Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Interlude 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Les dés sont jetés

Partie 3

De tous, la mienne était peut-être la moins ridicule. Mais j’aurais quand même préféré qu’Elze coupe sa perruque. En fait, les coiffures elles-mêmes n’étaient pas ridicules, c’était juste qu’aucune d’entre elles ne me convenait. Il y avait des gens qui pouvaient vraiment porter une pompadour ou un mohawk.

Les boucles de Linze lui allaient bien. Si elle avait eu une personnalité plus dominante, elles lui auraient été parfaitement adaptées. En fait, elles allaient à l’encontre de son comportement calme.

Une fois que nous avions tous mis nos perruques, le dé était retombé par terre.

Linze le ramassa et le jeta de toutes ses forces. Celui-ci atterrit sur le quatre. La marque étoilée avança de quatre autres cases.

« ll est écrit… “Tout le monde dit à haute voix la couleur de ses sous-vêtements.” Attendez, quoi !? »

Linze cria hystériquement. Les filles s’étaient toutes regardées en état de choc. J’avais laissé échapper une joie sauvage dans mon cœur, mais j’avais gardé mon expression parfaitement neutre.

« Hé Linze ! De toutes les cases, pourquoi as-tu dû atterrir là-dessus !? »

« Tu me fais peur, sœurette ! Ne me regarde pas avec cette coiffure ! »

Linze leva les bras pour se protéger du regard menaçant d’Elze. Ces cheveux en brosse l’avaient rendue deux fois plus effrayante.

« Nous devons simplement annoncer la couleur de nos sous-vêtements ? Très bien, les miens sont blancs. »

Sue annonça avec désinvolture la couleur de ses sous-vêtements. Il y avait beaucoup de choses que je voulais dire sur sa nonchalance en matière de sous-vêtements, mais ce n’était pas le moment. Je m’étais dit que je pourrais aussi bien profiter de l’occasion pour mentionner les miens.

« Je suppose que je vais aussi dire les miens. Mes sous-vêtements sont noirs. Très bien, suivant. »

Comme j’étais à côté de Sue, j’avais plus ou moins établi que nous allions faire la queue.

La suivante était Yae, qui se tenait de l’autre côté. Elle avait l’air terriblement troublée, ce qui aurait été mignon si elle n’avait pas eu un mohawk.

« Hm ? »

Ma perruque et celle de Sue avaient disparu. Ah, je comprends maintenant. Une fois que nous avions terminé l’événement suivant, les effets de l’événement précédent avaient disparu.

« Donc elles disparaîtront une fois qu’on aura dit la couleur de nos sous-vêtements. »

« Je me demande si cela signifie qu’elles ne disparaîtront pas si nous mentons à ce sujet. »

Yae marmonnait, l’air déprimé. Yae espérait-elle s’en tirer avec un mensonge ? En la connaissant, nous aurions tout de suite pu voir clair.

Normalement, j’aurais dit que personne n’aurait pu être aussi cruel, mais connaissant le docteur, je savais qu’elle pouvait en être capable.

Je portais un caleçon noir, donc ma réponse n’était certainement pas un mensonge. Je les avais achetés dans la boutique de Zanac, et c’était une copie des sous-vêtements que je portais quand j’étais arrivé dans ce monde.

« M-Mes sous-vêtements sont aussi… wh-wh… ngh… rouge… »

Après avoir dit ça, le visage de Yae était devenu aussi rouge que ses sous-vêtements. Elle enterra son visage dans ses mains et s’accroupit.

Le mohawk disparu. Il avait été remplacé par sa coiffure habituelle. Il semblerait que le fait de répondre nous débarrassait vraiment de nos perruques.

Alors ses sous-vêtements sont rouges, hein ? Si je me souviens bien, Yae est une fan des pagnes. Ce qui voudrait dire qu’en ce moment, elle porte un pagne rouge.

Mes rêveries avaient été interrompues par Leen, qui m’avait tendu quelque chose avec un sourire. Je crois qu’elle était la suivante à répondre.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Des bouchons d’oreilles. Je ne peux pas dormir la nuit sans eux. C’est une bonne chose que je les garde toujours sur moi. Je suppose que tu pourrais les mettre, Chéri ? »

« Bien joué, Leen ! »

« Pourquoi ne les as-tu pas fait sortir plus tôt, pourquoi ne l’as-tu pas fait !? »

Yae accosta Leen, les larmes aux yeux. Tch, je n’arrive pas à croire qu’elle ait mis en place des contre-mesures… J’avais mis les bouchons d’oreille à contrecœur. Wôw, ça bloque vraiment bien le son. Je ne me serais jamais attendu à ce que les bouchons d’oreille d’un monde imaginaire soient aussi bien conçus.

Je vis tout le monde dire la couleur de leurs sous-vêtements. Leurs coiffures étaient ainsi redevenues normales. Tsk…

Hilde était la dernière à agir, et après avoir terminé, le dé tomba par terre une fois de plus.

« C’est à mon tour maintenant, je crois. Hah! »

Yae ajouta une forte rotation au dé lorsqu’elle le lança. C’était presque comme si elle déversait ses frustrations sur le dé.

Cette fois-ci, le dé tomba sur la cinq. Dieu merci, on dirait qu’on s’en sortira assez vite.

Nous avions vécu toute une série d’événements, notamment mangé de la nourriture très épicée sans eau, danser pendant une minute d’affilée, etc. Chacun d’eux était le genre de choses que l’on obtenait dans un jeu de punition. Finalement, nous n’étions plus qu’à quelques cases du but. Et nous avions aussi beaucoup de temps libre. On va y arriver, n’est-ce pas ? Je me demandais ce qui prenait tant de temps à Paula. Elle aurait déjà dû être capable de trouver Parshe.

« Hah! »

Leen lança le dé. Celui-ci atterrit sur le quatre.

Le marqueur avança de quatre cases, et comme toujours, notre environnement commença à se transformer.

« Whoa!? »

« C’est une plage !? »

Une vue pittoresque s’étendit devant nous. Du sable blanc brillant, un ciel bleu clair, et des vagues de saphir éblouissantes à perte de vue.

« Tout cela n’est-il qu’une illusion ? »

« La brise marine sent si fort… »

Sue courut jusqu’au bord de l’eau et commença à barboter dans les bas-fonds.

« Cela doit être réel. L’eau semble vraiment réelle. »

« Hmm… Ça a même un goût salé. Je me demande si la magie de l’espace-temps et la magie de barrière… et la magie d’invocation seraient suffisantes pour faire une fausse mer comme celle-ci. »

Leen s’accroupit, trempa son doigt dans l’eau et le lécha.

Il y avait bien des piscines à vagues sur Terre, alors je supposais qu’il n’aurait pas dû être trop surprenant que la magie puisse reproduire un océan ici aussi. Même moi, je pouvais faire des vagues avec la magie de l’eau.

« C’est stupéfiant… La technologie antique est vraiment impressionnante. »

Leen avait raison, c’était quand même assez impressionnant. Sauf que toute cette technologie était utilisée pour faire un jeu de société…

Ah oui, quelles étaient les instructions pour cette case déjà ? Je regardais la carte et je lis les instructions à voix haute.

« Mettez les vêtements désignés ? Est-ce que ça veut dire... »

« Je crois que c’est ces… Touya. »

« Hein ? Oh… »

Je m’étais retourné pour voir Lu debout à côté d’un porte-vêtements qui avait été laissé sur la plage. Elle prit une des tenues et me la montra.

C’était un maillot de bain, et le plus cliché qui soit. Il y avait un autre porte-vêtements avec des maillots de bain pour hommes. Il y avait même une tente pour se changer.

« Attendez ! Ce maillot de bain n’est qu’un bout de ficelle ! »

« Apparemment, il s’adapte à celui qui le porte. Est-ce aussi un produit de la technologie ancienne ? »

« Tout cela est terriblement révélateur… »

Les filles se rassemblèrent autour du porte-vêtements et commencèrent à chercher les maillots de bain qui leur plaisaient.

Je m’étais dit que je n’aurais pas à être aussi pointilleux, puisque je ne me souciais pas beaucoup de ce que je portais. Mais quand j’avais commencé à regarder dans le présentoir, je m’étais rendu compte que la plupart d’entre eux étaient plutôt bizarres.

Je ne sais même pas comment porter celui-ci… Il est en forme de V jusqu’à mon entrejambe… Le docteur a vraiment des goûts bizarres. Et ça, c’est juste… une simple feuille. Ce n’est pas parce qu’un groupe de comédiens l’a porté que je peux accepter ça ! Il y en avait une autre qui était complètement transparente, et une autre qui ressemblait à un speedo très serré. Finalement, j’avais réussi à trouver un maillot de bain normal.

Je m’étais dirigé vers la tente de changement, puis je m’étais arrêté. C’était peut-être une bonne idée de voir ce qui se passait si je mouillais ces maillots en premier. Après tout, connaissant le médecin, ils allèrent peut-être finir par se dissoudre dans l’eau.

Il s’était avéré qu’ils étaient sans danger, alors j’étais allé me changer. À l’intérieur de la tente, il y avait un petit coffre et une petite affiche à côté qui disait :

« S’il vous plaît, mettez vos vêtements ici une fois que vous vous serez changé ».

Apparemment, après un certain temps, les vêtements que je portais et les vêtements de ce coffre étaient échangés. Ce qui signifiait que si je ne voulais pas finir nu, je ferais mieux de faire ce que disait le panneau. J’avais mis les vêtements dans le coffre et j’avais fermé le couvercle. Il y eut un clic audible lorsque le coffre se verrouilla. Je vais récupérer mes vêtements plus tard, pas vrai ? Comme je m’y attendais, les filles avaient mis plus de temps à se changer. Se rendaient-elles compte que si nous prenions trop de temps, notre limite de temps serait dépassée et nous serions jetés dehors nus ?

« Désolé d’avoir été si longue, Touya. »

« Ah… »

Yumina quitta la tente en première. Elle portait un costume blanc d’une seule pièce avec un motif floral.

Sue était sortie ensuite, vêtue d’un costume jaune à pois d’une seule pièce avec des fioritures.

Ensuite, Elze et Linze, toutes deux en bikini standard, étaient arrivées. Celui d’Elze était rouge et celui de Linze était bleu.

Puis vint Yae, vêtue d’un ensemble violet avec un paréo enroulé autour d’elle. Comme prévu, le buste de Yae révéla ses véritables pouvoirs lorsqu’elle était libérée des liens hargneux de son sarashi.

Hilde était finalement sortie, bien qu’elle semblait plus que timide. En y repensant, c’était la première fois que je voyais Hilde en maillot de bain. Elle portait un bikini orange à froufrous. Le bas avait un motif ressemblant à une jupe. Hilde n’était pas tout à fait du niveau de Yae, mais elle avait de très bons atouts.

Cependant, je me demandais pourquoi elles avaient leurs épées… Mais je n’étais pas du genre à parler, j’avais amené Brunhild avec moi, au cas où.

J’avais aussi regardé pour voir le maillot de bain de Lu pour la première fois. C’était une pièce d’émeraude avec un collier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire