Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : La gourde dorée

Partie 1

« C’est assez rapide… »

« N’est-ce pas ? »

Le hangar de Babylone contenait un bateau volant super rapide, j’avais donc décidé de le sortir pour faire un tour. J’étais dans le ciel au-dessus de Regulus. Monica pilotait pour moi.

Le nom que j’avais donné à ce bateau volant était Gungnir. C’était un véhicule assez long qui ressemblait presque à un roseau de bambou. En naviguant dans les airs, il rappelait un peu une lance ailée, d’où son nom.

Même s’il était en vol, je ne pouvais pas vraiment comprendre comment il fonctionnait en termes de science ou d’aérodynamique… J’avais donc supposé qu’il était alimenté par une source magique.

Comme son nom l’indiquait, le bateau volant était capable de s’élever dans les airs au-dessus du sol ou sur l’eau. Il était aussi très rapide, mais j’étais presque sûr de pouvoir aller plus vite en utilisant [Vol].

Il pouvait néanmoins transporter un maximum de douze passagers à la fois. L’intérieur spacieux était vraiment un point positif.

À l’origine, il était alimenté par de l’éther liquide, mais nous l’avions remodelé et ajouté de nouvelles fonctions motorisées afin qu’il absorbe passivement la magie de l’atmosphère environnante, un peu comme le nouveau modèle de Frame Gear.

« Ce truc peut se combiner avec le Frame Gear de Sue, non ? »

« Hum, oui, c’est tout à fait possible ! L’arrière peut faire la partie transformation. Notre présence ne sera pas nécessaire, car il possède un système de pilotage automatique totalement autonome. »

Gungnir avait aussi un pilotage automatique, que nous avions récemment installé. Il était également doté d’une reconnaissance vocale complète. Il suffisait de monter dans le véhicule et d’indiquer où vous vouliez qu’il vous emmène, et c’était fait ! Mais c’était un système rudimentaire qui ne pouvait pas s’adapter à la volée, donc il ne serait pas sage de trop s’y fier.

« Nous avons aussi installé un manteau furtif autour du bateau volant. Bien que ses bruits puissent encore être entendus… »

« Gungnir est-il équipé de quelque chose ? »

« Uhhm… Non ! Mais c’est une construction assez solide. Vous pourriez facilement briser une phase en vous y enfonçant. »

Peut-être que cela fonctionnera avec les petites constructions… Je ne veux pas vraiment mener d’attaque suicide contre les Hautes Construction.

Gungnir passa au-dessus de Roadmare et vola dans le ciel de Yulong.

« … Cet endroit est toujours en désordre, hein ? »

J’avais regardé en bas et je vis les vestiges du saccage de la Phase. J’avais vu de la terre brûlée, des maisons en ruine, des arbres déracinés et des ravages carbonisés.

Mais même au milieu des décombres, je pouvais voir des signes de vie qui continuaient. J’avais vu certains villages en pleine reconstruction. Il semblerait qu’il y avait des gens bons et sérieux, désespérés de vivre leur vie dans leur pays d’origine.

Penser que certaines de ces personnes pourraient me considérer comme leur ennemi m’avait rendu un petit peu triste.

{Mon Seigneur.}

« Hein ? Kohaku ? »

Alors que je regardais en bas, un message télépathique était arrivé de Kohaku. Je m’étais demandé ce qu’elle voulait.

{Dame Yae dite qu’elle souhaite vous parle — Ghah ! « Touya-dono, tu m’entends ? ! »}

« Oui, je t’entends… Sois gentille avec Kohaku, d’accord ? »

La voix de Yae s’était soudainement mêlée à la télépathie de Kohaku. Kohaku criait vraiment, ce qui signifiait que Yae avait fait irruption. Mais qu’est-ce qui avait bien pu l’énerver à ce point ?

{Je viens de recevoir une lettre de ma mère à travers le Miroir Portail ! L’armée de Hashiba est en train d’envahir Oedo au moment où nous parlons ! L’armée a deux cent mille hommes, et l’alliance Tokugawa-Date en a que soixante mille ! Sans parler du fait que Ieyahsu-sama a été blessé lors de l’assaut initial !}

« Attendez, quoi !? »

L’armée dont m’avait parlé Tsubaki était déjà en train d’entrer en scène. Il semblerait qu’il prévoyait d’unifier de force Eashen avant de se rendre à Yulong.

{Je… Je vais monter sur Schwertleite et éliminer l’armée de Hashiba !}

« Attends ! Ne t’avance pas trop ! »

Je ne voulais pas que les Frame Gears soient impliqués dans des conflits entre humains. Yae était trop paniquée pour penser correctement. Mais c’était normal. Sa famille était en grand danger.

« Monica, mets le cap sur Eashen. »

« Très bien, entendu. »

Je ne savais pas où se trouvait le champ de bataille, alors nous nous étions dirigés tout droit vers Oedo. Il fallait environ dix minutes pour y arriver.

« J’ouvre une [Porte], d’accord ? »

J’avais jeté le sort, permettant à Yae et Kohaku de me localiser sur le bateau volant. Mais j’avais eu l’impression que Yae avait forcé Kohaku à passer avec elle.

« Touya-dono ! Je… Attends, où sommes-nous ? »

Yae lâcha Kohaku et regarda nerveusement dans la pièce. Kohaku était tombé par terre et regarda autour de lui avec étourdissement.

« Guh… »

Kohaku laissa échapper un petit gémissement et se mit à grogner faiblement. Pauvre petite chose…

« Nous sommes actuellement dans le bateau volant. Je l’ai pris pour faire un vol d’essai. Nous sommes en route pour Eashen. »

« Merci beaucoup… Mon père et mon frère aîné sont allés au champ de bataille. »

Cela me rappelait un peu la dernière fois. Mais à l’époque, ils combattaient une armée beaucoup plus petite, dirigée par Takeda.

Je me demandais quand même ce qui se passait. Il aurait été préférable que j’aide un pays allié, mais c’était un conflit interne. Ieyahsu n’était qu’un seigneur féodal… Je ne pensais pas vraiment que Brunhild avait le droit de lui donner un soutien officiel. Si nous utilisions un Frame Gear dans le combat, nous serions certainement exposés nous aussi…

On pourrait finir par penser que j’essayais de faire d’Eashen un vassal ou quelque chose comme ça. Yulong répandrait certainement des rumeurs de ce genre.

« D’accord… Je vais me déguiser en cavalier masqué qui se trouve être au bon endroit au bon moment. »

« … masqué ? »

J’avais sorti des morceaux de Mithril du [Stockage] afin d’en faire un masque rudimentaire. Le masque ne couvrait que la moitié supérieure de mon visage, un peu comme ces masques que l’on portait lors d’une mascarade. Je m’étais demandé si je devais attacher des sortes de cornes sur le front.

Heureusement pour moi, j’avais acheté des vêtements de style Eashen chez Zanac. Si je portais ces vêtements, je ressemblerais à un natif d’Eashen. La tenue était composée de plusieurs éléments, dont des chaussettes blanches, des sandales en bois, une veste haori, ainsi qu’un pantalon hakama et un uwagi pour couvrir mon torse. J’aurais pu utiliser [Mirage], mais cela aurait posé des problèmes.

J’avais jeté [Invisiblilité] sur moi et je m’étais vite changé. Yae était ma fiancée, mais j’étais encore un peu réticent à me déshabiller devant elle.

J’avais aussi un katana avec moi. C’était un prototype fabriqué à l’époque où je créais la lame Touka de Yae. Je l’avais rapidement emboîté dans la ceinture obi autour de ma taille.

J’avais mis le masque pour compléter l’ensemble. Avec cela, j’avais l’air d’un guerrier de passage avec un masque en forme d’oni. Je trouvais que j’avais l’air sacrément cool.

« De quoi ai-je l’air ? »

« Pour moi, Touya-dono… Tu ressembles vraiment à une personne d’Eashen. »

Elle avait dit cela, mais elle m’avait quand même lancé un drôle de regard.

Quoi ? Le masque est-il trop singulier ? Eh bien… Je suppose que quiconque porte un masque aurait l’air un peu suspect.

« Maître. Nous sommes actuellement au-dessus des cieux d’Eashen. »

La voix de Monica était venue du cockpit, me faisant regarder par les fenêtres. Il y avait des plaines et des forêts vertes qui s’étendaient de loin en loin, un contraste saisissant avec le Yulong dévasté que j’avais regardé plus tôt.

« J’aperçois de lourds signes de vie détectés dans les plaines du nord-ouest d’Oedo. Il est tout à fait probable que ce soient eux, en train de se battre juste là. »

« Allons-y tout de suite. En avant tout. »

« On y va. Cela prendra environ une minute. »

Il n’avait pas fallu longtemps avant que l’on voie un château s’élever de derrière une colline. Il ressemblait vraiment à un château japonais traditionnel, mais je pouvais voir une certaine influence occidentale ici et là. Il y avait aussi un fossé autour.

Je pouvais voir des dizaines de milliers de soldats tirer des flèches. Certains des soldats de la dernière rangée portaient des drapeaux ayant comme symbole une gourde d’or.

Ce doit être l’armée de Hashiba… Il n’y en a certainement pas deux cent mille ici… Des dizaines de milliers, c’est sûr… Mais ces gars ne sont probablement que l’avant-garde.

Divers soldats chargèrent sur le pont des douves, portant dans leurs mains un bélier en bois. Ils le frappaient contre la porte intérieure. Il y avait des gens à l’intérieur du château qui tiraient des flèches sur les attaquants, mais le vent s’était soudainement levé et détourna le flux de leurs tirs. Je parie qu’il y a un mage du vent dans les rangs ennemi…

Le vent continuait à rugir tandis que le bélier continuait son travail. Rester assis à regarder n’aidait pas. Il fallait que je me déplace rapidement.

« Yae. Entre dans le château. Trouve Jutaro et Jûbei et dis-leur que je suis là. Que personne d’autre ne le sache. Kohaku et moi allons arrêter les gens devant la porte. »

« Je comprends ! … Est-ce que ça ira si je descends là-bas sans masque ? »

« Ça devrait aller. Contrairement à Yumina et aux autres, notre engagement n’a jamais été annoncé officiellement. Pourquoi ? Veux-tu un masque ? »

« Ce n’est pas le moment de plaisanter. Cela causerait des soucis à ma famille. »

Comment ? J’avais utilisé une [Porte] pour envoyer Yae dans la tour du château. Puis j’avais pris Kohaku, j’avais attendu qu’elle prenne sa véritable forme et j’avais ouvert mon propre portail pour atteindre le sommet de la porte du château.

« Hein !? »

« Qu’est-ce que c’est !? »

J’avais sauté de la porte, sans faire attention aux hommes désorientés. Les deux camps avaient été brièvement surpris par l’apparition soudaine d’un énorme tigre blanc et d’un homme au masque d’argent.

« Dégages le passage, ordure ! »

L’un des membres de l’armée s’était mis à crier. On aurait dit qu’il voulait nous écarter du chemin le long de la porte.

Le rondin s’était approché de moi, j’avais tendu la main vers lui.

« [Augmentation de puissance]… [Gravité] ! »

Un bruit sourd résonnait dans la cour alors que j’arrêtais le rondin tout seul. Puis je le soulevais, lui et les gens qui s’y accrochaient, tout en haut dans les airs. Ils avaient été jetés dans les douves. J’avais alourdi mon corps avec la [Gravité], et renforcé ma force physique avec [Augmentation de puissance].

« Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel !? »

L’armée alliée Tokugawa-Date avait prudemment pointé ses arcs sur moi, mais il semblerait qu’ils aient finalement réalisé que je n’étais pas leur ennemi. Ils retournèrent leurs armes vers l’armée d’invasion.

Kohaku poussa un rugissement monstrueux, faisant fuir les soldats d’Hashiba qui restaient sur le pont.

« Ceci est un avertissement. Quittez cet endroit. Ou sinon. »

« O-Ou sinon quoi, hein !? »

Le commandant me cria dessus alors qu’il faisait lentement marche arrière. J’avais calmement sorti mon smartphone de ma poche de poitrine, et j’avais vérifié si le verrouillage du ciblage était déjà terminé. C’était le cas. Naturellement, ma cible était l’armée ennemie.

« [Glissade] ! »

« Waugh ! »

En un éclair, ce qui ressemblait à un léger tremblement de terre avait lentement grondé sous mes pieds. C’était logique, vu le grand nombre de personnes que j’avais fait tomber en même temps. J’aurais aimé avoir une vue d’ensemble, car je parie que cela aurait été hilarant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    C'est quand même fou à quel point le sort "Glissade" est efficace.

Laisser un commentaire