Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : La gourde dorée

Partie 3

« Alors pourquoi tout le monde lui obéit-il ? Est-il vraiment si fort ? »

« Non. Il porte avec lui une gourde d’or qui commande un puissant jutsu. Avec elle, dit-on, il peut faire obéir n’importe qui avec son pouvoir. Les rumeurs disent que l’assassin de Nobunaga, Mitsuhide, a été tué par la gourde. »

Une gourde en or, hein… ? C’est peut-être un autre artefact. Pourrions-nous avoir à nouveau une autre situation comme ce bijou d’immortalité ? Il a intérêt à ne pas être tombé de l’entrepôt ! J’avais sorti mon smartphone avec inquiétude et j’avais commencé à faire défiler une liste d’objets dont la disparition avait été confirmée. Mais non. Pas de gourde. Cependant, c’était peut-être un nouvel artefact. Peut-être juste un artefact fabriqué par un autre chercheur, comme lors de l’incident du Roi Dragon.

« Donc si je prenais cette gourde, penses-tu que l’ennemi s’effondrerait ? »

« Probablement, oui. Mais Hideyooshi ne quitte jamais son château. Même moi, je n’ai jamais vu son visage, bien qu’il soit un seigneur féodal. Les rumeurs disent qu’il n’aime pas être vu parce qu’il ressemble à un singe. »

Une sorte de seigneur féodal à tête de singe ? Je me demande de quoi il aurait l’air sans cheveux… Heh.

Pourtant, avoir un seigneur qui vivait autant enfermé est inhabituel. Le fait qu’on lui ait accordé ce titre est déjà assez suspect.

Un homme à tête de singe qui a trouvé une gourde d’or et s’est infiltré dans Oda… Il a dû manipuler l’empereur et utiliser cette influence pour devenir lui aussi un seigneur féodal. L’Empereur n’était pas une existence spéciale à Eashen. La plupart des gens font ce qu’ils veulent, il n’est donc pas surprenant qu’il soit capable de manipuler si facilement.

Après cela, il avait écrasé Oda et avait pris la relève, je suppose. Je n’avais pas vraiment une bonne idée du plan de ce type ou de la façon dont tout cela était lié.

« Alors… où se trouve exactement Hideyooshi ? »

« A Oosaka. Il y a construit un château d’or. »

Est-il vraiment fait d’or ? Je suppose que ça correspond au genre de gars qu’il est… Mais c’est quand même un peu trop.

J’avais projeté la carte de mon smartphone en l’air et j’avais jeté un coup d’œil. Les personnes présentes dans la pièce s’exclamèrent, choquées, mais je n’avais pas fait attention à elles.

Tsk… Ils ont mis des barrières magiques partout… Cela signifie que je ne peux pas simplement utiliser la [Porte]. J’avais décidé que dans ce cas l’utilisation de Gungnir serait la meilleure option.

« Tou — Shirogane-dono. Qu’est-ce que vous préparez ? »

« Je vais attaquer Hideyooshi de front… Hmm… Je me demande si s’écraser dans son château avec Gungnir serait trop salissant. Ça allait probablement faire exploser l’endroit en morceaux. Mais je ne peux pas vraiment penser à un autre moyen d’y entrer. »

Leyahsu marmonna simplement d’étonnement devant moi alors que je planifiais mon plan d’attaque.

« … Êtes-vous capable de faire quelque chose comme ça ? »

« Je peux le faire. Après tout, j’ai beaucoup de pouvoirs étranges. Pour ce qui est de le trouver, je vais juste regarder autour de moi après avoir fait une brèche dans le château. Ensuite, je dois juste m’occuper de cette gourde… »

« Alors pourrais-je venir ? »

Une voix s’était soudain fait entendre dans le couloir. Tout le monde s’était tourné vers la source.

Il y avait là un garçon d’environ mon âge. Un grand homme se tenait à côté de lui. Il portait une armure noire avec un hakama noir, et un manteau violet. Cependant, ce qui m’avait frappé, ce n’était pas son vêtement voyant, mais l’écusson sur son œil droit.

Je m’étais soudain demandé qui pouvait bien être ce guerrier borgne…

« Êtes-vous celui qu’on appelle Shirogane-dono ? La bataille de tout à l’heure était incroyable, vraiment incroyable… Je m’excuse d’être en retard. Permettez-moi de me présenter. Je suis le seigneur féodal qui préside la maison de Date. Date Jiro Massamune. »

Je le savais !

« Date… Massamune… ? Alors ce type doit être… »

« Mon serviteur, Katakura Kohjuro Kagetsunna. »

« Un plaisir. »

Le grand homme aux yeux fendus baissa la tête. C’était à peu près ce à quoi je m’attendais. Si Date Masamune était dans le coin, alors il devait être avec Katakura Kagetsuna. Les deux étaient inséparables.

Mais il y avait des choses plus urgentes qui me préoccupaient.

« En venant… Vous voulez dire venir à Oosaka avec moi ? »

« Oui. J’ai envie de rencontrer Hideyooshi avant sa mort, et je suis très intéressé par sa gourde. »

Masamune sourit un peu trop largement. C’était un peu taquin, en toute honnêteté. Je n’avais aucun doute sur le fait que ce jeune complotait quelque chose.

Leyahsu s’en était rendu compte aussi. Il poussa un soupir et fit un commentaire.

« Massamune-dono... Si votre intention est de garder la gourde d’or pour vous, alors je vous demande d’oublier une idée aussi stupide. »

« Quoi !? Comment avez-vous su ce que je pensais !? »

« Massamune-sama... Vos pensées étaient là, sur votre charmant visage. »

Kohjuro prit la parole et donna un avertissement voilé à son intention. Massamune avait certainement laissé filer les choses un peu trop tôt.

« Je vais juste clarifier les choses maintenant. Je vais détruire cette gourde. Ça ressemble à un très mauvais artefact pour moi. »

« Hmph… Très bien, alors. Comme vous voulez, Shirogane-dono. Je m’en tiendrai à votre choix. »

Massamune avait dit cela, mais il recommença à sourire.

Vous ne trompez personne !

« … Vous pensez le lui enlever avant qu’il ne puisse le détruire, pas vrai ? »

« Quoi !? Comment avez-vous su ce que je pensais !? »

« Massamune-sama... Comme je l’ai déjà dit… vos pensées étaient là, sur votre charmant visage. »

Le maître et le subordonné répétaient leur précédent échange. Mais ils n’avaient pas nécessairement l’air de mauvaises personnes. Le Date Masamune de mon ancien monde employait aussi des stratégies astucieuses tout le temps. Bien que je ne me souvienne pas qu’il avait été exposé si souvent.

« Leyahsu, est-il permis d’emmener le seigneur féodal de Date en territoire ennemi ? »

« Eh bien, je dis que le fait qu’il veuille aller avec vous n’est pas un problème pour moi. C’est à sa maison de le déterminer. »

Leyahsu n’avait clairement pas l’intention d’intervenir, même s’ils étaient des alliés. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de craindre que si Date mourait, leur alliance ne soit dissoute.

« En fait… j’aimerais moi aussi venir au château d’Oosaka. Je ne suis pas si paresseux au point où je voudrais que mes invités fassent tous les combats pour moi. »

Hmph… Je suppose que faire ça tout seul n’est pas juste.

« Alors… vous et vos hommes pouvez opérer en dehors du château d’Oosaka pour éloigner leurs soldats ? Pendant que vous faites ça, je peux m’occuper de la gourde, et vous laisser le reste. Qu’est-ce que vous en dites ? »

« Ça me paraît bien, mais Oosaka est assez loin… Ah, mais… Tou — Shirogane-dono, j’ai entendu dire que vous utilisiez de la magie de transport. »

Laisser le château sans surveillance serait mauvais, alors nous avions décidé de prendre avec nous trente mille soldats de l’alliance combinée Tokugawa-Date. Il s’agissait d’un raid, et ce nombre nous semblait plus que suffisant.

« Si nous traitons avec Hideyooshi, la guerre civile s’arrêtera-t-elle ? »

« Eh bien, la situation a vraiment explosé une fois que Hashiba a pris en charge les problèmes qu’Oda avait amenés… Si nous vainquons Hashiba, alors les combats devraient aussi se terminer… J’espère. »

« Mais l’Empereur n’est pas capable de soutenir notre pays. À qui sera passé le flambeau du contrôle ? »

Massamune croisa les bras en marmonnant.

Qu’est-ce que c’est que ce visage méchant ? Vous le rendez bien trop évident ! Vous ne pourrez rien obtenir contre un vieux chien comme Leyahsu si vous restez si facile à lire…

Hashiba avait détruit Oda, donc si je les détruisais… Tokugawa serait le plus fort des seigneurs féodaux en place.

Huh… Attendez. Est-ce que cela fait de ce monde l’équivalent de la bataille de Sekigahara ? Ou est-ce le siège de la campagne d’été d’Osaka ? Mais attendez… C’est l’hiver… Et Hideyoshi est mort quand c’est arrivé. Mais c’est bientôt le printemps…

J’avais décidé qu’il était inutile de tout comparer. Ce serait vraiment pénible si Hideyooshi unissait la nation et envahissait Yulong, alors il fallait que cela cesse le plus vite possible. Sans plus d’hésitation, j’avais sauté dans Gungnir et j’étais parti pour Oosaka.

◇ ◇ ◇

« Est-ce que c’est le château d’Oosaka… ? »

Whoa, c’est brillant… C’est tout brillant et doré ! Les murs, les poutres de soutien et les tuiles du toit étaient tous dorés et brillants. Pour moi, ça ressemblait plus au temple de Kinkaku-ji. Il a aussi une forme différente de celle du château d’Osaka que je connaissais. Je ne pouvais même pas imaginer combien cela avait coûté.

Yae, Kohaku et moi avions marché le long du château, en regardant la lumière du soleil briller sur la grande construction.

Je suppose qu’Hideyooshi est là-dedans. Il n’est pas apparu sur ma carte, mais ce n’est pas surprenant. Je suppose que je n’ai pas d’autre choix que d’y aller.

Pour l’instant, je vais faire venir l’armée…

J’avais jeté mon sort, et les soldats de l’alliance Tokugawa-Date étaient apparus des quatre côtés, entourant entièrement le château.

Une trompette de guerre sonna tout d’un coup, puis un battement de tambours de guerre suivit. L’armée continua à charger et prépara ses arcs.

La garnison d’Oosaka ne semblait pas avoir mis en place quelque chose de spécial pour préparer le raid.

« Très bien, il est temps de faire irruption. »

« Ah, eh bien… Le château d’Oosaka a une barrière magique ? La téléportation à l’intérieur ne devrait pas être possible… Comment comptes-tu... Attends, pourrais-tu avoir l’intention de… ? »

« Nous allons prendre la voie des airs, bien sûr. »

Yae fit une grimace à ce sujet. J’avais oublié à quel point elle n’aimait pas voler. Rosetta était dans le ciel en train de piloter Gungnir, mais j’avais décidé qu’il serait plus facile d’utiliser ma magie de vol pour envahir directement.

« Si tu veux attendre ici, et trouver un autre moyen… »

« Non, je te rejoindrai. Nous sommes fiancés, et nous devrions donc partager le même destin. »

Ma future femme se motivait tranquillement, les deux mains sur la poitrine. Elle était heureuse de m’entendre parler comme ça, mais elle n’avait pas à parler comme si nous allions être accusés d’avoir causé nos morts.

« Très bien, alors. Tu veux monter Kohaku, Yae ? »

« Oh, c’est comme ça que ça marche ? »

J’avais attendu que Yae monte sur le dos de Kohaku, puis je les avais tous les deux mis en lévitation.

Ensuite, j’avais jeté [Vol] sur moi et je les avais fait flotter tous les deux à côté de moi vers le château. Naturellement, j’avais aussi jeté [Invisiblilité] sur tout le monde. Après tout, je ne voulais pas être frappé par des flèches.

Nous étions entrés dans le château et nous nous étions retrouvés dans une large pièce avec un plancher en bois stratifié. Mais qu’est-ce que… Il y a même de l’or à l’intérieur… ? J’avais regardé dans la pièce, et rien n’était terne. Tout scintillait.

« C’est plutôt désagréable… »

« Oui, c’est sacrément ringard… »

Je sais qu’on dit que les gens qui aiment l’or sont ceux qui ont des idéaux élevés, mais il en a fait un peu trop.

Hideyooshi ne semblait pas être dans le coin, alors nous avions descendu quelques escaliers à proximité.

Il n’y avait personne en bas des escaliers non plus. Cependant, alors que nous descendions un long couloir, j’avais senti une présence inhabituelle. C’était difficile à comprendre, mais c’était vraiment quelque chose de bizarre. Yae et Kohaku n’avaient pas du tout semblé le remarquer.

J’avais lentement avancé vers cette présence inconnue. Nous avions traversé plusieurs portes coulissantes en or, jusqu’à ce que nous arrivions enfin…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire