Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Conspiration dans le donjon

Partie 8

« Alors, tu peux le faire ? »

« Oui, je le peux. Je peux peut-être rendre l’Éther liquide inutile, monsieur ! Ou, euh… plutôt… Je peux probablement faire en sorte que nous n’ayons plus jamais besoin de changer l’Éther liquide, monsieur ! »

Nous étions dans l’atelier. Rosetta nous expliquait certains plans que nous avions trouvés dans l’entrepôt.

L’Éther liquide amplifiait le pouvoir magique du pilote d’un Frame Gear et le répandait dans tout le Mécha. Jusqu’à présent, nous l’avions utilisé comme carburant brut, mais les noyaux des nouveaux modèles tiraient leur magie de la lumière du soleil et de l’atmosphère environnante. C’était un peu comme passer des batteries aux panneaux solaires.

Mais nous avions besoin de matériaux cristallins provenant de Phase morte pour fabriquer les nouveaux dispositifs d’alimentation. Il semblerait que le docteur Babylon avait remarqué les qualités uniques de la Phase et avait trouvé comment les exploiter à notre avantage.

Quoi qu’il en soit, elle avait permis à l’Éther liquide de circuler dans la machine sans perdre de sa magie. Nous n’aurions plus besoin de changer le combustible.

« Eh bien, monsieur ! Ce nouveau système est conceptuel ! Nous pouvons assembler diverses pièces et les mettre sur des Frame Gears. Cela devrait nous permettre d’assembler des variétés uniques de Frame Gear, monsieur ! En d’autres termes, monsieur ! La nouvelle façon de fabriquer des Frame Gears n’a pas de forme prédéterminée ! »

« Alors pouvons-nous les construire comme nous le voulons… ? Ou euh… C’est plutôt comme si nous ne pourrons pas le faire si nous ne pouvons pas trouver ce que nous voulons ? »

« C’est exact, monsieur. Nous pourrions hypothétiquement assembler tout ce que nous voulons ensemble, monsieur ! Mais cela ne ferait que créer un tas de ferraille qui ne fonctionnerait pas ! »

Je ne voulais pas que nous gaspillions nos ressources de cette façon. Mais en même temps, j’avais hâte de commencer à expérimenter ce que nous pourrions mettre en place.

« Nous devons prendre en compte la force, l’armure, le rendement magique, la précision, la mobilité et l’armement équipé, monsieur ! C’est peut-être évident, mais si nous le faisons lourdement blinder, il aura une vitesse réduite ! Si nous augmentons la puissance, la magie s’épuisera plus vite ! Si on considère vos réserves de mana incroyables, monsieur, alors on peut faire tout ce qu’on veut ! Mais ça ne marchera pas pour tout le monde, monsieur ! »

Eh bien, désolé d’avoir une réserve magique ridicule… Mais bon sang, qu’est-ce que je fais ? J’ai beaucoup de magie, oui… Mais serait-il préférable de fabriquer des Frames Gears que les autres peuvent utiliser ? Je devrais probablement penser à faire des Frames Gears spécialisés qui s’adaptent à des personnes spécifiques. Celui d’Elze devrait être axé sur la puissance et la vitesse, par exemple !

Cependant, les Frame Gears spécialisés ne seraient utilisables que par la personne pour laquelle ils avaient été conçus. De plus, l’utilisation progressive d’un Frame Gear fera qu’on s’y habituera vite et vice-versa, ce ne seront donc au final que des unités personnelles.

« Commençons par le commencement, monsieur ! Nous allons appeler les Mini-bots à l’entrepôt ! Monica et moi sommes insuffisants pour cette tâche, monsieur. »

C’était juste. J’avais remarqué que deux des robots assistants se promenaient dans l’atelier. Ils étaient incroyablement compétents, malgré leur apparence bizarre. Ils n’avaient pas la capacité de penser par eux-mêmes et ne pouvaient qu’obéir à des ordres rigides, mais leur polyvalence n’était pas à négliger.

J’avais temporairement arrêté la production des Chevaliers pour que l’atelier puisse commencer à construire ces nouveaux Frame Gears. Nous avions fabriqué beaucoup de Chevaliers au cours des derniers mois, alors je n’avais pas hésité à faire une pause pendant un certain temps.

« D’accord, alors… Essayons de faire un Frame Gear pour Elze. Je veux que vous donniez la priorité à la vitesse et à la puissance. Faites aussi des membres lourdement blindés. Ne vous inquiétez pas trop de la conservation de la puissance magique. On pourra toujours le modifier plus tard. »

« Monsieur, oui monsieur ! »

J’avais décidé de commencer avec le Frame Gear d’Elze parce que son style de combat était le plus simple. Frapper et donner des coups de pied à l’ennemi jusqu’à ce qu’il soit à terre. C’était une méthode éprouvée. Grâce à cela, il n’y avait pas besoin d’équilibrer ou de trop modifier son style de combat. C’était essentiellement un modèle spécialisé dans un seul but.

J’avais laissé Rosetta s’en occuper et j’étais allé à l’entrepôt.

« Oh, Maître. C’est… vous. »

J’étais entré dans le bâtiment et j’y trouvais Parshe. Elle portait un vêtement traditionnel de vierge du sanctuaire, un hakama rouge sur une robe blanche. Je n’avais jamais vu une vierge du sanctuaire qui avait les cheveux en queue de cheval auparavant, mais… De toute façon, il n’était pas juste d’appliquer la logique de mon ancien monde à celui-ci.

J’avais oublié toutes les affaires que j’avais passées à Zanac, alors j’avais été surpris de la voir dans un habit si familier sur le plan culturel. C’était un choix étrange… Avoir une fille d’aussi maladroite comme vierge du sanctuaire était un peu trop… Je n’étais pas tout à fait sûr que Dieu serait d’accord avec ça.

« J’ai répertorié pour vous tout ce qui se trouve dans l’entrepôt. Il y a mille quatre-vingt-treize articles au total, Maître. »

« Wôw, c’est beaucoup. »

Je feuilletais la liste qu’elle m’avait donnée. Il y avait des choses que je reconnaissais et d’autres que je ne reconnaissais pas. Il y avait aussi des choses sur la liste que je savais que je ne voudrais jamais regarder. J’avais décidé que nous n’avions pas besoin de la « Culotte de guerre ultime », du « Maillot de bain mortel » ou de l’« Armure Bikini », par exemple. Il valait mieux les mettre à l’écart. Il valait mieux laisser certaines choses scellées.

Qu’est-ce que… ? « Médecine pour faire grossir les seins »… ? Il vaut mieux que personne n’apprenne jamais rien à ce sujet… Cela pourrait détruire des nations.

« Parshe. Ne montre à personne d’autre cette liste, comprise ? Et ne parle à personne des choses disponibles à l’Entrepôt, sauf si tu as ma permission. Compris ? »

« Compris ! »

Les seins… Gros… Petits… Tout le monde en a. Plus gros, plus petits, on n’a pas à s’inquiéter de ces choses-là. Le pain est délicieux. Le riz est aussi délicieux. Ni l’un ni l’autre n’invalide l’autre ! Cela dit, certains préféraient le riz au pain… et inversement. Personnellement, j’appréciais les deux. Mais j’étais un peu triste. Parce que je savais que trop d’hommes dans ce monde n’avaient d’yeux que pour ces grandes choses rondes.

De toute façon, je m’éloignais du sujet.

« Cela me fait penser à une chose. Il devrait y avoir du liquide d’éther stocké ici. Fais-le livrer à Rosetta à l’atelier, et à Monica au hangar. »

« Roger ! »

Parshe toucha le monolithe et neuf cubes sortirent du sol. Je les avais vérifiés et, bien sûr, il s’agissait de bouteilles de 500 ml du liquide familier. Ça ressemblait vraiment à du soda…

Les mini-bots les soulevèrent au-dessus de leurs têtes et quittèrent l’entrepôt.

« Parshe, c’est quoi ces objets avec des entailles dans leurs noms ? »

« Ah ! Ce sont des objets que nous avons perdus… »

Elle marmonna silencieusement cela d’une manière déçue. Je vis le bracelet bloqueur et le bracelet draineur sur la liste, mais je ne trouvais pas dans cette liste le bijou d’immortalité…

Oh, c’est peut-être celui-là… L’Oeil de la tombe… Je suppose que le gars qui l’a trouvé ne connaissait pas son vrai nom.

« Alors ça veut dire que la Sainte Épée de Lestia est cette Lame de Récupération… Et Ripple est le cadre vivant. Chouette. »

Même en excluant les objets que j’avais vus, il y avait quelques artefacts manquants. Les chercher serait une véritable galère. De plus, il était peu probable que les gens qui les avaient les abandonneraient si je le demandais…

Autant que je sache, il n’y avait aucun moyen pour moi de les trouver. Même si je savais comment ils s’appelaient, ce n’était pas comme si ma magie de recherche pouvait trouver des choses que je ne reconnaîtrais pas d’un seul coup d’œil. C’était malheureux, mais la liste manquait cruellement d’images pour accompagner les noms.

« Il y a vraiment beaucoup de choses, hein… »

« Le docteur Babylone était un génie, mais ses capacités d’organisation étaient insuffisantes… Elle a inventé de nombreuses choses, et les a finalement toutes mises au dépôt. Elle aurait pu gagner beaucoup d’argent si elle avait répandu ses créations dans le monde. »

« On dirait qu’elle n’avait pas vraiment de mal à trouver de l’argent. »

J’avais repensé aux pièces d’or.

« Elle ne s’intéressait pas particulièrement à l’argent. Le Docteur a juste fait ce qu’elle voulait faire. »

Je ne comprenais pas entièrement le Docteur ou pourquoi elle créait toutes ces choses étranges, mais je ne pouvais pas m’empêcher de me poser parfois des questions…

Le Docteur Babylone avait utilisé un artefact pour regarder dans le futur et me voir… Et elle avait décidé de me laisser en héritage la forteresse flottante de Babylone. Je m’étais demandé si ce n’était pas plus que ça.

« Tu n’aurais pas l’objet que le Docteur a utilisé pour voir le futur dans l’Entrepôt, n’est-ce pas… ? »

« Pour voir dans le futur… Mm… Vous voulez dire le joyau de la prospective ? Effectivement, nous… nous l’avons. »

Parshe toucha le monolithe, et un autre cube-boîte jaillit du sol. Il s’ouvrit pour révéler un magnifique globe scintillant de la taille d’un ballon de volley-ball. Il était posé sur un piédestal magistralement fabriqué.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire