Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Conspiration dans le donjon

Partie 2

Nous étions arrivés au deuxième étage juste à temps pour voir le jeune garçon avec la lance être projeté contre un mur. L’archer et la mage s’étaient effondrés sur le sol en un tas. Bien que le garçon à la lance et la fille à l’épée aient été clairement blessés, ils étaient toujours debout et défendaient leurs amis.

« Ne les malmène pas trop, idiot. C’est de la marchandise. »

« Ferme ta gueule, connard. On est dans cette situation seulement parce que ton cul de bon à rien a oublié le poison paralysant. »

« Peu importe, vous deux ! Faites-le vite, d’accord ? Si des monstres se pointent, ce sera… Bauuggguuugh !! »

Le commentaire de l’homme obèse avait été interrompu par un coup de pied rapide donné à son visage. Mon attaque l’avait fait rebondir à travers la pièce comme une balle en caoutchouc, où il avait atterri devant ses camarades.

« Qui diable êtes-vous !? »

« C’est ma réplique, connard ! Qui êtes-vous ? »

L’un d’eux était gros, l’autre était chauve et l’autre était maigre. Ils ne pouvaient pas avoir l’air plus suspects.

Le bac de saindoux s’était mis debout en s’essuyant le nez. J’avais été surpris qu’il ait absorbé l’impact, honnêtement… Il semblerait que l’obésité avait ses avantages.

« Bon sang… Il semble qu’on soit arrivé juste à temps. »

Leen était arrivée aux côtés de Paula. Aussitôt, la luxure se manifesta sur le visage des trois hommes. Le gros connard s’était mis à se diriger vers moi, arme au poing.

Peu de temps après, les deux autres avaient commencé à s’approcher aussi. Ils avaient probablement vu mon Brunhild à ma taille et avaient supposé que ce n’était qu’un poignard. Mais ils regardaient Leen au lieu de moi. On aurait dit qu’ils essayaient d’évaluer sa valeur.

« Hm… Petite chose sexy ? On a de la chance, hein, les gars ? Hé, morveux. Si tu tiens à ta vie, alors dégage et laisse cette salope ici. »

« … Hein ? »

Peu de temps après, les deux autres avaient également commencé à s’approcher.

« Tu es sourd, petit ? On a dit de te tirer. Laisse la petite fille derrière, et moi et mes garçons allons nous amuser un peu avec elle ! Dégage, idiot ! Tu veux mourir !? »

Je m’étais approché lentement de l’abruti, puis j’avais poussé un petit soupir. Puis, d’un seul geste rapide, j’avais posé ma jambe sur son pied. Crunch. Ses os se brisèrent, et il tomba par terre.

« GAUAUUUUUUUGH !! »

L’homme cria, serrant sa jambe cassée alors qu’il roulait sur le sol. Ses yeux se gonflèrent de larmes, des gouttes et des crachats coulèrent sur son menton, et son nez était visiblement plein de morve. Ferme-la. Je lui donnais un coup de pied sur le côté du visage.

« Ghuuuheeek !! »

Vous pensez que je laisserais Leen avec des salauds comme vous ? Ne vous faites pas d’illusions, imbéciles. Ne soyez pas si pitoyables. Je vais vous tuer.

« Espèce de merde ! Arrêtez ça tout de suite ! »

« On est des aventures de rang Bleu, sale merdeux ! Tu crois que tu peux gagner contre nous !? »

« Vous parlez durement, mais vous n’êtes pas assez dur pour vous mesurer aux meilleurs d’entre eux. Des vautours comme vous se sont probablement classés en volant le butin des autres, n’est-ce pas ? Il n’y a pas moyen qu’un aventurier bleu soit aussi merdique que vous. Ne vous avise pas de manquer de respect au nom de la guilde, petite merde. »

J’avais donné un coup de pied, faisant craquer une des rotules de ce gros salaud. Il s’était effondré sous son propre poids et tomba sur son visage.

« Muggghuh... Mh-Ma jambe… Nnnghahhh !! »

« E-Eek ! »

Le chauve se retourna et couru, mais c’était inutile. J’avais sorti Brunhild, j’avais visé son dos et j’avais appuyé sur la gâchette.

« Guh ! »

Il avait pris une balle paralysante directement, puis il était tombé en avant. Un aventurier, pensais-je. Quel lâche ! Rang bleu ? Plutôt bleu puant.

« … C’était plus qu’un peu extrême, Touya. Tu peux me colorer de plusieurs nuances de surprise », murmura Leen en regardant les hommes tombés au combat.

« Ah… Pardonne-moi. Je me suis énervé quand ils ont dit ces choses sur toi. »

Cela faisait un moment que je n’avais pas été aussi en colère. La dernière fois, c’était quand j’avais eu affaire au prince idiot de Lihnea. En toute honnêteté, j’avais pensé que ma patience s’était un peu améliorée, mais il semblait que je pouvais péter un câble encore facilement.

« Hmm… Que tu sois devenu si furieux pour moi me rend un peu heureuse… »

Leen m’avait fait un petit sourire.

Ugh. C’est embarrassant… Je m’étais détourné de Leen pour cacher mon visage. Puis, je m’étais souvenu des nouveaux blessés.

« Vous allez bien ? »

« O-Oui, on est bien… Un peu blessé, mais je vais bien… Klaus et Eon sont cependant dans un état pire… »

Le garçon à la lance fit signe à ses amis effondrés. Ils avaient l’air d’être inconscient, mais je leur avais jeté des [Guérisons] et des [Récupérations] pour qu’ils soient en sécurité. Les deux personnes au sol avaient alors repris connaissance.

Ils n’avaient pas cessé de me remercier, mais j’avais réussi à leur poser quelques questions. Les trois hommes avaient rencontré les enfants dans le donjon et leur avaient promis un terrain de chasse plus sûr. Puis, ils les avaient suivis. C’était vraiment plutôt négligent. Mais ce n’étaient que des enfants.

Ils avaient été emmenés dans cette zone isolée et attaqués. L’archer et le mage n’étaient pas des combattants de première ligne, ils avaient donc été éliminés plus rapidement en raison de la nature surprise de leur attaque.

« Je suppose que ces gars sont des kidnappeurs, alors… Des gens ont disparu, seules des taches de sang ou des cartes de guilde ont été retrouvées… Il serait raisonnable de supposer qu’ils ont été dévorés par la faune sauvage, mais… maintenant, je commence à avoir une idée différente. »

« O-Oui ! Ils ont dit qu’ils allaient nous vendre à des marchands d’esclaves ! »

La jeune fille au sabre leva la main et parla. Je n’avais pas remarqué sa queue de cheval plus tôt. Elle était très énergique.

Quand même, des esclavagistes… Ce n’est pas bon.

Je m’étais approché de l’homme maigre et j’avais poussé le museau de mon Brunhild contre son front.

« Réponds par oui ou par non. Rien d’autre. Êtes-vous les responsables de la récente disparition des aventuriers ? »

L’homme acquiesça rapidement. Il transpirait à grosses gouttes. C’était comme je l’avais prévu.

Leen pencha la tête sur le côté pendant qu’elle réfléchissait.

« Mais… après avoir kidnappé les aventuriers, comment les ont-ils transportés hors de l’île ? Ils n’auraient pas pu utiliser les portails… »

« C’est assez simple. Ils ont probablement un bateau. Une sorte de bateau d’esclaves. C’est bien ça ? »

L’homme hocha la tête aussi vite qu’avant. J’avais raison.

Après tout, ces îles étaient situées au sud de Sandora. Et, pour autant que je sache, la nation dans laquelle l’esclavagisme était le plus répandu n’était autre que le royaume brûlant de Sandora lui-même.

C’était un pays qui utilisait des colliers spéciaux pour asservir les gens et les transformer en marchandise vivante. Cela signifiait également que nos personnes disparues étaient probablement déjà perdues.

« Les aventuriers disparus sont-ils déjà à Sandora ? »

Cette fois, il secoua la tête. J’étais surpris. Cela signifiait qu’ils ne les avaient pas tous expédiés… Et cela signifiait que nous pouvions encore les sauver.

Le bateau négrier était probablement ancré quelque part à proximité, mais caché. Ces connards avaient clairement simulé la mort de plusieurs aventuriers et les avaient stockés sur le navire pour les traiter plus tard.

Je remontais ma carte et je cherchais des bateaux dans la région. Bien sûr, il y avait un gros bateau amarré au large de la côte d’une petite île au nord. Je l’avais trouvé.

Avec cela, j’avais résolu toute l’affaire. Cela signifiait aussi que les trois larbins qui se trouvaient ici ne m’étaient plus d’aucune utilité. Je les avais tous les trois maîtrisés avec [Paralysie] pour le moment.

« Et maintenant ? Si vous voulez informer la guilde ou les chevaliers, je viens avec vous… »

La fille à la queue de cheval parla nerveusement. Ses trois compagnons se parlaient entre eux. La situation était assez grave, mais je ne pensais pas qu’ils l’aient bien compris. Il y avait certainement une certaine anxiété due à ce qui s’était passé, mais ils semblaient plus excités qu’ils n’auraient dû l’être.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. Je peux m’en occuper. Ah, c’est vrai… Nous ne nous sommes jamais présentés. Cette fille, c’est Leen, et le petit ours, c’est Paula. Moi, c’est Mochizuki Touya. Je suis le grand-duc de Brunhild. »

« Qu-Qu-Quoi !? »

Tous les quatre me regardaient avec terreur. Puis, ils s’accroupirent sur le sol et commencèrent à s’incliner.

« Levez-vous, bon sang. Vous n’avez pas besoin de faire ce genre de conneries avec moi. Je suis un aventurier dans l’âme, vous savez… Je fais toujours des quêtes même maintenant. »

J’avais sorti ma carte de guilde dorée au moment où je parlais. Ces enfants avaient déjà été trompés une fois, alors j’avais voulu au moins fournir un certain niveau de preuve.

« O-Or… »

« Incroyable… »

« Ce type a tué des Dragons, des Golems et des Seigneurs Démons… »

« On doit en parler à nos parents… »

Eh bien, ils m’avaient vraiment cru. Ces enfants étaient un peu mous pour ce métier, si vous me le demandez. Ils finiraient par être blessés s’ils croyaient tout ce qu’on leur disait… Bien qu’en fait, ils avaient déjà fini par être blessés à cause de ça.

Les quatre s’étaient finalement présentés officiellement à moi. Apparemment, ils venaient tous de Regulus, d’un village appelé Pyton pour être exact.

Le garçon à la lance vêtu d’une grosse armure s’appelait Lop. La fille en armure de cuir qui maniait l’épée s’appelait Fran. L’archer qui portait une armure de cuir s’appelait Klaus. Et enfin, la mage s’appelait Eon.

L’impression que j’avais eue était que Lop était loyal, Fran débordait d’énergie, Eon était une vraie empotée, et Klaus était leur chef. C’était un peu un groupe de pacotille, tout compte fait.

« Qu’est-ce qu’on va faire ? Allez-vous aider les aventuriers qui se sont fait prendre ? »

« C’est exact. J’ai trouvé où se trouve le bateau d’esclaves, alors je vais aller les anéantir. »

« U-Uhm ! Y a-t-il un moyen de vous aider ? »

« H-Hey, Fran ! »

Fran avait soudain pris la parole, au grand dam de Klaus.

J’étais heureux de voir que les enfants étaient au moins motivés. Mais je n’étais pas sûr qu’ils seraient d’une grande aide. J’allais certainement les aider à acquérir un peu plus d’expérience, mais en même temps… Je n’étais pas vraiment sûr de ce qu’il fallait faire.

« Notre ennemi ici, ce sont les marchands qui font le commerce des vies humaines. Ils peuvent même avoir des esclaves armés pour les servir au combat. Ce que je vous demande, c’est si vous êtes sûr de pouvoir aider ici. Dans le pire des cas, vous serez vous-mêmes esclaves. »

« Ugh... »

Fran baissa les yeux, semblant soudainement troublée. Je me demandais si elle n’avait pas honte de sa défaite précédente.

Elle était plus âgée que Lu et Yumina, mais plus jeune qu’Elze et Linze. Malgré cela, elle n’était pas très éloignée de mon âge.

Dans le cas de mon groupe, nous avions combattu la Phrase, combattu les dragons, participé à un coup d’État, etc. Nous avions eu de nombreuses et riches expériences qui nous avaient permis de nous développer en tant que groupe… Même si ces incidents étaient toujours de ma faute…

« Hmm… S’ils ne peuvent pas se battre, ne pouvons-nous pas leur demander de faire de la reconnaissance ? »

« Reconnaissance ? »

J’avais sourcillé devant ce qu’elle avait dit. Des leurres, hein… ? Peut-être…

« Eh bien, j’ai dit reconnaissance, mais… Je leur recommande d’infiltrer le vaisseau et de se faire capturer intentionnellement. S’ils prétendent avoir été pris par ces trois-là et montent à bord du vaisseau, ils pourront facilement apprendre ce qui se passe avec les autres disparus. »

« Je suppose que oui… Mais est-ce que ces trois idiots vont obéir ? »

Je m’étais tourné vers les trois hommes paralysés. C’était vrai qu’ils m’écouteraient si je les menaçais, mais ils n’avaient probablement pas un visage assez impassible pour supporter ce niveau de tromperie.

« Espèce d’idiot. Utilise simplement [Mirage] et participe à la tromperie. »

« Aha, excellente idée. »

Oui, c’est logique. Si je me déguise en l’un de ces abrutis, je pourrais escorter les débutants jusqu’au navire. De cette façon, nous pourrons infiltrer l’endroit et faire sortir les personnes capturées en toute sécurité. Je ne veux pas que les aventuriers soient pris en otage, donc c’est probablement une bonne idée, mais quand même… Je suppose que je pourrais utiliser [Invisibilité] pour me faufiler jusqu’au vaisseau et les sauver plus rapidement…

J’avais regardé les quatre enfants. Ceux-ci ils me fixèrent avec des étoiles dans les yeux.

Euh… Qu’est-ce qu’ils ont, ces enfants ? Ils n’ont pas du tout peur d’être transformés en marchandise ? … Bon, d’accord. Je ne vais pas piétiner leur détermination. Dire quelque chose comme « Tu es un poids mort, alors dégage, gamin » ne ferait que leur briser le cœur à ce stade, et je ne suis pas dans le business de l’énervement des enfants. Si je les blesse maintenant, ils pourraient finir par être découragés de partir à l’aventure, alors… Je suppose que je vais transmettre un peu de ces connaissances que j’ai acquises lors de mes propres quêtes…

« … Vous voulez essayer les enfants ? »

« Ouais ! !! »

Les enfants applaudirent joyeusement. Je me demandais si ça irait vraiment… Mais j’avais décidé d’y aller quand même.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire