Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Les errances d’un Grand Duc

Partie 7

Après tout, les métaux précieux comme l’orichalque n’apparaissaient pas si souvent sur le marché. Même si c’était le cas, le prix était généralement très élevé.

Nous avions répandu une rumeur tactique, il existait un marchand excentrique qui ne vendaient que de l’orichalque, ainsi que plusieurs excuses pour ne pas vendre de plus petites quantités.

Les gens n’en demandaient généralement qu’une quantité suffisante pour fabriquer une épée. L’orichalque était non seulement rare, mais aussi difficile à traiter. Nous l’avions également vendu à un prix bien supérieur à sa valeur marchande, de sorte que peu de clients étaient intéressés par ce que nous vendions.

Cependant, c’était le piège. Parce que si quelqu’un voulait encore l’acheter… Ils seraient très méfiants.

« Le groupe qui l’a acheté se nomme Atelier Lao. J’ai fait quelques vérifications, et nous n’avons aucune trace d’une telle organisation. Une fois que l’orichalque a passé les frontières de Felsen, je n’ai pas pu enquêter plus avant… »

« Pourquoi cela ? »

« Leur pays n’a pas de guilde marchande. Tout y est géré par la Chambre du commerce et de l’industrie magique. »

La Chambre de commerce et d’industrie magique… Les mages, les artisans et les marchands de Felsen étaient tous gérés par cette énorme organisation de type guilde. Olba était impuissant à enquêter, car il s’agissait d’une organisation nationale, et non internationale comme la guilde des commerçants.

« Tu ne sais donc pas qui a acheté l’orichalque… ? »

C’était suspect, quelle que soit la façon dont on le regardait. Ils devaient avoir un soutien financier considérable, mais…

Je n’avais aucun moyen de savoir s’il s’agissait d’une conspiration gouvernementale, ou simplement de quelques fous. De toute façon, c’était probablement les personnes que nous recherchions.

Au fait, l’orichalque que j’avais vendu n’était authentique qu’à sa valeur nominale. C’était en fait du fer que j’avais fait ajuster en poids en utilisant [Gravité]. L’extérieur était plaqué avec un matériau doré. Mais je n’étais pas une sorte d’escroc. J’avais logé plusieurs pierres précieuses à l’intérieur.

Je ne voulais pas donner aux voleurs un véritable orichalque, mais je ne voulais pas non plus priver qui que ce soit d’un achat équitable. Cela étant dit, ils m’avaient d’abord escroqué en volant mes pièces de Frame Gear… Je n’avais probablement pas besoin d’y inclure les pierres précieuses, hein ?

Le seul problème était que je ne savais pas si c’était quelque chose fait par le gouvernement de Felsen, ou juste un groupe dissident. C’était troublant quand on y pensait. Felsen était aussi la nation qui comptait le plus de réfugiés Yulong.

« Le royaume de Felsen est célèbre pour son ingénierie magique et ses recherches sur les artefacts. Ils sont assez connus pour que la moitié orientale du continent soit connue sous le nom de Lame de Lestia et de Mysticisme de Felsen. »

Cela m’avait rappelé qu’une étrange magie obscurcissait les voleurs lors de leur vol. Cela aurait-il pu être le résultat des recherches de Felsen ? Il était vrai qu’il s’agissait d’une nation très avancée, mais je ne pensais pas qu’ils seraient capables de produire un Frame Gear ou quoi que ce soit.

Je n’avais aucune preuve impliquant Felsen. Cependant, il était très probable que celui qui avait volé mes affaires opérait depuis ce pays.

« Olba, s’il te plaît, fais-moi savoir si quelque chose d’inhabituel sort de Felsen. Je t’en serai redevable. »

« Pas besoin d’être aussi poli. Je suis toujours heureux d’avoir la possibilité de faire plus de profits, et je pense que si je vous en demandais davantage, je pourrais encourir une sorte de sanction karmique. »

« Oho ? Eh bien, si tu veux savoir… J’ai un flacon spécial qui peut conserver les boissons chaudes et les soupes pendant de longues périodes. »

« J’aimerais en entendre plus ! »

J’avais ouvert [Stockage] et j’avais pris une bouteille thermos que j’avais récemment créée. C’était assez facile à faire si vous aviez quelqu’un capable de produire de la magie du vent, puisqu’il s’agissait simplement de faire le vide à l’intérieur de la bouteille. Mais ce n’était pas aussi efficace que les bouteilles thermos de chez nous.

J’avais dessiné un petit schéma sur le sol tout en expliquant les bases. Naito était aussi apparu de nulle part et commença à écouter attentivement mon explication. Arma semblait s’ennuyer, alors j’avais ouvert une [Porte] et je l’avais envoyée voir Yumina.

J’en avais donné quelques-uns à Olba, ainsi qu’un exemplaire démonté pour lui montrer la structure de base. Le vieux Naito en avait également demandé un, alors je lui avais donné mon thermos personnel.

C’était logique qu’il en veuille un vu la quantité de travail qu’il faisait à l’extérieur. Je m’étais senti un peu coupable de ne pas avoir pensé à lui plus tôt.

Après cela, j’avais utilisé une [Porte] pour déplacer quelques cargaisons de métal vers l’Atelier de Babylone. Puis, je leur avais dit au revoir à tous les deux. Olba s’était rendu à la succursale de son magasin à Brunhild. Naito était parti avec son thermos. Il surveillait un nouveau projet de construction.

J’étais sur le point de rentrer chez moi par une [Porte] avant de voir quelques visages familiers dans la ville du château. Je m’étais arrêté et je les avais appelés.

« Salut à vous ! Comment allez-vous ? »

« Hein ? A-Ah, Votre Altesse !? »

Le jeune aventurier, Lop, se tourna vers moi et laissa tomber la lance dans ses mains. Ses trois compagnons avaient également réagi avec la même surprise. La seule qui n’avait pas montré beaucoup de réactions avait été la petite souris blanche qui se trouvait sur la tête d’une des filles. Elle s’était arrêtée en toute hâte, si bien qu’elle avait failli tomber de sa tête.

C’était les aventuriers débutants que j’avais rencontrés sur le bateau d’esclaves. Lop, Fran, Eon et Klaus. La souris blanche au sommet de la tête d’Eon était aussi une de mes invocations.

« La petite souris t’a-t-elle aidé ? »

« Oui ! Neige nous avertit quand des bêtes magiques rôdent, et détecte aussi les pièges pour nous ! »

« Heh… Pas mal, petite souris. »

La souris blanche se tenait au sommet de la tête d’Eon et lui tortillait les cheveux.

A-t-elle sérieusement frotté l’arrière de sa tête de façon maladroite… ? Tu es vraiment une souris intelligente.

Il semblerait que le groupe l’avait appelée Neige. Eh bien, c’était une souris des neiges, ça avait du sens.

« En fait, nous avons été promus rang Violet juste hier ! »

Fran, la sabreuse du groupe, m’avait joyeusement fait part de ses nouvelles.

C’est bien ! Ils avancent assez vite. Je suppose qu’ils ne sont plus des débutants.

L’exploration des donjons n’avait pas contribué à la promotion de votre rang, puisque ce n’était pas une quête. Cependant, la découverte de nouveaux étages, chambres, monstres, trésors et pièces cachées, puis leur signalement à la guilde, vous permettait d’obtenir des points pour votre prochain rang.

Le classement de la guilde était le suivant : Noir -> Violet -> Vert -> Bleu -> Rouge -> Argent -> Or. Ce n’était pas si difficile de passer du noir au violet, mais c’était quand même un exploit en soi.

« Neige continue à nous trouver des passages cachés. Nous avons déjà trouvé pas mal de coffres à trésors… L’un d’entre eux contenait même ceci ! »

Fran tenait une épée en Mithril. Elle était vieille, mais elle avait l’air en bon état. C’était certainement une trouvaille de valeur.

« Qu’est-ce que tu vas en faire ? »

« Eh bien, nous en avons tous parlé et nous avons décidé de le garder et de l’utiliser dans le combat. Après tout, nous nous sommes donné beaucoup de mal pour la trouver… »

« Vous devriez le vendre. »

« Hein ? »

Les quatre m’avaient regardé sans rien dire, alors je m’étais expliqué. Ils étaient peut-être passés du rang noir au violet, mais c’étaient encore des débutants. Des aventuriers débutants qui se baladaient avec une épée de Mithril ? Cela pourrait attirer l’attention de mauvaise personne. Je ne voulais pas qu’ils soient accostés par des gens qui voulaient un petit coup de pouce financier.

« Oh, je vois… »

« Vous devriez la vendre parce que vous pourriez finir par être attaqué pour cela. Vous ne voulez pas vous démarquer, du moins pas encore. »

C’était un conseil basé sur ma propre expérience. Ce serait bien s’ils étaient assez forts pour se dresser contre les gens qui les poursuivraient… Mais je n’étais pas sûr qu’ils étaient encore à ce niveau.

« Aw… Cependant, j’aime cette épée… »

« Mais il soulève un point juste. Il y a beaucoup de risques à la garder. Nous devrions éviter de nous mettre en danger, Fran. »

« Je suppose, Klaus… »

Klaus, leur archer, semblait avoir la tête sur les épaules. Au moins, elle semblait comprendre ce qu’il disait, même si cela la rendait triste.

« De plus, avec l’argent que vous gagnerez en vendant l’épée, ne pourrez-vous pas acheter du matériel décent pour tout le monde ? Ce serait mieux d’avoir un groupe équilibré. »

« … C’est vrai. Nous avons tous trouvé l’épée, alors je ne devrais pas profiter du butin seul. Allons-y ! Vendons-la. »

Fran semblait hésitante, mais elle avait finalement accepté de suivre mon conseil.

« Très bien. Je vais acheter ton épée. Je vous paierai aussi un peu plus que le prix actuel. Considérez que c’est un cadeau pour votre promotion au rang violet. »

Je m’étais dit que j’allais leur donner une vingtaine de pièces d’or, puisque j’avais de toute façon retiré de l’argent récemment.

Mais ensuite, j’avais commencé à m’inquiéter sur le fait qu’ils se fassent attaquer et voler l’argent. De plus, l’idée de donner environ deux millions de yens à une bande de jeunes de treize ans ne me plaisait pas trop.

« … Ou, si vous me donnez l’épée de Mithril, je pourrais vous faire un nouvel équipement, juste pour vous. Qu’est-ce que vous en dites ? Qu’est-ce que vous choisissez ? »

« Sérieusement !? Le matériel, le matériel ! »

Ils avaient tout gobé. Honnêtement, je m’étais senti un peu coupable. Presque comme si j’avais escroqué les enfants d’une épée de Mithril.

J’avais décidé de fabriquer quelque chose qui valait effectivement vingt pièces d’or.

J’étais allé dans le jardin de la Lune d’argent et j’avais ouvert [Stockage] pour en retirer un tas de matières premières. Puis, j’avais commencé à utiliser [Modélisation].

J’avais fabriqué une armure et une lance pour Lop, une armure légère et une épée pour Fran, une armure de cuir et un arc pour Klaus, et un ensemble de robes et de bâtons pour Eon.

Je voulais utiliser du Mithril pour l’armure métallique, mais cela n’avait pas été possible. J’avais fini par utiliser de l’acier renforcé à la place. J’avais également ajusté le poids de leurs vêtements en utilisant [Gravité]. En apparence, cela ne serait pas très différent d’une armure normale. Une personne ne connaîtrait les enchantements de l’équipement que si elle le portait.

J’avais enduit les lames de l’épée et de la lance avec du phrasium fin. Grâce à cela, leurs armes seraient un peu plus maniables, et couperaient beaucoup mieux.

J’avais aussi enchanté l’arc de Klaus, de sorte qu’il pouvait appliqué [Accélération] sur toutes les flèches qu’il tirait. Toutes les flèches tirées avec son arc seraient beaucoup plus puissantes. J’avais aussi fabriqué une corde d’arc avec du phrasium filiforme et un arc qui pouvait la supporter. Pour son armure en cuir, je l’avais tissée avec de l’écaille de dragon pour une protection supplémentaire. Mais j’avais mis des bandes de cuir devant. À l’extérieur, elle ressemblait à une armure de cuir normale.

Le bâton d’Eon était muni de ce qui semblait être des pierres à enchantement rouges et jaunes. Ses principales aptitudes étaient le feu et la lumière, mais c’était en fait un déguisement astucieux. Les pierres à enchantement étaient du phrasium pur, coloré en jaune et rouge. Cela permettait à ses attaques magiques de devenir beaucoup plus puissantes. J’avais même tissé du phrasium dans sa robe, pour la renforcer un peu. Mais ce n’était pas visible.

J’avais donc fabriqué un équipement assez simple, puis je leur avais expliqué les qualités particulières de chacun. Au début, ils avaient l’air un peu déçus par ce qui semblait être de mauvaise qualité, mais ils s’étaient vite repris après avoir réalisé la puissance de l’équipement que je leur avais donné.

« Maintenant, écoutez-moi bien. Vous ne devez pas parler de ce genre de choses à quelqu’un d’autre, d’accord ? C’est unique en son genre. Rien de tel n’existe ailleurs. Si le temps était venu pour vous de les vendre, alors vendez-les à la société d’Olba Strand. »

Je savais avec certitude que cela vaudrait plus de vingt pièces d’or. Après tout, la Compagnie Strand avait les meilleurs évaluateurs du coin.

Le quatuor me remercia, à mon grand regret, car je leur avais aussi donné assez de viande de dragon pour nourrir quatre personnes. Soudain, la cloche sonna sur la tour de l’horloge. Il venait d’être midi.

Je leur avais dit de passer la viande à Micah, je lui avais demandé de leur offrir un repas gratuit, puis j’étais parti en vitesse.

Après tout, le déjeuner m’attendait au château.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire