Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Conspiration dans le donjon

Partie 7

Le village de Pyton était situé au sud-ouest de Regulus. Il s’agissait d’un joli village tranquille et plat, niché dans des montagnes près de la frontière de Belfast. Il donnait l’image d’une petite ville de montagne paisible et tranquille.

Je ne voulais pas faire de bruit ni alerter les villageois, j’avais ainsi atterri dans une forêt voisine et j’avais sorti mon téléphone pour chercher la grotte. Je l’avais trouvée non loin de là.

« Hein, c’était vraiment tout près. Cependant, je suppose que c’est logique… Ces enfants ont joué ici. »

La grotte se trouvait juste un peu plus haut dans une zone rocheuse près de la ville. Elle n’était pas très grande non plus. L’entrée était étroite, une seule personne pouvait y passer à la fois. Ça ressemblait plus à un tunnel qu’à une grotte, mais une fois à l’intérieur, ça s’était un peu écarté.

Il serait probablement plus juste d’appeler la grotte une entrée vers les ruines intérieures. Il y avait probablement eu d’autres entrées autrefois, elles avaient dû être couvertes par divers moyens au fil des ans.

Une chauve-souris géante m’attaqua après que je sois entré un peu plus loin. Naturellement, elle mourut en quelques secondes. Hm… Les enfants ont battu ces choses ? Je suppose qu’elles sont vraiment faibles… On dirait qu’elle ne peut pas faire beaucoup de dégâts.

Au bout d’un moment, je trouvais un cube obsidienne.

Il mesurait environ sept mètres de haut et de large. Il était aussi froid au toucher. Il n’y avait aucun doute dans mon esprit. C’était une ruine de Babylone.

« Très bien… Il doit donc y avoir un moyen d’entrer dans cette chose. »

J’inspectais le cube à fond. Mais je ne trouvais rien qui puisse l’ouvrir, comme un interrupteur. Il n’y avait pas non plus de rainure comme l’autre fois. Je m’étais demandé quel était le secret. Je m’étais dit qu’il y avait peut-être un mur qui me permettrait de passer si je le touchais… Mais hélas, pas de chance.

« Hmph… Qu’est-ce que c’est que ce truc… ? »

J’avais envisagé d’utiliser [Modélisation] pour forcer un trou… Mais je n’arrivais pas à me débarrasser du sentiment que cela se terminerait mal. C’était quelque chose que je devais faire par moi-même. Mais, quoi qu’il arrive… Je n’arrivais pas à trouver un moyen d’entrer.

Je m’étais lancé ici et là, mais j’étais rapidement à court d’idées.

« Oh, mince… J’ai tout essayé. Tous les côtés, même le haut ! Quoi d’autre... Oh. »

Pas moyen… En dessous, peut-être ? Je creusais une tranchée en utilisant la magie de la terre, en prenant soin de ne pas laisser le cube tomber ou bouger. Puis je sautais et je l’inspectais par en dessous.

Je t’ai eu. Le fond du cube avait un petit point en retrait, un peu comme le côté « un » d’un dé.

« Ça devrait être ça, alors… »

J’avais touché le point avec ma main, et je m’étais retrouvé entraîné dans le cube.

Je regardais autour de moi et je trouvais les piliers réguliers avec leurs pierres de sort. Il faisait sombre, mais l’éclat familier de chaque pierre était là, dans le noir.

Mais il y avait quelque chose d’inhabituel. Le cercle de téléportation se trouvait sur un des murs, plutôt que sur le sol. Les six piliers faisaient également saillie latéralement sur l’un des murs.

« Attendez une seconde… Ça ne devrait pas être le sol, alors ? Cela signifie que je suis entré par le côté… »

Je m’étais dit qu’ils avaient fait une erreur en plaçant le cube dans la grotte. C’était stupide d’avoir l’entrée en dessous pour commencer, ça semblait vraiment être une erreur. Quand je pensais à un dé à six faces, je m’étais souvenu que si le côté « un » était en dessous, alors le côté « deux » serait sur le côté. Ils avaient dû placer par erreur le mauvais côté vers le bas, ce qui signifiait que j’avais dû ramper sous et à travers le point unique.

« Ugh, allez… Ne faites pas d’erreurs stupides ! »

J’avais utilisé [Vol] pour me maintenir sur le cercle et j’avais ensuite déversé mon pouvoir magique dans les piliers. Après cela, je m’étais mis sur le côté, les pieds bien ancrés sur le côté du mur. Ça m’avait fait un drôle d’effet. Je ne suis pas un ninja ! Cela ne me convient pas… Les arts ninja… Juste sur le mur ! Pffft…

J’avais ajouté la pierre finale en versant de la magie Néant dans le cercle. Il s’était allumé en un éclair, et ainsi, j’étais téléporté.

« Bienvenue dans Babylone raughuhgh ! »

« Hein !? »

La lumière commença à s’éteindre lorsque je ressentis soudainement une douleur sourde dans l’estomac. J’avais reçu un coup de tête. Gah !? Une embuscade !? D’après ce que je pouvais voir, la gynoïde terminale avait imprudemment couru vers moi, trébuché et m’avait frappé dans le ventre avec sa tête.

« Awawa ! Pardonnez-moi ! J’étais si excitée à l’idée de vous rencontrer enfin que je vous ai frappé par erreur sur le côté ! »

« OK, OK! Lâche-moi maintenant ! »

La fille nous avait propulsé à terre tous les deux et elle n’arrêtait pas de marmonner. C’était assez gênant parce qu’elle était toujours sur moi. La fille avait… des atouts. Ce n’était pas aussi impressionnant que ceux de Flora, mais impressionnant quand même. C’était gênant.

« Je vais m’en occuper. Whoa, whoa! »

« Qu’est-ce que tu fais… ? »

La jeune fille s’était levée et s’était immédiatement mise à vaciller. Et puis elle le fit. Elle trébucha et, avec tout le poids de son corps, elle posa son pied sur mon entrejambe.

« HNNNGH ! »

Nhhh… Mhhh… Khhh… !? Hhh… ! Je m’étais évanoui. Il n’y avait rien d’autre que je pouvais faire. C’était l’attaque la plus puissante que j’avais jamais reçue dans ce monde et dans l’ancien. Cela faisait plus de mal qu’un coup direct d’une Phase. Oh-Oh Bon sang… Est-ce que la magie de récupération fonctionnera… !? Nngh… Gh… [R-Rhh... Rafraîchissement]… ! Gah ! Je ne peux pas me concentrer ! Mes bijoux… Mes bijoux !

« Mamma mia. Est-ce que ça va ? »

« Ngh... Nnnhho... »

Je serrais les dents et je frappais des poings contre le sol. Ça m’avait fait mal. Je respirais fort, je transpirais abondamment. Je suis… Fini… C’est… trop…

Finalement, la douleur s’était calmée et j’avais titubé sur mes pieds. Puis la fille me regarda et me salua. Elle était plus petite que Cesca, ou du moins c’est ce que je pensais au premier coup d’œil. Elle sourit et ouvrit la bouche.

« Laissez-moi me présenter ! Bienvenue à l’Entrepôt de Babylone ! Mon nom est Lileleparshe ! Appelez-moi juste Parshe pour faire court. »

« C’EST TOIIIIII !? »

« Eeeeeek !? »

J’ai enfin trouvé la folle ! C’est elle qui a laissé tomber ce bijou immortel et ruiné la maison des Takeda à Eashen ! C’est elle qui a permis au bracelet bloqueur et au bracelet draineur d’aider le type qui a déclenché le coup d’État de Regulus !

Les autres sœurs de Babylone m’avaient parlé de sa maladresse, mais c’était mes précieux bijoux qui m’avaient révélé la vérité de première main.

« Assieds-toi, ma petite dame ! Tu as besoin d’une conversation sévère ! »

« Qu-Quoi ! Pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi !? »

Je m’étais demandé si elle était au moins consciente des problèmes qu’elle avait causés. J’avais décidé d’expliquer exactement ce qu’elle avait fait.

Je lui parlais de la souffrance des gens à la surface à cause des artefacts qu’elle avait négligemment laissés tomber. Puis je lui parlais de tous les ennuis qu’elle m’avait causés.

« Es-tu désolé ? ! »

« Aah... Je suis désolée… Je n’étais pas consciente des problèmes que j’avais causés ! »

Parshe laissa ses épaules s’affaisser. Elle s’agenouilla sur le sol avec des yeux tristes, et sa queue de cheval trembla lentement. J’étais peut-être allé trop loin.

 

 

« Simplement… Fais plus attention à l’avenir, d’accord ? Toutes les autres gynoïdes s’inquiétaient pour l’entrepôt. »

« Hmm ? Vous avez rencontré d’autres terminaux de Babylone ? »

« À l’exception du laboratoire de recherche, je les ai toutes rencontrées. Laisse-moi me présenter, je suis Mochizuki Touya. Les autres Babylones m’ont accepté comme leur maître. »

« Wowee… Alors je suppose que je vais faire la même chose. Bien reçu… La gynoide numéro 26, Lileleparshe, se présente à vous ! Traitez-moi bien, Maître. »

Parshe se leva et sourit une fois de plus, en faisant un salut. C’était vraiment un rapide changement à 180 degrés. Je m’étais demandé si elle avait vraiment réfléchi à ses erreurs. Parshe s’était rapidement approchée de moi, faisant presque une fente sur mon visage. Uh oh. Je connais ce mouvement…

C’était la huitième fois à ce moment-là, je n’avais plus la volonté de résister. C’était inévitable, alors je l’avais accepté. J’avais renoncé à résister, alors j’étais resté là et je l’avais attendu. Puis Parshe me piétina le pied.

« Ow-mmmf! »

Sa langue glissa sur mes lèvres et s’était mise à tourbillonner dans ma bouche. Mais ce n’était pas pour cela que je gémissais. C’était mon pied ! Elle m’écrasait le pied ! Cette fille se tenait sur la pointe des pieds pour m’embrasser tout en m’écrasant le pied ! J’avais l’impression que mon gros orteil allait s’effondrer ! Pourquoi diable es-tu si maladroite ? Mais est-ce que c’est de la maladresse ? ! Tu es un désastre ambulant !

« Inscription complète ! Vos informations génétiques ont été stockées dans ma banque, Maître. L’entrepôt vous appartient maintenant officiellement… Alors pourquoi avez-vous l’air si mal à l’aise ? »

Parshe inclina sa tête sur le côté dans la confusion. Que diable veux-tu dire par « pourquoi » ! Tu viens de me piétiner l’orteil ! Je m’étais assis par terre en serrant mon pauvre pied. J’avais songé à invoquer un [Bouclier] autour d’elle par précaution.

« Eh bien, indépendamment de… Laissez-moi vous faire visiter. En avant ! »

Parshe s’était enfuie sans se soucier de rien d’autre. Puis elle tomba à plat sur le visage. Je m’étais dit que c’était tout à fait normal pour elle.

En sortant des sous-bois, je vis un grand bâtiment en forme de dôme. Il n’était pas très grand. Il avait à peu près la taille d’une maison au-dessus de la moyenne. Il ressemblait aussi à un igloo, une de ces maisons inuites faites de neige. Du moins, c’était l’approximation la plus proche que je pouvais faire.

J’avais franchi les portes et j’étais arrivé dans une pièce blanche et pure, pleine de cubes tout aussi blancs. Ils mesuraient environ cinquante centimètres de haut, et ils étaient aussi de même longueur. Il y avait aussi un monolithe noir au milieu de la pièce.

« Tu sais… J’imaginais un peu qu’il y avait… Des trucs ici. C’est un entrepôt, pas vrai ? »

« Les artefacts, les fonds personnels, les matières premières, les documents publics et privés, et d’autres questions de ce genre sont — sont stockés au sous-sol. À un moment donné, nous avons eu une petite brèche dans un mur extérieur, mais elle a été rapidement réparée. »

C’est probablement à ce moment-là que le bijou et les autres choses sont tombés… Au moins, c’est réparé maintenant.

« Vous pouvez utiliser cette machine pour appeler des objets. Regardez ici… »

Parshe posa sa main sur le monolithe et celui-ci se mit à tourbillonner. Un des cubes au sol au loin tomba à travers le sol, et un cube similaire s’éleva du sol devant moi.

Je regardais de plus près et je trouvais de petites lettres sur la surface du cube. Il semblait être écrit dans l’ancienne Partheno. Il semblerait que chaque cube avait un identifiant unique.

Parshe toucha le cube et il s’ouvrit comme un coffre au trésor. À ma grande surprise, il était rempli de pièces d’or.

« Les boîtes ne peuvent pas être ouvertes par quelqu’un d’autre que vous ou moi. Même le Docteur Babylon ne pourrait pas le faire. »

Huh, je vois… J’ai donc effectivement les clés du trésor. Donc, alors… Tout ça est à moi ? C’est bien. Je m’en servirai bien.

Je sortais l’une des pièces d’or de la boîte. Elle avait une forme que je ne reconnaissais pas. Mais je m’étais souvenu avoir vu quelque chose de similaire quand j’avais rencontré Ende pour la première fois. Ça devait vouloir dire que c’était des pièces de Partheno.

En toute honnêteté, c’était logique. Après tout, l’entrepôt avait cinq mille ans.

Mais cela rendait-il l’argent sans valeur pour moi ? J’avais pensé à tout fondre et à vendre le produit brut. Il n’était pas question de l’apporter à un antiquaire. Ils n’auraient jamais cru qu’un objet d’il y a si longtemps soit dans un état aussi incroyable. Il l’aurait simplement considéré comme un faux.

« Ohh, c’est vrai ! Y a-t-il des plans de Frame Gear ici ? »

« Oh, le Frame Gear… Ouaip. Nous avons un de ces… »

Parshe avait de nouveau touché le monolithe et la boîte de pièces de monnaie s’était enfoncée dans le sol. Une autre boîte s’était rapidement remise à sa place. Elles semblaient identiques. Sans les codes de série, je n’aurais pas pu les distinguer.

Je fis ce que Parshe avait fait plus tôt et je touchais la boîte. Elle s’était ouverte en grinçant. J’avais regardé le contenu, horrifié. J’avais fermé la boîte.

« … Parshe… Renvoie-la… Tu as fait une erreur. Maintenant. Renvoie-la. Maintenant. S’il te plaît. »

« Hein ? Ah, c’est ma faute… Je me suis trompé de numéro. »

Parshe toucha le monolithe une fois de plus et la boîte s’enfonça dans le sol. Je m’étais détourné d’elle. Mon visage était rouge comme une betterave et je transpirais à grosses gouttes.

Si vous vouliez savoir ce qu’il y avait dans la boîte… C’était juste des jouets… Juste… Des jouets… pour adultes… J’avais tranquillement réaffirmé ma haine pour le Docteur Babylon. Je… ne savais même pas qu’ils en faisaient des comme ça…

J’ouvris la nouvelle boîte et je trouvais un tas de récipients cylindriques bizarres. J’avais essayé d’en ouvrir un pour voir ce qu’il contenait.

Ce que j’y trouvais ressemblait vraiment à un plan. Il y avait beaucoup d’images différentes et de fins détails et annotations.

Je n’arrivais pas à le lire. La solution serait d’utiliser la magie de la traduction, bien sûr. Mais je ne pouvais toujours pas le lire… C’était bien trop complexe pour être compris. Quoi qu’il en soit, c’était une victoire. Nous pourrions enfin créer des Frames Gears plus solides. Nous ne pouvions pas modifier les appareils que nous avions déjà, mais nous pouvions maintenant les fabriquer à partir de zéro. En bref, nous pouvions faire des armures sur mesure.

Héhé… Dois-je en faire un avec un tank comme moitié inférieure ? Je me demande si je peux… Je devrais chercher en ligne différents modèles de robots… Je ne vois pas grand-chose d’autre que des unités de blindage lourd, des combinaisons mobiles et des unités de soutien pour l’instant… Hehehe… Je commence à être excité ! Je ne peux pas m’en empêcher ! Je suis un mec, c’est trop cool !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Toujours avoir des chaussures de sécurité quand faite de l'exploration (et une coque de protection ici 😌 ).

Laisser un commentaire