Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 9 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Rhapsodie Roadmarienne

Partie 1

« Incroyable… ! Le foie d’ours lunaire peut guérir la maladie de Permid ? Et la racine de galara séchée est aussi puissante qu’un onguent ! Incroyable ! »

« Est-ce que c’est à votre goût ? »

« C’est tellement plus que cela ! Je peux sauver tant de vies avec cette connaissance ! Merci, Grand-Duc ! »

Raul, le médecin royal de Belfast, regardait les revues médicales que je lui avais données avec des étoiles dans les yeux.

J’avais transcrit plusieurs livres importants de la bibliothèque dans la langue commune, et j’avais décidé de les donner à des experts compétents. J’avais donc apporté à Raul plusieurs revues médicales de l’ancienne civilisation. Il semblerait qu’elles contenaient beaucoup de techniques et de remèdes qui avaient été perdus avec le temps. Personnellement, je ne voyais là rien d’autre que du charabia, mais il semblerait que Raul était très impressionné.

« Où avez-vous trouvé des écrits aussi incroyables… ? »

« Ah, bien. Vous savez, ces donjons que j’ai ouverts à Brunhild ? Je les ai trouvés dans un coffre au trésor. Puis j’ai utilisé la magie pour le traduire, c’est tout. »

Naturellement, j’avais caché la vérité. Je ne pouvais pas prendre le risque que quelqu’un découvre l’existence de la bibliothèque.

J’avais sorti une boîte de médicaments de [Stockage] et je l’avais donnée à Raul. Il y avait beaucoup de choses puissantes à l’intérieur, toutes fabriquées par Flora dans le laboratoire d’alchimie.

« Oh, prenez ça aussi. C’est fait par le personnel médical de Brunhild. Les effets sont aussi écrits sur cette note. »

« Ah, merci beaucoup… »

« Ne vous inquiétez pas, je serais contrarié si le Prince Yamato finissait par être malade. »

Ce monde possédait une multitude de magies de récupération, mais la mortalité infantile était toujours une menace réelle. En effet, la magie de récupération guérissait plutôt les blessures que les maladies.

Pour cela, il fallait des médecins. Dans le passé, j’avais essayé de donner à Raul quelques objets enchantés avec de la [Récupération], mais cela n’avait pas vraiment aidé à soigner ses maladies.

J’avais essayé de soigner le rhume de Linze, mais rien n’avait marché. Cela n’avait pas eu d’impact sur ses crampes menstruelles ni sur son mal des transports. De plus, ça n’avait pas semblé aider les gens qui étaient déjà évanouis. Je me demandais si cela avait des effets sur la gueule de bois, mais je n’avais pas eu l’occasion de le tester.

« Touya, merci d’avoir attendu… » Yumina ouvrit la porte et entra. Je l’avais emmenée avec moi au château de Belfast parce qu’elle voulait aller voir son petit frère. Nous avions pris l’habitude de nous y rendre une fois par semaine.

 

 

J’en avais profité pour déposer quelques fournitures avec Raul. Après tout, je n’avais pas de temps à perdre.

« Tu ne veux pas voir Yamato, Touya ? »

« Ah… C’est bon pour aujourd’hui. Peut-être la prochaine fois. »

J’avais dit que c’était bon, mais en vérité je ne voulais pas me faire prendre par le roi de Belfast. Il me parlait pendant des heures, et je finissais par devoir rester assis autour du Prince Yamato également pendant des heures.

En toute honnêteté, c’était un parent un peu imprudent. Après tout, il avait permis à Yumina d’être avec moi juste comme ça. Je me demandais si ce vieux fou serait un bon père pour un petit bébé comme Yamato… Cela me fit rappeler que je n’arrivais plus à me souvenir de l’âge précis du Roi. Je pensais qu’il avait une quarantaine d’années, mais je ne m’en souvenais pas si bien. Je ne voulais toutefois pas être pris par le Roi. Avant de passer plus de temps à réfléchir, j’avais ouvert une [Porte] vers Brunhild, chez moi.

Quand j’étais entré dans le château, j’avais été accueilli par un battement d’ailes. Kougyoku vola à travers la fenêtre.

« Hm, Kougyoku ? Quelque chose ne va pas. »

Elle s’était immédiatement perchée sur mon épaule. Je m’étais demandé si quelque chose s’était passé.

« En effet. Il semblerait qu’il y ait un engin rouge sur les plaines de l’ouest. »

« Attends, quoi ? »

Cela ne pouvait signifier qu’une chose. Le Chevalier Dragon d’Ende. Pourtant, je n’avais aucune idée de la raison de sa présence ici. J’avais vérifié sur ma carte et j’avais immédiatement ouvert une [Porte]. Comme je m’y attendais, le Chevalier dragon se tenait là, dans le champ. Ende était là, perché sur son épaule.

« Ende ! »

« Yo, Touya. Ça fait un bail, hein ? Je me suis dit que tu finirais par arriver ici si je venais. »

Ende sauta de l’épaule du Dragon, son foulard flottant doucement au vent en se déplaçant. Ce type avait toujours été agile au niveau des pieds… Un peu comme un chat, en fait.

« Qu’est-ce qui t’amène ici ? »

« Et bien, le Chevalier Dragon s’est subitement arrêté de fonctionner. Je me demandais si tu avais quelque chose pour m’aider, Touya. »

Il a arrêté de fonctionner ? Oh, l’éther liquide a dû s’épuiser. Après tout, il se consomme assez vite si vous l’utilisez beaucoup. Même si on ne l’utilise pas, il a tendance à s’user au bout d’un mois environ. C’est comme un soda. Il finira par perdre de sa carbonatation, que vous le buviez ou non.

Pourtant, il l’avait depuis bien plus d’un mois… Peut-être qu’il l’a stockée dans son étrange système de stockage. Si cela fonctionne comme mon [Stockage], alors le temps ne s’écoulera pas à l’intérieur.

« Oui, je peux en fait profiter de cette chance pour remodeler ton Frame Gear si tu le souhaites. De cette façon, il n’aura plus besoin de fonctionner avec de l’éther liquide. Après tout, je suis sûr que tu ne veux pas avoir à passer à Brunhild chaque fois que tu as besoin de faire le plein de carburant. »

« J’apprécierais. »

« Ça prendra environ trois jours, c’est bon ? »

« Ça marche pour moi. En attendant, je vais faire un tour dans ton petit duché. »

Hmm… Ce serait mauvais s’il restait trop longtemps dans le coin. C’est un bon allié, et son aide a été inestimable pour vaincre la Phase, mais…

Je ne veux pas qu’il s’approche du donjon. Il va juste passer au travers et tout nettoyer ! Cela entraînerait une perte nette pour les affaires de mon pays.

« De toute façon, trois jours, ça me paraît bien. Je suis soulagé, car combattre une Construction Haute avec juste mon corps charnu serait une vraie plaie… »

« Pardon ? » Une Construction Haute ? Il y en a une qui arrive !?

« Hé, qu’est-ce que tu veux dire… ? »

« Je suis tombé par hasard sur une distorsion spatiale, c’est tout. Vu son état, j’estime qu’elle s’ouvrira dans sept à dix jours. Mais ce ne sera pas si grave que ce qui est arrivé à Yulong. »

Non, bon sang ! Je ne demande pas combien il y en aura ! Tu as dit qu’il y a une Construction Haute ! Ces choses peuvent anéantir des villes en une seule attaque !

« A-Attends une seconde… ! Où se trouve cette distorsion ? »

« Hm ? Euh… à l’est d’ici, je crois. As-tu une carte sous la main ? »

J’avais ouvert ma carte et je l’avais affichée dans l’air. Ende m’avait indiqué l’endroit.

« Juste ici. Ce n’est peut-être pas l’endroit exact, mais ce sera dans cette zone. Si tu as des amis là-bas, je te conseille de les faire partir pendant qu’ils le peuvent. »

 

 

J’avais regardé l’endroit qu’Ende avait indiqué. Heureusement, je n’avais pas d’amis dans cette région du monde.

« L’Union Roadmare, hein… ? »

C’était un État allié composé de sept villes-États qui existait à l’est de Regulus. La zone qu’Ende avait indiquée était juste un peu éloignée de la capitale.

C’était une mauvaise nouvelle… Même si elle ne se trouvait pas en plein cœur de la capitale, la construction supérieure serait aussi solide que le crocodile que j’avais combattu à Yulong. S’il décidait de faire une attaque à l’explosif, nous serions complètement foutus.

C’était mauvais. Vraiment mauvais. Ça causerait une destruction massive. Je voulais le détruire le plus rapidement et le plus efficacement possible, mais cela impliquait que je me mêle des affaires d’une autre nation.

J’avais envisagé de leur donner un avertissement préalable, mais il y avait aussi le risque qu’ils ne me prennent pas au sérieux. Et puis, après ce qui s’était passé à Yulong, j’avais le sentiment qu’ils pourraient au moins m’écouter.

« … Elle va vraiment venir ? »

« Oui. »

Il était assez confiant. Et comme les choses qu’Ende prédisait se réalisaient véritablement, je n’avais aucune raison de douter de lui.

Pour l’instant, je vais aller parler au roi de Roadmare… Oh, attendez. En fait, je crois qu’ils ont un doge… De toute façon, je vais aller lui parler.

J’avais décidé de demander à l’Empereur de Régulus d’envoyer un message… Mais je m’étais souvenu que Regulus et Roadmare n’étaient pas en très bons termes. J’avais donc fini par me tourner vers le roi de Lestia, ou le maître de guilde Relisha. Les deux avaient de très bonnes connexions.

Relisha semblait être le meilleur choix parmi les deux. Après tout, il y avait une guilde dans Roadmare. Avec un peu de chance, nous pourrions ainsi obtenir une évacuation avant que les choses ne tournent au vinaigre comme à Yulong.

Si je disais à Relisha de répandre la nouvelle, nous pourrions au moins sauver les aventuriers locaux.

De toute façon, il n’y avait pas de temps à perdre. J’avais ouvert une [Porte], envoyé le Chevalier Dragon à l’Atelier, puis je m’étais dirigé vers la guilde.

Au moment où j’avais informé Relisha de ce qui se passait, elle s’était mise au travail. Elle contacta le maître de la guilde de Roadmare, et de là, elle essaya d’organiser une rencontre avec leur doge d’état. Apparemment, c’était un type appelé Volk Ragil.

Heureusement, celui-ci accepta de nous rencontrer immédiatement. La réponse avait probablement été très rapide, sûrement parce que j’étais à la tête d’un pays, même si ce pays était petit.

J’avais emmené le roi de Belfast et l’empereur de Regulus avec moi pour représenter l’alliance est-ouest. Tout semblait bien se passer, mais…

« Vous n’allez pas évacuer ? ! Mais vous avez vu ce qui s’est passé à Yulong !? »

« Ce n’est pas si simple. Nous allons nous réfugier, bien sûr. Mais il vaut mieux attendre que la situation se présente et en juger sur place. »

L’homme s’était assis devant moi sur une chaise d’apparence confortable.

Il avait les cheveux châtains et bouclés. Son visage avait une expression qui semblait assez sérieuse. Sa barbe pleine contribuait à accentuer son ton.

Il portait un manteau d’aspect onéreux. Il était assorti à la nature voyante du reste de sa tenue.

Il s’agissait de Volk Ragil. C’était l’homme qui gouvernait la province centrale de Roadmare, et agissait comme le doge de Roadmare dans son ensemble.

Même si je lui avais parlé de la menace imminente de la Phase, il n’avait pas semblé bouger d’un pouce. Il empestait la confiance en soi. J’avais cru comprendre qu’il avait été élu comme seul dirigeant parmi sept candidats, mais il n’avait aucune idée de ce à quoi il avait affaire ici.

« Commençons par l’essentiel… D’où viennent ces informations ? »

« Je ne peux pas vous donner les détails exacts, mais euh… Un gars… Je sais, un associé. »

« Un… associé ? Est-il digne de confiance ? Je ne veux pas être grossier, mais une histoire comme celle-ci est un peu difficile à avaler. »

Ende était à tous les coups un type louche. Mais le fait est qu’il était un ennemi de la Phase. Je n’étais pas sûr de pouvoir dire « l’ennemi de mon ennemi est mon ami », mais je ne pensais pas qu’il avait une raison d’être hostile envers nous…

« Je vais être honnête. Les autres membres de mon conseil ont des opinions mitigées. Certains disent que l’évacuation est le choix le plus judicieux, d’autres qu’il n’est tout simplement pas nécessaire. On m’a même suggéré de faire face à la menace par la force. Nous ne pouvons pas simplement prendre une décision unanime tout de suite. »

Des politiciens typiques. Ils délibèrent et se chamaillent jusqu’à ce que la mort se présente à leur porte. La vie de leur peuple était en jeu et ils ne se préoccupaient que des accords. Au moment où mon irritation commençait à se dissiper, l’empereur de Regulus prit la parole.

« Vous disiez que vous feriez face à la menace… mais savez-vous à quel point la Phase est puissante ? »

« Les créatures de cristal que vous appelez Phase sont déjà apparues sur notre territoire, oui. Nous avons réussi à les exterminer ici et là. Nous pouvons les vaincre si la situation s’aggrave, j’en suis sûr. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

Laisser un commentaire