Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 9

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Conspiration dans le donjon

Partie 9

« C’est un euh… bijou de la prospective, n’est-ce pas ? »

« Exactement. Si vous concentrez votre pouvoir magique, alors une personne dans le futur ayant un biorythme magique similaire au vôtre sera montrée dans l’orbe. Mais cette personne est complètement aléatoire. Et l’avenir ne suit pas toujours une voie stable. Il ne reflète généralement pas deux fois la même personne, mais lorsque le Docteur l’utilisait, il vous montrait toujours. Elle devait être… très concentrée sur vous. »

C’était probablement parce que j’étais la seule personne qu’elle pouvait refléter… Bien que savoir que j’ai un biorythme similaire à celui de cette ancienne perverse ne soit pas vraiment rassurant.

J’essayais d’y mettre un peu de ma magie, mais rien ne marchait. Hein ?

« Est-ce que c’est cassé ? »

« Non. Il n’est pas cassé. Il est plus probable qu’une personne ayant votre biorythme ne naîtra pas avant cinq mille ans. Mais bien sûr, l’avenir n’est pas figé. Vous pouvez toujours réessayer plus tard. »

« Quoi, sérieusement ? Une personne ayant toutes les affinités magiques ne viendra pas avant au moins cinq mille ans ? »

« Non. Ce n’est que l’un des facteurs. Même s’ils ont toutes les affinités, vous ne les verrez pas si vous ne suivez pas leur rythme magique de près. »

Je vois… Mais quand même, avoir toutes les affinités magiques réduit massivement le nombre de personnes que je peux regarder. Si je n’avais pas d’aptitude magique, je serais probablement capable de voir plusieurs personnes. Ça craint.

J’étais déçu, car je voulais regarder vers l’avenir. Parshe mentionna quelque chose à propos de la possibilité d’estimer approximativement à quelle distance dans le futur vous avez regardé, alors j’espérais voir ce qu’il adviendrait de Brunhild à l’avenir.

« Alors tu utilises ta magie sur elle ? »

« Ouais. Ça n’a pas agi pour moi. »

Linze lisait dans le salon au moment où j’étais arrivé avec le Joyau de la prospective. Ce qui se passa ensuite n’était pas difficile à deviner.

« Ça a l’air cependant intéressant. Puis-je aussi essayer ? »

Elze était sur le canapé en train de nettoyer ses gants, mais elle semblait intéressée. Yae et Hilde, qui étaient assises à côté d’elle, semblaient également curieuses.

Yumina et Lu entrèrent dans la pièce avec un peu de thé. Sue était occupée à la maison, et Leen se plongeait dans les livres de la bibliothèque de Babylone.

« D’accord, voyons voir… »

Linze laissa son pouvoir magique s’écouler dans le Joyau, et celui-ci était soudainement devenu noir de jais. De petites lumières scintillèrent à l’intérieur du globe, scintillant de temps en temps. C’était comme regarder dans l’espace.

L’instant d’après, l’image d’un vieil homme avec un chapeau de paille apparut dans la boule. Il avait une barbe blanche et labourait un champ. Hein… Qu’est-ce que c’est ?

« Oh… Laisse-moi l’accorder… »

Parshe souleva l’orbe et tourna un bouton à l’arrière du piédestal. L’image commença à s’estomper un peu.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Hmm… La scène se situe entre cinquante et cent ans dans le futur. Il semblerait que cela se situe quelque part entre Refreese et Regulus. »

C’est un avenir assez lointain. Je me demande si ce vieil homme est un petit enfant en ce moment… Ou peut-être qu’il n’est même pas né !

« Alors… Ce vieil homme et moi avons le même biorythme… ? »

Linze semblait quelque peu déçue. Je pouvais comprendre, donc j’étais au moins un peu compatissant. Mais au moins, elle avait quelqu’un d’accordé à sa longueur d’onde.

« J’ai réinitialisé les paramètres. Maintenant, elle ne s’affichera plus que dans dix ans, et la région est limitée à la zone locale. »

Parshe remit le joyau de la prospective sur la table. Linze, découragée, laissa ses épaules s’enfoncer un peu, et Elze fut la suivante à le toucher.

Une fois de plus, la belle image en forme d’espace apparut, et elle se focalisa sur une femme âgée se promenant dans la ville.

« Hein, c’est la ville du château ? »

« Je peux voir une grande tour d’horloge, mais… Brunhild n’en a pas, n’est-ce pas ? »

« Ah… je ne l’ai vu qu’une seconde, mais c’était bien la Lune d’argent ! C’est notre ville ! »

En effet, c’était le cas. Comme l’avait dit Yumina, j’avais brièvement vu le signe de l’Auberge de la Lune d’Argent. Comme je l’avais pensé, c’était la ville du château de Brunhild.

Huh. Je me demandais si j’allais bientôt construire une tour d’horloge… L’image ne couvre que la zone immédiate autour de la personne, il est donc un peu difficile d’avoir une vue complète de l’endroit.

« Euh… Est-ce que quelqu’un d’autre a entendu cette voix à l’instant ? J’ai cru entendre une femme dire : “C’est un bon prix.”… »

Lu s’était légèrement rapprochée de l’orbe de cristal. La femme sur l’image était en train d’acheter des pommes.

« C’est… elle établit un lien avec la personne ciblée, parfois elle capte la voix. La plupart du temps, il y a trop d’interférences pour obtenir un bon son, mais parfois, ça se passe bien. »

Alors que tout le monde écoutait l’explication de Parshe, l’image s’était assombrie jusqu’à s’effacer complètement.

« Aaaah... Le lien est parti et a expiré. Cela arrive généralement un moment après que tu aies enlevé ta main. »

« On ne voit pas ce qui va suivre ? »

« C’est presque impossible. L’objectif est — après tout — complètement aléatoire dans une période de dix ans. »

Il semblerait que l’artefact ne pouvait être placé que dans une fourchette de plusieurs décennies, il ne pouvait pas être plus précis que cela. Même si vous aviez la chance de vous connecter à la même personne, il fallait avoir une chance folle pour voir une continuation de l’endroit où vous vous êtes arrêté la dernière fois.

Même le docteur Babylon n’avait vu que des fragments de ma vie. Bien que le fait qu’elle ait pu me voir il y a cinq mille ans était assez incroyable.

« Qui est la prochaine ? »

Yae n’avait aucune aptitude pour la magie, elle avait donc un large éventail de personnes avec lesquelles elle pouvait potentiellement se synchroniser. Mais cela présentait l’inconvénient d’être plus difficile à cibler sur des individus spécifiques. Vous envisageriez probablement l’avenir d’une personne différente chaque fois que vous utiliseriez l’orbe.

Yae laissa sa magie s’écouler dans la boule de cristal. Même sans aucune aptitude particulière, elle avait toujours un pouvoir magique en elle. Les objets enchantés avaient été créés à l’origine pour les gens qui ne pouvaient pas utiliser la magie, mais ils pouvaient toujours canaliser la magie en eux.

« Oh… Je le vois, je le vois. Est-ce que c’est... Le château, c’est ça ? »

Il y avait une bonne qui se reflétait dans le ballon. Je n’avais pas reconnu son visage. C’était probablement quelqu’un qu’on allait finir par engager dans les dix ans à venir. La jeune servante marchait dans le hall du château. Elle avait l’air d’avoir une vingtaine d’années.

« Le château n’a pas l’air très différent… »

« Eh bien, ça n’a pas changé depuis que nous l’avons construit… Il est donc logique qu’il ne change pas beaucoup, même dans les dix ans à venir. »

Je souriais légèrement aux murmures d’Elze, mais en détournant la tête, j’avais raté la suite de la vision.

« Hm !? »

« Qui est ce… ? »

« Hein ! Qu-Quoi !? »

Yae et Yumina regardèrent avec surprise. Lu, Linze et Hilde regardaient également avec émerveillement.

« Qu’est-ce que c’était… ? Je l’ai raté. »

« Ah… U-Uhm, il y avait un petit enfant. La bonne a salué un enfant et est passée à autre chose. »

« Un enfant ? »

J’avais tourné la tête vers Linze pendant qu’elle parlait. Un enfant dans le château, hein… Attends… Pas moyen.

« H-H-Hey ! Ne peux-tu pas faire en sorte que l’orbe suive l’enfant ? »

« C’est impossible ! La cible est la femme de ménage, je suis désolée ! »

Parshe tremblait légèrement à la suite de mon râlement. Cela m’ennuyait d’avoir manqué ça.

Il y avait un enfant dans le château. Ça voulait dire que ça aurait pu être mon enfant ! Mais ça aurait pu être l’enfant d’un dignitaire étranger. « C’était un garçon ou une fille ?! »

« Hmm… C’était une fille… Je crois… »

« Hm… Je crois que c’était vraiment un beau jeune homme. »

« Mais ces longs cheveux… C’était sûrement une fille. »

« Oui, elle portait un pantalon à culotte longue. »

« Il semblait qu’elle avait aussi des cheveux noirs… »

« Mais qui est la mère ! »

Tout le monde s’était tu après la question de Hilde. Leen et Sue n’étaient pas là, mais il était possible que nous venions de voir la fille (ou le fils ?) qu’elles allaient finalement porter. Pourtant, il ne semblait pas possible de savoir qui était la mère.

La situation était rapidement devenue très mouvementée.

« Hé, Yae ! Fais en sorte que l’orbe montre la fille à nouveau ! »

« Je ne peux pas faire ça ! Je ne contrôle pas ce qu’il me montre ! »

« Aaagh ! Y-Yae ! Ne laisse pas ta main glisser ! Nous allons perdre la connexion ! »

« Je me demande si c’était ma fille… »

« Ouais… C’est un peu effrayant de penser à… »

« Je me demande si mon enfant utilisera une épée comme moi… »

« Hé, du calme ! J’entends quelque chose ! »

J’avais calmé tout le monde et j’avais mis mon doigt sur mes lèvres. La servante dans la boule de cristal parlait à un homme. Il avait l’air d’un collègue de travail.

« … --… a déjà couru par là. »

« Bon sang. J’ai dit au petit de ne pas importuner Sa Majesté… Père ou pas, c’est un homme très occupé. »

Les yeux de tout le monde se fixèrent sur moi. Ouais. J’avais ma confirmation. Je me demandais cependant ce que le futur moi faisait… Ne devrais-tu pas passer du temps avec ta famille ? !

« Eh bien, c’est ça alors. On ne pouvait pas entendre le nom… Mais cet enfant était vraiment le tien, Touya. »

J’étais juste contrarié de ne pas avoir vu l’enfant de mes propres yeux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire