’avais prévu de faire aussi venir leurs gardes.

J’avais demandé au roi de Felsen s’ils avaient des salles adaptées pour accueillir une petite audience. Il fit préparer une salle immédiatement par ses hommes.

Nous l’avions finalement laissé dire : « S’il vous plaît, confiez-moi votre fille ! »

Son partenaire n’était cependant pas beaucoup plus âgé que moi… Pour être franc, c’était un peu bizarre.

Le roi de Felsen s’était enfui, paniqué, désespéré de se changer en quelque chose de plus fantaisiste. Mais, pour une raison quelconque, il s’était retrouvé coincé à la porte.

« La-La porte ! La porte ! Il y a un problème avec la porte ! »

« Votre Majesté… P-Poussez la porte, ne tirez pas ! »

« Qu-Quoi !? Oh, c’est vrai ! »

Il ouvrit la porte avec une force furieuse et se mis à courir dans le couloir. Il avait l’air absolument frénétique.

« Est-ce qu’il va s’en sortir… ? »

« Hehe... Ne t’inquiète pas, c’est son petit côté agréable. »

J’avais forcé un sourire dans la direction d’Ellicia. Elle s’était confiée à propos de son amour, ce qui était bien, mais…

Je pense que vous et moi avons des critères différents pour juger ce qui est adorable, mademoiselle…

Après y avoir réfléchi un peu plus, j’avais réalisé que ces deux excentriques étaient probablement parfaits l’un pour l’autre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire