Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le royaume Magique, Felsen

Partie 2

« Pourquoi vous seul pouvez l’utiliser, Grand-Duc ? »

« La seule chose que je puisse vous dire, c’est que l’artefact fonctionne ainsi. Même dans mon propre pays, les détails sont confidentiels… Désolé. »

« Je… vois… Comme c’est malheureux. »

Ludo soupira un peu et ses yeux avaient retrouvé leur glaceur mortel. On aurait dit qu’il ne se souciait pas beaucoup des choses qui n’étaient pas excitantes.

Le roi de Felsen m’avait fait un petit sourire.

« Pardonnez son manque de manières. Il a fait beaucoup de recherches ces derniers temps, ça le fatigue beaucoup. »

« Oh, ne vous inquiétez pas. Je ne suis pas offensé. »

J’étais de toute façon habitué à ce que les gens agissent comme lui. J’avais Charlotte, la magicienne de la cour de Belfast, et Leen dans mon château. Elles s’illuminaient toutes les deux chaque fois que je mentionnais des choses inhabituelles, mais n’étaient pas si enthousiastes autrement.

Les personnes assises à la table, autres que moi, étaient le chevalier roi de Lestia, le roi de Felsen, le Premier ministre Amond, le magicien de la cour Ludo, et une autre personne qui avait finalement décidé de prendre la parole.

« Grand-Duc… Vous possédez de nombreux artefacts fascinants, et ces guerriers géants aussi. Les avez-vous peut-être trouvés dans un certain ensemble de ruines ? »

« … Certains d’entre eux, mais pas tous. Certains sont de ma propre fabrication. »

« Je vois, je vois… En effet, vous pouvez utiliser le sort [Enchantement]… Sans parler du fait que vous avez la maîtrise de tous les éléments. C’est une position enviable. »

L’homme qui commentait et riait doucement était Easeus, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie magique de Felsen. Il était responsable de tous les mages, artisans et marchands du pays. Il avait les cheveux gris ondulés et portait une paire de lunettes de soleil. Je ne savais pas que les lunettes de soleil existaient dans ce monde… Elles avaient aussi certainement un effet magique sur elles, bien que je ne puisse pas dire lequel. En tout cas, je savais pertinemment qu’il s’agissait de lunettes de soleil enchantées.

Pour être honnête, j’avais trouvé cela suspect. Mais je ne pouvais pas vraiment accuser un type d’être suspect juste parce qu’il portait des lunettes de soleil lisses.

Après avoir rencontré le roi de Felsen, je ne pensais certainement pas que c’était lui qui était responsable du vol du Frame Gear. Reinhard avait ses raisons pour le considérer comme un homme bon. Il y avait toujours la possibilité qu’il joue double jeu, mais j’en doutais fortement.

Quant au Premier ministre Amond, au magicien de la cour Ludo, ou à l’officier en chef Easeus…

N’importe lequel d’entre eux aurait pu être le cerveau que je cherchais. Il était après tout possible que le coupable opérait à l’insu du Roi. Tous les trois avaient un pouvoir considérable dans le pays, ce n’était donc pas une hypothèse déraisonnable.

Mais j’avais dû chasser de telles pensées de ma tête. Il n’aurait pas été juste de ma part de juger sans fondement les gens autour de moi.

« Eh bien, un pont me semble très bien. Tout comme les autres, nous paierons notre part à Brunhild pour couvrir les frais. »

« Votre Majesté… Est-ce la décision à laquelle nous sommes arrivés ? »

Le Premier ministre Amond s’était tourné vers le Roi, comme pour confirmer le choix.

« Je parie que le pays qui ne respecte pas cet accord perdra beaucoup d’argent. De plus, je suis sûr que les trois autres ne conspireraient pas pour nous attaquer. Le grand-duc de Brunhild s’occupe des détails, donc il nous aiderait en cas de problème, non ? »

« Effectivement. »

Les quatre pays avaient des relations d’amitié communes, mais je n’étais pas tout à fait sûr que cette paix serait éternelle. Il était tout à fait possible que les ponts puissent servir de voies d’invasion. C’était pourquoi j’avais prévu de mettre des fortifications défensives le long de chaque pont pour essayer d’empêcher cela.

« Bon, maintenant qu’on a réglé ça… Hé, Grand-Duc. Vous voulez bien venir avec moi ? Je veux vous montrer quelque chose. »

Le roi de Felsen fit un large sourire dans ma direction pendant qu’il parlait. Quelque chose dans ses yeux semblait terriblement audacieux. Huh… Que pouvait-il vouloir ?

◇ ◇ ◇

« Whoa… »

« Eh bien ? Plutôt sympa, hein ? »

Le roi de Felsen m’avait amené à sa salle du trésor. Il y avait des armes sur des piédestaux fantaisistes, et encore plus sur les murs.

Des épées, des lances, des arcs, des haches, des grandes épées, des poignards, des katanas, des faux, des chaînes, et bien d’autres encore… J’avais regardé autour de moi et j’avais remarqué que chaque arme exposée était forgée dans une sorte de métal rare, et que la grande majorité d’entre elles était également pourvue d’enchantements.

Il y en avait beaucoup trop… Le chevalier-roi et moi-même étions restés sans voix. En général, on trouvait ce genre d’objets dans une armurerie, pas dans la réserve personnelle du Roi.

« Cette hache ici a environ 500 ans. Elle a été maniée par un légendaire tueur de dragons nommé Buckram. Elle est même envoûtée par un sort de feu ! Voyez-vous, Buckram était incapable d’utiliser la magie, donc cette hache était une grande bénédiction pour le héros. »

La hache qu’il tenait à la main était d’un rouge éclatant. Le roi la tenait fièrement. Elle avait certainement l’air bien trempée.

« Vous aimez beaucoup les armes, hein ? »

« Ah zut… Ne vous méprenez pas, c’est juste que, euh… plutôt que d’amasser des armes… J’aime les histoires derrière les armes. Les grands héros et les héroïnes, leur vie, leur maîtrise de leur art. Ce sont ces histoires qui me font vraiment haleter. »

C’était certainement compréhensible. Il semblerait que le roi de Felsen avait amassé toute une collection d’histoires.

« Je sais que cela ne doit pas être très courant pour un homme de mon âge, mais je suis rempli d’une telle excitation quand je pense aux gens qui les tenaient autrefois dans leurs mains. J’adore leurs histoires, et chacun d’entre eux avait une détermination unique. Enfant, je lisais pendant des heures des histoires sur les grands héros d’antan. »

Cet homme n’était certainement pas fait pour être roi d’un pays magique. Honnêtement, je me demandais si ce royaume serait bien géré sous sa direction.

« Quand j’étais un petit enfant, je pensais que je serais moi aussi un héros. Je suis allé dans les forêts et je me suis battu avec une profusion de monstres. Une fois, j’ai même eu une rencontre particulièrement désagréable avec un ours tigre. C’est comme ça que j’ai eu ça. »

Il avait montré les cicatrices sur son visage avec un sourire amusé.

Un ours tigre… Ce sont des ours normaux avec des rayures de tigre, non ? Il y a longtemps, Yae en avait effectivement tué un à la suite d’une quête de guilde. Mais, quand j’étais enfant, je me battais contre un de ces ours… Ce type est à un tout autre niveau.

« Honnêtement, Grand-Duc… Je suis sacrément jaloux de vous. Tueur de dragons, démolisseur de Golems, tueur de démons ? Vous vous aventurez tout le temps. Si mon grand frère n’était pas mort, j’aurais aimé vivre une vie comme la vôtre. »

Eh bien, ma situation était un peu différente… J’étais après tout un aventurier avant d’être un membre de la famille royale.

« Oh oui, vous utilisez une arme inhabituelle, n’est-ce pas ? Puis-je y jeter un coup d’œil ? »,

Le roi avait timidement montré du doigt ma taille. Brunhild n’étant pas un secret, je l’avais donc sortie afin de le lui montrer.

« Voici Brunhild. Elle porte le même nom que ma nation. Je peux utiliser cette arme de près ou à distance. J’ai aussi conçu cette arme moi-même. »

J’avais transformé l’arme en épée. Il sauta presque de surprise pendant un moment quand il la vit s’étendre, mais ses yeux étaient pleins de curiosité.

« Vous avez vraiment fait ça vous-même… Je n’arrive pas à y croire… C’est incroyable. »

« Le grand-duc de Brunhild est un formidable artisan. L’épée que je porte aujourd’hui est en fait un cadeau de sa part. »

Le chevalier roi Reinhard dégaina l’épée à sa taille et la posa délicatement sur une table voisine. C’était la lame de cristal que je lui avais faite, celle qui ressemblait à la Sainte Épée de Lestia.

« Oh ! Incroyable… Quel chef-d’œuvre... »

Les deux armes avaient été forgées à partir de phrasium, et personne d’autre au monde que moi ne pouvait les forger en armes.

« Avez-vous dit que vous l’avez reçu comme un cadeau… ? »

« Effectivement. C’était un cadeau pour mon couronnement. Je la porte depuis sur mon côté. C’est une lame extrêmement tranchante, et elle est aussi remarquablement légère. Sa seule faiblesse est le sentiment de victoire qu’elle vous procure, haha… »

Je doute fort qu’il ait beaucoup utilisé l’épée en combat réel. Elle était assez forte pour tuer n’importe quoi ayant un niveau inférieur à une Construction Haute, donc il pouvait probablement vraiment battre n’importe quoi avec elle.

Le roi de Felsen regarda la lame avec des yeux envieux, puis il se tourna vers moi.

« Hé, Grand Duc… Pourriez-vous aussi me faire quelque chose ? Comme une sorte de cadeau entre pairs. »

Hmm… Eh bien, je suppose que ce serait bien. Ce n’est pas comme si le phrasium était quelque chose comme un secret d’État de nos jours. Et même si j’en fais une de plus, je doute qu’ils puissent en faire quelque chose. Le pire qu’il puisse se produire était qu’il allait ajouter une arme cool de plus à sa collection.

« Bien sûr, je ne vois aucune raison de refuser. Qu’est-ce que vous avez en tête ? »

« Qu — vraiment !? Merci ! Laissez-moi réfléchir… Ce sera sûrement une épée, oui… Et pouvez-vous l’enchanter ? »

« Euh, bien sûr. Mais n’en demandez pas trop, ce serait problématique. »

Je ne voulais pas que ce soit une arme trop puissante. Si je l’enchantais avec un de ces trucs anciens que j’avais étudiés, ce serait monstrueux. Mais ses réserves de mana seraient probablement réduites… Il s’effondrerait après un seul coup. Il était quand même possible de concevoir des armes qui exploitaient la magie de plusieurs personnes, ce qui permettait de les utiliser plus que d’habitude.

« Peut-être… quelque chose qui pourrait protéger contre le poison ou la paralysie… Vous avez quelque chose qui puisse guérir des maux comme ça ? »

Poison… Paralysie ? Ça semble assez dangereux… J’avais décidé qu’une lame ayant [Récupération] ferait probablement l’affaire.

« Je peux faire ça, mais êtes-vous certain que c’est ce que vous voulez ? »

« Oui, c’est ce que je veux. Quant à la largeur de la lame… Elle devrait être, euh… Vous voyez ici ? Ça devrait être à peu près la largeur de cette lame. Oh, au fait, celle-ci a été maniée par le l’épéiste magique errant Gandal. Il conjurait les tempêtes de sable avec ce puissant… »

Il était sur le point de commencer une conférence complète sur l’histoire de l’épée, alors j’étais rapidement allé lui fabriquer l’arme.

J’avais sorti quelques fragments de phrasium de mon [Stockage] et j’avais utilisé la [Modélisation] pour leur donner une forme similaire à celle de l’épée de Gandal. J’avais parfaitement copié le dessin de la lame, mais j’avais changé la poignée, décidant de l’orner également de l’emblème royal de Felsen. De mon point de vue, c’était bien.

Après cela, je l’avais enchantée avec [Gravité] pour en réduire le poids et j’ajoutais la [Récupération] qu’il voulait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire