Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 1 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Rhapsodie Roadmarienne

Partie 6

Les golems avaient disparu, ce qui signifiait que la ville se calmait un peu, mais les incendies faisaient toujours rage.

« Descends, ô eau. Bénédiction des cieux : [Pluie céleste] ! »

Ma magie affecta le ciel et la pluie commença à tomber malgré l’absence de nuages. C’était un autre ancien sort que j’avais appris à la bibliothèque. J’avais lancé [Bouclier] sur ma tête pour faire office de parapluie de fortune. Avec cela, les feux s’éteindraient sûrement en un rien de temps.

Tout d’un coup, il s’était mis à pleuvoir très fort. J’en avais un peu trop fait ! C’était la première fois que j’utilisais ce sort, j’avais donc mal évalué la quantité de magie nécessaire. Le temps que j’arrêtais la pluie, il y aurait des inondations dans certains endroits.

Oh mon dieu… Au moins, j’ai réussi à l’arrêter à temps !

« Et voilà… Plus de feu ! Maintenant, il ne nous reste plus qu’à rapatrier les blessés. Je vais aller m’occuper des golems en attendant. »

« Ah… O-Oui. Très bien. Faites attention s’il vous plaît. »

Le gouverneur Audrey nous fit un signe de départ alors que nous nous dirigions vers les plaines. Le groupe de golems était là, avançant déjà vers la civilisation une fois de plus. Ils piétinaient assez fort également.

J’avais regardé de plus près. J’avais remarqué qu’il y avait quelque chose d’étrange sur leur dos. Je ne pouvais pas vraiment le voir de face, mais ça ressemblait à une plante… Comme si quelque chose avait été fusionné avec eux. C’était probablement la dernière modification de Bowman. J’avais ouvert une [Porte] et j’avais fait sortir Gerhilde du Hangar. Le Frame Gear flamboyant posa le pied sur le territoire de Roadmare avec un bruit sourd terrifiant.

« Ça va aller ? »

« Pas de problème. C’est juste la bonne quantité d’ennemis. Je vais les transformer en débris. »

Elze avait souri, puis elle courut sur le côté du Frame Gear, ouvrit l’écoutille et monta dans le cockpit.

J’avais installé une magie d’éjection automatique en cas d’urgence, donc je n’étais pas trop inquiet.

Gerhilde s’était mise à tourner. Je l’avais su grâce au bruit de ronronnement qui remplissait l’air.

« Allons botter des fesses, Gerhilde ! »

Gerhilde se tourna vers un groupe de trois golems et, avec un fort bruit de pulvérisation, engagea ses propulseurs. Le courant arrière souleva tout un nuage de poussière dans l’air.

Hé ! Tu sais que je suis-là !? Blegh, c’est dans ma bouche !

« Prends ça ! »

Gerhilde sauta en l’air et recula son poing, avant d’envoyer un coup de poing dans la gorge du golem. Le lance-pieu avait suivi le coup de poing et détruisit le noyau.

« Un de moins ! »

Puis, il tourna et donna violemment un coup de pied à un autre golem, le divisant en deux morceaux. La jambe fit demi-tour et avait anéanti le noyau exposé.

Le troisième golem leva les bras et fit pousser ce qui ressemblait à des lianes de lierre, essayant de lier Gerhilde avec elles. En un éclair, les bras de Gerhilde furent tous deux liés ensemble.

« Hors de mon chemin ! »

Gerhilde écarta les bras et tira le golem massif vers elle, puis elle commença à balancer la créature dans les airs. Après quelques balancements, elle lâcha prise, envoyant le golem s’écraser sur une foule de ses semblables. Putain de merde !

« Accélération ! »

Une flamme cramoisie magique avait englouti Gerhilde, signifiant son passage en mode haute puissance. Après cela, elle commença à éclater les golems les uns après les autres. Ses pieux s’étaient enfoncés les unes après les autres dans les noyaux des golems, provoquant le dépérissement de leurs corps massifs en une succession rapide.

J’ai fait un bon choix avec le lance-pieu. Je peux comprendre pourquoi il était si admiré par les fans de Mécha virils. Il écrase tout avec sa puissance pure ! Il n’y a pas de tromperie, il n’y a pas de blagues ! C’est juste de la pénétration brute, encore et encore !

« Meurs, meurs, meurs ! Écrase-toi, ordure ! Si tu restes là, c’est que tu le mérites ! Ahahaha ! »

Wôw. Elle est euh, vraiment en train de s’y mettre.

Il ne semblait pas y avoir quelque chose que ces pieux de cristal ne puissent pas casser. Gerhilde était comme une déesse de la mort cramoisie, dégageant une puissance brute sur le terrain. Les golems pourrissaient les uns après les autres, devenant des bouts de bois sans valeur.

« Frappe ! »

Gerhilde se tenait au sommet du monticule de bois en décomposition, le poing levé en l’air. Elle l’avait fait. Elle était invaincue.

Nous n’avions même pas eu la chance de voir ce que Bowman avait ajouté. Peu importe, puisque c’était clairement un échec.

Pourtant, Gerhilde avait dépassé toutes mes attentes. De plus, il n’avait pas utilisé toute sa puissance…

Ce Frame Gear mortel sera une véritable aubaine contre les Constructions Hautes.

J’avais regardé le robot rouge brillant avec un sourire sur mon visage. Les choses s’amélioraient enfin.

◇ ◇ ◇

« Ce n’est pas ma faute ! Ce n’était qu’une série d’événements malheureux ! C’est tout ! »

Nous étions tous dans le palais royal, à regarder Bowman cracher ses excuses.

Il avait renforcé les Béhémoths en leur attachant sur le dos une espèce modifiée de plante parasite. Les parasites se nourrissaient des nutriments de l’hôte et libéraient en échange leur potentiel latent. C’est ce que j’avais constaté quand j’avais vu les golems pour la première fois dans les plaines.

Mais il s’était avéré que les parasites étaient conscients. Assez conscients pour usurper l’esprit des golems et passer outre les colliers de contrôle qui leur avaient été imbriqués. Cela avait également rendu inutile toute commande conditionnée. Les golems étaient devenus fous de rage, ce qui avait provoqué un véritable carnage.

« Mis à part les golems, ces plantes parasites étaient très expérimentales ! Vous avez fait quelque chose d’horriblement dangereux en les modifiant de force et en les attachant aux golems. Non seulement cela, mais vous avez délibérément ignoré votre propre personnel et avez quand même continué. »

Le Chevalier commandant Limit avait feuilleté diverses notes de laboratoire en faisant son commentaire. Il semblerait qu’elles aient été saisies dans le laboratoire de Bowman.

« Bonté divine… N’avez-vous pas pensé que cela pouvait comporter des risques ? Savez-vous au moins combien de personnes vous avez tuées par votre propre négligence !? »

« Maintenant, écoutez-moi bien, Gouverneur Audrey ! Le risque a été calculé ! Il n’y avait aucune chance que cela se produise ! Je n’aurais jamais pensé qu’ils prendraient le contrôle l’esprit du golem ! Personne ne l’aurait fait ! Ce saccage n’était qu’un accident, une erreur de jugement. On ne peut certainement pas me le reprocher ! Je n’ai pas détruit la ville ! »

Bowman dévisageait Audrey en crachant ses mots. J’avais eu l’impression que c’était un tas d’excuses. Il avait été l’un des premiers à s’enfuir du laboratoire. Le commandant Limit l’avait trouvé recroquevillé dans l’entrepôt.

« Aviez-vous seulement besoin d’améliorer les golems ? Nos discussions officielles convergeaient vers l’acceptation de l’aide de Brunhild. Nous devions l’annoncer officiellement demain. Pourquoi avez-vous fait quelque chose d’aussi imprudent alors que notre ligne de conduite était déjà établie !? »

Oh, c’est une bonne chose. Selon Audrey, quatre des sept provinces qui composaient l’Union des Roadmare avaient accepté de coopérer avec Brunhild.

Roadmare était composé de la province centrale, de la province des Hauts Plateaux, de la province des montagnes, de la province des lacs, de la province des rivages, de la province des grandes plaines et de la province des forges. Parmi celles-ci, les Hauts Plateaux, les montagnes, les bords de lacs et la forge étaient toutes favorables à l’offre de Brunhild. Le centre et les grandes plaines s’y opposèrent, tandis que la province des rivages restait neutre.

Un vote démocratique officiel des représentants de la province devait avoir lieu le jour suivant…

« Dame Audrey, je suis prêt à parier que c’est parce que les gens ont commencé à douter de ses golems après la défaite dans le combat contre le Frame Gear de Brunhild. Beaucoup ont dit que notre budget devrait être mis ailleurs après cet incident. Il a probablement fait une tentative désespérée pour renforcer ses golems afin de conserver le financement du laboratoire et aussi pour éviter d’être humilié publiquement. »

Alors que Limit parlait, Bowman s’effondra et commença à trembler d’irritation, de tristesse ou de colère.

C’est comme ça, hein… ? Tout ça pour éviter les coupes budgétaires ?

« Au fait, vos golems étaient des déchets. Je les ai tous vaincus toute seule. Pathétique… »

Elze s’était moquée de Bowman, ce qui l’avait fait lever les yeux sur elle. Son expression était une combinaison de choc et de chagrin.

« T-Tu… Tu as vaincu mes golems améliorés… seule… ? Mais… »

« Vous n’auriez pas dû essayer d’utiliser quelque chose qui échappe à votre contrôle. C’est un crime grave, Docteur Bowman. Vous les avez modifiés sans raison valable, ce qui vous rend responsable de leur déchaînement. Nous révoquons votre diplôme et vous renvoyons officiellement de votre poste. Nous vous ferons également purger votre peine dans les mines de la Province des Montagnes. Est-ce acceptable, Doge ? »

« A-Ah… O-Oui, bien sûr… Il doit prendre ses responsabilités, bien sûr. »

Audrey parlait avec sévérité et confiance. En revanche, le Doge marmonnait et secouait la tête en silence.

Le pourquoi était évident. Après tout, celui qui avait donné à Bowman le pouvoir qu’il exerçait était le Doge. D’une certaine façon, lui aussi était en partie responsable de ce désordre.

Bowman avait été enlevé des lieux par quelques chevaliers. Il y avait eu des victimes lors de cette tragédie, qui avait fait plusieurs morts. Ils ne l’avaient probablement pas exécuté en raison de ses services antérieurs au pays.

« Maintenant… Doge. Faites évacuer la ville de Recept. La situation est urgente, et l’invasion devrait commencer bientôt. Envoyez votre messager le plus rapide. »

« A-Attendez un instant… Et si nous les faisons évacuer et que rien ne se passe ? Que proposez-vous de faire alors, hm ? »

« Est-ce que vous êtes vraiment encore en train de bafouiller à ce point… ? Si rien ne se passe, nous leur présenterons des excuses formelles et les dédommagerons pour le temps et les efforts qu’ils ont perdus. Vous préférez qu’on les laisse se faire massacrer ? Je ne pense pas que ce serait très bien non plus. »

Le Doge avait légèrement bronché lorsqu’Audrey l’avait réprimandé. Il fit ce qu’elle lui demandait et envoya son cheval le plus rapide vers la ville. À juste titre, croyais-je.

« Grand-Duc. Veuillez superviser l’évacuation de Rimroad, Emynas, et Recept. Nous allons également permettre le déploiement des Frame Gears de Brunhild sur notre territoire. N’est-ce pas, Doge ? »

« A-Ah… O-Oui. »

Le Doge se tenait là en hochant la tête à tout ce qu’Audrey lui disait. Il était difficile de dire qui était le vrai chef.

Quoi qu’il en soit, nous avions été autorisés à intercepter l’invasion des Phases.

« Merci pour votre aide. Nous ferons de notre mieux pour faire face à ce qui va arriver. Nous allons donc commencer à déployer nos Frame Gears autour de la zone où nous attendons l’émergence de la Phase. »

Il était probable qu’ils commenceraient à apparaître en moins d’une journée, alors j’avais dû faire vite.

J’étais retourné au château de Brunhild et j’avais organisé mes troupes. Le chevalier commandant Lain et ses vice-commandants Norn et Nikola allaient diriger dix-neuf troupes chacun. Cela ferait trois pelotons de vingt hommes, commandants compris. Ils seraient postés comme sentinelles, se relayant pour surveiller la zone.

Brunhild serait majoritairement laissé sans défense, mais les vieillards et les soldats restants seraient plus que suffisants pour s’occuper de l’endroit.

Je prêtais dix-huit chevaliers et deux barons chevaliers à chacune des nations alliées. Je les avais fait attendre sur leur propre territoire. Après tout, je ne voulais pas qu’un groupe de nations différentes reste présent sur le territoire de Roadmare pendant la période d’attente.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

Laisser un commentaire