Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le royaume Magique, Felsen

Partie 1

« Désolé si cela semble déraisonnable. »

« Non, tu n’as pas à t’inquiéter. »

Le roi de Lestia sourit en faisant un signe de la main. Il était toujours le même. J’étais heureux d’avoir une gentille personne comme beau-frère. Eh bien, je n’étais pas encore marié à Hilde, mais quand même…

Nous nous rendions en calèche de Lestia au palais royal de Felsen. Le roi Reinhard avait gracieusement organisé une rencontre avec le roi de Felsen pour moi.

Je ne voulais pas apparaître soudainement à Felsen avec la [Porte], alors j’avais décidé que la meilleure solution serait de prendre un convoi officiel avec Reinhard. Mais j’avais un peu triché. J’avais raccourci notre voyage en nous transportant tous à une courte distance de la capitale.

J’avais montré à Reinhard mes découvertes concernant le vol de Frame Gear, mais celui-ci fronça les sourcils. Je lui avais demandé pourquoi il semblait si perplexe.

« Non pas que je doute de toi, Touya… Mais je ne suis pas sûr de croire que le Roi de Felsen ferait une telle chose. »

Felsen était l’une des deux seules nations qui bordaient Lestia. L’autre était le Royaume de Ryle. En raison de cette proximité, ils avaient une histoire riche et entrelacée.

D’après ce que j’avais compris, les nations de Lestia et de Felsen étaient autrefois en guerre, mais ces dernières années, elles avaient bénéficié de contacts et d’échanges commerciaux pacifiques.

Reinhard m’avait informé que le roi de Felsen était équilibré, ouvert d’esprit, qu’il ne se souciait pas de problèmes mineurs et qu’il n’était pas du tout tatillon. Il n’avait pas la personnalité que l’on pouvait attendre d’un mage. Il était également un fanatique de la forme physique et aimait soulever des poids.

L’ancien chef de Felsen était un chercheur obsessionnel, et il était même mort suite à un accident sur des recherches magiques. Le roi actuel était son frère cadet, il lui avait immédiatement succédé.

Il s’appelait Boulanger Frost Felsen, et dès son plus jeune âge, ses activités étaient différentes de celles de son frère aîné. Il avait toujours donné la priorité à la forme physique et aux arts martiaux plutôt qu’à la recherche spirituelle et aux techniques magiques. Cela n’avait pas également beaucoup changé après son accession au trône.

La raison officielle de la visite à Felsen concernait l’île d’Enlush. C’était un endroit situé entre Roadmare, Felsen, Ryle et Lestia. Elle se trouvait au milieu de la mer du Rondo, une petite étendue d’eau dans laquelle se jetait la rivière Grand Gau.

L’île était techniquement la propriété de Lestia, mais de nombreuses bêtes magiques puissantes y vivaient. À cause de cela, elles ne pouvaient pas vraiment profiter des ressources qui s’y trouvaient. Apparemment, le sol n’y était pas très fertile. Et les bêtes magiques aquatiques attaquaient tous les bateaux de pêche ou les voiliers qui passaient par là. C’était une île dont personne ne pouvait faire bon usage.

J’avais regardé cette île et j’avais fait une certaine proposition au roi de Lestia.

Ma proposition était simple. Nous pourrions construire des ponts pour relier les quatre nations en utilisant cette île comme un lien central.

Les ponts seraient bien sûr longs. Cependant, les construire n’était pas du tout impossible. Si nous les construisions, le commerce entre les quatre nations serait considérablement facilité. De plus, avec l’île comme centre, elle pourrait même devenir un centre commercial prospère.

Chaque pays serait naturellement en mesure d’établir ses propres règles commerciales. Et les exportations, tout comme les importations, seraient strictement contrôlées.

Je construirais les ponts vers chaque nation, en échange d’un droit de péage. En plus de cela, j’éliminerais toutes les créatures dangereuses qui vivaient sur le territoire central.

Les gouvernements de Roadmare et de Ryle avaient tous deux accepté le projet. Il ne nous restait plus qu’à voir si Felsen voulait aussi y participer. Si Felsen n’était pas d’accord, je me contenterais de créer une route commerciale entre les trois autres nations, mais je ne voyais pas vraiment de raison pour qu’ils refusent.

« J’ai entendu dire que Felsen est à la pointe du développement de la technologie magique, est-ce vrai ? »

« C’est exact. Ils font des recherches sur toutes sortes de choses, y compris les artefacts, les technologies anciennes, les enchantements, les talismans, le ninjutsu d’Eashen et la nature. »

La magie possède sept grands attributs élémentaires dans ce monde, mais il existe aussi des ramifications inhabituelles qui font appel au pouvoir magique. On les appelait « arts ». Le ninjutsu que Tsubaki employait était un exemple de ce style.

Ils n’étaient pas déterminés par des affinités élémentaires comme les sorts conventionnels, donc n’importe qui ayant de la magie en lui pouvait les utiliser. Cependant, il fallait s’entraîner comme un fou pour les utiliser. Même s’il fallait environ cinq ans pour comprendre les bases, vous ne pouviez pas utiliser les capacités les plus élémentaires avant au moins cinq ans de plus. Donc, en réalité, le chemin des arts prenait beaucoup plus de temps et de dévouement que le maniement de la magie.

Certains arts étaient gardés secrets et limités à des familles spécifiques, de sorte qu’on ne pouvait jamais vraiment maîtriser tous les arts disponibles. Les Daoshi de Yulong, par exemple, étaient des maîtres des arts du talisman.

« Environ soixante pour cent de tous les objets enchantés dans le monde ont été produits par les artisans magiciens de Felsen. Leur taux de réussite est cependant en deçà de celui de votre sort [Enchantement], qui semble toujours fonctionner… ils n’ont donc aucun moyen de les produire en masse. »

« Ils échouent tant que ça ? Quel est leur taux de réussite ? »

« Environ une tentative sur dix fonctionne, je crois… Dans un bon jour. »

Moins de dix pour cent… ? Pas étonnant que les marchandises enchantées soient si chères.

La Bibliothèque de Babylone possédait quelques livres détaillant comment améliorer vos chances d’enchantement et d’autres techniques… mais je n’avais pas de livres sur les autres arts qui s’étaient développés depuis l’époque du Docteur Babylone. Le ninjutsu, par exemple, s’était développé à Eashen, mais personne ne vivait dans cette région du monde il y a cinq mille ans, donc il n’y avait pas de livres qui en parlaient.

J’avais réalisé que je pouvais très facilement utiliser mon propre sort [Enchantement] pour produire en masse toutes sortes de biens et faire fortune, mais cela aurait eu un impact considérable sur les revenus de Felsen… l’idée était donc vouée à l’échec.

Alors que je réfléchissais à divers arts magiques, notre carrosse traversa la ville du château et s’était rendu à la demeure royale.

Le château de Felsen ne ressemblait pas à la forteresse française que j’avais imaginée au départ. Il ressemblait plutôt à un château britannique classique. Il était très digne et rustique. Il dégageait une telle aura traditionnelle qu’il était facile d’imaginer que c’était la forteresse d’un mage.

Nous avions monté les marches jusqu’à l’entrée principale. Le chevalier roi Reinhard était passé devant et j’avais suivi derrière lui. Puis, j’avais levé les yeux et je vis un homme qui nous attendait à l’entrée.

Il avait l’air d’avoir au moins la quarantaine. Il était extrêmement grand et costaud, et il portait une armure étincelante. Il me rappelait un lutteur professionnel, ou un joueur de football américain.

Sa barbe couvrait la moitié inférieure de son visage, et ses cheveux gris-noir étaient mal coiffés. Il portait une belle cape blanche avec des coutures dorées et, dans sa main droite, un magnifique sceptre d’argent.

Mais ce qui m’avait le plus frappé, c’était la cicatrice sur son visage.

Il s’est battu contre un tigre ou quoi ?

« Chevalier Roi de Lestia, Grand Duc de Brunhild… Bienvenue à Felsen, les gars. »

L’homme géant, le roi Boulanger Frost Felsen, nous avait souri à tous les deux.

« Ohoho... Des ponts sur l’île d’Enlush ? Oui, je pourrais voir les profits grimper en flèche si nous établissions tous le commerce de cette façon. Mais… »

J’avais raconté le plan au roi, mais celui-ci caressa sa barbe et semblait appréhensif.

« Quelque chose ne va pas ? »

« Oui, regardez… Même si nous construisons ce pont, l’île d’Enlush est sur le territoire de Lestia, n’est-ce pas ? Et si Lestia décide d’arrêter le passage sur l’île selon ses propres caprices, hein ? »

« Ce n’est pas un problème. Lorsque les ponts seront terminés, l’île sera divisée en quatre territoires. Chaque pays sera propriétaire de ce segment de l’île, et dix pour cent des péages commerciaux iront à Brunhild. Après tout, la nation du Grand-Duc construira les ponts et éliminera les monstres. »

Reinhard avait rapidement calmé les inquiétudes du roi de Felsen.

J’aurais été heureux de construire les ponts gratuitement et de les lui laisser, mais le Doge Audrey de Roadmare m’avait dit que je devrais prendre la responsabilité des ponts au cas où des problèmes se poseraient à l’avenir, alors j’avais accepté.

Les coûts ne seraient pas très élevés, mais ils s’additionnaient, car les ponts finiraient par être assez longs. Les pays me rembourseraient tous les frais en me donnant dix pour cent des péages des ponts. J’avais également dit que je ne leur prendrais plus d’argent une fois qu’ils m’auraient payé la totalité du montant. Cela prendrait au maximum dix ans si les ponts étaient fréquemment utilisés. Mais je n’aurais pas hésité à ce qu’ils me paient plus rapidement s’ils en avaient les moyens.

Au départ, j’avais juste prévu d’installer des portails de transfert instantané pour tous les pays, mais s’ils tombaient en panne, je serais le seul à pouvoir les réparer. Les ponts étaient le choix le plus sage, si je voulais au moins penser à l’avenir.

« Eh bien, Grand-Duc… je vous demande si vous pensez pouvoir construire quatre ponts de cette taille. »

Un homme que je ne connaissais pas bien avait pris la parole. Il était assis à la même table que nous. Ses yeux étaient d’un bleu profond, et ils me regardaient avec une intensité de faucon. Cet homme était le Premier ministre de Felsen. Si je me souvenais bien, il s’appelait Amond.

« Je peux le faire en trois jours environ, une fois que j’aurai le matériel. Je ne fais rien d’extrêmement flashy, juste des ponts. »

« Je doute que vous puissiez faire une telle chose en trois jours seulement… Même si vous utilisiez ces engins géants nommés Frame Gear, quatre ponts en si peu de temps, c’est absurde, non ? »

Amond dirigea un regard empreint de doute dans ma direction. Je ne lui avais pas vraiment reproché d’avoir eu tort, mais je n’allais pas du tout utiliser mes Frame Gears.

J’allais simplement utiliser l’Atelier pour fabriquer les ponts, comme je l’avais fait pour le château de Brunhild. C’était plus de travail que d’habitude, mais l’Atelier était alimenté par le réacteur de la Tour, donc il était vraiment à la hauteur de la tâche.

« Mes Frame Gears ne seront pas impliqués. J’ai quelque chose qui peut prendre les matériaux et les déplacer au bon endroit. Pour faire simple, c’est quelque chose qui peut prendre un tas de pierres et les déposer en forme de pont. »

« … Est-ce un artefact ? »

« Euh, quelque chose comme ça. Mais je suis le seul à pouvoir l’utiliser. »

L’homme qui venait de parler était un type maigre et effrayant. Je ne pouvais pas dire à quoi il pensait. Ses yeux étaient morts et vitrés jusqu’à il y a un instant, mais ils étaient revenus à la vie au moment où j’avais mentionné mes capacités. C’était le magicien de la cour de Felsen. Je crois qu’il se nommait Ludo.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    Type louche trouvé ! Coupable ?

Laisser un commentaire